Passer au contenu

Sommaire

« Est-il raisonnable, vous vous demanderez peut-être, de prévoir 100 ans ou plus d’avance et de planifier pour les générations lointaines1? »

Rapport Todd, 1903

La Chambre des communes a élaboré, pour ses installations, un ensemble de besoins complets en fonction de ses objectifs. Bâtir l’avenir précise les besoins à l’égard des constructions existantes et des installations de remplacement, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de la Cité parlementaire.

La planification à long terme qui vise actuellement la rénovation de la Cité parlementaire fournit une occasion idéale d’apporter les changements qui s’imposent pour régler les problèmes d’espace, préparer la Cité à l’avenir et préserver l’intégrité architecturale et patrimoniale.

Les priorités dans un tout intégré

La Chambre des communes a adopté une approche globale et intégrée. Même si les besoins pour chaque secteur d’affaires et pour l’administration et les services généraux qui les appuient revêtent leur importance individuelle, ils doivent être pris en considération et être satisfaits à titre d’ensemble intégré. Les priorités de la Chambre exigent :

À court terme…

À long terme…

Tout au long de la rénovation…

Tous les édifices seront dotés de l’infrastructure nécessaire à la sécurité et à la technologie de l’information, pour garantir un accès approprié aux services dans toute la Cité. Des améliorations seront apportées aux installations et aux terrains pour que les médias et les visiteurs soient accueillis de façon appropriée et que les routes soient adaptées aux activités prévues. À l’occasion des travaux effectués dans chaque édifice, les bureaux des députés seront rénovés conformément aux normes de la Chambre des communes.

De solides assises

Grâce aux connaissances internes en conservation architecturale, en sécurité et en technologie de l’information, on a pu déterminer, par rapport à tous les secteurs d’affaires et aux autres fonctions de la Chambre, que les besoins seraient :

Résoudre le problème des installations inadéquates

Les rôles et responsabilités des parlementaires, leur façon de travailler et les attentes des électeurs changent continuellement.

L’aménagement et l’entretien de la Cité parlementaire n’ont tout simplement pas suivi le rythme de ces changements au chapitre de l’allocation des locaux, de la localisation et de la proximité des fonctions et services importants. L’infrastructure essentielle pour la sécurité, la technologie de l’information et d’autres éléments vitaux se doit d’être intégrée. Les terrains de la Cité ne peuvent plus supporter la circulation pédestre et automobile d’aujourd’hui.

En fait, le fossé s’élargit sans cesse entre les besoins à combler pour appuyer les fonctions parlementaires et l’affectation de l’espace et la localisation des services.

À longue échéance, en raison du nombre accru d’élus et de visiteurs, l’espace de travail et de bureau des députés s’éloignera de la Chambre, occasionnant des délais plus longs et mettant une plus grande distance entre les secteurs d’affaires et les services essentiels à leur soutien. La sécurité sera affectée par l’absence d’une zone de travail clairement définie pour les députés.

Saisir l’occasion

Le programme de rénovation à long terme des édifices du Parlement qu’entreprendra Travaux publics et Services gouvernementaux Canada (TPSGC) est une occasion unique et opportune d’établir les principales limites matérielles et d’aménager les édifices et les terrains pour qu’ils puissent appuyer les députés dans l’exercice de leurs fonctions parlementaires.

Haut de page