Passer au contenu

La Chapelle du Souvenir

La Chapelle du Souvenir

L'architecte John A. Pearson avait conçu l'idée d'une Chapelle du Souvenir dans la Tour de la Paix à titre de sanctuaire national, afin de rendre hommage aux Canadiens et aux Canadiennes qui avaient sacrifié leur vie durant la Première Guerre mondiale, en France et dans les Flandres.

Au tout premier stade d'élaboration du projet, l'architecte décida de demander aux gouvernements de Grande-Bretagne, de France et de Belgique de faire don de pierres qui seraient utilisées à l'intérieur de la Chapelle du Souvenir. Durant l'été 1921, Pearson se rendit en Europe et, de sa propre initiative, fit part de son projet à des représentants de ces trois pays, auxquels il soumit ses dessins architecturaux en leur indiquant la quantité de pierres nécessaire. En outre, il visita les principaux champs de bataille et prit des dispositions pour la collecte des pierres sur chaque site. Ses démarches portèrent fruit : en août 1923, toutes les pierres utiles à la construction du sol, des murs et du plafond de la chapelle étaient arrivées à Ottawa.

Pour l'autel de la chapelle, la Grande-Bretagne offrit un bloc de calcaire Hoptonwood. La Belgique fit don de marbre noir pour les plinthes des murs et pour les gradins de l'autel, ainsi que de marbre de Sainte Anne destiné aux colonnes fasciculées qui soutiennent, aux quatre coins de la pièce, la voûte en éventail. Pour les murs et la voûte, le gouvernement français fournit de la pierre de Château-Gaillard qui, de l'avis de Pearson, est « l'une des plus belles pierres de France ».

La Chapelle du Souvenir est un lieu empreint de solennité qui porte à la réflexion et suscite un profond sentiment de paix et de respect. Il s'agit d'une œuvre remarquable par son style néogothique, qui confère à ce petit espace une certaine noblesse en raison de la hauteur exceptionnelle de ses murs. Placés derrière un écran à réseau ajouré, les murs extérieurs présentent, dans leur partie inférieure, une arcature aveugle surmontée de magnifiques verrières. La nature commémorative de ce sanctuaire unique en son genre est accentuée tant par la provenance de ses matériaux raffinés, que par sa décoration soigneusement planifiée, des motifs sculpturaux aux vitraux.

Le point de mire de la Chapelle est un autel renfermant le Livre du Souvenir, dans lequel sont inscrits les noms de plus de 66 000 Canadiens et Canadiennes morts durant la Première Guerre mondiale. Aujourd'hui, la Chapelle abrite six autres autels qui renferment eux aussi des Livres du Souvenir, lesquels honorent les noms de ceux qui sont morts au combat, de l'expédition du Nil à la guerre de Corée, ainsi qu'au service du Canada jusqu'à aujourd'hui.

Haut de page