Interventions à la Chambre des communes
 
 
 
Fil RSS basé sur les critères de recherche Exporter les résultats de recherche - CSV (texte brut) Exporter les résultats de recherche - XML
Ajouter un critère de recherche
Voir le profil de Marie-Claude Bibeau
Lib. (QC)
Monsieur le Président, j'aimerais d'abord remercier mon collègue d'Alfred-Pellan de sa question.
J'étais très fière, ce matin, de dévoiler la nouvelle politique d'aide internationale féministe du Canada. Désormais, tous nos partenaires vont devoir s'assurer qu'ils contribuent concrètement à l'égalité des genres et au renforcement du pouvoir des femmes et des filles.
Je suis convaincue que notre nouvelle approche féministe permettra de réduire la pauvreté et les inégalités pour créer un monde plus inclusif, plus pacifique et plus prospère.
Voir le profil de Marie-Claude Bibeau
Lib. (QC)
Monsieur le Président, nous sommes très préoccupés par les inondations continues au Sri Lanka, et nos pensées accompagnent ceux qui sont touchés par la catastrophe. Je peux d'ores et déjà annoncer une enveloppe initiale pouvant aller jusqu'à 250 000 $ afin d'atténuer les répercussions humanitaires des inondations. Il va sans dire que nous demeurons en communication étroite avec nos partenaires du secteur humanitaire.
Voir le profil de Marie-Claude Bibeau
Lib. (QC)
Monsieur le Président, je remercie ma collègue la députée de Davenport de sa question.
Aujourd'hui, nous avons lancé le Fonds de secours contre la famine pour venir en aide à 20 millions de personnes qui souffrent de la faim au Soudan du Sud, au Nigeria, au Yémen et en Somalie. Pour chaque don fait à des organismes canadiens enregistrés, entre le 17 mars et le 30 juin, le gouvernement versera un montant équivalent au fonds.
J'invite tous les Canadiens à contribuer au Fonds de secours contre la famine, qui est un fonds de contrepartie. On peut obtenir de plus amples renseignements sur le site Canada.ca ou en suivant le mot-clic #zerofamine.
Voir le profil de Marie-Claude Bibeau
Lib. (QC)
Monsieur le Président, conformément au paragraphe 83(1) du Règlement, j'ai l'honneur de déposer un avis de motion de voies et moyens visant à modifier la Loi de l'impôt sur le revenu.
Conformément au paragraphe 83(2) du Règlement, je demande que l'étude de la motion soit inscrite à l'ordre du jour.
Voir le profil de Marie-Claude Bibeau
Lib. (QC)
Monsieur le président, j'aimerais remercier mon collègue de sa question.
Absolument, je crois qu'il n'y a aucun doute sur le fait que le Canada est de retour sur la scène internationale et sur la scène du développement international. Nous avons mené une très grande consultation au cours de la dernière année: 15 000 personnes de 65 pays y ont participé, majoritairement des Canadiens, bien évidemment.
Les gens nous ont demandé trois choses. Bien sûr, ils nous ont demandé plus d'argent et une contribution plus directe, mais ils nous ont aussi demandé du leadership et de bonnes politiques. Nous en avons déjà fait la démonstration de notre leadership à plusieurs reprises. Je ne citerai qu'un seul exemple, celui du Fonds mondial. Celui-ci nous a permis de rassembler nos partenaires de partout au monde et de réunir 13 milliards de dollars pour mettre fin à la tuberculose, à la malaria et au sida. Ils nous ont demandé de bonnes politiques et j'ai bien hâte d'annoncer à la Chambre ma nouvelle politique, au coeur de laquelle se trouveront les femmes et les filles.
Voir le profil de Marie-Claude Bibeau
Lib. (QC)
Monsieur le président, nous sommes effectivement sur le point de lancer la politique de développement international. Ce sera certainement fait avant l'été. Je vais résumer en trois éléments essentiels ce que nous avons entendu lors de toutes ces consultations et ce que l'on retrouvera dans cette politique. En premier lieu, il s'agit de la dignité humaine et des droits de la personne. En deuxième lieu, il s'agit de l'émancipation des femmes; cette question est extrêmement importante, et quand on investit dans les femmes pour en faire des agentes de développement et de paix, cela change les choses. Enfin, en troisième lieu, on retrouve l'importance de travailler avec les communautés locales et de renforcer leurs moyens. Ces éléments, entendus durant ces consultations, seront ressentis au moment du dévoilement de la nouvelle politique.
Voir le profil de Marie-Claude Bibeau
Lib. (QC)
Monsieur le président, j'aimerais assurer à mon collègue que les questions de la nutrition et de la vaccination demeurent des éléments importants de notre politique d'aide internationale. En matière de nutrition, nous sommes très fiers, entre autres, de l'organisation qu'on connaissait sous le nom d'Initiative pour les micronutriments et qui a maintenant changé nom pour Nutrition International. C'est une initiative canadienne dont nous sommes fiers et que nous allons continuer d'appuyer, notamment pour le projet spécial pour la nutrition des adolescentes.
Pour ce qui est de la vaccination et des autres grands sujets pour lesquels le Canada est reconnu, nous allons nous assurer que tous nos partenaires vont trouver la meilleure façon d'inclure les femmes dans leurs projets, d'y inclure une composante de renforcement socioéconomique des femmes.
Voir le profil de Marie-Claude Bibeau
Lib. (QC)
Monsieur le président, mon collègue sera heureux d'apprendre que nous poursuivons l'initiative sur la santé des mères et des nouveau-nés. En outre, nous l'avons bonifiée avec ces 650 millions de dollars additionnels, pour nous assurer de non seulement prendre soin de la santé de la mère et du nouveau-né, mais également de couvrir l'ensemble de la santé sexuelle et reproductive. C'est une façon de mettre à contribution nos partenaires actuels et de s'assurer qu'ils offrent une plus large gamme de services.
Pour ce qui est des 100 millions de dollars annoncés sur cinq ans pour les petites et moyennes organisations canadiennes, le but est de varier nos différents partenariats. Il s'agit aussi de réengager les Canadiens avec qui on a peu communiqué au cours des dernières années. En travaillant avec les petites organisations, c'est une façon de le faire. Cela cible un certain genre de partenaires, et ces derniers réaliseront des projets qui seront bien alignés avec les nouvelles priorités de la politique.
Voir le profil de Marie-Claude Bibeau
Lib. (QC)
Monsieur le président, après avoir fait une analyse approfondie de la situation concernant l'Institut de financement du développement, l'IFD, nous sommes arrivés à la conclusion que le meilleur endroit pour accueillir l'IFD, était Exportation et développement Canada, et l'Institut en sera donc une filiale. C'est vraiment par souci d'efficacité et d'efficience, car il y a de l'expertise dont nous pouvons bénéficier au sein de cette organisation.
Par contre, cette filiale d'Exportation et développement Canada aura son propre conseil d'administration et son propre chef de la direction qui recevra un mandat lié au développement. Nous savons qu'Exportation et développement Canada relève légalement du ministre du Commerce international, mais nous travaillons en harmonie. Nous travaillons de façon complémentaire. Je peux garantir que le mandat de l'IFD sera vraiment de s'assurer des répercussions des investissements privés sur le développement.
Voir le profil de Marie-Claude Bibeau
Lib. (QC)
Monsieur le président, je ne saurais dire si cela prendra la forme d'une lettre de mandat, mais il y aura certainement un mandat bien défini. Actuellement, nous sommes vraiment en période de transition et de mise en oeuvre. Un certain nombre de directives ont déjà été émises. Nous pourrons partager l'information de façon plus détaillée à une autre occasion.
Voir le profil de Marie-Claude Bibeau
Lib. (QC)
Monsieur le président, nous considérons effectivement les 300 millions de dollars comme étant une capitalisation de départ. Au fil des ans, nous aurons l'occasion de constater le fonctionnement et les résultats de ce nouvel outil dans lequel nous avons beaucoup confiance.
Le but est de susciter l'intérêt du secteur privé d'investir dans les pays en développement, et de faire en sorte que leurs investissements seront faits dans le respect de toutes les règles et des valeurs chères aux Canadiens, en plus de s'assurer qu'il y aura vraiment un impact sur le développement. On doit donc prendre un certain temps pour évaluer la situation et déterminer s'il y aura augmentation de la capitalisation.
Je tiens aussi à garantir que nous sommes très engagés à trouver de nouveaux mécanismes de financement et à faire preuve d'innovation dans le financement. D'ailleurs, je peux compter sur la collaboration de notre ambassadeur du Canada auprès des Nations unies, qui est un des leaders au sein d'un comité pour le financement des objectifs de développement durable.
Voir le profil de Marie-Claude Bibeau
Lib. (QC)
Monsieur le président, nous avons renouvelé le financement général accordé à l'Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient à hauteur de 20 millions de dollars, dont 5 millions de dollars spécifiquement pour l'aide humanitaire.
Voir le profil de Marie-Claude Bibeau
Lib. (QC)
Monsieur le président, je rappelle à mes collègues que mon mandat consiste à recentrer l'aide internationale sur les personnes les plus pauvres et les plus vulnérables. Il ne fait aucun doute que les réfugiés palestiniens comptent parmi les personnes les plus pauvres et les plus vulnérables de notre monde. L'Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine est la seule agence qui offre une assistance humanitaire à ce groupe.
Voir le profil de Marie-Claude Bibeau
Lib. (QC)
Monsieur le président, encore une fois, je rappelle qu'il s'agit de la seule agence des Nations unies qui vient en aide aux réfugiés palestiniens. Depuis que le Canada a renouvelé son financement auprès de l'agence, les choses se sont beaucoup améliorées par rapport aux suivis et aux contrôles, notamment en ce qui concerne les manuels scolaires.
Notre financement a permis de former des employés, des cadres et des enseignants et de vérifier les antécédents des employés qui travaillent dans le domaine des finances. En outre, nous faisons le suivi des manuels scolaires. Notre participation permet justement de faire des modifications.
Voir le profil de Marie-Claude Bibeau
Lib. (QC)
Monsieur le président, je suis heureuse d'être ici pour présenter les dispositions en matière d'aide internationale qui sont comprises dans le Budget principal des dépenses. Nous avons aussi réalisé plusieurs choses au cours de l'année précédente. C'est pourquoi je me permettrai de faire part à la Chambre de certaines réflexions sur nos réalisations et sur les étapes à venir.
Ma collègue la ministre des Affaires étrangères a déjà parlé des dépenses planifiées en matière de paix et de sécurité, de changement climatique et de commerce. Les 6 milliards de dollars en aide internationale prévus cette année comprennent également des engagements considérables en matière d'aide au développement et de mesures humanitaires.
Voici quelques points saillants.
Le budget principal des dépenses de 2017-2018 comprend un financement de 2,3 milliards de dollars pour le programme de développement international. Par ce programme, Affaires mondiales Canada contribue à réduire la pauvreté et les inégalités dans les pays en développement, notamment dans les États fragiles, en offrant son soutien dans le cadre d’initiatives de développement durable lancées par divers partenaires canadiens, internationaux et locaux. Cette année, Affaires mondiales Canada mettra en place une nouvelle politique d’aide internationale qui sera axée sur la protection et la promotion de la dignité humaine des plus pauvres et des plus vulnérables.
Le renforcement socio-économique des femmes et des filles sera au centre de la nouvelle approche du Canada. L’aide internationale du Canada appuiera le Programme de développement durable à l’horizon 2030 et l’atteinte de ses objectifs.
Par notre assistance, nous allons soutenir la transition des pays en voie de développement vers des économies à faible émission de carbone et leur adaptation aux répercussions des changements climatiques. Le Canada a mis de côté 2,65 milliards de dollars sur cinq ans à cette fin. Cette année, 41,3 millions de dollars serviront à aider certains pays en développement à s'attaquer aux impacts des changements climatiques par l'entremise du Fonds climatique canadien pour le secteur privé en Asie.
Le budget principal des dépenses de 2017-2018 réserve 726,4 millions de dollars pour le programme d'assistance humanitaire internationale. Grâce à ce programme, Affaires mondiales Canada réduit la vulnérabilité des personnes en situation de crise, par exemple au cours d’un conflit armé, d’une famine ou en cas de catastrophe naturelle, en fournissant en temps opportun une protection adéquate ainsi que des quantités appropriées de nourriture, d’eau et d’abris ainsi que d’autres formes d’assistance humanitaire.
Par ailleurs, le Canada joue un rôle clé pour régler la crise au Moyen-Orient. De la somme de 1,6 milliard de dollars sur trois ans qui a été engagée pour la région, 200,3 millions iront cette année au programme bilatéral de développement et d'aide humanitaire visant la crise en Irak et en Syrie. Ce financement permettra d'apporter de l'aide aux personnes les plus durement touchées par les conflits, en leur donnant accès à des vivres, des abris, des soins de santé, de l’eau, des services d’assainissement et d’hygiène, et en leur offrant des services de protection et d’éducation.
Les investissements que nous avons réalisés sont liés au mandat que le premier ministre m'a confié, soit celui de recentrer l'aide internationale du Canada sur les personnes les plus pauvres et les plus vulnérables et de soutenir les États fragiles. À cet effet, notre gouvernement a déjà amorcé un virage important, plus particulièrement en mettant les femmes et les filles au coeur de tout ce que nous faisons.
Je me permettrai de mentionner certaines de nos récentes réalisations qui illustrent ce virage. Premièrement, nous nous sommes assurés que nos efforts en matière de santé des mères, des nouveaux-nés et des enfants se fondent sur des données probantes et l'atteinte de résultats. C'est pourquoi j'ai rapidement demandé à nos partenaires d'intégrer à leur programmation toute la gamme des services de soins en matière de santé sexuelle et reproductive. Cela comprend la contraception, la planification familiale et les avortements sécuritaires et légaux, incluant les soins post-avortement.
Afin de combler les écarts existants qui empêchent les femmes et les filles d'avoir accès à ces services, le premier ministre et moi-même avons annoncé un investissement de 650 millions de dollars sur trois ans, le 8 mars dernier. Les programmes qui bénéficieront de ce financement aideront à prévenir la violence sexuelle et sexiste et à y réagir, dont les mariages précoces et forcés d'enfants ainsi que les mutilations génitales féminines. Ils contribueront également au soutien du droit des femmes de choisir un avortement sûr et légal et d'avoir accès à des soins post-avortement.
Par le biais de nos partenariats, nous faisons aussi du Canada un chef de file en développement en matière d'innovation, de transparence et d'efficacité. À cet effet, le Canada a été élu à la présidence de l'Initiative internationale pour la transparence de l'aide.
Nous collaborons aussi étroitement avec le ministre des Finances, afin d'innover dans nos mécanismes de financement, en misant sur de nouveaux partenariats, notamment avec le secteur privé. À cet effet, nous venons tout juste de lancer le nouvel Institut de financement du développement, doté d'une enveloppe de 300 millions de dollars.
En partenariat avec les petites et les moyennes entreprises, cet institut aura pour mandat de financer des projets qui stimuleront la croissance économique, créeront des emplois et favoriseront la pleine participation économique des femmes pour, ultimement, réduire la pauvreté.
Parallèlement à ce genre d'initiative, le Canada est aussi engagé dans la défense de la gouvernance inclusive et responsable, le pluralisme pacifique, le respect et la diversité et les droits de la personne. Nous serons aussi engagés au sein de l'Organisation internationale de la Francophonie, plus particulièrement pour offrir aux millions de jeunes des possibilités d'avenir leur permettant de s'intégrer et de participer pleinement à la société.
Le Canada reconnaît que le contexte mondial en matière d'aide internationale a changé. C'est pourquoi nous devons adapter notre réponse en conséquence. Pour ce faire, j'ai lancé un examen de l'aide internationale du Canada — le plus approfondi des 25 dernières années.
Plus de 15 000 personnes de partout au pays et plus de 65 pays ont participé aux consultations en personne et en ligne. Nous avons examiné attentivement les commentaires et en avons fait un résumé dans un rapport électronique publié en décembre dernier. Je peux le résumer en moins de 10 mots, en trois points pour être exacte: la dignité humaine, le renforcement des capacités locales et la valorisation des femmes et des filles.
Les consultations que nous avons menées ont renforcé notre volonté d'adopter une approche féministe au développement.
Au cours des prochaines semaines, j'aurai l'occasion de faire part à la Chambre de notre nouvelle politique féministe d'aide internationale. Toutes les données démontrent que l'égalité entre les genres entraîne des changements importants et positifs pour des collectivités entières. Cette nouvelle politique reflète ce que nous sommes comme Canadiens, un peuple inclusif et ouvert sur le monde, prêt à faire sa juste part.
Nous amorçons aussi un virage parce que nous savons qu'il est nécessaire. Avec nos partenaires, nous avons le devoir collectif de nous unir pour relever les défis internationaux qui ne connaissent plus de frontières car ces défis ont une incidence sur la vie des Canadiens. En travaillant pour un monde meilleur, en luttant contre les épidémies ou contre les changements climatiques et en accueillant des familles réfugiées qui fuient la guerre et les conflits, nous travaillons pour et avec les Canadiens pour un monde plus sain, plus sûr et plus prospère et qui profitera aux générations futures.
Quand vient le temps d'aider les femmes, les hommes et les enfants qui font face à des défis ou à des situations humanitaires sans précédant, je crois que l'ensemble des partis réunis à la Chambre partage les mêmes valeurs de compassion et de générosité qui nous incitent à jouer un rôle actif sur la scène internationale. L'aide internationale du Canada est un outil crucial qui nous permet de transmettre ces valeurs, qui nous permet d'élever et de protéger la dignité humaine.
Résultats : 1 - 15 de 89 | Page : 1 de 6

1
2
3
4
5
6
>
>|