Procédure financière

Le cycle financier est le processus annuel dans le cadre duquel le Parlement :

  • analyse les priorités financières du gouvernement;
  • évalue des politiques budgétaires et l’augmentation des revenus (grâce aux travaux des voies et moyens);
  • examine les dépenses publiques prévues (grâce aux prévisions budgétaires);
  • veille à une responsabilisation adéquate à l’égard des dépenses.

Examen et approbation parlementaires

Les travaux des voies et moyens

Les travaux des voies et moyens sont le processus par lequel le gouvernement obtient les fonds nécessaires en prévision de ses dépenses. Il comprend deux éléments essentiels : la présentation du budget et les motions qui tendent au dépôt des projets de loi fiscaux.

Pour modifier la fiscalité, le gouvernement présente des motions de voies et moyens à la Chambre des communes. Ces motions décrivent les changements proposés, qui sont autorisés par le Parlement après avoir examiné et approuvé de nouvelles mesures législatives, comme les projets de loi d’exécution du budget.

Les travaux des subsides

Les travaux des subsides sont la procédure par laquelle le gouvernement présente ses prévisions budgétaires annuelles en vue d’obtenir l’approbation du Parlement. Ces travaux comprennent l’examen des budgets principal et supplémentaire des dépenses, des crédits provisoires, des motions portant rétablissement de postes budgétaires, des projets de loi de crédits et des motions présentées lors d’un jour désigné.

Pour engager des fonds publics, le gouvernement doit demander l’autorisation du Parlement au moyen du processus d’examen et d’approbation des projets de loi de crédits. Pour aider le Parlement à comprendre et à examiner ses plans de dépenses, le gouvernement dresse et présente un budget principal et des budgets supplémentaires des dépenses.

Image illustrant l’interdépendance des pouvoirs exécutif et législatif en ce qui concerne les questions financières.

Aperçu du cycle financier

Le cycle financier commence le 1er avril et se termine le 31 mars. Pour mieux comprendre le rôle du Parlement dans le processus financier, il peut s’avérer utile d’identifier les activités qui ont lieu avant, pendant et après l’exercice financier.

Le cycle financier parlementaire

Image de la Tour de la Paix avec une progression ascendante des mois regroupés dans les catégories « Avant l’exercice », « Durant l’exercice » et « Après l’exercice ». En ordre ascendant à partir du bas, regroupés sous la catégorie Avant l’exercice : Septembre : Consultations prébugétaires du Comité des finances, Décembre : Rapport du Comité des finances, Février à avril : Budget, Début du mois de mars : Budget principal des dépenses, Mi-mars : Rapports sur les plans et les priorités, Fin du mois de mars : Crédits provisoires, Toujours en ordre ascendant, regroupés sous la catégorie Durant l’exercice (1er avril au 31 mars) : Mai : Budget supplémentaire des dépenses (A) et examen du Budget des dépenses en comité, Juin : Approbation de la totalité des crédits/Fin de la période des subsides, Octobre : Mise à jour économique et financière, Novembre : Budget supplémentaire des dépenses (B), Décembre : Fin de la période des subsides, Février : Budget supplémentaire des dépenses (C), Mars : Fin de la période des subsides, Toujours en ordre ascendant, regroupés sous la catégorie Après l’exercice : Octobre : Comptes publics du Canada, Novembre : Rapports ministériels sur le rendement

Avant l’exercice financier

Consultations prébudgétaires du Comité des finances

Durant l’automne, le Comité permanent des finances de la Chambre des communes tient des consultations prébudgétaires pendant lesquelles il recueille les points de vue des Canadiens sur les recommandations qu’il devrait faire au ministre des Finances pour le prochain budget du gouvernement.

Illustration de la masse accompagnée d’un texte décrivant la chronologie des étapes suivant le discours du budget. Il y est écrit : Présentation. Le ministre des Finances prononce le discours du budget. Un député de l’opposition officielle propose l’ajournement du débat. La Chambre s’ajourne au prochain jour de séance. Débat. Jour 1. Le débat reprend. Un amendement et un sous-amendement sont habituellement proposés. Jour 2. Le débat se poursuit. Le sous-amendement, s’il y a lieu, est mis aux voix à la fin de la journée. Jour 3. Le débat se poursuit sur l’amendement, qui est mis aux voix à la fin de la journée. Jour 4. Dernier jour de débat. À la fin de la journée, la motion principale est mise aux voix.

Budget

Il s’agit de l’énoncé budgétaire des politiques financières, économiques et sociales du gouvernement. Il est habituellement présenté une fois par année, mais aucune exigence n’oblige le gouvernement à le faire chaque année.

Discours du budget

Discours prononcé à la Chambre par le ministre des Finances dans lequel il présente les politiques financières, économiques et sociales du gouvernement (le budget).

Débat sur le budget

Débat sur une motion portant approbation de la politique budgétaire du gouvernement. La motion est proposée par le ministre des Finances, au début de la présentation du discours du budget.

Budget des dépenses

Le budget des dépenses constitue le plan de dépenses des ministères et se compose du budget principal des dépenses, présenté tous les ans, et des budgets supplémentaires des dépenses, présentés au besoin. L’étude du budget des dépenses est un élément important de l’étude des crédits.

Illustration de la masse accompagnée d’un texte décrivant la chronologie des étapes de l’étude du budget des dépenses. Il y est écrit : 1. Dépôt du budget des dépenses à la Chambre et renvoi aux comités compétents; 2. Étude en comité du budget des dépenses (les crédits peuvent être adoptés, rejetés ou réduits); 3. Les comités font rapport du budget des dépenses à la Chambre; 4. Motion et vote sur les postes faisant l’objet d’opposition; 5. Motion et vote sur les postes ne faisant pas l’objet d’opposition et adoption du budget des dépenses; 6. Examen et adoption du projet de loi de crédits; 7. Renvoi du projet de loi de crédits au Sénat et sanction royale.

Budget principal des dépenses

Comme le budget est un plan financier et n’autorise pas les dépenses, le 1er mars ou avant cette date, le gouvernement dépose son budget principal des dépenses pour le prochain exercice.

Le budget principal des dépenses présente les plans de dépenses de chacun des organismes fédéraux et renferme des dépenses qui figureront dans un projet de loi de crédits et qui devront être approuvées par le Parlement. Il importe de noter que le budget principal des dépenses est préparé à la fin de l’automne et que, par conséquent, il ne comprend généralement pas les dépenses annoncées dans le budget. Il vaut mieux lire le budget principal des dépenses en conjonction avec les rapports ministériels sur les plans et priorités (rapports ministériels).

Une fois le budget principal des dépenses déposé à la Chambre des communes, les crédits du budget des dépenses (un poste particulier du budget des dépenses indiquant le montant d’argent dont le gouvernement a besoin pour un programme ou une fonction en particulier) sont renvoyés aux comités permanents pertinents, qui ont la possibilité de les examiner et de voter, et de faire rapport à leur sujet avant le 31 mai. Les comités peuvent approuver, réduire ou rejeter les crédits budgétaires qui leur sont renvoyés, mais ils ne peuvent pas les augmenter. Le Comité sénatorial permanent des finances nationales examine lui aussi le budget des dépenses et en fait rapport.

L’examen 5 budgets en comité

Les comités ont jusqu’au 31 mai pour faire rapport à la Chambre sur les crédits du budget principal des dépenses.

Rapports ministériels sur les plans et priorités (rapports ministériels)

Les rapports ministériels sur les plans et priorités énoncent les résultats que les ministères comptent obtenir avec les ressources mises à leur disposition; on y trouve aussi une description des ressources humaines et financières affectées à chacun des programmes et des sous-programmes. Il vaut mieux les lire en conjonction avec le budget principal des dépenses.

Les crédits provisoires

Avant le début de l’exercice, la Chambre des communes approuve les crédits provisoires. Les pleins crédits n’étant pas accordés avant le mois de juin, le gouvernement doit avoir l’autorisation d’engager des fonds durant les trois premiers mois de l’exercice. Ainsi, les crédits provisoires représentent habituellement les trois douzièmes du montant figurant dans le budget principal des dépenses.

Pendant l’exercice financier

Budget supplémentaire des dépenses

Étant donné que le budget principal des dépenses ne couvre pas la totalité des besoins du gouvernement pour l’année, comme les dépenses imprévues et celles qu’il a annoncées dans le budget, le gouvernement soumet aussi des budgets supplémentaires des dépenses au Parlement.

Le gouvernement présente normalement des budgets supplémentaires de dépenses en mai, novembre et février, chaque série de budgets supplémentaires étant désignée par les lettres A, B ou C, dans cet ordre. Les budgets supplémentaires des dépenses sont également renvoyés à des comités pour qu’ils les examinent et les approuvent au moyen d’un projet de loi de crédits à la fin de la période des crédits correspondante.

Approbation de la totalité des crédits

En juin, la Chambre des communes approuve la totalité des crédits, soit le montant figurant dans le budget principal des dépenses auquel sont soustraits les crédits provisoires.

Jours désignés

Pendant l’année, il y a trois périodes de crédits au cours desquelles la Chambre des communes étudie les plans de dépenses du gouvernement. Ces périodes de crédits se terminent le 23 juin, le 10 décembre et le 26 mars.

Pendant chaque période, les partis de l’opposition ont droit à des « jours des subsides » (aussi appelés « jours de l’opposition » ou « jours désignés ») au cours desquels leurs motions ont priorité sur les motions de crédits du gouvernement. Il y a 22 jours désignés par année. Ils sont répartis entre les partis de l’opposition en fonction des sièges qu’ils détiennent en Chambre.

À la fin ou à l’approche de la fin de ces périodes, la Chambre des communes met aux voix les plans de dépenses du gouvernement ainsi que les projets de loi de crédits qui en découlent et dont elle est saisie. Ils sont ensuite renvoyés au Sénat pour que celui-ci les examine et les approuve.

Mise à jour économique et financière

L’automne venu, le ministre des Finances présente une mise à jour économique et financière qui renferme de l’information de mi-exercice sur la croissance économique du pays et l’état des finances publiques.

Après l’exercice financier

Comptes publics du Canada

À l’automne, habituellement en octobre, le gouvernement dépose ses comptes publics dans le cadre d’un rapport produit par le receveur général du Canada. Ce rapport énonce les dépenses et les revenus réels du gouvernement au cours de l’exercice précédent.

Les comptes publics font aussi état de la situation financière du gouvernement à la fin de l’exercice, c’est-à-dire ses créances, ses actifs et sa dette nette.

Le vérificateur général présente un audit annuel de ce document au Président, qui est ensuite déposé à la Chambre et automatiquement renvoyé au Comité permanent des comptes publics.

Rapports ministériels sur le rendement

Pendant l’automne également, le gouvernement rend publics les rapports ministériels sur le rendement de chaque ministère et organisme. Ces documents font état des réalisations par rapport aux résultats attendus énoncés dans les rapports sur les plans et les priorités correspondants présentés juste avant le début de l’exercice précédent. Ils sont déposés à l’automne par le président du Conseil du Trésor au nom des ministres responsables et sont réputés renvoyés au comité permanent compétent.