Passer au contenu Début du contenu

Publications de la Chambre

Les Débats constituent le rapport intégral — transcrit, révisé et corrigé — de ce qui est dit à la Chambre. Les Journaux sont le compte rendu officiel des décisions et autres travaux de la Chambre. Le Feuilleton et Feuilleton des avis comprend toutes les questions qui peuvent être abordées au cours d’un jour de séance, en plus des avis pour les affaires à venir.

Pour faire une recherche avancée, utilisez l’outil Rechercher dans les publications.

Si vous avez des questions ou commentaires concernant l'accessibilité à cette publication, veuillez communiquer avec nous à accessible@parl.gc.ca.

Publication du jour précédent Publication du jour prochain
Passer à la navigation dans le document Passer au contenu du document

41e LÉGISLATURE, 2e SESSION

HANSARD RÉVISÉ • NUMÉRO 203

TABLE DES MATIÈRES

Le mercredi 29 avril 2015




Débats de la Chambre des communes

VOLUME 147 
l
NUMÉRO 203 
l
2e SESSION 
l
41e LÉGISLATURE 

COMPTE RENDU OFFICIEL (HANSARD)

Le mercredi 29 avril 2015

Présidence de l'honorable Andrew Scheer

    La séance est ouverte à 14 heures.

Prière


[Déclarations de députés]

  (1400)  

[Traduction]

    Puisque nous sommes mercredi, nous allons maintenant chanter l’hymne national, qui sera entonné par le député d'Ottawa—Vanier.
    [Les députés chantent l'hymne national.]

DÉCLARATIONS DE DÉPUTÉS

[Déclarations de députés]

[Français]

La Fromagerie du Presbytère

    Monsieur le Président, il y a 10 ans, la famille Morin de Sainte-Élizabeth-de-Warwick transformait le vieux presbytère situé en face de sa ferme en fromagerie. La notoriété de ses fromages ne cesse de croître depuis ce moment.
    Le Laliberté, de la Fromagerie du Presbytère, vient d'être couronné le meilleur fromage à la neuvième édition du Grand Prix des fromages canadiens, qui comportait 81 finalistes.
    Citons le président du jury:
    Sa triple crème aromatique exquise et la tendreté de sa croûte fleurie en font un fromage onctueux aux saveurs bien équilibrées et aux notes de champignons, de pâturages et de légumes racines.
    De quoi nous ouvrir l'appétit! La Fromagerie du Presbytère a de plus remporté deux autres prix avec son Bleu d'Élizabeth et son Louis d'Or, le champion canadien en 2011.
    Sainte-Élizabeth-de-Warwick est maintenant un rendez-vous incontournable lors des vendredis d'été, où est servie la production du jour, et lors de la balade gourmande automnale, qui attire des visiteurs de partout au Québec.
    C'est avec beaucoup de fierté que je félicite la famille Morin et ses employés, de véritables ambassadeurs de notre région et du Québec, qui offrent sur notre table des fromages d'une qualité exceptionnelle.

[Traduction]

La fiscalité

    Monsieur le Président, on dirait que les néo-démocrates et les libéraux ne pensent qu'à hausser les impôts. Leurs programmes d'impôts élevés nuiraient aux familles de travailleurs.
     De ce côté-ci de la Chambre, nous croyons qu'il faut aider les familles. Grâce à la prestation universelle pour la garde d'enfants bonifiée, par exemple, les parents d'enfants de moins de 6 ans recevront près de 2 000 $, et les parents d'enfants âgés de 6 à 17 ans recevront 720 $.
    Il reste moins de trois jours pour s'inscrire à la prestation universelle pour la garde d'enfants bonifiée, si on veut la recevoir en juillet. C'est pourquoi le gouvernement exhorte les centaines de milliers de familles qui ne se sont pas encore inscrites à le faire en visitant le www.canada.ca/reductionsdimpot.
     On estime qu'environ 10 200 familles de la Saskatchewan ne sont pas encore inscrites. Cela signifie qu'environ 18 720 enfants ne bénéficieront pas de la prestation bonifiée en juillet. À Prince Albert seulement, il y a encore près de 500 familles qui ne sont pas inscrites.
    Pendant que les néo-démocrates et les libéraux se concentrent sur la hausse des impôts, nous travaillons d'arrache-pied afin de nous assurer que les mères et les pères puissent tous garder une plus grande part de l'argent qu'ils ont durement gagné.

  (1405)  

La Royal City Musical Theatre Company

    Monsieur le Président, je suis fier d'intervenir aujourd'hui pour rendre hommage à un groupe très spécial, la Royal City Musical Theatre Company de New Westminster. Cette troupe a participé aux célébrations entourant le 65e anniversaire du vénérable théâtre Massey en interprétant de façon somptueuse un chef-d'oeuvre classique, My Fair Lady. La Royal City Musical Theatre Company est une troupe unique, qui connaît un succès retentissant et qui se compose principalement de bénévoles dédiés à enrichir notre vie.
    J'ai assisté à la comédie musicale My Fair Lady avec ma famille. La production était éblouissante sur le plan visuel: costumes colorés, décors somptueux. Grâce à leur talent, les chanteurs et les 22 musiciens de l'orchestre ont rendu justice à la merveilleuse trame musicale de cette pièce. Ce fut une expérience inoubliable: une combinaison unique d'arts visuels, de chant, de danse, de jeu théâtral et de maîtrise exceptionnelle d'instruments de musique.
    La qualité et le professionnalisme des productions de cette troupe lui ont valu le respect des amateurs de comédie musicale partout en Colombie-Britannique.
    Je dis un gros bravo à la Royal City Musical Theatre Company pour son excellence artistique, son travail acharné et l'enchantement qu'elle produit. Elle mérite amplement d'être ovationnée.

La fiscalité

    Monsieur le Président, la semaine dernière, nous avons tenu notre promesse de parvenir à l'équilibre budgétaire et d'instaurer le fractionnement du revenu pour les familles qui ont des enfants.
    Un sondage effectué auprès de mes électeurs révèle que la grande majorité d'entre eux appuient cette mesure, parce qu'elle est juste, favorise les familles et reconnaît la contribution inestimable que les mères et les pères au foyer apportent à leur famille et à l'ensemble de la société.
    Ne vous laissez pas berner par les détracteurs de cette mesure, qui affirment qu'elle ne servira qu'aux riches. Ils veulent simplement continuer à prendre l'argent des familles.
    Je viens d'une famille de 14 enfants. Mon père était enseignant et ma mère restait à la maison. Le fractionnement du revenu les aurait de toute évidence aidés, comme il aurait, du reste, aidé la plupart des familles de la petite ville où j'ai grandi, où il n'y avait pas de riches.
    Le fractionnement du revenu ne résoudra pas tous les problèmes de l'univers — personne n'a prétendu le contraire —, mais il aidera la plupart des familles qui comptent deux parents. Il sera avantageux pour ces familles, à moins qu'elles ne paient pas du tout d'impôt ou que les revenus des deux parents se situent dans la même tranche d'imposition. Les parents seuls profiteront des autres mesures prévues dans notre programme fiscal à l'endroit des familles.
    Je suis fier qu'une promesse électorale se concrétise par une mesure importante qui rend le régime fiscal équitable pour toutes les familles.

La paranatation

    Monsieur le Président, je prends la parole aujourd'hui pour rendre hommage à Katarina Roxon, une athlète exceptionnelle de Kippens, dans la circonscription de Random—Burin—St. George's.
    Depuis qu'elle s'adonne à la paranatation, Katarina a acquis une feuille de route impressionnante et elle continue d'améliorer ses performances pendant qu'elle bat des records canadiens et mondiaux. Au début du mois de mars, elle a établi deux records mondiaux et trois records nationaux lors des championnats de natation de la Côte Est, à Mount Pearl. Elle a ensuite remporté deux médailles d'or, deux médailles d'argent et une médaille de bronze aux championnats internationaux Can-Am de natation, à Toronto. Elle a remporté une place dans les équipes qui représenteront le Canada aux championnats du monde de natation de l'IPC qui auront lieu à Glasgow, en Écosse, et aux Jeux parapanaméricains qui se tiendront à Toronto.
    Katarina est une athlète disciplinée et vise à exceller au cours de ces deux compétitions prestigieuses. Compte tenu de sa détermination, il n'est pas étonnant qu'elle soit devenue une nageuse de calibre mondial. Katarina contribue aussi à son sport. En effet, elle est entraîneure au club de natation Aqua Aces, à Stephenville, où elle prépare une nouvelle génération de nageurs à réaliser leur potentiel.
    J'invite les députés à se joindre à moi pour féliciter Katarina Roxon de ses exploits remarquables en paranatation et pour lui souhaiter tout le succès possible.

Des Félicitations à l'occasion d'un départ à la retraite

    Monsieur le Président, aujourd'hui, je souhaite souligner le départ à la retraite de deux hommes qui ont été tous les deux une importante source d'inspiration à Sault Ste. Marie: M. Joe Fratesi, le directeur général de la Ville, et M. Bill Freiburger, le trésorier et commissaire des finances.
    De 1976 à 1982, soit pendant trois mandats, Joe a servi à titre de conseiller municipal pour le district 6. C'est lui qui a eu les plus longs états de service à titre de maire, puisqu'il est resté en poste de 1985 à 1996, et les plus longs états de service à titre de directeur général de la Ville, fonction qu'il occupe depuis 1996. J'ai travaillé aux côtés de Joe en tant que conseiller municipal et en tant que député et ce fut un honneur.
    Sous la gouverne de Bill, qui a dirigé le service des finances pendant 30 ans, les services offerts à Sault Ste. Marie se classaient parmi les meilleurs du Nord de l'Ontario, et les taxes, parmi les moins élevées. Je lui en suis reconnaissant.
    Je leur souhaite une bonne retraite et je les remercie tous les deux de leurs conseils et de leur travail durant toutes ces années.

[Français]

L'assurance-emploi

    Monsieur le Président, en proposant un budget pour les mieux nantis, le gouvernement conservateur a raté une belle occasion de faire preuve d'humanité envers les personnes gravement malades qui doivent cesser de travailler pour se faire soigner, comme c'est le cas de Mme Monette.
    Cette citoyenne de Rivière-du-Nord, qui lutte contre un cancer mène aussi un combat pour que l'on modifie les règles du régime d'assurance-emploi.
    Après avoir cotisé toute sa vie au régime, voilà qu'on lui a coupé les vivres après 15 semaines de prestations. Cette mère monoparentale, qui a été prévoyante en mettant de l'argent de côté pour sa retraite, ne peut avoir accès à l'aide de dernier recours.
    Le gouvernement a choisi d'aider les plus riches plutôt que d'aider les milliers de chômeurs malades qui luttent pour survivre. Je souhaite bonne chance à Mme Monette et à tous ceux et celles qui combattent cette terrible maladie. Nous sommes à leurs côtés. Ils peuvent compter sur moi et sur le NPD pour mettre en place un gouvernement à visage plus humain et sensible à la souffrance de ses citoyens.

  (1410)  

[Traduction]

Le député d'Okanagan-Shuswap

    Monsieur le Président, même si je ne serai pas candidat aux élections de 2015, j'éprouve un sentiment d'accomplissement, alors que je m'apprête à quitter cet endroit.
    Cela a été pour moi un honneur d'avoir pu apporter ma modeste contribution à un gouvernement ayant donné une nouvelle orientation à notre pays. Le gouvernement conservateur a mis fin à la culture du « tout m’est dû » qui régnait sous l'ancien gouvernement libéral, choisissant plutôt de se concentrer sur la protection des contribuables et la reddition de comptes.
    Tandis que les libéraux mettent l'accent sur des groupes d'intérêt minoritaires, le gouvernement met, quant à lui, l'accent sur les familles et les personnes âgées canadiennes. Notre système de justice est axé sur les droits des victimes d'actes criminels, et pas seulement sur ceux des délinquants. Le gouvernement actuel a aidé les provinces en augmentant les paiements de transfert qui leur sont versés pour la santé, l'éducation et les programmes sociaux, au lieu de les réduire comme le gouvernement libéral l'a fait pour équilibrer le budget.
    Le Plan d'action économique du gouvernement crée des emplois, favorise la croissance, assure la prospérité des Canadiens et permet d'équilibrer le budget. Le Parti libéral, quant à lui, n'a aucun plan à proposer pour l'économie canadienne, à l'exception de plus d'impôts et de programmes. Les budgets que nous avons présentés ont permis d'investir dans l'infrastructure, en collaboration avec les collectivités et les provinces.
    Je quitterai la Chambre en sachant que j'ai contribué un peu à améliorer le sort des Canadiens et des habitants d'Okanagan—Shuswap.

Scarborough-Centre

    Monsieur le Président, le 28 mars, j'ai eu l'occasion de me joindre aux bénévoles de l'organisation Armenian Family Support Services sur le chantier de construction d'Habitat pour l'humanité dans ma circonscription, Scarborough-Centre.
    Pour souligner le centenaire du génocide arménien, cette organisation a participé à un projet de construction ayant pour thème « Construire dans la foi », pour rendre hommage aux victimes et pour redonner à la collectivité. À cette fin, elle a lancé le défi à 100 jeunes, qui, munis de casques protecteurs et de marteaux, se sont attelés à la tâche.
    Ce jour-là, j'ai aussi eu l'immense honneur de faire la connaissance d'Eugenie Yerganian Papazian, une survivante du génocide arménien. J'ai eu l'occasion d'entendre son récit et de célébrer son 100e anniversaire.
    Je profite de l'occasion pour remercier l'église arménienne Holy Trinity, l'organisation Armenian Family Support Services et Habitat pour l'humanité de leur excellent travail au sein de nos collectivités.

[Français]

Le 350e anniversaire de Louiseville

    Monsieur le Président, j'aimerais prendre le temps de souligner un grand moment d'histoire dans ma circonscription.
    En 1665 débarquait le régiment de Carignan-Salières, qui fut à l'origine de la fondation de la ville de Louiseville. En effet, Louiseville est au coeur de ma circonscription, Berthier—Maskinongé, et cette année, elle écrit une page importante de notre histoire en célébrant son 350e anniversaire. Cela en fait l'une des plus anciennes villes au Québec.
    Tout au long de l'année, plusieurs activités et festivités seront offertes aux gens de ma circonscription et de partout au Québec afin d'honorer la riche histoire de Louiseville. Par exemple, du 30 avril au 2 mai, le pièce de théâtre Il était une fois... en 1952 sera interprétée par sept comédiens de la région. Cette pièce sera l'une des nombreuses activités remémorant les moments marquants de cette ville.
    Je tiens à féliciter les organisateurs, dont la présidente du comité, Doris Scott, les nombreux bénévoles et les partenaires, pour ce moment unique pour la ville de Louiseville. Ils apportent une grande contribution au rayonnement de notre belle région un peu partout au Québec.
    Joyeux anniversaire Louiseville!

[Traduction]

Les cérémonies commémorant la libération des Pays-Bas

    Monsieur le Président, la libération des Pays-Bas, dans laquelle le Canada a joué un rôle primordial, fut un épisode important de la lutte menée par les alliés pour libérer les Européens de la tyrannie et de l'oppression.
    Le gouvernement estime qu'il est important de célébrer le 70e anniversaire de la libération des Pays-Bas; il enverra donc une délégation multipartite dirigée par le ministre des Anciens Combattants. Plus de 60 anciens combattants qui ont contribué à la libération de ce pays y participeront.
    Malheureusement, l'un d'entre eux, M. Art Boon, que le gouvernement néerlandais a invité, ne peut pas être accompagné par son fils, un enseignant, parce que le conseil scolaire du district d'Avon Maitland refuse d'accorder un congé non payé à Rick Boon pour qu'il puisse accompagner son père et s'en occuper. C'est absolument honteux! Je demande encore une fois au conseil scolaire de faire ce qui s'impose et de revenir sur sa décision.

  (1415)  

[Français]

La condition féminine

    Monsieur le Président, lundi, un rapport d'ONU Femmes a été publié. Ce rapport démontre que les gouvernements ont des responsabilités à prendre pour que l'égalité réelle soit atteinte.
    Je me permets d'en citer un passage: « Les divisions entre les politiques économique et sociale sont artificielles ; il est indispensable de connecter les deux pour réaliser les droits ».
    Malheureusement, les dernières années l'ont démontré, les conservateurs n'écoutent pas les experts. Qu'il s'agisse d'égalité des sexes, d'environnement ou d'économie, je fais toujours le même constat. Depuis 2006, le Canada n'est plus gouverné par le savoir, l'expertise ou la science. Le Canada a été abandonné aux mains malhabiles et malhonnêtes de l'idéologie conservatrice.
    Les Canadiens en ont assez. En octobre, ils agiront en conséquence.

La fiscalité

    Monsieur le Président, hier, le chef de l'opposition a qualifié nos baisses d'impôt de « cadeaux ». De ce côté-ci de la Chambre, nous ne nous excuserons pas de permettre aux Canadiens de garder plus d'argent dans leurs poches.
    C'est pourquoi nous aidons les familles canadiennes de la classe moyenne par l'entremise de notre nouvelle Baisse d'impôt pour les familles et de la bonification de la Prestation universelle pour la garde d'enfants. Ces mesures profiteront à 100 % des familles avec enfants, ce qui permettra à toutes les familles de garder plus d'argent dans leurs poches.
    Le NPD et les libéraux ont une chose en commun: ils pensent tous les deux que l'argent des contribuables leur appartient. Le NPD et les libéraux enlèveraient cet argent aux Canadiens et le dépenseraient dans une lourde bureaucratie gouvernementale.
    Force est d'admettre que les députés du NPD et du Parti libéral sont loin d'être soucieux de défendre les intérêts des familles canadiennes et québécoises. Les électeurs s'en souviendront.
    Seul un gouvernement conservateur laisse l'argent des Canadiens dans leurs poches.

[Traduction]

La Journée internationale de la danse

    En cette Journée internationale de la danse, monsieur le Président, manifestons ouvertement et de manière tangible notre appui pour les danseurs, les chorégraphes et les producteurs qui, sur les scènes du monde entier, nous rappellent de façon aussi désintéressée que spectaculaire que la danse est à la fois une activité captivante et une forme d'art hors du commun que nous, législateurs, nous devons d'encourager et de soutenir. Rien d'autre que la danse ne permet à l'être humain de se mettre au diapason de son corps et de son âme, de ses émotions et de son énergie, voire, d'une certaine manière, de l'univers entier.

[Français]

    Nous-mêmes, nous toutes et tous ici, artistes de l'imminente chorégraphie électorale, qui savons que faire de la politique, c'est comme danser sur des oeufs et que le moindre faux pas, la moindre pirouette mal faite risque de donner des oeufs brouillés, saluons nos danseurs et donnons leur notre appui en plus de notre admiration, eux qui s'en tirent bien mieux que nous.

[Traduction]

    Laissons-nous emporter par la danse tous les jours, mais encore plus aujourd'hui.

La sécurité publique

    Monsieur le Président, le gouvernement conservateur a toujours veillé à la protection des Canadiens. Nous avons pris des mesures vigoureuses pour que les agents de la paix aient les outils dont ils ont besoin pour faire leur travail. Nous avons, entre autres, adopté plus de 30 nouvelles dispositions législatives pour sévir contre les criminels et nous avons fait des investissements sans précédent dans la prévention du crime et l'application de la loi.
    Fait intéressant, le nouveau candidat libéral Bill Blair a appuyé la Loi sur la sécurité des rues et des communautés du gouvernement conservateur, disant: « Cette nouvelle mesure législative répond aux besoins d'aujourd'hui et permettra à la police de mieux protéger les collectivités qu'elle dessert. » Cela tranche nettement avec l'attitude du chef libéral, qui a voté contre ce projet de loi et est même allé jusqu'à dire qu'il abrogerait toutes les peines d'emprisonnement minimales.
    Pendant que Bill Blair et le chef libéral se demandent quels criminels dangereux devraient être emprisonnés et combien de temps ils devraient rester derrière les barreaux, le gouvernement conservateur continuera de prendre des mesures vigoureuses pour protéger ses concitoyens canadiens.

La reddition de comptes par le gouvernement

    Monsieur le Président, hier, le vérificateur général a publié un autre rapport cinglant. Les Premières Nations se voient obligées d'obtenir leurs services de santé dans des cliniques inadéquates avec du personnel ayant une formation insuffisante. Des cas de mauvaise gestion ont été relevés au bureau de l'ombudsman des Forces canadiennes. Les conservateurs n'évaluent même pas les répercussions des baisses d'impôt dont ils font cadeau aux riches. D'une année à l'autre, ces vérifications révèlent le même genre de choses.
    Malgré leur rhétorique et leurs efforts d'autopromotion, les conservateurs sont tout simplement incompétents lorsque vient le temps de gouverner le pays, d'assurer la sécurité des Canadiens et de gérer les finances publiques. Ils sont même pires qu'incompétents puisqu'aucun ministre n'accepte jamais la responsabilité de cette incompétence.
    Les Canadiens ne s'attendent pas à ce que le gouvernement soit parfait, mais bien à ce qu'il reconnaisse sa responsabilité lorsqu'il commet des erreurs. Dans quelques mois, les conservateurs récolteront ce qu'ils ont semé et seront congédiés par les Canadiens, qui éliront un gouvernement néo-démocrate ayant des principes.

  (1420)  

La fiscalité

    Monsieur le Président, je prends la parole aujourd'hui parce que j'ai une bonne nouvelle pour les familles de travailleurs de la circonscription de Miramichi.
    Le gouvernement conservateur baisse les impôts des familles de la classe moyenne. Comme nous l'avons annoncé dans le budget équilibré que le ministre des Finances a présenté la semaine dernière, le gouvernement a bonifié et prolongé la prestation universelle pour la garde d'enfants afin que toutes les familles ayant des enfants aient plus d'argent. Peu importe leur revenu ou le type de services de garde qu'ils choisissent, les parents recevront près de 2 000 $ par année pour chaque enfant de moins de 6 ans, et 720 $ par année pour chaque enfant âgé entre 6 et 17 ans.
    Il y a encore près de 200 000 familles canadiennes admissibles à cette prestation offerte par le gouvernement conservateur qui ne l'ont malheureusement pas demandée. J'encourage vivement toutes les familles de la circonscription de Miramichi à consulter le site Web à l'adresse www.canada.ca/reductionsdimpot afin qu'elles puissent recevoir tout l'argent qu'elles méritent.

QUESTIONS ORALES

[Questions orales]

[Français]

L'éthique

    Monsieur le Président, la Constitution du Canada est claire, limpide et précise sur les nominations au Sénat. Un sénateur doit « être domicilié dans la province pour laquelle il est nommé ».
    Qu'a fait le premier ministre lorsque Mike Duffy lui a dit qu'il résidait non pas à l'Île-du-Prince-Édouard, mais en Ontario?

[Traduction]

    Monsieur le Président, il est honteux que le NPD essaie maintenant de présenter Mike Duffy comme une victime. Le gouvernement continuera d'offrir toute l'aide possible à la Couronne dans sa poursuite contre M. Duffy. Cela dit, ce sont les actions de M. Duffy qui sont en ce moment examinées par le tribunal.
    Monsieur le Président, comme vous le savez, il serait évidemment déplacé que je commente les éléments de preuve qui ont été soumis à la cour.
    En fait, monsieur le Président, le député vient tout juste de commenter les éléments de preuve qui ont été soumis à la cour, car il vient de nous dire que le gouvernement offre son aide dans le cadre du procès de Mike Duffy en fournissant des preuves à la cour. Pourquoi alors le gouvernement ne fait-il pas de même en ce qui concerne Carolyn Stewart-Olsen? Ah! je sais: c'est parce qu'elle n'a jamais été traduite devant les tribunaux, car elle est encore très près des conservateurs. C'est seulement lorsqu'une personne tombe en disgrâce qu'elle se retrouve dans le pétrin.
    Voici la réponse du gouvernement. Il a diffusé une note indiquant que toute personne qui possède une propriété dans une province donnée peut déclarer qu'elle est résidente de cette province, même si elle ne vit pas vraiment là-bas. C'est le gouvernement qui a affirmé une telle chose. Pourquoi a-t-il dit aux sénateurs qu'ils peuvent mentir au sujet de l'endroit où ils habitent?
    Monsieur le Président, la pratique constitutionnelle à cet égard est claire depuis près de 150 ans.
    Puisqu'il est question de déformer la vérité, parlons un peu du NPD. Ainsi, 68 députés de ce parti sont allés à l'encontre du Règlement de la Chambre et ont payé les frais de bureaux politiques partisans à Montréal. En fait, le chef de l'opposition lui-même doit plus de 400 000 $ aux contribuables canadiens. Il refuse de rembourser cet argent. Il a enfreint les règles. Les 67 autres députés de son parti et lui doivent rembourser cet argent aux contribuables.
    Monsieur le Président, pour Dean del Mastro, on parle d'un vrai tribunal. Mais les conservateurs et les libéraux ont droit à un tribunal fantoche.
    Chaque année, le gouvernement gaspille 100 millions de dollars du Trésor public pour payer le salaire et les dépenses des sénateurs; 100 millions. Les Canadiens ne savent pas quelle partie de cette somme est utilisée à mauvais escient par des gens comme Mike Duffy et Mac Harb, et le gouvernement fait tout son possible pour empêcher que nous le découvrions.
    Encore une fois, les conservateurs établissent un tribunal fantoche. Leur but, cette fois-ci est de protéger les sénateurs qui facturent des dépenses frauduleuses. S'ils n'ont rien à cacher, pourquoi ne pas laisser ces renseignements sortir au grand jour?
    Il va sans dire, monsieur le Président, que je rejette la prémisse de cette question.
    En réalité, ce sont les néo-démocrates qui sont aux prises avec les tribunaux. Ils sont aux prises avec les tribunaux parce que 68 de leurs députés ont utilisé illégalement les ressources de la Chambre des communes et les fonds publics pour payer des bureaux illégaux à Montréal. Ils doivent 2,7 millions de dollars aux contribuables canadiens. Le chef de l'opposition doit lui-même 400 000 $, et 67 autres députés doivent le reste des 2,7 millions.
    Je l'encourage à agir comme il se doit envers les contribuables et à rembourser ces fonds.

  (1425)  

Le budget

    Monsieur le Président, nous connaîtrons le sérieux de ces allégations le jour où le député aura le courage de se lever et d'aller répéter à l'extérieur de cette enceinte ce qu'il vient de dire. Il apprendra quelle est la différence entre un vrai tribunal et un tribunal fantoche.

[Français]

    Dans leurs publicités, cette année, le salaire moyen d'une femme au Canada aurait chuté de 40 000 $ pour correspondre à leur manière de faire des budgets.
    Peuvent-ils nous expliquer comment il se fait que, cette année, dans leur analyse, la femme canadienne moyenne gagne 40 000 $ de moins que l'année passée?

[Traduction]

    Monsieur le Président, ne vous méprenez pas. Le gouvernement a présenté un budget axé sur des impôts bas; cette approche fiscale renforcera l'économie et créera des emplois. Au sujet des 42 000 $ dont il vient d'être question, je signale que le député et son parti veulent retirer toutes les mesures accordées aux particuliers qui gagnent ce revenu, car ils estiment qu'ils font partie des biens nantis du Canada. La moitié des comptes d'épargne libres d'impôt appartiennent à des gens qui gagnent moins de 42 000 $. D'après les néo-démocrates, ce sont les riches canadiens. Ils veulent imposer davantage les Canadiens à revenu élevé. Nous ne les laisserons pas faire.

Les affaires autochtones

    Monsieur le Président, la seule fois que le député a dit quelque chose de sensé, c'est la semaine dernière, quand il s'est demandé tout haut si le gouvernement ne devrait pas avoir honte.
    Les échecs du gouvernement en matière de politique fiscale trahissent son incompétence, mais ses échecs dans le dossier des soins de santé pour les Premières Nations trahissent plutôt son mépris et sa négligence. Les Premières Nations de l'Ontario et du Manitoba ne reçoivent pas les soins de base que devrait leur fournir le gouvernement fédéral. Rien ne leur garantit l'accès à des soins cliniques. Les dispensaires infirmiers connaissent de graves problèmes de santé et de sécurité. Sur les 45 infirmières évaluées, une seule avait suivi une formation digne de ce nom.
    La santé des Autochtones constitue une responsabilité fédérale. Pourquoi négliger ainsi les Premières Nations?
    Monsieur le Président, je suis fière d'annoncer que Santé Canada est en bonne voie régler la totalité des problèmes relevés par le vérificateur général.
     Notre principaqle priorité consiste à faire le nécessaire pour que les Autochtones qui vivent dans une réserve aient accès à des fournisseurs de soins de santé. Nous faisons en sorte qu'il y ait des infirmières dans les réserves, et nous comptons sur le programme d'exonération de remboursement du prêt d'études pour les médecins de famille et le personnel infirmier pour convaincre plus de professionnels de la santé d'aller travailler dans les réserves.
    Nous avons aussi lancé une stratégie de recrutement et de maintien en poste qui remporte beaucoup de succès; nous avons reçu plus de 250 candidatures. Cela étant dit, si une personne est malade, nous n'hésiterons évidemment pas à recourir aux mécanismes d'urgence...
    Des voix: Oh, oh!
    À l'ordre. Je tiens à signaler aux autres députés que nous avons changé de sujet.
    Certains semblent en effet continuer à parler des sujets précédents. S'ils y tiennent, ils peuvent toujours quitter la salle, mais je les prierais de s'abstenir de converser quand la parole est à un ou une de leurs collègues.
    Le député de Beauséjour a la parole.

[Français]

L'éthique

    Monsieur le Président, Mike Duffy lui-même était tellement inquiet de ne pas satisfaire aux exigences constitutionnelles pour être sénateur de l'Île-du-Prince-Édouard qu'il a demandé au premier ministre d'être nommé sénateur de l'Ontario. C'est logique, puisque M. Duffy habitait Ottawa depuis 40 ans.
    Le premier ministre est-il à ce point déconnecté de la réalité qu'il a pensé ignorer la Constitution et nommer Mike Duffy sénateur de l'Île-du-Prince-Édouard, pour ensuite feindre la surprise parce que le sénateur Duffy habitait Ottawa depuis 40 ans?

[Traduction]

    Monsieur le Président, les néo-démocrates et les libéraux cherchent à faire une victime de Mike Duffy. Nous savons bien pourquoi.
    Bien entendu, le NPD a encore des comptes à rendre à l'égard du fait que 68 de ses députés ont illégalement utilisé les ressources de la Chambre, prétendant embaucher des gens pour travailler dans leurs bureaux à Ottawa alors qu'ils les envoyaient à Montréal, en contravention du Règlement de la Chambre.
    En tout et pour tout, le NPD et le Parti libéral doivent justifier l'utilisation illégale de près de 45 millions de dollars en ressources de la Chambre des communes et des contribuables. Ils ont promis de rembourser ces sommes. Ils ne l'ont jamais fait. Ils sont devant les tribunaux. Les deux partis veulent créer une coalition.
    Bon sang...
    Des voix: Oh, oh!

  (1430)  

    Le député de Beauséjour a la parole.
    Monsieur le Président, Mike Duffy lui-même craignait tant de ne pas répondre aux exigences constitutionnelles en matière de résidence à respecter pour devenir sénateur de l'Île-du-Prince-Édouard qu'il a demandé au premier ministre de le nommer sénateur pour la province de l'Ontario. C'est logique, car M. Duffy réside à Ottawa depuis plus de 40 ans.
    Le premier ministre est-il si déconnecté de la réalité qu'il pensait pouvoir contourner la Constitution et nommer Mike Duffy comme sénateur de l'Île-du-Prince-Édouard, tout cela pour avoir la chance de s'indigner à la nouvelle que Mike Duffy vit à Ottawa depuis 40 ans?
    Monsieur le Président, je répète que la pratique constitutionnelle à cet égard est claire depuis près de 150 ans.
    Je profite de l'occasion pour rappeler que lorsque nous faisions des pieds et des mains pour imposer des mesures de reddition de comptes au Sénat, les néo-démocrates et les libéraux cherchaient à présenter ces gens comme des victimes. Mac Harb, ancien sénateur déchu qui représentait Ottawa avec ce député à la Chambre avant de devenir sénateur, est accusé d'avoir détourné 240 000 $ de l'argent des contribuables. Les libéraux doivent répondre de cela.
    Bien sûr, qui peut oublier le sénateur de Puerto Vallarta nommé par le premier ministre Trudeau. La Chambre peut-elle s'imaginer de quoi aurait l'air une coalition avec, à sa tête, ce faux chef et le leader de l'opposition comme vice-premier ministre...
    À l'ordre. Le député de Kings—Hants a la parole.

L'emploi

    Monsieur le Président, la période des examens tire à sa fin et les étudiants tentent tant bien que mal de trouver du travail pour l'été. Les conservateurs croient qu'il est beaucoup plus important de faire de la promotion partisane au moyen de publicités gouvernementales que d'aider les jeunes à trouver un emploi d'été.
    Les conservateurs ont éliminé la moitié des postes créés dans le cadre du programme Emplois d'été Canada. Pourtant, le coût d'une seule publicité diffusée pendant les séries de la Ligue nationale de hockey équivaut au financement nécessaire pour créer 30 emplois d'été.
    Quand les conservateurs cesseront-ils de gaspiller l'argent des contribuables pour payer ces publicités et commenceront-ils à aider les étudiants à se trouver des emplois d'été?
    Monsieur le Président, nous créons des emplois grâce aux baisses d'impôt, à la formation et au commerce. Nous faisons de la publicité pour informer les familles canadiennes et les jeunes Canadiens de l'existence de ces avantages.
    En fait, c'est grâce à ces publicités que Nina Widmer a appris que nous offrions des subventions aux apprentis. Elle a toujours voulu être maçonne, et cette subvention lui a permis d'obtenir la certification Sceau rouge. Elle a remporté le championnat canadien des compétences, elle n'aura pas de dettes au moment d'obtenir son diplôme et elle est sur le point de démarrer sa propre entreprise de maçonnerie.
    De toute évidence, les libéraux ne veulent pas que Nina et d'autres apprennent l'existence de la subvention pour apprentis puisqu'ils veulent l'éliminer.

L'éthique

    Monsieur le Président, le premier ministre est très chatouilleux quand on lui demande de préciser si Mike Duffy a bel et bien agi en tant qu'intermédiaire entre Enbridge et son cabinet. Nous savons que le premier ministre et son chef de cabinet étaient en communication directe avec M. Duffy au sujet d'Enbridge. Enbridge affirme maintenant qu'elle pensait que ces échanges avec M. Duffy étaient inappropriés et qu'elle a mis en garde le cabinet du premier ministre à ce sujet.
    Le premier ministre pourrait-il confirmer qu'Enbridge a communiqué avec lui et qu'il a pris des mesures pour dire à M. Duffy que ce cas présumé de lobbying inversé était inapproprié? Quelles mesures le premier ministre a-t-il prises?
    Monsieur le Président, il va sans dire que je rejette une grande partie de la prémisse de cette question. Comme cette affaire se trouve actuellement devant les tribunaux, je ne peux pas formuler de commentaires à ce sujet.
    On m'accuse parfois d'être trop partisan. Or, hier soir, quand je suis rentré chez moi, dans mon condo situé dans Ottawa—Centre, j'ai été enchanté de constater que mon député m'avait envoyé un document rempli de conseils fiscaux à l'intention des familles pour l'année 2015. Cette brochure de 14 pages présente les économies d'impôt que peuvent réaliser les Canadiens grâce au gouvernement conservateur.
    Je tiens à remercier le député néo-démocrate d'Ottawa-Centre d'avoir souligné les excellentes économies d'impôt que nous avons mises en avant, de ce côté-ci de la Chambre. J'espère qu'il va continuer de voter pour ces mesures dans le prochain budget. Félicitations.
    Des voix: Bravo!
    À l'ordre, s'il vous plaît. Il ne faudrait pas gâcher un aussi beau moment.
    Le député de Timmins—Baie James a la parole.
    Monsieur le Président, le député pense peut-être que la Chambre des communes est un théâtre de vaudeville. Nous croyons plutôt que c'est un lieu où nous devons exprimer ce que les Canadiens...
    Des voix: Oh, oh!
    M. Charlie Angus: Voici ce qu'il en est, monsieur le Président. Si Enbridge avait bel et bien...
    Des voix: Oh, oh!
    À l'ordre, s'il vous plaît. Le député de Timmins—Baie James a la parole. Les députés sont priés de baisser le ton afin que nous puissions entendre la question.
    Le député de Timmins—Baie James a la parole.

  (1435)  

    Merci, monsieur le Président. Voici ce qu'il en est. Si Enbridge avait bel et bien mis en garde le premier ministre, alors pourquoi le premier ministre a-t-il demandé à Mike Duffy de lui fournir de l'information sur Enbridge le 17 février 2012?
    Trois jours plus tard, M. Duffy a envoyé une note à Nigel Wright et à la direction d'Enbridge. Quel était le contenu de cette note?
    Si le cabinet du premier ministre avait déjà été averti du caractère inapproprié de ces négociations, pourquoi le premier ministre parlait-il encore d'Enbridge avec M. Duffy le 4 avril 2012?
    Monsieur le Président, je rejette tout à fait la prémisse de cette question. Comme je l'ai dit, nous ne formulerons aucun commentaire sur une affaire qui se trouve devant les tribunaux. Ce sont les gestes de M. Duffy qui sont contestés en justice.
    Je ne pense pas que le fait de parler des économies d'impôt que propose le gouvernement, des économies que le député d'Ottawa-Centre a fait ressortir, relève du vaudeville. Le député a notamment parlé du crédit d'impôt pour les apprentis, du fractionnement du revenu et de la prestation universelle pour la garde d'enfants. C'est 14 pages d'économies d'impôt proposées par le gouvernement, mais dont le député s'attribue le mérite.
    Hélas, le député d'Ottawa-Centre a voté contre toutes ces mesures, mais la bonne nouvelle pour les résidants d'Ottawa-Centre c'est que, dans quelques jours, la brochure ne fera plus 14 pages, mais bien 16, 17 ou 18, voire plus, de manière à présenter encore plus d'économies d'impôt.

[Français]

    Monsieur le Président, le silence du premier ministre sur ses rencontres est vraiment troublant. L'ancien chef de cabinet du premier ministre avait des liens avec Enbridge. M. Duffy était en communication avec Enbridge, et le premier ministre a rencontré M. Duffy au sujet d'Enbridge, mais de leur côté, c'est silence radio, comme si de rien n'était.
    Le premier ministre et son équipe ont-ils quelque chose à cacher sur leur rôle et celui de leur sénateur dans le dossier d'Enbridge?
    Monsieur le Président, j'ai déjà répondu à cette question, mais il y a une autre question devant la Chambre. Pourquoi cette députée a-t-elle utilisé plus de 25 000 $, allant à l'encontre les règles de la Chambre, pour un bureau dans sa circonscription?

[Traduction]

     La députée doit près de 30 000 $ aux contribuables canadiens, car au lieu de mettre les ressources fournies au service de sa propre circonscription, elle a injecté les fonds dans un bureau illégal, à Montréal. Elle doit remettre cet argent.

[Français]

    Monsieur le Président, le gouvernement doit défendre les intérêts de tous les Canadiens et de toutes les Canadiennes, pas seulement ceux d'une pétrolière.
    Enbridge prétend qu'à aucun moment elle n'a demandé au sénateur Duffy de favoriser ses intérêts auprès du gouvernement fédéral. Duffy, par contre, a quand même trouvé ces rencontres assez importantes pour envoyer une note au chef de cabinet du premier ministre, le 20 février 2012.
    Le premier ministre a-t-il reçu cette note? Quel était le sujet de sa rencontre avec Duffy le 4 avril 2012?

[Traduction]

    Une fois de plus, monsieur le Président, je ne formulerai aucun commentaire sur une affaire qui se trouve devant les tribunaux. Ce sont les gestes de M. Duffy qui sont actuellement contestés en justice.

[Français]

    En même temps, pourquoi la députée de Québec, par exemple, a-t-elle utilisé jusqu'à 30 000 $, allant à l'encontre des règles de la Chambre?

[Traduction]

     La députée de Québec a détourné des ressources destinées à sa circonscription au profit d'un bureau illégal de Montréal. Elle est l'une des 68 députés du caucus du NPD à avoir enfreint les règles en injectant de l'argent destiné à aider ses concitoyens dans un bureau illégal.
    Les néo-démocrates doivent rembourser cet argent.

La défense nationale

    Monsieur le Président, de graves allégations d'inconduite sexuelle et d'agression sexuelle pèsent sur les forces armées depuis un certain temps. À cela s'ajoute un processus de traitement des plaintes qui laisse à désirer.
    L'année dernière, le chef d'état-major de la Défense a lancé une enquête après que d'horribles cas d'agression sexuelle aient été révélés par les grands médias.
    Le ministre de la Défense nationale peut-il confirmer que le rapport de Mme Deschamps sera rendu public demain? Si non, quand le sera-t-il, et s'agira-t-il de la version intégrale?
    Monsieur le Président, aucune personne qui choisit de servir le Canada dans les forces armées ne devrait être victime de ce genre de comportement dégoûtant et inacceptable. Comme nous l'avons déjà dit, les allégations de harcèlement sexuel dans les forces armées sont vraiment troublantes.
    C'est pourquoi le chef d'état-major de la Défense a commandé un examen externe indépendant sur la façon dont les Forces armées canadiennes règlent les cas d'inconduite sexuelle et de harcèlement sexuel. Il a déjà ordonné l'établissement d'une équipe d'intervention stratégique des Forces armées canadiennes sur l'inconduite sexuelle afin d'élaborer un plan d'action détaillé pour donner suite aux recommandations du rapport. Ce plan d'action, ainsi que le rapport, seront publiés sous peu.

  (1440)  

[Français]

    Monsieur le Président, hier, le vérificateur général a dévoilé de sérieux problèmes au bureau de l'ombudsman de la Défense nationale, le seul bureau vers lequel les membres des Forces armées canadiennes peuvent se tourner en cas de problème. Cela est particulièrement inquiétant compte tenu de l'horrible série d'agressions sexuelles qui a été révélée l'année dernière.
    Il est primordial de prendre ces allégations au sérieux et d'agir. L'enquête à ce sujet est maintenant terminée. Le ministre de la Défense nationale peut-il confirmer que le rapport entier sera publié demain et que les changements nécessaires seront apportés?

[Traduction]

    Monsieur le Président, je le répète, le rapport et le plan d'action seront publiés sous peu.
    Quant au rapport du vérificateur général, le ministère de la Défense nationale accepte toutes les recommandations découlant de l'enquête du vérificateur général. Le manque de responsabilité à l'égard des fonds publics était inacceptable.
    Des mesures ont déjà été prises par le ministère de la Défense nationale et le bureau de l'ombudsman pour renforcer l'obligation de rendre des comptes; il s'agit de mesures concrètes, notamment l'élaboration d'une nouvelle entente pour mieux gérer les employés et les processus en vue d'une meilleure responsabilité financière.

[Français]

Les affaires autochtones

    Monsieur le Président, nous n'avons toujours aucune réponse.
    Un autre dossier fait la preuve de l'incompétence des conservateurs, et c'est celui des services de santé aux autochtones. Comme nous l'apprend le vérificateur général, ces soins laissent grandement à désirer dans les collectivités éloignées du Manitoba et de l'Ontario. Sur l'ensemble des postes de soins infirmiers de Santé Canada, un seul membre du personnel a réussi les cinq cours de formation obligatoires. C'est un seul employé sur un total de 45.
    Pourquoi les conservateurs laissent-ils tomber les communautés éloignées du Nord de l'Ontario et du Manitoba?

[Traduction]

    Monsieur le Président, Santé Canada soutient 734 établissements de santé destinés aux Autochtones, notamment en consacrant 30 millions de dollars par année à leur entretien. Nous venons en outre d'en bâtir cinq autres.
    Mais surtout, tous les Autochtones qui vivent dans une réserve des Premières Nations ont accès en tout temps au transport d'urgence, même pour un simple examen périodique. En cas de problème, ce service est offert en tout temps aux habitants des réserves.
    Le recrutement et le maintien de l'effectif constituent le plus grand défi. Nous avons lancé une campagne dans le but de recruter d'autres infirmières et de les retenir. Elle se déroule bien.

[Français]

La fiscalité

    Monsieur le Président, chaque année, les conservateurs dépensent des milliards de dollars pour offrir des crédits d'impôts et des échappatoires fiscales aux mieux nantis. Les dépenses fiscales de ce gouvernement n'ont pas cessé d'augmenter depuis 10 ans. Le vérificateur général s'inquiète que les conservateurs refusent de nous dire combien coûtent ces cadeaux et à qui ils profitent.
    Les conservateurs rendront-ils publics les rapports internes du ministère des Finances pour faire la lumière sur ces échappatoires fiscales?

[Traduction]

     Monsieur le Président, le gouvernement est convaincu qu'il faut limiter les impôts, mais il croit aussi que les entreprises et les Canadiens doivent tous payer leur juste part d'impôts. Voilà pourquoi, depuis 2006, nous avons pris des mesures énergiques pour éliminer plus de 85 échappatoires fiscales, ce qui représente des milliards de dollars par année. Cela contribue à réduire les impôts de tous les Canadiens plutôt que de laisser cette chance à quelques privilégiés.
    Monsieur le Président, les conservateurs ont commencé par cacher le ministre des Finances. Maintenant, ils dissimulent les détails de leur budget. Il faut les comprendre. Les conservateurs ont concentré toute leur énergie à accorder des milliards de dollars aux riches et à leurs amis influents. Le vérificateur général nous apprend maintenant que les conservateurs n'ont même pas pris la peine de compter l'argent qu'ils ont jeté par les fenêtres. Ils n'ont même pas jugé bon de savoir où va l'argent accordé et de vérifier que leurs programmes sont efficaces. Ils doivent avoir emprunté le même manuel de comptabilité qu'utilise le Sénat.
    Les conservateurs affirment que les bonnes nouvelles se diffusent d'elles-mêmes. Est-ce pour cette raison qu'ils dépensent des millions de dollars pour faire accepter leur mauvais budget?
    Monsieur le Président, les néo-démocrates déclarent une chose à la Chambre, mais disent le contraire dans leur circonscription. Au Parlement, ils disent que les crédits d'impôt sont des cadeaux fiscaux, mais le député néo-démocrate d'Ottawa-Centre s'en attribue le mérite dans son guide sur les avantages fiscaux. Il y fait notamment la promotion du crédit d'impôt pour la condition physique des enfants, auquel il s'est pourtant opposé, ainsi que du fractionnement du revenu de pension des aînés et de l'augmentation des pensions. N'en déplaise au député néo-démocrate d'Ottawa-Centre, il ne s'agit pas de cadeaux, mais d'allégements fiscaux. Souhaitons que les néo-démocrates appuieront les prochains allégements fiscaux qui seront proposés à la Chambre des communes.

[Français]

L'emploi

    Monsieur le Président, nos jeunes terminent l'école et s'inquiètent déjà de ne pas avoir d'emploi cet été.
     Plutôt que d'aider nos étudiants, les conservateurs préfèrent dépenser l'argent des contribuables pour des publicités partisanes. De plus, ils ont supprimé la majorité des emplois du programme Emplois d'été Canada.
    Retirer une seule annonce publicitaire dans le cadre des séries éliminatoires de la Ligue nationale de hockey permettrait à 30 jeunes de trouver un emploi cet été.
    Pourquoi donc les conservateurs continuent-ils de dépenser l'argent des contribuables pour des publicités partisanes, plutôt que d'aider nos jeunes à trouver un emploi?

  (1445)  

    Monsieur le Président, les libéraux ont utilisé des publicités dans le cadre du scandale des commandites pour redonner de l'argent à leurs amis libéraux.
     Nous utilisons les publicités afin d'informer les Canadiens des réductions d'impôt et des augmentations des prestations. Nous faisons des publicités pour expliquer les réductions d'impôt pour les familles, qui leur feront épargner 2 000 $, et l'augmentation de la Prestation universelle pour la garde d'enfants, qui accordera 2 000 $ aux familles pour chaque enfant de moins de 6 ans et 720 $ pour chaque enfant de 6 à 17 ans. Nous donnons de l'argent directement aux contribuables en réduisant leurs impôts.

[Traduction]

L'environnement

    Monsieur le Président, les conservateurs ont consacré 750 millions de dollars à de la publicité autopromotionnelle tout en reprenant plus de 900 millions de dollars à Environnement Canada. On dirait que l'autopromotion est plus importante que les espèces en péril ou que les déversements toxiques à Vancouver ou que le gros problème tellement évident dont on refuse de parler, les changements climatiques.
    Est-ce que le gouvernement va se vanter dans une publicité d'avoir réduit de 12 millions de dollars le budget pour la protection des espèces en péril? Va-t-il se payer une publicité sur la coupe de 188 millions de dollars qu'il a faite dans la lutte contre les changements climatiques?
    N'est-il pas ironique et tragique que le budget d'Environnement Canada serve à financer la publicité du Parti conservateur?
    Monsieur le Président, aucun gouvernement fédéral n'a fait plus pour l'environnement que le présent gouvernement dans le budget de 2015. Le budget prévoit des fonds pour les sites contaminés fédéraux, les transports en commun, les services d’avertissement météorologiques et de navigation de l’Arctique et le Plan de gestion des produits chimiques.
    La présidente de l'Association canadienne de produits de consommation spécialisés a dit:
    Nous voyons ce plan comme une suite aux initiatives de premier plan à l'échelle mondiale [...]
    Que feraient les libéraux? Ils hausseraient les impôts des consommateurs canadiens et des familles de la classe moyenne.

La sécurité publique

    Monsieur le Président, les budgets sont une question de priorités. Malheureusement, chaque année, 25 policiers et pompiers en moyenne meurent dans l'exercice de leurs fonctions. Fournir une indemnisation pour ces héros coûterait moins de la moitié de ce que dépense le gouvernement actuel pour des publicités bidon, médiocres et partisanes. Il faudrait sept millions de dollars.
    La question que je pose au premier ministre est la suivante: comment justifie-t-il le gaspillage de 14 millions de dollars tirés des fonds publics?
    Monsieur le Président, bien entendu, nous n'avons aucune leçon à recevoir du troisième parti en ce qui concerne le soutien offert aux policiers et aux premiers intervenants du pays. En fait, c'est le Parti libéral qui, quand il était au pouvoir, a fermé le centre de formation de la GRC parce qu'il refusait d'engager de nouvelles recrues.
    En revanche, nous appuyons les organismes d'application de la loi et de sécurité de tout le pays en leur donnant les outils dont ils ont besoin pour assurer la sécurité des Canadiens, y compris une somme de 300 millions de dollars prévue dans le budget de 2015.

[Français]

    Monsieur le Président, le vérificateur général nous apprend qu'aujourd'hui, seulement 38 % des ministères ou agences ont soumis leur plan de sécurité. Ces plans sont devenus obligatoires à la suite d'une loi sur la sécurité nationale adoptée par les conservateurs en 2009. Ce taux de 38 % est déjà très médiocre. De plus, ces plans devaient être soumis il y a deux ans.
    Avant d'adopter une autre loi sur la sécurité qui va brimer nos libertés et nos droits en tant que Canadiens, les conservateurs auraient-ils la décence d'arrêter leur mauvaise gestion en matière de sécurité publique?

[Traduction]

    Monsieur le Président, le parti de l'opposition, le NPD, déraille encore une fois avec ce genre de questions. Il n'a pas appuyé une seule des mesures proposées par le gouvernement pour assurer la sécurité des Canadiens.
    Tout récemment, le projet de loi C-51, le projet de loi antiterroriste, a fait l'objet d'une étude en comité. Il est vraiment dommage qu'une telle désinformation, intentionnelle ou causée par un pur manque de compréhension de la part de l'opposition, ait suscité autant d'informations erronées sur cette mesure législative, alors que la sécurité nationale et la protection de tous les Canadiens sont au coeur même du projet de loi C-51.

  (1450)  

    Monsieur le Président, le projet de loi C-51 est tellement dangereux pour nos droits et nos libertés que des milliers de Canadiens sont descendus dans la rue afin de protester.
    Voici comment Stephen Toope, ancien doyen de la Faculté de droit de l'Université McGill, ancien président de l'Université de la Colombie-Britannique et actuellement directeur de la Munk School of Global Affairs, qualifie le projet de loi C-51:
[c'est un projet de loi] très mal rédigé, d'une portée énorme, qui risque beaucoup de donner lieu à des abus, au point où l'on doit se demander comment il est possible que des dirigeants politiques responsables aient songé à présenter un tel projet de loi.
    Le ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile entendra-t-il maintenant les Canadiens qui dénoncent en choeur le projet de loi C-51? Retirera-t-il immédiatement ce projet de loi?
    Monsieur le Président, faut-il le répéter, l'opposition officielle n'a pas appuyé une seule mesure pour assurer la sécurité des Canadiens.
    La désinformation disséminée par le NPD pourrait être intentionnelle, mais il est clair qu'elle vient plutôt de l'incompréhension des enjeux. Lorsque, pendant l'étude article par article du projet de loi par le comité, le député a présenté sa toute première proposition d'amendement, les fonctionnaires présents ont dû lui expliquer qu'il se trompait.
    Dans mon parti, nous avons l'intention de nous battre pour la sécurité du pays et la sécurité de tous les Canadiens.
    Monsieur le Président, la violence à Surrey a atteint un seuil critique. Une autre fusillade a eu lieu la nuit dernière. C'est la 25e des huit dernières semaines. Les gens de ma circonscription s'inquiètent pour leur sécurité et celle de leurs voisins.
    Pendant ce temps, les termes « prévention du crime », « gangs » et « Surrey » sont complètement absents du budget de 2015 des conservateurs. Qui plus est, à cause des compressions effectuées par les conservateurs, la GRC est incapable de gérer ses bases de données sur le crime et ses services médico-légaux.
    Les conservateurs cesseront-ils de se fabriquer des excuses et dégageront-ils des sommes d'argent pour la protection des gens de ma circonscription?
    Monsieur le Président, je voudrais souligner à l'intention du député qu'en fait, nous avons consacré 2,8 millions de dollars à la prévention du crime à Surrey, depuis 2006.
    Cela dit, il reste que les Canadiens ne toléreront pas d'être pris en otage dans leur ville par les brutes et les criminels qui composent les gangs de rue. Ce genre d'activité illégale est complètement inacceptable aux yeux du gouvernement, et c'est la raison pour laquelle nous avons adopté plus de 30 projets de loi visant à lutter contre la criminalité, y compris de sévères peines d'emprisonnement obligatoires pour les individus impliqués dans les fusillades depuis une automobile en marche...
    La députée de Newton—Delta-Nord a la parole.
    Monsieur le Président, ce genre de réponse ne rassure pas du tout les habitants de Surrey. Les paroles creuses ne sont tout simplement pas acceptables.
    Les conservateurs abandonnent notre collectivité alors qu'elle est en pleine crise. Des vies sont en jeu. Les gens méritent d'être protégés contre les actes violents. Ils veulent de véritables mesures, et non des excuses de la part du ministre.
    J'ai pris la parole à la Chambre pour réclamer que l'on affecte davantage d'agents de la GRC à Surrey afin de lutter contre la violence. La mairesse de Surrey demande au gouvernement fédéral d'approuver l'affectation de 100 agents de la GRC supplémentaires. Le gouvernement va-t-il maintenant s'engager à approuver cette demande dans les plus brefs délais?
    Monsieur le Président, j'ai de bonnes nouvelles pour la députée. Le budget de 2015 prévoit de nouveaux fonds totalisant 300 millions de dollars pour nos organismes de sécurité partout au pays, y compris la GRC.
    Je tiens aussi à répéter que le gouvernement a adopté plus de 30 projets de loi visant à lutter contre la criminalité afin de garantir la sécurité des Canadiens, y compris dans la circonscription de la députée.
    Enfin, nous reconnaissons qu'il est nécessaire de prévenir la criminalité pour que les Canadiens demeurent en sécurité, et c'est pour cette raison que, depuis 2006, nous avons accordé 2,8 millions de dollars pour la prévention de la criminalité à Surrey.

Les anciens combattants

    Monsieur le Président, le gouvernement reconnaît l'importance de souligner le 70e anniversaire de la libération des Pays-Bas. Malheureusement, un ancien combattant invité du gouvernement néerlandais ne peut pas être accompagné par son fils puisque le conseil scolaire de district d'Avon Maitland, où il travaille, a refusé de lui accorder un congé non payé.
    Le ministre pourrait-il faire le point sur ce cas particulier?
    Monsieur le Président, je remercie le député, qui a lui aussi porté l'uniforme.
    Je me suis entretenu avec Art Boon cette semaine, un ancien combattant de 90 ans inspirant qui veut retourner avec ses camarades aux Pays-Bas, un pays que les Canadiens ont libéré il y a 70 ans.
    J'espère sincèrement que le conseil scolaire, à qui je me suis adressé cette semaine, examinera la question et essaiera de trouver une solution afin de laisser M. Boon participer à ce voyage avec ses camarades et son fils.

  (1455)  

[Français]

Le Népal

    Monsieur le Président, le Népal vit une terrible tragédie.
    Il est du devoir du gouvernement de tout mettre en oeuvre, en de pareilles circonstances, pour assurer la sécurité des ressortissants canadiens. Il est infiniment triste, aujourd'hui, d'entendre les témoignages des Canadiens qui se sentent abandonnés par le gouvernement.
    Le ministre peut-il nous préciser ses intentions pour aider au plus vite tous les Canadiens qui sont bloqués au Népal en ce moment?

[Traduction]

    Premièrement, monsieur le Président, je tiens à dire que c'est une tragédie, et nous nous joignons au reste du monde pour pleurer la perte tragique de toutes ces vies au Népal.
    Nous avons déployé des employés consulaires additionnels pour aider à gérer cette crise. Nous avons envoyé des centaines de documents de voyage d'urgence. Un point de services consulaires a été établi et le premier C-17 a quitté New Delhi avec les évacués canadiens.
    Monsieur le Président, au milieu de cette tragédie, de nombreuses familles canadiennes s'inquiètent au plus haut point de leurs êtres chers, et bon nombre d'entre elles ont exprimé leur frustration à l'égard de la réponse du gouvernement canadien. Ces familles disent qu'elles ont du mal à obtenir des réponses claires du ministère des Affaires étrangères, et contrairement à d'autres pays, les évacués canadiens se font dire qu'ils doivent trouver eux-mêmes le moyen de rentrer à la maison à partir de New Delhi.
    Les Canadiens doivent savoir comment le gouvernement réglera ces préoccupations.
    Monsieur le Président, nous avons déployé du personnel additionnel pour aider les gens à faire face à la crise. En fait, 11 employés additionnels sont déjà à Katmandou et quatre autres viennent d'arriver aujourd'hui à bord du C-17 Globemaster de l'ARC. Nous avons évacué des Canadiens. Le premier C-17 vient de partir pour New Delhi. Nous sommes heureux de pouvoir offrir notre aide.
    Je félicite les agents consulaires canadiens et tous ceux qui participent à cette mission d'aide.

La sécurité publique

    Monsieur le Président, les Canadiens comptent sur les premiers intervenants pour qu'ils assurent leur sécurité. En retour, nous devons les appuyer sans réserve. Cependant, partout au pays, les pompiers sont aux prises avec une hausse des cas de trouble de stress post-traumatique, et ils ne reçoivent pas les ressources dont ils ont besoin pour s'attaquer à ce problème.
    Nous avons également vu les libéraux et les conservateurs voter contre le projet de loi du NPD qui aurait permis de protéger les pompiers volontaires pendant qu'ils s'occupent de protéger les Canadiens.
    Pourquoi le gouvernement manque-t-il à ses obligations envers les pompiers?
    Monsieur le Président, la députée sait très bien que les pompiers de l'ensemble du pays ne relèvent pas du gouvernement fédéral, mais des administrations municipales et provinciales, entre autres.
    Je la remercie de sa question, mais j'aimerais souligner que je suis mariée à un pompier, et je remercie évidemment les pompiers de partout au pays, en particulier mon époux, qui travaille à Toronto, de protéger les Torontois.

[Français]

La protection des consommateurs

    Monsieur le Président, sous les conservateurs, les Canadiens travaillent de plus en plus, mais ils n'arrivent toujours pas à épargner.
    Malgré des profits records de milliards de dollars, les banques canadiennes vont maintenant faire payer de nouveaux frais bancaires. Après avoir fait payer leurs clients pour la facture papier, voilà qu'elles feront payer leurs clients pour qu'ils puissent payer leur hypothèque deux fois plutôt qu'une.
     Les conservateurs céderont-ils encore aux pressions de leurs amis banquiers ou défendront-ils enfin la classe moyenne?

[Traduction]

    Monsieur le Président, notre parti est le seul qui a toujours soutenu les consommateurs. Contrairement à l'opposition, qui voudrait augmenter les impôts des consommateurs de la classe moyenne, nous avons baissé les impôts et laissé plus d'argent dans les poches des consommateurs de la classe moyenne.
    Le gouvernement a pris des initiatives afin d'améliorer les comptes bancaires à frais modiques et d'accroître le choix de services bancaires sans frais pour plus de sept millions de Canadiens. Nous avons mis en place le code de conduite destiné à l’industrie canadienne des cartes de crédit et de débit. Malheureusement, le Parti libéral et le NPD ont voté contre toutes ces mesures.
    Nous sommes là pour appuyer les Canadiens.

  (1500)  

La santé

    Monsieur le Président, le vérificateur général a vertement semoncé le gouvernement conservateur parce qu'il ne fait pas le nécessaire afin de réduire les risques que pose la résistance grandissante aux antibiotiques au Canada, un phénomène qui, d'après l'Organisation mondiale de la santé, met grandement en danger la santé des gens partout sur la planète.
    Alors que la ministre de la Santé blâme les provinces, comme d'habitude, le vérificateur lui reproche de ne pas assumer le leadership qui revient au gouvernement fédéral.
    En 2009, le gouvernement conservateur a coupé le financement destiné au Comité canadien sur la résistance aux antibiotiques. Une fois de plus, la mauvaise gestion d'un enjeu lié à la santé et à la sécurité publiques met des vies en péril.
    La ministre cessera-t-elle enfin de blâmer les autres? S'engagera-t-elle à tenir une rencontre avec les provinces sur le recours injustifié et la résistance aux antibiotiques?
    Monsieur le Président, la députée se trompe du tout au tout.
    Tout d'abord, nous travaillons actuellement avec l'Organisation mondiale de la santé à l'élaboration d'un plan d'action mondial. Nous étudions aussi avec la Banque mondiale les conséquences économiques de la résistance aux antibiotiques. Rappelons aussi que nous avons un plan d'action national sur la résistance aux antimicrobiens. Quand j'ai discuté avec les provinces, je les ai encouragées à collaborer à ce plan d'action, et je continue de le faire. J'espère qu'après avoir vu le rapport du vérificateur général, elles se montreront plus ouvertes à cette idée.
    Par ailleurs, nous avons une campagne de sensibilisation qui cible les professionnels de la santé humaine et animale. Pour la première fois de l'histoire, les spécialistes de la santé humaine et les spécialistes de la santé animale examinent ensemble le problème que pose la résistance aux antimicrobiens.

Le Service correctionnel du Canada

    Monsieur le Président, le vérificateur général a publié un rapport accablant dans lequel il affirme que les politiques carcérales du gouvernement compromettent la sécurité publique.
    Quelque 1 500 détenus ont été relâchés sans avoir suivi le moindre programme de réadaptation, ce qui les rend plus susceptibles de récidiver. En faisant disparaître les mesures qui encouragent les détenus à suivre de la formation, on condamne ces derniers à retourner dans la société sans avoir les compétences pour occuper un emploi rémunéré. Quant à garder les délinquants présentant peu de risques plus longtemps derrière les barreaux, ça ne donne à peu près rien, sinon coûter 26 millions de dollars de plus au système carcéral.
    Il s'agit d'un enjeu de sécurité publique. Pourquoi le gouvernement conservateur met-il ainsi les Canadiens en danger?
    Monsieur le Président, je n'ai évidemment pas besoin de préciser que le gouvernement conservateur a la sécurité des Canadiens à coeur. Voilà pourquoi nous sommes reconnaissants au vérificateur général d'avoir conclu que les mesures sur l'adéquation de la peine que nous avons instaurées ont donné de bons résultats, puisqu'un nombre accru de prisonniers demeurent là où ils doivent être, c'est-à-dire derrière les barreaux.
    On parle ici de mettre fin au calcul en double du temps passé en détention présentencielle. La plupart des Canadiens sont d'avis que, dès qu'une personne commet un crime grave — et cette mesure s'applique bien aux crimes graves, et non aux peines légères — et qu'elle est condamnée à une peine d'emprisonnement de deux ans ou plus dans un pénitencier fédéral, elle mérite de purger la totalité de sa peine en prison. Le député devrait se rallier à ce principe.

[Français]

Postes Canada

    Monsieur le Président, vendredi dernier, une citoyenne m'a appelée pour me faire part du fait que Postes Canada avait décidé de mettre une boîte communautaire juste à côté de la clôture qui sépare la rue de sa garderie.
    Tous les parents ont appelé Postes Canada pour dire qu'ils s'inquiétaient de l'augmentation du trafic, mais qu'ils s'inquiétaient aussi de la sécurité. Ils ne veulent pas voir toutes sortes d'individus approcher de leurs enfants. Postes Canada a répondu qu'il n'y avait pas de problème, que tout était normal et qu'elle ne changerait rien à ses plans.
     La ministre trouve-t-elle cela normal? Ne comprend-elle pas que les changements de Postes Canada vont à l'encontre des besoins de la population?

[Traduction]

    Je le répète, monsieur le Président: Postes Canada a distribué 1,4 milliard de lettres de moins qu'en 2006. Voilà pourquoi la société installe des boîtes aux lettres communautaires pour le dernier tiers des foyers qui recevaient encore leur courrier à la porte.
    Tous les Canadiens touchés par ces changements reçoivent un sondage, dans lequel on leur demande de détailler leurs attentes relativement aux boîtes communautaires: ce qu'ils veulent et ce qu'ils ne veulent pas. Les données ainsi recueillies et analysées ont révélé un taux de satisfaction de 90 %.

[Français]

    Monsieur le Président, ce matin, Postes Canada a annoncé la fermeture du bureau de poste de Chicoutimi-Nord.
    Depuis des mois, les citoyens de chez nous ont été clairs: la fermeture du deuxième bureau de poste le plus rentable de la région n'est pas acceptable. Plus de 2 500 citoyens de Chicoutimi-Nord ont envoyé des lettres à Ottawa demandant de garder le bureau de poste ouvert. La réponse de Postes Canada, ce matin, est dégueulasse.
    La ministre responsable de Postes Canada doit réévaluer la décision. Va-t-elle le faire?

[Traduction]

    Monsieur le Président, la Société canadienne des postes a fait savoir qu'elle a élaboré un plan en cinq points pour remédier au fait qu'elle n'était plus indépendante financièrement et que son service de distribution du courrier continuait de perdre des plumes. Ce plan en cinq points, que nous appuyons, prévoit notamment que les consommateurs pourront obtenir les services postaux dont ils ont besoin dans un endroit qu'ils sont susceptibles de fréquenter souvent, comme un Pharmaprix ou un autre établissement du genre. Postes Canada fait en outre appel à des entrepreneurs privés afin que les contribuables canadiens en aient pour leur argent.

  (1505)  

La sécurité publique

    Monsieur le Président, les Canadiens sont bien au courant du rôle que joue le gouvernement dans la défense des victimes d'actes criminels et dans l'adoption d'une ligne dure à l'endroit des délinquants dangereux. C'est pourquoi je suis fier que mon projet de loi, Loi sur l’équité à l’égard des victimes de délinquants violents, et que la Loi sur la Charte des droits des victimes aient reçu la sanction royale la semaine dernière.
    Le NPD et le Parti libéral nous ont clairement fait comprendre qu'ils n'appuient pas du tout notre programme. Par conséquent, quand Bill Blair a annoncé qu'il se présenterait sous la bannière libérale, les Canadiens ont trouvé cela fort étrange. La secrétaire parlementaire du ministre de la Sécurité publique pourrait-elle informer la Chambre des mesures prises par le gouvernement conservateur pour sévir contre la criminalité?
    Monsieur le Président, j'aimerais remercier mon collègue de sa question. Il a raison. Le gouvernement conservateur a fait adopter plus de 30 nouvelles mesures pour sévir contre les criminels dangereux et violents, y compris une mesure prévoyant l'imposition de lourdes peines d'emprisonnement pour les coups de feu tirés depuis une voiture.
    Fait choquant, mais non surprenant, le chef libéral a affirmé qu'il annulerait toutes les peines minimales obligatoires prévues dans le Code criminel. Il devrait écouter son nouveau candidat, Bill Blair, qui a dit que l'imposition de peines minimales permet de garder les criminels en prison et de les empêcher de récidiver, ce qui « rend nos rues plus sûres ».
    Il semble y avoir un peu de dissension au sein du Parti libéral.

Le Népal

    Monsieur le Président, Steve et Natalie Wheeler, de ma circonscription, sont à Lucknow, au Népal, et veulent partir. Voici ce qu'ils ont dit:
Le gouvernement du Canada nous donne très peu d'information sur la marche à suivre. Nous essayons de le tenir au courant des maigres progrès que nous avons faits dans nos tentatives de quitter le pays. [...] Et qu'est-ce qu'on a reçu? Un courriel de la part du gouvernement nous disant que notre dossier a été mis à jour!!! Même notre compagnie d'assurance nous a donné plus d'information, d'attention et de soutien.
    À quoi peuvent s'attendre Steve et Natalie et quand est-ce que tous les Canadiens à l'extérieur de la capitale peuvent s'attendre à ce qu'on leur vienne réellement en aide?
     Monsieur le Président, malgré les difficultés liées à la topographie de la région, au climat et à la congestion à l'aéroport, nous travaillons très fort, et ce, jour et nuit. Nos agents consulaires travaillent d'arrache-pied. Nous avons déployé des employés consulaires supplémentaires. Nous avons émis des centaines de documents de voyage d'urgence.
    Un point de service consulaire a été établi à l'American Club. J'exhorte les Canadiens à contacter le Centre de surveillance et d'intervention d'urgence pour de plus amples renseignements.

La société Marine Atlantique

    Monsieur le Président, la navette assurée par la société Marine Atlantic constitue un lien vital entre Terre-Neuve et le Canada continental. Voilà des semaines que nous nous demandons si son financement sera sabré, comme on l'a laissé entendre dans le Budget principal des dépenses. La ministre nous a fait patienter jusqu'au dépôt du budget, mais ce dernier est muet sur la question: aucune de ses 518 pages ne mentionne la société Marine Atlantique.
    À l'heure actuelle, la société Marine Atlantique renvoie toutes les questions au bureau de la ministre. Celle-ci prendra-t-elle enfin la parole pour informer les gens de Terre-Neuve-et-Labrador de ce qu'il advient de leur service de traversier?
    Monsieur le Président, je peux assurer à la population de Terre-Neuve-et-Labrador que la société Marine Atlantique recevra le financement nécessaire pour maintenir la fréquence des services à laquelle les Canadiens de l'Atlantique sont habitués.

La fiscalité

    Monsieur le Président, les libéraux et les néo-démocrates ont récemment insulté les parents dont les enfants sont plus âgés, en affirmant qu'ils n'avaient pas à assumer de frais de garde. Bien sûr, de ce côté-ci de la Chambre, nous savons que cela est faux. Les habitants de Calgary-Centre le savent aussi. Toutes les familles avec des enfants plus vieux, c'est-à-dire âgés de plus de six ans, doivent payer des frais de garderie et elles méritent notre appui.
    La ministre d'État au Développement social pourrait-elle indiquer à la Chambre les mesures prises par le gouvernement pour aider ces familles?
    Monsieur le Président, la députée de Calgary-Centre a raison. Nous savons qu'élever des enfants plus âgés entraîne des frais pour les parents. C'est pourquoi nous leur permettons de garder plus d'argent dans leurs poches.
    Je me suis rendue récemment à Newmarket, en Ontario. J'y ai rencontré des étudiants du secondaire et leurs parents. Ceux-ci se sont dits ravis de la prestation universelle pour la garde d'enfants bonifiée, grâce à laquelle ils obtiendront 720 $ par enfant fréquentant l'école secondaire, ce qui est énorme. Ils se réjouissent également du fait que nous ayons doublé le crédit d'impôt pour la condition physique des enfants, qui est désormais remboursable, car de nombreux enfants de cet âge participent à des activités sportives.
    Nous permettons aux parents de garder plus d'argent, tandis que l'opposition veut hausser les impôts.

[Français]

La fiscalité

    Monsieur le Président, les partisans du Canadien de Montréal attendent avec impatience la deuxième ronde.

[Traduction]

    Je suis sûr que les partisans des Flames de Calgary s'en réjouissent tout autant.

[Français]

    Toutefois, voilà qu'une autre tuile tombe sur le projet de loi C-377, le projet de loi conservateur antisyndical et purement idéologique.
    L'Association des joueurs de la Ligue nationale de hockey indique que des ententes commerciales concernant les jeux vidéo faits au Canada, les cartes de hockey et les compétitions internationales, entre autres, pourraient être en danger.
    Le gouvernement comprend-il que son projet de loi bâclé aura un impact négatif sur l'économie du pays entourant notre sport national?

  (1510)  

[Traduction]

    Monsieur le Président, le gouvernement croit que les travailleurs devraient avoir le droit de savoir comment leurs cotisations syndicales obligatoires sont dépensées. C'est pourquoi nous continuons d'appuyer le projet de loi C-377. Il s'agit d'un projet de loi raisonnable qui vise à accroître la transparence.

[Français]

L'emploi

    Monsieur le Président, tout le monde a dénoncé avec raison les abus de banques et de chaînes de restauration rapide dans le cadre du programme des travailleurs étrangers temporaires. Voilà que le gouvernement pénalise les employeurs qui se conforment aux règles. Déjà aux prises avec les nouvelles règles de l'assurance-emploi, les entreprises saisonnières, comme les restaurateurs, les hôteliers, les transformateurs agroalimentaires et les paysagistes, vont particulièrement y goûter.
    Le ministre de l’Emploi et du Développement social va-t-il respecter l'Accord Canada-Québec relatif à l'immigration et surseoir à ces mesures le temps de négocier avec Québec, comme le demandent le gouvernement du Québec, la Fédération des chambres de commerce du Québec et la Fédération canadienne de l'entreprise indépendante?
    Monsieur le Président, nous croyons que les Canadiens devraient avoir la priorité en ce qui concerne les emplois canadiens. Cela comprend les Québécois. Les Québécois devraient avoir la priorité pour les emplois québécois. Les données indiquent que des Québécois sont disponibles pour remplir les besoins des employeurs. Les employeurs devraient augmenter les salaires et déployer plus d'énergie pour recruter des Québécois.
    Nous protégerons toujours les emplois des Québécois; c'est la raison pour laquelle nous avons mis ces réformes en place.

[Traduction]

Recours au Règlement

Questions orales 

[Recours au Règlement]
    Monsieur le Président, je suis heureux que le secrétaire parlementaire du premier ministre ait lu mon bulletin parlementaire, mais durant la période des questions, il a dit qu'on y trouvait de l'information sur le fractionnement du revenu. Bien entendu, cette mesure n'a pas encore été adoptée par le Parlement, et elle n'est donc pas mentionnée dans le document.
    J'invite donc le député à rétablir les faits, parce que je n'inscris pas de choses inexactes dans les documents que je publie à l'intention de mes concitoyens, contrairement au gouvernement, qui fait des annonces publicitaires sur des mesures qui n'ont pas encore été adoptées par le Parlement.
    Monsieur le Président, au sujet de ce même rappel au Règlement, en fait, le fractionnement du revenu figurait parmi les nombreuses réductions d'impôt des conservateurs que le député néo-démocrate avait soulignées. C'est là, à la page 12, où il est question de fractionnement des revenus de pension. C'est une forme de fractionnement du revenu, que le député a d'ailleurs qualifiée de politique positive. Nous sommes d'accord avec lui. Il avait raison. Par contre, dans ce cas-ci, il se trompe.
    Je sais que les députés ne demandent pas à la présidence de se prononcer sur la terminologie. Le député d'Ottawa-Centre souhaite intervenir de nouveau, mais je pense que son intervention relève plutôt du débat, et la période des questions a pris fin depuis déjà longtemps.
    Monsieur le Président, je respecte mon collègue, bien entendu, d'autant plus que nous représentons des circonscriptions de la même ville, mais mon observation s'adressait au secrétaire parlementaire du premier ministre. Il a déjà occupé cette fonction, mais plus maintenant, ce qui est malheureux, je suppose. Le rappel au Règlement portait sur le fractionnement du revenu.
    Monsieur le Président, je veux simplement défendre et corriger le député d'Ottawa-Centre.
    En fait, il s'est déjà prononcé à deux reprises sur les mesures de fractionnement du revenu. La Chambre en a été saisie dans le cadre de deux motions de voies et moyens. Il serait judicieux de promouvoir ces nouvelles mesures dans son bulletin parlementaire. Toutefois, comme il a voté contre ces mesures, ce ne serait peut-être pas approprié d'un point de vue politique. Je voulais donc signaler que la Chambre a discuté de ces mesures et qu'il les a rejetées.
    Si les députés ont d'autres points à soulever sur cette question, je les invite à le faire demain à la même heure, lors de la période des questions.

AFFAIRES COURANTES

[Affaires courantes]

[Traduction]

Les affaires étrangères

    Monsieur le Président, conformément au paragraphe 32(2) du Règlement, j'ai l'honneur de déposer, dans les deux langues officielles, le Traité de Marrakech visant à faciliter l'accès des aveugles, des déficients visuels et des personnes ayant d'autres difficultés de lecture des textes imprimés aux oeuvres publiées, conclu à Marrakech le 27 juin 2013.
    Je tiens à remercier l'Institut national canadien pour les aveugles et tous les Canadiens qui ont travaillé très fort pendant de nombreuses années afin de s'assurer que le Canada soit le premier pays du G7 à ratifier le Traité de Marrakech. Ce traité aidera des dizaines de milliers de Canadiens qui ont des déficiences perceptuelles ou qui sont aveugles à consulter des textes et des oeuvres: ils pourront ainsi vivre en toute dignité au sein de la société canadienne.

  (1515)  

Réponse du gouvernement à des pétitions

    Monsieur le Président, conformément au paragraphe 36(8) du Règlement, j'ai l'honneur de déposer, dans les deux langues officielles, la réponse du gouvernement à 21 pétitions.

Sir John A. Macdonald

    Monsieur le Président, je rends aujourd'hui hommage à sir John A. Macdonald, Père de la Confédération et premier à occuper la fonction de premier ministre du Canada. Il est né à Glasgow, en Écosse, le 11 janvier 1815, il y a exactement 200 ans cette année, et son histoire est indissociable de celle du Canada.
    Âgé d'à peine cinq ans, sir John A. Macdonald quitte Glasgow, en Écosse, pour immigrer à Kingston, en Ontario. Il vient d'une famille d'honnêtes travailleurs, mais il grandit dans des conditions financières quelque peu difficiles. À 15 ans, il travaille donc déjà, entreprenant peu après un stage dans un cabinet d'avocat. Il devient un juriste et un homme d'affaires florissant, mais surtout un fin politicien.
    L'observateur avisé conclura que M. Macdonald a accompli son meilleur travail avant même la Confédération. Son sens de l'organisation et sa compréhension profonde de l'être humain lui ont permis de rebâtir, de moderniser et d'unifier un Parti conservateur qui battait de l'aile, un exploit que des chefs conservateurs ont dû relever à leur tour au fil du temps.
    Cependant, ce n'était là que le prélude à sa plus grande réalisation, j'ai nommé la Confédération et la fondation du Canada.
    M. Macdonald était conscient des menaces qui planaient alors sur l'Amérique du Nord britannique: un voisin expansionniste et déterminé, au Sud, doté de centaines de milliers de soldats rompus au combat dont beaucoup avaient soif de nouvelles aventures, une mère patrie qui tendait de plus en plus à considérer sa colonie nord-américaine comme un élément de passif dont la défense représentait un gouffre financier et, enfin, une partie de la population de plus en plus admirative du modèle américain qui, sous le couvert du républicanisme et de la modernisation, caressait en fait l'espoir d'une annexion aux États-Unis.
    Dans ce contexte, M. Macdonald s'est démarqué en tant que rassembleur ayant compris que la survie d'un Canada indépendant des États-Unis reposait sur la réaffirmation et l'unité. Pour que le Canada devienne maître de sa propre destinée, il fallait établir un dominion souverain. Il fallait de la vision et du discernement, mais, surtout, de véritables qualités de chef.

[Français]

    Sir John A. Macdonald était doué pour bâtir une nation. Sa vision était celle d'un pays où les citoyens auraient un avenir commun et partageraient les mêmes valeurs, qu'ils soient francophones ou anglophones, qu'ils soient établis dans l'Est ou dans l'Ouest, qu'ils soient de nouveaux Canadiens ou des citoyens de longue date et qu'ils vivent en ville ou à la campagne. Sa vision était celle d'un pays prospère, généreux, tolérant et conciliant. Sa vision des perspectives d'avenir du Canada est sans égale encore aujourd'hui.

[Traduction]

     Il l'a bien exprimé lorsqu'il a dit à la Chambre de communes, vers la fin de sa vie:
[...] Si je pouvais exercer une quelconque influence ou un certain pouvoir sur l'esprit et l'intelligence des habitants du Canada, je leur laisserais cette recommandation en héritage. « Quoi que vous fassiez, adhérez à l'Union. Nous avons un grand pays et nous en ferons l'un des plus grands de l'univers si nous le préservons. Nous sombrerons dans la médiocrité et dans l'adversité si nous acceptons qu'il soit détruit. » Dieu et la nature ont uni les deux Canada. Dieu et la nature ont fait des deux Canada un seul pays. Qu'il ne soit permis à aucun factieux de les séparer.

[Français]

    Cette vision, devenue réalité grâce à la capacité remarquable de Sir John A. de rassembler les gens, a été consacré dans notre Confédération établie par l'Acte de l'Amérique du Nord britannique que Sir John A. a lui même rédigé en grande partie.
    La preuve de son génie est la réussite de notre pays. Le Canada est l'un des plus jeunes grands pays, mais sa Constitution est l'une des plus anciennes toujours en application. Son cadre s'est avéré utile depuis presque 150 ans, guidant le Canada alors que ses provinces sont passées de quatre à dix, que trois territoires s'y sont ajoutés et que sa population de 3,5 millions d'habitants, au départ, a grimpé à près de 35 millions de personnes. Son juste équilibre et ses structures nous sont encore utiles aujourd'hui.

  (1520)  

[Traduction]

    La passion de John A. pour le Canada et sa sagesse en politique l'ont motivé et lui ont permis de réaliser son ambition pour le pays à un rythme remarquable. Durant ses années comme premier ministre, le Canada a connu une croissance et une prospérité sans précédent. Le Manitoba, l'Île-du-Prince-Édouard et la Colombie-Britannique ont fait leur entrée dans la Confédération. La ligne transcontinentale du chemin de fer Canadien Pacifique a rapidement été achevée — c'était tout un accomplissement en 1885 — et, pour la première fois, les Canadiens ont été reliés d'un océan à l'autre.
    Sir John A. Macdonald a créé la Police montée du Nord-Ouest, qui a été renommée plus tard Gendarmerie royale du Canada. Il a aussi créé le premier parc national canadien, à Banff, en Alberta. Sir John A. Macdonald a uni notre pays, surmontant les pires obstacles.
    On raconte une histoire qui se serait produite en 1871, lors des négociations du Traité de Washington. Macdonald était l'un des trois membres de la délégation impériale et, peut-être, le seul à vraiment défendre les intérêts du Canada. Les autres semblaient plus soucieux d'améliorer les relations entre la Grande-Bretagne et les États-Unis.
    Lors d'une activité sociale organisée pendant ces négociations, la femme d'un sénateur américain a engagé la conversation avec un charmant Canadien qui se trouvait là-bas.
    « Je suppose que vous venez du Canada », a-t-elle dit.
    « Oui, madame », a-t-il répondu.
    « Vous pouvez compter sur un homme très intelligent, l'honorable John A. Macdonald », a-t-elle fait remarquer.
    « Oui madame, il est très intelligent. »
     « Par contre, certains affirment qu'il est un vaurien. »
     « Oui madame, c'est un vrai vaurien. »
    « Mais alors, pourquoi les Canadiens lui permettent-ils de demeurer au pouvoir? »
    « Eh bien, c'est parce que sans lui, ils sont incapables de s'entendre. »
    À ce moment précis, le sénateur américain les a rejoints et a dit: « Ma chère, laissez-moi vous présenter l'honorable John A. Macdonald. »
    La femme était mortifiée, mais John A. l'a rapidement rassurée: « Ne vous excusez pas. Tout ce que vous avez dit est tout à fait vrai, et ce n'est un secret pour personne au Canada ».
    J'aime beaucoup cette histoire, car elle montre bien qui était John A. et quelles étaient ses forces et ses faiblesses. Elle nous montre aussi qu'il comprenait l'être humain et ses imperfections, y compris les siennes, et c'est cette compréhension qui faisait de lui un excellent leader.
    Sir John A. Macdonald n'était pas seulement un visionnaire sur le plan économique; il était aussi en avance sur son temps, car il a été le premier dirigeant national ayant cherché à accorder le droit de vote aux femmes.
    En 1885, sir John A. Macdonald a présenté un projet loi de réforme électorale qui proposait d'accorder le droit de vote aux femmes et aux Autochtones. En ma qualité de leader parlementaire, je tiens à signaler que les libéraux se sont opposés farouchement à ces changements, y ont fait obstacle et les ont retardés — ils estimaient que c'étaient des changements partisans qui allaient profiter au Parti conservateur — à point tel qu'ils ont retardé l'adoption du projet de loi pendant près de deux ans.
    Le projet de loi a été adopté seulement après que sir John A. et les conservateurs aient retiré, à contrecoeur, les dispositions relatives au droit de vote des femmes. Ce droit donc a été retardé jusqu'à ce que le gouvernement conservateur du premier ministre Borden complète l'initiative entreprise par sir John A.
    Cependant, les Autochtones, eux, ont obtenu le droit de vote grâce au projet de loi de 1887 proposé par Macdonald. Malheureusement, le gouvernement de Laurier leur a retiré ce droit en 1897, une injustice qui n'a été redressée qu'en 1960, quand le premier ministre conservateur John Diefenbaker a restauré le droit de vote des Autochtones.

[Français]

    En plus d'avoir une approche visionnaire, Sir John A. Macdonald était un fier défenseur de nos valeurs et de nos frontières. Il a veillé à ce que le Canada soit un pays distinct des États-Unis. Il a aussi cherché à éviter ce qu'il considérait comme les points faibles des États-Unis. Il a reconnu que nous étions un grand pays sur le plan géographique et que notre population présentait une grande diversité. Il a su apporter une approche particulière pour rassembler tous les Canadiens.
    Les grandes réalisations de Sir John A. Macdonald en tant que politicien et premier ministre semblent encore plus admirables si l'on tient compte des pénibles épreuves qu'il a subies au cours de sa vie privée, marquée par la tragédie et d'immenses chagrins: le décès de sa première femme, celui de son fils nourrisson et la maladie débilitante de sa fille unique.

[Traduction]

    Le leadership visionnaire de John A. Macdonald pour son Dominion du Canada, lorsqu'il a jeté les bases du pays qui s'est révélé être le meilleur au monde, s'est effectivement concrétisé aujourd'hui. Il y a de quoi être ébahi par sa clairvoyance et être reconnaissant de ses réalisations.
    Deux cents ans après la naissance de notre premier premier ministre, n'oublions pas que le Canada que nous aimons aujourd'hui a été rendu possible par une personne que notre premier ministre actuel a récemment qualifié d'homme ordinaire de qui l'on attendait peu, mais qui a réalisé de grandes choses quand il en a eu l'occasion.
    Souvenons-nous de l'immense succès de la Confédération, qui était le rêve de John A. Macdonald, un projet bien personnel qui a eu des répercussions mondiales pour un pays qui fait aujourd'hui l'envie du reste du monde.
    Monsieur le Président, je suis honoré de prendre la parole cet après-midi au nom de l'opposition officielle. Peut-être qu'on ma demandé de le faire parce que sir John A. Macdonald a été député de Victoria, ce que peu de gens savent, entre 1878 et 1882. J'ai cependant appris qu'il n'a visité la circonscription que beaucoup plus tard.
    Je dois dire d'emblée que sir John A. Macdonald incarnait bien son époque. C'était un homme complexe. On ne saurait surestimer sa contribution à la création du Canada. D'une part, il est inconcevable de croire que nous aurions pu avoir un pays sans sir John A. Macdonald. Il avait beaucoup de ce que les gens appelleraient de nos jours l'intelligence émotionnelle. Il l'a démontré brillamment lors des conférences de Charlottetown et de Québec. Avec son collègue, sir George-Étienne Cartier, il a conclu des alliances qui ont mené à la création de ce qu'on appelle aujourd'hui le Canada. D'autre part, les Canadiens d'aujourd'hui doivent non pas approuver, mais situer dans leur contexte certaines croyances et mesures que l'histoire nous a amenés à condamner, à juste titre.
    Motivé par l'impossible rêve de construire le plus long chemin de fer du monde sur des terres parmi les plus inhospitalières qui soient, sir Macdonald a transformé une jeune nation en un dominion s'étendant sur tout un continent. Il l'a cependant fait sur de « mortes plaines », comme l'a souligné le professeur James Daschuk dans un livre paru récemment, c'est-à-dire en affamant les communautés autochtones jusqu'à ce qu'elles échangent leur liberté contre des vivres et qu'elles fassent place au chemin de fer.
    Pour bâtir le chemin de fer, Macdonald a fait entrer au pays des milliers de travailleurs chinois et leur a confié les travaux les plus difficiles et les plus dangereux. Ils sont morts par centaines pour unifier le Canada. Cependant, alors que le chemin de fer était presque terminé, la Chambre a promulgué des lois pour empêcher la population chinoise de voter et pour imposer aux immigrants chinois une taxe d'entrée pénalisante.
    Croyant que les Chinois et les caucasiens étaient foncièrement différents, sir John A. Macdonald a justifié sa politique xénophobe avec un discours pétri d'opportunisme politique sur la pureté raciale, prévenant que l'élection de Canadiens d'origine chinoise en Colombie-Britannique pourrait avoir pour effet d'imposer à la Chambre des principes asiatiques, des immoralités et des excentricités odieuses du point de vue de la race aryenne.

  (1525)  

[Français]

    Médiateur aux compétences uniques, M. Macdonald était renommé pour sa capacité de concilier des intérêts contradictoires, de concilier des personnes à une table de négociation et de concilier de grands blocs de colons venant d'horizons différents et de différentes religions.
    Lorsque M. Macdonald a appris que le dernier crampon avait été enfoncé dans le chemin de fer Canadien Pacifique, il a déclaré que le chemin avait fait de nous un peuple. Pourtant, une semaine plus tard, Louis Riel a été pendu à Regina, créant une nouvelle division au pays.
    M. Macdonald a créé un pays différent de son puissant voisin américain et de son héritage impérial britannique. Il a tracé une voie inédite dans l'histoire occidentale moderne, montrant qu'une colonie pourrait évoluer vers un nouveau pays de façon pacifique.

[Traduction]

    Pourtant, il a établi dans ce pays un régime de pensionnats pour retirer les enfants autochtones à leurs parents dans la mesure du possible et pour assimiler les Autochtones à tous les niveaux, dès qu'ils sont prêts pour le changement. Le dernier pensionnat a été fermé à notre époque. La négligence, les abus et les décès survenus dans ces établissements nous hantent encore aujourd'hui, et ce à juste titre.
    Macdonald était un produit de son époque mais, à certains égards, il était en avance sur son temps. Il a accordé le droit de vote aux hommes autochtones, une réforme remarquable mais de courte durée qui n'a été rétablie qu'en 1960. Il a défendu le droit de vote des femmes avant qu'une loi soit adoptée pour le rendre obligatoire. Sa Loi sur les syndicats ouvriers de 1872 a reconnu pour la première fois les droits légaux des syndicats au Canada. En intervenant lors d'une grève des typographes de Toronto, il a gagné l'appui de la classe ouvrière émergente dans le cadre d'une campagne électorale où, pour la première fois, l'avenir industriel du Canada était le principal enjeu.

[Français]

    La vie personnelle de Macdonald n'était pas moins complexe que son personnage public. À son apogée, il était extrêmement populaire, charmant et charismatique. C'était un politicien habile et empathique et un négociateur inégalé. À d'autres moments, il a plongé dans le désespoir et la frustration. Il était bien sûr un grand buveur. Plus d'une fois, il a dû être porté physiquement pour quitter la Chambre. Heureusement, on n'avait pas de caméra à l'époque.

[Traduction]

    Il était très drôle. Pour vous donner un exemple de son humour, un jour qu'on lui demandait d'inscrire son métier dans le grand livre d'un hôtel, il a indiqué « spécialiste de la fabrication des cabinets ». À la maison, il se souciait beaucoup du bien-être de sa fille gravement handicapée, Mary, à qui il racontait tous les soirs les drames survenus pendant la journée au Parlement.
    C'est la bourse récemment créée qui a permis de faire ressortir ces détails et de nombreux autres et de nous donner une meilleure image de sir John A. Macdonald alors que nous soulignons le bicentenaire de sa naissance. Je tiens à remercier tout particulièrement M. Donald Creighton et M. Richard Gwyn du travail remarquable qu'ils ont fait sur sir John A.
    Nous parlons de lui aujourd'hui, mais ce n'est ni pour le vanter, ni pour le dénigrer. Si nous lui imputions tout le blâme pour les politiques discriminatoires envers les Premières Nations ou les Canadiens d'origine chinoise, nous nous déchargerions de notre obligation de réparer ces torts et laisserions passer une occasion de bâtir un Canada meilleur et plus équitable, alors que nous savons que c'est possible. Si nous pouvons plutôt être honnêtes au sujet de notre passé et de ce personnage important qui a joué un rôle clé dans ce passé, nous pourrons alors raconter une histoire plus inclusive à propos de notre pays, une histoire qui nous incitera tous à améliorer le Canada.
    Les problèmes de l'époque de Macdonald existent encore au Canada et méritent l'attention de la Chambre. Il y a plus d'un siècle, John A. Macdonald parlait de l'inévitable reconnaissance de l'égalité des femmes. Pourtant, aujourd'hui, cette égalité ne s'est toujours pas concrétisée par une rémunération égale ou un effort national pour mettre fin à la violence menaçant des femmes canadiennes tous les jours. Il y a plus d'un siècle, Macdonald fut l'architecte de lois xénophobes et aujourd'hui, nous ne sommes toujours pas à la hauteur de notre image de pays multiculturel, où nous devrions accueillir à bras ouverts les néo-Canadiens au sein de notre société et les intégrer à notre vie économique et où nous devrions donner asile aux familles qui fuient la violence et la persécution. Plus d'un siècle a passé depuis que Macdonald a construit les pensionnats autochtones, mais nous n'avons toujours pas comblé le honteux écart qui sépare les Autochtones des autres Canadiens en matière de santé, de logement, de revenus et de protection contre la violence.

  (1530)  

[Français]

    Le 200e anniversaire de naissance de sir John A. Macdonald ne rendra pas le débat sur son héritage moins polarisé, mais il peut nous donner l'occasion de faire le point et de considérer le progrès que nous avons fait en tant que pays et les obstacles que nous avons encore à surmonter.

[Traduction]

    Si, en faisant le bilan, nous pouvons nous inspirer du premier homme à avoir occupé le poste de premier ministre du Canada, j'espère que cette inspiration nous viendra de son esprit de visionnaire. Il croyait que le pays était capable de surmonter des obstacles que d'autres considéraient comme infranchissables. Les obstacles que nous devons affronter aujourd'hui ne sont ni des chaînes de montagnes ni des rivières; ce sont des obstacles que l'on trouve dans nos villes, grandes et petites, dans les milieux de travail et dans les réserves, mais ils n'en sont pas moins intimidants.
    À l'approche d'un important jalon dans l'histoire du Canada, sachons nous rappeler que le projet entrepris par sir John A. Macdonald n'est pas terminé. Tâchons de rêver grand et de nous efforcer de réaliser nos rêves pour tous les Canadiens. Tâchons de nous laisser guider dans nos pas par la sagesse qui ne peut venir que d'une compréhension honnête et complète de notre histoire.
    Monsieur le Président, j'ai le grand privilège de prendre la parole en tant que député de Kingston et les Îles et au nom du Parti libéral du Canada, afin de souligner le bicentenaire de la naissance de sir John A. Macdonald, père de la Confédération et première personne à avoir exercé les fonctions de premier ministre du Canada.

[Français]

    Sir John A. était un immigrant. Il était animé de cet espoir et de cette vitalité, qui sont le fait de tant d'immigrants. Il était déterminé à jouer un rôle public dans la formation de son nouveau pays. En 1844, il a été élu pour la première fois député de Kingston, siège qu'il occuperait à la Chambre à son décès, 47 ans plus tard, en 1891.

[Traduction]

    Chaque année, le 6 juin, date de l'anniversaire de la mort de sir John A., les habitants de Kingston se réunissent encore autour de sa très modeste tombe, au cimetière Cataraqui, pour assister à une cérémonie commémorative organisée par la Société historique de Kingston.
    En 1891, les manifestations de chagrin étaient tout sauf modestes. En effet, des dizaines de milliers de personnes étaient à Kingston pour accueillir le train funéraire en provenance d'Ottawa. Kingston continue de garder bien vivante la mémoire de sir John A. Macdonald à l'aide de noms de lieux, d'événements, de plaques commémoratives et d'immeubles, y compris son bar, le Royal Tavern, qui existe encore aujourd'hui.
    Arthur Milnes et Jim Garrard, deux habitants de Kingston, ont mené la lutte afin que le bicentenaire de sir John A. Macdonald soit célébré à l'échelle nationale.
    Sir John A. Macdonald, avec son habileté politique, son entregent, sa connaissance du droit constitutionnel et sa détermination, était probablement la seule personne capable d'unir les provinces et les colonies de l'Amérique du Nord britannique qui allaient former un nouveau pays en 1867. Il avait compris que, malgré les divergences qui les séparaient, une fédération de provinces unies serait plus forte, mieux gouvernée, plus sûre et plus prospère, et il s'est battu farouchement pour que cette idée se réalise.

  (1535)  

[Français]

    Effectivement, notre fédération nous a permis de préserver nos différences. Nous les embrassons, et nous sommes enrichis et renforcés par conséquent.

[Traduction]

    La Confédération n'était pas seulement une solution politique à un problème. Sir John A. Macdonald avait une vision ambitieuse à long terme pour le Canada: il rêvait d'un grand pays qui s'étendrait d'un océan à l'autre. En tant qu'homme d'État, il croyait qu'un gouvernement fort devait jouer un rôle de premier plan dans la concrétisation de cette vision. En tant que chef politique, il a dirigé six gouvernements majoritaires, ce qui lui a permis de commencer l'édification de ce nouveau Canada.
    Après 1867, sir John A. a accueilli trois autres provinces, ainsi que les Territoires du Nord-Ouest, au sein de la Confédération. Il a fait construire le chemin de fer du Canadien Pacifique. En 1873, il a créé la Police à cheval du Nord-Ouest, l'ancêtre de la Gendarmerie royale du Canada, et, en 1885, il a créé le premier parc national du Canada, le parc national Banff.

[Français]

    Nous ne cesserons jamais de construire et d'améliorer le Canada, et nous ne cesserons jamais de nous inspirer de l'homme qui a mis ses talents dans la politique et l'art de gouverner au profit du Canada naissant.
    Sir John A. était humain. Il était un homme de son époque. Sa famille et lui ont traversé des tragédies personnelles. Il avait bien des défauts. Il a fait bien des erreurs. Il a eu des points de vue indéfendables et néfastes, notamment en ce qui concerne le traitement des Autochtones, qui en subissent toujours les conséquences aujourd'hui.

[Traduction]

    Pourtant, ces défauts l'ont peut-être rendu plus humain. J'aimerais poser la question suivante aux députés: lequel d'entre nous ne possède pas de défaut, n'a jamais connu l'échec et n'a jamais commis d'erreur? Les défauts des gens qui s'occupent des affaires d'un pays sont exposés au public. Cela fait partie de la vie politique. Nous pouvons laisser ces défauts devenir notre héritage, ou nous pouvons plutôt faire preuve de volonté politique.
    Tout comme sir John A. Macdonald, nous avons parfois des moments de faiblesse. Cependant, ses réalisations et son héritage peuvent nous inspirer à faire preuve de la même détermination que lui, à envisager un Canada meilleur et à prendre les mesures qui s'imposent pour atteindre cet objectif.
    Joyeux 200e anniversaire, sir John A.

[Français]

Privilège

Les déclarations du ministre de la Défense nationale au sujet de la participation militaire du Canada à la lutte contre l'EIIL — Décision de la présidence  

[Décision de la présidence]
    Avant de procéder à la suite des affaires courantes, je suis maintenant prêt à rendre ma décision sur la question de privilège soulevée le 2 avril par l'honorable député de St. John's-Est au sujet de renseignements trompeurs que pourrait donner à la Chambre le ministre de la Défense nationale avant que la Chambre ne vote sur la prolongation et l'élargissement de la mission militaire du Canada en Irak et maintenant en Syrie.
    Je remercie l'honorable député de St. John's-Est d'avoir soulevé cette question, ainsi que l'honorable ministre de la Défense nationale, l'honorable leader du gouvernement à la Chambre des communes, le leader à la Chambre de l'opposition officielle ainsi que les députés de Winnipeg-Nord et de Vancouver Quadra de leurs observations.

[Traduction]

     Lors de son intervention, le député de St. John's East a expliqué que, le lundi 30 mars 2015, le ministre de la Défense nationale avait déclaré à la Chambre que le Canada était le seul parmi les membres de la coalition menant des frappes aériennes en Syrie, outre les États-Unis, à utiliser des munitions à guidage de précision pour cibles dynamiques. Il a convenu que le ministre avait par la suite admis que l’information était erronée, qu’en fait tous les États qui mènent des frappes aériennes en Syrie utilisent des munitions à guidage de précision. Le député de St. John's East a parlé de l’obligation sacrée du ministre de veiller à ce que ses déclarations soient véridiques, particulièrement lorsqu’elles servent à éclairer les députés dans leurs décisions sur des questions aussi importantes qu’envoyer ou non les Canadiens à la guerre. Il a soutenu que les déclarations trompeuses du ministre constituaient une atteinte grave aux privilèges des parlementaires.
    Le ministre de la Défense nationale a confirmé qu’il avait bel et bien donné à la Chambre des renseignements obtenus des militaires et qu’il tenait alors pour exacts, bien que ces renseignements se soient plus tard révélés inexacts. Il a ensuite assumé sa responsabilité à titre de ministre et déclaré regretter que des renseignements inexacts aient été rendus publics, même si alors il ne les tenait pas pour tels. Il a également souligné que, lorsque les forces armées ont reçu de nouveaux renseignements, des mesures ont été prises, tant par les forces armées que par lui-même, afin de rectifier les faits dès que possible. L’ensemble de ces circonstances prouve, selon ses dires, qu’il n’avait pas eu l’intention délibérée de falsifier ou de cacher des renseignements ou encore d’induire la Chambre en erreur.

[Français]

    Le leader du gouvernement à la Chambre des communes a soutenu que le ministre avait démontré hors de tout doute qu'il n'avait pas eu l'intention d'induire la Chambre en erreur. Par conséquent, il estime que, à la base, il n'a pas satisfait aux conditions requises pour une conclusion d'atteinte au privilège. Enfin, il a conclu ses observations en mettant en doute l'affirmation de l'honorable député de St. John's-Est, selon laquelle les députés avaient besoin de s'appuyer sur les renseignements en cause. Il a soutenu que le député avait clairement indiqué sa position avant le vote.

  (1540)  

[Traduction]

    Au cœur de cette affaire se trouve le besoin fondamental des députés de fournir, et de recevoir, des renseignements exacts et véridiques en tout temps, indépendamment du sujet des délibérations. Les députés comptent sur l’exactitude des renseignements pour remplir leurs obligations parlementaires et défendre les intérêts de la population canadienne de leur mieux. On ne peut mettre en doute la nécessité ou l’utilité d’éléments d’information, pas plus qu’on ne peut déterminer celles-ci à l’avance ou en établir un classement; chaque député doit juger de l’importance des renseignements qu’il reçoit.

[Français]

    Dans la décision qu'il a rendue le 1er février 2002, à la page 8581 des débats, le Président Milliken a réitéré l'importance de fournir des renseignements exacts et véridiques au Parlement:
     Les ouvrages faisant autorité sont unanimes sur le besoin de clarté dans le déroulement de nos délibérations ainsi que sur la nécessité d’assurer l’intégrité de l’information que le gouvernement fournit à la Chambre. De plus, dans le cas présent, comme l’ont souligné les honorables députés, l’intégrité de l’information est d’une importance capitale du fait qu’elle vise directement les règles d’engagement des troupes canadiennes affectées au conflit en Afghanistan, un principe qui est au cœur même de la participation du Canada à la guerre contre le terrorisme.

[Traduction]

    Dans le cas qui nous occupe, le ministre a reconnu avoir communiqué des renseignements erronés à la Chambre; il n’y a pas de doute sur la question. Le ministre a pris la parole à la Chambre le 1er avril afin de rectifier les faits et a par la suite déposé une lettre du chef d’état major de la Défense à cet égard. Toutefois, ceci suffit-il, en soi, à fonder une conclusion d’atteinte au privilège? Les trois critères établis par l’usage parlementaire sont-ils remplis?

[Français]

    Pour la gouverne des députés, la présidence rappelle à la Chambre que, tout d'abord, la déclaration doit être trompeuse. Ensuite, le député ayant fait la déclaration devait savoir, au moment où il l'a faite, que celle-ci était inexacte. Enfin, il faut prouver que le député avait l'intention d'induire la Chambre en erreur.

[Traduction]

    Le précédent le plus utile en l’espèce se trouve sans doute dans une décision rendue par le Président Jerome en 1978. Un examen attentif de sa décision du 6 décembre 1978 montre que, dans cette affaire, bien que le ministre ait également transmis à la Chambre des renseignements erronés obtenus de fonctionnaires, la conclusion d’atteinte à première vue était solidement étayée par le témoignage d’un ancien commissaire de la GRC, qui avait amené le Président à conclure qu’il y avait eu tentative délibérée d’entraver le travail des députés et de la Chambre. Dans le cas qui nous occupe aujourd’hui, sans un tel aveu d’acte répréhensible de la part des forces armées, on ne peut en venir à la même conclusion.
    En fait, le ministre a fait savoir très clairement, le 2 avril 2015, à la page 12714 des Débats, que, à son avis, les militaires ne l’avaient pas délibérément induit en erreur:
    Je peux garantir au député que je n’ai jamais délibérément induit la Chambre ou les médias en erreur et qu’il en va de même des forces armées. Je suis convaincu que les forces armées croyaient que les renseignements qui m’ont été donnés étaient exacts, et je n’ai pas remis en question la crédibilité des sources utilisées par les gens qui m’ont transmis ces renseignements afin que je les transmette à mon tour à la Chambre et à la population.
    Le ministre a ensuite ajouté:
    Il est déplorable que des renseignements erronés aient été communiqués, mais cela n’a pas été fait de mauvaise foi, de façon délibérée ou dans l’intention de falsifier de l’information.
    Sans preuve du contraire, selon les conventions de cette Chambre, en ma qualité de Président, je dois croire tous les députés sur parole. Prendre la responsabilité de juger de la véracité ou de l’exactitude des déclarations des députés n’est pas un rôle qui m’a été confié, ou que la Chambre semble vouloir voir son Président assumer d’une façon ou d’une autre, avec toutes les conséquences que cela implique.
     En outre, comme le Président Milliken l’a affirmé dans sa décision du 16 avril 2002, à la page 10462 des Débats:

[Français]

    Si nous ne respectons pas la tradition d'accepter la parole d'un de nos collègues, ce qui est un principe fondamental de notre régime parlementaire, la liberté de parole — tant à l'intérieur qu'à l'extérieur de la Chambre — sera compromise.

[Traduction]

    Après examen approfondi de l’information fournie, je suis d’avis qu’il n’existe aucune preuve claire qui m’amènerait à conclure que les critères applicables aux déclarations trompeuses ont été remplis, pas plus que je ne peux conclure que le député de St. John's East a été gêné d’une façon quelconque dans l’exercice de ses obligations parlementaires. Par conséquent, je ne peux conclure qu’il y a de prime abord matière à question de privilège.
    Cela dit, le ministre a fait savoir que le chef d’état-major de la Défense comparaîtrait bientôt devant le Comité permanent de la défense nationale et qu’il se mettait lui-même à la disposition du comité, et qu’il en allait de même d’autres fonctionnaires. J’espère sincèrement que les députés sauront saisir l’occasion pour trouver réponse à toute question qui pourrait être demeurée sans réponse relativement à cette affaire importante.
    Je remercie les honorables députés de leur attention.

  (1545)  

Les délégations interparlementaires

[Affaires courantes]
    Monsieur le Président, conformément au paragraphe 34(1) du Règlement, j'ai l'honneur de présenter, dans les deux langues officielles, le rapport de la délégation canadienne à l'Assemblée parlementaire de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe concernant sa participation à la conférence d'automne de l'Assemblée parlementaire de l'OSCE tenue à Genève, en Suisse, du 3 au 5 octobre 2014; et sa participation à la mission d'observation électorale de l'Assemblée parlementaire de l'OSCE qui a été menée à Chisinau, en Moldavie, le 30 novembre 2014.

Les comités de la Chambre

Industrie, sciences et technologie  

    Monsieur le Président, j'ai l'honneur de présenter, dans les deux langues officielles, le septième rapport du Comité permanent de l'Industrie, des sciences et de la technologie concernant le projet de loi C-625, Loi modifiant la Loi sur la statistique concernant la suppression des peines d’emprisonnement.
    Le comité a étudié le projet de loi et a décidé de le renvoyer à la Chambre sans proposition d'amendement.

Pêches et océans  

    Monsieur le Président, j'ai l'honneur de présenter, dans les deux langues officielles, le deuxième rapport du Comité permanent des pêches et des océans concernant le projet de loi S-3, Loi modifiant la Loi sur la protection des pêches côtières.
    Le comité a étudié le projet de loi et a décidé d'en faire rapport à la Chambre avec des propositions d'amendement.

La Loi sur les départements et ministres d'État

    — Monsieur le Président, c'est un honneur d'intervenir à la Chambre pour déposer un projet de loi modifiant la Loi sur les départements et ministres d’État et la Loi sur les traitements.
    L'objectif du projet de loi est de limiter à 26 le nombre de ministres et de ministres d’État. Le chiffre 26 a été choisi parce qu'il y a 20 ministères fédéraux et 6 organismes fédéraux qui, selon la loi, doivent être dirigés par un ministre.
    Lorsque l'actuel gouvernement a pris le pouvoir en 2006, le Cabinet était léger et ne comprenait que 26 membres. Aux dires du premier ministre, il « avait été créé pour être efficace et non pour épater la galerie, doté d'un but et d'une orientation clairs et conçu afin de fonctionner plus simplement et à moindre coût. »
    En plus de faire économiser aux contribuables un montant estimé entre 12 et 15 millions de dollars par année, le fait de réduire la taille du cabinet réglerait un problème bien plus grave, celui du déséquilibre entre l'exécutif et le législatif.
    Par ailleurs, diminuer le nombre de ministres fait baisser la probabilité qu'un député donné sera appelé à servir, ce qui poussera les députés à prendre leur responsabilité de législateur au sérieux et à faire passer les intérêts de leurs électeurs avant leurs propres intérêts professionnels.
    Comme il y aurait moins de privilèges à octroyer, il y aurait aussi moins de contrôle exercé sur les députés d'arrière-ban, ce qui, ultimement, mènerait à un meilleur fonctionnement du Parlement.
    Je demande donc à tous les députés d'appuyer cet important projet de loi proposant une réforme démocratique.

    (Les motions sont réputées adoptées, le projet de loi est lu pour la première fois et imprimé.)

[Français]

Pétitions

Postes Canada  

    Monsieur le Président, j'ai l'honneur de déposer une pétition signée par des centaines de citoyens de mon comté qui revendiquent une amélioration des services de Postes Canada. Ils dénoncent la détérioration causée par la privatisation et l'implantation de boîtes postales dont les gens ne veulent pas.
    Nous voulons une amélioration et la pétition le dit très bien.

  (1550)  

[Traduction]

L'agriculture  

    Monsieur le Président, j'ai deux pétitions à présenter.
    La première provient de Canadiens qui affirment que sans les petites fermes familiales et les paysans qui travaillent dur pour préserver les semences, la biodiversité et l'avenir de l'alimentation sont menacés.
    Les pétitionnaires pressent donc le gouvernement du Canada et la Chambre des communes d'adopter des politiques d'aide internationale qui soutiennent les petites fermes familiales, en particulier celles dirigées par des femmes, et de reconnaître leur rôle indispensable dans la lutte contre la faim et la pauvreté.

L'Irak  

    Monsieur le Président, la deuxième pétition a été signée par de nombreux Canadiens qui sont très préoccupés par les violences que subissent les yézidis et d'autres minorités en Irak.
    Les pétitionnaires sont très heureux des mesures prises par le gouvernement du Canada jusqu'à présent, mais ils demandent à la Chambre, notamment, de fournir des vêtements et du matériel militaire aux yézidis coincés sur le mont Sinjar. Ils demandent aussi à la Chambre d'augmenter considérablement et dès maintenant les efforts du Canada pour aider les yézidis, les baha'is, les Assyro-Chaldéens, les chrétiens, les mandéens, les Shabaks, les Turkmènes et tous les autres qui sont dans la mire de l'EIIS.

L'agriculture  

    Monsieur le Président, je présente une pétition signée par des fidèles de l'église de Saint-Thomas-à-Becket.
    Les pétitionnaires demandent au gouvernement du Canada et à la Chambre des communes d'adopter des politiques d'aide internationale qui soutiennent les petites exploitations agricoles familiales, en particulier celles dirigées par des femmes, et de reconnaître leur rôle indispensable dans la lutte contre la faim et la pauvreté.
    Ils demandent aussi au gouvernement de s'assurer que ces politiques et ces programmes sont élaborés en consultation avec les petites exploitations agricoles familiales et qu'ils protègent le droit de celles qui oeuvrent dans les pays du Sud de conserver, d'utiliser et d'échanger librement des semences.

Les épaulards résidents du Sud  

    Monsieur le Président, j'ai l'honneur de prendre la parole aujourd'hui pour présenter deux pétitions.
    La première pétition est signée principalement par des habitants de Saanich—Gulf Islands ainsi que par quelques résidants de Victoria et d'Edmonton.
    Les pétitionnaires exhortent la Chambre des communes à prendre immédiatement des mesures visant à protéger la population d'épaulards résidents du Sud qui se trouve dans la mer des Salish pour en prévenir l'extinction. Cette espèce menacée est particulièrement vulnérable aux perturbations acoustiques et physiques de leur habitat essentiel.

Le projet de loi antiterroriste  

    Monsieur le Président, la deuxième pétition a été signée par plus de 1 343 résidants de différentes provinces, soit de la Colombie-Britannique, du Manitoba, de la Saskatchewan et de l'Ontario. Ils exhortent la Chambre à rejeter le projet de loi C-51 parce qu'il est antidémocratique et anticonstitutionnel.
    J'espère que les pétitionnaires recevront une réponse favorable puisqu'il s'agit d'une question cruciale.

[Français]

L'agriculture  

    Monsieur le Président, j'ai l'honneur de présenter une pétition demandant le respect du droit des petits agriculteurs familiaux de conserver, d'échanger et d'utiliser leurs semences. Cette pétition est signée par quelques centaines de citoyens de ma région.

L'aéroport de Sherbrooke  

    Monsieur le Président, j'ai l'honneur de présenter une pétition qui a été signée par plusieurs Sherbrookois samedi dernier. Ceux-ci demandent aux députés de la Chambre des communes d'appuyer la motion M-553, ma motion, qui sera mise aux voix ce soir même, soulignant qu'il en va du développement économique de Sherbrooke.
    Si cette motion est adoptée et qu'elle est menée à bien par le gouvernement conservateur, elle aidera certainement Sherbrooke à se donner les outils nécessaires pour développer l'aéroport de Sherbrooke. Les signataires de cette pétition enjoignent donc tous les députés à voter en faveur de la motion M-553 ce soir.

[Traduction]

Questions au Feuilleton

    Monsieur le Président, je demande que toutes les questions restent au Feuilleton.
    Des voix: D'accord.

Demandes de documents

    Monsieur le Président, je demande que toutes les motions portant production de documents soient reportées.
    Des voix: D'accord.
    Le président suppléant (M. Barry Devolin): Je tiens à signaler à la Chambre que, en raison de la déclaration du ministre, l'étude des initiatives ministérielles sera prolongée de 22 minutes.

Initiatives ministérielles

[Le budget]

[Traduction]

Le budget

L'exposé financier du ministre des Finances 

    La Chambre reprend l'étude, interrompue le 22 avril, de la motion portant que la Chambre approuve la politique budgétaire générale du gouvernement.
    Monsieur le Président, je partagerai mon temps de parole avec la députée de Winnipeg-Centre-Sud.
    Je suis heureuse d'intervenir aujourd'hui pour parler du Plan d'action économique de 2015, un budget équilibré et un plan axé sur des impôts bas pour favoriser l'emploi, la croissance et la sécurité.
    Le gouvernement parvient à l'équilibre budgétaire tout en prenant des mesures prudentes pour réduire les impôts, créer des emplois et stimuler l'économie sans oublier d'assurer la sécurité de la population.
    L'équilibre budgétaire permet au gouvernement d'abaisser les impôts des travailleurs canadiens qui gagnent durement leur vie et de remettre à ceux-ci de l'argent dont ils pourront se servir pour prendre des vacances, diminuer leur hypothèque ou inscrire leurs enfants à des activités sportives ou autres.
    Le budget appuie les petites entreprises et les entrepreneurs. Comment? Premièrement, en abaissant à 9 % le taux d'imposition; et deuxièmement, en élargissant les services offerts par la Banque de développement du Canada afin d'aider les petites et moyennes entreprises.
    Pour favoriser l'entrepreneuriat, le budget prévoit l'affectation de 14 millions de dollars à l'organisme Futurpreneur Canada afin de permettre aux jeunes entrepreneurs d'exceller et investit dans le Plan d'action pour les entrepreneures afin d'aider les femmes propriétaires d'entreprise à réussir.
    Le Plan d'action économique aide les familles et les collectivités en portant le plafond de cotisation annuel à un compte d'épargne libre d'impôt à 10 000 $ à compter de l'année d'imposition 2015, ce qui permettra aux gens d'amasser pour l'avenir un petit pécule exempt d'impôt.
     Comme mesure d’aide aux aînés et aux personnes handicapées, nous avons créé le crédit d’impôt pour l’accessibilité domiciliaire, qui permettra à ces personnes d’acquitter les frais de rénovation de leur logement et de demeurer autonomes plus longtemps chez elles, exactement là où elles veulent être.
    J’ai un grand ami, Geoff Ball, qui est cloué à un fauteuil roulant. Ce crédit sera extrêmement utile pour lui, car il lui permettra de rester chez lui le plus longtemps possible. Ce sont les mesures de ce genre qui comptent le plus pour les Canadiens.
     En ma qualité de ministre du Travail et de la Condition féminine, je veux également parler de quelques bonnes initiatives contenues dans le budget pour les lieux de travail sous réglementation fédérale.

  (1555)  

[Français]

    Nous sommes très fiers du Plan d'action économique de 2015, car il tient compte des réalités en mutation du XXIe siècle, tout en respectant notre mission de créer des milieux de travail sûrs, équitables et productifs.

[Traduction]

     Comme je l’ai dit au début de mon discours, notre priorité demeure inchangée: protéger la vitalité de l’économie du Canada. Or, pour avoir une économie forte et en santé, il faut une main-d’œuvre diversifiée, forte et en santé elle-même.
    Les modifications apportées au Code canadien du travail et à la Loi sur l’indemnisation des agents de l’État, ainsi que les autres mesures prises pour augmenter le nombre d’agents affectés à la santé et à la sécurité, aideront à fournir des lieux de travail sûrs et sains et contribueront à augmenter le nombre d’employés en bonne santé. Elles aideront à assurer le bien-être et la productivité à long terme de la main-d’œuvre.

[Français]

     Notre gouvernement est conscient de l'importance d'appuyer et de protéger les employés, afin de favoriser le mieux-être des travailleurs et de leur famille, ainsi que des collectivités canadiennes.

[Traduction]

     Ces mesures joueront également un rôle clé dans la productivité des entreprises, la croissance économique et la prospérité à long terme.
    Voilà pourquoi le Plan d’action économique de 2015 comprend des modifications pour renforcer le Code canadien du travail et pour simplifier son administration et son application. Ces changements donneront aux employés plus de souplesse pour concilier leurs obligations professionnelles et leurs obligations à titre d’aidants naturels; ils renforceront et rationaliseront les dispositions relatives à l’employeur pour la prévention et le traitement des cas de harcèlement sexuel et de violence sur les lieux de travail; et ils assureront la protection des stagiaires dans les milieux de travail sous réglementation fédérale.
     Le gouvernement sait pertinemment que les mesures visant à aider et à protéger les employés qui ont des obligations à titre d’aidants naturels sont salutaires pour le bien-être des familles. Voilà pourquoi nous proposons d’accorder plus de marge de manœuvre aux employés qui devront assumer certaines responsabilités familiales en leur donnant accès à de nouveaux congés non payés à court et à long terme pour responsabilités familiales. Nous prolongerons également les prestations de compassion du régime d’assurance-emploi pour permettre aux familles de s’occuper des êtres qui leur sont les plus chers lorsque ceux-ci ont besoin d’aide. Cela pourrait être un travailleur assujetti à la réglementation fédérale qui a un enfant atteint d'un cancer dont il doit s’occuper en priorité. Nous donnerons aux papas et aux mamans la souplesse nécessaire pour être auprès de leurs enfants ou de leurs parents lorsque ceux-ci auront besoin d’eux.
    Le gouvernement conservateur s’est engagé à veiller à ce que tous les employés soient traités de façon équitable en milieu de travail et à ce qu’ils soient à l’abri du danger, notamment de toute forme de violence et de harcèlement sexuel. C’est un droit fondamental dont jouissent tous les Canadiens. Aucune femme, aucun Canadien ne doit se sentir en danger au travail, et tout ce qu’il faut faire, et que nous avons bien l’intention de faire, c’est mettre en place un mécanisme efficace qui permettra d’assurer la protection de tous les Canadiens, et en particulier des femmes, sur les lieux de travail.
     Nous avons écouté les préoccupations des Canadiens au sujet des risques auxquels sont exposés des stagiaires et d’autres employés non rémunérés et de la protection insuffisante qui leur est accordée, et nous prenons des mesures.

[Français]

    Grâce aux modifications que nous proposons, tous les stagiaires relevant de la compétence fédérale, rémunérés ou non, auront droit à des mesures de protection en matière de santé et de sécurité. Les modifications proposées préciseront également les circonstances dans lesquelles des stages non rémunérés peuvent être offerts.

  (1600)  

[Traduction]

     Claire Seaborn, présidente de l'Association canadienne des stagiaires, n’a pas manqué de saluer ces mesures. Elle s’est même dite « très satisfaite que le gouvernement du Canada accepte de renforcer les protections accordées aux stagiaires dans les lieux de travail ».
    Les stages offrent aux jeunes, et à d’autres Canadiens, la possibilité d’acquérir une importante expérience de travail qui leur permet de faire la transition entre l’école et un emploi, ou encore, pour les nouveaux Canadiens, de réussir leur intégration dans le marché du travail. Les jeunes qui cherchent à acquérir une expérience de travail qui leur sera précieuse ne devraient pas avoir à se demander s’ils sont en sécurité ou s’ils sont traités de façon équitable dans leur milieu de travail. En fait, aucun Canadien ne devrait avoir à s’en préoccuper.

[Français]

    Notre gouvernement tient à ce que les employeurs relevant de la compétence fédérale aient l'information et le soutien nécessaires pour se conformer aux dispositions en matière de santé et de sécurité du Code canadien du travail. Nous voulons aussi mieux appliquer et promouvoir les mesures visant la santé et la sécurité dans les secteurs de compétence fédérale. Pour y arriver, nous avons besoin d'agents de santé et de sécurité.

[Traduction]

     C’est la raison pour laquelle le gouvernement propose d’augmenter le nombre d'agents de santé et de sécurité qui sont chargés de promouvoir la conformité aux dispositions du Code canadien du travail et de faire respecter celles-ci.
    Nos agents de santé et de sécurité sont des éducateurs. Ils ont pour mission de faire la promotion d’un milieu de travail équitable, sûr et salubre; de mener des enquêtes en cas d’accident, mais, surtout, de montrer aux employeurs et aux employés comment les éviter. En débloquant des crédits pour permettre le recrutement d’un plus grand nombre d’agents de santé et de sécurité, le gouvernement veut assurer une meilleure protection des travailleurs des domaines de compétence fédérale, surtout dans les lieux de travail éloignés et à risque élevé. Cela permettra d’éviter des accidents de travail, voire des accidents mortels, et contribuera à renforcer la sécurité des employés.
     Toujours soucieux d’optimiser le mieux-être et la productivité des employés fédéraux, le gouvernement propose également d’actualiser la Loi sur l’indemnisation des agents de l’État. Les modifications proposées visent à simplifier et à accélérer le traitement des demandes d’indemnisation, afin que les employés reçoivent des indemnités plus rapidement et puissent retourner au travail en toute sécurité et en temps voulu. Mais surtout, les employés recevront les soins dont ils ont besoin le plus rapidement possible.
    Le Plan d’action économique de 2015 prend appui sur les mesures déjà adoptées par le gouvernement pour encourager l’autonomisation économique des femmes au Canada. Je me réjouis d’apprendre que le Plan d’action économique propose de bonifier la prestation universelle pour la garde d’enfants. Les familles recevront ainsi 2 000 $ pour chaque enfant de moins de 6 ans, et 720 $ pour chaque enfant de 6 à 17 ans. Cette mesure n’est pas conditionnelle au revenu de la famille ni à la façon dont celle-ci choisit de faire garder ses enfants. Cela signifie qu’une famille ayant deux enfants de moins de 6 ans pourra recevoir jusqu’à 4 000 $ par an, et qu’elle pourra choisir la façon dont elle veut faire garder ses enfants. Les gens qui doivent se rendre au travail à sept heures du matin auront droit aussi à cette prestation. Ce n’est pas limité à ceux qui font du 9 à 5, comme le préconisent d’autres partis.

[Français]

    Plus tôt cette semaine, le gouvernement a annoncé le Plan d'action pour les entrepreneures, qui sera mis en place afin d'aider les femmes à obtenir les outils nécessaires pour réussir en affaires.
    Ce plan d'action contient une série de mesures visant à aider les femmes entrepreneures au moyen du mentorat, d'occasions de réseautage et d'un accès accru aux marchés financiers et internationaux.

[Traduction]

    Parmi les grandes initiatives de ce plan d’action, j’aimerais mentionner la plateforme en ligne pour encourager le réseautage. Il s’agit de la campagne « Mon expérience, sa réussite – Accompagnez-la vers le succès », qui vient d’être lancée pour encourager le mentorat et le parrainage. J’espère que tous les députés y participeront. Cette campagne cible les femmes de moins de 35 ans et vise à les aider à atteindre leurs objectifs.
     Des missions commerciales améliorées seront organisées pour les entreprises dirigées par des femmes, et il y en a notamment une au Brésil, qui sera sans doute suivie d’autres missions plus tard. Par ailleurs, la Banque de développement du Canada prévoit un investissement de 700 millions de dollars sur trois ans pour financer des entreprises appartenant à des femmes, et c'est sans compter la création de forums nationaux.
    Notre gouvernement veut s’assurer qu’il existe des débouchés pour les femmes et pour les travailleurs. En fait, notre Plan d’action économique est bénéfique pour tous les Canadiens, mais surtout pour les femmes, les familles canadiennes, l’économie canadienne et l’ensemble du Canada.

  (1605)  

[Français]

    Monsieur le Président, au début de son discours, la ministre a parlé de mesures telles que la réduction du taux d'imposition des petites entreprises, qui passera de 11 % à 9 %.
    Elle aurait pu également parler de la mesure qui prolonge l'amortissement accéléré des coûts en capital pour les entreprises, particulièrement celles du secteur manufacturier.
    En février 2015, à l'opposition officielle, nous avions présenté une motion de l'opposition à la Chambre à laquelle les conservateurs et le Parti libéral se sont opposés.
    Ma collègue voudrait-elle me dire comment elle peut concilier aujourd'hui le fait de vanter ces mesures présentes dans le budget avec le fait de s'être levée à la Chambre pour voter contre ces mesures lorsque nous les avions présentées?

[Traduction]

    Monsieur le Président, j’aimerais que la population canadienne se penche sur le bilan de l’opposition. Nous avons proposé de nombreuses mesures visant à réduire les impôts et les taxes, en fait plus de 160, la diminution de la TPS en étant un exemple. Les députés de l’opposition ont voté contre toutes ces mesures. Il serait intéressant qu’ils nous disent ce qu’ils comptent faire avec les augmentations d’impôts et de taxes qu’ils nous réservent.
    Le budget propose de réduire l’impôt des petites entreprises et de le faire passer de 11 à 9 %. Il propose d’augmenter les prestations pour les familles. La prestation universelle pour la garde d’enfants passera ainsi à 2 000 $ pour chaque enfant de moins de 6 ans, et à cette prestation s’en ajoutera une autre de 720 $ pour chaque enfant de 6 à 17 ans. Le budget propose aussi de mettre en place le fractionnement du revenu pour les familles, entre autres.
     Nous invitons les partis de l'opposition à voter en faveur de ces mesures qui sont bénéfiques pour les familles canadiennes, mais nous sommes presque sûrs qu’ils vont toutes les rejeter.
    Monsieur le Président, ce budget est injuste vis-à-vis de la classe moyenne du Canada et de ceux qui aspirent en faire partie. Nous ne sommes pas les seuls à le dire. Je sais que la députée était très proche de feu M. Flaherty, mais c’est pourtant lui, M. Flaherty, quand il était ministre conservateur des Finances, qui disait que le fractionnement du revenu n’était pas une bonne idée. Je suis sûr qu’elle s’en souvient parfaitement. Mais sous la direction du nouveau ministre des Finances, le gouvernement va de l'avant avec le fractionnement du revenu.
    Qui va payer cette facture annuelle de plusieurs millions de dollars? C’est la classe moyenne qui va faire les frais de cette promesse.
     J’aimerais poser à la députée une question en deux parties. Premièrement, pourquoi pense-t-elle que M. Flaherty se trompait? Comme le répètent les libéraux, ce n’est pas un impôt équitable. Deuxièmement, pourquoi l’actuel ministre des Finances refuse-t-il d’être présent et de répondre aux questions pendant la période des questions?
    Monsieur le Président, ce que M. Flaherty cherchait à faire, c’était à réduire les impôts pour que les contribuables aient plus d’argent dans leurs poches. Au moyen de nombreux budgets, il a réduit bien des fois les impôts et les taxes des contribuables. Je proclame avec fierté avoir fait partie du même gouvernement que lui.
    Nous nous employons à laisser encore plus d’argent aux contribuables canadiens. L’opposition voudrait que cet argent revienne à la bureaucratie gouvernementale. Elle croit que cet argent lui appartient. Nous estimons pour notre part que cet argent appartient aux contribuables canadiens. Qu’il s’agisse de majorer la prestation universelle pour la garde d'enfants de moins de 6 ans ou de créer une nouvelle prestation pour les parents d’enfants de 6 à 17 ans ou encore de permettre le fractionnement du revenu pour les personnes âgées -- mesure dont le Parti libéral a dit qu’il en priverait les aînés --, nous cherchons à faire en sorte que les Canadiens gardent leur argent dans leur poche pour qu’ils puissent le consacrer à ce qui leur tient à coeur.
    Monsieur le Président, c’est un plaisir de parler aujourd’hui du Plan d’action économique de 2015 et de signaler à ma collectivité les diverses possibilités offertes par ce budget, qui aidera les électeurs de Winnipeg-Centre-Sud. Ce budget absolument exceptionnel à quelque chose à offrir aux familles, aux aînés et aux jeunes.
     Je suis très fière que le gouvernement ait tenu sa promesse d'équilibrer le budget fédéral. Grâce à la gestion responsable du premier ministre, nous prévoyons un excédent budgétaire de 1,4 milliard de dollars cette année et de 1,7 milliard de dollars l’an prochain. Les Canadiens qui travaillent fort ont dû faire des choix pour vivre selon leurs moyens. Le gouvernement a dû faire la même chose.
     Avant la récession, le gouvernement a décidé de rembourser 37 milliards de dollars sur la dette, et il a positionné notre pays pour qu’il puisse survivre au pire ralentissement économique depuis les années 1930. Il a réagi très rapidement et efficacement à la crise financière en proposant un programme de relance historique. De sorte que nous avons émergé de cette grave récession plus rapidement et en meilleure forme qu’à peu près toutes les grandes économies avancées. Nos résultats ont certainement été ce qu’il y a eu de mieux parmi les pays du G7.
     Lorsque la crise s’est résorbée, le gouvernement s’est donné comme objectif d’équilibrer le budget. C’est maintenant chose faite. Et l’objectif a été atteint sans hausse des impôts ni coupes dans les transferts au titre de l’éducation et des soins de santé. Nous nous rappelons tous fort bien des coupes sombres du gouvernement libéral dans ces transferts dans les années 1990.
     Troisièmement, et c’est peut-être ce intéressera le plus un grand nombre d'habitants de ma circonscription, c’est que, tout en rendant de l'argent aux entreprises et aux familles canadiennes qui travaillent fort, nous avons réduit les impôts et avons équilibré le budget.
     Le Plan d’action économique de 2015 s’appuie sur le bilan du gouvernement, qui a su soutenir les familles canadiennes en gardant leurs impôts à un faible niveau et en les aidant à épargner. Depuis 2006, en effet, le gouvernement propose des mesures propres à rendre la vie plus abordable pour les familles. Notons par exemple la réduction du taux de l’impôt sur le revenu des particuliers et l’augmentation du montant personnel de base. Le gouvernement a en fait rayé 380 000 aînés du rôle fédéral d’imposition. Il a ramené le taux de la TPS de 7 à 5 %. Cela aide tous les Canadiens chaque fois qu’ils achètent quelque chose.
    Le gouvernement a proposé le fractionnement des revenus de pension pour les aînés, ce qui peut vraiment aider les aînés à revenu fixe. Il a offert des crédits d’impôt pour aider les particuliers et les familles à faible revenu, les usagers des transports en commun, ceux qui achètent une première maison et les familles qui s’occupent de parents handicapés. Il apporte un soutien supplémentaire aux familles avec enfants grâce au crédit d’impôt pour les activités artistiques des enfants, au crédit d’impôt pour la condition physique des enfants et au crédit d’impôt pour frais d’adoption. Plus récemment, le gouvernement a proposé un nouvel allègement fiscal pour les familles, une bonification de la prestation universelle pour la garde d’enfants et une déduction pour frais de garderie. La totalité des familles qui ont des enfants de moins de 18 ans toucheraient des prestations.
     Les contribuables de tous les niveaux de revenu profitent des allègements d’impôts offerts par le gouvernement, mais ce sont les Canadiens à faible et à moyen revenu qui, toutes proportions gardées, obtiennent les plus gros allégements. Cette année, les familles et les particuliers auront droit à des allègements de 37  milliards de dollars et à des prestations accrues grâce aux mesures que le gouvernement a prises depuis 2006. Par exemple, la famille type de quatre personnes aura droit à des allègements fiscaux et à des prestations pouvant atteindre 6 600 $ en 2015 et chaque année par la suite, grâce à des mesures comme la baisse d’impôt pour les familles, la prestation universelle pour la garde d’enfants, la réduction de taxe sur les produits et services, le crédit d’impôt pour la condition physique des enfants et d’autres nouveaux crédits.
    Aujourd’hui, les taux d’imposition sont plus bas qu’ils ne l’ont jamais été depuis 50 ans. En réduisant les impôts année après année et en bonifiant les prestations, le gouvernement a donné aux familles et aux particuliers une plus grande souplesse pour faire les choix qui sont les bons pour eux.

  (1610)  

     De plus, tandis que nous réduisions les impôts pour aider les familles, nous avons veillé à ce que les transferts fédéraux continuent de croître pour les provinces et les territoires. C’est important, car ces transferts aident à payer les programmes sociaux auxquels les Canadiens sont attachés.
     En fait, les principaux transferts, dont le transfert canadien en matière de santé et le transfert canadien en matière de programmes sociaux, s’élèveront à près de 68 milliards de dollars en 2015-2016; un record de tous les temps. Au Manitoba, les Manitobains recevront des transferts fédéraux de 3,4 milliards de dollars cette année, soit une majoration de 26 % par rapport à ce que proposait le gouvernement libéral.
     Le Plan d’action économique de 2015 propose de nouvelles mesures. Il donnerait aux aînés plus de liberté et de souplesse dans la gestion de leurs fonds de retraite. Par exemple, le gouvernement réduirait le montant minimum à retirer d’un fonds enregistré de revenu de retraite. Cela me semble très important, et cela aidera bien des gens. La même solution ne convient pas toujours à tous, et chaque retraité a des besoins différents à divers moments.
     Je suis très heureuse que le gouvernement ait proposé le nouveau crédit d’impôt pour l’accessibilité domiciliaire. Ce crédit d’impôt non remboursable de 15 % s’appliquerait à un maximum de 10 000 $ de dépenses admissibles pour rénovation chaque année. Les dépenses admissibles se rapporteraient à des améliorations permettant à un aîné ou à toute personne admissible au crédit d’impôt pour personnes handicapées d’être plus mobiles, plus en sécurité et plus fonctionnels chez eux.
     Nous fournirons également jusqu'à 42 millions de dollars sur cinq ans pour aider à mettre en place le Centre d’innovation canadien sur la santé du cerveau et le vieillissement.
     Nous avons prévu 37 millions de dollars par année pour prolonger les prestations de compassion de l'assurance-emploi, afin de les faire passer de six semaines à six mois, à compter du 16 janvier 2016.
     Le gouvernement s’est acquitté de l’engagement qu’il avait pris de doubler la limite de contribution au compte d’épargne libre d’impôt en la portant à 10 000 $. Cette mesure sera très utile à tous les Canadiens, jeunes et vieux. Nous avons d’abord créé le CELI et maintenant nous le doublons. Le CELI peut aider les Canadiens à n’importe quelle étape de leur vie, que ce soit à la retraite ou au moment de démarrer une entreprise, d’acheter une voiture ou une première maison, ou encore simplement pour mettre un peu d’argent de côté, au cours de leur vie, parce que c’est ce que nous faisons au Canada.
     En doublant le plafond du CELI, nous permettrons aux Canadiens d’économiser encore plus en fonction de leurs priorités. Près de 11 millions de Canadiens avaient déjà ouvert un CELI à la fin de 2013, et près de 2,7 millions d'entre eux étaient des aînés. Sur les 11 millions de Canadiens qui détenaient un CELI, 75 % gagnaient moins de 70 000 $ par année et environ 50 % de ces 11 millions de Canadiens gagnaient moins de 42 000 $. Ce ne sont pas des gens riches, mais des Canadiens responsables qui mettent un peu d’argent de côté et qui prennent leur avenir économique en main. Il faut les appuyer et non pas les condamner, comme le fait l’opposition.
    Je suis extrêmement fière du Plan d’action économique de 2015, et plus particulièrement de la détermination avec laquelle notre gouvernement a toujours cherché à aider les familles et les personnes âgées du Canada. Le budget contient quelque chose pour tout le monde à Winnipeg-Centre-Sud et je suis très fière de faire partie du gouvernement qui a élaboré un budget aussi réfléchi, responsable et prudent dont tous les Canadiens profiteront.

  (1615)  

[Français]

    Monsieur le Président, hier, j'avais lancé un avis de recherche sur les mots « fractionnement du revenu ». Malheureusement, on n'a pas répondu à mon avis.
     D'ailleurs, simplement pour l'exemple, la ministre d'État à la diversification de l'économie de l'Ouest a évité soigneusement d'utiliser ces termes dans son discours de 10 minutes, même si elle a cherché à répondre à mon avis de recherche en disant qu'il n'y avait rien d'interdit. Alors, c'est un mystère qui plane toujours. Les mots « fractionnement du revenu » étaient largement usités du côté conservateur, il y a de cela quelques mois, pour vanter une nouvelle réalisation du gouvernement. Toutefois, ils ont maintenant disparu complètement du texte du budget. Des ministres se retrouvent à ne jamais utiliser ces termes.
    J'aimerais que ma collègue de Winnipeg-Centre-Sud m'explique comment il se fait que les mots « fractionnement du revenu » ont été bannis et interdits du vocabulaire des conservateurs.

[Traduction]

    Monsieur le Président, je suis vraiment très heureuse que le député ait posé cette question. À Noël, je pourrais peut-être lui acheter un dictionnaire, parce qu’il y a beaucoup de façons de parler des diverses possibilités contenues dans le budget pour les Canadiens.
     C’est le gouvernement conservateur qui a créé le fractionnement du revenu pour les personnes âgées, et j'en suis fière. Toutefois, l’opposition y mettrait fin. Ma circonscription compte beaucoup de personnes âgées qui profiteront énormément du fractionnement du revenu.
    Très bientôt, des jeunes papas ou des jeunes mamans décideront de faire un gros investissement dans leur famille en restant à la maison pendant une courte période, pendant que leur conjoint ira travailler. Ils profiteront dorénavant d’un régime plus équitable, car la conséquence de leur décision ne sera pas aussi grande sur le plan fiscal. En effet, la mesure leur permettra d’économiser jusqu’à 2 000 $.
     Là encore, la mesure n’est pas destinée aux riches; elle vise à aider les gens à faire une contribution au Canada.

  (1620)  

     Monsieur le Président, il y a beaucoup de questions auxquelles le Parti libéral aimerait obtenir des réponses de la part du ministre des Finances à la période des questions; des questions concernant le budget, le budget faussement équilibré — un budget équilibré étant quelque chose que les conservateurs n’ont pas vraiment été capables de faire — et la politique fiscale injuste qui va coûter cher aux Canadiens de la classe moyenne et à ceux qui veulent y accéder. Ceux-là travaillent fort pour y arriver.
    Je demande à la députée de m’expliquer pourquoi, selon elle, le ministre des Finances a totalement refusé de répondre aux questions depuis qu’il a présenté le budget. Est-ce parce qu’il a essayé de refiler à d’autres les failles de son budget, affirmant qu’il reviendra à la petite-fille du premier ministre ou à nos petits-enfants d’assumer les coûts de ce budget?
    Pourquoi le ministre des Finances ne répond-il à aucune question liée au budget pendant la période des questions?
    Monsieur le Président, je trouve très intéressant que le député parle d’un budget faussement équilibré. Il serait faussement équilibré s’il n’était pas équilibré.
     Le budget est équilibré parce que nous avons fait des choix prudents et responsables, tout comme en font les Canadiens qui travaillent fort pour joindre les deux bouts lorsqu’ils dressent leurs propres budgets. Nous avons pris des décisions au cours des dernières années et nous sommes revenus à l’équilibre budgétaire. Nous avons géré le programme de relance de façon très responsable, en intervenant lorsque l’économie le nécessitait et, en conséquence, nous sommes sortis de la récession avant tous les autres pays du G7.
    Nous avons maintenant retrouvé l’équilibre budgétaire. Il n’y a rien de faux là-dedans.
    Contrairement à ce que mon collègue d’en face a dit, la classe moyenne profite du CELI. Quelque 11 millions de Canadiens ont un CELI. Un peu moins de 50 % de ces personnes gagnent moins de 42 000 $ par année. Je crois qu’un revenu annuel de 42 000 $ permet de vivre, mais ce n’est pas la grande richesse.
     Les libéraux aboliraient cette mesure utile aux gens responsables qui font des économies. Le CELI aide les Canadiens de la classe moyenne.

[Français]

    Monsieur le Président, j'aurai le bonheur et le privilège de partager mon temps de parole avec la talentueuse et passionnée députée d'Edmonton—Strathcona.
    Je dirai d'emblée que j'ai un parti pris: j'aime la jeunesse. J'aime son énergie, sa curiosité et son enthousiasme. J'aime ses idéaux, voulant bâtir une société plus juste, une planète plus verte où les jeunes pourront réaliser leur potentiel, une société à la hauteur de leurs aspirations. J'aime la jeunesse, car j'ai aussi été jeune un jour, et je me retrouve, dans leurs aspirations, à bâtir une société équitable où personne n'est laissé pour compte.
    Je me lève à la Chambre aujourd'hui pour parler du budget de 2015, qui a été présenté en grande pompe la semaine dernière. Pourtant, ce budget ne présente aucune vision d'ensemble pour atténuer les maux de notre société, pour transformer notre économie en une économie performante digne du XXIe siècle ou pour s'attaquer aux changements climatiques et aux inégalités croissantes dans notre société.
    De fait, alors que les émissions de gaz à effet de serre au Canada et les inégalités augmentent, un rapport de l'OCDE rapporte l'écart toujours grandissant entre les riches et les pauvres au Canada. Son analyse rapporte que le Canada est au 4e rang en ce qui a trait à la croissance des inégalités dans les deux dernières décennies. Le budget de 2015, de même que le budget précédent, ne feront qu'approfondir cette malheureuse tendance.

  (1625)  

[Traduction]

    Le rapport de l'OCDE n'est pas la seule analyse qui met en évidence un écart croissant entre les revenus au Canada. Selon une étude publiée en septembre 2014 par le Conference Board du Canada, les inégalités de revenu se sont accrues plus rapidement au Canada qu'aux États-Unis depuis le milieu des années 1990. Cette recherche, menée auprès de 18 pays, a révélé que le Canada a connu la quatrième hausse en importance au chapitre des inégalités entre le milieu des années 1990 et la fin des années 2000.

[Français]

    En juillet dernier, j'ai organisé une rencontre informelle avec des jeunes leaders de LaSalle—Émard. Ils m'ont fait part de leurs inquiétudes quant à leur avenir, leur difficulté à concilier le travail et les études, les offres d'emploi limitées et, surtout, la précarité de ces emplois. Ils ont parlé des grands enjeux, tels que la protection de l'environnement, les inégalités, la situation internationale et le besoin de réforme électorale. Ils concèdent le peu d'intérêt qu'ils ont pour la politique, car le message ne résonne pas chez eux. Le budget de 2015 présenté récemment ne fera rien pour susciter leur intérêt. J'espère qu'il soulèvera plutôt leur indignation.
    Regardons la situation actuelle de nos jeunes. Selon Statistique Canada, en 2013, le taux de chômage chez les jeunes entre 15 et 24 ans était de 13,7 %. Ce taux situe le Canada derrière d'autres pays développés et est deux fois plus élevé que le taux de chômage chez les travailleurs âgés de 25 à 54 ans, qui est de 5,4 %.
    En 2014, nous avions 387 000 jeunes ne pouvant pas trouver un emploi. C'est une situation qui ne reflète qu'une partie de la problématique, surtout si nous tenons compte que ces statistiques n'incluent pas le sous-emploi ou encore l'information sur les jeunes qui ont cessé, découragés, de chercher un travail.
    Dans ma circonscription, LaSalle—Émard, les chiffres sont encore plus préoccupants. En 2013, le taux de chômage chez les jeunes se situait à 15 %, dépassant celui du reste de la population, qui était de 8,2 %.
    Le taux élevé de chômage et de sous-emploi trouve ses causes dans un problème social complexe qui obéit à des facteurs comme le manque de formation répondant aux besoins du marché, les difficultés de mobilité, l'absence de programmes de subvention destinés aux employeurs, la pénurie de formation rémunérée et le manque d'emplois de qualité et bien payés, entre autres.
    Certaines des mesures du budget répondent aux demandes présentées par le NPD, mais trop peu. Nous appuyons, par exemple, le renouvellement du financement accordé aux jeunes entrepreneurs dans le cadre du programme Futurpreneur Canada, malgré une réduction du financement.
    Nous sommes heureux que le gouvernement ait écouté le NPD et qu'il ait élargi la protection de base en milieu de travail aux stagiaires non rémunérés, et nous avons hâte d'en savoir plus à ce sujet.
    Certaines autres mesures sont un pas dans la bonne direction, mais ne vont pas assez loin pour alléger la dette des étudiants, ou encore, pour leur donner la possibilité de sortir de l'endettement.
    Nous constatons des écarts grandissants entre les générations, et comme le déplore le chef du NPD, on laisse une dette économique, écologique et sociale de plus en plus importante sur le dos des générations futures.
    Le budget ne répond pas non plus à la demande des associations étudiantes qui ont réclamé que le gouvernement agisse afin de réduire l'accroissement massif de la dette étudiante, sauf pour l'annonce d'une réduction de la contribution parentale présumée dans le cadre de l'évaluation des besoins du Programme canadien de prêts aux étudiants, dont aucun détail n'est fourni et qui n'octroie pas une aide directe aux étudiants.

  (1630)  

[Traduction]

    Selon la Fédération canadienne des étudiantes et étudiants, le budget fédéral « obligera près de 200 000 étudiantes et étudiants à s'endetter davantage ». Dans un article paru dans le magazine Maclean's, on peut lire qu'« en raison de ces mesures, il faudra accorder des montants plus importants dans le cadre du Programme canadien de prêts aux étudiants. En ce qui concerne les jeunes de familles à faible revenu [...], il est peu probable que ce changement les encourage à envisager des études supérieures. »

[Français]

    Devant un avenir hypothéqué, les jeunes de 18 à 35 ans cherchent des avenues pour pouvoir participer pleinement à la société à la hauteur de leurs aspirations.
    Le rôle du gouvernement fédéral est de créer les conditions favorables, par des investissements stratégiques, pour diversifier l'économie et créer les emplois du XXIe siècle dans des secteurs d'avenir comme les technologies vertes, la haute technologie et la recherche.
    Il faut aussi qu'ils puissent compter sur des politiques publiques qui, en réduisant les inégalités intergénérationnelles, assurent une retraite digne et des soins de santé accessibles et universels, car si nous ne faisons rien pour changer la situation, les défis auxquels vont faire face les générations futures sont immenses: vieillissement de la population, changements climatiques et augmentation des inégalités.
    Le budget de 2015 et les budgets d'austérité des 20 dernières années n'ont fait que diminuer le champ d'action de la sphère publique pour atténuer les effets pervers d'une économie de marché débridée. Il faudra toute l'imagination et la créativité des jeunes de notre pays pour réparer le dégât.
    Le NPD est le seul parti qui propose des solutions concrètes pour rendre la vie plus abordable et réduire les inégalités par des politiques publiques progressistes, car nous croyons que le gouvernement a un rôle à jouer pour bâtir un Canada plus juste, plus vert et prospère où personne n'est laissé pour compte, et pour que les générations futures puissent s'épanouir.
    Monsieur le Président, je remercie ma collègue de son exposé que j'ai écouté avec beaucoup d'intérêt. Étant donné que nous parlons du budget, elle a beaucoup insisté sur l'emploi chez les jeunes. Toutefois, ce budget présenté par les conservateurs favorise surtout les riches, et même le ministre des Finances n'était pas en mesure de dire combien d'emplois ce budget allait créer.
    Ma collègue a aussi parlé du taux de chômage élevé chez les jeunes. Que ce soit dans son comté de LaSalle—Émard, dans le mien ou ailleurs au Canada, le taux de chômage est extrêmement élevé chez les jeunes.
    Que pense la députée des millions de dollars que dépense le Parti conservateur en publicité partisane plutôt que de favoriser la création d'emplois chez les jeunes?
    Monsieur le Président, je suis très heureuse que le député reconnaisse que le sous-emploi et le chômage chez les jeunes sont une tragédie pour le Canada. Nous perdons toute une ressource humaine, parce qu'elle ne réalise pas son plein potentiel. Pour le Canada, c'est une grande perte.
    Par ailleurs, les millions de dollars qui sont dépensés en publicité sont effectivement des frivolités. Ce gouvernement a fait cela à plusieurs reprises. C'est dommage. Ce ne sont pas des investissements stratégiques dans la création d'emplois partout au Canada. Le gouvernement fédéral représente toutes les régions du Canada et il doit mettre en place les conditions favorables pour créer des emplois dans tous les secteurs d'activité.
    Nous sommes chanceux parce que nous avons une économie diversifiée, mais il faut également créer les emplois de l'avenir et être innovateurs et fonceurs afin que le Canada soit un leader dans la lutte contre les changements climatiques et dans la recherche-développement. Nous en avons la capacité parce que nous avons des jeunes bien éduqués, et il faut qu'ils puissent contribuer à notre société.

  (1635)  

[Traduction]

    Monsieur le Président, la députée a tenu des propos ronflants, affirmant que seul le NPD serait à la hauteur de la tâche. De toute évidence, son parti n'est pas satisfait de notre budget.
    La députée pourrait-elle dire un mot sur le fait que, sous l'actuel gouvernement conservateur, les transferts fédéraux représentent aujourd'hui la somme inégalée de près de 68 milliards de dollars? Il s'agit d'une hausse de 62 % depuis notre arrivée au pouvoir. Nous avons obtenu ce résultat tout en rétablissant l'équilibre budgétaire, en réduisant les impôts pour les familles et les entreprises et en agissant de manière responsable. Qu'y a-t-il de mal à cela? Nous aidons les Canadiens et nous réduisons les impôts.

[Français]

    Monsieur le Président, on connaît très bien notre déficit en infrastructure et le retard énorme que nous avons à rattraper dans l'adaptation aux changements climatiques. Ce sont des retards énormes. Le budget qui est présenté va réduire de plus en plus la capacité des gouvernements de relever ces défis.
    Nous avons des défis énormes en santé, comme le vieillissement de la population. Les transferts dont ma collègue a parlé ne font vraiment que changer quatre trente sous pour 75 ¢. Or les défis sont énormes. Ce gouvernement et ce budget réduisent davantage la capacité de notre pays de relever les défis auxquels il fait face.

[Traduction]

    Monsieur le Président, la députée de LaSalle—Émard est une remarquable représentante des électeurs à la Chambre. C'est un honneur de travailler avec elle.
    Je suis heureuse de prendre la parole au sujet de la motion no 18 concernant le budget de 2015-2016.
    Compte tenu de l'accroissement de l'écart entre les revenus, les choix que le gouvernement canadien doit faire sont clairs: mettre en oeuvre des mesures fiscales pour remédier aux disparités, ou non; choisir de soutenir concrètement la diversification économique, ou non. À notre grande déception, à la lumière du budget, il est évident que le gouvernement a choisi la seconde option dans les deux cas.
    Ce budget contient quelques bonnes nouvelles pour les Canadiens de la classe moyenne. Tel que recommandé par le NPD, l'impôt des petites entreprises sera graduellement ramené de 11 % à 9 %. Le prolongement de six semaines à six mois des prestations d'assurance-emploi accordées à ceux qui prennent soin d'un proche malade ou mourant fait également suite à une recommandation du NPD.
    Il est louable que le gouvernement écoute parfois l'opposition. Toutefois, il n'est malheureusement pas disposé à rétablir le droit de toucher des prestations de la Sécurité de la vieillesse ou du Supplément de revenu garanti à 65 ans, tel que demandé par l'organisme CARP, le NPD et de nombreux autres intervenants. Qui plus est, le gouvernement n'a pas donné suite à la demande d'augmentation des prestations du RPC.
    Bien que certains soient heureux du crédit d'impôt à la rénovation non remboursable pour les aînés et les personnes handicapées, la Canadian Alliance of United Seniors estime que ceux qui ont les moyens de payer les rénovations d'avance seront les plus avantagés, ce qui signifie qu'un crédit d'impôt remboursable aurait profité à plus de gens. Les personnes âgées qui ont eu la chance d'investir dans des REER, et de convertir ceux-ci en FERR, bénéficieront de la réduction du montant devant être retiré chaque année. Malheureusement, nombreuses sont celles qui n'ont ni REER ni FERR.
    Pour les familles qui peinent à joindre les deux bouts, la mauvaise nouvelle, c'est que le budget prévoit des avantages fiscaux nettement inéquitables, y compris le fait de porter à 10 000 $ par année de la contribution maximale à un compte d'épargne libre d'impôt, mesure qui n'aidera évidemment que ceux qui disposent de ce genre de surplus. Nombre de Canadiens ont réussi à économiser 5 000 $, mais il est peu probable que le doublement de ce plafond soit utile pour les nombreux ménages qui sont aux prises avec un endettement record. D'après les prévisions du directeur parlementaire du budget, cette mesure coûtera 1,3 milliard de dollars cette année et, d'ici 2060, elle entraînera un manque à gagner sur le plan fiscal de près de 15 milliards de dollars par année pour le Canada. Par conséquent, cette mesure nuira aux programmes qui répondent aux besoins de la plupart des familles.
    Selon Rob Carrick du Globe and Mail, l'accès au compte d'épargne libre d'impôt a saboté le dialogue national sur les finances personnelles. À son avis, le véritable problème réside dans l'endettement croissant des ménages: alors que le gouvernement se vante d'avoir renoué avec l'équilibre budgétaire, un nombre record de ménages sombrent dans l'endettement, qui se creuse plus rapidement que les salaires n'augmentent, à raison de 163 %. Investir encore davantage dans un compte d'épargne libre d'impôt est un luxe réservé à une infime minorité de Canadiens.
    Parmi les preuves les plus flagrantes montrant que le gouvernement conservateur a choisi de récompenser les nantis, pensons au fractionnement du revenu, un cadeau de plusieurs milliards de dollars qui est réservé à la tranche de 10 % des Canadiens les plus fortunés. Cette année seulement, ce groupe de privilégiés privera le Trésor public de 2,4 milliards de dollars. D'ici cinq ans, 2 milliards de dollars de plus en recettes fiscales nous échapperont chaque année, ce qui, au total, entraînera un manque à gagner de 12 milliards de dollars pour le financement de programmes qui profitent à tous les Canadiens.
    Quels éventuels programmes perdront au change? Quelles promesses ne seront pas respectées? Il n'y aura pas d'argent frais pour les soins à domiciles. Il n'y aura pas de nouveau programme national d'assurance-médicaments. Il n'y aura pas de stratégie nationale sur les soins de santé aux personnes âgées, un projet qu'appuie l'Association médicale canadienne. Il n'y aura pas de stratégie nationale sur le logement. Malgré dix ans de promesses, il n'y aura pas non plus le moindre sou pour la création de places abordables en garderie, alors que les besoins sont criants.
    En dépit de toute l'agitation, l'argent prévu pour de nombreux programmes ne sera pas disponible avant un délai de deux à quatre ans, soit bien après les prochaines élections, ce qui n'est probablement pas un détail anodin dans l'atteinte de l'équilibre budgétaire cette année. Le gouvernement retarde simplement les grandes dépenses et ne prévoit les faire que lors de législatures futures, malgré les besoins criants et la hausse inévitable des coûts, en particulier dans le domaine des infrastructures.
    Quatre-vingt-quinze pour cent des Canadiens pensent qu'il est important de financer le transport en commun. La Fédération canadienne des municipalités et les maires des villes réclamaient des engagements à long terme pour le financement du transport en commun; ils ont bien accueilli les engagements pris, de prime abord. Toutefois, un nombre croissant de dirigeants municipaux se disent maintenant inquiets de voir que le gouvernement ne s'est pas engagé à financer en permanence le transport en commun ou à y attribuer une certaine proportion des transferts fédéraux. Il faudra faire beaucoup plus pour répondre aux besoins cruciaux et grandissants dans le domaine du transport en commun. Le gouvernement est en train d'obliger les villes à conclure des accords de financement privé par l'intermédiaire de PPP, que cela leur plaise ou non.

  (1640)  

    Les inquiétudes au sujet du financement des infrastructures sont encore plus importantes, puisque ce financement sera réduit de 87 % au cours des trois prochaines années. Seulement 25 % de l'argent sera alloué aux villes avant 2019. Aucun argent frais n'est inscrit au budget pour aider les municipalités à se conformer à la nouvelle réglementation fédérale sur les eaux usées, ce qui signifie qu'il y aura des conséquences environnementales.
    La somme de 150 millions de dollars annoncée pour réduire les paiements hypothécaires des fournisseurs de logements sociaux et coopératifs permettra d'effectuer des réparations. C'est une bonne mesure, mais, au cours des 25 prochaines années, des subventions pour le logement totalisant 1,7 milliard de dollars arriveront à expiration, ce qui mettra en péril le logement social. Le gouvernement n'a prévu aucune nouvelle enveloppe pour le logement abordable et n'a pris aucun engagement à long terme de financement stable d'un programme de logement.
    La diversification de l'économie est le sujet de l'heure dans ma province. Le gouvernement a un choix clair à faire afin de diversifier notre économie. Or, le budget ne prévoit qu'une aide limitée pour le secteur secondaire, y compris la prolongation sur une période de 10 ans de la réduction pour amortissement accéléré. Étonnamment, les conservateurs réduisent les transferts pour la diversification de l'économie de l'Ouest même si, dans ma province, un grand nombre de personnes veulent que l'économie dépende moins du secteur pétrolier. De nombreux travailleurs qui oeuvrent depuis longtemps dans l'industrie pétrolière réclament de l'aide pour trouver du travail hors de cette industrie, aux fluctuations trop importantes.
    En Alberta, le nombre de demandes d'assurance-emploi a augmenté de 72,9 % par rapport à l'an dernier. Au cours des deux derniers mois, ce chiffre a grimpé de 30 %. Le taux ce chômage n'a jamais été aussi élevé en Alberta depuis 2009, et on prévoit que près de 20 000 emplois vont disparaître uniquement dans les activités de forage.
    Un soutien immédiat limité est offert à nos universités, collègues et écoles techniques dans les domaines des sciences, de la recherche et de l'éducation, et ce, même si ces établissements contribuent directement à l'emploi, notamment pour les étudiants. En outre, ils aident à créer la main-d'oeuvre de demain et contribuent à l'économie grâce aux progrès réalisés dans les domaines des sciences, de la recherche et de l'éducation.
    Comme c'est le cas pour de nombreux programmes, le nouveau financement de 46 millions de dollars prévu dans le budget et destiné au conseil subventionnaire ne sera débloqué qu'en 2016 ou 2017. Le gouvernement continue de limiter les sommes destinées aux activités de recherche et d'innovation fédérales, y compris les subventions du Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie destinées à ceux qui recueillent un investissement équivalent de la part de partenaires de l'industrie ou à des projets qui créent des avantages économiques à long terme.
    Cette situation dévalorise la contribution des universités et des écoles techniques de ma circonscription à la recherche scientifique pure, aux percées réalisées dans le traitement de certaines maladies, dont le diabète, à la lutte contre la pollution et aux développements dans divers domaines, comme la physique et la chimie. Le financement de 1,33 milliard de dollars destiné à la Fondation canadienne pour l'innovation au titre de la recherche sera étalé sur six ans et ne sera débloqué qu'à compter de 2017-2018. Comme ce financement ne cesse d'être annoncé sous des noms différents, on ne sait pas dans quelle mesure il s'agit d'argent frais.
    Le budget n'accorde que 3 millions de dollars au Conseil des académies canadiennes, qui fait de l'excellent travail dans l'intérêt des Canadiens. Le gouvernement donne la préférence à des entreprises innovatrices qui sont soutenues par de grandes entreprises privilégiées. Diversification de l'économie de l'Ouest canadien a par exemple privilégié l'industrie de l'armement plutôt que le secteur florissant de l'énergie renouvelable.
    Bien des entreprises et des organismes demandent du soutien pour pouvoir offrir des emplois d'été aux étudiants. De nombreuses universités voudraient par exemple offrir des postes de recherche. Or, de nombreuses demandes sont rejetées. La moindre augmentation pourrait permettre aux jeunes d'acquérir une précieuse expérience de travail.
    La manière dont on s'y est pris pour équilibrer le budget suscite d'autres inquiétudes dans ma circonscription. Le gouvernement a notamment puisé 2 milliards de dollars dans le fonds de réserve. Les gens me demandent ce qui arrivera si d'autres inondations graves ou d'autres feux de forêt catastrophiques se produisent en Alberta ou dans d'autres provinces ou territoires. Depuis 10 ans, le gouvernement réduit sans cesse les services de première ligne. De plus, il n'a pas clairement indiqué aux Canadiens qu'à compter de 2016-2017, il allait réduire les paiements de transfert en santé en faisant passer le taux d'indexation de 6 à 3 %.
    Dans le peu de temps qu'il me reste, je tiens à dire que le budget ne prévoit aucune nouvelle mesure pour les anciens combattants, qu'il n'affecte aucuns fonds au dossier des femmes disparues ou assassinées et qu'il ne consacre aucun argent neuf aux programmes d'éducation et aux autres programmes destinés aux Autochtones.
    Bien que le gouvernement prétende constamment avoir trouvé le juste équilibre entre l'exploitation responsable des ressources et la protection de l'environnement, il ne prévoit pas un sou pour favoriser la participation des Canadiens à l'examen des grands projets d'exploitation des ressources. Quant aux changements climatiques, ils sont carrément absents du budget. C'est tout à fait inadmissible. Même le secteur gazier et pétrolier demande au gouvernement d'assumer ses responsabilités dans le dossier des changements climatiques et dans celui des revendications des Premières Nations.
    Pourquoi le gouvernement ne soutient-il pas les entreprises, les collectivités et les Premières Nations qui veulent un avenir durable, moins pollué et plus abordable? C'est une question de choix.

  (1645)  

    Monsieur le Président, au cours des derniers jours, après que le ministre des Finances a déposé son budget, nous avons entendu beaucoup de commentaires comme quoi ce budget était faussement équilibré.
    Par exemple, il a fallu vendre les actions de GM pour réaliser l'équilibre et il a fallu puiser dans le fonds de réserve. Nous avons vu une grande injustice avec les CELI et le fractionnement du revenu, deux mesures très controversées.
    Ce budget soulève beaucoup de questions controversées. Or, depuis que le ministre l'a déposé, il refuse de prendre la parole durant la période des questions pour répondre aux questions sur son budget. C'est peut-être une première dans l'histoire du Canada.
    Je me demande si la députée voudrait nous parler de la responsabilité du ministre des Finances de répondre à la Chambre de son budget et nous dire pourquoi, d'après elle, il n'a pas le courage politique voulu pour répondre aux questions sur ce budget.
    Monsieur le Président, même si je comprends que le député vise surtout le ministre des Finances, à vrai dire, je jette également le blâme sur l'ensemble du Cabinet ainsi que sur les députés d'arrière-ban, y compris les ministres et les députés d'arrière-ban qui viennent de ma province, l'Alberta. Ce sont tous les ministériels qui doivent répondre de l'inaction du gouvernement dans ces dossiers importants. Ils ont laissé le gouvernement équilibrer le budget simplement en décidant de transférer, non pas maintenant mais dans deux à quatre ans, l'argent nécessaire pour répondre aux besoins les plus essentiels de mes électeurs et des leurs, notamment en ce qui a trait au transport en commun, à la santé, à l'accès à l'éducation et aux initiatives qui permettent d'offrir des chances égales aux Autochtones de notre pays.
    Il est vrai que le ministre des Finances devrait justifier les mesures de son budget, mais il est tout aussi important que les autres ministres expliquent pourquoi ils sous-utilisent leurs enveloppes budgétaires et vont à l'encontre des objectifs prioritaires de notre pays.

  (1650)  

    Monsieur le Président, je viens d'entendre la députée d'en face dire que la santé est un domaine essentiel.
    Alors que les fonds et les transferts fédéraux en santé ont constamment augmenté et que les dépenses en santé sont en baisse en Alberta, comment la députée, qui vient de l'Alberta, peut-elle dire cela et tenter de perpétuer le mythe propagé par le NPD, qui nie le fait que le gouvernement conservateur a constamment amélioré le système de santé de l'Alberta et de l'ensemble du pays sans faire ce qu'ont fait les libéraux, c'est-à-dire sans équilibrer les budgets aux dépens de nos collectivités?
    Monsieur le Président, je suis heureuse que mon collègue albertain ait posé cette question. Il ne fait aucun doute que les soins de santé préoccupent grandement mes concitoyens, et probablement ceux du député d'en face. Comme l'Alberta était dirigée par un gouvernement conservateur, les Albertains ont longtemps craint que le système de soins de santé soit privatisé ou remplacé par un système à deux vitesses. Le gouvernement fédéral a annoncé clairement dans son budget une réduction du taux d'indexation, qui passera de 6 % à 3 %. Cela se traduira évidemment par une réduction des transferts. Les chiffres dépendront de la croissance du PIB. Cela pourrait avoir une incidence sur les transferts futurs.
    L'augmentation des coûts de santé inspire des inquiétudes. Certes, le gouvernement augmente les transferts, comme il se doit; c'est ce qu'on attendrait de tout gouvernement. Mais qu'en est-il du soutien à l'innovation? Nous entreprenons toutes sortes de projets pilotes. Pourquoi ne pas offrir le soutien nécessaire à la mise en oeuvre de ces innovations? Nous pourrions aussi organiser une rencontre des ministres de la santé du fédéral, des provinces et territoires et des Premières Nations, pour parler de la création d'un autre plan national de soins de santé, d'un accord sur la santé comme celui que nous avions par le passé, d'un engagement à long terme. Profitons des commentaires de tous les intervenants pour façonner l'avenir de nos soins de santé.
    Monsieur le Président, cet après-midi, je partagerai mon temps de parole avec le député de Macleod. J'ai hâte d'entendre ses observations.
    Je suis heureux de prendre aujourd'hui la parole au sujet du budget de 2015.
    Comme les députés le savent, je préside le comité permanent des finances. Chaque automne, nous organisons des consultations prébudgétaires. L'an dernier, nous avons reçu 430 mémoires, qui provenaient de particuliers et d'organisations du Canada. À l'automne, le comité a entendu environ 100 organisations et particuliers. Nous avons présenté nos 47 recommandations au Parlement en décembre, et nous sommes très heureux de constater que bon nombre d'entre elles ont été prises en compte dans le budget.
    Le budget porte sur trois thèmes: appuyer la création d'emplois et la croissance, aider les familles et les collectivités à prospérer, et garantir la sécurité des Canadiens.
    Je tiens à profiter de l'occasion pour parler du plus grand nombre possible de mesures, en commençant par celles visant à appuyer la création d'emplois et la croissance. La première chose que je tiens à mentionner, c'est que nous avons offert aux fabricants un incitatif fiscal d'une durée de 10 ans afin de stimuler les investissements qui améliorent la productivité. Cette mesure a été accueillie très favorablement par le secteur de la fabrication et par Manufacturiers et Exportateurs du Canada. Jay Myers a accompli un travail extraordinaire à titre de dirigeant de cette organisation en défendant vigoureusement les intérêts de ce secteur. De nombreux députés siègent à la Chambre depuis longtemps. Je vais donc revenir au comité de l'industrie, qui a mené une étude sur ce secteur en 2006-2007. Nous avons déposé notre rapport en 2007. Le comité avait recommandé un taux d'amortissement linéaire de 50 % pour une période de cinq ans. Cette mesure a été intégrée au budget de 2007 pour une période de deux ans, et elle a été constamment prolongée pour une période de deux ans. Cela dit, le gouvernement a agi de façon très judicieuse en mettant en oeuvre une mesure d'une durée de 10 ans, sur laquelle les fabricants de toutes les régions du pays pourront faire fond.
    J'aimerais citer l'Alberta's Industrial Heartland Association, qui a salué l'initiative budgétaire du gouvernement du Canada. L'association a déclaré ce qui suit:
    De nouveaux investissements sont attendus dans le secteur de la fabrication, car un crédit d'impôt à long terme a été annoncé dans le budget de 2015 du gouvernement du Canada. L'Alberta’s Industrial Heartland Association salue cette initiative. Le programme offre des garanties à long terme à l'industrie et améliore la compétitivité du Canada sur la scène mondiale afin d'attirer de nouveaux investissements.
    Ce sont de très bonnes nouvelles pour ce secteur.
    Deuxième point que je veux souligner: l'appui à la recherche de pointe. La députée qui est intervenue avant moi en a parlé brièvement. J'ignore à quel budget elle fait référence et si elle a lu tous les budgets présentés par l'actuel ministre des Finances et le précédent. Dans le dernier budget, la Fondation canadienne pour l'innovation se voit accorder un montant supplémentaire de 1,3 milliard de dollars sur six ans et les trois conseils subventionnaires de recherche — soit les Instituts de recherche en santé du Canada, le Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie et le Conseil de recherches en sciences humaines —, voient leur financement augmenter de 46 millions de dollars par année. Voilà qui fournira du financement pour la recherche fondamentale et qui permettra aux chercheurs de faire ce qu'ils font de mieux, c'est-à-dire mener leurs travaux dans les universités et les collèges partout au pays.
    Parmi les autres initiatives en matière de recherche, pensons au partenariat créé avec Mitacs pour appuyer des stages d'études supérieures en recherche et développement dans le domaine industriel. Ce partenariat vise en grande partie à appuyer le Conseil national de recherches, pour faire en sorte que le Canada produise des travaux de recherche fondamentale de qualité et commercialisables et que nous puissions transformer de bonnes idées en succès commercial, chose que le pays a eu du mal à réaliser par le passé.
    Parlons maintenant du soutien aux petites entreprises. Nous avons fait passer le taux d'imposition les visant de 11 à 9 %. Cette réduction s'ajoute aux autres que nous avons consenties à l'ensemble des entreprises, peu importe leur taille. Nous avions déjà fait passer le taux d'imposition des petites entreprises de 12 à 11 %. Nous avons aussi fait passer de 300 000 $ à 500 000 $ le montant qu'une entreprise peut gagner avant de tomber dans la fourchette supérieure d'imposition et payer le taux correspondant, c'est-à-dire 15 %. Nous avons incité les provinces à ramener elles aussi leur taux d'imposition à 10 %. Pour les grandes entreprises, le taux est de 25 %, mais pour les petites entreprises, il est de 9 %. Il s'agit de nouvelles exceptionnelles pour ces créatrices d'emplois.
    Je signale en outre que nous remettrons 14 millions de dollars sur deux ans à Futurpreneur Canada afin de venir en aide aux jeunes entrepreneurs du pays. Il s'agissait de la recommandation no 46 du comité des finances.
    Pour ce qui est de la formation de la main-d'oeuvre et des étudiants, il y a deux politiques sur lesquelles j'aimerais attirer l'attention de la Chambre. Nous axons le Programme canadien de prêts aux étudiants en réduisant la contribution attendue des parents, en plus d'éliminer les revenus en cours d'étude du processus d'évaluation des besoins. Cette initiative fait suite à la recommandation no 13. Je félicite d'ailleurs l'Alliance canadienne des associations étudiantes d'avoir soumis, année après année, cette idée au comité et au gouvernement.
    La députée qui a pris la parole avant moi disait que les investissements dans le transport en commun étaient insuffisants. Je ne sais pas trop quels documents elle a lus, parce que le budget annonce qu'en 2017-2018 et en 2018-2019, 750 millions de dollars de plus y seront consacrés et que 1 milliard de dollars par année servira par la suite à alimenter un nouveau fonds innovateur, le Fonds pour le transport en commun. Le maire d'Edmonton, Don Iveson, réclamait une telle mesure depuis des années, et il est ravi qu'elle figure dans le budget.

  (1655)  

    La prochaine mesure que je veux mentionner a été soulevée avant le budget. Il s'agit de la déduction pour amortissement accéléré pour les actifs utilisés dans les installations qui liquéfient le gaz naturel. C'est évidemment une mesure très importante pour nos collègues de la Colombie-Britannique, mais elle offrirait des avantages partout au pays si nous pouvions établir de manière concurrentielle quelques-unes de ces installations au Canada.
    Je vais maintenant parler de la mesure visant à faire passer de six semaines à six mois les prestations de compassion de l'assurance-emploi pour mieux soutenir les Canadiens qui prennent soin de proches gravement malades. C'est une excellente idée, et une excellente politique est en place, mais le gouvernement reconnaît que ces prestations doivent être prolongées pour les personnes dans cette situation. Je me réjouis donc de voir cette mesure dans le budget également.
    La prochaine mesure que je veux mentionner, c'est le changement proposé pour réduire le retrait minimal des fonds enregistrés de revenu de retraite. J'ai organisé une assemblée publique à Edmonton où environ 150 aînés et moi avons soulevé la question. On sait que les Canadiens vivent plus longtemps. C'est une bonne nouvelle. Les Canadiens vivent plus longtemps et ils ne devraient pas être obligés de retirer ces fonds au rythme où ils sont obligés de le faire à l'heure actuelle. En ce moment, ils convertissent leurs REER en FERR à l'âge de 71 ans et commencent le retrait obligatoire à l'âge de 72 ans. Tous les FERR doivent être convertis à l'âge de 94 ans. Le changement proposé reposait sur la recommandation financière no 11. Elle permettrait aux aînés, s'ils sont en mesure de le faire, de conserver une plus grande partie de leurs revenus sous cette forme s'ils vivent plus vieux et de mieux subvenir à leurs besoins à la retraite. C'est une excellente politique. Elle a été proposée au comité par plusieurs organisations. C'est donc quelque chose que nous avons recommandé. Nous nous réjouissons qu'elle fasse partie du budget.
    La prochaine mesure est la mise en place d'un nouveau crédit d'impôt pour l'accessibilité domiciliaire pour les aînés et les personnes handicapées afin de veiller à ce que leurs domiciles soient sécuritaires et accessibles. C'est une autre excellente politique.
    Je veux maintenant me pencher sur la question des soins de santé. Cette question a été mentionnée par certains députés d'en face. Je suis très heureux que le mandat de la Commission de la santé mentale du Canada ait été renouvelé pour 10 autres années. C'est une mesure très positive. Au comité, divers témoins ont parlé de l'importance de cette commission. Dennis Anderson, qui travaille pour la commission, habite dans ma circonscription. Il fait un excellent travail. Il était évidemment ravi lui aussi que le mandat de la commission soit prolongé.
    En tant que parrain d'une motion sur la maladie d'Alzheimer, j'ai été très content de voir la prochaine mesure. Le budget prévoit accorder jusqu’à 42 millions de dollars sur cinq ans, à compter de 2015-2016, afin de contribuer à améliorer la santé des aînés grâce à l’innovation en établissant le Centre d’innovation canadien sur la santé du cerveau et le vieillissement. Cette mesure m'a beaucoup réjoui, et je tiens à remercier la ministre de la Santé de l'avoir incluse dans le budget.
    En juillet dernier, j'ai eu l'occasion, en compagnie du député de Markham, de visiter le Ghana avec Ingénieurs sans frontières, une organisation qui fait un travail remarquable au chapitre du développement. Nous avons appris tellement de choses là-bas. Je félicite tous les gens, principalement des jeunes, qui consacrent une très grande partie de leur vie à toutes sortes d'initiatives de développement international. Nous avons passé des moments très intéressants là-bas, que ce soit dans le cadre de financement d'initiatives, d'une aide à une administration locale ou d'une contribution à une réforme de l'impôt foncier. Ingénieurs sans frontières a notamment recommandé d'établir une initiative de financement du développement qui assurera un développement international efficace en offrant des fonds, de l’aide technique et des services-conseils aux entreprises qui exercent leurs activités dans les pays en développement. C'était l'idée de cette organisation. Je trouve qu'elle est excellente, et je suis ravi de la voir dans le budget. Je dois aussi dire que mon collègue de Markham était un merveilleux compagnon de voyage.
    Nous avons pris un engagement à l'égard de l'équilibre budgétaire en 2009. Jim Flaherty, ministre des Finances à l'époque, avait annoncé que le gouvernement était déterminé à rétablir l'équilibre budgétaire à moyen terme. C'est exactement ce que nous avons fait cette année en équilibrant le budget. Nous y sommes parvenus tout en accroissant les transferts aux provinces au chapitre des soins de santé, de l'éducation, de l'aide sociale, des prestations pour aînés et des prestations pour les familles. Nous y sommes parvenus tout en réduisant les dépenses discrétionnaires fédérales de 70 milliards de dollars, soit de 5 à 10 %. Nous y sommes parvenus de façon très responsable.
    J'encourage les députés de tous les côtés à appuyer le budget, et je me ferai un plaisir de répondre à leurs questions.

  (1700)  

    J'apprécie les observations du député d'en face, monsieur le Président, mais l'une des choses qu'a dite son ministre des Finances et que je trouve plutôt inquiétante, c'est que ce seront nos petits-enfants qui subiront les contrecoups de ce budget à très courte vue. D'ailleurs, je pense qu'il a dit qu'ils pourront remédier à ces problèmes.
    Ma question pour le député d'en face est la suivante: compte tenu du fait que le budget créerait un manque à gagner de quelque 17 milliards de dollars dans le Trésor fédéral au cours des 20 à 25 prochaines années, comment propose-t-il de récupérer cet argent étant donné que, en plus de créer un manque à gagner de 17 milliards de dollars, le budget perpétue la tendance des conservateurs et des libéraux voulant réduire l'impôt sur les gains en capital et l'impôt des grandes sociétés tout en haussant celui des travailleurs et des Canadiens ordinaires de la classe moyenne? Voilà comment le gouvernement au pouvoir compte augmenter son assiette fiscale. S'il faudra trouver 17 milliards de dollars de plus, où va-t-on les trouver?
    Monsieur le Président, je dois préciser au député que ce n'est pas du tout ce que le ministre des Finances a dit, et il le sait très bien.
    En fait, le gouvernement est résolu à réduire les impôts. Il les a réduits pour les entreprises, pour les familles, pour les aînés, pour les particuliers. Si nous l'avons fait, c'est parce que nous croyons que les Canadiens travaillent très fort et devraient pouvoir conserver une plus grosse part de leurs revenus pour leurs priorités, que ce soit pour élever leurs enfants ou leur permettre de poursuivre leurs études, ou pour épargner en vue de la retraite. C'est là une différence idéologique fondamentale entre ce côté-ci et l'autre côté de la Chambre. Nous sommes très fiers d'avoir réduit l'impôt sous toutes ses formes pour les Canadiens.
    Je tiens toutefois à souligner également que, pour atteindre l'équilibre budgétaire, nous n'avons pas fait comme nos prédécesseurs. Nous n'avons pas diminué le financement des soins de santé. Nous n'avons pas sabré certains services. Nous avons considérablement augmenté les transferts aux provinces, soit de 6 % par année pour les soins de santé et de 3 % pour l'éducation et les services sociaux. Parallèlement, nous avons continué de bonifier les prestations aux familles et aux aînés et, franchement, malgré une croissance économique modeste, nous sommes parvenus à l'équilibre budgétaire. C'est un exploit dont je suis très fier et dont tout le monde à la Chambre devrait être très fier.

  (1705)  

    Monsieur le Président, je pense que le problème que devra régler la petite-fille du premier ministre sera moins grave que prévu puisque, selon le directeur parlementaire du budget, un nombre tellement peu élevé de Canadiens pourront se prévaloir du nouveau plafond de cotisation fixé à 10 000 $ que le fardeau pour le gouvernement ne sera pas si lourd que cela. Cependant, cette mesure montre que le gouvernement cherche à plaire presque exclusivement aux riches.
    Sur une note plus positive, je suis d'accord avec le député pour dire qu'il y a tout lieu d'admirer le travail réalisé par Ingénieurs sans frontières. Il a dit que les membres de cette organisation sont relativement jeunes — il est plus jeune que moi et je pense qu'ils ont tous moins de 30 ans — et qu'ils font un travail remarquable à l'étranger. Je suis heureux de constater que le budget prévoit de l'aide à leur intention.
    Enfin, on me dit que, en anglais, la ville du député est parfois surnommée « Redmonton ». Ne craint-il pas que sa ville ainsi que la province de l'Alberta ne soient emportées par la vague néo-démocrate?
    Je ne crois pas que cette question se rapporte à la motion à l'étude, mais je vais laisser le député d'Edmonton—Leduc y répondre.
    Monsieur le Président, je m'interroge sur la pertinence de la dernière question. Toutefois, je vais laisser aux électeurs albertains le soin de décider, mardi prochain, de la couleur qu'ils souhaitent peindre la ville d'Edmonton.
    En ce qui concerne le compte d'épargne libre d'impôt, mon collègue et moi ne sommes absolument pas d'accord. Je crois qu'il s'agit de la meilleure innovation en matière d'épargne-retraite depuis la création du régime enregistré d'épargne-retraite. Je crois même qu'à certains égards, le compte d'épargne libre d'impôt est encore mieux que le régime enregistré d'épargne-retraite parce qu'il encourage les gens à économiser. Ce n'est pas un allégement fiscal d'entrée de jeu, puisque les gens ont déjà payé de l'impôt sur l'argent qu'ils y versent. C'est un revenu après impôt — ce que les députés d'en face se gardent bien de mentionner —, car les Canadiens paient de l'impôt avant de placer une partie de leur argent dans des investissements. Ces investissements dans toutes sortes d'entreprises peuvent servir à créer des emplois innovateurs.
    Je trouve intéressant que certains affirment que seulement un Canadien sur trois possède un compte d'épargne libre d'impôt — j'ai entendu un député d'en face le dire un peu plus tôt. Onze millions de comptes ont été ouverts par onze millions de Canadiens. Un Canadien sur trois, c'est une bonne proportion, c'est même excellent. Nous espérons évidemment que ce nombre augmentera. Voilà un bon exemple de nos différences idéologiques. Le compte d'épargne libre d'impôt permet aux Canadiens de conserver une plus grande partie de l'argent, après impôt, qu'ils ont durement gagné. Ils pourront s'en servir pour préparer leur retraite, pour retourner aux études ou pour déménager leur famille dans une plus grande maison. Les gouvernements doivent encourager les gens à économiser.
    J'aimerais terminer en disant que je suis tout à fait d'accord avec mon collègue en ce qui concerne Ingénieurs sans frontières: c'est une organisation remarquable. J'ai été très impressionné d'apprendre que ces jeunes qui gagneraient beaucoup plus d'argent en restant au Canada choisissent de sacrifier des années de leur carrière pour aider les gens qui ont eu moins de chance que nous. Je suis entièrement d'accord avec mon collègue sur ce point.
    Monsieur le Président, je suis heureux d'avoir la possibilité de participer au débat sur le budget fédéral, à savoir le Plan d'action économique de 2015. Aujourd'hui, je vais m'attarder sur les avantages que ce budget prévoit procurer aux familles canadiennes.
    Toutefois, j'aimerais d'abord rappeler que le gouvernement a fait une promesse aux Canadiens. J'ai moi-même fait une promesse aux gens de Macleod. Le gouvernement a promis aux Canadiens qu'il rétablirait l'équilibre budgétaire en 2015, et je suis fier de pouvoir dire aujourd'hui à la Chambre que, sous la direction du premier ministre, nous avons tenu cette promesse. Le Plan d'action économique de 2015 est un budget équilibré. C'est le fruit du travail acharné, de l'engagement et de l'approche financière prudente du gouvernement.
    Grâce à l'approche des conservateurs, le déficit a été ramené de 55,6 milliards de dollars, à l'apogée de la récession mondiale, à un excédent projeté de 1,4 milliard de dollars en 2015-2016. Le Canada est le premier pays du G7 à parvenir à l'équilibre budgétaire depuis la crise mondiale de 2008.
    Équilibrer le budget est essentiel, pas seulement parce que cela inspire confiance dans notre économie et nous permet de nous concentrer sur le remboursement de la dette, mais — et c'est peut-être le plus important — parce que les Canadiens nous ont dit que c'est ce qu'ils veulent. Ils veulent que les finances soient gérées de façon saine et avoir l'assurance que l'argent des familles canadiennes, qui travaillent fort, est dépensé judicieusement. Les Canadiens savent que le gouvernement conservateur utilise l'argent des contribuables le plus efficacement possible.
    Comment y parvenons-nous? Nous y arrivons en équilibrant notre budget, en veillant à financer les programmes sociaux et les programmes d'infrastructure essentiels, et en permettant aux travailleurs canadiens de garder plus d'argent dans leurs poches, car ce sont eux qui savent le mieux de quelle façon l'utiliser. Notre Plan d'action économique s'appuie sur une planification financière à long terme judicieuse et, en conséquence, nous ne pouvons pas nous contenter de présenter un budget équilibré, nous devons aussi prévoir des fonds pour les collectivités qui en ont besoin. Il y a, par exemple, le Nouveau Plan Chantiers Canada, le programme d'infrastructure le plus long et le plus important de l'histoire canadienne. Je suis aussi très fier de parler de la contribution annuelle de 750 millions de dollars au nouveau fonds innovateur pour le transport en commun, une mesure que les municipalités de tout le pays réclament depuis des années et qu'elles sont très heureuses de trouver dans le budget.
    Tous les Canadiens, y compris les électeurs de ma circonscription, Macleod, profiteront de ce budget. Je suis convaincu que de nombreuses personnes ici vivent la même chose, mais je tiens quand même à souligner que ma femme et moi travaillons très fort. En toute honnêteté, nous avons souvent eu du mal à joindre les deux bouts, plus particulièrement lorsque nous avions de jeunes enfants. Partout au pays, des familles vivent la même chose. Il peut être difficile pour elles de payer les activités de leurs enfants, les frais de garde ou les autres obligations de la vie courante. Je suis donc fier que notre plan d'action économique comprenne divers crédits d'impôt visant à aider les familles canadiennes, qui travaillent fort, à joindre les deux bouts. Ces crédits d'impôt aideront la totalité des familles canadiennes qui ont des enfants.
    Parmi ces crédits d'impôt, on compte la prestation universelle pour la garde d'enfants bonifiée. Ainsi, chaque année, les familles économiseront près de 2 000 $ pour chaque enfant de moins de sept ans, et 720 $ pour chaque enfant âgé de 7 à 17 ans. La prestation universelle pour la garde d'enfants offre aux familles la souplesse nécessaire pour combler leurs besoins en matière de garde d'enfants, qu'il s'agisse des familles qui travaillent par quart, de celles qui reçoivent de l'aide familiale ou de celles qui habitent dans des collectivités où l'accès à des services de garde traditionnels est parfois restreint.
    Les familles sont libres de décider de la manière d'employer cet argent pour s'occuper de leurs enfants. Contrairement à ce que le NPD tente de nous faire croire, il n'y a pas d'approche universelle pour s'occuper d'un enfant et l'idéal n'est certainement pas un programme de garderies, une grosse machine administrative de plusieurs milliards de dollars qui ne profiterait qu'à 10 % des familles canadiennes.
    Il y a autre chose dont je suis très fier: l'augmentation du crédit d'impôt pour la condition physique des enfants. Je me souviens du jour où ce crédit d'impôt a été proposé comme si c'était hier. Cette mesure nous a considérablement aidés, mon épouse et moi, à payer les activités sportives de nos enfants, comme le volleyball, le soccer et le hockey. Elle a fait une grande différence pour ma famille. Il faut tout faire pour garder les enfants en santé et les faire bouger. Maintenant que le crédit d'impôt pour la condition physique des enfants doublera pour atteindre 1 000 $ par enfant et sera remboursable, encore plus de familles pourront garder leurs enfants heureux et en bonne santé.
    Comme je l'ai dit un peu plus tôt, j'ai trois enfants, alors j'ai pleinement conscience du coût des études postsecondaires. Lorsque j'ai discuté avec mes enfants et mes étudiants, ils m'ont fait valoir l'importance d'améliorer l'accessibilité aux prêts d'études. Dans le budget de 2015, nous avons prévu également plusieurs initiatives destinées à améliorer les bourses et les prêts destinés aux étudiants, comme l'élargissement de l'admissibilité aux bourses, la réduction de la contribution parentale exigée et — c'est un changement important — l'élimination de la pénalité imposée aux étudiants emprunteurs qui travaillent pendant leurs études. Toutes ces mesures laisseront plus d'argent dans les poches des étudiants, de l'argent durement gagné dont ils ont tant besoin pendant leurs études, sans que cela nuise à leur prêt d'études.

  (1710)  

    Nous avons élargi l'admissibilité aux bourses canadiennes pour étudiants et nous avons investi des sommes considérables pour éliminer les obstacles financiers qui empêchent les gens de faire des études postsecondaires et pour rationaliser le Programme canadien de prêts aux étudiants. Nous avons aussi élargi l'admissibilité aux bourses canadiennes pour les étudiants à faible revenu ou à revenu moyen.
    Le prêt canadien aux apprentis donnera aussi d'excellents résultats. Les apprentis qui participeront à ce programme auront droit à un prêt sans intérêt de 4 000 $ par période de formation. Ils pourront utiliser cet argent pour payer leur hypothèque, leur épicerie, leurs outils ou tout ce dont ils pourraient avoir besoin pendant leur formation.
    Ces gens obtiendront ainsi l'aide financière qui leur permettra d'apprendre un métier désigné Sceau rouge. Il s'agit d'une initiative importante, car elle permettra de combler les besoins criants du Canada en matière de travailleurs qualifiés.
     Nous nous sommes aussi donné comme priorité d'accorder des avantages aux personnes âgées. Ces gens soutiennent depuis longtemps leur milieu. Après tout, ce sont eux qui ont bâti le Canada. C'est maintenant à notre tour de leur rendre la pareille et de faire en sorte que leur vie soit un peu plus confortable.
    Une question a souvent été soulevée au cours des derniers mois pendant les consultations que nous avons menées auprès des aînés. Ceux-ci vivent heureusement plus vieux, mais en contrepartie, il faut aussi que leurs épargnes puissent durer plus longtemps.
    Le gouvernement a encore une fois écouté et nous réduisons le pourcentage minimal devant être retiré des fonds enregistrés de revenu de retraite, ou FERR. Cette mesure, jumelée au fractionnement du revenu de pension, permet aux personnes âgées de préserver une plus grande partie de leur épargne-retraite.
    Nous proposons un nouveau crédit d'impôt pour l'accessibilité domiciliaire pour les aînés et les personnes handicapées.
    Ce crédit aidera les personnes âgées à payer les travaux nécessaires pour que leur demeure reste sûre et facile d'accès et qu'elle réponde à leurs besoins. Elles pourront ainsi rester chez elles, dans leur quartier, près de leurs amis, de leur famille et de leur réseau social, si important.
    Au cours des dernières semaines, j'ai eu l'occasion de rencontrer des résidants d'un peu partout dans le Sud de l'Alberta pour discuter des crédits d'impôt pour les familles, de l'aide financière destinée aux étudiants, aux personnes âgées et aux anciens combattants, de la hausse du plafond pour les comptes d'épargne libre d'impôt, de la prolongation des prestations de compassion et des réductions d'impôt pour les petites entreprises.
    La réaction que j'ai obtenue des Canadiens ne pourrait être plus claire. Ils sont enthousiasmés par les programmes mis en place par le gouvernement, qui les aide à assumer ce qu'il en coûte pour élever une famille.
    Je dois admettre que je suis déçu par les députés de l'opposition et la façon dont ils dénaturent certains de ces crédits d'impôt. Par exemple, ils ont qualifié la hausse du plafond pour le compte d'épargne libre d'impôt et la réduction des impôts des petites entreprises de cadeaux aux riches et de largesses fiscales. Je tiens à ce que les choses soient bien claires. Les avantages offerts dans le budget de 2015 ne sont pas des paroles en l'air. Les députés de l'opposition ont beau le nier, ils sont bien réels.
    Depuis 2006, le gouvernement a apporté des changements constituant des allégements fiscaux ou des avantages accrus qui, pour une famille typique de quatre personnes avec deux salaires, représenteront des économies de 6 600 $ en 2015. Ces économies sont issues de l'allégement fiscal pour les familles, de la prestation universelle pour la garde d'enfants et de la réduction de la TPS, qui font en sorte que le fardeau fiscal des Canadiens est à son plus bas depuis 50 ans.
    Les Canadiens de tous les niveaux de revenus bénéficieront de l'allégement fiscal mis en oeuvre par le gouvernement, et cet allégement sera, toutes proportions gardées, plus important pour les Canadiens à revenu faible ou moyen.
    Par exemple, dans le budget, nous avons haussé le plafond des cotisations à un compte d'épargne libre d'impôt, plafond qui passe de 5 500 $ à 10 000 $.
    Quelque 11 millions de Canadiens détiennent un compte d'épargne libre d'impôt, et 60 % de ceux qui y versent la somme maximale gagnent 60 000 $ ou moins par année. Presque 25 % ont un revenu entre 20 000 $ et 40 000 $ par année. Considérons-nous vraiment qu'il s'agit d'un cadeau pour les riches?
    Au contraire, je considère que cette mesure permet aux gens de faire des choix. Je peux économiser pour acheter ma première maison, épargner de l'argent pour payer les études de mon enfant ou m'assurer que j'ai des économies pour ma retraite. L'argent appartient aux contribuables, et non à l'État. Ils devraient pouvoir le dépenser ou l'économiser.
    Le contribuable a déjà dû payer de l'impôt sur l'argent qu'il place, alors je ne crois pas que nous devrions prélever encore de l'impôt sur cet argent lorsque celui-ci lui rapporte des intérêts.
    Bref, j'exhorte tous les députés à appuyer le Plan d'action économique de 2015. Il repose sur une saine planification financière qui permettra aux Canadiens de garder plus d'argent dans leurs poches, où cet argent devrait être et où il peut faire tourner l'économie, créer des emplois et garantir la croissance et la prospérité pour tous les Canadiens.

  (1715)  

[Français]

    Monsieur le Président, je remercie mon collègue de Macleod de son discours.
    J'aimerais apporter une correction à son discours. Il mentionne que 60 % des gens cotisent au maximum à un CELI, mais c'est plutôt 16 % des gens. C'est un chiffre important, parce que cela démontre que seulement 16 % de ceux qui y contribuent présentement pourront contribuer au-delà du plafond actuel de 5 500 $. J'aimerais donc qu'on fasse preuve de précision. J'imagine qu'il s'agit d'une erreur de bonne foi. Ce n'est pas 60 % des gens qui cotisent au maximum à un CELI présentement, mais 16 % seulement.
    Par ailleurs, évidemment, mon collègue de Macleod, comme la plupart des députés conservateurs, se vante d'avoir atteint l'équilibre budgétaire. Toutefois, il faut réaliser que cela s'est fait largement par la vente d'actions de GM, mais également en utilisant le surplus de la caisse de l'assurance-emploi.
    J'aimerais citer le prédécesseur de l'actuel ministre des Finances, Jim Flaherty. Voici ce qu'il avait dit en 2013 dans le Globe and Mail et dans d'autres médias:

[Traduction]

    Nous ne puisons pas dans la caisse d'assurance-emploi pour équilibrer le budget. Ce sont les libéraux qui l'ont fait.
    Pourquoi le gouvernement utilise-t-il actuellement l'excédent de la caisse d'assurance-emploi afin d'équilibrer le budget?
    Monsieur le Président, je vais d'emblée clarifier les faits au sujet du CELI. Il y a 11 millions de Canadiens qui ont investi dans un CELI, et 60 % d'entre eux ont cotisé au maximum à leur CELI et 60 % gagnent 60 000 $ ou moins. Je tiens à ce que ce soit bien clair. Ce n'est certainement pas une mesure qui ne profitera qu'aux mieux nantis. Je crois qu'il est malhonnête de dire que les familles qui gagnent 60 000 $ ou moins sont riches.
    Nous avons équilibré le budget en faisant des choix éclairés. Nous avons pris des décisions financières prudentes dans une perspective à long terme. Nous avons réduit de 5 % à 8 % les dépenses discrétionnaires. Voilà le genre de mesures que nous avons prises pour rendre ces décisions possibles, pour pouvoir non seulement équilibrer le budget mais aussi offrir des allégements fiscaux importants qui profiteront à l'ensemble des familles canadiennes ayant des enfants, et pour réduire les impôts des petites entreprises, ce qui créera des emplois et favorisera la prospérité à long terme pour les citoyens et les entreprises du pays tout en continuant de stimuler notre économie.

  (1720)  

    Monsieur le Président, dans ma circonscription, Winnipeg-Nord, les gens de la classe moyenne travaillent très fort, et de nombreuses personnes aspirent à faire partie de la classe moyenne. Compte tenu des observations du député au sujet du CELI, je crois qu'il y a une question que bon nombre de mes électeurs aimeraient poser au député. Prenons l'exemple de deux personnes vivant sous un même toit. Si l'une d'entre elles gagne entre 45 000 $ et 50 000 $, tandis que l'autre gagne 30 000 $, ces personnes ne seront pas en mesure de déposer 10 000 $ dans un CELI au cours de l'année.
    Selon le député, combien de personnes ayant un revenu de moins de 45 000 $ par année seront en mesure de profiter pleinement de cette option fiscale offerte dans le cadre du budget actuel? À son avis, combien d'entre elles seront en mesure de le faire? Quel pourcentage? Quelle est sa meilleure estimation? Je peux lui assurer que très peu de gens en profiteront au cours de l'année d'imposition 2015.
    Monsieur le Président, je sais que les libéraux n'arrêtent pas de dire que le CELI ne profite qu'aux mieux nantis, mais les chiffres sont sans équivoque. Près de la moitié des 11 millions de Canadiens qui ont un CELI gagnent moins de 60 000 $ par année. Ce véhicule de placement figure parmi les nombreuses options qui s'offrent à eux. Que la totalité des Canadiens en aient un ou pas, ce qui compte, c'est qu'ils en aient la possibilité.
    Comme je le disais, les gens ont déjà payé de l'impôt sur cet argent-là. Pourquoi l'imposerions-nous de nouveau, alors qu'ils veulent l'épargner? Grâce au CELI, les Canadiens peuvent mettre de l'argent de côté pour acheter leur première maison ou une voiture, pour payer les études de leurs enfants ou pour amasser de quoi vivre une retraite aussi aisée que possible.
    Le CELI élargit la gamme d'options qui s'offrent aux Canadiens, et n'en déplaise à l'opposition, il ne s'adresse pas qu'aux mieux nantis du pays. Les chiffres montrent au contraire que tous les Canadiens en bénéficient.
    Monsieur le Président, je vais partager mon temps de parole avec le député d'York-Sud—Weston.
    Je vais commencer mon intervention, ou devrais-je plutôt dire ma critique du budget conservateur en signalant qu'on ne mentionne Terre-Neuve-et-Labrador qu'à cinq reprises dans un document qui fait 594 pages. Je représente l'une des sept circonscriptions de ma province, St. John's-Sud—Mount Pearl. Ma priorité va donc à ma circonscription et à ma province. Or, cinq mentions, une fois dans un graphique sur le prix du pétrole brut, une autre dans les statistiques sur les pensions et les trois autres par-ci par-là, c'est loin d'être assez.
    Ma critique sera à la fois bonne et mauvaise, mais qu'on ne s'y trompe pas, il y aura plus de commentaires négatifs que positifs.
    En fait, il ne s'agit pas tant de mauvaises nouvelles que de priorités conservatrices tellement mal placées qu'elles finissent par nuire au Canada, par en changer la nature même. En vertu de ces priorités, les mieux nantis — ceux qui ont le plus d'argent et d'influence — passent avant les autres. Or, ni les Canadiens ni les Téneliens ne souscrivent à cette approche. Ce n'est pas ainsi que nous fonctionnons, mais c'est ainsi que les conservateurs voudraient que nous fonctionnions. Nous ne pouvons pas les laisser faire. Nous ne les laisserons pas faire.
    J'aimerais d'abord parler d'un élément qui semble, du moins à première vue, positif pour Terre-Neuve-et-Labrador.
    Dans son budget, le gouvernement conservateur annonce qu'il affectera 5,7 millions de dollars sur cinq ans à des activités visant à ouvrir de nouveaux marchés pour les produits canadiens dérivés du phoque. C'est une bonne nouvelle, du moins à première vue. Permettez-moi toutefois de replacer cette annonce dans le contexte actuel de l'industrie du phoque.
    On aura 5,7 millions de dollars pour favoriser l'ouverture de nouveaux marchés pour les produits du phoque, alors que les marchés internationaux du phoque ont connu, sous le régime conservateur, un effondrement sans précédent. Depuis que le gouvernement conservateur est au pouvoir, les produits du phoque ont été bannis en Russie, dans l'Union européenne, au Bélarus, à Taïwan et au Kazakhstan. Les 5,7 millions de dollars destinés à la commercialisation du phoque arrivent donc un peu tard.
    Cette somme arrive aussi un peu tard si on pense à Carino, l'entreprise de Terre-Neuve-et-Labrador qui est le principal acheteur de peaux de phoques au Canada. Carino n'achète aucune nouvelle peau de phoque cette année; elle écoulera plutôt son inventaire.
    Les 5,7 millions de dollars arrivent aussi un peu tard quand on sait que L'Association canadienne des chasseurs de phoques a dû fermer son bureau de St. John's dernièrement faute d'argent.
    J'imagine que mieux vaut tard que jamais en ce qui concerne les 5,7 millions de dollars accordés à l'industrie de la chasse au phoque. Il est clair toutefois que le gouvernement conservateur n'a nullement le droit de s'arroger le titre de champion de cette industrie, car les faits disent tout le contraire.
    Les omissions que présente le budget conservateur inquiètent également Terre-Neuve-et-Labrador. Des signaux d'alarme ont retenti partout dans la province en février dernier, lorsque le gouvernement a publié le Budget principal des dépenses. Comme les députés le savent, celui-ci fait état des dépenses que le gouvernement fédéral envisage pour la prochaine année financière. On y sabre le financement accordé à la société d'État Marine Atlantique chargée d'assurer le service de traversier entre Terre-Neuve et le Canada continental, ce qui a suscité bien des craintes.
    Selon le Budget principal des dépenses, le budget de Marine Atlantique pour l'année financière en cours est de 19,3 millions de dollars, ce qui est une énorme baisse par rapport aux 127 millions de dollars de l'an dernier et aux 154 millions de dollars d'il y a deux ans.
    Avant le dépôt du budget, j'ai demandé à la ministre si Marine Atlantique recevrait son plein financement. La ministre nous a répondu qu'il fallait attendre le dépôt du budget. Mais voilà: le budget ne fait nullement mention de Marine Atlantique. Pas un seul mot.
    Or, les conditions de l'union de Terre-Neuve au Canada garantissent des services de traversiers dans le golfe. Si le budget de Marine Atlantique est bel et bien de 19,3 millions de dollars pour l'exercice en cours, il s'agira du plus faible financement que la société aura reçu du gouvernement fédéral au cours des quinze dernières années au moins.

  (1725)  

    S'il est vrai qu'il y aura une coupe sombre dans le budget de Marine Atlantique, les frais de traversier augmenteront sûrement. Cependant, ce n'est pas la seule raison pour laquelle cette réduction est une très mauvaise nouvelle. Il y a aussi le fait que 60 % de toutes les marchandises qui entrent dans ma province ou en sortent se trouvent à bord d'un traversier de cette société. Sabrer la subvention fédérale qui lui est accordée fera grimper les frais de traversier, ce qui fera augmenter tous les prix.
    Quel est l'état de la situation? Le gouvernement se prépare-t-il à punir les Terre-Neuviens et les Labradoriens? Se prépare-t-il à bafouer l'esprit des conditions de l'union?
    Le chef du gouvernement a déjà affirmé que le Canada atlantique avait une culture de défaitisme. Or, c'est le gouvernement actuel qui a une attitude défaitiste à l'égard de cette région. Il lui a tourné le dos, mais pas avant avoir trahi d'abord Terre-Neuve-et-Labrador. C'est peut-être sa manière de se venger de Danny Williams, qui avait exhorté les Canadiens à voter pour n'importe qui, sauf les conservateurs. Il semble que nous ne comptons pas aux yeux du gouvernement conservateur. Après tout, le Canada atlantique a seulement 32 sièges.
    Le gouvernement conservateur n'est bon ni pour le Canada atlantique, ni pour le reste du pays.
    Ceux qui bénéficieront le plus de ce budget sont les 15 % des Canadiens les plus riches. Ce sont eux qui seront admissibles au fractionnement du revenu. Ce sont eux qui pourront placer 10 000 $ dans un compte d'épargne libre d'impôt, limite que les conservateurs proposent de presque doubler en la faisant passer de 5 500 à 10 000 $. Quelle famille typique bénéficiera du budget conservateur?
    La famille typique, comme il est indiqué à la page 6 du budget, est une famille de quatre, soit un couple et deux enfants. D'après l'exemple, l'homme gagne 84 000 $ par année tandis que la femme gagne 36 000 $ par année, pour un revenu total de 120 000 $, ce qui place la famille typique des conservateurs dans la tranche supérieure de 15 % des Canadiens les mieux nantis. C'est l'exemple des conservateurs. Ce n'est pas le nôtre. Il n'y a rien de typique dans le revenu de ce ménage. Cela nous permet de connaître le groupe cible des conservateurs: les riches.
    La différence entre une famille typique dans ce budget conservateur et une famille typique dans les budgets conservateurs précédents, c'est que l'homme de la famille gagne désormais beaucoup plus d'argent. Toutes les années précédentes, la femme était celle qui gagnait le plus dans le couple. Cette année, dans l'exemple du fractionnement du revenu, l'homme est tout à coup celui qui touche le plus gros salaire. On dirait la veille mentalité du club des vieux copains.
    Permettez-moi de citer le porte-parole de mon parti en matière de finances, le député de Skeena—Bulkley Valley. Il a dit que la famille citée en exemple dans le budget conservateur est uniquement une affaire de politique. On ne cherche pas à refléter fidèlement la politique fiscale.
    La « famille typique » fictive des conservateurs n'est pas à l'image de la réalité des familles canadiennes: son revenu est pratiquement deux fois plus élevé que celui de la véritable famille canadienne moyenne.
    Elle bénéficie de crédits d'impôt ultraciblés auxquels la plupart des vraies familles sont inadmissibles car leur revenu est insuffisant [...].
    C'est un terme qui mérite d'être répété: crédit d'impôt ultraciblé. Je dirais même plus, le budget au complet est ultraciblé, mais la plupart des Canadiens, la plupart des Terre-Neuviens et Labradoriens, n'ont pas les moyens d'en profiter. J'irai droit au but afin de résumer ce que les Canadiens, ce que les Terre-Neuviens et Labradoriens, devraient retenir du budget des conservateurs: ils ne peuvent se permettre de voter conservateur aux prochaines élections.
    Et puis, les conservateurs ont beau se vanter d'avoir présenté un budget équilibré rédigé à l'encre noire, je ne suis pas d'accord. Le budget est écrit à l'encre bleue des conservateurs, signifiant que l'on rétablit l'équilibre budgétaire en pillant la caisse de l'assurance-emploi et en dévalisant le fonds de réserve. Il n'y a pas de quoi se vanter d'avoir rétabli l'équilibre budgétaire en créant un tel déséquilibre dans les revenus et les allégements fiscaux ciblés. Je dirais plutôt qu'il y a de quoi avoir honte.

  (1730)  

    Monsieur le Président, j’aimerais parler de quelque chose qui me préoccupe avec ce budget. Malheureusement, je n’ai pas pu prononcer un discours en bonne et due forme sur le budget de 2015, parce qu’en raison des cérémonies du souvenir de l’Holocauste, je n’ai pas réussi à trouver un créneau approprié.
    Si j’avais pu le faire, j’aurais dit que nous bafouons complètement un principe fondamental de la démocratie parlementaire, à savoir que c’est le Parlement qui doit contrôler les dépenses publiques. Les budgets sont de plus en plus des brochures publicitaires volumineuses pour le gouvernement en place, surtout depuis que les conservateurs sont au pouvoir. Nous n’avons plus, à la fin du budget, la liste des ministères avec ce que chacun d’entre eux dépense, par rapport à l’année précédente et par rapport aux années suivantes.
    Avec ce budget, nous n’avons absolument aucune idée du financement qui sera accordé à l’aide au développement international, à Pêches et Océans ou même à Parcs Canada. En fait, on ne trouve aucun détail sur les dépenses des ministères, si bien que les parlementaires sont invités à approuver ce budget les yeux fermés.
    Si nous voulions vraiment respecter le principe selon lequel c’est le Parlement qui doit contrôler les dépenses publiques, aucun d’entre nous ne devrait voter car aucun d’entre nous n’a les informations nécessaires pour le faire.
    Monsieur le Président, avant de devenir député de St. John's Sud—Mount Pearl, j’ai été journaliste politique et rédacteur en chef. J’ai participé à bien des séances d’information à huis clos sur le budget provincial, à Terre-Neuve-et-Labrador.
    Ce qui est différent avec ce budget de 518 pages que nous a présenté le gouvernement conservateur, par rapport aux budgets provinciaux que j’ai eu l’occasion de commenter dans le passé, c’est exactement ce que la députée vient de dire: le manque d’informations détaillées.
     Prenons l’exemple de Marine Atlantique. On m’avait dit, comme je l’ai mentionné dans mon discours, que je trouverais dans le document budgétaire des informations sur le budget de Marine Atlantique. Mais je n’en trouve nulle part. Le ministre m’a dit aujourd’hui que j’en aurai peut-être dans l’un des budgets des dépenses qui seront déposés en mai. C’est inacceptable. Le budget devrait contenir davantage de détails.

[Français]

    Monsieur le Président, je remercie mon collègue de son discours, de sa passion et également pour les points qui ont énormément de bon sens.
    J'ai également été désagréablement surprise par l'exemple qu'on a donné parce qu'on a démontré encore une fois que, dans les familles canadiennes, les écarts salariaux augmentent de plus en plus entre les hommes et les femmes. Je l'ai mentionné également dans mon discours.
    J'aimerais savoir ce que le député voit dans l'avenir par rapport à ces inégalités et comment un gouvernement néo-démocrate pourrait réduire les inégalités et les écarts salariaux entre les hommes et les femmes.

  (1735)  

[Traduction]

    Monsieur le Président, ce qui va se passer, c’est que les choses vont changer et que nous allons avoir un nouveau gouvernement fédéral, un gouvernement néo-démocrate avec un nouveau premier ministre du Canada et des priorités nouvelles.
    Si je puis me permettre de revenir à mon discours, comme l’indique le budget à la page 6, une famille typique gagne 120 000 $ par an. C’est l’exemple que donnent les conservateurs fédéraux: pour eux, une famille canadienne typique gagne 120 000 $ par an, alors que cette tranche de revenu correspond aux 15 % des gens les plus fortunés du pays.
     Sans aller jusqu’à dire qu’ils sont complètement à côté de la plaque, je pense que ça montre bien quelles sont les vraies priorités des conservateurs. Autrement dit, les priorités des conservateurs ne sont pas celles de la véritable famille canadienne typique.
    Comme il est 17 h 37, je dois interrompre les délibérations et mettre aux voix sur-le-champ la motion des voies et moyens no 18.
    Le vote porte sur la motion. Plaît-il à la Chambre d'adopter la motion?
    Des voix: D'accord.
    Des voix: Non.
    Le président suppléant (M. Barry Devolin): Que tous ceux qui sont en faveur de la motion veuillent bien dire oui.
    Des voix: Oui.
    Le président suppléant (M. Barry Devolin): Que tous ceux qui s'y opposent veuillent bien dire non.
    Des voix: Non.
    Le président suppléant (M. Barry Devolin): À mon avis, les non l'emportent.
    Et cinq députés ou plus s'étant levés:
    Le président suppléant (M. Barry Devolin): Convoquez les députés.

  (1815)  

    (La motion, mise aux voix, est adoptée par le vote suivant:)
 

(Vote no 382)

POUR

Députés

Ablonczy
Adler
Aglukkaq
Albas
Albrecht
Alexander
Allen (Tobique—Mactaquac)
Allison
Ambler
Ambrose
Anders
Anderson
Armstrong
Aspin
Barlow
Bateman
Benoit
Bergen
Bezan
Blaney
Block
Boughen
Braid
Breitkreuz
Brown (Leeds—Grenville)
Brown (Newmarket—Aurora)
Butt
Calandra
Calkins
Cannan
Carmichael
Carrie
Chisu
Chong
Clarke
Clement
Crockatt
Daniel
Davidson
Dechert
Devolin
Dreeshen
Duncan (Vancouver Island North)
Dykstra
Eglinski
Falk
Fantino
Fast
Findlay (Delta—Richmond East)
Finley (Haldimand—Norfolk)
Fletcher
Galipeau
Gallant
Gill
Glover
Goguen
Goldring
Goodyear
Gosal
Gourde
Grewal
Harper
Harris (Cariboo—Prince George)
Hawn
Hayes
Hillyer
Hoback
Holder
James
Kamp (Pitt Meadows—Maple Ridge—Mission)
Keddy (South Shore—St. Margaret's)
Kenney (Calgary Southeast)
Kent
Kerr
Komarnicki
Kramp (Prince Edward—Hastings)
Lake
Lauzon
Lebel
Leef
Leitch
Lemieux
Leung
Lizon
Lobb
Lukiwski
Lunney
MacKay (Central Nova)
MacKenzie
Maguire
Mayes
McColeman
McLeod
Menegakis
Miller
Moore (Port Moody—Westwood—Port Coquitlam)
Moore (Fundy Royal)
Nicholson
Norlock
Obhrai
O'Neill Gordon
Opitz
O'Toole
Paradis
Payne
Perkins
Poilievre
Preston
Raitt
Rajotte
Rathgeber
Reid
Rempel
Richards
Rickford
Ritz
Saxton
Schellenberger
Seeback
Shea
Shipley
Shory
Smith
Sopuck
Sorenson
Stanton
Strahl
Sweet
Tilson
Toet
Trost
Trottier
Truppe
Uppal
Valcourt
Van Kesteren
Van Loan
Vellacott
Wallace
Warawa
Warkentin
Watson
Weston (West Vancouver—Sunshine Coast—Sea to Sky Country)
Weston (Saint John)
Wilks
Williamson
Wong
Woodworth
Yelich
Young (Oakville)
Young (Vancouver South)
Yurdiga
Zimmer

Total: -- 153

CONTRE

Députés

Adams
Allen (Welland)
Angus
Ashton
Atamanenko
Aubin
Ayala
Bélanger
Bellavance
Bennett
Benskin
Bevington
Blanchette
Blanchette-Lamothe
Boivin
Brahmi
Brison
Brosseau
Byrne
Caron
Casey
Cash
Chan
Charlton
Chicoine
Choquette
Christopherson
Cleary
Comartin
Côté
Cotler
Crowder
Cullen
Cuzner
Davies (Vancouver Kingsway)
Day
Dewar
Dion
Dionne Labelle
Donnelly
Doré Lefebvre
Dubé
Dubourg
Duncan (Edmonton—Strathcona)
Dusseault
Easter
Foote
Fortin
Freeman
Fry
Garneau
Garrison
Genest
Genest-Jourdain
Giguère
Godin
Goodale
Gravelle
Groguhé
Harris (Scarborough Southwest)
Harris (St. John's East)
Hsu
Hughes
Jones
Julian
Kellway
Lamoureux
Lapointe
Latendresse
Laverdière
LeBlanc (Beauséjour)
LeBlanc (LaSalle—Émard)
Liu
MacAulay
Mai
Marston
Martin
Masse
Mathyssen
May
McCallum
McGuinty
McKay (Scarborough—Guildwood)
Michaud
Moore (Abitibi—Témiscamingue)
Morin (Chicoutimi—Le Fjord)
Morin (Notre-Dame-de-Grâce—Lachine)
Morin (Laurentides—Labelle)
Morin (Saint-Hyacinthe—Bagot)
Mourani
Mulcair
Murray
Nantel
Nash
Nicholls
Nunez-Melo
Papillon
Patry
Péclet
Pilon
Plamondon
Quach
Rafferty
Rankin
Ravignat
Raynault
Regan
Rousseau
Sandhu
Scarpaleggia
Scott
Sellah
Sgro
Simms (Bonavista—Gander—Grand Falls—Windsor)
Sims (Newton—North Delta)
Sitsabaiesan
St-Denis
Stewart
Stoffer
Sullivan
Toone
Tremblay
Trudeau

Total: -- 123

PAIRÉS

Aucun

    Je déclare la motion adoptée.

INITIATIVES PARLEMENTAIRES

[Initiatives parlementaires]

[Traduction]

L'Administration canadienne de la sûreté du transport aérien

    La Chambre reprend l'étude, interrompue le 23 avril, de la motion modifiée.
    La Chambre passe maintenant au vote par appel nominal différé sur la motion M-553, sous la rubrique des initiatives parlementaires.

  (1825)  

    (La motion, mise aux voix, est adoptée par le vote suivant:)
 

(Vote no 383)

POUR

Députés

Ablonczy
Adams
Adler
Aglukkaq
Albas
Albrecht
Alexander
Allen (Welland)
Allen (Tobique—Mactaquac)
Allison
Ambler
Ambrose
Anders
Anderson
Angus
Armstrong
Ashton
Aspin
Atamanenko
Aubin
Ayala
Barlow
Bateman
Bélanger
Bellavance
Bennett
Benoit
Benskin
Bergen
Bevington
Bezan
Blanchette
Blanchette-Lamothe
Blaney
Block
Boivin
Boughen
Brahmi
Braid
Breitkreuz
Brison
Brosseau
Brown (Leeds—Grenville)
Brown (Newmarket—Aurora)
Butt
Byrne
Calandra
Calkins
Cannan
Carmichael
Caron
Carrie
Casey
Cash
Chan
Charlton
Chicoine
Chisu
Chong
Choquette
Christopherson
Clarke
Cleary
Clement
Comartin
Côté
Cotler
Crockatt
Crowder
Cullen
Cuzner
Daniel
Davidson
Davies (Vancouver Kingsway)
Day
Dechert
Devolin
Dewar
Dion
Dionne Labelle
Donnelly
Doré Lefebvre
Dreeshen
Dubé
Dubourg
Duncan (Vancouver Island North)
Duncan (Edmonton—Strathcona)
Dusseault
Dykstra
Easter
Eglinski
Falk
Fantino
Fast
Findlay (Delta—Richmond East)
Finley (Haldimand—Norfolk)
Fletcher
Foote
Fortin
Freeman
Fry
Galipeau
Gallant
Garneau
Garrison
Genest
Genest-Jourdain
Giguère
Gill
Glover
Godin
Goguen
Goldring
Goodale
Goodyear
Gosal
Gourde
Gravelle
Grewal
Groguhé
Harper
Harris (Scarborough Southwest)
Harris (St. John's East)
Harris (Cariboo—Prince George)
Hawn
Hayes
Hillyer
Hoback
Holder
Hsu
Hughes
James
Jones
Julian
Kamp (Pitt Meadows—Maple Ridge—Mission)
Keddy (South Shore—St. Margaret's)
Kellway
Kenney (Calgary Southeast)
Kent
Kerr
Komarnicki
Kramp (Prince Edward—Hastings)
Lake
Lamoureux
Lapointe
Latendresse
Lauzon
Laverdière
Lebel
LeBlanc (Beauséjour)
LeBlanc (LaSalle—Émard)
Leef
Leitch
Lemieux
Leung
Liu
Lizon
Lobb
Lukiwski
Lunney
MacAulay
MacKay (Central Nova)
MacKenzie
Maguire
Mai
Marston
Martin
Masse
Mathyssen
May
Mayes
McCallum
McColeman
McGuinty
McKay (Scarborough—Guildwood)
McLeod
Menegakis
Michaud
Miller
Moore (Abitibi—Témiscamingue)
Moore (Port Moody—Westwood—Port Coquitlam)
Moore (Fundy Royal)
Morin (Chicoutimi—Le Fjord)
Morin (Notre-Dame-de-Grâce—Lachine)
Morin (Laurentides—Labelle)
Morin (Saint-Hyacinthe—Bagot)
Mourani
Mulcair
Murray
Nantel
Nash
Nicholls
Nicholson
Norlock
Nunez-Melo
Obhrai
O'Neill Gordon
Opitz
O'Toole
Papillon
Paradis
Patry
Payne
Péclet
Perkins
Pilon
Plamondon
Poilievre
Preston
Quach
Rafferty
Raitt
Rajotte
Rankin
Rathgeber
Ravignat
Raynault
Regan
Reid
Rempel
Richards
Rickford
Ritz
Rousseau
Sandhu
Saxton
Scarpaleggia
Schellenberger
Scott
Seeback
Sellah
Sgro
Shea
Shipley
Shory
Simms (Bonavista—Gander—Grand Falls—Windsor)
Sims (Newton—North Delta)
Sitsabaiesan
Smith
Sopuck
Sorenson
Stanton
St-Denis
Stewart
Stoffer
Strahl
Sullivan
Sweet
Tilson
Toet
Toone
Tremblay
Trost
Trottier
Trudeau
Truppe
Uppal
Valcourt
Van Kesteren
Van Loan
Vellacott
Wallace
Warawa
Warkentin
Watson
Weston (West Vancouver—Sunshine Coast—Sea to Sky Country)
Weston (Saint John)
Wilks
Williamson
Wong
Woodworth
Yelich
Young (Oakville)
Young (Vancouver South)
Yurdiga
Zimmer

Total: -- 276

CONTRE

Aucun

PAIRÉS

Aucun

    Je déclare la motion adoptée.

La Loi sur Via Rail Canada

    La Chambre reprend l'étude, interrompue le 24 avril, de la motion portant que le projet de loi C-640, Loi concernant VIA Rail Canada et modifiant la Loi sur les transports au Canada en conséquence, soit lu pour la deuxième fois et renvoyé à un comité.
    La Chambre passe maintenant au vote par appel nominal différé sur la motion à l'étape de la deuxième lecture du projet de loi C-640, sous la rubrique des initiatives parlementaires.

  (1830)  

    (La motion, mise aux voix, est rejetée par le vote suivant:)
 

(Vote no 384)

POUR

Députés

Adams
Allen (Welland)
Angus
Ashton
Atamanenko
Aubin
Ayala
Bélanger
Bellavance
Bennett
Benskin
Bevington
Blanchette
Blanchette-Lamothe
Boivin
Brahmi
Brison
Brosseau
Byrne
Caron
Casey
Cash
Chan
Charlton
Chicoine
Choquette
Christopherson
Cleary
Comartin
Côté
Cotler
Crowder
Cullen
Cuzner
Davies (Vancouver Kingsway)
Day
Dewar
Dion
Dionne Labelle
Donnelly
Doré Lefebvre
Dubé
Dubourg
Duncan (Edmonton—Strathcona)
Dusseault
Easter
Foote
Fortin
Freeman
Fry
Garneau
Garrison
Genest
Genest-Jourdain
Giguère
Godin
Goodale
Gravelle
Groguhé
Harris (Scarborough Southwest)
Harris (St. John's East)
Hsu
Hughes
Jones
Julian
Kellway
Lamoureux
Lapointe
Latendresse
Laverdière
LeBlanc (Beauséjour)
LeBlanc (LaSalle—Émard)
Liu
MacAulay
Mai
Marston
Martin
Masse
Mathyssen
May
McCallum
McGuinty
McKay (Scarborough—Guildwood)
Michaud
Moore (Abitibi—Témiscamingue)
Morin (Chicoutimi—Le Fjord)
Morin (Notre-Dame-de-Grâce—Lachine)
Morin (Laurentides—Labelle)
Morin (Saint-Hyacinthe—Bagot)
Mourani
Mulcair
Murray
Nantel
Nash
Nicholls
Nunez-Melo
Papillon
Péclet
Pilon
Plamondon
Quach
Rafferty
Rankin
Ravignat
Raynault
Regan
Rousseau
Sandhu
Scarpaleggia
Scott
Sellah
Sgro
Simms (Bonavista—Gander—Grand Falls—Windsor)
Sims (Newton—North Delta)
Sitsabaiesan
St-Denis
Stewart
Stoffer
Sullivan
Toone
Tremblay
Trudeau

Total: -- 122

CONTRE

Députés

Ablonczy
Adler
Aglukkaq
Albas
Albrecht
Alexander
Allen (Tobique—Mactaquac)
Allison
Ambler
Ambrose
Anders
Anderson
Armstrong
Aspin
Barlow
Bateman
Benoit
Bergen
Bezan
Blaney
Block
Boughen
Braid
Breitkreuz
Brown (Leeds—Grenville)
Brown (Newmarket—Aurora)
Butt
Calandra
Calkins
Cannan
Carmichael
Carrie
Chisu
Chong
Clarke
Clement
Crockatt
Daniel
Davidson
Dechert
Devolin
Dreeshen
Duncan (Vancouver Island North)
Dykstra
Eglinski
Falk
Fantino
Fast
Findlay (Delta—Richmond East)
Finley (Haldimand—Norfolk)
Fletcher
Galipeau
Gallant
Gill
Glover
Goguen
Goldring
Goodyear
Gosal
Gourde
Grewal
Harris (Cariboo—Prince George)
Hawn
Hayes
Hillyer
Hoback
Holder
James
Kamp (Pitt Meadows—Maple Ridge—Mission)
Keddy (South Shore—St. Margaret's)
Kenney (Calgary Southeast)
Kent
Kerr
Komarnicki
Kramp (Prince Edward—Hastings)
Lake
Lauzon
Lebel
Leef
Leitch
Lemieux
Leung
Lizon
Lobb
Lukiwski
Lunney
MacKay (Central Nova)
MacKenzie
Maguire
Mayes
McColeman
McLeod
Menegakis
Miller
Moore (Port Moody—Westwood—Port Coquitlam)
Moore (Fundy Royal)
Nicholson
Norlock
Obhrai
O'Neill Gordon
Opitz
O'Toole
Paradis
Payne
Perkins
Poilievre
Preston
Raitt
Rajotte
Rathgeber
Reid
Rempel
Richards
Rickford
Ritz
Saxton
Schellenberger
Seeback
Shea
Shipley
Shory
Smith
Sopuck
Sorenson
Stanton
Strahl
Sweet
Tilson
Toet
Trost
Trottier
Truppe
Uppal
Valcourt
Van Kesteren
Van Loan
Vellacott
Wallace
Warawa
Warkentin
Watson
Weston (West Vancouver—Sunshine Coast—Sea to Sky Country)
Weston (Saint John)
Wilks
Williamson
Wong
Woodworth
Yelich
Young (Oakville)
Young (Vancouver South)
Yurdiga
Zimmer

Total: -- 152

PAIRÉS

Aucun

    Je déclare la motion rejetée.

La Loi sur l'hymne national

    La Chambre reprend l'étude, interrompue le 27 avril, de la motion portant que le projet de loi C-624, Loi modifiant la Loi sur l’hymne national (genre), soit lu pour la deuxième fois et renvoyé à un comité.
    La Chambre passe maintenant au vote par appel nominal différé sur la motion à l'étape de la deuxième lecture du projet de loi C-624, sous la rubrique des initiatives parlementaires.

  (1840)  

    Avant que le greffier n'annonce le résultat du vote:
    Le député de Leeds—Grenville souhaite-t-il invoquer le Règlement?
    Monsieur le Président, j'aimerais que mon vote soit compté comme un « non ».
    Monsieur le Président, il y a peut-être eu méprise. Je voulais évidemment voter « non », pour qu'on conserve le texte traditionnel de l'hymne national.
    Monsieur le Président, j'ai voté deux fois, mais j'aimerais que mon votre soit compté comme un « non ».
    Monsieur le Président, on nous dit de voter rapidement et souvent, mais je voulais voter « non ».
    Monsieur le Président, certains députés d'en face ont voté deux fois. Habituellement, c'est le premier vote qui compte. Le deuxième est rejeté.
    À mon avis, le leader parlementaire de l'opposition a tort. Depuis que je suis député et Président, lorsque des députés votent « oui » et « non » en se levant deux fois, la Chambre leur demande de préciser leur vote. Le compte rendu est corrigé en conséquence.
     Le greffier nous donnera les résultats dans quelques instants. Nous poursuivrons ensuite nos travaux.
    (La motion, mise aux voix, est rejetée par le vote suivant:)
 

(Vote no 385)

POUR

Députés

Adams
Allen (Welland)
Angus
Ashton
Atamanenko
Aubin
Ayala
Bateman
Bélanger
Bellavance
Bennett
Benskin
Bevington
Blanchette-Lamothe
Boivin
Brahmi
Brison
Brosseau
Byrne
Caron
Casey
Cash
Chan
Charlton
Chicoine
Chong
Choquette
Christopherson
Cleary
Comartin
Côté
Cotler
Crockatt
Crowder
Cullen
Cuzner
Davies (Vancouver Kingsway)
Day
Dewar
Dion
Dionne Labelle
Donnelly
Doré Lefebvre
Dubé
Dubourg
Duncan (Edmonton—Strathcona)
Dusseault
Easter
Foote
Fortin
Freeman
Fry
Garneau
Garrison
Genest
Genest-Jourdain
Godin
Goodale
Gravelle
Groguhé
Harris (Scarborough Southwest)
Harris (St. John's East)
Hsu
Hughes
Jones
Julian
Keddy (South Shore—St. Margaret's)
Kellway
Lamoureux
Lapointe
Latendresse
Laverdière
LeBlanc (Beauséjour)
LeBlanc (LaSalle—Émard)
Liu
MacAulay
Mai
Marston
Martin
Masse
Mathyssen
May
McCallum
McGuinty
McKay (Scarborough—Guildwood)
Moore (Abitibi—Témiscamingue)
Morin (Chicoutimi—Le Fjord)
Morin (Notre-Dame-de-Grâce—Lachine)
Morin (Laurentides—Labelle)
Morin (Saint-Hyacinthe—Bagot)
Mourani
Mulcair
Murray
Nantel
Nash
Nicholls
Nunez-Melo
Papillon
Patry
Péclet
Pilon
Plamondon
Quach
Rafferty
Rankin
Ravignat
Raynault
Regan
Rousseau
Sandhu
Scarpaleggia
Schellenberger
Scott
Sellah
Sgro
Simms (Bonavista—Gander—Grand Falls—Windsor)
Sims (Newton—North Delta)
Sitsabaiesan
Smith
St-Denis
Stewart
Stoffer
Sullivan
Toone
Tremblay
Trudeau
Young (Vancouver South)

Total: -- 127

CONTRE

Députés

Ablonczy
Adler
Aglukkaq
Albas
Albrecht
Alexander
Allen (Tobique—Mactaquac)
Allison
Ambler
Ambrose
Anders
Anderson
Armstrong
Aspin
Barlow
Benoit
Bergen
Bezan
Blaney
Block
Boughen
Braid
Breitkreuz
Brown (Leeds—Grenville)
Brown (Newmarket—Aurora)
Butt
Calandra
Calkins
Cannan
Carmichael
Carrie
Chisu
Clarke
Clement
Daniel
Davidson
Dechert
Devolin
Dreeshen
Duncan (Vancouver Island North)
Dykstra
Eglinski
Falk
Fantino
Fast
Findlay (Delta—Richmond East)
Finley (Haldimand—Norfolk)
Fletcher
Galipeau
Gallant
Gill
Glover
Goguen
Goldring
Goodyear
Gosal
Gourde
Grewal
Harris (Cariboo—Prince George)
Hawn
Hayes
Hillyer
Hoback
Holder
James
Kamp (Pitt Meadows—Maple Ridge—Mission)
Kenney (Calgary Southeast)
Kent
Kerr
Komarnicki
Kramp (Prince Edward—Hastings)
Lake
Lauzon
Lebel
Leef
Leitch
Lemieux
Leung
Lizon
Lobb
Lukiwski
Lunney
MacKay (Central Nova)
MacKenzie
Maguire
Mayes
McColeman
McLeod
Menegakis
Miller
Moore (Port Moody—Westwood—Port Coquitlam)
Moore (Fundy Royal)
Nicholson
Norlock
Obhrai
O'Neill Gordon
Opitz
O'Toole
Paradis
Payne
Perkins
Poilievre
Preston
Raitt
Rajotte
Rathgeber
Reid
Rempel
Richards
Rickford
Ritz
Saxton
Seeback
Shea
Shipley
Shory
Sopuck
Sorenson
Strahl
Sweet
Tilson
Toet
Trost
Trottier
Truppe
Uppal
Valcourt
Van Kesteren
Van Loan
Vellacott
Wallace
Warawa
Warkentin
Watson
Weston (West Vancouver—Sunshine Coast—Sea to Sky Country)
Weston (Saint John)
Wilks
Williamson
Wong
Woodworth
Yelich
Young (Oakville)
Yurdiga
Zimmer

Total: -- 144

PAIRÉS

Aucun

    Je déclare la motion rejetée.
    Comme il est 18 h 45, la Chambre passe maintenant à l'étude des initiatives parlementaires inscrites au Feuilleton d'aujourd'hui.

  (1845)  

[Français]

Le taux de chômage

    Que, de l’avis de la Chambre: a) le taux de chômage que connaît le Canada depuis la récession de 2008 demeure élevé; b) la qualité de l’emploi au Canada atteint son plus bas niveau depuis 25 ans; c) le gouvernement devrait réorienter sa politique économique pour soutenir la classe moyenne en aidant les propriétaires de petites entreprises et le secteur manufacturier à créer des emplois (i) en réduisant immédiatement le taux d’imposition sur les PME de 1% et d’un point supplémentaire dès que les finances le permettront, (ii) en établissant un crédit d’impôt pour l’innovation, (iii) en prolongeant la déduction pour amortissement accéléré afin de créer de bons emplois pour la classe moyenne, (iv) en collaborant avec les provinces, les territoires et les Premières nations afin de former les Canadiens pour occuper des emplois bien rémunérés.
    — Monsieur le Président, j'ai le grand honneur de prendre la parole pour ouvrir le débat sur la motion M-585, que je présente aujourd'hui, afin de relancer la création d'emplois au Canada.
     Depuis 10 ans qu'ils sont au pouvoir, les conservateurs ont massacré la classe moyenne, ses emplois et ses perspectives. Depuis 10 ans, avec les conservateurs, l'avenir de la classe moyenne se conjugue au passé. En 10 ans, la grande réalisation économique des conservateurs est d'avoir permis que M. Parent, technicien spécialisé chez Pratt & Whitney, à Longueuil, et à Mme Johns, ingénieure en production automatisée chez GM à Windsor, soient maintenant caissiers chez Burger King et Tim Hortons.
     Toutes les semaines, les gens de la classe moyenne de mon comté me font part de leur inquiétude quant à l'avenir. Je ne peux que partager leur angoisse. Récemment, au Québec, 275 emplois ont été perdus chez Produits forestiers Résolu, à Shawinigan, 737 autres chez Mabe, à Montréal, 300 chez Bell Helicopter, à Mirabel et plus de 1 300 autres chez Electrolux, à L'Assomption. À l'échelle nationale, Mexx, Jacob, Sears, Target et maintenant Future Shop disparaissent.
     Bien qu'ils travaillent plus fort que jamais, les Québécois et les Canadiens ont de plus en plus de mal à joindre les deux bouts. En 10 ans, les emplois précaires sont devenus la norme, et la qualité de l'emploi n'a jamais été aussi faible en 25 ans, comme le prouve l'indice de la CIBC publié le 5 mars. En 10 ans, 400 000 emplois ont été perdus dans le secteur manufacturier, il y a 200 000 chômeurs de plus qu'avant la récession et le taux de chômage des jeunes est à 13,4 %. Dans ces conditions, comment veut-on que les familles de la classe moyenne puissent vivre des fruits de leur travail et payer les études de leurs enfants?
    Les petites et moyennes entreprises, qui sont le tissu économique de notre pays, souffrent également. Même les plus dynamiques ont du mal à s'en sortir. J'ai rencontré récemment les propriétaires de Quintus Marketing, une PME de mon comté qui travaille en développement durable et en responsabilité sociale des entreprises. Ils constatent la même chose que nous: ce gouvernement les a abandonnés.
    Plutot que d'offrir une vision du développement économique de notre pays et de donner un horizon de développement à nos entreprises et aux travailleurs, ce gouvernement s'est contenté d'un mantra fiscal périmé. Les conservateurs ont fondé toute leur politique économique sur l'idée que les baisses d'impôt pour les grandes entreprises seraient bonnes pour la croissance, car elles dégageraient les marges de manoeuvre dont elles auraient besoin pour investir et embaucher. C'est la même conception économique qui les conduit à baisser les impôts pour les plus riches dans le budget de 2015, avec l'espoir que ceux-ci investissent dans l'activité réelle.
    Cette conception est périmée. La réalité le prouve. Grâce à l'abaissement du taux d'imposition de 22 % à 15 % dont elles ont bénéficié, les grandes entreprises ont-elles embauché? Non. Ont-elles investi dans l'amélioration de la production? Non plus. Ont-elles investi dans la recherche-développement pour innover? Encore moins. L'ont-elles reversée à leurs actionnaires? Même pas. Qu'en font-elles alors? Rien, absolument rien.
    Le rapport de l'Institut de recherche et d'informations socio-économiques intitulé « Portrait de la surépargne des entreprises au Québec et au Canada », publié le 27 janvier 2015, démontre qu'elles ont accumulé cet argent dans leurs coffres et dorment dessus. Ce sont 575 milliards de dollars retirés de l'économie réelle. Cela représente 32 % du PIB, soit la possibilité de construire 164 nouveaux ponts Champlain.
    C'est pour toutes ces raisons que le NPD, dirigé par le député d'Outremont, se bat pour défendre les intérêts de la classe moyenne, se bat pour défendre les intérêts de la majorité des Canadiens, se bat pour relancer l'activité économique et se bat pour que chaque Canadien puisse offrir un avenir meilleur à ses enfants. Voilà notre priorité.
    Afin d'y parvenir, le NPD a élaboré un plan de relance économique au contact du monde du travail et de la classe moyenne ces dernières années. Le plan économique du NPD annoncé par notre chef, le 28 janvier, et la motion que je défends en sont les résultats. Notre but est de soutenir les deux bases de notre tissu économique, les secteurs qui définiront notre économie de demain.

  (1850)  

     C'est tout d'abord le secteur manufacturier. Il compte 1,4 million de travailleurs et génère 11 % de notre PIB. Ensuite, ce sont les PME. Elles comptent 7,7 millions d'emploi et produisent 40 % de notre PIB. Entre 2002 et 2012, elles ont créé 78 % des nouveaux emplois du secteur privé.
    Or ces deux secteurs souffrent de graves problèmes hérités du bilan économique des conservateurs. Les propriétaires de PME que je rencontre chaque semaine dans ma circonscription me disent tous la même chose. D'abord, ils ont de plus en plus de mal à soutenir la concurrence des grandes entreprises, et ils tiennent les conservateurs pour responsables. En effet, en abaissant le taux d'imposition des grandes entreprises à seulement 15 %, contre 11 % pour les PME, leur avantage fiscal n'est plus que de 4 %. Pour mémoire, il était de 17 % en 2000.
    C'est pourquoi le NPD demande au gouvernement d'abaisser le taux d'imposition des PME à 10 % et de ne pas attendre le 1er janvier 2017, comme le prévoit le budget de 2015, présenté par les conservateurs. Cette réduction atteindra 9 % dès que possible. Cela représente une aide de 1,2 milliard de dollars aux PME qui stimulera l'activité au moment où la croissance stagne.
    Ensuite, elles souffrent du manque de soutien à l'innovation. En 2014, la Chambre de commerce du Canada a déterminé que ce problème représentait l'un des 10 principaux obstacles à la compétitivité de notre économie.
    C'est pourquoi nous demandons l'instauration d'un crédit d'impôt à l'innovation dans le secteur manufacturier pour les entreprises qui investissent dans les machines, le matériel et les biens utilisés et dans la recherche-développement, et qui stimulent l'innovation.
    Cette mesure permettra aux fabricants canadiens, qui effectuent ces investissements cruciaux dans la recherche-développement, de réinjecter 40 millions de dollars par année dans cette activité. Cette mesure permettra également de réparer les torts causés par les coupes des conservateurs dans les crédits d'impôts pour la recherche scientifique et le développement expérimental, et encouragera l'innovation au Canada.
    Sur le plan manufacturier, nous demandons la prolongation immédiate de la mesure pour amortissement accéléré applicable aux machines et au matériel de fabrication et de transformation. Cette mesure de 600 millions de dollars permettra aux manufacturiers de renouveler leur équipement et leur machinerie.
    Enfin, l'autre grande préoccupation des PME et du secteur manufacturier concerne la main-d'oeuvre. Lorsqu'ils parviennent à remplir leur carnet de commandes, ils peinent à embaucher les ressources compétences sur le marché du travail.
    Ce second constat souligne l'échec des conservateurs en matière de formation. Il explique aussi pourquoi le NPD accorde une importance cruciale au développement des compétences dans son plan d'action économique.
    Afin de relancer notre économie, de lui faire prendre le virage de la transition écologique que nous souhaitons, de développer de nouvelles sources d'énergie, bref, de bâtir l'économie de demain, nous avons besoin que les jeunes et les personnes sans emploi se forment et développent leurs compétences.
    Voici un seul exemple: dès demain, le mode de production des PME manufacturières sera révolutionné par la généralisation des imprimantes 3D. Il faut former du personnel capable de les utiliser dès maintenant. Or c'est précisément dans ce contexte que les dépenses de formation des entreprises s'effondrent alors qu'elles devraient augmenter.
    Dans son rapport « Relèvement des compétences de la main-d'oeuvre » d'octobre 2013, la Chambre de commerce du Canada a démontré que, malgré l'importance accordée par les entreprises au perfectionnement des compétences, celles-ci ont diminué leurs dépenses dans ce domaine.
    Pire, toujours selon ce rapport, notre retard par rapport à notre plus proche concurrent, les États-Unis, s'accroît. Ainsi, tandis que les entreprises canadiennes dépensent 64 ¢ en formation, les entreprises américaines dépensent 1 $.
    Nos entreprises ne seront donc pas en mesure de préparer la génération d'emplois de demain. C'est pourquoi le NPD fait de la formation professionnelle une de ses priorités dans son plan d'action économique.
     En la matière, les conservateurs ont encore une fois fait le choix désastreux de raccourcis et de courte vue. Là où il nous faut planifier, développer et investir, les conservateurs ont trois mots d'ordre: couper, couper et couper. On compte 300 millions de dollars en moins pour la formation professionnelle et un an de lutte acharnée avec les provinces lors du renouvellement des ententes sur le marché du travail. Le résultat en est une subvention canadienne à l'emploi qui ne répond pas aux besoins.
    C'est pourquoi nous demandons au gouvernement d'accroître le nombre de Canadiens qui prennent part à la formation professionnelle en facilitant dès maintenant l'accès aux programmes de formation professionnelle financés par les ententes sur le développement du marché du travail.

  (1855)  

    Voici donc ce que propose le NPD aux Canadiens: une relance équilibrée de notre économie, qui se donne les moyens de soutenir immédiatement nos principaux pôles de création d'emplois et d'innovation, soit les PME et le secteur manufacturier. Cette relance s'articule avec une politique volontariste de formation professionnelle qui permet aux entreprises de trouver une main-d'oeuvre qualifiée et qui permet à chacun de trouver sa place dans notre économie et dans notre société.
    Confronté à nos propositions de relance et malgré ses discours d'autosatisfaction, le gouvernement conservateur prend la mesure de son échec. Ce n'est pas un hasard si le budget qu'il a présenté le mardi 21 avril reprend la plupart des propositions du NPD formulées dès janvier. Le 16 février, les conservateurs ont voté contre les mesures du NPD qu'ils reprennent aujourd'hui. Ils ont donc changé d'avis et ils trouvent notre plan de relance acceptable. C'est tant mieux.
    La mise en oeuvre seule de ces mesures et l'amélioration de la situation des familles de la classe moyenne comptent. Toutefois, il faut faire attention. La plupart des mesures annoncées par les conservateurs n'auront pas d'effet avant 2017, alors que cette motion demande une mise en oeuvre immédiate. Les Canadiens souffrent de notre économie chancelante. Ils ont besoin que le gouvernement soutienne les vrais créateurs d'emplois immédiatement.
    C'est pourquoi je demande aux députés de la majorité de démontrer le sérieux de leurs intentions. Ils ont l'occasion de mettre en oeuvre immédiatement des mesures concrètes de relance économique en soutenant cette motion. Il ne tient qu'à eux de voter en sa faveur et ainsi de soutenir la classe moyenne.

[Traduction]

    Monsieur le Président, je remercie ma collègue de son allocution très intéressante.
    Les néo-démocrates parlent d'endettement, mais leur programme d'impôts et de dépenses élevés nuirait à l'ensemble des Canadiens. Nous le savons très bien. Ils alourdiraient la dette que nous laissons aux prochaines générations. En outre, l'augmentation des charges sociales ferait perdre des emplois et nuirait aux petites entreprises.
    Pour sa part, le député libéral croit que les budgets s'équilibrent d'eux-mêmes.
    Pourquoi la députée d'en face s'oppose-t-elle au budget, qui est favorable à la classe moyenne et qui, pour la première fois depuis longtemps, est équilibré? Serait-ce parce que les néo-démocrates sont trop occupés à élaborer leur programme déficitaire? La députée pourrait-elle nous dire ce qu'il en est?

  (1900)  

[Français]

    Monsieur le Président, il est vraiment très navrant d'entendre mon collègue commencer sa question en ces termes, d'autant plus que, comme je l'ai dit, rendons à César ce qui appartient à César.
    Lorsque nous parlons d'une véritable relance économique, cela passe par les PME et par le secteur manufacturier. Dès janvier dernier, nous avons mis en avant ce plan économique de relance. Alors, nous n'avons certainement pas de leçon à recevoir de ce gouvernement.
    Monsieur le Président, je remercie ma collègue d'avoir déposé cette magnifique motion qui, en fait, relance nos priorités et interpelle à nouveau un gouvernement en manque d'inspiration. Heureusement, le manque d'inspiration l'a amené à utiliser des mesures néo-démocrates dans le dernier budget. Malheureusement, les conservateurs ne vont même pas à mi-chemin par rapport à cela.
    Ma collègue a parlé du problème du sous-emploi. En fait, le dernier rapport de la Banque du Canada indiquait clairement que la classe de travailleurs la plus active, soit celle de 25 à 55 ans, avait un taux d'activité nettement faible. Il était comparable à ce qu'il était il y a presque 6 ans, en sortant de la dernière crise.
    J'aimerais qu'elle parle de ce piètre bilan de la part du gouvernement, parce que c'est le fruit de son inaction, à mon avis.
    Monsieur le Président, je remercie mon collègue de sa question très pertinente.
    Il faut rappeler tout de même que ce gouvernement est celui qui a fait en sorte que les emplois actuels sont précaires et à temps partiel pour la plupart. Quand on veut parler d'une véritable relance économique, on parle de véritable création d'emplois. Relancer la création d'emplois, c'est introduire une dynamique que seul le NPD peut faire et qui va permettre que des salaires soient évalués à nouveau à bon escient.
    Nous avons mis en avant notre proposition en ce qui concerne un salaire minimum fédéral de 15 $ l'heure. Pour aider la classe moyenne, il est certes indispensable de pouvoir, de façon économique et stimulante concernant la création d'emplois, aller de l'avant avec des principes et des actions audacieuses qui vont permettre aux PME de créer ces bons emplois et au secteur manufacturier de relancer également l'économie.
    Monsieur le Président, je remercie ma collègue de sa présentation. Je suis certainement d'accord avec elle. En effet, la modernisation de l'équipement dans le secteur manufacturier, c'est-à-dire de l'équipement pour fabriquer certains produits, augmente la productivité d'une compagnie. C'est quelque chose que le Canada devrait faire pour innover et être plus productif.
    En ce qui concerne la création d'emplois, certaines personnes estiment que si on modernise nos usines et notre secteur manufacturier, il y a aussi le risque d'une diminution dans le nombre d'emplois parce que les gens seront remplacés par des machines. Je ne suis pas nécessairement d'accord avec cela, mais j'aimerais entendre la députée à ce sujet.
    Monsieur le Président, je remercie mon collègue de sa question.
    Il est certain que moderniser le secteur manufacturier est incontournable. En effet, il va s'agir d'être compétitif à l'échelle internationale, avec véritablement tout ce qui est mis en avant sur le marché actuellement. Il faut que ce secteur manufacturier ait les moyens de vraiment innover et de proposer des emplois qui feront en sorte que notre industrie actuelle et de demain seront compétitives. Cela passe vraiment par cette modernisation.

  (1905)  

[Traduction]

    Monsieur le Président, je tiens à remercier la députée de Saint-Lambert de me donner l’occasion d’attirer une fois de plus l’attention de tous sur la réussite extraordinaire dont nous profitons, grâce au leadership de notre premier ministre.
     L’insistance avec laquelle la députée affirme que nous devons améliorer notre bilan économique et prendre des mesures que nous avons déjà prises me laisse toutefois quelque peu perplexe. Selon la motion, le gouvernement n’en a pas fait assez pour créer des emplois, alors nous devrions réduire les impôts des petites entreprises. Nous venons de nous engager à réduire de deux points de pourcentage les impôts des petites entreprises, ce qui représente une baisse de 18 %, en faisant passer ce taux d’imposition de 11 % à 9 %. Cette réduction s’ajoute à la diminution que notre gouvernement a déjà consentie, lorsqu’il a abaissé à 11 % le taux qui était à l’origine de 12 %.
    Toujours selon la motion, nous devrions prolonger la déduction pour amortissement accéléré destinée au secteur manufacturier. Nous venons de la prolonger pour 10 ans; nous l’avons toujours prolongée depuis que nous sommes au pouvoir. Voilà une bonne nouvelle pour les petites entreprises. Ce sont les mêmes députés néo-démocrates qui ont voté à répétition contre cette mesure précise.
     Il y a plus encore. Les néo-démocrates continuent de demander un crédit d'impôt à l’innovation complètement vague. Ils ont dû faire une bonne trouvaille lorsqu’ils ont décidé qu’ils aimaient les mots « innovation » et « impôt »; ils ont mis les deux mots ensemble et en ont fait un plan. Toutefois, notre gouvernement a présenté une mesure appelée « crédit d’impôt à la recherche scientifique et au développement expérimental », qui aide les compagnies à investir dans l’innovation partout au Canada.
     Il y a également la déduction pour amortissement destinée à ceux qui veulent investir dans de l’équipement propice à l’innovation. Nous avons aussi alloué plus de 1,33 milliard de dollars, seulement dans le budget de 2015, à la Fondation canadienne pour l’innovation. Là encore, les néo-démocrates ne sont pas bien informés, parce qu’ils demandent des choses qui existent déjà.
     Ils nous demandent ensuite d’investir dans la formation de la main-d’œuvre, ce que nous avons fait à des niveaux record.
     Finalement, c’est peut-être la motion la plus bizarre que j’ai jamais été appelé à débattre à la Chambre. Peut-être est-ce simplement une autre de ces fois où l’opposition n’a même pas pris le temps de lire le budget.
    J'aimerais expliquer à la députée d’en face à quel point notre plan a bien fonctionné. Je crois qu’il serait utile, toutefois, d’énumérer quelques-unes de ces vérités pour le bénéfice de toute la Chambre. Les faits sont clairs. Le plan d’action économique du Canada fonctionne. Examinons les faits suivants.
    Le Canada affiche l'un des meilleurs bilans économiques des pays du G7 depuis la fin de la récession, et tant le Fonds monétaire international que l'Organisation de coopération et de développement économiques prévoient que sa croissance, déjà supérieure à celle de ses partenaires durant la reprise, demeurera soutenue.
    Le Canada affiche également l'un des meilleurs bilans du G7 au chapitre de l'emploi. Actuellement, il y a au-delà de 1,2 million de Canadiens de plus qui occupent un emploi qu'à la fin de la récession. Dans la plupart des cas, il s'agit d'emplois à plein temps et bien rémunérés, dans le secteur privé. De surcroît, nous avons obtenu ce résultat tout en équilibrant le budget et en maintenant les impôts bas pour tous les Canadiens.
    Je me permets de fournir un peu plus de précisions. La création d'emplois ne s'accomplit pas en vase clos. C'est pourquoi le gouvernement collabore couramment avec les provinces et les territoires relativement aux programmes destinés à améliorer la formation et la participation au marché du travail. N'oublions pas d'ailleurs que le Canada fait bonne figure dans le monde au chapitre de la formation et du perfectionnement de sa main-d'oeuvre alors même que les emplois se spécialisent de plus en plus.
    Les Canadiens comptent parmi les personnes les plus scolarisées du monde et figurent au sommet du palmarès des pays de l'OCDE au chapitre de la scolarisation postsecondaire. Le taux de participation au marché du travail du Canada se compare lui aussi très avantageusement à celui des autres membres de l'OCDE.
    Grâce aux ententes sur le développement du marché du travail, une enveloppe de 1,95 milliard de dollars est réservée chaque année aux provinces et aux territoires pour leur permettre d'élaborer, d'offrir et de gérer des programmes de perfectionnement professionnel et d'emploi. Nous cherchons actuellement à restructurer ces ententes afin de veiller à ce que les compétences des Canadiens s'adaptent aux besoins du marché du travail. Le gouvernement fournit par ailleurs d'autres enveloppes aux provinces et aux territoires aux fins de programmes favorisant l'accès au marché du travail, dont 500 millions de dollars en 2014-2105 dans le cadre d'ententes sur le Fonds canadien pour l'emploi, ce qui comprend la subvention canadienne pour l'emploi.

  (1910)  

     La collaboration avec les provinces et les territoires est tout à fait sensée, particulièrement dans les domaines où l’harmonisation interprovinciale peut améliorer les perspectives d’emplois pour les gens de métier qui travaillent dur. Voilà pourquoi le Plan d’action économique de 2015 prévoit accorder une aide supplémentaire aux provinces et aux territoires pour faciliter l’harmonisation des programmes d’apprentissage et de certification dans les métiers désignés Sceau rouge. Par exemple, les administrations s’efforceront d’adopter un enchaînement commun pour le contenu des programmes de formation technique et des heures de formation totales semblables, autant en salle de classe qu’en cours d’emploi.
     Dans l’ensemble, le Canada a connu une augmentation de 20 % des inscriptions dans des programme d’apprentissage entre 2006 et 2012, et la demande de gens de métier qualifiés continue de croître. Les taux de postes vacants dans les métiers sont supérieurs à ce qu’ils étaient avant la récession, et cela, dans tous les métiers. En effet, les employeurs canadiens éprouvent de plus en plus de difficultés à embaucher des gens de métier qualifiés.
     Comme mesure d’appui à l’entrepreneuriat chez les gens de métier, le budget de 2015 fournira un million de dollars sur une période de cinq ans au Secrétariat du Sceau rouge d’Emploi et Développement social Canada pour favoriser l’adoption du programme de certification Sceau bleu partout au Canada. Ce programme permet de reconnaître la formation en affaires chez des gens de métier certifiés. Offert actuellement dans quelques provinces, la certification peut aider à augmenter les chances de réussite en affaires de gens de métier qui ont de l’esprit d’entreprise.
     Nous fournissons également du financement pour les programmes visant le marché du travail autochtone, y compris pour le Fonds pour les compétences et les partenariats. Nous attribuerons 215 millions de dollars sur une période de cinq ans, à partir de cette année, et investirons dans le fonds, par la suite, 50 millions de dollars par année afin de doter les Autochtones des compétences requises pour occuper des emplois dans des secteurs de l’économie où la demande est forte, y compris des métiers hautement qualifiés.
     J’espère avoir établi clairement que les mesures que nous avons prises jusqu’à maintenant pour aider les Canadiens à trouver de nouveaux et meilleurs emplois ne sont absolument pas insignifiantes.
    Permettez-moi de parler brièvement de ce que nous avons fait pour les petites entreprises.
     Notre gouvernement a reconnu très tôt que les petites entreprises représentent plus de 90 % de toutes les entreprises canadiennes et qu’elles emploient les deux tiers des Canadiens; voilà pourquoi nous avons réduit leur fardeau fiscal de près de 50 % depuis que nous formons le gouvernement. Or, le NPD s’est opposé à chaque mesure que nous avons prise en ce sens, ce qui rend la motion d’aujourd’hui d’autant plus étrange.
     Le Plan d’action économique de 2015 améliore l’accès au financement pour les petites entreprises et réduit la paperasserie pour leurs propriétaires. Cela s’ajoute à tout ce que nous avons fait pour les aider au fil des ans, comme le crédit pour l’emploi visant les petites entreprises, contre lequel le NPD a voté, la hausse de la limite de revenu admissible, contre laquelle le NPD a aussi voté, et la mise en œuvre du Plan d’action sur le capital de risque pour aider les compagnies à croître et à créer des emplois, contre laquelle le NPD a également voté.
    Mon temps de parole est limité aujourd’hui, mais je pourrais parler pendant toute la journée de l’absurdité de la motion présentée par le NPD, qui n’a rien fait pour appuyer les mesures de création d’emplois, comme celles que nous avons déjà présentées. Nous savons que tout ce que veut ce parti, c’est augmenter les impôts des Canadiens, tout spécialement ceux de la classe moyenne. Cette catégorie inclut les propriétaires de petites entreprises, les familles, les fabricants et les personnes âgées, et j’en passe. De ce côté-ci de la Chambre, nous savons que cela n’est assurément pas la façon de créer des emplois.
     J’espère que la députée continuera de nous donner la possibilité de faire état des bonnes choses que nous avons accomplies pour aider la création d’emplois. C'est de la musique à nos oreilles.
    Monsieur le Président, j’interviens ce soir pour parler de la motion M-585. Pour commencer, je remercie la députée de Saint-Lambert d’avoir proposé cette motion. Je partage un grand nombre de ses préoccupations au sujet de la faiblesse de l’économie canadienne.
    De trop nombreux Canadiens restent complètement en marge de l’économie. Il y a maintenant plus de Canadiens qui sont au chômage pendant un an ou plus. Pour les jeunes, le marché de l’emploi est très peu prometteur. Il y a 160 000 emplois de moins pour les jeunes qu’il n’y en avait en 2008, par exemple.
     Les économistes de la CIBC ont publié récemment un rapport selon lequel la qualité des emplois au Canada est à son plus bas niveau en 25 ans. Les perspectives de croissance sont peu reluisantes et le gouvernement conservateur n’a aucun plan pour stimuler la création d’emplois et la croissance.
     Des politiques comme le fractionnement du revenu et un relèvement vertigineux de la contribution maximale au CELI ne font rien pour l’emploi et la croissance. Cela montre que l’actuel gouvernement conservateur a laissé tomber la classe moyenne pour s’occuper des nantis et qu’il n’a aucun plan pour créer des emplois et susciter de la croissance.

  (1915)  

[Français]

    Les libéraux, cependant, se consacrent à appuyer la classe moyenne et ceux qui s'efforcent de rejoindre ses rangs.

[Traduction]

     La motion à l’étude porte sur ces préoccupations économiques. J’appuie certaines des mesures proposées, mais d’autres m’inspirent des réserves. La motion, prise globalement, recueille notre appui.
     Je voudrais dire un mot des quatre éléments principaux de la motion, à commencer par la déduction pour amortissement accéléré. Le Parti libéral a réclamé cette mesure pour encourager les manufacturiers à investir dans des machines permettant d’accroître la productivité. Depuis des années, il exhorte le gouvernement à maintenir le crédit d’impôt pendant une période prolongée, car il reconnaît que les entreprises ont besoin d’une plus grande certitude pour pouvoir planifier, pour faire les investissements intelligents qui s’impose, ce qui donnerait des emplois et de la croissance.
    Deuxièmement, un mot sur le crédit d’impôt pour l’innovation. Les conservateurs ont dilué, réduit et affaibli le crédit d'impôt à la RS-DE. Les petites entreprises qui font de la R et D et de la commercialisation nous ont dit, tout comme les grands manufacturiers, que les coupes que le gouvernement a pratiquées dans le programme de RS-DE ont nui à leur capacité de créer de nouvelles technologies et de croître. Nous avons critiqué ce que le gouvernement a fait pour diluer et affaiblir ce programme. Même si le crédit d’impôt pour l’innovation proposé est une mesure modeste, il pourrait annuler une partie des dommages causés par les coupes pratiquées dans le crédit d’impôt à la RS-DE.
     Je vais m’attarder à la réduction de l’impôt des petites entreprises proposée dans la motion, qui demande que leur taux d’imposition soit abaissé d’un point immédiatement et d’un autre point ultérieurement.
     Tous les libéraux et, j’oserais dire, tous les députés comprennent l’importance des petites entreprises et savent qu’il est essentiel de soutenir le secteur de la petite entreprise. Les libéraux reconnaissent l’importance des petites entreprises et de l’aide à leur apporter pour en favoriser la croissance, et ils préconisent des politiques qui encouragent les petites entreprises à croître et à engager plus de travailleurs.
     En fait, les libéraux ont proposé un congé de cotisations à l’assurance-emploi, congé qui serait offert aux entreprises qui engagent de nouveaux employés. La politique proposée, soit un congé de cotisations de deux ans, a reçu l’appui de la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante, de Manufacturiers et Exportateurs du Canada et de Restaurants Canada. C’était une façon de combler certaines des lacunes du crédit pour l’emploi visant les petites entreprises, appliqué par les conservateurs.
    Le crédit d’impôt proposé par le gouvernement a découragé la croissance des petites entreprises et a eu comme effet pervers d’inciter les employeurs à congédier des travailleurs au lieu de franchir le seuil de 15 000 $ de cotisations à l’assurance-emploi.
     Le Directeur parlementaire du budget a calculé que le stratagème des conservateurs allait en fait coûter 700 000 $ par emploi créé. Nous estimons qu’en matière de fiscalité, il faut adopter une approche ciblée, avec des mesures fondées sur des données probantes. Le vérificateur général dit justement dans son rapport que les conservateurs n’ont pas fait une analyse suffisamment approfondie des mesures qui donnent des résultats, des mesures qui pourraient être améliorées, et du type de mesures fiscales qui sont susceptibles de créer des emplois et de la croissance.
    C’est la raison pour laquelle nous avons des réticences face à une diminution générale du taux d’imposition des petites entreprises. Nous sommes tout à fait favorables à la réduction des impôts pour les petites entreprises, mais nous estimons qu’il est important de cibler les réductions d’impôt sur l’un des objectifs suivants, et sur les deux si possible: la création d’emplois et la croissance, d’une part, et les mesures d’aide aux familles de la classe moyenne, d’autre part.
    En effet, certaines des mesures proposées dans le budget risquent de ne pas profiter aux petites entreprises en exploitation, mais plutôt aux professionnels fortunés qui se constituent en corporation mais qui ne recrutent pas d’employés. Par exemple, ces mesures pourraient profiter à des petites sociétés de portefeuille qui se contentent d’investir dans des valeurs cotées en bourse, mais qui ne fonctionnent pas comme les petites entreprises qu’on trouve dans nos quartiers, parce qu’elles n’ont pas d’employés, notamment.
    En fait, ce genre de petite entreprise sert parfois d’abri fiscal. Je pense que le NPD, les conservateurs et les libéraux devraient pouvoir s’entendre sur des mesures fiscales pour les petites entreprises qui les aideraient à se développer et à recruter plus d'employés. Voilà ce que je tenais à dire sur ce sujet.
     De l’avis de Jack Mintz, un spécialiste de la fiscalité de la School of Public Policy de l’Université de Calgary, la mesure fiscale proposée par le NPD et endossée tout récemment par les conservateurs pourrait être un avantage fiscal important pour les Canadiens fortunés. Il a même dit que c’était une mesure qui allait enrichir les riches.
    D’autres économistes sont du même avis, notamment Armine Yalnizyan, du Centre canadien de politiques alternatives, pour qui « il est un peu étrange de prétendre qu’on cherche à aider les petites entreprises alors que ces petites entreprises peuvent aussi être des abris fiscaux ».
    Je tiens à dire clairement que nous sommes en faveur d’une réduction d’impôt pour les petites entreprises, mais qu’à notre avis, le gouvernement et, en fait, tous les parlementaires, devraient réfléchir à la façon de n’en faire profiter que les petites entreprises en exploitation, qui s’en serviront pour développer leurs activités, investir et embaucher davantage de Canadiens.
    C’est une proposition qui devrait plaire à mes collègues du NPD, car nous devons cibler cette réduction d’impôt de façon à ce qu’elle génère le maximum de croissance, d’emplois et d’embauches. C’est quelque chose que nous devrions examiner de façon plus approfondie.
     J’ai dit, et je le répète, que nous sommes favorables à la réduction du taux d’imposition des petites entreprises, mais qu’il vaudrait mieux, puisqu’il s’agit de politique gouvernementale, n’en faire profiter que les petites entreprises en exploitation, qui s’en serviront pour développer leurs activités et embaucher plus de Canadiens.
    Enfin, la motion dont nous sommes saisis demande au gouvernement fédéral de collaborer avec les provinces, les territoires, les Premières Nations et les Autochtones afin de s’assurer que les Premières Nations et les Autochtones ont la possibilité d’acquérir les compétences dont ils ont besoin pour s’intégrer au marché du travail et trouver de bons emplois. J’approuve sans réserve cette recommandation.
    Au cours des 10 prochaines années, 400 000 jeunes Canadiens autochtones et des Premières Nations feront leur entrée sur le marché du travail. Si ces jeunes avaient les compétences requises pour décrocher un emploi et subvenir à leurs besoins, ce serait une excellente nouvelle pour l'économie canadienne. Une main-d'oeuvre jeune et compétente constitue une source de croissance importante pour n'importe quelle économie. Or, ce n'est pas le cas. Le gouvernement a lamentablement échoué: il n'a pas investi dans la formation des jeunes Canadiens autochtones et des Premières Nations.
     À titre d'exemple, il y a toujours un écart à combler lorsque l'on compare le financement accordé aux écoles autochtones et des Premières Nations et le financement accordé aux autres écoles qui se trouvent dans les mêmes provinces. Nous devons nous assurer d'investir dans l'avenir des jeunes Canadiens autochtones et des Premières Nations dès le début de leurs études. Ainsi, nous pourrons jeter les bases de leur éducation, ce qui leur permettra de s'épanouir et d'acquérir les compétences dont ils ont besoin pour travailler.
    Le plan libéral axé sur l'emploi et la croissance consisterait à investir dans l'éducation et dans les personnes afin que celles-ci puissent acquérir les compétences dont elles ont besoin. Nous estimons que ce besoin est particulièrement criant chez les Canadiens autochtones et des Premières Nations.

  (1920)  

    Nous comptons investir dans l'infrastructure, l'innovation et les rapports commerciaux. Investir dans les personnes et leurs compétences ainsi que dans l'innovation et le commerce, voilà le plan libéral pour stimuler la croissance et l'emploi. Nous comptons aussi aider les familles de la classe moyenne et les Canadiens qui travaillent très fort pour en faire partie.

[Français]

    Monsieur le Président, j'ai le plaisir de me lever pour discuter de la motion M-585 de ma collègue la députée de Saint-Lambert. Je la remercie d'ailleurs d'avoir déposé cette motion. La raison pour laquelle je la remercie particulièrement, et ce qu'il faut comprendre, c'est que la motion a été déposée bien avant le budget qui, lui, a été déposé la semaine dernière.
     Je trouve le libellé de la motion intéressant, surtout parce qu'il reflète grandement le libellé de la motion que le NPD avait présentée en février, lors d'une journée de l'opposition. Celle-ci parlait d'un plan de relance économique qui incluait, entre autres, une réduction de l'impôt sur les petites entreprises de 11 à 9 %. Nous avions proposé, et cette motion le propose également, de réduire immédiatement de 1 % pce taux d'imposition, qu'il passe donc de 11 à 10 %, et par la suite, lorsque les finances le permettraient, de le réduire à 9 %. Cet élément de la motion d'aujourd'hui était aussi dans celle de notre journée de l'opposition, en février.
    Ces deux motions partagent un autre élément: la prolongation de l'amortissement accéléré pour les dépenses en capital pour l'achat de produits de production ou de transformation, par exemple, de la machinerie. Je fais la comparaison entre ces deux motions parce que, lors de son discours, mon collègue de North Vancouver semblait tout à fait ébahi et surpris du fait que nous présentions une motion comme celle-ci. En effet, les conservateurs avaient voté contre notre motion lors de notre journée de l'opposition. Ils avaient voté contre une telle réduction de l'impôt des petites entreprises et contre une prolongation de l'amortissement accéléré pour l'achat de machinerie, par exemple. Or, quelle surprise, la semaine dernière, lors du dépôt du budget, nous avons appris que ces deux mesures y étaient incluses.
     Le crédit à l'innovation est un troisième élément qui se retrouvait également dans cette motion. C'est encore un élément important. Mon collègue de Kings—Hants a souligné, à juste titre, que les modifications qui ont été apportées au crédit d'impôt pour recherche scientifique et développement expérimental, ou la RS&DE, ont été néfastes. Je me souviens du témoignage d'un représentant de Manufacturiers et exportateurs du Québec, qui nous disait à quel point cette mesure serait néfaste parce que ce crédit d'impôt ne pourrait plus s'appliquer aux dépenses en capital des entreprises qui font de la recherche-développement. Or c'est crucial dans leur développement, particulièrement dans le secteur manufacturier. Les conservateurs ont mis fin à ce crédit d'impôt. Cet élément figurait dans la motion que nous avons présentée lors de notre journée de l'opposition, et il est dans la motion M-585 présentée par la députée de Saint-Lambert.
    Ces motions réintroduisent ces éléments qui, à tout le moins dans le cas des deux premiers, se retrouvent dans le budget, mais contre lesquels les conservateurs avaient voté. Nous entendons souvent les conservateurs dire que les partis de l'opposition ont voté contre telle mesure et contre telle autre mesure. Bien souvent, évidemment, cela survient lors du budget lorsque nous ne pouvons voter qu'une seule fois sur 600 pages de budget. Dans ce cas-ci, ce qui est plus problématique, et je dirais même plus ce qui est ironique, pour ne pas dire cynique, c'est le fait que les conservateurs aient voté contre cette mesure avant de l'adopter deux mois plus tard dans leur budget. C'est le comble du cynisme.
    J'en viens finalement à la motion qu'a présentée ma collègue de Saint-Lambert. Elle fait le constat que le taux de chômage que connaît le Canada depuis la récession de 2008 demeure élevé. Effectivement, il est élevé. Nous avons au-delà de 150 000 chômeurs de plus maintenant qu'avant le début de la récession. C'est extrêmement problématique. La qualité de l'emploi au Canada a atteint son plus bas niveau depuis 25 ans. Nous avons eu un débat à la Chambre parce que le NPD avait de nouveau soulevé la question. Les députés se souviendront peut-être que le rapport de la CIBC indiquait que la qualité des emplois, telle que mesurée par le fait qu'il s'agisse d'emplois à temps plein ou à temps partiel et d'emplois à long terme ou plus précaires, était à son niveau le plus faible et que la tendance était encore à une faiblesse encore plus accrue. Dans ce sens, le gouvernement n'a pas réellement répondu à cette préoccupation et semble même complètement ignorer les conclusions de ce rapport, même dans le budget, dont nous avons d'ailleurs débattu plus tôt aujourd'hui.
    Ce qui m'intéresse particulièrement, c'est ce qui pousse les conservateurs à agir comme ils le font présentement.

  (1925)  

    La motivation que nous avons à présenter de telles mesures et de telles idées, c'est évidemment pour aider la classe moyenne et pour contribuer à relancer l'économie. Les conservateurs, eux, semblent vivre dans un monde à part où existe une taxe sur le carbone promue par les partis de l'opposition, que nous ne pouvons retrouver nulle part. Je me souviens très bien qu'en 2011, nous avions proposé un marché du carbone, et non pas une taxe sur le carbone.
    Nous vivons dans un monde où les conservateurs pensent que nous voulons éliminer le CELI, ce qui n'est pas vrai, bien sûr. Nous voulons revenir en arrière sur la hausse du plafond du CELI, telle que proposée dans le budget. Le CELI lui-même est une mesure populaire, qui aide, de façon plus ou moins importante, à l'épargne de l'ensemble des épargnants canadiens, selon les revenus disponibles pour l'épargne. Toutefois, la hausse du plafond à 10 000 $ va favoriser davantage les épargnants ou les gens aux revenus les plus élevés.
    C'est un monde dans lequel les conservateurs pensent que nous allons augmenter les impôts. Je suis porte-parole adjoint en matière de finances. Si nous voulions augmenter les impôts, je devrais être la première personne à le savoir. Pourtant, le député d'Outremont, chef de l'opposition officielle, a été clair dans toutes ses déclarations à l'effet que nous ne toucherons pas à l'impôt sur les particuliers, et nous ne toucherons pas non plus à la taxe de vente. Alors je ne sais pas dans quel monde vivent les conservateurs, ceux-là mêmes qui déposent des budgets hautement contestés et qui semblent favoriser les mieux nantis. Cependant, notre préoccupation, à nous, de ce côté de la Chambre, c'est la classe moyenne, les travailleurs et les entreprises.
    Quant à la réduction de l'impôt pour les petites entreprises, de 11 à 9 %, ce que nous proposons est différent de ce qu'on retrouve dans le budget. Pour les conservateurs, pour le gouvernement, cette diminution se fera au bout de quatre ans, com