Interventions à la Chambre des communes
 
 
 
Fil RSS basé sur les critères de recherche Exporter les résultats de recherche - CSV (texte brut) Exporter les résultats de recherche - XML
Ajouter un critère de recherche
Voir le profil de Frank Baylis
Lib. (QC)
Voir le profil de Frank Baylis
2019-04-29 14:49 [p.27148]
Monsieur le Président, les inondations dans quatre provinces ont eu des effets dévastateurs sur nos communautés, y compris la mienne. Les inondations continuent à détruire des maisons, des routes et des communautés.
En période de crise, nos voisins se retroussent les manches et les premiers intervenants travaillent fort pour assurer notre sécurité. Le ministre de la Sécurité publique pourrait-il informer la Chambre des mesures prises par le gouvernement pour appuyer les Canadiens qui sont touchés par les inondations?
Voir le profil de Frank Baylis
Lib. (QC)
Voir le profil de Frank Baylis
2019-04-11 14:00 [p.27040]
Madame la Présidente, M. Ambedkar était un juriste et réformateur social indien exceptionnel et aussi l'un des pères fondateurs de l'Inde moderne.
Babasaheb, comme on le surnommait, s'est battu pour l'égalité et la justice. Il a mené des campagnes contre la discrimination sociale à l'endroit de ceux que l'on considérait comme intouchables. Il a été le premier ministre du Droit et de la Justice de l'Inde et il a présidé à la rédaction de la Constitution, qui traite tous les gens également, quel que soit leur statut à la naissance. On ne saurait trop insister sur ses réalisations.
Babasaheb Ambedkar est l'homme qui a jeté les fondements de la démocratie la plus peuplée du monde, une démocratie basée sur le suffrage universel et le respect de tous. Le 14 avril, nous rendrons hommage à l'héritage inestimable qu'il a laissé.
Voir le profil de Frank Baylis
Lib. (QC)
Voir le profil de Frank Baylis
2019-04-08 14:03 [p.26846]
Monsieur le Président, la fibrose pulmonaire est une maladie pulmonaire très grave qui touche beaucoup trop de Canadiens.
Il y a plus de 20 ans, Parvinder Maloni a vu sa mère succomber à cette maladie. On peut imaginer ce qu'il a ressenti lorsqu'il a reçu un diagnostic de la même maladie il y a cinq ans. Ses perspectives étaient plutôt sombres, mais alors que sa situation s'aggravait, il a reçu, le jour de la fête des Mères l'an passé, une greffe de poumon qui lui a sauvé la vie. Parvinder est convaincu que c'est l'intervention de sa mère qui l'a sauvé.
Pour lui rendre hommage, son frère Narinder et lui ont mis sur pied le Parkash Kaur Ahluwalia Maloni Legacy Fund. À ce jour, ils ont réussi à recueillir 70 000 $ pour la Canadian Pulmonary Fibrosis Foundation.
J'invite tous les députés à se joindre à moi pour féliciter les deux frères pour le travail extraordinaire qu'ils ont fait pour appuyer cette noble cause.
Voir le profil de Frank Baylis
Lib. (QC)
Voir le profil de Frank Baylis
2019-03-01 11:59 [p.26060]
Monsieur le Président, la démocratie est chère à chacun des élus de la Chambre et à tous nos concitoyens. Nous savons que la protection de notre démocratie passe par un public engagé, informé et moins susceptible de subir des manipulations en ligne. De plus, le gouvernement possède une expertise numérique et technique reconnue qui lui permet de réagir aux menaces et de défendre ses réseaux.
Le secrétaire parlementaire du ministre de la Défense nationale peut-il nous informer de la façon dont les processus électoraux canadiens seront...
Voir le profil de Frank Baylis
Lib. (QC)
Madame la Présidente, je continue d'entendre les mots « entrave à la justice » et « illégalité » dans la bouche de l'opposition, qui invoque le témoignage de l'ancienne procureure générale. Pourtant, son témoignage a été très clair. Je la cite mot pour mot. Elle dit que, selon elle, « ce n'est pas illégal », mais que « c'est très inapproprié ».
Chaque jour, je viens à la Chambre à 14 heures pour la période des questions. Je ne le fais pas parce que j'en ai envie, mais parce que le whip de mon parti ne me donne pas le choix. Les comportements que j'observe à cette occasion me paraissent très inappropriés, mais ne sont pas illégaux. Nous avons tous nos opinions sur ce qui est approprié et ce qui ne l'est pas.
J'ai une question simple à poser. Comment les députés d'en face peuvent-ils invoquer le témoignage de l'ancienne procureure générale, une femme intelligente qui est avocate, pour affirmer que les libéraux ont commis un acte illégal, alors qu'elle-même dit ne rien y voir d'illégal? J'aimerais savoir comment les députés d'en face peuvent lui faire dire le contraire de ce qu'elle a dit.
Voir le profil de Frank Baylis
Lib. (QC)
Monsieur le Président, le député a parlé d'entrave à l'enquête. Il l'a répété plusieurs fois. Nous nous retrouvons encore dans la même situation: on est prêt à accepter une partie du témoignage, mais pas son entièreté. Posons donc la question suivante.
Je vais citer l'ex-procureure générale. Elle a affirmé se souvenir très clairement d'avoir demandé ceci au premier ministre: « Êtes-vous en train de faire de l'ingérence politique pour influer sur la décision que je dois prendre à titre de procureure générale? » Elle a ensuite affirmé que la réponse du premier ministre avait été: « Non, non, non. » Que peut-on ajouter de plus?
Ma question est simple. Le député croit-il le témoignage de l'ancienne procureure générale, oui ou non, non, non?
Voir le profil de Frank Baylis
Lib. (QC)
Voir le profil de Frank Baylis
2019-02-19 14:01 [p.25545]
Monsieur le Président, j'ai de formidables nouvelles pour la Chambre aujourd'hui. Sara Jane Daigle, qui habite depuis longtemps à Dollard-des-Ormeaux, est une membre exceptionnelle de l'Association de l'Ouest de l'île pour les handicapés intellectuels.
En mars, Sara, une des meilleures nageuses de l'équipe canadienne, partira pour Abu Dhabi pour participer aux Jeux olympiques spéciaux mondiaux. Sara peut relever tous les défis. Elle s'entraîne chaque semaine en athlétisme, en quilles et en natation. Qui plus est, en 2005, lors de sa participation aux Jeux olympiques spéciaux, tenus au Japon, Sara a remporté une médaille d'or et deux médailles d'argent lors des compétitions de raquette, un sport formidable.
Sara représentera encore une fois avec fierté le Canada. Je suis convaincu que tous les députés l'encouragent et sont très fiers des Canadiens qui participent aux Jeux olympiques spéciaux. J'invite l'ensemble des députés à se joindre à moi pour souhaiter bonne chance à Sara.
Voir le profil de Frank Baylis
Lib. (QC)
Voir le profil de Frank Baylis
2019-01-29 14:21 [p.25007]
Monsieur le Président, il y a deux ans aujourd’hui, six hommes qui priaient dans une mosquée de Québec ont perdu la vie.
Ibrahima Barry, Mamadou Tanou Barry, Khaled Belkacemi, Aboubaker Thabti, Abdelkrim Hassane et Azzedine Soufiane ont tous été tués. Un père, un fils, un frère, un mari, un ami, un collègue de travail, ils ont tous été victimes de la haine.
Après le massacre, des veilles ont été organisées partout au Québec et au Canada. D’innombrables personnes se sont rassemblées pour former un seul peuple.
Aujourd'hui, nous sommes solidaires de nos frères et soeurs musulmans. Nous condamnons cet acte haineux, que nous considérons comme une attaque contre l'ensemble des Canadiens. Ensemble, nous nous souvenons des victimes et nous nous efforçons de voir l'humanité chez nos concitoyens. Quelle que soit notre race, la couleur de notre peau ou notre religion, nous sommes tous Canadiens.
Voir le profil de Frank Baylis
Lib. (QC)
Voir le profil de Frank Baylis
2018-12-05 14:18 [p.24479]
Monsieur le Président, je suis né à Montréal, et même si je venais d'une famille anglophone, mes parents voulaient que j'apprenne le français. Alors, ils m'ont envoyé dans une école française.
Puis, lorsque nous avons déménagé à Toronto, mes parents ont insisté pour que je continue mes études en français. J'ai fréquenté la seule école secondaire francophone publique de la région métropolitaine de Toronto, l'École secondaire Étienne-Brûlé. Celle-ci a ouvert ses portes à la suite d'un long combat livré par la communauté franco-ontarienne. Sa construction a été achevée en 1973, trois ans avant mon arrivée.
À mon époque, les étudiants venaient d'Oshawa, de Burlington, d'Orangeville et d'ailleurs. Nous étions un fier mélange d'ethnies qui était bien reflété dans la devise de notre école, Unité dans la diversité. Nous étions tous fiers d'être Franco-Ontariens.
Voir le profil de Frank Baylis
Lib. (QC)
Voir le profil de Frank Baylis
2018-11-22 14:07 [p.23771]
Monsieur le Président, je prends la parole aujourd'hui pour rendre hommage à l'association New Opportunities for Vanni Aid de Montréal. NOVA, comme on l'appelle, accomplit un travail exceptionnel pour aider les mères seules de la région de Vanni, au Sri Lanka, qui a été dévastée lors de la guerre civile. L'organisme aide les mères seules, que ce soit des veuves ou des victimes de viol, en leur offrant une éducation, puis en les intégrant au marché du travail. Je félicite NOVA de l'excellent travail qu'il accomplit.
Dans ma circonscription, Pierrefonds-Dollard, la communauté tamoule est florissante: elle y a construit le magnifique temple Murugan. Je ne suis pas du tout en train d'exagérer ou de me vanter. Ce temple est vraiment magnifique.
Je félicite les Tamouls et l'ensemble de la communauté tamoule du Canada de leurs efforts en vue de promouvoir à l'étranger les valeurs canadiennes de l'égalité des chances et de l'égalité tout court tout en contribuant à la magnifique mosaïque culturelle du Canada.
Voir le profil de Frank Baylis
Lib. (QC)
Voir le profil de Frank Baylis
2018-11-21 14:52 [p.23706]
Monsieur le Président, de nombreuses femmes canadiennes incroyables ont contribué à façonner l'histoire du Canada. C'est donc une excellente nouvelle que nous reconnaissons les contributions de Viola Desmond en la mettant sur le nouveau billet de 10 $.
Personnellement, j'étais très heureux de voir les enfants de l'Association de la communauté noire de l'Ouest de l'Île monter une pièce de théâtre qui célébrait l'histoire de Viola Desmond.
Le premier ministre peut-il informer la Chambre de la date à laquelle les Canadiens peuvent s'attendre à voir ces nouveaux billets en circulation?
Voir le profil de Frank Baylis
Lib. (QC)
Voir le profil de Frank Baylis
2018-11-06 19:02 [p.23406]
Madame la Présidente, c'est un grand plaisir pour moi de me lever aujourd'hui pour livrer mon beau discours.
Le Canada, comme pays, repose sur le concept du multiculturalisme. Quand on pense à notre pays, on pense aux Canadiens français, aux Canadiens anglais et aux Amérindiens, qui ont tous leur langue, leur religion, leur culture, leur nation. Cela démontre que le pays est le même; c'est un pays multiculturel. Cela remonte à plus de 250 ans.
Le fait francophone au Canada commence au Nord du Nouveau-Brunswick et de l'Acadie. Il passe à travers le Québec; le centre de la nation canadienne-française est situé au Québec. Il continue au Nord de l'Ontario et descend au bas du Manitoba. En effet, on trouve au Manitoba la réunion de deux nations, les Canadiens français et les Amérindiens, qui ont créé une nouvelle nation dotée d'une nouvelle culture, les Métis. On voit que le Canada est vraiment un pays multiculturel depuis des siècles.
On me demandera en quoi cela concerne le Québec. L'idée du multiculturalisme est née au Québec et elle a commencé avec le premier gouverneur du Québec, M. James Murray. Il a mis en place le traité de la paix et de l'amitié avec les peuples algonquins. Il y a environ 28 ans, la Cour suprême du Canada a déterminé que ce traité était toujours valide. James Murray a aussi fait quelque chose d'unique dans l'empire britannique de son époque. Il a fait en sorte que, dans l'Acte de Québec, le droit des Canadiens français à leur langue, à leur religion et à leur code civil soit enchâssé dans une loi. Effectivement, il a donné une place à la culture francophone au Québec dans la loi, dans l'Acte de Québec.
Avec James Murray, il y a plus de 250 ans, est apparue l'idée d'un pays multiculturel. Cette idée est née au Québec. Tout au long de l'histoire du Québec, nous avons vu cette idée du multiculturalisme. Nous l'avons vue en 1847, alors que des orphelins venant de l'Irlande ont été accueillis par les familles québécoises, canadiennes-françaises. Ces gens leur ont dit qu'ils avaient le droit de garder leur nom de famille. On les a intégrés, on leur a appris le français, mais ils ont pu garder leur propre culture. On reconnaît aujourd'hui ces noms. On reconnaît les noms O'Neil et O'Hara. Ce sont les noms de gens francophones. Il y a aussi des noms comme Johnson ou Ryan. Ceux qui s'intéressent à la politique reconnaîtront ces noms irlandais, mais québécois aussi.
Prenons par exemple le drapeau de la métropole de Montréal, qui date de 1939, il y a 80 ans. Sur ce drapeau, il y a la fleur de lys, qui représente le fait francophone des fondateurs de la ville de Montréal.
Il y a aussi la rose de l'Angleterre qui symbolise les Anglais qui ont fondé la ville de Montréal. Cela ne s'arrête pas là. On trouve aussi le chardon qui représente les gens d'origine écossaise. Enfin, sur le drapeau, il y a aussi le trèfle irlandais, parce que les Irlandais ont aussi participé à la fondation de la ville de Montréal, qui est effectivement multiculturelle.
Cela ne s'arrête pas là. Il y a à peine un an, la Ville de Montréal a changé son drapeau. Elle l'a changé parce que, quand ce drapeau a été conçu, une des grandes nations qui avait pris part à la fondation de la ville de Montréal n'y était représentée. La Ville a décidé qu'il était temps de démontrer que les Amérindiens faisaient aussi partie des fondateurs de la ville de Montréal. Le pin blanc, qui représente la paix pour ces nations, a donc été ajouté au drapeau.
Si je regarde le drapeau de Montréal, je vois un drapeau qui démontre le multiculturalisme entre les Français, les Anglais, les Écossais, les Irlandais et les Premières Nations. C'est un fait qui démontre que le multiculturalisme vit aujourd'hui même au Québec. Il a commencé il y a 250 ans et il vit encore aujourd'hui.
Peut-être que mes collègues veulent d'autres preuves que le Québec est multiculturel?
Je suggère de regarder ici même à la Chambre. Parmi les députés qui viennent du Québec, il y a sans doute des francophones avec des noms francophones. Ils représentent sans doute la majorité de la population du Québec. Il y a aussi un député francophone avec un nom irlandais qui s'asseoit en face de moi. C'est un Irlandais francophone. Il y a aussi des gens comme moi-même, des anglophones avec des noms anglophones. Cela ne s'arrête pas là. À la Chambre, il y a des députés qui viennent du Québec et qui ont des noms de nouveaux immigrants, des noms qui viennent d'Asie. Cela ne s'arrête pas là. À la Chambre, il y a un député qui vient de la nation crie, une branche des Algonquins, qui parle toujours sa langue et le français.
Nous voyons que le multiculturalisme du Québec est vivant et qu'il est représenté à la Chambre. Nous ne pouvons pas ignorer ce fait.
Le multiculturalisme du Canada commence au Québec. L'idée fondamentale est née au Québec. L'idée selon laquelle la Loi sur le multiculturalisme canadien, qui date de 1988, affecte le Québec est ridicule. C'est une nomenclature qui n'existait pas il y a 250 ans. Le concept existait et existe toujours, cela est un fait.
Le Québec commence avec James Murray qui accepte les Hurons, le fait francophone et anglophone. Cela continue avec les orphelins qui ont été accueillis et qui ont pu garder une partie de leur culture et leurs noms. Cela continue dans le drapeau de la grande métropole du Canada, Montréal, et aujourd'hui même à la Chambre. Alors, nier ce fait n'a carrément aucun bon sens. Le Québec est multiculturel.
Voir le profil de Frank Baylis
Lib. (QC)
Voir le profil de Frank Baylis
2018-10-25 17:33 [p.22893]
Madame la Présidente, je crois que vous constaterez qu'il y a consentement unanime pour que je partage mes sept minutes avec mon collègue, le député de Nepean.
Voir le profil de Frank Baylis
Lib. (QC)
Voir le profil de Frank Baylis
2018-10-25 17:33 [p.22893]
Madame la Présidente, je suis très fier de prendre la parole au sujet de la motion M-155 visant à déclarer le mois de juin Mois du patrimoine philippin.
Avant de commencer, j'aimerais saluer la députée de Scarborough-Centre, qui a accompli un travail excellent en préparant la motion. Je la félicite. Je ferai remarquer que c'est non sans difficulté qu'elle a accompli ce travail, car elle combat une maladie, mais elle a relevé haut la main le défi. Je suis très heureux de la voir parmi nous.
Les Philippins ont contribué à la trame sociale, culturelle et économique du Canada de plusieurs façons extraordinaires. Je suis tellement fier de tous mes amis et de toutes les collectivités qui font partie de la diaspora philippine ici, au Canada. Si l'on pense à tout ce qu'ils ont fait sur les plans social, culturel et économique, on constate qu'ils ont contribué à chaque aspect de la culture canadienne.
J'ai moi-même le privilège d'avoir trois associations philippines dans ma circonscription, qui comprend Dollard-des-Ormeaux, Pierrefonds, Roxboro et Île Bizard. Ce sont de merveilleuses sociétés. Je commencerai par l'Association canadienne Filipino de l'Ouest-de-l'Île, dirigée par M. Ador Bolusan. Cette association organise toutes sortes d'activités sportives, sociales et culturelles. J'ai joué au basketball avec ses membres. Ils sont bien meilleurs joueurs que moi, mais je joue tout de même avec eux.
Il y a aussi l'association des Seniors of the West Island and Suburbs, dirigée par Roger Ajero, qui vient d'être remplacé par mon amie Connie Fabro qui, j'en suis certain, fera un excellent travail. L'association organise des bingos, de la danse en ligne et des excursions pour les aînés. J'essaie de suivre, mais je ne réussis pas toujours.
Il y a enfin la Philippines Athletic Association of West Island and Suburbs. Son président, Jojo Tanoja, travaille avec les jeunes et s'assure qu'ils font tous du basketball.
Personnellement, je fréquente la communauté philippine depuis 20 ans. Lorsque j'ai commencé à jouer au tennis, les Philippins m'ont accueilli dans leur groupe et m'ont laissé jouer avec eux, même si je jouais mal. Avec le temps, je me suis amélioré et je me suis fait des amis comme Greg De Guzman, Luis Sarasola, et surtout Benny Bote, qui s'est toujours fait un point d'honneur de me battre à ce sport.
Pour terminer, j'aimerais souligner qu'ici, à côté de moi, se trouve mon bon ami et collègue de Mont-Royal. C'est dans sa circonscription que se trouve vraiment le coeur de la communauté philippine à Montréal. Y siègent le groupe de coordination FAMAS et toutes les autres associations, qu'il m'a demandé de nommer, mais elles sont si nombreuses que je serais incapable de le faire.
Il y a des associations sportives et des associations régionales et culturelles, et toutes apportent une contribution précieuse à la communauté de Montréal. Je peux d'ailleurs dire à cette communauté qu'elle n'a pas de plus grand défenseur ici, à la Chambre des communes, que mon bon ami et collègue de la circonscription de Mont-Royal.
Ensemble, nous disons Mabuhay à la communauté philippine du Canada.
Voir le profil de Frank Baylis
Lib. (QC)
Voir le profil de Frank Baylis
2018-10-18 15:35 [p.22613]
Madame la Présidente, je félicite mon ancien collègue du Comité permanent de l'industrie, des sciences et de la technologie pour son beau discours.
Le député a parlé du syndrome de l'alcoolisme foetal. J'ai lu et entendu que jusqu'à 70 à 80 % des personnes incarcérées avaient deux indicateurs communs: leur mère buvait pendant la grossesse, et elles-mêmes n'ont pas terminé leurs études secondaires.
Le député a-t-il examiné ces statistiques afin de déterminer comment la réadaptation des personnes qui présentent ces deux caractéristiques pourrait se faire?
Résultats : 1 - 15 de 124 | Page : 1 de 9

1
2
3
4
5
6
7
8
9
>
>|