Interventions à la Chambre des communes
 
 
 
Fil RSS basé sur les critères de recherche Exporter les résultats de recherche - CSV (texte brut) Exporter les résultats de recherche - XML
Ajouter un critère de recherche
Voir le profil de Michael McLeod
Lib. (NT)
Voir le profil de Michael McLeod
2018-12-03 13:41 [p.24308]
Monsieur le Président, au cours de mes déplacements dans ma circonscription dans les Territoires du Nord-Ouest, je rencontre beaucoup de gens, dont des représentants de la Chambre des mines et de la chambre de commerce. Bon nombre des organisations et des entreprises avec lesquelles je me suis entretenu m’ont dit qu’elles voulaient prendre de l’expansion. Dans les Territoires du Nord-Ouest, nous avons de nombreux défis à relever.
L’un de ces défis, c’est le manque de certitude concernant les terres. Nous avons amorcé une série de négociations, dont certaines durent depuis plus de 30 ans, et l’industrie souhaite avoir une certitude. Les dirigeants veulent que les gouvernements autochtones règlent la question du régime foncier. Cela leur donnerait une certitude. Les gouvernements autochtones souhaitent être solidaires des autres gouvernements et profiter des retombées générées par l’industrie, mais ils doivent d’abord attendre que la question foncière soit réglée.
Le deuxième problème signalé par l’industrie il y a tout juste quelques mois, c’est que nous devons investir davantage dans l’infrastructure. Si nous voulons donner une certitude à l’industrie en réglant les revendications territoriales et en obtenant l’autonomie gouvernementale, nous devons également réduire les coûts d’exploration dans les Territoires du Nord-Ouest. Cela veut dire que nous devons avoir plus d’aéroports, d’une meilleure qualité et d’une capacité supérieure. Nous devons également avoir un bon réseau routier. Actuellement, seules 12 collectivités sont desservies par des routes; si nous voulons attirer des industries, nous devons commencer par leur fournir une infrastructure de transport afin qu’elles puissent venir s’implanter à un coût raisonnable. Autrement, elles n’ont aucune raison de venir s’implanter chez nous s’il leur en coûte trois ou quatre fois plus cher d’exercer leurs activités dans les Territoires du Nord-Ouest ou ailleurs dans le Nord, par rapport à ce qu’il leur en coûte dans d’autres régions du Canada ou du monde.
Voilà les problèmes que nous devons régler.
Résultat : 1 - 1 de 1