Hansard
Pour obtenir de l’aide, contactez-nous
Pour obtenir de l’aide, contactez-nous
Ajouter un critère de recherche
Résultats : 1 - 15 de 3089
Voir le profil de Michael Barrett
PCC (ON)
Monsieur le Président, les Canadiens éprouvent des difficultés, et l'inflation libérale fait augmenter tous les coûts, du chauffage domestique au plein d'essence, en passant par l'épicerie pour la famille.
Le gouvernement s'est engagé à rendre la vie plus inabordable en augmentant les taxes sur les produits de première nécessité dont ont besoin les Canadiens. Il oblige un nombre record de personnes à se tourner vers les banques alimentaires pour nourrir leur famille. En fait, 1,5 million de Canadiens ont eu recours aux banques alimentaires en un seul mois. C'est une statistique stupéfiante, mais chacune de ces personnes peine à joindre les deux bouts. Ce sont des gens qui sont au bord du précipice parce que le gouvernement libéral a rendu la vie tellement inabordable que c'est devenu personnel.
J'ai récemment rencontré Alee à la banque alimentaire de Brockville, qui m'a dit que les besoins n'ont effectivement jamais été aussi élevés. Par conséquent, on demande aux gens qui le peuvent d'envisager de faire un don à leur banque alimentaire locale cet hiver.
Le gouvernement libéral doit supprimer la taxe sur le chauffage domestique pour que les Canadiens ne gèlent pas dans le noir. Il doit mettre fin à ses dépenses inflationnistes.
Les Canadiens méritent mieux que ce qu'ils obtiennent des libéraux. Ils ont besoin d'espoir, et c'est exactement ce que les conservateurs du Canada vont leur offrir.
Voir le profil de Stephanie Kusie
PCC (AB)
Voir le profil de Stephanie Kusie
2022-12-01 14:17 [p.10296]
Monsieur le Président, tout semble mal aller dans notre pays depuis que le gouvernement libéral a pris le pouvoir en 2015.
Les dépenses inconsidérées du gouvernement ont mené au taux d'inflation le plus élevé en 40 ans, soit 6,9 % juste ce mois-ci, et les familles canadiennes ne peuvent tout simplement pas absorber cette hausse des coûts.
Au lieu de cela, chaque mois, 1,5 million de Canadiens doivent recourir à une banque alimentaire, et un Canadien sur cinq saute des repas; neuf Canadiens sur dix resserrent maintenant le budget de leur ménage; et le solde moyen des cartes de crédit détenues par les Canadiens atteignait un niveau record de 2 121 $ à la fin de septembre. La Banque Royale du Canada estime que les ménages devront bientôt consacrer 15 % de leurs revenus au seul service de leur dette.
Le gouvernement doit prendre cette crise de l'inflation au sérieux. Il doit plafonner les dépenses publiques et les déficits inflationnistes, et faire baisser l'inflation dès maintenant.
Voir le profil de Jasraj Singh Hallan
PCC (AB)
Voir le profil de Jasraj Singh Hallan
2022-12-01 14:32 [p.10298]
Monsieur le Président, le Canada était considéré comme un pays prospère. C'est pourquoi ma famille est venue ici. Comme tant de nouveaux arrivants, nous sommes arrivés ici avec presque rien, mais nous avons réussi en travaillant fort.
Aujourd'hui, ce rêve partagé par tant de nouveaux arrivants et de citoyens s'est envolé en fumée à cause de la mauvaise gestion de l'économie par les libéraux. Les prix à l'épicerie n'ont jamais été aussi élevés en 40 ans. Le prix des maisons a doublé sous le premier ministre, et les prêts hypothécaires représentent maintenant 64 % du revenu des Canadiens. Le plan des libéraux rendra la situation encore plus douloureuse.
Les libéraux cesseront-ils leurs dépenses inflationnistes et arrêteront-ils de faire grimper le coût de l'essence, de l'épicerie et du chauffage domestique?
Voir le profil de Rachel Bendayan
Lib. (QC)
Voir le profil de Rachel Bendayan
2022-12-01 14:32 [p.10298]
Monsieur le Président, nous avons montré que nous soutenons les Canadiens, en particulier ceux qui sont vulnérables.
Je vais commencer par dire que les conservateurs ont voté contre la prestation dentaire qui est accessible aux parents canadiens à partir d'aujourd'hui. Aujourd'hui, les parents canadiens peuvent demander une prestation de 650 $ par enfant. Il y a également l'Allocation canadienne pour les travailleurs, dont des travailleurs bénéficient déjà partout au pays. Dans 10 jours, les Canadiens pourront présenter une demande pour la prestation pour le logement locatif.
Nous sommes là pour soutenir les Canadiens.
Voir le profil de Jasraj Singh Hallan
PCC (AB)
Voir le profil de Jasraj Singh Hallan
2022-12-01 14:33 [p.10298]
Monsieur le Président, la députée n'a rien compris. Elle sait que la vaste majorité des Canadiens ne toucheront pas un sou de ces mesures annoncées.
Ce qu'ils verront, ce sont les dépenses imprudentes des libéraux, qui, selon le gouverneur de la Banque du Canada, coûteront 3 500 $ à chaque Canadien. Ils continueront de voir leur facture de chauffage résidentiel monter en flèche parce que le gouvernement libéral, qui prône l'idée de « laisser les ressources dans le sol », a annulé les projets de pipelines au pays. La cupidité du gouvernement libéral est sans limite, et il prévoit faire payer les Canadiens encore plus cher.
Pourquoi les libéraux refusent-ils de mettre fin à leurs dépenses imprudentes? Pourquoi ne cessent-ils pas de s'en prendre aux Canadiens? Pourquoi n'annulent-ils pas leur taxe sur le carbone qui ne donne pas les résultats escomptés?
Voir le profil de Rachel Bendayan
Lib. (QC)
Voir le profil de Rachel Bendayan
2022-12-01 14:34 [p.10298]
Monsieur le Président, je sais que je réussis à réfuter la désinformation des députés d'en face lorsqu'ils m'insultent.
Aujourd'hui, les familles canadiennes peuvent présenter une demande pour toucher la prestation dentaire. Nous continuerons de soutenir les Canadiens vulnérables tout en veillant à ce que le Canada maintienne le déficit et la dette les plus faibles de tous les pays du G7. Nous gérons les finances de manière extrêmement responsable et la cote de crédit AAA du Canada en est la preuve.
Voir le profil de Kevin Waugh
PCC (SK)
Voir le profil de Kevin Waugh
2022-12-01 15:04 [p.10304]
Monsieur le Président, les Canadiens ont du mal à joindre les deux bouts. La générosité ponctuelle du gouvernement libéral n'est pas une solution à l'insécurité financière. Le gouvernement continue d'accorder à ses amis de juteux contrats, ce qui a pour effet de faire grimper le prix des produits d'épicerie, de l'essence et du chauffage, et ce, uniquement pour financer ses dépenses effrénées. Les Canadiens s'inquiètent à juste titre de leur avenir financier.
Le gouvernement va-t-il enfin écouter les Canadiens et mettre fin à ses dépenses inflationnistes?
Voir le profil de Ya'ara Saks
Lib. (ON)
Voir le profil de Ya'ara Saks
2022-12-01 15:04 [p.10304]
Monsieur le Président, je trouve vraiment intéressant que nos collègues d'en face ne comprennent pas ce que signifie le fait d'investir dans les Canadiens. Par exemple, le gouvernement a conclu des accords avec chaque province et territoire au pays pour que les familles canadiennes aient accès à des services de garde abordables, de qualité et inclusifs, ce qui est bon pour les familles, mais également pour l'économie. En moyenne, les familles canadiennes bénéficient d'une réduction de 50 % des frais de services de garde et recevront une somme de 4 000 $ en plus de bénéficier de toutes les autres prestations, qu'il s'agisse de l'Allocation canadienne pour enfants, de la prestation dentaire ou de la prestation pour logement locatif, auxquelles les conservateurs se sont opposés.
Il ne s'agit pas simplement de dépenser; il s'agit d'investir dans les familles. Pourquoi les...
Voir le profil de Arnold Viersen
PCC (AB)
Voir le profil de Arnold Viersen
2022-12-01 15:05 [p.10304]
Monsieur le Président, les dépenses perverses des libéraux rendent la vie des Canadiens de plus en plus chère. Le directeur parlementaire du budget a récemment tiré la sonnette d'alarme au sujet de l'augmentation des coûts, en déclarant que les plans de dépenses massives n'ont aucune transparence. Nous savons que le gouvernement libéral a tenté par le passé d'acheminer des fonds à ses amis de l'organisme UNIS alors que la propre famille du premier ministre recevait près d'un demi-million de dollars.
À quelle date les libéraux cesseront-ils leurs dépenses inflationnistes et perverses?
Voir le profil de Rachel Bendayan
Lib. (QC)
Voir le profil de Rachel Bendayan
2022-12-01 15:06 [p.10304]
Monsieur le Président, nous savons que le Canada a le plus faible déficit et la plus faible dette des pays du G7. Les experts ont déclaré que nous avons été extrêmement responsables sur le plan financier, ce qui se reflète dans les chiffres.
Cependant, nous sommes également là pour soutenir les Canadiens, et aujourd'hui, les parents canadiens pourront demander la nouvelle prestation dentaire, qui aidera 500 000 enfants canadiens de moins de 12 ans au pays. C'est là de l'argent bien réel qui retourne dans les poches des Canadiens.
Voir le profil de Jacques Gourde
PCC (QC)
Voir le profil de Jacques Gourde
2022-12-01 15:06 [p.10305]
Monsieur le Président, voici les conséquences de l'inflation libérale: tout coûte cher, trop cher. L'épicerie, l'essence, le loyer, les taux d'intérêt, le chauffage, les vêtements, bref tout ce qui est nécessaire au quotidien nous coûte les yeux de la tête.
L'inflation libérale donne également des maux de tête aux Canadiens avant les Fêtes, qui plus est avec les nouvelles taxes et les nouveaux impôts prévus en 2023.
Y a-t-il une solution à l'inflation?
Des voix: Oui.
M. Jacques Gourde: Monsieur le Président, c'est de remplacer le gouvernement libéral.
Voir le profil de Rachel Bendayan
Lib. (QC)
Voir le profil de Rachel Bendayan
2022-12-01 15:07 [p.10305]
Monsieur le Président, nous avons mis en avant un plan solide qui va aider les Canadiens vulnérables tout en étant fiscalement responsable.
Les conservateurs n'ont aucun plan à proposer aux Canadiens…
Des voix: Oh, oh!
Voir le profil de Rachel Bendayan
Lib. (QC)
Voir le profil de Rachel Bendayan
2022-12-01 15:08 [p.10305]
Monsieur le Président, nous avons mis en avant un plan solide qui répond aux besoins des Canadiens vulnérables tout en étant fiscalement responsable.
Les conservateurs, eux, n'ont aucun plan économique à proposer aux Canadiens. Pardon, je me reprends: leur plan consiste à s'attaquer au prix sur la pollution, aux pensions de nos aînés, à l'assurance-emploi, et à proposer aux Canadiens d'investir dans la cryptomonnaie, alors qu'on sait qu'ils vont perdre leurs économies.
Ce n'est pas sérieux.
Voir le profil de Martin Shields
PCC (AB)
Voir le profil de Martin Shields
2022-12-01 18:36 [p.10335]
Madame la Présidente, je suis heureux d'avoir l'occasion de prendre la parole à la Chambre ce soir et de partager mon temps de parole et la discussion sur ce sujet avec mon collègue de Glengarry—Prescott—Russell, qui, je le sais, travaille fort sur son dossier et est engagé envers l'agriculture, comme beaucoup de gens à la Chambre. J'apprécie qu'il soit présent ce soir pour participer à cette discussion.
J'ai parlé à plusieurs reprises à la Chambre de la taxe sur le carbone et du défi qu'elle présente pour une partie particulière du secteur agricole, ce qui concerne beaucoup la production agricole au Canada, et en particulier dans la circonscription de Bow River. Ma question porte sur l'exemption, la remise et l'inflation.
Les agriculteurs canadiens, comme mon collègue le sait, sont parmi les plus efficaces, sinon les plus efficaces, au monde. Les émissions des producteurs agricoles canadiens sont 70 % plus faibles que la moyenne mondiale. Parfois, le public ne comprend pas ou ne se rend pas compte à quel point le secteur agricole est efficace. En outre, le Canada est le cinquième plus grand exportateur de produits agroalimentaires au monde. Les producteurs agricoles ont souvent l'impression d'être dénigrés. Ils devraient être applaudis, mais ils se sentent dénigrés dans notre pays.
Dans la circonscription de Bow River, où se trouve la majorité des terres irriguées en Alberta et où 4 % des terres produisent près de 20 % du PIB du secteur agricole de la province, le ministre de l'Agriculture porte le titre de ministre de l'Agriculture et de l'Irrigation. C'est dire à quel point l'irrigation est importante en Alberta et dans la circonscription de Bow River, où se trouve la majorité des terres irriguées.
J'en reviens au sujet des exemptions. Les systèmes d'irrigation fonctionnent à l'électricité. Les producteurs agricoles utilisent de l'électricité. C'est ce qui alimente les systèmes d'irrigation. L'électricité ne fait pas l'objet d'exemptions accordées par le gouvernement actuel. Le gouvernement parle souvent des exemptions pour les combustibles comme le gaz naturel, mais l'électricité, elle, n'est pas exemptée et elle est très chère.
Le gouvernement parle aussi des remboursements. Le remboursement est d'environ 1 %, ou d'un cent du dollar, et, de nos jours, les cents n'ont même plus cours légal. Ce n'est pas beaucoup. J'ai vu des factures de 7 000 $ par mois que des producteurs agricoles et des producteurs irriguants de ma circonscription doivent payer pour la taxe sur le carbone. J'ai vu des factures d'électricité de 40 000 $ liées à l'irrigation et gonflées par la taxe sur le carbone. Ces factures sont exorbitantes, et, même si le gouvernement dit que le remboursement est de 80 %, ou de 8 $ sur 10 $, il n'est que de 1 % pour les producteurs agricoles. Voilà pourquoi ils se sentent dénigrés.
L'inflation a entraîné une augmentation de 110 %. Le coût du carburant agricole a doublé. Les moissonneuses-batteuses peuvent coûter 1 million de dollars. Si on ajoute la taxe sur le carbone imposée aux producteurs agricoles, ces derniers ont l'impression qu'ils sont dénigrés dans leur propre industrie et que le gouvernement les laisse pour compte. Les producteurs agricoles formeront une industrie qui ne pourra pas assurer la sécurité alimentaire au Canada. Ils sont des preneurs de prix. Ils n'ont aucune autre façon d'assumer ces coûts. Par conséquent, ce type de fiscalité est cruel.
L'électricité n'est pas exemptée.
Voir le profil de Francis Drouin
Lib. (ON)
Madame la Présidente, j'aimerais rappeler au député de Bow River que notre gouvernement réalise d'importants investissements dans l'agriculture canadienne. Notre budget total pour 2021‑2022 était d'environ 4 milliards de dollars, soit le montant le plus élevé de ces dernières années.
Ces investissements historiques permettent de financer l'innovation, la gestion des risques de l'entreprise, le développement des marchés et l'indemnisation de nos producteurs et transformateurs soumis à la gestion de l'offre. En juillet dernier, les ministres provinciaux et territoriaux et la ministre fédérale ont convenu d'injecter un demi-milliard de dollars pour financer le nouveau Partenariat canadien pour une agriculture durable. De ce montant, 250 millions de dollars ont été accordés au Programme des paysages agricoles résilients pour appuyer les services et les biens écologiques fournis par le secteur agricole.
La nouvelle entente comprend des objectifs plus ambitieux, notamment une réduction de trois à cinq mégatonnes des émissions de gaz à effet de serre; une augmentation de la compétitivité, des revenus et des exportations du secteur; et une participation accrue des Autochtones, des femmes et des jeunes.
Pour revenir aux propos du député de Bow River au sujet de la tarification de la pollution par le carbone, nous reconnaissons que les agriculteurs jouent un rôle spécial au Canada. Je rappelle en effet au député que le secteur agricole est déjà, en grande partie, exempté de la tarification de la pollution.
On ne tient pas compte des émissions provenant de l'élevage et des cultures dans les systèmes de tarification du carbone. Nous avons aussi mis en place des exemptions pour l'essence et le diésel que les agriculteurs utilisent pour leurs activités agricoles. À cela s'ajoute une remise partielle pour les serres commerciales.
Depuis l'exercice financier 2021‑2022, nous retournons directement aux agriculteurs dans les administrations assujetties au filet de sécurité fédéral une partie des produits provenant de la tarification de la pollution, au moyen d'un crédit d'impôt remboursable. Les agriculteurs de l'Alberta, de la Saskatchewan, du Manitoba et de l'Ontario seront admissibles à environ 100 millions de dollars la première année, et on s'attend à ce que cette somme augmente chaque année.
En parallèle, nous épaulons les agriculteurs qui subissent les effets des changements climatiques. En collaboration avec les provinces, nous avons versé plus de 1 milliard de dollars pour aider des agriculteurs à se remettre sur pied après les sécheresses, les feux de forêt et les inondations qui ont sévi dans l'Ouest canadien et dans le Nord-Ouest de l'Ontario l'an dernier. Nous sommes là pour les agriculteurs du Canada atlantique dont les bâtiments et les cultures ont été endommagés par l'ouragan Fiona.
Je sais que le député se lancera dans des discussions lorsque j'aurai terminé mon discours. Je compatis avec les agriculteurs qui, l'an dernier dans l'Ouest canadien, ont perdu 30 % de leurs récoltes. Cela signifie que 30 % des récoltes n'ont pas pu atteindre les marchés en raison des effets du changement climatique. Le fait de ne pas agir a également un coût pour les agriculteurs.
Nous pouvons diverger sur les moyens d'y parvenir, mais je pense que la tarification de la pollution est le moyen le plus rentable de parvenir à décarboner les processus du secteur agricole. Sinon, nous serions coincés et devrions nous plier à une réglementation qui coûterait encore plus cher aux agriculteurs.
J'invite le député à présenter son point de vue.
Résultats : 1 - 15 de 3089 | Page : 1 de 206

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
>
>|
Exporter en: XML CSV RSS

Pour plus d'options de données, veuillez voir Données ouvertes