Interventions à la Chambre des communes
 
 
 
Fil RSS basé sur les critères de recherche Exporter les résultats de recherche - CSV (texte brut) Exporter les résultats de recherche - XML
Ajouter un critère de recherche
Voir le profil de Scott Simms
Lib. (NL)
Monsieur le Président, cette semaine, notre parti a présenté, par la voix de son chef, un programme exhaustif en vue d'apporter de vrais changements à Ottawa. C'est un programme qui suscitera l'adhésion des Canadiens.
En tant que porte-parole de mon parti en matière de réforme démocratique, je suis fier de dire que, si nous formons le gouvernement après les prochaines élections fédérales, ces élections seront les dernières à se tenir selon le système uninominal majoritaire à un tour. Nous en prenons l'engagement.
Nous prévoyons créer un comité parlementaire spécial regroupant tous les partis politiques qui aura comme mandat de susciter un large débat sur la réforme démocratique parmi tous les Canadiens. Le débat aura lieu dans toutes les provinces, et non uniquement dans celles où la question de la question de la réforme démocratique a déjà fait l'objet de discussions.
Ce n'est qu'un élément parmi d'autres de notre programme, mais c'est un élément important pour moderniser la gouvernance au Canada et veiller à ce que les Canadiens puissent compter sur un système politique ouvert et transparent.
Si ma déclaration interrompt le chahut du Parti conservateur, je m'en excuse.
Enfin, je voudrais dire également que les Canadiens méritent exactement cela: un gouvernement ouvert et équitable.
Voir le profil de Scott Simms
Lib. (NL)
Monsieur le Président, maintenant que l'été est arrivé, les résidants de Terre-Neuve-et-Labrador trouvent qu'ils ne sont pas traités équitablement en ce qui concerne la pêche à la morue récréative et la pêche de subsistance.
Par exemple, dans notre province, la saison est beaucoup plus courte que dans les autres provinces, et cela pose des difficultés considérables et des risques pour nos concitoyens. Par ailleurs, ceux qui offrent des excursions en bateau, comme Graham Wood et David Boyd, ne peuvent pas laisser leurs clients garder leurs prises, alors que c'est autorisé dans les autres provinces.
La question est très simple: quand la ministre cessera-t-elle d'imposer sa volonté, et quand mettra-t-on fin à cette discrimination?
Voir le profil de Scott Simms
Lib. (NL)
Monsieur le Président, avec votre permission, je demande que nous revenions à la présentation de projets de loi d'initiative parlementaire. J'aimerais présenter deux projets de loi.
Voir le profil de Scott Simms
Lib. (NL)
demande à présenter le projet de loi C-702, Loi modifiant la Loi électorale du Canada et la Loi sur le Parlement du Canada (durée des élections partielles et siège vacant).
—Monsieur le Président, je m'excuse de m'éloigner un instant du sujet, mais je tiens à faire savoir au député d'Essex qu'après 10 ans, je suis toujours là.
Le projet de loi C-702 modifierait l'article 57 de la Loi électorale du Canada afin de préciser qu'une fois le bref d'élection pour une élection partielle officiellement émis, la campagne elle-même ne peut pas durer plus de 44 jours. Il modifierait en outre l'article 31 de la Loi sur le Parlement du Canada afin de préciser que les brefs d'élection doivent être émis dans les 30 jours.
Je tiens à remercier mon adjoint, David Graham, d'avoir travaillé sans relâche sur ce projet de loi.
Voir le profil de Scott Simms
Lib. (NL)
demande à présenter le projet de loi C-703, Loi visant à ériger un monument commémoratif en l’honneur du personnel de recherche et de sauvetage au Canada.
— Monsieur le Président, ce projet de loi prévoit qu'un monument commémoratif sera érigé afin de souligner les réalisations de ceux qui prennent part aux opérations de recherche et de sauvetage partout au Canada. Ce monument sera aussi un hommage à tous ceux qui sont morts au service des Canadiens et qui font tout pour assurer leur sécurité. Cette mesure ne vise pas seulement les employés de la Défense nationale, comme les membres du 103e Escadron de recherche et de sauvetage, qui est basé à Gander, dans ma circonscription, mais aussi les bénévoles et les policiers qui offrent ce service essentiel à l'ensemble de la population. Nous leur souhaitons que toutes leurs opérations soient couronnées de succès. Le monument dont la construction est prévue dans le projet de loi constituera un hommage à ceux qui ont perdu la vie au service de leur prochain.
Voir le profil de Jack Harris
NPD (NL)
Voir le profil de Jack Harris
2015-06-18 14:30 [p.15292]
Monsieur le Président, Veronica Park est décédée en avril alors qu'elle purgeait une peine de trois ans à l'Établissement Nova pour femmes. Cela faisait quelques jours qu'elle disait souffrir de problèmes respiratoires. Au lieu d'aider la famille à comprendre les causes du décès, les agents du Service correctionnel ont délibérément ignoré les questions afin d'éviter toute couverture médiatique. Ils ont même dit à la famille qu'elle devrait présenter une demande d'accès à l'information pour connaître la cause du décès.
Cette attitude est insensible et déplorable, et il s'agit d'un manque de respect flagrant envers la famille de cette femme. Le ministre va-t-il s'excuser auprès des membres de cette famille?
Voir le profil de Judy Foote
Lib. (NL)
Monsieur le Président, je n'arrive pas à croire que, à notre époque, le chef d'état-major de la Défense invoque la programmation biologique pour excuser le harcèlement sexuel dans les Forces armées canadiennes. Le plus scandaleux, c'est que le premier ministre refuse de le congédier. Cyniquement, le premier ministre clame son indignation tout en refusant de sévir.
J'ai une question fort simple. Le premier ministre finira-t-il par agir dans l'intérêt de tous les soldats des Forces armées canadiennes en congédiant sur-le-champ le chef d'état-major de la Défense?
Voir le profil de Judy Foote
Lib. (NL)
Monsieur le Président, je prends la parole pour rendre hommage à trois hommes de ma circonscription, Random—Burin—St. George's, dont la bravoure et la rapidité d'intervention ont évité une tragédie le 1er juin.
Alors qu'ils circulaient sur la Transcanadienne à l'Ouest de Channel-Port aux Basques, Clifford Lillington, de Margaree, et Ernie Meade, de Fox Roost, sont arrivés sur les lieux d'un accident où une camionnette avait plongé dans l'eau après avoir quitté la route.
Il y avait deux hommes dans la camionnette, Clyde Chant et John Caines. Or, John ne savait pas nager. Clifford est allé chercher une corde pendant qu'Ernie a tenté de nager jusqu'aux victimes avant de devoir rebrousser chemin parce que l'eau était glacée. Une fois le véhicule complètement englouti, John s'est retrouvé dans une situation critique. Ernie a encore bravé les eaux et a réussi à le ramener proche du bord de l'eau, où Clifford, à qui Roland Sheaves de Port aux Basques s'était joint quand il a constaté la tentative de sauvetage, a aidé à évacuer la majeure partie de l'eau des poumons de John.
Détournant tout commentaire sur son héroïsme, Ernie a dit: « Nous sommes heureux que les hommes aillent bien et c'est tout ce qui compte. »
Je demande à tous les députés de se joindre à moi pour saluer la bravoure dont ont fait preuve Clifford Lillington, Ernie Meade et Roland Sheaves.
Voir le profil de Yvonne Jones
Lib. (NL)
Voir le profil de Yvonne Jones
2015-06-17 16:41 [p.15223]
Monsieur le Président, je prends la parole pour présenter, au nom de mes électeurs, une pétition réclamant la création d'une commission d'enquête sur la violence faite aux femmes et aux filles du Canada. Les pétitionnaires demandent au gouvernement de se pencher sur la situation et ils veulent que justice soit faite pour les nombreuses femmes et filles qui ont été portées disparues ou assassinées. Ils exhortent le gouvernement du Canada à lancer une commission d'enquête nationale parce qu'ils croient que cela permettra de s'attaquer aux causes profondes du problème. J'appuie les demandes des pétitionnaires.
Voir le profil de Yvonne Jones
Lib. (NL)
Voir le profil de Yvonne Jones
2015-06-17 16:49 [p.15225]
Monsieur le Président, je présente deux pétitions sur le même sujet. Les pétitionnaires demandent au gouvernement fédéral de réduire le temps de traitement des demandes en ce qui concerne de nombreux programmes offerts par Service Canada. Ils affirment que le traitement des demandes de Supplément de revenu garanti et d'autres programmes accumule du retard. Le temps d'attente est parfois de six mois. Ils demandent que des changements soient apportés.
Voir le profil de Scott Simms
Lib. (NL)
Monsieur le Président, un nouveau rapport intitulé « La démocratie démantelée: étouffer le débat et la dissidence au Canada » fait état des agissements honteux auxquels se livrent les conservateurs depuis 10 ans. C'est une preuve de plus illustrant que rien ne va plus à Ottawa.
Aujourd'hui, notre chef a présenté un plan réfléchi qui vise avant tout à accroître la transparence gouvernementale, à donner aux Canadiens une voix à Ottawa, à rendre le système électoral plus juste et ouvert, à élaborer des politiques fondées sur la preuve et à améliorer les services aux Canadiens.
Comment se fait-il que le gouvernement conservateur, qui a accédé au pouvoir en promettant d'accroître la transparence, est devenu le gouvernement le moins transparent de l'histoire du Canada?
Voir le profil de Yvonne Jones
Lib. (NL)
Voir le profil de Yvonne Jones
2015-06-16 17:58 [p.15179]
Monsieur le Président, je suis heureuse de prendre la parole au sujet de la motion présentée par ma collègue, la députée de St. Paul's, qui est également la porte-parole du caucus libéral en matière d'affaires autochtones. La motion a été appuyée par ma collègue, la députée d'Etobicoke-Nord, qui se trouve à être la porte-parole du caucus libéral en matière de condition féminine.
Mes collègues ont demandé à la Chambre aujourd'hui que soit instituée une enquête sur les femmes et les jeunes filles autochtones disparues et assassinées, simplement parce que c'est ce que veulent les Canadiens. Au fil des années, depuis que nous siégeons ici et que le rapport de Soeurs par l'esprit a été publié, en 2009, des gens de tous les coins du pays réclament une telle enquête.
Aujourd'hui, alors qu'il y a encore de nombreuses victimes et bien des familles éprouvées, alors que des gens pleurent encore leurs chères disparues, alors que les dirigeants autochtones, les défenseurs de la cause, la communauté internationale et tous les gouvernements provinciaux et territoriaux de même que les membres de notre caucus à la Chambre réclament cette enquête, le gouvernement s'entête à refuser de donner suite à ces demandes et à ces recommandations.
C’est un grave problème, qui concerne un grand nombre de femmes et de jeunes filles autochtones de notre pays. En fait, si ça se passait dans un autre pays, les Canadiens n’hésiteraient pas à dire que c’est absolument incroyable et qu’il faut faire quelque chose.
La même chose vaut pour le Canada. C’est difficile d’imaginer que tant de femmes et de filles autochtones ont été maltraitées, assassinées ou violentées sans qu’une enquête ait été lancée pour examiner les causes profondes de ce problème.
Il y a à peine quelques jours, la Commission de vérité et réconciliation a publié 94 recommandations sur le processus inachevé de guérison et de réconciliation pour les peuples autochtones. Le rapport invitait également le gouvernement à réagir en créant, en consultation avec les organisations autochtones, une commission d’enquête sur les causes et les remèdes de la victimisation des femmes et des filles autochtones.
C’est ce que la recommandation 41 du rapport de la Commission de vérité et réconciliation demande précisément au gouvernement du Canada de faire, en l’occurrence une enquête sur les femmes et les filles autochtones assassinées ou disparues, et sur les liens avec les effets intergénérationnels des pensionnats autochtones.
La Commission de vérité et réconciliation n’a pas rédigé ses recommandations à la légère. Elle l’a fait après mûre réflexion et après de nombreuses consultations. Ce sont là les mesures qui, à son avis, devraient être prises pour les peuples autochtones du Canada.
Un nombre incroyable de gens ont participé aux consultations. Des victimes aussi bien que des familles. Dans ma circonscription, c’est une jeune femme du nom de Loretta Saunders qui a disparu, et sa sœur, Delilah Saunders, une vaillante jeune femme, a réclamé au nom de sa sœur une enquête sur les femmes autochtones disparues ou assassinées. Elle était aux côtés de sa mère pour réclamer une enquête sur les femmes autochtones disparues ou assassinées. Elle était aux côtés de bien d’autres au Canada qui réclamaient la même chose. Malheureusement, leurs voix n’ont toujours pas été entendues par le gouvernement conservateur.
Et que dire de la famille de Bernice Rich, une jeune femme inuite de Natuashish qui a été assassinée dans la communauté voisine de Sheshatshiu? Elle a apparemment été tuée sans motif. Pourquoi? Parce que c’était une femme autochtone? Sa vie n’est-elle pas aussi précieuse que les autres?
Quelle tristesse de voir un meurtrier incapable de donner une raison à son acte! Il n’y avait absolument aucune raison pour que cette jeune femme soit victimisée, terrorisée et assassinée.
Je mets au défi le gouvernement de regarder le documentaire sur la route des pleurs, que ma collègue de St-Paul’s a invité tous les députés à regarder. J'ai assisté à la projection, et j’ai vu combien de femmes étaient portées disparues et combien de femmes avaient été assassinées sur cette route des pleurs. J’étais assise ce soir-là dans la salle, avec des familles qui pleuraient les disparues. Ce qu’elles attendaient du gouvernement du Canada, ce sont des mesures qui leur permettraient de faire leur deuil, d’entreprendre leur propre guérison. C’est déchirant de les regarder en face. C’est déchirant d’écouter l’histoire de toutes ces femmes qui ont été assassinées alors que rien n’a été fait pour en déterminer les causes profondes.
Nous savons qu’il est possible de changer tout ça. Nous vivons dans une société que l’espoir fait vivre et où le changement est possible, à condition que nous nous donnions tous la main pour y parvenir. Le gouvernement, lui, n’est pas prêt à tendre la main, même si en mai 2014, la GRC a publié un rapport indiquant que près de 1 200 femmes et filles autochtones avaient disparu ou avaient été assassinées depuis 1980 au Canada. Le rapport signalait également que, même si les femmes autochtones ne représentent que 4 % des femmes au Canada, elles représentaient 8 % des femmes assassinées en 1984, et pas moins de 23 % en 2012.
Depuis 2012, le quart des femmes assassinées au Canada sont autochtones. L’été dernier, peu après l’assassinat de Tina Fontaine à Winnipeg, dont nous avons tous entendu beaucoup parler et à propos duquel mon collègue, le député de Winnipeg-Nord, a posé des questions depuis quelques jours, le premier ministre a fait preuve d’une grande indifférence lorsqu’il a dit « qu’il ne fallait pas considérer [ces meurtres] comme un phénomène sociologique », avant d’écarter du revers de la main les causes profondes de ce problème. Comment peut-il afficher une telle attitude alors qu’il dirige un pays où 1 200 femmes et filles autochtones sont portées disparues? Comment peut-il affirmer ce genre de choses lorsque le pourcentage des femmes autochtones victimes d’homicides passe de 8 % à 23 % en l’espace de quelques années? Comment peut-il oser dire cela aux familles de Tina Fontaine, de Loretta Saunders, de Bernice Rich et de bien d’autres?
Mais ce n’est pas tout. Une fois que les familles des femmes et des filles disparues ou assassinées se sont finalement rendu compte que le gouvernement ne les écoutait pas et n’était pas prêt à les aider, le premier ministre a fait une révélation importante dans son entrevue de fin d’année avec Peter Mansbridge lorsqu’il a dit que cette question ne comptait pas parmi ses priorités. Il a choqué non seulement les familles qui essayaient de faire leur deuil, mais la nation tout entière qui voudrait qu’on lance une commission d'enquête sur les femmes et les filles autochtones disparues ou assassinées, une nation qui estime qu’il faudrait examiner les causes profondes de ce phénomène pour y mettre un terme, une nation dans l’attente d’un plan d’action concret.
Nous invitons vivement tous les députés à appuyer la motion présentée par la députée de St. Paul's et par le caucus libéral. Nous les invitons à appuyer la mise sur pied d’une commission enquête sur les femmes et les filles autochtones disparues ou assassinées. À l’instar des provinces, des territoires, des organismes de la société civile, de la Commission de vérité et réconciliation et de nombreuses familles, nous soumettons encore une fois cette requête à la Chambre des communes.
Voir le profil de Scott Simms
Lib. (NL)
Monsieur le Président, le député a soutenu que, depuis les banquettes arrière, il a pu discuter avec ses collègues ministériels en vue de faciliter l'accès des aidants aux prestations d'assurance-emploi. Je me demande si, dans ses échanges avec les ministériels, il a réclamé que cette mesure s'applique non seulement aux aidants, mais aussi aux malades eux-mêmes, qui touchent seulement 15 semaines de prestations d'assurance-emploi maximum. Selon moi, cette durée maximale devrait être prolongée. C'est pourquoi il faut appuyer mon projet de loi d'initiative parlementaire. J'aimerais savoir si le député a aussi abordé cette question.
Voir le profil de Scott Andrews
Ind. (NL)
Voir le profil de Scott Andrews
2015-06-15 15:07 [p.15070]
Monsieur le Président, depuis plusieurs années, le gouvernement actuel a promis aux habitants de Terre-Neuve-et-Labrador qu'ils bénéficieraient des mêmes droits que le reste de la population du Canada atlantique en ce qui a trait à la pêche de subsistance. Pourtant, il y a un ensemble de règles pour les Maritimes et un ensemble différent pour Terre-Neuve-et-Labrador. La ministre a promis d'examiner toutes les options en juillet dernier, mais aucun changement n'a encore été apporté. Quand le gouvernement arrêtera-t-il de traiter les habitants de ma circonscription et de ma province comme des citoyens de deuxième classe et leur accordera-t-il le même droit de pêcher pour se nourrir que les pêcheurs dans la province de la ministre?
Voir le profil de Yvonne Jones
Lib. (NL)
Voir le profil de Yvonne Jones
2015-06-15 17:17 [p.15092]
Monsieur le Président, je sais que la députée d'en face est convaincue de ce qu'elle dit quand elle parle du budget. Je lui ferai cependant remarquer que ses convictions ne trouvent pas écho dans tous les coins du pays et que, même si certaines régions n'arrêtent pas de perdre des emplois, le gouvernement ne fait à peu près rien pour les aider.
La circonscription que je représente, Labrador, est justement du lot. Dans le secteur de Labrador Ouest, en à peine un an, plusieurs ont cessé leurs activités, dont la mine Scully, à Cliffs, et une des mines de minerai fer de Wabush; plus de 150 travailleurs de la mine Rio Tinto IOC ont perdu leur emploi; Labrador Iron Mines a fermé ses portes; et les travaux de développement ont été mis sur la glace aux mines Alderon et New Millenium.
En tout et pour tout, ce sont presque 1 000 personnes, dans une petite région qui en compte 8 000, qui sont aujourd'hui sans emploi. J'aimerais que le gouvernement nous dise ce qu'il entend faire pour ces travailleurs, qui se démènent actuellement pour garder leur maison et leurs actifs, pour subvenir aux besoins de leur famille et pour trouver d'autre travail. C'est période difficile pour eux.
Résultats : 1 - 15 de 2699 | Page : 1 de 180

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
>
>|