Interventions à la Chambre des communes
 
 
 
Fil RSS basé sur les critères de recherche Exporter les résultats de recherche - CSV (texte brut) Exporter les résultats de recherche - XML
Ajouter un critère de recherche
Voir le profil de Ken McDonald
Lib. (NL)
Voir le profil de Ken McDonald
2019-06-13 11:03 [p.29039]
Monsieur le Président, en 2012, l'une des prétendues modifications portait sur ce qu'on appelle l'autoévaluation, selon laquelle les promoteurs et les entrepreneurs pouvaient signaler eux-mêmes tout tort causé au poisson ou à son habitat.
Le ministre peut-il expliquer pourquoi il est important de ne pas laisser aux gens pouvant causer des torts la responsabilité de les signaler eux-mêmes? Les amendements proposés au projet de loi qui nous occupe régleraient le problème. L'autoévaluation, c'est comme laisser le loup dans la bergerie.
Voir le profil de Ken McDonald
Lib. (NL)
Voir le profil de Ken McDonald
2019-04-30 11:05 [p.27157]
Monsieur le Président, les députés se lèvent les uns après les autres pour dire qu'il ne faut pas limiter la durée du débat sur ce projet de loi et imposer la clôture, mais l'opposition officielle a elle-même présenté plus tôt une motion pour ajourner le débat sur la loi d'exécution du budget.
Le ministre pourrait-il nous dire ce qu'il en pense et nous expliquer à quel point il est important de passer aux actes, de renvoyer le projet de loi au comité, d'obtenir des recommandations et enfin d'adopter le projet de loi pour les Canadiens?
Voir le profil de Yvonne Jones
Lib. (NL)
Voir le profil de Yvonne Jones
2019-04-11 11:57 [p.26985]
Monsieur le Président, j’aimerais remercier la ministre de tout ce qu'elle a fait dans ce dossier. C’est une mesure législative phare au Canada. Voilà bien des années que les gouvernements et les communautés autochtones la réclament.
Je comprends pourquoi l’opposition voudrait la retarder encore plus. C'est parce que, pendant 10 ans, les conservateurs n’ont rien fait dans ce dossier ni dans celui des enfants autochtones au pays. Pour notre part, nous passons à l'action à la suite de consultations très réfléchies, très respectueuses et très sensibles aux groupes et aux dirigeants autochtones. C’est ainsi que ce projet de loi continuera de resserrer notre relation, car nous tenons à bien faire les choses.
Je tiens à féliciter la ministre et à l'appuyer dans tout ce qu’elle demande aujourd’hui. Je conviens que c'est au comité qu'une bonne partie de ce travail doit se faire. Je demanderais à la ministre de parler de cela.
Voir le profil de Ken McDonald
Lib. (NL)
Voir le profil de Ken McDonald
2019-03-21 11:48 [p.26350]
Monsieur le Président, je confirme au député d'en face qu'il n'y a pas eu dégustation de bonbons Reese. Quoi qu'il ait vu, il s'est trompé. Il devrait s'excuser.
Voir le profil de Nick Whalen
Lib. (NL)
Voir le profil de Nick Whalen
2019-03-21 16:06 [p.26387]
Monsieur le Président, à l'instar du député de Don Valley-Ouest, j'étais à mon siège. Je n'ai même pas été capable d'entendre le numéro du vote ni même les premiers mots que vous avez prononcés. Si je n'ai pas été capable d'entendre cela, je vous demanderais respectueusement de recommencer, comme les Présidents précédents l'ont fait au cours de cette série de votes. Il y a déjà un précédent à cet effet aujourd'hui.
L'objectif est que tous les députés présents puissent entendre sur quoi la Chambre va se prononcer, comme l'a conclu le Président plus tôt aujourd'hui.
Voir le profil de Nick Whalen
Lib. (NL)
Voir le profil de Nick Whalen
2019-03-21 16:46 [p.26391]
Monsieur le Président, j'étais ici les deux fois, mais je dois admettre que, comme je l'ai dit dans mon intervention précédente au sujet du recours au Règlement, je n'ai pas entendu le numéro du vote et je ne vous ai pas entendu terminer la question. Je n'ai pas considéré qu'elle avait été lue ou que vous aviez commencé à la lire, puisque je n'ai pas pu vous entendre. C'est le recours au Règlement que j'ai soulevé pendant l'escarmouche, pour reprendre le terme utilisé par mon collègue.
Voir le profil de Ken McDonald
Lib. (NL)
Voir le profil de Ken McDonald
2018-10-23 10:25 [p.22708]
Monsieur le Président, le ministre peut-il indiquer quels sont, selon lui, les principaux avantages de renvoyer ce projet de loi au comité, où des intervenants du système correctionnel peuvent témoigner et raconter leurs histoires et où on laisse les membres du comité apporter les amendements qu'ils jugent nécessaires en fonction des renseignements donnés par les témoins?
Voir le profil de Nick Whalen
Lib. (NL)
Voir le profil de Nick Whalen
2018-10-23 10:38 [p.22710]
Monsieur le Président, il y a deux choses dans cette mesure législative que je trouve particulièrement intéressantes. J'ai quelques questions et j'aimerais que le comité nous en dise davantage à leur sujet. La première concerne les détecteurs à balayage corporel. La seconde concerne les unités d'intervention sécurisée.
Le ministre peut-il expliquer comment on compte financer les coûts supplémentaires? Bien évidemment, sans les fonds nécessaires, comme nous l'avons appris sous les gouvernements précédents, le changement ne donnera rien.
Qu'a fait le gouvernement pour s'assurer que ce projet de loi prévoit suffisamment d'argent pour les détecteurs à balayage corporel et les unités d'intervention sécurisée?
Voir le profil de Scott Simms
Lib. (NL)
Monsieur le Président, je suis heureux de pouvoir parler de cette question précise aujourd'hui. Je sais que nous avons une longue soirée devant nous, mais je prie les députés de faire preuve de patience pendant quelques instants afin que je leur fasse part de mes observations, de mon expérience et du travail que j'ai fait dans ma circonscription.
Je vais partager mon temps de parole avec le compétent député de Glengarry—Prescott—Russell, une circonscription magnifique située juste à l'est d'où nous sommes actuellement.
Je suis fier de prendre la parole aujourd'hui afin de parler du plan du gouvernement pour faire passer les intérêts de la population en premier et pour promouvoir l'équité et la justice pour tous les Canadiens. Nous savons qu'en donnant aux Canadiens la possibilité de réaliser leur plein potentiel, nous faisons non seulement ce qui est juste, mais ce qui est judicieux pour notre économie. En investissant de manière à créer des débouchés pour les Canadiens de tous les milieux, nous favorisons la confiance et nous jetons les bases d'une stratégie pour une classe moyenne et une économie plus fortes qui profitent à tous.
J'aimerais prendre quelques minutes pour présenter les éléments clés de ce plan, qui sont inclus dans le projet de loi de crédits à l'étude aujourd'hui.
Le plan vise à créer une économie plus forte qui profite à tous les Canadiens. La confiance et la prospérité de la classe moyenne favorisent la croissance économique, créant des emplois et plus d'occasions de réussir. Notre plan fonctionne, puisque les Canadiens travaillent.
Depuis deux ans, les Canadiens multiplient les efforts pour stimuler l'économie, ce qui a permis de créer 60 % plus d'emplois que le gouvernement conservateur au cours d'une période équivalente en plus de réduire le taux de chômage à son plus bas niveau depuis 40 ans. Les Canadiens de la classe moyenne envisagent maintenant l'avenir avec plus d'optimisme, peu importe qu'ils prévoient rembourser leurs dettes, épargner pour acheter une première maison, retourner aux études en vue de réorienter leur carrière ou préparer leur retraite.
Dans ma circonscription, l'âge moyen est plutôt élevé. L'enjeu des gens de la classe moyenne qui partent à la retraite est, bien sûr, très important. Le projet de loi le cible aussi.
La toute première mesure prise par le gouvernement a été d'augmenter les impôts du 1 % le plus riche afin de pouvoir réduire ceux de la classe moyenne. De plus, l'Allocation canadienne pour enfants a permis d'accroître le soutien accordé à 9 familles sur 10 en laissant plus d'argent libre d'impôt aux parents, qui peuvent le dépenser selon leurs besoins. Ils disposent donc de plus d'argent pour payer des livres, des leçons de patin ou des vêtements chauds pour l'hiver. Ce sont là d'importantes réalisations pour les gens de la classe moyenne et ceux qui travaillent fort pour en faire partie.
Nous savons qu'un travail colossal nous attend avant d'atteindre notre plein potentiel et nous devrons surmonter des obstacles. Nous savons aussi que certains de nos plus grands défis offrent les meilleures possibilités. Les 150 années du Canada nous l'ont certainement prouvé.
Sur la scène internationale, nous sommes membres du G7 et nous occupons une place enviable, qu'il s'agisse de la vigueur de l'économie canadienne ou de la force des exportations que nous envoyons partout dans le monde.
En créant ces occasions, le gouvernement prend des mesures par l'entremise du budget de 2018 pour que de plus en plus de gens bénéficient de la croissance économique.
Nous créons des occasions qui mettent à profit notre diversité afin de bâtir un pays où chaque Canadien a un chance réelle et équitable de travailler, de contribuer à l'économie et de prospérer. Cette diversité inclut les femmes talentueuses, ambitieuses et travaillantes. Voilà pourquoi, dans le budget de 2018, nous nous attaquons à l'écart salarial entre les hommes et les femmes et mettons, entre autres, l'accent sur la promotion du partage égal du rôle parental auprès des nouvelles familles en proposant d'instaurer une prestation parentale partagée d'assurance-emploi. Bref, ces mesures sont fondamentales pour renforcer la classe moyenne et en assurer la croissance. En faisant fond sur ce principe, le gouvernement, par l'entremise du budget de 2018, nous rapproche plus que jamais d'un Canada fort.
J'aimerais parler plus en détail d'un dossier auquel nous travaillons depuis longtemps. Nous y avons travaillé lorsque nous formions l'opposition et nous y travaillons maintenant que nous formons le gouvernement.
Nous savons que les Canadiens travaillent dur pour bâtir une vie meilleure pour eux-mêmes et pour leur famille. Les Canadiens à faible revenu occupent parfois deux ou trois emplois dans l'espoir de se joindre à la classe moyenne et d'améliorer les chances de leurs enfants et de leurs petits-enfants de connaître la prospérité. Comme tous les Canadiens, ils méritent que leur dur travail soit récompensé par de meilleures possibilités et une chance équitable de prospérer.
C'est pourquoi le gouvernement a prévu dans le budget de 2018 l'Allocation canadienne pour les travailleurs, une nouvelle prestation fiscale qui permettrait aux travailleurs à faible revenu de garder plus d'argent dans leurs poches. Cette allocation bonifie l'ancienne Prestation fiscale pour le revenu de travail afin de procurer de meilleurs avantages financiers à un nombre encore plus élevé de travailleurs. Le gouvernement s'assure aussi que, à compter de 2019, tous les déclarants admissibles à la nouvelle Allocation canadienne pour les travailleurs en profitent, en proposant des changements qui permettraient à l'Agence du revenu du Canada de déterminer automatiquement l'admissibilité des personnes ne présentant pas de demande.
De plus, nous avons facilité l'accès à l'Allocation canadienne pour enfants, ce dont nous avons beaucoup parlé ici parce que nous sommes très fiers de ce que nous avons fait dans ce dossier depuis quelque temps. Il s'agit d'une prestation non imposable qui vise surtout à aider les jeunes familles. Nous avons mené une lutte épuisante pour parvenir à cet objectif, mais nous en sommes sortis vainqueurs. C'est une promesse que nous avons faite, et nous y donnons suite après deux ans. À l'instar de l'Allocation canadienne pour les travailleurs, l'Allocation canadienne pour enfants est une pierre angulaire de notre plan de renforcement de la classe moyenne.
Nous sommes conscients que les communautés autochtones, particulièrement celles des régions éloignées et du Nord, se butent à des obstacles particuliers concernant l'accès à des prestations fédérales comme l'Allocation canadienne pour enfants. C'est pourquoi, dans le budget de 2018, nous avons déployé des efforts pour tendre la main à ces communautés autochtones et pour la tenue d'activités pilotes de communication auprès des communautés autochtones des centres urbains.
Je me souviens que, lors de la législature précédente, j'ai rencontré de nombreux intervenants des communautés autochtones et des Premières Nations. À Terre-Neuve-et-Labrador, la seule réserve de l'île, Conne River, ou Miawpukek, se trouve dans ma circonscription. Je me souviens que certains d'entre eux m'avaient fait part de leurs préoccupations concernant leurs frères et leurs soeurs qui vivent dans des centres urbains, mais qui sont toujours des membres à part entière de la réserve. Ils s'inquiétaient du fait que bien des gens des Premières Nations qui habitent dans les grands centres n'ont pas accès à une partie du financement et des programmes offerts par le gouvernement. Pour beaucoup d'entre eux, et pour moi, cette question est devenue prioritaire, pas seulement en ce qui concerne les Premières Nations, mais tous les peuples autochtones de Terre-Neuve-et-Labrador, particulièrement ceux du Labrador.
Ces efforts feront en sorte que les peuples autochtones pourront accéder plus facilement à l'ensemble des prestations sociales fédérales, y compris l'Allocation canadienne pour enfants, afin que ceux qui n'ont pas les moyens d'acheter les commodités de base pour leurs enfants obtiennent plus d'argent. Notre campagne est bâtie autour de cet objectif.
En terminant, ces investissements prévus au budget de 2018, notamment dans le projet de loi de crédits à l'étude, reconnaissent que la multiplication des opportunités et l'égalité sont au coeur de la réussite économique future du Canada. L'égalité est requise pour qu'il y ait équité et c'est la prospérité de tous les Canadiens qui en dépend. Dans les régions comme la mienne, où le taux de chômage est élevé, nous cherchons des façons de permettre aux gens de se perfectionner. Nous cherchons de nouvelles sources de revenus pour ces gens, notamment au moyen de la formation et d'autres solutions.
Pour les aînés, nous voulons une couverture étendue qui leur offre un revenu et des services suffisants pour qu'ils puissent profiter de la vie pendant leur vieillesse.
En faisant la promotion de l'égalité, le gouvernement favorisera la prospérité à long terme de la classe moyenne et des personnes qui travaillent fort pour en faire partie.
Il y a un autre enjeu dont nous avons discuté à la Chambre par le passé et qui refait surface maintenant, alors que nous souhaitons assurer la prospérité d'une classe moyenne naissante et maintenir des taux de chômage bas. Je dirais qu'il est préférable de ne pas simplement créer des emplois qui permettraient à ces gens de bénéficier d'un soutien du revenu en cas de perte d'emploi inattendue, mais qu'il faut aussi créer une société juste, dans laquelle il fait bon vivre.
Le programme Nouveaux Horizons pour les aînés fait partie des programmes dont je suis très fier. Ce n'est pas un programme récent; il est en place depuis le début des années 2000. Je parle de ce programme, car il s'agit d'un investissement dans le bien-être social des aînés.
J'ai fait récemment un voyage en lien avec l'OCDE. Des représentants de nombreux pays étaient fascinés par le programme Nouveaux Horizons pour les aînés, car ils n'avaient encore jamais vu un programme procurer de tels avantages aux aînés sur le plan social. De nombreux pays sont profondément préoccupés par le bien-être financier des aînés. Il est vrai qu'il s'agit d'une pierre angulaire sur laquelle il est très important de prendre appui pour améliorer le sort des aînés. Il existe aussi d'autres programmes connexes, qui sont également destinés à la classe moyenne. Nous sommes très fiers notamment de l'Allocation canadienne pour enfants.
Voir le profil de Scott Simms
Lib. (NL)
Monsieur le Président, dans bien des cas, je constate que la même situation se répète. Ce qui arrive, c'est que beaucoup de gens font des erreurs et se retrouvent pris dans un système où ils passent entre les mailles du filet. Ils se tournent alors vers nous et le processus qu'ils doivent suivre pour recevoir leur remboursement devient plus long.
La question des déclarations sur papier est une autre question importante sur laquelle nous revenons bien souvent. Les gens veulent remplir un formulaire papier plutôt que d'aller en ligne. Je viens d'une circonscription rurale, et je sais que certaines collectivités n'ont même pas accès à Internet haute vitesse. Cela ne fait qu'empirer la situation.
Récemment, le gouvernement a investi dans le programme Brancher pour innover en vue de remédier à la situation. Un jour, j'espère que nous pourrons aussi combler cette lacune pour les personnes à faible revenu.
Par ailleurs, en ce qui concerne le numéro sans frais, il se trouve que nous amenons les personnes à nos bureaux et nous produisons la déclaration devant eux sur l'ordinateur, au besoin. La députée a raison. La situation doit être rectifiée. Je ne connais pas de cas précis, mais il m'est interdit d'en parler pour des raisons de confidentialité.
Le dernier point que je veux faire valoir est que le programme Nouveaux Horizons pour les aînés a été élaboré, mis en oeuvre et présenté à la Chambre et au Canada par l'ancien premier ministre Paul Martin.
Voir le profil de Scott Simms
Lib. (NL)
Dieu me préserve de l’hyperbole, monsieur le Président, parce que je n’ai fait cela que pendant 14 ans. Je laisserai cela de côté pour l’instant.
Je siège au comité de la procédure et des affaires de la Chambre où nous avons abondamment parlé de cela, de l’engagement à l’égard de ce type de débat et de la commission correspondante. Il est difficile de se faire une idée d’une dépense lorsque l’on ne sait pas exactement à quoi elle servira. Le gros du travail sera accompli, soit par le secteur privé soit par une autre instance, en fonction des recommandations de la commission.
Toutefois, j’en reviens à la décision rendue plus tôt. Ce dont parle le député pourrait se rapporter à l’article 83(4) du Règlement et à la décision du Président Jerome. On parle ici de la présomption qu’ils sont identiques dans leur forme actuelle. C’est à cela, je pense, que le Président voulait en venir et je serais d’accord avec cette décision concernant la déclaration du Président Jerome.
Voir le profil de Yvonne Jones
Lib. (NL)
Voir le profil de Yvonne Jones
2018-06-06 19:40 [p.20384]
Monsieur le Président, je tiens à remercier la ministre pour tout le travail qu'elle a accompli en dirigeant l'étude du projet de loi. Il est grand temps que nous modernisions le processus d'évaluation environnementale au moyen de la Loi sur l'évaluation d'impact proposée et des autres lois dont nous discutons aujourd'hui à la Chambre.
Il est important de souligner, et la ministre l'a dit à maintes reprises, que le Canada appuie aujourd'hui un grand nombre de projets de développement à grande échelle, que ce soit dans le secteur des mines ou d'autres secteurs des ressources naturelles, de l'hydroélectricité ou des pipelines, et nous allons continuer à le faire. Nous savons que pour que ces investissements profitent aux Canadiens, nous devons tenir des consultations approfondies auprès d'eux. Il faut que les Canadiens et les peuples autochtones aient leur mot à dire.
En modernisant ces règlements, ne contribuons-nous pas vraiment à bâtir un Canada plus fort en obtenant une rétroaction de tous les Canadiens sur la façon dont c'est censé se faire?
Voir le profil de Yvonne Jones
Lib. (NL)
Voir le profil de Yvonne Jones
2018-05-31 11:06 [p.19959]
Monsieur le Président, je tiens tout d'abord à signaler que le gouvernement libéral mène plus de consultations auprès des Canadiens que tout autre gouvernement dans l'histoire du pays, non seulement à propos de mesures budgétaires, mais aussi pour des décisions en matière de politiques. Le gouvernement libéral est clairement à l'écoute des Canadiens. En examinant le contenu du projet de loi d'exécution du budget aujourd'hui, nous voyons que c'est vraiment la voix des Canadiens qui se fait entendre au Parlement.
Tout ce que nous faisons pour améliorer les prestations parentales et de maternité, pour modifier le Régime de pensions du Canada afin d'aider davantage de Canadiens et pour renforcer l'Allocation canadienne pour enfants a un effet profond sur un grand nombre d'enfants et de familles au Canada.
La ministre pourrait-elle nous parler un peu de la façon dont ces initiatives rejoignent vraiment les familles canadiennes et répondent à leurs demandes?
Voir le profil de Ken McDonald
Lib. (NL)
Voir le profil de Ken McDonald
2018-03-26 16:09 [p.18102]
Monsieur le Président, comme le ministre le sait, je suis membre du Comité permanent des pêches et des océans. Le Comité a étudié cet enjeu et entendu des témoins et des groupes de partout au pays. Beaucoup d'entre eux ont parlé du rétablissement des protections perdues à cause des modifications apportées en 2012. Cependant, j'aimerais également faire des observations sur le rétablissement de ces protections. Dans ma province, Terre-Neuve-et-Labrador, l'un des principaux sujets abordés était l'inclusion des propriétaires-exploitants dans la Loi sur les pêches.
Résultats : 1 - 15 de 29 | Page : 1 de 2

1
2
>
>|