Interventions à la Chambre des communes
 
 
 
Fil RSS basé sur les critères de recherche Exporter les résultats de recherche - CSV (texte brut) Exporter les résultats de recherche - XML
Ajouter un critère de recherche
Voir le profil de Hunter Tootoo
Ind. (NU)
Voir le profil de Hunter Tootoo
2019-05-01 14:05 [p.27265]
Monsieur le Président, lorsque le Nunavut a été créé, les Inuits ont opté pour un gouvernement public, espérant obtenir l'appui du gouvernement fédéral afin de construire un endroit où vivre et prospérer.
Vingt ans plus tard, le gouvernement du Nunavut, toujours aux prises avec un sous-financement chronique, manque des ressources nécessaires pour faire face aux problèmes et construire une économie viable.
À bien des égards, la vie des Inuits a empiré. En effet, le surpeuplement sévère des logements a entraîné une hausse alarmante des cas de tuberculose, le taux de suicide chez les jeunes est le plus élevé au Canada et les Inuits vivent dans des conditions de vie comparables à celles du tiers monde.
Le Canada contourne le gouvernement du Nunavut pour conclure des accords parallèles avec l'Inuit Tapiriit Kanatami, ou ITK, et finance celui-ci afin qu'il propose des solutions à ces crises. Or, l'ITK est un tiers. Ce n'est pas à lui, mais au gouvernement du Nunavut qu'il revient d'offrir des programmes et des services aux Inuits du Nunavut.
Bref, les Inuits vivent dans des conditions comparables à celles du tiers monde, le Canada finance une tierce partie pour régler la situation tandis que, de son côté, le gouvernement du Nunavut, qui peine à offrir des programmes et des services, est tenu à l'écart.
Qu'est-ce qui cloche?
Voir le profil de Hunter Tootoo
Ind. (NU)
Voir le profil de Hunter Tootoo
2019-05-01 15:14 [p.27278]
Monsieur le Président, ma question s'adresse au premier ministre.
L'organisation ITK a bénéficié, récemment, d'un financement généreux du gouvernement afin de s'attaquer aux problèmes cruciaux auxquels sont confrontés les Inuits au Canada, comme le logement et les soins de santé. Le problème, c'est que la majorité des Inuits du Canada vivent au Nunavut. Le gouvernement du Nunavut a été exclu de la planification stratégique et du financement. C'est le gouvernement du Nunavut qui est responsable de la prestation des programmes et des services, et non l'ITK. Cela n'a donc vraiment aucun sens.
Pourquoi le premier ministre ne s'est-il pas adressé directement au gouvernement du Nunavut afin qu'il ait les ressources pour régler ces problèmes?
Voir le profil de Hunter Tootoo
Ind. (NU)
Voir le profil de Hunter Tootoo
2019-03-19 15:12 [p.26190]
Monsieur le Président, ma question s'adresse au premier ministre.
Ses excuses pour la maltraitance subie il y a 70 ans par les patients inuits tuberculeux ont été bien reçues.
Aujourd'hui, la prévalence de la tuberculose chez les Inuits est 290 fois plus élevée que chez les Canadiens non autochtones et nous savons pourquoi. La grave pénurie de logements qui sévit crée une surpopulation, une des principales causes de la présence de la tuberculose au Nunavut.
Le financement annoncé précédemment, même s'il paraît bien, ne permet même pas de construire deux habitations par communauté par année. Le premier ministre peut-il s'engager dès aujourd'hui à agir et à prévoir un financement adéquat pour répondre à cette grave crise du logement et changer les choses?
Voir le profil de Hunter Tootoo
Ind. (NU)
Voir le profil de Hunter Tootoo
2018-11-05 15:04 [p.23301]
Monsieur le Président,
[Le député s'exprime en inuktitut.]
Ma question s'adresse au ministre de la Famille, des Enfants et du Développement social. Elle se rapporte à une question que j'ai posée la semaine dernière. Je ne crois pas que le ministre ait saisi la gravité de la pénurie de logements au Nunavut.
Oui, 240 millions de dollars ont été octroyés. Cela peut sembler beaucoup, mais il s'agit d'une allocation sur 10 ans. Cette somme représente la construction de 48 maisons par année pour l'ensemble du territoire, soit moins de 2 maisons par communauté. La situation est critique. Les logements surpeuplés contribuent au taux de suicide élevé chez les jeunes et à la prévalence de la tuberculose. Aucun Canadien ne devrait vivre dans de telles conditions.
Je vais le demander de nouveau: le ministre peut-il agir immédiatement afin de collaborer avec le gouvernement du Nunavut pour régler cette crise?
Voir le profil de Hunter Tootoo
Ind. (NU)
Voir le profil de Hunter Tootoo
2018-11-01 15:07 [p.23191]
Monsieur le Président, ma question s'adresse au ministre de la Famille, des Enfants et du Développement social.
Si les Canadiens voyaient dans quelles conditions vivent plusieurs résidants du Nunavut, ils en seraient horrifiés et embarrassés. La pénurie de logements a atteint les proportions d'une véritable crise. Les logements surpeuplés sont l'une des causes des taux élevés de suicides et de tuberculose. La somme prévue pour le logement dans le dernier budget est loin d'être suffisante pour calmer la crise ou même pour suivre la croissance annuelle de la main-d'oeuvre.
Le ministre augmentera-t-il immédiatement le financement afin de remédier à cette crise, et collaborera-t-il avec le gouvernement du Nunavut afin d'inclure une allocation appropriée dans le budget de 2019?
Voir le profil de Darshan Singh Kang
Ind. (AB)
Voir le profil de Darshan Singh Kang
2018-10-29 15:03 [p.22978]
Monsieur le Président, la semaine dernière, le gouvernement fédéral a annoncé qu'il soutiendrait la candidature de Calgary pour les Jeux olympiques d'hiver de 2026 à hauteur de 1,75 milliard de dollars. Il manquera, cependant, 800 millions de dollars, que le maire de Calgary et le premier ministre de l'Alberta ont déjà dit ne pas être en mesure d'avancer.
Ma question est pour la ministre des Sciences et des Sports. La candidature de Calgary étant sur le point de tomber à l'eau, le gouvernement augmentera-t-il sa part de financement étant donné qu'il s'agit d'une occasion incroyable pour le Canada de briller sur la scène internationale?
Voir le profil de Hunter Tootoo
Ind. (NU)
Voir le profil de Hunter Tootoo
2018-10-03 14:04 [p.22181]
Monsieur le Président, les Nunavutois partagent la même vision et sont convaincus qu'il leur est possible de se doter d'une économie durable qui saura répondre aux besoins de la population, créer des emplois, réduire leur dépendance envers Ottawa et leur permettre de jouir du même niveau de vie que les Canadiens du Sud. Pour ce faire, le gouvernement fédéral doit investir des sommes substantielles afin de répondre aux besoins les plus criants dans quatre domaines essentiels, à savoir la sécurité alimentaire, les infrastructures communautaires, le logement ainsi que les compétences et la formation professionnelle. Ce n'est que lorsque ces besoins seront comblés que nous pourrons véritablement aspirer à une économie durable.
Le gouvernement est déjà dans la bonne voie. Depuis que j'ai été élu, il a en effet annoncé des investissements de plus de 1,25 milliard de dollars, et disons qu'il est bon de voir qu'on se soucie à nouveau de notre qualité de vie. Cela dit, l'argent annoncé prend du temps à se rendre jusqu'à ses destinataires, sans compter qu'il est souvent réparti sur plusieurs années, ce qui en réduit l'impact.
C'est là-dessus que je concentrerai mes efforts pour le reste de la session parlementaire. Je suis impatient d'entendre ce que mes collègues auront à dire et je sais que je pourrai compter sur eux pour trouver des solutions d'avenir prometteuses pour le Nunavut.
Voir le profil de Hunter Tootoo
Ind. (NU)
Voir le profil de Hunter Tootoo
2018-10-02 15:03 [p.22156]
Monsieur le Président,
[Le député s'exprime en inuktitut.]
[Traduction]
Ma question s'adresse au ministre des Affaires intergouvernementales et du Nord. Le ministre sait qu'un financement a été demandé pour réaliser une étude de faisabilité pour le projet visant à établir une route qui permettra d’acheminer l’électricité et la fibre optique du Manitoba à la région de Kivalliq. Si je comprends bien, une partie de ce financement a déjà été approuvée, ou le sera sous peu.
Ce projet, qui s'inscrit dans le cadre de l'approche du gouvernement à l'égard de la relation entre la Couronne et les Inuits, est essentiel et a reçu l'appui de tous les maires de la région de Kivalliq. Il dotera la région d'une source d'énergie verte et appuiera les Nunavummiuts dans leurs efforts pour bâtir une économie durable.
Le ministre s'engagera-t-il à trouver le reste des fonds nécessaires à la réalisation de cette importante étude, qui entraînerait des changements fondamentaux pour le Nunavut, comme il l'a promis aux intervenants?
Voir le profil de Hunter Tootoo
Ind. (NU)
Voir le profil de Hunter Tootoo
2018-06-11 15:08 [p.20639]
Monsieur le Président, qujannamiik uqaqti. Ma question s'adresse à la ministre des Services aux Autochtones.
La semaine dernière, j'ai posé une question au premier ministre au sujet de la situation de crise que deux communautés de ma circonscription ont récemment déclarée, à cause du manque de services en santé mentale et de l'augmentation des tentatives de suicide.
Je remercie le premier ministre de sa réponse, mais le financement dont il a fait état ne servira pas uniquement à soutenir les services en santé mentale. À l'instar d'autres subventions déjà consenties, ce financement ne suffira pas à répondre aux besoins, comme le démontrent clairement les crises auxquelles nous sommes confrontés.
La ministre s'engagera-t-elle à financer les services en santé mentale et à fournir aux Nunavummiuts le soutien dont ils ont besoin?
Voir le profil de Hunter Tootoo
Ind. (NU)
[Le député s'exprime en inuktitut.]
[Traduction]
Monsieur le Président, ma question s'adresse au premier ministre. Deux communautés de ma circonscription ont récemment déclaré qu'elles sont en situation de crise. Elles ont trop peu de services de soutien en santé mentale et le nombre de tentatives de suicide ne cesse de grimper. Bien qu'un financement de 118 millions de dollars pour la santé mentale des Premières Nations et des Inuits ait été annoncé, le Nunavut ne reçoit que 500 000 dollars par année malgré le fait que le taux de suicide y est 10 fois plus élevé que la moyenne nationale. Le gouvernement a donné un soutien supplémentaire aux communautés des Premières Nations en crise. En fera-t-il autant pour les communautés inuites?
Voir le profil de Hunter Tootoo
Ind. (NU)
Voir le profil de Hunter Tootoo
2018-05-25 12:04 [p.19717]
[Le député s'exprime en Inuktitut]
[Traduction]
Monsieur le Président, ma question s'adresse à la ministre des Relations Couronne-Autochtones et des Affaires du Nord.
La Commission d'aménagement du Nunavut fait l'objet d'une vérification chaque année. Or, au cours des trois dernières années, elle a été visée par deux vérifications supplémentaires à la demande de la Direction générale de la mise en oeuvre, ce qui demande du temps et des ressources. Il a été rapporté que la dernière vérification avait, encore une fois, confirmé que la Commission se porte bien, mais qu'elle est sous-financée.
Compte tenu de ces conclusions, la ministre peut-elle demander aux fonctionnaires d'arrêter de gaspiller des ressources, d'augmenter le financement et de laisser la Commission accomplir son important travail?
Voir le profil de Hunter Tootoo
Ind. (NU)
Voir le profil de Hunter Tootoo
2018-04-26 17:14 [p.18851]
Monsieur le Président, je tiens à remercier la députée de Labrador de ses efforts dans ce dossier. J'ai eu de nombreuses discussions avec elle à ce sujet.
Nous devons joindre le geste à la parole. Nous devons offrir les programmes et les services en matière de santé mentale et de toxicomanie et aider les gens à composer avec les traumatismes. Si nous n'arrivons pas à offrir ces services dans le Nord et dans les administrations isolées du pays, alors qu'ils sont offerts dans le Sud, nous n'arriverons jamais à aller de l'avant et à enrayer la spirale. Il faut faire davantage d'efforts pour joindre le geste à la parole et investir dans ces programmes et ces services afin d'aider les gens à guérir.
Voir le profil de Hunter Tootoo
Ind. (NU)
Voir le profil de Hunter Tootoo
2017-10-25 14:03 [p.14519]
[Le député s'exprime en inuktitut.]
[Traduction]
Monsieur le Président, les formules de financement national du Canada doivent être adaptées pour tenir compte de la situation unique du Nunavut. J'ai exprimé mes préoccupations sur le financement par habitant et la façon dont il dessert le Nunavut, et je vais continuer de le faire.
Si le Nunavut se trouvait dans le sud du pays, sa population obtiendrait un éventail complet de services dans un hôpital facilement accessible. Cependant, la réalité, c'est que la population du Nunavut est répartie dans 25 collectivités totalement isolées, qui se trouvent à des milliers de kilomètres les unes des autres. C'est donc dire que la majorité des Nunavummiuts ne disposent pas du même accès aux services que le reste de la population canadienne. Il ne s'agit que d'un exemple parmi tant d'autres de l'effet négatif de la formule de financement par habitant sur les Nunavummiuts.
Comment peut-on s'attendre à ce que le gouvernement du Nunavut fournisse des services de base dans le cadre d'un tel régime? Les Nunavummiuts méritent de bénéficier d'une qualité de vie et de services de base identiques à ceux dont jouissent les Canadiens qui vivent dans le sud du pays. La seule façon d'y arriver, c'est de changer la formule de financement par habitant afin qu'elle soit plus axée sur les besoins.
Voir le profil de Hunter Tootoo
Ind. (NU)
Voir le profil de Hunter Tootoo
2017-06-15 14:01 [p.12784]
Monsieur le Président, l'absence de services de santé mentale au Nunavut continue d'avoir des répercussions profondes et tragiques sur les Nunavummiuts. Des années de perturbations sociales et culturelles ont aggravé les traumatismes subis par les Inuits, des traumatismes qui se perpétuent sur plusieurs générations.
En conséquence, de nombreuses personnes se sont tournées vers l'alcool et d'autres substances. Cette triste réalité a donné lieu à un taux de suicide 10 fois supérieur à la moyenne nationale. Cette statistique n'a pas changé depuis que la crise a été déclarée en 2015.
Je crois qu'il n'y a aucune famille au Nunavut qui n'a pas été touchée par un suicide ou l'abus d'alcool ou de drogues. Je sais que la mienne l'a été. Je ne sais que trop bien quelles sont les répercussions durables qui peuvent en découler.
C'est inacceptable au Canada en 2017. Le gouvernement du Nunavut réclame de toute urgence un financement du gouvernement fédéral afin de pouvoir offrir des services de santé mentale. Il sera ainsi en mesure de briser le cycle et assurer un meilleur avenir pour les Nunavummiuts.
Voir le profil de Hunter Tootoo
Ind. (NU)
Voir le profil de Hunter Tootoo
2016-11-04 12:06 [p.6612]
Monsieur le Président, cette année, il y a eu 29 suicides au Nunavut. En juin, le premier ministre a annoncé un financement de 69 millions de dollars visant à prendre des mesures immédiates pour remédier à la crise des suicides à laquelle nous devons faire face, y compris un montant de 800 000 $ réservé à cette fin pour l'exercice en cours.
Le gouvernement du Nunavut a soumis un projet qui n'a toujours pas reçu de financement. Je crois que c'est attribuable à l'absence de directives ou de critères clairement définis.
La ministre de la Santé pourrait-elle mandater quelqu'un pour collaborer avec le gouvernement du Nunavut afin que l'on puisse utiliser ce financement urgent avant qu'il arrive à échéance?
Résultats : 1 - 15 de 17 | Page : 1 de 2

1
2
>
>|