Interventions à la Chambre des communes
 
 
 
Fil RSS basé sur les critères de recherche Exporter les résultats de recherche - CSV (texte brut) Exporter les résultats de recherche - XML
Ajouter un critère de recherche
Voir le profil de Darrell Samson
Lib. (NS)
Monsieur le Président, c'est avec grand plaisir que j'interviens ce soir, à la Chambre, pour parler de cet important budget, le budget de 2019.
Comme les députés et les Canadiens le savent, l'économie change très vite et de manière positive. Les Canadiens ont créé plus d'un million d'emplois depuis 2015 et plus de 110 000 emplois au cours du dernier mois seulement. C'est extrêmement impressionnant.
Grâce à nos investissements dans l'Allocation canadienne pour enfants, nous avons fait sortir plus de 300 000 Canadiens de la pauvreté. C'est un autre indicateur de succès très important en ce qui concerne le rendement de l'économie. De la même manière, le taux de chômage est le plus bas qui soit depuis 45 ans. Quand nous sommes arrivés au pouvoir, il était de 7,1 % et, maintenant, il se situe entre 5,7 et 5,8 %. Cela prouve bien que notre économie se porte fort bien, et ce sont les budgets et les investissements des quatre dernières années qui l'expliquent. Ce budget s'inscrit dans la continuité de cette philosophie.
J'aimerais parler des anciens combattants. Les députés le savent, c'est en Nouvelle-Écosse qu'il y a le plus d'anciens combattants, et la Nouvelle-Écosse a le plus grand nombre d'anciens combattants par habitant au pays. Nous avons fait des investissements massifs au profit des anciens combattants, à hauteur de plus de 10 milliards de dollars en trois ans et demi. Même dans ce budget, nous avons encore une fois réalisé des avancées majeures.
Le premier budget portait sur la transition. Nous nous sommes efforcés de trouver une approche intégrée grâce à un comité qui réunit le ministère de la Défense nationale et Anciens Combattants Canada. Ce comité est sur pied, et les choses progressent. Or, l'accent était mis seulement sur la transition des vétérans malades ou handicapés. Dans ce projet de loi, nous avons aussi inclus les vétérans qui ne sont pas malades, ce qui constitue un autre élément très important.
Nous avons amélioré l'Allocation pour études et formation destinée aux vétérans, qui s'élève à 40 000 $ pour six années de service ou à 80 000 $ pour 12 années. De plus, les membres de la réserve sont dorénavant admissibles à ces programmes. Ce sont là des mesures très importantes que les vétérans réclamaient et que nous avons pu offrir.
Nous avons aussi créé le fonds pour les survivants des vétérans. Avant ce budget, les prestations et la pension des vétérans qui se sont mariés alors qu'ils étaient âgés de plus de 60 ans n'étaient pas transférés à leur conjoint. Nous avons fait des investissements pour remédier à la situation, une autre mesure importante aux yeux des vétérans.
Des montants sont également investis dans le Centre Juno Beach. Le 6 juin marquera le 75e anniversaire du jour J. Ce sera l'occasion de rendre hommage aux quelque 14 000 Canadiens qui ont alors perdu la vie.
Voilà un aperçu de quelques-uns des investissements relativement aux anciens combattants. Parlons maintenant des jeunes Canadiens.
Nous devons aider les jeunes gens à progresser et nous avons inclus des mesures importantes dans le dernier budget. En ce qui concerne les prêts d'études, nous savons que si les étudiants obtiennent un emploi, ils doivent gagner plus de 25 000 $. Il en a été question dans les budgets précédents. Nous disons maintenant qu’ils vont payer un taux préférentiel, mais qu’ils n’auront pas à payer le 3 % de plus, qui était énorme. Nous avons aussi dit qu’il n’y aura pas d’intérêt sur le prêt ni aucun paiement pendant les six premiers mois, ce qui est aussi un changement important.
Pour les acheteurs d’une première propriété, nous avons mis en place une possibilité pour les jeunes. S’ils achètent une maison pour 400 000 $, ils devraient verser une mise de fonds de 5 %, soit 20 000 $; leur prêt serait donc de 380 000 $. Toutefois, grâce à la stratégie de prêt hypothécaire avec participation que nous avons mise en place, leur prêt sera maintenant de 340 000 $. C'est considérable. Cela représente une économie de 225 $ par mois. En calculant sur 30 ans, une personne économiserait ainsi 81 000 $. C’est un investissement majeur, comme les députés peuvent le constater.
Pour ce qui est des emplois d’été pour étudiants, lorsque les conservateurs étaient au pouvoir, il n’y en a jamais eu aussi peu au pays. Maintenant que nous sommes en 2019, il n’y a jamais eu autant d’emplois d’été. Dans ma seule circonscription, 255 personnes vont occuper un emploi d’été, si ce n'est déjà fait. C’est 770 000 $ qui sont investis dans ce programme pour les étudiants de ma circonscription. Comme les députés peuvent le constater, nous proposons une approche sur divers fronts, une stratégie coordonnée.
Par ailleurs, nous avons investi dans le programme canadien pour la formation, un nouveau programme très important. Il est exempt d’impôt, et les gens peuvent économiser jusqu’à 250 $ par année, ou 1 000 $ tous les quatre ans, pour se mettre à niveau. C’est quelque chose à quoi nous n’avions pas accès. Tous les députés savent que les jeunes d’aujourd’hui changeront souvent d’emploi. La technologie évolue si rapidement qu'il est essentiel de parfaire sa formation. Nous avons également un programme qui permet aux gens de toucher des prestations d’assurance-emploi pendant les quatre semaines où ils suivent des cours de mise à niveau, ce qui est extrêmement important.
Nous devons parler des aînés. Nous savons que d’ici 2034, les aînés représenteront environ 25 % de la population. C’est un chiffre très élevé. Dans les provinces de l’Atlantique, cette proportion est encore plus élevée. Nous devons nous concentrer sur les aînés. Ma circonscription, Sackville—Preston—Chezzetcook, en Nouvelle-Écosse, a connu la plus forte augmentation entre 2011 et 2016. Les conservateurs allaient faire passer l’âge de la retraite à 67 ans, et nous avons dit que c’était inacceptable. Les Canadiens qui ont travaillé jusqu’à l’âge de 65 ans, s’ils le désirent, devraient pouvoir vivre leur retraite dans la dignité. Nous avons donc veillé à ce que l’âge de la retraite demeure à 65 ans, ce qui était un investissement crucial.
Nous avons investi dans le SRG, le Supplément de revenu garanti, dans deux domaines. Le premier est un gros investissement d’environ 950 $, qui a permis à 700 000 aînés de se hisser au-dessus du seuil de la pauvreté. C’était également très important.
En ce qui concerne les soins de santé, l’assurance-médicaments, nous allons aller de l’avant. Un comité s’est penché sur un programme national d’assurance-médicaments. Nous devrions être en mesure d’offrir cela dans un avenir très proche. Nous avons fait des investissements dans l’agence canadienne des médicaments pour réduire les coûts. Une stratégie nationale sur la démence est très importante. J’ai rencontré un groupe à Sackville la semaine dernière, dans ma circonscription. Northwood essaie d’ouvrir un programme de centre de jour pour les adultes atteints de démence. C'est aussi très important.
Je dois également inclure quelques-uns des investissements en matière de réconciliation avec les peuples autochtones. Nous avons annulé plus de 80 avis d’ébullition de l’eau. Nous avons promis qu’il n’y en aurait plus d’ici 2021. Il y a un investissement pour les peuples autochtones en matière d’entrepreneuriat et de développement économique, ainsi que pour le démarrage et l’expansion des petites entreprises métisses. Ce sont de gros investissements pour les peuples autochtones.
J’aimerais terminer, bien sûr, en parlant de la communauté néo-écossaise d’origine africaine. Nous avons également fait d’importants investissements de ce côté. La communauté noire est la plus ancienne communauté noire intergénérationnelle au Canada. Elle possède le plus grand centre culturel noir du Canada. Il y a deux mois, le premier ministre était dans la région de Preston. C’était la première fois qu’un premier ministre venait dans la région de Preston.
Nous sommes en train de mettre de l’avant des initiatives très réussies. Il y a l’investissement dans la stratégie de lutte contre le racisme, qui permettra aux groupes de discussion communautaires de présenter toutes sortes de projets. Il y a aussi des investissements en capital, jusqu’à 25 millions de dollars sur cinq ans, pour des projets et de l’aide aux immobilisations pour aider la communauté noire dynamique à poursuivre sa croissance.
Je dois terminer avec les accords commerciaux. Nous avons conclu avec succès trois accords commerciaux. Ce sont 1,5 milliard de personnes qui peuvent profiter des échanges commerciaux du Canada.
Voir le profil de Darrell Samson
Lib. (NS)
Madame la Présidente, cela me fait énormément plaisir de parler du budget de 2018. C'est un budget très important qui s'inscrit dans la continuité du travail que nous avons entamé il y a fort longtemps.
Je parlerai d'abord de ma région, Sackville—Preston—Chezzetcook, qui forme un demi-cercle autour des villes d'Halifax et de Dartmouth. On y trouve des centres urbains, mais également des localités rurales. C'est une collectivité en pleine croissance. Par ailleurs, nous comptons le nombre le plus élevé d'aînés. Ce sont là de grandes questions. Nous devons continuer à stimuler l'économie et à créer des emplois, tout en veillant à soutenir les personnes âgées.
Aujourd'hui, je me concentrerai surtout sur les anciens combattants, les femmes, les jeunes et les peuples autochtones. Avant de plonger, je tiens à rappeler à la Chambre le travail important que le gouvernement a fait jusqu'à maintenant dans le dossier de l'économie. Il suffit de penser au taux de chômage de 5,7 %, le plus bas depuis les 40 dernières années, pour constater que quelque chose de formidable se produit sur le terrain. Je suis certain qu'aucun député ne peut nier que des emplois sont créés dans sa région, ce qui est une excellente nouvelle.
Je veux aussi parler de l'Allocation canadienne pour enfants. Dans toutes les circonscriptions représentées à la Chambre, de nombreuses familles reçoivent plus d'argent, environ 3 000 $, que sous le gouvernement précédent. Ces sommes sont libres d'impôt. Par exemple, dans ma circonscription, Sackville—Preston—Chezzetcook, 5,6 millions de dollars sont versés mensuellement pour appuyer les familles avec de jeunes enfants. Pensons-y un instant: 5,6 millions de dollars par mois dans ma circonscription seulement. Je parle de 60 millions de dollars par année, et la circonscription de chacun des députés ici aujourd'hui reçoit des sommes similaires. C'est un investissement essentiel pour soutenir les jeunes et les familles du Canada.
Je devrais préciser que nous avons créé plus de 600 000 emplois, dont la plupart sont permanents.
Le budget prévoit également une enveloppe supplémentaire pour le système de santé. En Nouvelle-Écosse, les soins de santé sont extrêmement importants. Il faut continuer à appuyer les collectivités pour faire en sorte qu'il y ait suffisamment de médecins et le soutien nécessaire. Nous constatons des investissements en santé mentale, une nouvelle somme annoncée dans le dernier accord sur la santé, ce qui est crucial. Nous veillons à ce que l'argent investi vienne en aide aux personnes et aux familles aux prises avec des problèmes de santé mentale.
J'ai parlé plus tôt des aînés à domicile. Le budget prévoit du financement à cet égard. Il prévoit également 20 millions de dollars sur cinq ans pour des initiatives liées à l'autisme et 20 millions de dollars pour la recherche sur la démence et des mesures de soutien pour les personnes touchées. Comme nous le savons, c'est une question cruciale au Canada, surtout dans les provinces de l'Atlantique, car nous avons le plus grand nombre d'aînés au pays. Il s'agit de gros investissements, car ce sont d'importantes questions qui exigent l'appui du gouvernement. On investit donc de grandes sommes d'argent.
J'aimerais maintenant parler des anciens combattants. Nous avons investi 10 milliards de dollars au cours des deux dernières années et demie pour appuyer les anciens combattants. Il s'agit d'un investissement extrêmement important. Nous devons soutenir ceux qui ont soutenu notre pays, ainsi que leur famille. Ce sont des militaires qui ont risqué leur vie chaque jour. Nous investissons 3,6 milliards de dollars dans la pension à vie. C'est un gros montant. J'ai organisé beaucoup d'assemblées publiques dans ma circonscription, l'an dernier, et les militaires ont fait valoir la grande importance que revêt la pension à vie pour eux, car ils en ont besoin. L'indemnité forfaitaire fonctionne peut-être pour certains, mais elle ne fonctionne pas pour la plupart des personnes.
Nous avons ajouté une option. Au lieu de toucher une somme forfaitaire, les anciens combattants pourront obtenir, par défaut, une pension.
Quelle est l'ampleur de l'appui dont ils bénéficient? Un particulier qui est considéré comme étant complètement invalide peut recevoir jusqu'à 1 150 $ par mois. Prenons l'exemple d'une personne de 25 ans qui a été blessée en Afghanistan et tenons compte du fait que l'espérance de vie est d'environ 82 ans pour les hommes et de 84 ans, pour les femmes. Cette somme pourrait donc être versée chaque mois pendant 57 ans, ce qui représenterait un montant d'approximativement 700 000 $ ou 800 000 $. Par ailleurs, une personne gravement blessée pourrait également obtenir 1 500 $ supplémentaires par mois, en plus des 1 150 $, ce qui représenterait une somme d'environ 38 000 $ ou 40 000 $ par année. Selon cette formule, la personne en question toucherait environ 1,75 million de dollars de l'âge de 25 ans à 82 ans. On pourrait aussi inclure une troisième option, soit le versement de 90 % du solde des anciens combattants avant leur libération. Cette pension d'invalidité constitue un investissement extrêmement important dans les anciens combattants canadiens.
Je n'ai même pas encore parlé des mesures que nous avons déjà prises. En avril, nous avons fait passer l'indemnité forfaitaire de 310 000 $ à 360 000 $, ce qui est une augmentation de 50 000 $, en fonction du degré d'invalidité.
Lors de ces séances de discussion ouvertes, certains ont demandé ce qui se passerait s'ils prenaient le paiement forfaitaire. Ils voulaient savoir s'ils auraient toujours accès à la pension. La réponse est oui. C'est une chose remarquable que le gouvernement a faite. Nous analysons la somme déjà reçue, et s'il y a un petit excédent, ce montant est déduit. Certaines personnes pourraient recevoir, toujours selon le pourcentage de blessure, un autre 800 $ par mois. Il y aurait une déduction mensuelle de 200 $ à 300 $ pour recouvrer les trop-payés. Cette formule est conçue pour soutenir tous les anciens combattants qui présentent un handicap au sein de la population active.
Le présent budget prévoit un investissement de 42 millions de dollars pour l'entretien et la réparation des cimetières et des tombes, puisque nous avons plus de 45 000 lieux de sépulture à améliorer au fil du temps. Ce sera un moyen de progresser rapidement dans ce dossier.
J'aimerais parler d'un ou deux investissements, notamment la nouvelle Stratégie pour l'entrepreneuriat chez les femmes, un investissement de 1,6 milliard de dollars au cours des trois prochaines années pour aider les entrepreneures à faire croître leur entreprise. Nous avons également prévu 150 millions de dollars répartis sur cinq ans pour aider à surmonter des difficultés davantage régionales. Nous avons reçu beaucoup d'appui d'associations de femmes pour cela.
Nous maintenons le montant que nous avons mis en place il y a deux ans pour les emplois d'été pour les jeunes. Nous investissons également 448 millions de dollars dans une Stratégie emploi jeunesse améliorée afin d'offrir aux jeunes des occasions et des stages dans divers secteurs pour qu'ils puissent acquérir de l'expérience en vue de leur intégration au sein de la population active.
Enfin, nous effectuons un investissement majeur à l'égard des Autochtones, notamment en ce qui a trait aux enfants et aux familles. Nous investissons des milliards de dollars dans les soins de santé et des millions dans une stratégie pour l'accès à l'eau potable salubre.
Ce ne sont là que quelques-unes des grandes lignes. J'aurais pu en nommer bien d'autres, mais je suis reconnaissant de l'occasion qui m'a été donnée de vous faire part de celles-ci.
Voir le profil de Darrell Samson
Lib. (NS)
Monsieur le Président, c'est un honneur pour moi d'intervenir à la Chambre aujourd'hui au sujet du budget de 2017. En toute franchise, c'est excitant.
Je représente la circonscription de Sackville—Preston—Chezzetcook, qui se trouve en périphérie d'Halifax et de Dartmouth.
Au Canada, c'est la Nouvelle-Écosse qui compte le plus grand nombre d'anciens combattants et de militaires par habitant. Dans ma circonscription, on en trouve 23 %, soit la proportion la plus élevée de toute la province. Nous consacrons énormément de temps à chercher comment soutenir ces groupes. Une importante partie de notre contribution porte sur les assemblées publiques et les réunions avec les membres de diverses filiales de la Légion canadienne ainsi qu'avec les membres de leur famille, dont bon nombre sont également des militaires ou des vétérans.
Je suis ravi de signaler qu'il y a quelques mois, j'ai été nommé membre du comité des anciens combattants. Cette nomination est très importante pour moi et je me réjouis vraiment de participer aux travaux du comité.
Ma circonscription compte énormément de personnes du troisième âge. D'ailleurs, elle détient plusieurs records pour ce qui est du nombre d'anciens combattants et d'aînés. De 2011 à 2016, on a enregistré une augmentation de 33 % du nombre d'aînés. Il s'agit de l'augmentation la plus importante de la population de 65 ans et plus. Ces chiffres mettent en évidence la nécessité de soutenir ce segment de la population.
Dans ma circonscription, alors que le nombre d'aînés a augmenté au cours des cinq dernières années, le nombre de jeunes a chuté de près de 5 %. Ce n'est pas une bonne formule. Il faut faire bouger les choses. Je crois fermement que le budget nous permettra de le faire.
De plus, dans ma circonscription, il y a beaucoup de jeunes familles qui ont de nombreux jeunes enfants. Il faut construire les infrastructures qui soutiendront ces personnes.
Il est extrêmement important de discuter des anciens combattants. On réalise de nombreux progrès, mais on doit en réaliser davantage. Ce matin, j'ai rencontré l'ombudsman des vétérans et l'ombudsman de la Défense nationale et des Forces canadiennes. Nous avons maintenant l'occasion d'examiner plus en profondeur certains problèmes.
L'une des promesses du gouvernement — qu'il remplira — portait sur les pensions à vie. Comme nous l'avons indiqué dans le budget, nous sommes en train de mettre au point les détails à cet égard. Nous espérons rétablir cette option avant la fin de l'année.
L'autre élément concernant les anciens combattants porte sur la transition après la libération. Il s'agit probablement de l'élément le plus complexe et le plus problématique de tous. Le gouvernement a déjà fait de nombreux progrès dans ce dossier, mais il y a encore beaucoup à faire. Il faut veiller à ce que le processus se déroule sans heurts pour les militaires qui sont libérés, quelle qu'en soit la raison. Que ce soit pour une raison médicale ou non, nous devons veiller à bien faire les choses.
En ce moment, nous ne faisons pas les choses comme il faudrait. Environ 10 000 militaires sont libérés chaque année, et 27 % d'entre eux éprouvent de la difficulté à faire la transition vers une nouvelle vie. Plus important encore, 60 % de ces 27 % ne sont pas libéré pour des raisons médicales. Nous avons beaucoup de travail à faire sur ce plan et nous y concentrerons beaucoup de nos efforts.
Le gouvernement a mis en place un volet éducatif pour l'armée. Les vétérans libérés après 6 ans recevront 40 000 $ pour assurer leur transition et leur réadaptation. Ceux qui ont servi pendant 12 ans obtiendront 80 000 $. Il s'agit d'investissements qui contribueront à faciliter cette transition importante, et nous devons aussi faire beaucoup plus.
Nous avons aussi investi dans les centres de ressources pour les familles, qui sont essentiels pour appuyer davantage les vétérans à court terme.
Le gouvernement fédéral ne peut pas tout faire à lui seul. Les gouvernements provinciaux et municipaux ont aussi des responsabilités. Ils sont sur le terrain. Le fonds pour le bien-être des familles soutient l'intégration des vétérans dans la collectivité. Ce fonds permet à différents organismes de demander du financement pour offrir des services aux vétérans de leur collectivité. Il s'agit d'une initiative extrêmement importante.
L'autre initiative, bien sûr, est le centre d'excellence spécialisé en troubles de stress post-traumatique et en problèmes de santé connexes. Nous devons faire davantage dans ce domaine, et le faire rapidement. Nous nous sommes engagés à créer ce type de centre. Qu'est-ce que le centre d'excellence? Ce n'est pas que des briques et du mortier. Des services doivent y être offerts. Nous devons recueillir des données et en faire le suivi. Nous savons ce qui se fait dans d'autres pays, et nous pouvons prendre leurs meilleures pratiques et les mettre en oeuvre ici.
Nous venons d'annoncer une stratégie conjointe de prévention du suicide, un autre bel exemple de l'approche horizontale que le gouvernement emploie pour soutenir les militaires et les vétérans. Le ministre de la Défense nationale et le ministre des Anciens Combattants travaillent ensemble pour renforcer l'approche intégrée que nous souhaitons adopter.
Je veux aussi parler des aînés. J'ai consacré une bonne partie de mon été à visiter toutes les résidences pour personnes âgées dans ma circonscription, afin de discuter des services et de nos intentions. Nous avons déjà baissé l'âge de la retraite à 65 ans. Certaines personnes maintenant considérées comme comme des aînés n'étaient pas reconnues comme telles sous le gouvernement précédent. Nous savons que cela aussi est extrêmement important.
Nous avons aussi mis en place des prestations de compassion pour les aînés. Les proches des personnes âgées atteintes d'une maladie en phase terminale ont droit à ces prestations, dont la durée est passée de 6 à 26 semaines, ce qui est extrêmement important.
Le crédit d’impôt pour l’accessibilité domiciliaire est une autre mesure d'importance, car pour permettre aux gens de demeurer chez eux plus longtemps, il faut adapter les lieux. Je suis certain que les députés ont vu des publicités sur les sièges d'escaliers. C'est un exemple. Il faut faire une foule de changements à la structure d'une maison pour que des résidents puissent y demeurer plus longtemps. Par ailleurs, la stratégie nationale sur logement et les investissements dans le régime national de soins de santé vont aussi beaucoup aider les aînés.
En troisième lieu, je veux parler des jeunes. Comme je l'ai déjà dit, ma circonscription compte moins de jeunes qu'il y a cinq ans. Il faut renverser cette tendance. J'ai organisé l'an dernier un conseil jeunesse et je veux renouveler l'expérience cette année. Cette activité donne l'occasion aux jeunes d'aider le gouvernement et de nous aider, nous, députés, à mieux comprendre leurs besoins.
Nous avons instauré la prestation fiscale pour le revenu du travail à l'intention des familles à faible revenu. L'argent reçu peut servir à payer des frais d'études. Nous avons élaboré une stratégie de l'emploi qui aidera 33 000 jeunes à acquérir des aptitudes professionnelles et qui permettra de créer 15 000 emplois verts. Depuis deux ans, nous avons aussi doublé le nombre d'emplois d'été qui sont offerts aux jeunes.
Avant de terminer, je dois absolument parler aussi de l'Allocation canadienne pour enfants. Dans la circonscription de chacun des 338 députés, certaines familles reçoivent des fonds supplémentaires qui peuvent servir à payer des frais d'études ou des activités sportives ou à subvenir à leurs divers besoins particuliers. Dans ma seule circonscription, Sackville—Preston—Chezzetcook, les familles de plus de 15 000 enfants reçoivent ainsi des prestations non imposables. Il s'agit d'un investissement considérable. C'est d'ailleurs ce qu'on me dit. Neuf familles sur dix reçoivent plus d'argent; le nombre d'enfants vivant dans la pauvreté a été réduit de 300 000. N'est-ce pas impressionnant? Voilà le gouvernement que nous avons.
Je résume. Depuis deux ans, nous avons créé 450 000 emplois. En collaboration avec les provinces et les territoires, nous avons mis en oeuvre une stratégie nationale concernant le Régime de pensions du Canada. L'ancien gouvernement n'avait pas réussi à le faire, mais nous, si. Nous élaborons aussi des stratégies nationales: une pour les aînés, une sur le logement et une autre pour aider les petites entreprises. Le gouvernement et le budget...
Voir le profil de Darrell Samson
Lib. (NS)
Madame la Présidente, j'aimerais rectifier un point. Non seulement nous avons doublé le nombre d'emplois, mais nous avons doublé le financement. Non seulement, nous avons doublé le financement, mais nous avons mis en place un processus qui répondra vraiment aux besoins des gens. Les étudiants qui fréquentent l'université peuvent encore travailler 16 semaines. Pour les étudiants au secondaire, c'est 12 semaines. Les autres obtiendront 8 semaines. C'est un programme conçu pour les utilisateurs. C'est ce en quoi notre gouvernement est différent. Nous répondons aux besoins des jeunes.
Résultats : 1 - 4 de 4