Hansard
Consultez le guide de l'usager
Pour obtenir de l’aide, contactez-nous
Consultez le guide de l'usager
Pour obtenir de l’aide, contactez-nous
Ajouter un critère de recherche
Résultats : 1 - 60 de 2893
Voir le profil de Andrew Scheer
PCC (SK)
Monsieur le Président, on apprenait aujourd'hui que, le 14 mai dernier, des membres des Forces armées canadiennes ont produit un rapport décrivant les conditions effroyables qui prévalent dans les centres de soins de longue durée en Ontario. Les soldats ont rapporté avoir vu des coquerelles, de la nourriture putréfiée et des aînés laissés dans leur couche souillée et avoir entendu des gens appeler à l'aide très longtemps sans que personne n'aille les voir. Je suis convaincu que les Canadiens ont été horrifiés d'apprendre ces faits. Or, les libéraux n'ont transmis ce rapport à la province de l'Ontario que dimanche dernier. Autrement dit, le gouvernement n'a rien fait alors qu'il avait en main ce rapport depuis presque deux semaines.
Pourquoi a-t-il fallu une fuite pour que ces détails soient rendus publics? Pourquoi le premier ministre n'a-t-il pas été transparent concernant ces informations horribles?
Voir le profil de Justin Trudeau
Lib. (QC)
Voir le profil de Justin Trudeau
2020-05-26 14:23 [p.2437]
Monsieur le Président, je l'ai dit à de nombreuses reprises à la Chambre, notamment depuis le début de la pandémie: il faut mieux prendre soin des aînés dans les centres de soins de longue durée partout au pays.
La situation que décrit le rapport en question est atroce. Le ministre de la Défense nationale a reçu le rapport jeudi soir. Les autres ministres ont été informés vendredi puis le ministre a communiqué le rapport à la province de l'Ontario pendant la fin de semaine. J'ai lu le rapport au complet lundi et aujourd'hui, mardi, le rapport a été rendu public. Les Canadiens doivent savoir ce qui se passe et nous devons travailler ensemble pour corriger la situation.
Voir le profil de Andrew Scheer
PCC (SK)
Monsieur le Président, il n'en demeure pas moins que le rapport a été rédigé le 14 mai, mais qu'il a fallu presque deux semaines pour qu'il soit rendu public.
Nos aînés méritent mieux que cela. Ils méritent mieux que le gouvernement attende presque deux semaines avant de lire un rapport absolument terrible sur la situation dans les centres pour aînés. Nous apprenons que l'Armée travaille sur un deuxième rapport qui va faire état de la situation dans les centres de soins de longue durée au Québec.
Est-ce que le premier ministre peut nous assurer qu'il ne va pas attendre deux semaines avant de le lire?
Voir le profil de Justin Trudeau
Lib. (QC)
Voir le profil de Justin Trudeau
2020-05-26 14:24 [p.2438]
Monsieur le Président, ce qui s'est passé dans les centres de soins de longue durée en Ontario est absolument inacceptable et ce rapport est extrêmement troublant. Le ministre de la Défense nationale a reçu ce rapport jeudi passé et il l'a partagé avec ses homologues et mon bureau vendredi dernier. Nous l'avons partagé avec le gouvernement de l'Ontario en fin de semaine et aujourd'hui, mardi, nous le partageons publiquement.
Nous devons agir pour nous assurer qu'on s'occupe de nos aînés qui ont bâti ce pays. C'est notre obligation à nous tous en tant que Canadiens.
Voir le profil de Andrew Scheer
PCC (SK)
C'est le premier ministre qui a fixé de telles échéances, monsieur le Président.
Ma question est simple: qui était en possession du rapport du 14 mai jusqu'à jeudi dernier?
Voir le profil de Justin Trudeau
Lib. (QC)
Voir le profil de Justin Trudeau
2020-05-26 14:25 [p.2438]
Monsieur le Président, jeudi dernier, le chef d'état-major de la Défense l'a transmis au ministre de la Défense nationale. Avant cela, ce sont les Forces armées canadiennes qui étaient en possession du rapport.
Voir le profil de Andrew Scheer
PCC (SK)
Monsieur le Président, aujourd'hui, les médias nous apprennent également que la ministre du Gouvernement numérique milite en faveur d'une campagne de financement visant à poursuivre Global News pour avoir critiqué le Parti communiste chinois dans un reportage. WeChat est un réseau social sanctionné par l'État chinois et surveillé par les services de sécurité de l'État communiste. Pire encore, la ministre a avoué que son attaché politique, financé à même les deniers publics, est celui qui gère son compte WeChat et qui a permis la promotion de cette campagne de financement. C'est on ne peut plus inapproprié.
Quelles mesures le premier ministre a-t-il prises à la lumière de ces informations?
Voir le profil de Justin Trudeau
Lib. (QC)
Voir le profil de Justin Trudeau
2020-05-26 14:26 [p.2438]
Monsieur le Président, le Parti libéral et le gouvernement du Canada estiment à sa juste mesure l'important travail qu'accomplissent les journalistes partout au Canada. C'est tout à fait inacceptable de s'en prendre à l'intégrité et à la rigueur des journalistes. La personne qui a publié le lien sur le groupe en question n'en fait plus partie et n'appartient pas à l'association de circonscription en cause.
Voir le profil de Andrew Scheer
PCC (SK)
Monsieur le Président, on reconnaît bien là les libéraux. Pour ce genre de choses, ils ne s'excusent que s'ils se font prendre. Lorsque l'on place cela dans le contexte de l'approche globale du gouvernement envers la Chine, les spécialistes des affaires étrangères disent qu'il s'y prend en parlant doucement, sans brandir de bâton.
Hier, j'ai donné au premier ministre quatre occasions de condamner les atteintes du gouvernement de la Chine à la liberté du peuple de Hong Kong. Il a refusé de le faire. Nous connaissions sa tendance à la pacification à l'endroit la République populaire de Chine, mais ceci est bien pire. En aidant une aile du gouvernement chinois à museler les médias qui critiquent la République populaire de Chine ici, au Canada, le premier ministre se trouve à exécuter ses basses œuvres.
Pourquoi les ministres du Cabinet du premier ministre viennent-ils en aide aux dictateurs de la République populaire de Chine?
Voir le profil de Justin Trudeau
Lib. (QC)
Voir le profil de Justin Trudeau
2020-05-26 14:27 [p.2438]
Monsieur le Président, comme je l'ai dit, la personne en cause n'a aucun lien avec l'association de circonscription ou la députée et ministre en question.
Naturellement, nous sommes profondément préoccupés par le projet de loi relatif à la sécurité nationale à Hong Kong. Comme des centaines de milliers de Canadiens vivent là-bas, nous avons intérêt à favoriser la stabilité et la prospérité de Hong Kong. Nous demeurons favorables au degré élevé d'indépendance et de liberté dont jouit Hong Kong au titre de la loi fondamentale et du cadre juridique « un pays, deux systèmes », que le projet de loi vient miner. Nous allons toujours appuyer et promouvoir la liberté de parole, la liberté d'expression et la liberté de presse, partout dans le monde.
Voir le profil de Yves-François Blanchet
BQ (QC)
Monsieur le Président, je ne sais pas combien de réponses creuses et vides le premier ministre a pour les médias, le Parlement et les contribuables québécois, mais il va découvrir que le Bloc québécois va le suivre jusqu'en campagne électorale avec le fait qu'il a la main dans le sac de l'argent public. Il disait ce matin en point de presse que les programmes ne jugent pas, mais que les électeurs jugent. Le programme n'a pas de jugement. Le premier ministre devrait en avoir.
Est-ce que le premier ministre aura assez de jugement pour renoncer à la subvention salariale à laquelle le Parti libéral ne devrait pas avoir droit et remettre l'argent, le cas échéant?
Voir le profil de Justin Trudeau
Lib. (QC)
Voir le profil de Justin Trudeau
2020-05-26 14:29 [p.2438]
Monsieur le Président, partout au pays, des gens qui travaillent pour différentes organisations ou entreprises risquent de perdre leur emploi à cause de la COVID-19. L'aide aux travailleurs que nous avons donnée, c'est justement pour nous assurer que les gens gardent leur emploi pour que l'économie puisse reprendre. Nous avons bougé rapidement pour pouvoir aider les gens de partout au pays.
Nous nous concentrons toujours sur les travailleurs et c'est eux que nous aidons avec cette subvention aux travailleurs.
Voir le profil de Yves-François Blanchet
BQ (QC)
Monsieur le Président, nous aurons l'occasion d'y revenir. Le NPD a dit qu'il avait recours au programme. Jusqu'à ce que le NPD le dise, on ne savait pas que les libéraux et les conservateurs avaient non seulement demandé, mais obtenu de l'argent. C'était tellement discret. En effet, ce programme sert à préserver un lien d'emploi. C'est un programme pour les entreprises et les travailleurs et il fallait protéger les jobs.
Est-ce que le premier ministre dit aujourd'hui qu'il aurait mis à pied tout le personnel du Parti libéral s'il n'avait pas eu la subvention salariale?
Voir le profil de Justin Trudeau
Lib. (QC)
Voir le profil de Justin Trudeau
2020-05-26 14:30 [p.2439]
Monsieur le Président, des organismes et des entreprises de partout au pays font face à des difficultés à cause de la COVID-19. Ce programme de subvention salariale est là pour les organismes sans but lucratif, les organismes caritatifs et les entreprises qui ont subi une baisse de revenu et qui veulent être là pour assurer la continuité et pour appuyer leurs travailleurs.
En ce qui concerne la transparence, la liste de toutes les compagnies et organisations qui reçoivent la subvention salariale sera publiée. Il y a toujours un désir de transparence dans tout ce que nous faisons en tant que gouvernement.
Voir le profil de Jagmeet Singh
NPD (BC)
Voir le profil de Jagmeet Singh
2020-05-26 14:31 [p.2439]
Monsieur le Président, les Canadiens ont été horrifiés par l'information révélée par le rapport militaire, qui décrit les conditions que les aînés ont dû endurer dans les établissements de soins de longue durée. Les aînés ont besoin de plus que notre compassion. Ils ont désespérément besoin que nous agissions. Nombre de rapports ont révélé clairement que les conditions les plus déplorables avaient été observées dans les établissements privés de soins de longue durée.
Le premier ministre conviendra-t-il, dès aujourd'hui, qu'il est temps de dissocier profits et soins aux aînés?
Voir le profil de Justin Trudeau
Lib. (QC)
Voir le profil de Justin Trudeau
2020-05-26 14:31 [p.2439]
Monsieur le Président, nous sommes tous préoccupés par la situation que vivent les aînés dans les établissements de soins de longue durée, dans l'ensemble du pays. Comme je l'ai dit, le gouvernement fédéral est prêt à aider les provinces à assumer leurs responsabilités, dans le respect de leurs champs de compétence. Nous n'allons pas dire aux provinces ce qu'elles doivent faire en ce qui a trait à leurs champs de compétence, mais nous savons que tous les ordres de gouvernement et l'ensemble des Canadiens doivent avoir de sérieuses discussions pour prendre mieux soin des aînés vulnérables, qui ont bâti ce pays et qui ont besoin qu'on s'occupe d'eux beaucoup mieux qu'on ne l'a fait jusqu'à présent.
Voir le profil de Jagmeet Singh
NPD (BC)
Voir le profil de Jagmeet Singh
2020-05-26 14:32 [p.2439]
Monsieur le Président, le Canada a besoin de leadership pour rallier le pays entier à l'idée qu'on ne devrait pas faire de profits sur le dos des aînés ni traiter les aînés avec négligence.
Les mêmes conditions horribles prévalaient au CHSLD Herron, au Québec. Ce sont 31 personnes âgées qui sont mortes dans ce centre. C'est inacceptable. Les pires conditions sont dans les CHSLD privés.
Est-ce que le premier ministre est prêt à dire aujourd'hui qu'il est temps de mettre fin aux profits dans les soins de nos aînés?
Voir le profil de Justin Trudeau
Lib. (QC)
Voir le profil de Justin Trudeau
2020-05-26 14:33 [p.2439]
Monsieur le Président, toute question liée à l'administration des CHSLD revient de façon très appropriée et constitutionnelle à la province du Québec, et nous allons respecter le travail que doit faire la province.
Comme le gouvernement fédéral a été là en offrant l'aide forces armées, comme nous sommes là pour appuyer nos aînés et les travailleurs du pays, nous serons là pour travailler avec le Québec et les autres provinces en tout respect pour réfléchir sur comment nous pouvons tous mieux servir nos aînés qui méritent beaucoup mieux que les services qu'ils ont reçus dans des situations semblables.
Voir le profil de James Bezan
PCC (MB)
Monsieur le Président, des militaires qui participent à l'opération Laser ont sonné l'alarme au sujet des traitements horribles et de la négligence dont sont victimes les aînés vulnérables dans les établissements de soins de longue durée. L'armée a fait état de ces mauvais traitements le 14 mai, mais le ministre de la Défense n'y a donné suite que vendredi dernier. L'Ontario n'en a rien su avant dimanche parce que le ministre de la Sécurité publique a laissé traîner les choses jusqu'à ce moment-là.
Nos troupes mettent leur vie en danger et elles ont constaté un mépris flagrant de la prévention des infections, mais aussi de mauvais traitements à l'endroit de résidants âgés et une qualité de soins « horrible ».
Pourquoi le ministre de la Défense a-t-il mis près de deux semaines à réagir à ces allégations?
Voir le profil de Bill Blair
Lib. (ON)
Monsieur le Président, je tiens d'abord à saluer l'excellent travail des Forces armées canadiennes, qui ont répondu à l'appel pour venir en aide à l'Ontario et au Québec. Je les remercie sincèrement.
Le rapport des militaires sur les conditions épouvantables qu'ils ont observées dans les établissements de soins de longue durée en Ontario est extrêmement troublant; il fallait absolument intervenir. C'est pourquoi, lorsque l'information a été portée à mon attention, vendredi dernier, j'ai immédiatement communiqué avec les autorités compétentes, notamment en transmettant ces conclusions au gouvernement de l'Ontario.
Comme le premier ministre l'a déjà dit, le gouvernement a reçu ce rapport jeudi dernier. Il m'a été transmis vendredi, et nous avons immédiatement envoyé le document entier au gouvernement de l'Ontario. Nous sommes nous aussi préoccupés par le sort des aînés en question.
Voir le profil de James Bezan
PCC (MB)
Monsieur le Président, cela ne répond pas à la question. La question porte sur le fait que l'information a été révélée le 14 mai. Le gouvernement a refusé de donner suite aux renseignements et aux allégations de manière à protéger les Canadiens plus vulnérables, à savoir nos proches qui vivent dans des établissements de soins de longue durée.
La question est très simple: pourquoi les libéraux sont-ils restés les bras croisés pendant deux semaines, sans rien faire pour protéger nos proches dans les établissements de soins de longue durée?
Voir le profil de Bill Blair
Lib. (ON)
Monsieur le Président, j'aimerais simplement dissiper le malentendu du député d'en face. Comme on le lui a dit, cette information est parvenue au gouvernement jeudi dernier. Elle m'a été transmise le lendemain, et nous avons entrepris d'informer la province.
Les renseignements importants qui ont été recueillis par les Forces armées canadiennes ont été communiqués au gouvernement jeudi dernier, et nous avons immédiatement pris les mesures nécessaires pour commencer à remédier aux conditions épouvantables qui ont été signalées.
Voir le profil de Gérard Deltell
PCC (QC)
Voir le profil de Gérard Deltell
2020-05-26 14:36 [p.2440]
Monsieur le Président, nous sommes tous conscients qu'une crise génère des déficits. Nous sommes aussi conscients qu'un déficit, c'est une facture que nous envoyons à nos enfants.
Le président du Conseil du Trésor est au coeur de toutes les décisions financières du gouvernement. C'est lui qui voit l'argent qui entre et c'est lui qui voit l'argent qui sort. Il y a un mois, le directeur parlementaire du budget a déterminé que le déficit du Canada était de 252 milliards de dollars.
Est-ce que le président du Conseil du Trésor peut indiquer aux Canadiens à combien se chiffre le déficit aujourd'hui puisqu'il est au coeur des décisions?
Voir le profil de Bill Morneau
Lib. (ON)
Voir le profil de Bill Morneau
2020-05-26 14:36 [p.2440]
Monsieur le Président, nous savons qu'il s'agit d'une crise et qu'il est très important de faire des investissements pour les familles canadiennes et les entreprises au Canada afin de nous assurer d'avoir un plan d'ici à la fin de la crise. Nous maintiendrons notre approche qui est de faire des investissements puisque de cette façon nous aurons une économie lorsque la crise sera terminée.
Voir le profil de Gérard Deltell
PCC (QC)
Voir le profil de Gérard Deltell
2020-05-26 14:37 [p.2440]
Monsieur le Président, cela n'a pas de bon sens. Comment se fait-il que le ministre des Finances et le président du Conseil du Trésor sont incapables de connaître le déficit du Canada aujourd'ui, alors que le directeur parlementaire du budget le savait. Si le directeur parlementaire du budget le sait, les gens du gouvernement doivent le savoir.
Pourquoi cachent-ils la réalité aux Canadiens?
Par ailleurs, il y a une semaine, le gouvernement a dit qu'il allait alléger les prêts aux entreprises pour les comptes d'urgence. Une semaine plus tard, il n'y a toujours rien. Pourquoi?
Voir le profil de Bill Morneau
Lib. (ON)
Voir le profil de Bill Morneau
2020-05-26 14:37 [p.2440]
Monsieur le Président, il s'agit de deux questions différentes.
Nous allons considérer la situation économique lorsque notre situation sera plus stable. Maintenant, l'économie est très fluide. Chaque jour, nous serons transparents quant à nos investissements.
En ce qui a trait à nos programmes, nous avons considéré comment nous pouvons les améliorer. Le prêt d'urgence est un exemple de l'élargissement de notre approche pour nous assurer que plus d'entreprises ont la possibilité d'obtenir le prêt.
Voir le profil de Candice Bergen
PCC (MB)
Monsieur le Président, une étudiante parente d'une personne de ma circonscription loue une chambre chez elle à un étudiant étranger. L'étudiant en question l'a informée récemment qu'il avait trouvé un moyen d'obtenir la Prestation canadienne d'urgence et qu'il retournait chez lui, à l'étranger, et qu'il ne lui paierait plus de loyer. Il peut quitter le Canada, il peut toucher la PCU et elle, elle se fait escroquer. Nous entendons de plus en plus d'histoires de ce genre.
Pourquoi les libéraux font-ils fi des individus qui semblent essayer de frauder délibérément le système?
Voir le profil de Jean-Yves Duclos
Lib. (QC)
Voir le profil de Jean-Yves Duclos
2020-05-26 14:38 [p.2440]
Monsieur le Président, je remercie ma collègue de soulever cette question.
Notre plan est très clair depuis le début: il s'agit d'aider rapidement et efficacement les Canadiens et en particulier les étudiants, qui ont beaucoup de difficulté à passer à travers la crise actuelle.
Nous avons besoin de tous les Canadiens et de tous les étudiants pour que la relance économique puisse débuter prochainement. Nous savons aussi qu'il y a des mécanismes que l'Agence de revenu du Canada peut utiliser pour s'assurer que l'envoi d'aide aux gens se fait avec toute la rigueur nécessaire. Nous comptons sur ses employés pour faire leur travail.
Voir le profil de Candice Bergen
PCC (MB)
Monsieur le Président, d'après une note de service obtenue par le National Post, les ressortissants étrangers ne sont pas tenus de présenter de preuve de leur statut pour recevoir la prestation. Les travailleurs étrangers temporaires n'ont pas besoin de présenter de permis de travail et les étudiants étrangers n'ont pas besoin de présenter de preuve d'inscription ou de visa d'étudiant. Il n'y a pratiquement pas de mesures en place pour éviter la fraude.
Le ministre ne voit-il pas qu'en ne tentant pas d'empêcher la fraude, il l'encourage en fait?
Voir le profil de Jean-Yves Duclos
Lib. (QC)
Voir le profil de Jean-Yves Duclos
2020-05-26 14:39 [p.2440]
Monsieur le Président, j'ai deux messages extraordinairement clairs.
À cause de la situation très difficile dans laquelle beaucoup de Canadiens se retrouvent, le gouvernement canadien a fait le choix évident d'aider rapidement et de manière efficace.
Toutefois, dès le départ, nous avons informé tous les Canadiens que cela allait être fait avec rigueur et que les mécanismes de l'Agence du revenu du Canada allaient s'appliquer par la suite pour faire que, non seulement les Canadiens puissent recevoir l'aide dont ils ont besoin, mais que tout cela soit fait avec l'intégrité nécessaire.
Voir le profil de Christine Normandin
BQ (QC)
Voir le profil de Christine Normandin
2020-05-26 14:40 [p.2440]
Monsieur le Président, on le répète, la Subvention salariale d'urgence, c'est pour les commerces et les PME qui ont peur d'avoir à choisir entre faire faillite ou mettre à pied leurs employés. Ce n’est pas pour des partis politiques multimillionnaires.
Le 15 mai dernier, le ministre des Finances a annoncé que la Subvention salariale d'urgence serait prolongée de trois mois jusqu’à la fin août. Ma question est simple: savait-il à ce moment-là que son propre parti en profiterait?
Voir le profil de Bill Morneau
Lib. (ON)
Voir le profil de Bill Morneau
2020-05-26 14:40 [p.2441]
Monsieur le Président, nous avons décidé que la Subvention salariale d'urgence est très importante pour chaque secteur et pour chaque situation, partout au pays. Notre approche est de protéger les employés. Si une entreprise subit une diminution de revenus de 30 % ou plus, elle aura accès à la Subvention salariale d'urgence. C'est pour protéger les employés et nous pensons que c'est une bonne approche.
Voir le profil de Christine Normandin
BQ (QC)
Voir le profil de Christine Normandin
2020-05-26 14:41 [p.2441]
Monsieur le Président, les personnes migrantes qui s'occupent de nos aînés en CHSLD ont prouvé qu'elles sont exceptionnelles. C'est pourquoi nous demandons un traitement rapide, prioritaire et exceptionnel de leur demande en tenant compte de leur dévouement.
Nous avons déposé une motion hier pour demander au gouvernement d'agir, mais les conservateurs ont refusé. Nous en déposons une autre aujourd'hui en espérant que tous les partis auront autant de cœur que ces personnes qui risquent leur vie pour sauver celles des bâtisseurs du Québec.
Est-ce que le gouvernement va prioriser et accélérer le traitement de leur demande?
Voir le profil de Bill Blair
Lib. (ON)
Monsieur le Président, nous sommes toujours très fiers de dire que le Canada est un pays accueillant. Nous continuons d'ouvrir la porte aux nouveaux arrivants. Notre système d'immigration repose encore sur la compassion, l'efficacité et les possibilités économiques, tout en assurant la santé et la sécurité des Canadiens.
Je tiens à assurer à la députée que tous les demandeurs d'asile admissibles auront droit à une audience complète et équitable pour évaluer le mérite de leur demande. En attendant leur audience, ils sont autorisés à travailler, à étudier et à recevoir une protection médicale de base.
Nous sommes reconnaissants du travail qu'ils accomplissent pour venir en aide aux Canadiens vulnérables, et nous écouterons attentivement les motions présentées par notre collègue d'en face.
Voir le profil de Kevin Waugh
PCC (SK)
Voir le profil de Kevin Waugh
2020-05-26 14:42 [p.2441]
Monsieur le Président, les libéraux refusent de nous dire ce qui est arrivé à la réserve nationale stratégique avant cette crise. Vendredi, on a demandé à l'administratrice en chef de la santé publique si elle avait déjà dit aux libéraux que la réserve d'urgence était sous-financée, mais la ministre de la Santé a empêché la Dre Tam de répondre à la question, en prétendant que cela relève du secret du Cabinet.
Quand les libéraux diront-ils la vérité sur leur décision de diminuer la réserve stratégique du Canada?
Voir le profil de Patty Hajdu
Lib. (ON)
Monsieur le Président, je tiens à remercier la Dre Tam et, en fait, l'ensemble de l'Agence de la santé publique du Canada de sa transparence envers les Canadiens depuis le début de cette pandémie. Comme le sait le député d'en face, nous avons fait part aux Canadiens des avantages et désavantages de la Réserve nationale stratégique d'urgence. Nous avons beaucoup appris au cours des derniers mois sur la façon de créer un réseau national efficace de réserves, et je suis impatiente de continuer à recevoir des mises à jour régulières de la Dre Tam lors de ses conférences de presse quotidiennes.
Voir le profil de Cathy McLeod
PCC (BC)
Monsieur le Président, nous n'avons toujours pas de réponse véritable et, bien sûr, la ministre a muselé l'administratrice en chef de la santé publique. Nous savons qu'en février, le gouvernement a expédié 16 tonnes d'équipement de protection individuelle, notamment des écrans faciaux et des masques, en Chine. Nous savons aussi qu'il a fermé des entrepôts et qu'il a envoyé beaucoup d'équipement au dépotoir. Il existe maintenant une course mondiale aux masques faciaux et nous savons également que nombre des masques qui sont expédiés au Canada depuis la Chine pour les travailleurs canadiens de la santé ne sont pas sécuritaires pour eux.
Il est temps que la ministre de la Santé présente des excuses aux travailleurs de la santé partout au Canada qui doivent faire des pieds et des mains pour se trouver de l'équipement de protection adéquat.
Voir le profil de Patty Hajdu
Lib. (ON)
Monsieur le Président, je tiens tout d'abord à remercier les travailleurs de la santé partout au pays de l'immense travail qu'ils accomplissent pour nous tous. Comme la députée d'en face le sait, le gouvernement ne ménage aucun effort pour les protéger. Je veux aussi remercier la ministre des Services publics et de l’Approvisionnement et son équipe d'avoir mis au point une approche d'approvisionnement globale qui nous permet de répondre à toutes les demandes provinciales et territoriales faites à la Réserve nationale stratégique d'urgence. Nous collaborons évidemment avec les provinces et les territoires pour nous assurer de disposer de l'équipement approprié à l'avenir.
Voir le profil de David Sweet
PCC (ON)
Voir le profil de David Sweet
2020-05-26 14:44 [p.2441]
Monsieur le Président, hier, le premier ministre a refusé de condamner les ignobles attaques de la Chine contre le peuple libre de Hong Kong. Pire encore, les libéraux ont voté contre la reprise des travaux du comité sur les relations sino-canadiennes pour répondre à la menace que le Parti communiste chinois fait peser sur la démocratie de Hong Kong. Les libéraux prétendent défendre la liberté, mais ils restent les bras croisés pendant qu'un régime communiste traîne des législateurs hors d'un conseil législatif, met en prison ceux qui se battent pour la démocratie et s'applique à imposer un régime autoritaire aux Hongkongais.
Ça suffit. Quand les libéraux vont-ils enfin défendre les droits de la personne et la démocratie et prendre position contre les dictateurs chinois?
Voir le profil de Marc Garneau
Lib. (QC)
Monsieur le Président, nous sommes profondément préoccupés par les propositions visant à mettre en place une loi relative à la sécurité nationale à Hong Kong. Compte tenu du très grand nombre de Canadiens qui vivent à Hong Kong, nous avons tout intérêt à ce que Hong Kong conserve sa stabilité et sa prospérité, lesquelles sont à la base de l'autonomie relative et des libertés fondamentales dont jouit Hong Kong.
Le Canada continue de soutenir le haut degré d'autonomie dont jouit Hong Kong et le principe « un pays, deux systèmes ». Nous continuons d'encourager toutes les parties à entamer une discussion pacifique et féconde pour répondre aux préoccupations légitimes exprimées par la population de Hong Kong.
Voir le profil de Steven Blaney
PCC (QC)
Monsieur le Président, si les libéraux sont aussi préoccupés qu'ils le disent, pourquoi s'opposent-ils à ce qu'un groupe de parlementaires canadiens, dans le cadre du travail du Comité spécial sur les relations sino-canadiennes, se penche sur la situation de Hong Kong relativement aux droits démocratiques?
La liberté d'expression est importante, particulièrement en pandémie. Les libéraux se vantaient, en 2019, qu'ils allaient défendre la liberté d'expression. Ils louvoient pour avoir un siège au Conseil de sécurité des Nations unies. Le Parlement peut se pencher là-dessus afin de défendre la liberté d'expression.
Pourquoi les libéraux ne défendent-ils pas les droits des Canadiens et la démocratie face à la Chine?
Voir le profil de Pablo Rodriguez
Lib. (QC)
Monsieur le Président, j'aimerais carrément réfuter ce qu'a dit mon collègue.
Il y a actuellement huit comités qui se réunissent sur une base régulière. Par exemple, le Comité permanent de l'agriculture et de l'agroalimentaire s'est réuni cinq fois, et il a entendu 32 témoins. Au total, il y a eu 74 réunions de comités et on a entendu 580 témoins. De plus, 23 ministres ont comparu. Tout cela a été fait en période de pandémie, avec les difficultés qu'il peut y avoir. Nous avons tenu le coup, nous nous sommes assuré que les comités peuvent siéger.
Voir le profil de Lindsay Mathyssen
NPD (ON)
Voir le profil de Lindsay Mathyssen
2020-05-26 14:47 [p.2442]
Monsieur le Président, Danielle, une femme de ma circonscription, subvient à ses besoins avec seulement 1 000 $ par mois. En raison de son état de santé, elle est particulièrement vulnérable à la COVID-19 et a de la difficulté à se protéger. Elle doit payer ses médicaments de sa poche, payer pour se faire livrer des biens à domicile et éviter le transport en commun, le seul moyen qu'elle a pour se déplacer. Danielle nous a dit qu'elle n'a plus les moyens de subvenir à ses besoins essentiels parce qu'elle se heurte constamment à de nouveaux obstacles. Elle n'a que faire des promesses creuses. Elle a besoin que le gouvernement intervienne.
Quand le gouvernement apportera-t-il aux personnes handicapées l'aide dont elles ont besoin?
Voir le profil de Jean-Yves Duclos
Lib. (QC)
Voir le profil de Jean-Yves Duclos
2020-05-26 14:48 [p.2442]
Monsieur le Président, nous avons mis en place des mesures qui viennent en aide aux personnes vulnérables comme la dame de sa circonscription. Nous savons à quel point cette crise est difficile. C'est pourquoi nous n'avons pas attendu et avons agi avec efficacité pour fournir rapidement du soutien à ces personnes, notamment en augmentant le crédit d'impôt au titre de la TPS, en élargissant l'admissibilité à la Prestation canadienne d'urgence et en bonifiant l'aide financière pour les personnes âgées. Nous ferons ce qui s'impose pour continuer à prendre soin des Canadiens.
Voir le profil de Scott Duvall
NPD (ON)
Voir le profil de Scott Duvall
2020-05-26 14:48 [p.2442]
Monsieur le Président, des milliers de travailleurs canadiens mis à pied se voient refuser les prestations supplémentaires de chômage qu'ils avaient négociées avec leur employeur, et le gouvernement n'a pas expliqué pourquoi.
Les familles ont besoin de ces prestations pour payer leurs factures. Il ne s'agit pas de cadeaux. Ce sont des prestations négociées par les travailleurs à titre de police d'assurance au cas où ils seraient mis à pied, et qui sont payées par l'employeur. Maintenant, le gouvernement empêche les travailleurs de toucher cette assurance imposable. Les syndicats et les employeurs demandent au gouvernement de corriger la lacune qui prive les travailleurs de ce revenu indispensable.
Pourquoi le gouvernement prive-t-il les travailleurs de leurs prestations supplémentaires et quand réglera-t-il ce problème?
Voir le profil de Jean-Yves Duclos
Lib. (QC)
Voir le profil de Jean-Yves Duclos
2020-05-26 14:49 [p.2442]
Monsieur le Président, il s'agit une fois de plus d'une excellente occasion de dire à quel point les Canadiens se trouvent dans des circonstances difficiles. Nous en sommes conscients, c'est pourquoi nous avons agi rapidement en instaurant la Prestation canadienne d'urgence, ou PCU. Étant donné que 8,2 millions de Canadiens ont reçu au moins un versement de la PCU, nous savons qu'elle aide de nombreuses personnes. Toutefois, nous savons qu'il reste beaucoup à faire et nous poursuivrons nos efforts pour les Canadiens.
Voir le profil de Marie-France Lalonde
Lib. (ON)
Voir le profil de Marie-France Lalonde
2020-05-26 14:49 [p.2442]
Monsieur le Président, chaque jour, des milliers de camionneurs, dont plusieurs viennent de ma circonscription, Orléans, parcourent le Canada pour acheminer à nos communautés des produits essentiels tels que des médicaments, de la nourriture et de l'équipement de protection personnelle. Ils sont véritablement une partie critique de notre chaîne d'approvisionnement qui garde nos villes et nos villages en santé. Dès le début de cette triste pandémie, notre gouvernement a affirmé que ces camionneurs devraient être identifiés comme travailleurs essentiels dans l'ensemble du pays afin qu'ils puissent effectuer leur travail d'un océan à l'autre.
Est-ce que le ministre des Transports peut nous présenter les mesures qu'il a prises, en collaboration avec ses homologues provinciaux, afin de s'assurer que nos vaillants camionneurs peuvent continuer leur travail si important en toute sécurité?
Voir le profil de Marc Garneau
Lib. (QC)
Monsieur le Président, je remercie ma collègue de souligner l'apport important et essentiel de nos camionneurs, qui nous ravitaillent en produits essentiels. Je tiens à les remercier.
Je dois dire que j'ai travaillé depuis le début avec mes homologues provinciaux pour les encourager à ouvrir plus de haltes routières pour pourvoir aux besoins des camionneurs, en conformité avec les exigences de santé publique, bien sûr. Nous travaillons également en ce moment pour nous assurer qu'ils ont l'équipement de protection personnelle dont ils ont besoin. Nous n’hésiterons pas à prendre d'autres mesures pour nous assurer que nos camionneurs se sentent en sécurité. Encore une fois, je remercie nos camionneurs.
Voir le profil de Karen Vecchio
PCC (ON)
Monsieur le Président, la culture des céréales compte pour 75 000 emplois et environ 18 milliards de dollars en production économique en Ontario. Voici ce que nous révèle un sondage récent effectué par Grain Farmers of Ontario: 86 % des producteurs de grains s'attendent à ce que leur revenu net chute en 2020. Plus de la moitié d'entre eux constatent déjà une baisse des ventes, et 24 % d'entre eux constatent des annulations ou des retards dans les contrats existants. Le tiers des producteurs de grains ont des problèmes de liquidités et un autre tiers d'entre eux s'attendent à en avoir très prochainement. En outre, 55 % d'entre eux craignent de ne pas pouvoir couvrir leurs frais d'exploitation.
Que fait le gouvernement concrètement pour aider les producteurs, pendant cette pandémie et dans l'avenir?
Voir le profil de Marie-Claude Bibeau
Lib. (QC)
Monsieur le Président, permettez-moi de rappeler tout ce que nous faisons pour nos producteurs. Nous tenons à eux. Nous savons à quel point ils nous offrent un service essentiel et à quel point ils assurent la sécurité alimentaire au pays.
Nous avons des programmes de gestion de risques qui offrent en moyenne 1,6 milliard de dollars. Récemment, nous avons annoncé un montant supplémentaire de 100 000 $ pour les producteurs de bœuf et de porc, 77 millions de dollars pour les transformateurs, 20 millions de dollars pour l'Agence canadienne d'inspection des aliments et 50 millions de dollars pour aider la venue des travailleurs temporaires étrangers.
Nous allons en faire plus. Nous savons à quel point nos fermiers sont importants pour l'économie canadienne.
Voir le profil de John Barlow
PCC (AB)
Voir le profil de John Barlow
2020-05-26 14:52 [p.2443]
Monsieur le Président, la ministre de l'Agriculture dit aux agriculteurs qu'ils ne peuvent pas affirmer que les programmes offerts sont tout simplement insuffisants. Par ailleurs, elle affirme ne pas savoir où sont les lacunes et où les fonds devraient être acheminés.
Eh bien, voici un point de départ. Exempter le secteur de l'agriculture de la taxe sur le carbone. Récupérer les 5 milliards de dollars en marchés perdus que le cafouillage des libéraux a coûtés aux agriculteurs. Améliorer le programme d'assurance du bétail. Au lieu de tout cela, elle conseille aux agriculteurs d'épuiser leurs économies et de s'endetter davantage.
La ministre peut-elle nous dire à quelles autres industries essentielles canadiennes le gouvernement libéral a demandé d'épuiser toute forme d'économies avant de pouvoir recevoir de l'aide concrète?
Voir le profil de Marie-Claude Bibeau
Lib. (QC)
Monsieur le Président, plusieurs programmes sont disponibles pour nos producteurs agricoles. Nous savons que nous devons en faire plus et nous travaillons avec eux pour vraiment nous assurer d'identifier quels sont les groupes qui ont des besoins supplémentaires. Nous sommes à leur écoute. Je rappelle que nous avons entendu nos producteurs nous dire que trop peu d'entre eux avaient accès au Compte d'urgence pour les entreprises canadiennes. Nous avons élargi les critères. Maintenant, cela représente 670 millions de dollars en aide directe à nos producteurs.
Voir le profil de Cathay Wagantall
PCC (SK)
Voir le profil de Cathay Wagantall
2020-05-26 14:53 [p.2443]
Monsieur le Président, le ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile a statué que les armes à feu figurant sur la liste des armes interdites par décret ne pouvaient être utilisées à des fins récréatives ou pour la chasse, et ce, même si le gouvernement a accordé des permis de transport pendant plus de 30 ans pour le tir sportif avec ces armes à feu.
Pourquoi le ministre choisit-il de s'en prendre aux propriétaires d'armes à feu respectueux de la loi plutôt qu'aux contrebandiers d'armes et aux criminels qui n'ont aucunement l'intention d'obéir à ses restrictions?
Voir le profil de Bill Blair
Lib. (ON)
Monsieur le Président, je serai on ne peut plus clair: les armes que nous avons interdites n'ont été conçues ni pour la chasse ni pour le tir, mais plutôt à des fins militaires, pour que les soldats s'en servent au combat. Ces armes n'ont pas leur place dans la société civile. Elles ont été employées dans de nombreuses fusillades de masse, au Canada et ailleurs dans le monde. C'est tragique. Nous avions promis aux Canadiens que nous allions renforcer le contrôle des armes à feu et nous avons fait un grand pas en avant. Il reste beaucoup de travail à faire, et nous le ferons.
Voir le profil de Rosemarie Falk
PCC (SK)
Monsieur le Président, nous savons que le premier ministre n'aime pas les travailleurs du secteur de l'énergie. Il ne veut pas appuyer les agriculteurs et il s'en prend aux propriétaires d'armes à feu responsables. Le premier ministre devrait cibler les criminels qui font du trafic d'armes prohibées, plutôt que les chasseurs et les athlètes. Le premier ministre semble ne soutenir les Canadiens que lorsqu'il pense pouvoir obtenir leurs votes.
Ma question est simple. Le premier ministre peut-il nous dire pourquoi il fait de la politique pendant cette période de pandémie?
Voir le profil de Bill Blair
Lib. (ON)
Monsieur le Président, il n'y a pas de plus grande responsabilité pour un gouvernement que celle d'assurer la sécurité de ses citoyens. Nous avons vu, même pendant cette terrible pandémie, que les effets tragiques de la violence liée aux armes à feu continuent de hanter les collectivités canadiennes. Par exemple, nous avons constaté une augmentation des incidents de violence conjugale.
Nous avons promis aux Canadiens de renforcer le contrôle des armes à feu, ce qui suppose la mise en place de nouveaux règlements en matière d'entreposage, pour empêcher le vol; de nouvelles lois et de nouveaux règlements en ce qui a trait à la frontière, afin d'empêcher la contrebande; et de nouveaux règlements, pour empêcher le détournement de ces armes au profit des criminels. Nous prendrons les mesures rigoureuses qui s'imposent pour assurer la sécurité des Canadiens.
Voir le profil de Alain Therrien
BQ (QC)
Voir le profil de Alain Therrien
2020-05-26 14:55 [p.2444]
Monsieur le Président, le gouvernement a annoncé qu'il allait offrir 10 jours de congés de maladie payés aux travailleurs.
Malheureusement, étant donné que 95 % des travailleurs ne sont pas soumis au Code canadien du travail, on s'aperçoit que ce n'est pas ici que cela va se décider.
J'étais content d'entendre la question du chef du NPD, et surtout la réponse du premier ministre qui disait qu'il n'allait pas empiéter sur les champs de compétence et de responsabilité du Québec et des provinces. C'est de cela qu'on parle, monsieur le président.
Ma question est simple. Juste avant de faire l'annonce, est-ce qu'il s'est entendu avec le Québec et les autres provinces?
Voir le profil de Jean-Yves Duclos
Lib. (QC)
Voir le profil de Jean-Yves Duclos
2020-05-26 14:56 [p.2444]
Monsieur le Président, je suis très heureux de répondre à la question de mon collègue.
La crise actuelle a commencé par une crise sanitaire, et elle s'est ensuite déroulée sous la forme d'une crise économique. Les deux enjeux sont extraordinairement importants si on veut sortir à la fois de la crise sanitaire et de la crise économique.
Nous allons évidemment travailler très étroitement avec toutes les provinces. Tous les Canadiens et toutes les provinces sont d'accord sur le fait qu'il faut faire mieux pour protéger à la fois notre économie et la santé des travailleurs.
Voir le profil de Alain Therrien
BQ (QC)
Voir le profil de Alain Therrien
2020-05-26 14:57 [p.2444]
Monsieur le Président, décidément, ils n'ont pas d'entente avec les provinces et le Québec.
Le gouvernement est en train de nous dire que si les provinces décident de donner 10 jours de congés, le fédéral est d'accord. Ce n'est pas une mesure, c'est un souhait.
Qui va payer pour cela? Est-ce le fédéral? Est-ce le Québec et les provinces? Est-ce que ce sont les employeurs qui sont aux prises avec la COVID-19 et qui se demandent s'ils vont faire faillite? Est-ce la fée des dents?
Comment le gouvernement peut-il annoncer comme un fait accompli une mesure qui relève à 95 % d'autres personnes, et surtout d'autres Parlements?
Voir le profil de Jean-Yves Duclos
Lib. (QC)
Voir le profil de Jean-Yves Duclos
2020-05-26 14:57 [p.2444]
Monsieur le Président, je remercie mon collègue de soulever la question des coûts. Il y a des coûts extraordinairement importants à ne pas protéger la santé des travailleurs dans le contexte de la crise actuelle.
Les employeurs, les travailleurs, les syndicats et les gouvernements sont conscients que pour que l'on puisse émerger de cette crise plus forts et plus unis, il faut protéger la santé des travailleurs, pour qu'ils puissent eux-mêmes protéger la santé de leurs familles, mais aussi la santé de leurs collègues. C'est dans cette optique que nous avons hâte de travailler avec toutes les provinces et tous les territoires.
Résultats : 1 - 60 de 2893 | Page : 1 de 49

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
>
>|
Exporter en: XML CSV RSS

Pour plus d'options de données, veuillez voir Données ouvertes