Interventions à la Chambre des communes
Pour obtenir de l'aide, contactez-nous
 
 
 
Fil RSS basé sur les critères de recherche Exporter les résultats de recherche - CSV (texte brut) Exporter les résultats de recherche - XML
Pour obtenir de l'aide, contactez-nous
Ajouter un critère de recherche
Voir le profil de Ken McDonald
Lib. (NL)
Voir le profil de Ken McDonald
2020-01-27 14:03 [p.513]
Monsieur le Président, la tempête du siècle a frappé Terre-Neuve il y a un peu plus d'une semaine. Pendant que mes concitoyens déblaient toujours les restes de cette monstrueuse tempête, je tiens à remercier ceux dont le dévouement et le dur labeur méritent d'être soulignés.
Nous remercions les médecins et le personnel hospitalier, les ambulanciers, les opérateurs de machinerie lourde, les travailleurs de l'Hydro, la Force constabulaire royale de Terre-Neuve, la GRC et bien entendu les membres des Forces armées canadiennes pour tout ce qu'ils ont fait pour assurer la sécurité de nos collectivités et de nos concitoyens. Un énorme merci à tous ceux qui ont aidé une personne âgée ou handicapée à se frayer un chemin dans la neige, à ceux qui ont pris la peine de vérifier que leurs voisins, parents ou amis qui étaient sans électricité se portaient bien, ainsi qu'à tous les bons samaritains qui ont offert de la nourriture à autrui ou donné de leur temps pour venir en aide à ceux dans le besoin.
Je n'ai pas assez de temps pour remercier tous ceux qui le méritent, mais ils se reconnaissent. Je les remercie d'avoir montré au reste du pays et au monde entier à quoi ressemblent la générosité et la détermination des Terre-Neuviens.
J'invite mes collègues à se joindre à moi pour remercier les habitants de Terre-Neuve-et-Labrador.
Voir le profil de Seamus O'Regan
Lib. (NL)
Monsieur le Président, je peux assurer à la Chambre qu'au Canada, un projet d'exploitation des ressources naturelles ne peut absolument pas être réalisé sans tenir compte des divers points de vue, sans procéder de façon appropriée et sans respecter les processus que nous avons établis d'arrache-pied. Nous savons qu'il n'y a rien de plus précieux pour la population et les investisseurs qu'un processus qui offre des garanties et qui fonctionne bien.
Nous allons continuer dans cette voie pour veiller à ce que d'autres projets soient considérés et puissent être réalisés comme celui de l'oléoduc Trans Mountain est en train de l'être ces jours-ci.
Voir le profil de Jack Harris
NPD (NL)
Voir le profil de Jack Harris
2019-12-13 11:45 [p.460]
Monsieur le Président, il est facile de basculer dans le cynisme quand on entend le discours du budget. Le gouvernement nous dit qu'il est important d'instaurer un régime d'assurance-médicaments, mais se contente de faire quelques pas en vue d'y arriver un jour. Les gens méritent un système complet maintenant, plutôt que de se faire dire qu'une étude pourrait être réalisée sur les soins dentaires universels. Une telle étude prendrait assurément des années à mener, alors que nous proposons déjà un système réaliste qui profiterait immédiatement à la moitié des familles de Terre-Neuve-et-Labrador. J'ai parlé à beaucoup de gens qui en auraient vraiment besoin.
Le gouvernement modifiera-t-il son plan fiscal pour que l'argent serve à offrir des soins dentaires aux millions de personnes qui en ont besoin maintenant, ou décidera-t-il plutôt d'accorder un allégement fiscal aux personnes qui n'en ont pas besoin?
Voir le profil de Scott Simms
Lib. (NL)
Monsieur le Président, puisque c'est mon premier discours, je veux profiter de l'occasion pour remercier les habitants de Coast of Bays—Central—Notre Dame, au centre de Terre-Neuve, du merveilleux honneur qu'ils m'ont fait en me permettant de les représenter ici.
Je veux poser une question à mon collègue, mais je tiens d'abord à le féliciter. Il avait promis de baisser le ton, et c'est ce qu'il a fait. Il a fait preuve d'une certaine retenue. Je l'ai déjà entendu en pleine envolée oratoire, et je n'exagère pas en disant qu'il peut faire trembler les poutres de cette enceinte. Je le remercie donc d'avoir légèrement baissé le ton puisque je suis assis juste devant lui.
Durant la dernière campagne électorale, j'ai beaucoup entendu parler des médicaments sur ordonnance et de leur prix. La hausse des prix, surtout au cours des cinq à dix dernières années, a été plutôt spectaculaire. C'est le moins que je puisse dire.
Ces derniers temps, nous en sommes arrivés à un point où nous devons engager sérieusement le dialogue avec les provinces, d'une manière respectueuse, afin de pouvoir apporter de l'aide à la population canadienne, et surtout aux aînés, qui sont particulièrement vulnérables.
Je demanderai à mon collègue de nous dire, en continuant de faire preuve de la même retenue toute relative, à quel point le sort des aînés dans sa circonscription lui tient à cœur.
Voir le profil de Seamus O'Regan
Lib. (NL)
Monsieur le Président, je suis heureux de signaler que, au cours des deux dernières semaines, les résultats de nos efforts visant à acheminer les ressources vers les marchés ont été plutôt bons.
Les travaux de construction du pipeline TMX sont en cours et, de plus, je suis heureux de signaler...
Des voix: Oh, oh!
Voir le profil de Seamus O'Regan
Lib. (NL)
Monsieur le Président, de ce côté-ci de la Chambre, nous sommes conscients que le secteur traverse une période difficile, mais nous savons que les choses sont en train de s'améliorer en raison de la construction du pipeline TMX. Nous savons que la situation s'améliore avec la canalisation 3, qui est maintenant en service du côté canadien de la frontière. Cela ouvre des débouchés non seulement à l'industrie elle-même, mais aussi aux travailleurs autochtones qui vivent le long du tracé des pipelines.
Voir le profil de Seamus O'Regan
Lib. (NL)
Monsieur le Président, je reconnais que des résultats « plutôt bons », ne suffisent pas. Toutefois, je me demande quelle note on donnerait à un gouvernement incapable de construire le TMX et de terminer la construction de la canalisation 3 du côté canadien de la frontière. Moi, je donnerais un F.
Voir le profil de Seamus O'Regan
Lib. (NL)
Monsieur le Président, je rappelle à tous que LNG Canada représente le plus gros investissement du secteur privé de l'histoire du Canada. C'est un investissement de 40 milliards de dollars qui va créer 10 000 emplois lorsque la construction battra son plein, qui se traduira par des centaines de millions de dollars en contrats de construction pour des entreprises autochtones et qui aura la plus faible intensité carbonique parmi les grandes usines de gaz naturel liquéfié du monde en plus de contribuer à réduire les émissions des centrales au charbon sur les marchés asiatiques.
Voir le profil de Seamus O'Regan
Lib. (NL)
Monsieur le Président, le Canada est bien placé pour devenir un joueur de premier plan dans le secteur mondial du gaz naturel liquéfié. Nous prenons des mesures pour être le producteur de gaz naturel liquéfié le moins polluant du monde.
Des projets comme LNG Canada créent des emplois pour les Canadiens, des possibilités pour les entreprises autochtones...
Des voix: Oh, oh!
Voir le profil de Seamus O'Regan
Lib. (NL)
Monsieur le Président, nous participons présentement à la Conférence de Madrid et nous nous employons à trouver les solutions les plus avantageuses pour l'environnement et l'économie.
Voir le profil de Jack Harris
NPD (NL)
Voir le profil de Jack Harris
2019-12-10 11:33 [p.187]
Monsieur le Président, je reviens moi aussi au Parlement après quelques années d'absence, même si, dans mon cas, cette absence n'était pas désirée.
J'ai beaucoup aimé les commentaires du député. Il a été très rigoureux. J'aimerais parler de l'alinéa k), qui se termine par les mots suivants: « au moment qui conviendra au Comité ». Est-ce qu'on ne donne pas ainsi au comité le pouvoir de convoquer le ministre des Affaires étrangères, le premier ministre, le ministre de la Sécurité publique ou l'ambassadeur du Canada, si c'est ce qu'il souhaite? Le député estime-t-il au contraire qu'on donnerait un prétexte à qui souhaiterait trouver une raison de ne pas comparaître, comme d'autres l'ont déjà signalé? Au moins, ces personnes pourraient être convoquées, même si la décision appartient au comité. Comme le disait le député, le comité spécial serait composé de six députés ministériels et de six députés de l'opposition. N'est-ce pas suffisant pour rassurer le député?
Je partage les inquiétudes de mon collègue. Si nous voulons collaborer — nous n'avons pas le choix —, je ne voudrais pas d'un terrain miné où l'opposition est montée d'emblée contre le gouvernement. Si nous entendons trouver des solutions, je crois que nous devons donner le ton aux discussions. La fin de l'alinéa k), qui dit « au moment qui conviendra au Comité », ne rassure-t-elle pas le député?
Voir le profil de Jack Harris
NPD (NL)
Voir le profil de Jack Harris
2019-12-10 11:39 [p.188]
Monsieur le Président, comme il s'agit de mon premier discours complet à la Chambre, j'aimerais remercier les gens de St. John's—Est de m'avoir fait l'honneur de les représenter encore une fois à la Chambre des communes. J'ai été en congé sabbatique involontaire au cours de la dernière législature, mais je suis très heureux d'être de retour. J'apprécie l'honneur que m'a fait la population de St. John's—Est et je l'en remercie.
C'est une résolution très importante qui a été présentée à la Chambre et je tiens à remercier le député de Durham d'en avoir eu l'initiative. Je pense qu'il y a eu des discussions sur la pertinence de créer un comité spécial vu les circonstances. Je pense que le député et l'opposition, par le biais de leur motion de l'opposition, ont présenté des faits qui préoccupent de nombreux Canadiens.
L'incarcération de Michael Kovrig et Michael Spavor s'est poursuivie pendant un an après leur arrestation arbitraire. Ils vivent dans des conditions déplorables, sans accès à un avocat ni contact avec leur famille. Cette situation épouvantable inquiète beaucoup les Canadiens d'un océan à l'autre.
Les Canadiens sont aussi préoccupés par une foule d'autres questions, non seulement par nos relations avec la Chine, mais par ce qui se passe en Chine. Les manifestations à Hong Kong font la une des journaux et sont commentées aux bulletins télévisés depuis des mois maintenant. Les Canadiens s'inquiètent pour les habitants de Hong Kong, les citoyens canadiens à Hong Kong, les droits de la personne à Hong Kong et la volonté du gouvernement chinois de tenir la promesse qu'il a faite au monde entier d'adhérer au cadre « un pays, deux systèmes ». C'est un dossier dans lequel nous voulons que le gouvernement s'engage complètement, comme certains l'ont mentionné.
Nous avons un grave problème — depuis plus ou moins un an — sur le plan diplomatique. Lorsque M. McCallum a été nommé ambassadeur en Chine, les choses étaient très différentes. Cette nomination s'est révélée très peu judicieuse, en partie en raison des propos déplacés qu'il a tenus. Il est intéressant de voir à quelle vitesse des relations comme celle du Canada avec la Chine peuvent s'en aller à vau-l'eau et comment le gouvernement libéral a été incapable de gérer la chose efficacement.
À l'occasion des dernières élections, nous avons vu que les Canadiens ont aussi décidé de porter un jugement sur les gestes du gouvernement du Canada et du premier ministre. En effet, ils trouvaient que c'était une mauvaise idée d'accorder le contrôle total du Parlement aux libéraux et ont voulu leur offrir un peu d'aide. La population canadienne, dans sa grande sagesse, a décidé que les libéraux ne devaient pas obtenir la majorité. Elle a estimé qu'il devait y avoir un meilleur équilibre, ainsi qu'une occasion de collaborer, et que les libéraux devraient écouter les autres partis et être disposés à coopérer afin que le Canada puisse fonctionner de façon optimale, tant à l'interne que dans ses rapports avec d'autres pays, en l'occurrence la Chine.
Cette motion mettrait en œuvre le genre de collaboration que les Canadiens ont voulu voir au sein du gouvernement du Canada. Nous avons toujours un gouvernement libéral et nous avons toujours le même premier ministre, mais nous avons également d'autres voix qui s'expriment à la table et qui auront une certaine influence.
Le député de Montarville vient d'examiner en détail toutes les sections de la proposition de comité, y compris la structure proposée et le mandat du comité, qui couvrirait tous les aspects de la relation entre le Canada et la Chine. Il ne s'agit pas seulement des deux personnes incarcérées, mais aussi de nos relations commerciales. Comme le dit la motion, on parle de « tous les aspects des relations sino-canadiennes, y compris ceux qui ont trait aux relations consulaires, économiques et diplomatiques, au droit et à la sécurité ».
Le comité pourrait donc examiner toutes les facettes des relations sino-canadiennes et voir comment il serait possible d'aller au-delà de ce qui se fait maintenant et d'adopter d'autres méthodes pour améliorer ces relations. Peut-être découvrirons-nous des éléments qui nous avaient échappé ou de nouvelles possibilités. Si le premier ministre, le ministre des Affaires étrangères ou l'ambassadeur du Canada sont présents, et que le comité agit et adopte un ton approprié, il pourrait établir une nouvelle relation et signaler à la Chine ce que nous recherchons et comment nous pourrions atteindre ces buts d'une manière unique.
Je ne peux pas préjuger de ce qui se passera au comité. Nous avons néanmoins certaines réserves. Dans son discours, le député de Montarville a abordé le fait qu'il n'est pas nécessairement souhaitable de faire de ce comité le terrain d'une bataille politique entre l'opposition et le gouvernement ou l'occasion de trouver des coupables. Une telle approche ne permettrait probablement pas d'améliorer la situation. Il faut donc faire preuve de prudence. Au fil du débat sur la motion aujourd'hui, j'ai hâte d'entendre ce que d'autres députés conservateurs pensent faire pour éviter cet écueil.
C'est une chose de critiquer les échecs du gouvernement des dernières années, plus particulièrement en ce qui concerne cette crise depuis un an. Très souvent, ces échecs ne font aucun doute. Je pense notamment au fait de ne pas avoir nommé un ambassadeur dans un délai raisonnable. On a aussi peiné à réagir de façon adéquate. Les libéraux ont trop tardé avant d'assurer au gouvernement chinois que les mesures entourant l'arrestation de Mme Meng Wanzhou s'imposaient dans le cadre du traité entre le Canada et les États-Unis. C'est quelque chose qui aurait pu et aurait dû être fait très rapidement. Ce ne serait pas difficile de formuler d'autres critiques sur les actions du gouvernement au cours de la dernière année.
Pour l'heure, toutefois, il faut décider comment nous allons procéder dans nos relations avec la Chine. Y a-t-il des façons de faire qui n'ont pas encore été essayées? De toute évidence, les tentatives jusqu'à maintenant se sont soldées par des échecs. Nous avons donc l'occasion ici de trouver de nouvelles pistes de solution qui pourraient fonctionner à partir de maintenant.
Nous pourrions notamment préparer un protocole consulaire pour traiter les différents cas d'arrestation en Chine, un protocole convenu entre les parties et prévoyant les mesures à prendre par le Canada et la Chine pour s'occuper de ces dossiers. Nous avons signé un traité d'extradition avec les États-Unis, mais nous pourrions trouver des façons d'examiner les questions qui se posent sur le traitement réservé aux prisonniers, sur leur accès à un avocat, et cetera. Nous pouvons difficilement nous attendre à ce que la Chine respecte tous les aspects de nos lois, mais nous pourrions conclure une entente sur la marche à suivre dans ces dossiers.
Il y a eu d'autres suggestions. Je ne sais pas dans quelle mesure il s'agissait d'un coup de sonde, mais on a suggéré qu'un échange de prisonniers pourrait être une bonne solution. Franchement, je ne pense pas que ce serait très utile. Les circonstances ne sont pas les mêmes, et l'analogie avec la Guerre froide n'est pas appropriée. Nous ne voulons pas que la situation entre le Canada et la Chine et entre la Chine et le reste du monde se transforme en un affrontement semblable à la Guerre froide, qui a duré si longtemps.
Cette motion offre au Canada et à la Chine une occasion de rétablir leurs relations et d'éviter certaines conséquences négatives qui pourraient en découler. Voilà une occasion positive, qu'il faut toutefois mettre en oeuvre avec prudence et circonspection. L'opposition officielle et les autres partis d'opposition devront faire preuve d'une grande retenue dans ce dossier.
Nous devons reconnaître que la nature même des relations diplomatiques est justement diplomatique. L'ensemble des députés, tant ceux qui pourraient participer aux travaux de ce comité que les autres, doivent établir et maintenir ces relations dans un esprit de bonne volonté. C'est quelque chose qu'il ne faudrait jamais perdre de vue dans le cadre des travaux d'un tel comité. En effet, sans cet esprit de collaboration, la relation pourrait se dégrader. Pour les députés, ce sera un acte de foi et une occasion de mettre à l'épreuve leur volonté de collaborer et de vérifier si le Parlement est mûr pour créer et piloter un tel comité afin de trouver une solution qui répond aux besoins du Canada. Il s'agit aussi d'une occasion de formuler des critiques constructives, ou du moins, de tenter de découvrir ce qui fonctionne et ne fonctionne pas.
C'est une proposition positive et optimiste. Je ne crois pas qu'elle soit naïve. Je crois que nous devons éviter de faire preuve d'une trop grande naïveté. Il est question ici d'un pays important d'une grande puissance dans le monde qui possède une très longue histoire.
Comme l'a mentionné le député de Durham lorsqu'il a présenté sa motion ainsi que d'autres députés, les relations sino-canadiennes ne datent pas d'hier. Le Dr Norman Bethune exerçait une grande influence en Chine et y était très respecté. Le Canada a reconnu son oeuvre. D'ailleurs, on trouve une statue de lui à Montréal, près de l'Université Concordia. J'invite les députés à aller la voir. Nous avons effectivement un passé. Espérons que nous aurons l'occasion d'apporter une contribution positive aux relations avec la Chine dans l'avenir.
Le Canada a une relation commerciale complexe et importante avec la Chine. Nous avons vu comment la perturbation de ces échanges commerciaux peut nuire rapidement et sérieusement aux Canadiens. Ce fut notamment le cas pour les producteurs canadiens de canola, de soja, de pois, de boeuf et de porc. Le blocage de ces exportations a fait perdre des millions de dollars aux Canadiens, et il leur coûte encore des millions pour ce qui est du canola. Une partie du problème a été résolue, mais il reste des choses à régler. La relation commerciale entre le Canada et la Chine est importante. Nous devons la prendre très au sérieux.
Cette relation est complexe, et ce, plus particulièrement parce que le système politique de la Chine ne nous satisfait pas sur le plan des droits de la personne. La situation à Hong Kong ne nous satisfait pas. Nous comprenons les questions soulevées par les manifestants et leur désir de pouvoir manifester pacifiquement pour tenter d'influer sur l'avenir de Hong Kong. Ils veulent avoir voix au chapitre sur la situation, ce que nous appuyons. Nous dénonçons certaines des tactiques employées par les forces policières dans le cadre de ces manifestations.
Qui plus est, la situation des Ouïghours soulève de grandes inquiétudes au Canada sur le plan du respect des droits de la personne. Il nous faut trouver des moyens d'exercer des pressions pour tenter d'arriver à régler ces problèmes. La situation du Tibet est un autre sujet qui nous préoccupe depuis longtemps.
Ces problèmes subsistent depuis longtemps et ils ne seront pas réglés par un tel comité. Je ne crois pas que nous puissions avoir de trop grandes attentes à cet égard. Cependant, nous pouvons essayer de trouver un moyen de veiller à ce que le Canada fasse tout en son pouvoir, dans le cadre de cette relation, pour obtenir la libération de Michael Kovrig et de Michael Spavor dès que possible. Selon moi, il est primordial de régler cette question à la date anniversaire de leur incarcération, et je crois que de nombreux Canadiens — et surtout, les proches de ces deux personnes — partagent cet avis. Tous les Canadiens estiment qu'il faut régler cette situation. L'une des personnes en cause est un diplomate canadien qui est en congé du Service extérieur. Il travaillait avec l'International Crisis Group, un important organisme international. Le fait que lui ou tout autre Canadien soit exposé à des arrestations et détentions arbitraires, comme c'est le cas, pose de graves problèmes.
Je terminerai en disant que nous appuierons cette motion de l'opposition, à condition qu'elle tienne compte des mises en garde que je viens d'exprimer.
Voir le profil de Jack Harris
NPD (NL)
Voir le profil de Jack Harris
2019-12-10 11:55 [p.190]
Monsieur le Président, je tiens à remercier le député de Scarborough—Guildwood de ses aimables remarques et de m'avoir accueilli de nouveau à la Chambre. Nous avons bien travaillé ensemble au comité de la défense: nous étions souvent d'accord en dépit de certaines divergences d'opinions. Je me réjouis de pouvoir discuter ici, à la Chambre, avec le député.
Le député soulève un point intéressant. Il s'agit évidemment d'une question philosophique et je ne sais pas si nous arriverons à la régler aujourd'hui. Quoi qu'il en soit, nous savons que la Chine est impatiente d'évoluer sur la scène internationale. Le député a qualifié la Chine de colonialiste. Cette étiquette n'est peut-être pas très utile pour traiter de la situation. Cependant, si la Chine souhaite traiter avec le reste du monde, elle devra aussi montrer qu'elle comprend les autres pays et qu'elle est ouverte à leur influence. Les progrès sont parfois lents, mais, de toute évidence, lorsqu'on veut dialoguer, on ne peut pas toujours dicter les règles d'engagement.
La Chine est nécessairement influencée par les pays avec lesquels elle traite. De plus, les citoyens chinois qui vivent et travaillent au Canada ou ailleurs écoutent et apprennent, eux aussi. Hong Kong nous montre que ce contact ouvre la voie à des points de vue différents. La direction des changements et leur rapidité dépendent des efforts déployés et de la participation des gens. Cela dit, si la Chine veut traiter avec le reste du monde, elle devra comprendre que ces relations vont dans les deux sens et que, tôt ou tard, les choses devront changer.
Voir le profil de Jack Harris
NPD (NL)
Voir le profil de Jack Harris
2019-12-10 11:58 [p.190]
Monsieur le Président, le député a tout à fait raison. Nous parlons actuellement de la relation entre le Canada et la Chine, mais nous cherchons évidemment des solutions.
L'une des solutions, selon moi, serait de miser davantage sur le multilatéralisme. La ministre du Développement international a expliqué en détail le travail qui se fait avec certains pays à cet égard. C'est une étape cruciale, selon moi. Par ailleurs, nous constatons que la relation entre le Canada et les États-Unis est parfois instable, ce qui entraîne certaines difficultés concernant l'OTAN en plus de créer un flou, puisque nous ne savons pas exactement quelle est la position des États-Unis dans certains dossiers. Il est temps que le Canada agisse, à certains égards, de façon plus indépendante sur la scène internationale et mise davantage sur le multilatéralisme et la collaboration avec d'autres pays. Le Canada pourrait jouer un rôle plus important sur la scène mondiale grâce à des démarches multilatérales.
Bref, le député a raison, et j'ai hâte que nous discutions davantage de ces enjeux en comité.
Voir le profil de Jack Harris
NPD (NL)
Voir le profil de Jack Harris
2019-12-10 12:00 [p.190]
Monsieur le Président, je suis certainement heureux que nous ayons des comités capables d'étudier efficacement nombre de questions qui, dans bien des cas, concernent aussi la relation entre le Canada et la Chine. Malheureusement, lorsqu'il s'agit de se pencher sur un sujet d'actualité aussi important, je crois que la meilleure option est de renvoyer la question à un comité spécial.
J'ai beaucoup travaillé dans des comités permanents, que ce soit au comité de la justice, au comité de la sécurité publique ou au comité de la défense. Un comité permanent peut se pencher sur certains aspects en particulier, mais une foule de questions peuvent relever à la fois de la défense, des affaires étrangères et d'autres ministères.
En ce qui concerne cette question précise, je pense qu'il faudrait en confier l'étude à un comité spécial qui se concentrerait sur un problème auquel nous devons faire face en vue d'amener tous les députés à trouver ensemble une solution. Je pense qu'une étude en comité spécial serait le moyen le mieux adapté à une question d'actualité aussi importante.
Résultats : 1 - 15 de 7474 | Page : 1 de 499

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
>
>|
Préciser votre recherche