Hansard
Consultez le guide de l'usager
Pour obtenir de l’aide, contactez-nous
Consultez le guide de l'usager
Pour obtenir de l’aide, contactez-nous
Ajouter un critère de recherche
Résultats : 1 - 30 de 681
Voir le profil de Warren Steinley
PCC (SK)
Voir le profil de Warren Steinley
2022-06-23 12:38 [p.7226]
Madame la Présidente, je suis heureux de pouvoir participer à ce débat, que j'écoute avec attention depuis plus d'une heure environ. Le leader du gouvernement à la Chambre a dit que le comité de la procédure pourra se pencher sur la question à l'automne, mais la règle restera en place jusqu'au 23 juin 2023. Je ne sais pas d'où viennent les libéraux, mais d'où je viens, on n'établit pas une règle pour ensuite l'étudier afin d'établir une nouvelle règle alors qu'il en existe déjà une.
L'argument des libéraux ne tient pas la route. S'ils veulent que le comité de la procédure se penche sur la question en septembre, pourquoi présentent-ils maintenant cette mesure qui vise à ce que la règle reste en place jusqu'au 23 juin 2023?
Cela n'a aucun sens. J'aimerais que notre leader parlementaire nous fournisse une explication.
Voir le profil de Andrew Scheer
PCC (SK)
Monsieur le Président, j’aimerais moi aussi rendre hommage au représentant Winston Chen du Bureau économique et culturel de Taipei au Canada. Il quitte son poste après quatre ans. Son dévouement, ses idées réfléchies et son sens de l’humour nous manqueront à tous.
M. Chen a travaillé fort pour renforcer les liens déjà solides entre le Canada et Taïwan. En plus d’un commerce bilatéral de plus de 6 milliards de dollars chaque année, Taïwan est un pays démocratique qui partage avec nous bon nombre des mêmes valeurs et objectifs sur la scène mondiale. Dans un monde de plus en plus instable, il est d’autant plus important de tisser des liens plus étroits avec des peuples aux vues similaires.
M. Chen s’est vraiment porté à la défense du Canada pendant la pandémie lorsque lui et son équipe ont contribué au don de plus de 500 000 masques de Taïwan au Canada. Son dévouement à l’égard de la participation de Taïwan à l’échelle internationale était impressionnant, tout comme son travail visant à établir des chaînes d’approvisionnement plus résilientes. Celles-ci seront utiles à nos deux pays, ainsi qu’à beaucoup d’autres, dans les années à venir.
Nous remercions M. Chen de son travail acharné pour améliorer les relations entre le Canada et Taïwan, et nous lui souhaitons la meilleure des chances dans sa future carrière.
Zhù ni wèilái hao Yùn.
Voir le profil de Warren Steinley
PCC (SK)
Voir le profil de Warren Steinley
2022-06-23 15:02 [p.7244]
Monsieur le Président, comme mon père le disait toujours: « Les temps étaient durs sous le gouvernement Trudeau, dans les années 1980 ». Aujourd'hui, nous avons le plus haut taux d'inflation depuis 1983; il est à 7,7 %. On nous a fait jouer la même vieille cassette, et nous savons que la seule solution proposée par la ministre des Finances est d'augmenter les dépenses et de hausser les impôts. Cela ne fonctionne tout simplement pas. Aujourd'hui, plus de 72 % des Canadiens ont du mal à terminer le mois.
Le gouvernement se soucie uniquement de ses riches amis et de ses donateurs élitistes. Il est vraiment déconnecté des réalités des familles saskatchewanaises. N'est-ce pas là la vérité?
Voir le profil de Robert Kitchen
PCC (SK)
Monsieur le Président, j'ai l'honneur de déposer, dans les deux langues officielles, le troisième rapport du Comité permanent des opérations gouvernementales et des prévisions budgétaires, intitulé « Doter les Forces armées et la Garde côtière canadiennes d’un équipement adéquat: rapport provisoire ».
Voir le profil de Rosemarie Falk
PCC (SK)
Madame la Présidente, on répète depuis le début du débat que les aînés ont été particulièrement éprouvés par la COVID‑19, et c'est encore plus vrai pour ceux qui habitent dans un centre d'hébergement de longue durée.
Pendant la législature précédente, j'ai convaincu le comité des ressources humaines d'entreprendre une étude sur les effets de la COVID‑19 sur la santé financière et sociale ainsi que sur le bien-être des aînés. Cette étude visait à comprendre les répercussions subies par les aînés, à en tirer des leçons et à recommander des façons de mieux aider les personnes âgées. Les soins de longue durée étaient au cœur de cette étude, et certains témoins entendus par le comité sont venus parler de leur expérience et expliquer les besoins des aînés vivant dans de tels établissements de même que ceux de leurs proches et du personnel qui en prend soin.
J'ai été soulagée d'apprendre, au début de la législature actuelle, que le comité avait terminé son étude. Son rapport, intitulé « Les répercussions de la COVID‑19 sur le bien-être des aînés », a été déposé à la Chambre récemment. Tout comme les recommandations qui s'y trouvent, la motion d'aujourd'hui demande au gouvernement de faire tout ce qui est en son pouvoir, en collaboration avec les provinces et les territoires, pour que les aînés reçoivent les soins dont ils ont besoin.
Je suis très reconnaissante au député d'Avalon d'avoir demandé à son gouvernement d'agir, mais encore faudrait-il qu'il soit entendu. Le statu quo est inacceptable, et le gouvernement est capable de mieux.
La balle est dans le camp des libéraux et de la ministre des Aînés. Ce n'est pas assez de donner son appui à une motion. Les choses doivent bouger et il est plus que temps qu'il se passe quelque chose. Dans l'immédiat, le gouvernement peut agir sur les éléments qui sont de son ressort, et si tout le monde s'entend pour dire que les compétences des provinces doivent absolument être respectées — d'autant plus que les priorités et les besoins peuvent varier d'une région à l'autre —, cela n'empêche pas le fédéral de montrer l'exemple.
Voir le profil de Kevin Waugh
PCC (SK)
Voir le profil de Kevin Waugh
2022-06-21 15:02 [p.7093]
Monsieur le Président, hier, nous avons entendu le témoignage accablant de Hockey Canada à propos des horribles allégations d'une prétendue agression sexuelle survenue il y a environ quatre ans. Hockey Canada doit assumer cette responsabilité. Je crains qu'un jour, certains de ces joueurs ne deviennent des entraîneurs. Le ministère a été informé de ces allégations il y a environ quatre ans. Pourquoi le ministre a‑t‑il continué à accorder des fonds à Hockey Canada ces quatre dernières années?
Voir le profil de Fraser Tolmie
PCC (SK)
Monsieur le Président, normalement, c'est toujours un plaisir de prendre la parole à la Chambre, mais je trouve cela un peu plus difficile pour le projet de loi C-21.
Dans une vie antérieure, j'ai été maire d'une petite ville de la Saskatchewan. Un de mes nombreux rôles en tant que maire était de présider la commission de police. J'ai pu constater de visu toutes les différences existant entre les propriétaires d’armes à feu responsables et les membres de gangs. Je connais bien le tir sportif et je sais combien il est important de savoir manier les armes à feu en toute sécurité. Quand j'étais jeune, j'ai été reconnu meilleur tireur des cadets de l'air à de nombreuses reprises, et j’ai obtenu la deuxième place en tir dans mon peloton durant la formation de base des officiers que j'ai suivie à Saint‑Jean, au Québec. Je pense que ce talent me vient de mon grand-père, qui a été tireur d'élite pendant l'offensive de la Seconde Guerre mondiale.
Je connais personnellement plusieurs personnes — et d'autres qui appartiennent à des organismes — qui sont des propriétaires d’armes à feu responsables qui font la promotion de la sécurité dans le maniement des armes à feu. Aujourd'hui, nous débattons à la Chambre d'un sujet sur lequel le gouvernement prétend agir, sans qu'il le fasse pour autant. Le gouvernement a beaucoup d'expérience en la matière. On pourrait même dire qu'il légifère pour produire de bons discours, au lieu de produire de bonnes politiques. Il y a un vieil adage qui dit que pour être pris au sérieux, il faut se promener avec un bloc-notes et avoir l'air occupé. C'est exactement ce que le gouvernement essaie de faire: avoir l'air occupé tout en n'accomplissant absolument rien.
Comme le savent probablement tous ceux qui nous regardent, le projet de loi C‑21 est l'attaque la plus récente lancée par le gouvernement libéral contre les propriétaires d'arme à feu responsables du Canada. Il s'agit d'une autre solution de fortune, d'une autre politique qui punirait les Canadiens plutôt que de les aider. Le gouvernement a pris l'habitude de punir les particuliers ou les industries pour des raisons idéologiques. Je nomme quelques exemples: sa taxe sur le carbone, ses étiquettes d'avertissement sur les emballages de bœuf haché et, aujourd'hui, cette attaque contre les propriétaires d'arme à feu respectueux des lois.
Le gouvernement néo-démocrate—libéral croit que les gens ne devraient pas chasser, que les agriculteurs n'ont pas besoin d'arme à feu, que le tir à la cible n'est pas un sport légitime. Il croit tout simplement que nul ne devrait posséder une arme à feu. Bref, il ne comprend pas le Canada rural. Il s'en prend à nous et à notre mode de vie.
Aujourd'hui, j'aimerais prendre un moment pour parler de l'un des aspects de ce projet de loi ayant suscité le plus l'attention, notamment dans les médias: l'arme de poing. Les propriétaires d'arme de poing détenteurs d'un permis en règle au Canada sont des propriétaires d'arme à feu responsables. Dans l'intérêt de mes collègues libéraux en face, qui ne connaissent probablement pas le processus mais qui se croient des experts, j'aimerais informer la Chambre du long processus qu'une personne doit suivre pour se procurer une arme de poing au Canada.
Tout d'abord, les gens doivent suivre le processus pour obtenir leur PPA. À titre d'information pour mes collègues libéraux, cela veut dire permis de possession et d'acquisition. Pour l'obtenir, il faut suivre le cours de sécurité dans le maniement des armes à feu, réussir l'examen et, enfin, remplir les formulaires de demande et se soumettre aux vérifications nécessaires des antécédents. Pour obtenir un permis pour une arme de poing, les gens doivent également suivre un cours de sécurité supplémentaire, soit le cours canadien de sécurité dans le maniement des armes à feu à autorisation restreinte. Ils doivent enregistrer l'arme de poing et respecter des exigences particulières en matière d'entreposage, d'exposition, de transport et de maniement. Ils ne peuvent pas porter les armes à feu sur eux, ils peuvent seulement les utiliser à des fins de tir à la cible ou de collection. Ils ne peuvent les utiliser que dans des champs de tir approuvés et il est probablement nécessaire d'être un membre en règle dans ces champs de tir, et ceux-ci font leur propre vérification des antécédents.
Après avoir franchi toutes ces étapes, il n'est pas difficile de comprendre pourquoi les propriétaires d'armes de poing sont si responsables. Le coût et le temps requis pour mener à bien ce processus dissuaderaient à eux seuls quiconque d'enfreindre l'une de ces règles. Voici la question que je veux poser à mes collègues néo-démocrates et libéraux: qu'est-ce que l'interdiction des armes de poing accomplirait que ces règles strictes n'accomplissent pas déjà?
Nous savons tous que les plus grandes villes du Canada connaissent une montée de violence liée aux armes à feu. C'est un problème qui doit être réglé, et ce, rapidement, mais le projet de loi ne ferait rien pour y remédier.
Le gouvernement n’a même jamais essayé de comprendre les raisons pour lesquelles certaines personnes décident de se joindre à des gangs de rue. Les jeunes le font par désespoir et par manque de sentiment d’appartenance. Leur désespoir provient du fait qu’ils n’ont pas le sens des responsabilités. Qui peut se sentir responsable quand le gouvernement tente de surprotéger ses citoyens et de prendre les décisions qui leur appartiennent à leur place dans presque tous les aspects de leur vie?
Nous voulons des citoyens responsables qui prennent leurs propres décisions et qui comprennent que chaque décision entraîne des conséquence, parfois indésirables. Chaque fois que l'on doit prendre une décision, il faut faire un choix entre le bien et le mal. On peut soit contribuer à la vie en société en aidant son prochain, soit soutirer quelque chose à la société au détriment de son prochain. Ce qu'il faut inculquer dans notre pays et aux générations futures, c'est l'importance d'avoir le sens des responsabilités, un sentiment d’appartenance et des exemples clairs de la différence entre le bien et le mal.
Les gangs qui courtisent nos jeunes sont à l’origine de fusillades perpétrées avec des armes illégales et non enregistrées. Ces gangs utilisent des armes à feu issues de la contrebande à la frontière. L’Agence des services frontaliers du Canada nécessite plus de ressources pour s’attaquer à ce problème. Or, le projet de loi C‑21 ne propose aucune solution pour le faire.
Récemment, le comité de la sécurité publique a déposé son rapport sur les armes à feu et les gangs, qui comprenait plusieurs recommandations visant à lutter contre la violence armée au Canada, des recommandations qui semblent avoir été totalement ignorées lors de la rédaction de ce projet de loi. Le rapport recommandait notamment la création d'un programme de visites de jeunes délinquants dans les pénitenciers; le maintien de peines minimales obligatoires pour les crimes liés à la drogue et aux armes à feu; la suppression du coûteux programme de rachat d'armes à feu et la réaffectation de l'argent ainsi économisé à des programmes de lutte contre les gangs; le financement adéquat des forces de police autochtones pour lutter contre les gangs et la contrebande d'armes à feu; et la reconnaissance par le gouvernement du fait que la majorité des armes à feu illégales au Canada proviennent de la contrebande.
Si les néo-démocrates-libéraux étaient plus intéressés à élaborer de bonnes politiques que de bons arguments, ils auraient porté attention à l'important travail du comité, ce qui n'a malheureusement pas été le cas.
Le projet de loi C‑21 ne prévoit pas assez de ressources pour l'ASFC ou la GRC. Un habitant de ma circonscription, en propriétaire d'armes à feu responsable, a essayé de communiquer avec la GRC pour enregistrer une arme de poing avant la date limite. La GRC n'a absolument aucune ressource pour gérer cet afflux de demandes causé par l'annonce du gouvernement. J'ai parlé à cet homme et il est très préoccupé, car c'est un propriétaire d'armes à feu responsable et il veut faire les choses dans les règles, mais il en est incapable à cause des ressources limitées que le gouvernement a allouées pour lui permettre de le faire.
Comme je l'ai dit plus tôt, je suis presque certain que les membres de gangs du centre-ville de Toronto n'ont pas réussi de cours de sécurité dans le maniement des armes à feu à autorisation restreinte. Plus tôt, j'ai aussi parlé de se promener, l'air occupé, une planchette à pince à la main. Le gouvernement est un expert pour ce qui est de présenter des projets de loi qui accomplissent très peu de choses, mais qui lui permettent de faire étalage de sa vertu aux yeux de sa base électorale. C'est exactement le cas du projet de loi C‑21. C'est un étalage de vertu à l'intention de la base électorale du gouvernement aux dépens de la Saskatchewan et de l'ensemble du Canada rural.
Enfin, comme c'est la dernière fois que je prends la parole à la Chambre avant l'ajournement estival, j'en profite pour remercier les pages, les interprètes, les agents de sécurité, le personnel des technologies de l'information et tous les autres employés qui assurent le bon fonctionnement de la Chambre. Je leur souhaite à tous un été bien mérité.
Voir le profil de Fraser Tolmie
PCC (SK)
Monsieur le Président, le député parle dispositions de signalement d’urgence et de dispositions de signalement préventif. Voici un signalement: notre parti a approché les libéraux pour leur demander de scinder ce projet de loi en deux afin que nous puissions bien en discuter, mais cela ne s’est pas produit. Nous signalons que les libéraux disent qu’ils veulent écouter les gens, mais qu'ils ne le font pas. Ils n’écoutent jamais les rapports qui visent à leur donner de bons conseils. Au lieu de cela, ils refusent d’entendre quoi que ce soit et disent que c’est ce qu’il faut faire, un point c’est tout. Ils n’écoutent pas. Ils ne sont pas à l’écoute de la Saskatchewan.
Voir le profil de Fraser Tolmie
PCC (SK)
Monsieur le Président, premièrement, je me souviens de cette tragédie. Le moment où j’ai appris la nouvelle est encore frais dans ma mémoire. C’est une tragédie, mais je tiens à souligner qu’il est possible de tenir une discussion ouverte sur les facteurs de motivation des personnes qui font un usage illégal des armes à feu. Ce n’est pas abordé dans ce projet de loi. Je trouve cela tragique également.
Voir le profil de Fraser Tolmie
PCC (SK)
Monsieur le Président, je souhaite à la députée un très bel été et j'ai hâte de recommencer à travailler avec elle à l'automne, si nous en avons encore l'occasion, au comité.
La violence familiale est tragique, bien sûr, et je suis désolé qu'il y en ait, mais je répète que nous devons mettre l'accent sur ce qui motive ou incite les gens. Il s'agit des gangs et de ce qui motive des personnes à y adhérer. C'est un défi parce que ces personnes ressentent du désespoir. Elles ont l'impression de ne pas faire partie de quelque chose. Or, on n'en parle pas. Le projet de loi ne répond pas à toutes les recommandations proposées.
Il ne suffit pas d'avoir l'air d'agir pour régler le problème. Nous devons nous attaquer à la source du problème. Je demande donc aux députés de voter contre pour donner au projet de loi une autre occasion de régler les véritables problèmes de notre pays.
Voir le profil de Fraser Tolmie
PCC (SK)
Monsieur le Président, je suis extrêmement déçu. Je suis déçu que l'on semble faire preuve de laxisme lorsqu'il s'agit de punir les individus qui ont commis d'horribles crimes tout en pénalisant les propriétaires d'arme à feu respectueux des lois. Je n'arrive pas à concilier ces deux aspects et je trouve que c'est complètement insensé. Je pense que c'est une très bonne question. Ce projet de loi comporte d'énormes lacunes que nous n'avons toujours pas corrigées. Nous aurions eu l'occasion d'y remédier immédiatement, mais les libéraux s'y sont opposés.
Voir le profil de Robert Kitchen
PCC (SK)
Madame la Présidente, l'été est de nouveau à nos portes, accompagné d'excellentes occasions de sortir dans notre collectivité et de participer à quelques-unes des nombreuses activités extraordinaires qui ont lieu à Souris—Moose Mountain de même que partout dans notre beau pays.
Après deux ans de pandémie, je suis impatient de parcourir ma circonscription et d'enfin pouvoir rencontrer les citoyens que je représente en personne pour entendre ce qu'ils ont à dire. Puisque la hausse du coût de la vie et le prix élevé de l'essence risquent d'écourter les voyages de bien des gens, j'encourage tout le monde à soutenir les activités et l'économie locales en participant aux foires, aux rodéos, aux pow-wow, aux festivals, aux jamborees, aux barbecues et ainsi de suite. C'est également une excellente occasion de prendre enfin ces vacances chez soi auxquelles on songe depuis longtemps et d'aider ainsi les entreprises locales en les faisant bénéficier de notre clientèle.
Pour ma part, j'entends certainement participer à autant d'activités communautaires que je le pourrai cet été, et j'invite tous les Canadiens à faire de même. Sortons de chez nous et profitons de ce que notre collectivité a à offrir. J'espère que tous seront au rendez-vous.
Voir le profil de Warren Steinley
PCC (SK)
Voir le profil de Warren Steinley
2022-06-20 14:13 [p.6962]
Monsieur le Président, il ne reste plus qu’une semaine au gouvernement pour tenter de faire adopter à toute vapeur des mesures législatives dans le cadre de la dernière session depuis les dernières élections inutiles de l’automne.
Il reste plus de questions que de réponses au sujet du projet de loi C-11. Le contenu généré par l’utilisateur est-il couvert par la loi ou non? Le libellé du projet de loi permet-il aux plateformes de censurer ou non? Le gouvernement ayant tué dans l'œuf toute possibilité de débat approfondi sur la loi, il semble que ces questions demeureront sans réponse.
On ne peut que souligner à quel point il est paradoxal que le gouvernement restreigne la liberté de parole à la Chambre au sujet d'un projet de loi qui, justement, est susceptible d'avoir les conséquences les plus importantes sur la liberté de parole dans l’histoire de notre pays. Que l’on parle du ministre du Patrimoine, du ministre de la Sécurité publique, du ministre de la Protection civile ou du premier ministre, le gouvernement n'a que du mépris pour les droits et libertés de tous les Canadiens, et ce projet de loi n'en est qu'un autre exemple.
Voir le profil de Gary Vidal
PCC (SK)
Madame la Présidente, cette semaine, les habitants de Stanley Mission sont rentrés chez eux après que toute la collectivité eut été évacuée en raison d'un feu de forêt. Après une situation aussi grave, de nombreuses personnes méritent nos remerciements et notre reconnaissance. Je songe notamment aux pompiers de Stanley Mission et des collectivités environnantes, qui étaient en première ligne; au service d'incendie régional de La Ronge, qui a fourni de l'équipement et du personnel; au conseil de Stanley Mission; au Grand conseil de Prince Albert et à l'agence de la sécurité publique de la Saskatchewan pour leur organisation et leur aide dans la gestion de l'incendie et de l'évacuation; à la Croix-Rouge, qui est allée bien au-delà de la préparation et de la mise en œuvre de l'évacuation des villes de Prince Albert, Saskatoon et Regina; et enfin, à Maurice Ratt, coordonnateur du bureau de gestion des urgences, et à la cheffe Tammy Cook-Searson, de la Bande indienne de Lac La Ronge pour leur leadership sans faille et leur dur labeur, qui ont permis à leurs collectivités de surmonter une situation d'urgence très difficile et stressante.
À tous ceux que j'ai mentionnés et aux nombreux bénévoles qui ont contribué à garder les habitants de Stanley Mission et leur collectivité en sécurité, je dis « merci ».
Voir le profil de Robert Kitchen
PCC (SK)
Madame la Présidente, la saison 2022 de la Ligue canadienne de football a commencé la semaine dernière et les amateurs de football de partout au pays débordent d'enthousiasme et sont prêts à encourager leur équipe. Moi qui suis un fervent partisan de la LCF, je suis toujours ravi d'avoir l'occasion de vanter les mérites de ce merveilleux sport canadien, qui représente selon moi la meilleure version du football: comme elle offre un grand jeu ouvert, une offensive captivante et une défense vigoureuse, il faut rester jusqu'à la fin pour voir qui gagnera la partie.
La Ligne canadienne de football compte 9 équipes réparties entre les divisions Est et Ouest, et j'espère que les Maritimes auront bientôt une équipe. Le point culminant de la saison sera la finale de la Coupe Grey, qui se tiendra à Regina le 20 novembre. Ce sera le 109e match de la Coupe Grey. Après deux ans de pandémie, la Saskatchewan et la ville de Regina accueilleront les touristes à bras ouverts. Ce sera l'occasion de voir un football de calibre mondial et des athlètes extraordinaires. J'encourage tout le monde à aller voir une partie en personne et à les regarder à la télévision.
Même si je sais déjà quelle équipe j'encouragerai, je souhaite à tous les joueurs, à tous les entraîneurs et à tout le personnel une excellente saison. Allez, Riders!
Voir le profil de Warren Steinley
PCC (SK)
Voir le profil de Warren Steinley
2022-06-17 11:19 [p.6901]
Madame la Présidente, j'ai demandé à Yuliia, une stagiaire de 24 ans originaire d'Ukraine, de décrire dans ses propres mots la guerre brutale de Poutine. Voici ce qu'elle a écrit: « Imaginez que c'est un mercredi soir. Vous réglez votre réveil à 6 heures, mais il ne sonne jamais. Votre monde s'écroule plutôt avec le bruit assourdissant des explosions. Vous ne savez pas trop ce qui se passe. Votre téléphone sonne sans arrêt parce que vous recevez des notifications. La guerre a éclaté. La mort hante votre esprit. L'adrénaline monte en vous. Vous prenez votre passeport, fourrez votre vie dans un sac à dos et tentez de fuir. Il vous faut six heures. Vous ne savez pas où aller. Tout a été bombardé. Vos amis vous envoient des messages textes pour vous dire que les Russes ont pénétré dans la ville, tirent sur des civils, pillent des appartements, volent des effets personnels et les envoient en Russie. Des sirènes d'alerte antiaérienne hurlent sans cesse alors que vous lisez des histoires déchirantes, comme celle d'un garçon de 6 ans dont les cheveux sont devenus gris alors qu'il regardait sa mère se faire violer, celle d'une mère et d'une fille qui ont été attachées à une mine qui a ensuite explosé, et celle d'un missile qui a été lancé sur une maternité. »
Les libéraux doivent arrêter d'envoyer leurs fonctionnaires boire du champagne et manger du caviar avec des fonctionnaires russes et en faire davantage pour aider les Ukrainiens, un point c'est tout.
Voir le profil de Warren Steinley
PCC (SK)
Voir le profil de Warren Steinley
2022-06-17 11:53 [p.6908]
Madame la Présidente, le prix de la viande n'avait pas augmenté autant en 52 semaines depuis l'époque de Pierre Elliott Trudeau et les producteurs des Prairies sont éprouvés par la sécheresse. Dans ce contexte, le gouvernement insiste pour mettre en place l'étiquetage sur le devant des emballages de bœuf et de porc, ce qui paralysera davantage les producteurs et les consommateurs, alors qu'aucune donnée solide ne démontre la nécessité de ce changement coûteux.
Le Canada est en voie de devenir le seul pays du monde à imposer cette politique. Le gouvernement se fonde-t-il, pour défendre cette attaque contre les producteurs agricoles, sur les mêmes scientifiques — qu'il garde secrets — auxquels il avait recours pour justifier ses restrictions inutiles liées à la COVID?
Voir le profil de Gary Vidal
PCC (SK)
Madame la Présidente, les habitants du Nord de la Saskatchewan doivent parcourir de grandes distances pour aller à leurs rendez-vous médicaux à Saskatoon.
À partir de Meadow Lake, c’est trois heures; à partir de Pierceland ou de Goodsoil, c’est plus de quatre heures; à partir de La Loche ou Creighton, c’est plus de six heures. Selon l’état des routes, à partir de Stony Rapids, cela peut être plus de quatorze heures.
Je parle ici de l’aller seulement. Le ministre peut-il nous dire si la hausse du prix de l’essence met en péril la capacité des gens de sa circonscription à recevoir les soins médicaux dont ils ont besoin, comme c’est le cas pour ma circonscription?
Voir le profil de Jeremy Patzer
PCC (SK)
demande à présenter le projet de loi C‑294, Loi modifiant la Loi sur le droit d’auteur (interopérabilité).
— Madame la Présidente, je prends la parole aujourd'hui pour appuyer les consommateurs canadiens, ainsi que les nombreux innovateurs qui travaillent dans notre industrie partout au pays.
Le projet de loi C‑294 prévoit une exemption claire et limitée pour les consommateurs et les créateurs de produits qui veulent simplement activer leurs appareils ou leur matériel pour leur permettre d'interopérer avec d'autres équipements, comme c'était jadis possible. En ce moment, ils ne peuvent pas le faire à cause de la Loi sur le droit d'auteur, dont l'article 41 a été adopté en 2012 pour appliquer légalement des mesures de protection de la technologie. Cependant, 10 ans plus tard, la technologie a beaucoup changé et les types de produits disponibles dans le paysage technologique sont très différents.
Beaucoup d'appareils et de machines incluent maintenant des logiciels, et certaines sociétés s'en servent pour essayer d'empêcher les utilisateurs et les petits concurrents d'accéder à l'interopérabilité. J'ai moi-même constaté la manière dont cela nuit aux agriculteurs et aux fabricants canadiens.
L'interopérabilité est également importante pour de nombreuses autres industries. Il existe une entreprise spéciale près de Frontier, en Saskatchewan, appelée Honey Bee Manufacturing. Il s'agit d'un petit fabricant d'équipement agricole. Je serai heureux de raconter l'histoire de sa réussite lorsque nous discuterons plus en détail du projet de loi. Pour l'instant, je dirai que l'entreprise est une source de créativité et d'innovation dans le domaine. C'est aussi l'élément vital qui maintient en vie une petite localité rurale.
Il y a d'autres cas comme celui-ci. Il n'y a pas lieu de freiner leur élan. Le Canada a été le lieu d'origine de nombreuses avancées remarquables. Il ne faut jamais décourager la réalisation de progrès actuels ou futurs. Si nous adaptons quelque peu la loi, la créativité canadienne fera le reste. Nous pouvons soutenir les consommateurs et les innovateurs dans le respect du cadre du droit d'auteur. J'espère que tous les députés y contribueront.
Voir le profil de Fraser Tolmie
PCC (SK)
Monsieur le Président, un jour, j'ai demandé à ma fille cadette quelle était sa couleur préférée. Les députés savent-ils ce qu'elle a dit? Elle a répondu « bacon ». Il serait difficile de trouver une réponse plus canadienne.
Moi aussi, j'aime le bacon. Qu'est-ce qui va bien avec le bacon? C'est le fameux hamburger au fromage et au bacon. Chaque partie de ce sandwich représente une partie différente de l'agriculture de la Saskatchewan et l'agriculture est menacée.
Le gouvernement veut maintenant apposer une étiquette de mise en garde sur le bœuf haché canadien. Que ce soit au moyen de la taxe sur le carbone des libéraux, de l'inflation galopante ou maintenant des étiquettes de mise en garde, le gouvernement veut affamer les Canadiens. L'apposition d'une étiquette de mise en garde sur le bœuf représente une autre attaque contre la Saskatchewan. Elle nuira à notre industrie du bœuf et augmentera les coûts pour les familles qui sont déjà en difficulté.
Pourquoi le gouvernement ne cesse-t-il pas d'interférer et ne nous laisse-t-il pas manger nos hamburgers au fromage et au bacon en paix?
Voir le profil de Warren Steinley
PCC (SK)
Voir le profil de Warren Steinley
2022-06-16 20:33 [p.6868]
Monsieur le président, le débat que nous avons ce soir à la Chambre des communes est très important et opportun. Il porte sur l'approvisionnement alimentaire et sur la façon dont le Canada peut être l'une des sources d'approvisionnement alimentaire pour les gens partout dans le monde.
Dans mon discours d'aujourd'hui, je parlerai des cinq grands problèmes éprouvés par les producteurs agricoles canadiens qui, selon moi, entravent leur capacité de fournir au monde plus de bœuf, de poulet, de blé et de denrées de calibre mondial et d'acheminer leurs produits d'un marché à un autre.
Le premier problème que je vois se profiler pour nos producteurs est l’étiquetage sur le devant des emballages. C’est une grande préoccupation. La Canadian Cattlemen’s Association et la Saskatchewan Stockgrowers Association ont communiqué avec nous. Nous nous sommes entretenus avec leurs représentants hier, et les gens sont de plus en plus préoccupés par le fait que le gouvernement va apposer des étiquettes de mise en garde sur les emballages de bœuf et de porc.
Nous devrions tenir un débat très sérieux pour déterminer si cette mesure est vraiment nécessaire, car nos producteurs produisent du bœuf et du porc de classe mondiale, et nous n’avons pas besoin de leur apposer des étiquettes de mise en garde. La Chambre des communes doit se pencher sur cette question pour veiller à ce que nous soutenions les producteurs. Je crois qu’ils font un travail phénoménal sur le plan de l’environnement et de la qualité des aliments, et le gouvernement ne devrait pas apposer d’étiquette de mise en garde sur le devant des emballages. Nous serions le seul pays au monde à imposer cette politique contraignante à ses producteurs de bœuf et de porc.
Un deuxième problème dont il est souvent question dans cette enceinte et qui nuit réellement à notre production alimentaire est la taxe sur le carbone. Elle ne cesse d’augmenter pour les producteurs canadiens. Dans l’Ouest canadien, quand on parle de la taxe sur le carbone, on entend dire que ce sont des sommes considérables. Or, le directeur parlementaire du budget a révélé que les Canadiens ne reçoivent pas autant d’argent qu’ils en paient au titre de la taxe sur le carbone.
La facture de carburant d'un de mes amis a augmenté de 15 000 $ par semaine durant la période des semailles et des récoltes, uniquement à cause de la taxe sur le carbone. Évidemment, le temps des semailles est le moment le plus occupé, mais c'est ce que ce producteur doit payer de plus pour faire fonctionner son équipement, et il ne s'agit que des tracteurs. Cela ne tient pas compte des autres machines. Voilà le deuxième problème qui empêche nos producteurs d'être en mesure de nourrir le monde.
Le troisième problème, et le député de Foothills en a parlé, ce sont les droits de douane sur les engrais. On demande aux producteurs de récupérer cet argent avant le 2 mars. Le gouvernement pénalise les producteurs avec ses politiques, qui relèvent pourtant de son contrôle. Il peut améliorer la situation des producteurs et leur permettre de cultiver plus facilement ce dont le monde a besoin.
Le quatrième problème tient à la cible de réduction de 30 % pour le secteur des engrais. Je me suis entretenu avec des intervenants de tout le pays, et avant que cette cible de réduction des émissions ne soit imposée au secteur des engrais, personne n'a jamais communiqué avec les représentants de Fertilisants Canada, de Nutrien et de BHP. Ils ont été surpris par cette cible de réduction de 30 %. Il n'y a jamais eu de discussions en bonne et due forme avec les intervenants pour veiller à ce qu'ils soient au courant de ce qui s'en venait. C'était une surprise pour eux. Il s'agit d'une cible subjective qui est sortie de nulle part et qui a vraiment ébranlé les personnes qui produisent les engrais qui permettent de faire pousser les cultures dont nous avons besoin pour nourrir le monde.
Le cinquième point a déjà été mentionné par des députés de tous les côtés de la Chambre et n'est aucunement partisan: il s'agit de la guerre en Ukraine. L'Ukraine, troisième producteur de blé au monde, est en pleine zone de guerre. Il n'y aura pas de semailles cette année. Ici au Canada, nous imposons à nos producteurs agricoles plus de tracasseries administratives et de règlements, ce qui nuira aux cultures et aux rendements.
Nous ne pourrons pas utiliser beaucoup d'engrais; c'est là où nous en sommes ici. Nous ferons pousser moins de fruits et de légumes et nous aurons des rendements plus faibles parce que les producteurs utiliseront moins d'engrais étant donné qu'ils n'ont carrément pas les moyens de les payer. Le coût des engrais augmente, et ils n'auront pas les moyens de payer ce coût plus élevé ni de payer une taxe sur le carbone plus élevée. Pour ce qui est de l'approvisionnement alimentaire mondial, un domaine dans lequel nous devrions jouer un rôle de premier plan, le gouvernement entrave la capacité qu'ont les producteurs canadiens d'intensifier leurs efforts et de faire le nécessaire.
Voir le profil de Warren Steinley
PCC (SK)
Voir le profil de Warren Steinley
2022-06-16 20:39 [p.6869]
Monsieur le président, j'offre mes félicitations au député de Kings—Hants, qui se mariera prochainement. C'est formidable. Comme la plupart d'entre nous, il a probablement dépassé les attentes, alors espérons que son épouse sait à quoi s'attendre.
Je répondrai à ses deux questions de la façon suivante. Tout d'abord, le Canada est le seul pays à avoir imposé des droits de douane sur l'engrais. Tandis que les autres pays du G7 élaborent des politiques pour aider les producteurs agricoles, le Canada crée une politique qui leur nuit.
Pour ce qui est de sa deuxième question, je dirais que je suis heureux que le gouvernement ait découvert l'existence de BHP en Saskatchewan. Je sais que cela fait longtemps qu'on n'a pas vu de libéraux là-bas, mais BHP parle d'entreprendre la phase deux depuis l'époque où j'étais député provincial, en 2011. J'ai donc d'excellents rapports avec BHP. Je discute avec cette entreprise constamment. Je me suis rendu à cette mine, et on m'a fait faire une visite. Je crois que les affaires seront très bonnes cette année, compte tenu du prix actuel des engrais et de la potasse. Je souhaite donc la meilleure des chances à BHP.
Voir le profil de Warren Steinley
PCC (SK)
Voir le profil de Warren Steinley
2022-06-16 20:40 [p.6869]
Monsieur le président, le député sait que j'ai grandi dans une ferme laitière et bovine, et que j'ai donc appuyé le système de gestion de l'offre par le passé. J'ai encore beaucoup de bons amis dans l'industrie laitière. J'ai pu me rendre au Congrès national Holstein à Saskatoon et reprendre contact avec quelques-uns d'entre eux. Je suis fier de dire que la grange était remplie de conservateurs. Ils sont satisfaits de notre politique de gestion de l'offre et ils savent que nous les soutiendrons toujours.
Voir le profil de Warren Steinley
PCC (SK)
Voir le profil de Warren Steinley
2022-06-16 20:42 [p.6869]
Monsieur le président, j'ai été député provincial en Saskatchewan. Le NPD a déjà été une force motrice de cette province et de l'Ouest canadien, mais ce que je viens d'entendre montre que c'est loin d'être le cas actuellement. En fait, il est fort triste d'entendre une députée néo‑démocrate suggérer que les agriculteurs de l'Ouest canadien ne sont pas la solution à la crise mondiale de l'approvisionnement alimentaire et qu'ils ne peuvent pas contribuer à nourrir plus de gens dans le monde.
C'est pourquoi nous défendrons toujours les agriculteurs de l'Ouest canadien. La façon dont la députée vient de les dénigrer est l'une des raisons pour lesquelles le NPD ne remportera probablement jamais d'autre siège en Saskatchewan et qu'il devra tenter de conserver les quelques sièges qu'il détient en Alberta.
Voir le profil de Brad Redekopp
PCC (SK)
Voir le profil de Brad Redekopp
2022-06-15 17:22 [p.6744]
demande à présenter le projet de loi C-286, Loi modifiant la Loi sur l’immigration et la protection des réfugiés (reconnaissance des titres de compétence étrangers).
Monsieur le Président, c’est un grand honneur pour moi de présenter mon tout premier projet de loi d’initiative parlementaire à la Chambre, le projet de loi sur la reconnaissance des titres de compétence étrangers.
Je présente ce projet de loi en tant que ministre adjoint du cabinet fantôme en matière d’immigration pour aider les communautés d’immigrants partout au Canada. Cette mesure législative s'attaque à un problème que soulèvent fréquemment les nouveaux arrivants au Canada, et c’est quelque chose que je veux améliorer. De nombreux nouveaux arrivants au Canada possèdent les compétences nécessaires pour accomplir un travail donné dans leur pays d’origine, mais à cause d’une combinaison de tracasseries administratives, de règles déroutantes et des exigences des organismes d'attribution des permis, ils ne peuvent pas exercer leur profession ici au Canada. Nous avons tous entendu parler de médecins qui conduisent des taxis, d’infirmières qui travaillent comme bonnes d’enfants ou de mécaniciens qui travaillent comme concierges. Le système de reconnaissance des titres de compétences étrangers ne fonctionne pas. Le fait de refuser à quelqu'un la possibilité d’exercer sa profession nuit non seulement à cette personne, mais aussi à sa famille, à l’économie canadienne, aux entreprises et au bien-être de tous les Canadiens.
Une façon de régler ce problème serait de réduire les formalités administratives. En donnant au gouvernement les outils nécessaires pour contourner la bureaucratie, le processus pourrait être accéléré. Le projet de loi que je propose donnerait au gouvernement un pouvoir de réglementation élargi pour évaluer les titres de compétence étrangers. Il permettrait au ministre de désigner certains titres de compétence étrangers comme équivalents à ceux du Canada. Tout cela accélérerait et simplifierait le processus permettant aux nouveaux arrivants d’exercer leur profession au Canada.
Comme je l’ai dit, le plus grand obstacle est la paperasserie, et ce projet de loi éliminerait une partie de ces complications et de cette confusion. Mon projet de loi n’est qu’une pièce du casse-tête. Il ne règle pas tout, mais c’est un bon début. Combiné à des annonces de financement, comme celle de mon ami, le futur chef du Parti conservateur et député de Carleton, ce projet de loi contribuerait grandement à résoudre le problème.
Je demande donc à tous les députés d’appuyer ce projet de loi.
Voir le profil de Kelly Block
PCC (SK)
Monsieur le Président, j'ai l'honneur de présenter des pétitions signées par des centaines de citoyens de partout au Canada qui continuent de prier le Parlement de protéger le droit à la liberté de conscience des professionnels de la santé contre toute coercition ou intimidation pour les contraindre à pratiquer un acte de suicide assisté ou d'euthanasie ou à aiguiller les patients vers un autre professionnel de la santé.
La liberté de conscience est un droit fondamental, clairement énoncé à l'article 2 de la Charte des droits et libertés. Je remercie les pétitionnaires de leur implication dans la défense de cette importante cause.
Voir le profil de Warren Steinley
PCC (SK)
Voir le profil de Warren Steinley
2022-06-14 12:11 [p.6660]
Madame la Présidente, j'invoque le Règlement. Les députés doivent activer leur caméra pour qu'ils soient considérés comme étant présents à la Chambre.
Voir le profil de Robert Kitchen
PCC (SK)
Monsieur le Président, les 1er et 2 juin, la ville de Weyburn était l'hôte du Saskatchewan Oil and Gas Show 2022. L'événement a été un vif succès, et des gens de partout au pays sont venus s'informer au sujet des dernières avancées dans l'industrie vitale du pétrole canadien. Je remercie et félicite le comité organisateur et son président, Dan Cugnet.
Malheureusement, un des sujets qui revenaient souvent était le prix astronomique de l'essence et les effets négatifs qu'il a pour les gens de la Saskatchewan. Le prix de l'essence est présentement au-dessus des 2 $ le litre, ce qui forcera bientôt les gens des régions rurales à choisir entre se rendre au travail en voiture ou nourrir leur famille.
Les gens de Souris—Moose Mountain méritent mieux qu'un gouvernement libéral qui les regarde souffrir sans réagir et qui refuse de se servir des outils à sa disposition pour régler le problème. Les gens de ma circonscription et tous les Canadiens méritent un peu de répit. Le premier ministre répète sans cesse qu'il est là pour les Canadiens, mais chaque fois qu'il est là, c'est pour leur causer des problèmes et les pousser au bord du précipice.
Résultats : 1 - 30 de 681 | Page : 1 de 23

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
>
>|
Exporter en: XML CSV RSS

Pour plus d'options de données, veuillez voir Données ouvertes