Hansard
Consultez le guide de l'usager
Pour obtenir de l’aide, contactez-nous
Consultez le guide de l'usager
Pour obtenir de l’aide, contactez-nous
Ajouter un critère de recherche
Résultats : 1 - 15 de 35840
Voir le profil de Brad Vis
PCC (BC)
Monsieur le Président, je présente deux pétitions aujourd'hui au nom d'habitants de la Colombie‑Britannique.
La première pétition porte sur la traite des personnes. Les pétitionnaires demandent au gouvernement du Canada de renforcer la Loi sur la protection des collectivités et des personnes victimes d'exploitation afin de combler les lacunes importantes du Canada en matière de traite des personnes, des lacunes qui ont été soulignées de façon embarrassante dans le rapport sur la traite des personnes que le département d'État américain a publié en 2022. Les pétitionnaires demandent aussi au gouvernement du Canada de retirer toutes les mentions de la traite des personnes dans le projet de loi C‑5.
Voir le profil de Brad Vis
PCC (BC)
Monsieur le Président, la deuxième pétition que je présente aujourd'hui porte sur les centres d'aide à la grossesse. De nombreuses Canadiennes comptent sur ces centres pour avoir accès à des services de counseling, à des cours prénataux et à des produits de première nécessité comme de la nourriture, des lits de bébé, des poussettes, des couches et des moyens de contraception. Les pétitionnaires demandent au gouvernement du Canada de préserver le statut d'organisme de bienfaisance des centres d'aide à la grossesse et de tout simplement les laisser tranquilles.
Voir le profil de Garnett Genuis
PCC (AB)
Monsieur le Président, je suis reconnaissant que l'on m'accorde le privilège de présenter trois pétitions à la Chambre.
La première pétition porte sur le prélèvement forcé et le trafic d'organes humains. Les pétitionnaires soumettent cette pétition à l'appui du projet de loi S‑223, qui érigerait en infraction criminelle le fait de se rendre à l'étranger dans le but de recevoir un organe prélevé sans consentement.
Ce projet de loi, sous sa forme actuelle, a été adopté par le Sénat à trois reprises et a déjà été adopté par la Chambre des communes lors d'une législature précédente. À l'heure actuelle, son étude stagne au comité des affaires étrangères. Je sais que les pétitionnaires espèrent que cette pétition poussera le Parlement à adopter une fois pour toutes le projet de loi.
Voir le profil de Garnett Genuis
PCC (AB)
Monsieur le Président, la deuxième pétition que je présente traite d'une promesse qui figure à la page 5 de la plateforme électorale libérale, c'est-à-dire la promesse de révoquer le statut d'organisme de bienfaisance des organismes qui adoptent une certaine position à l'égard d'une question sociale controversée.
Les pétitionnaires craignent que cette proposition comporte de vastes implications, notamment qu'elle mette en péril le statut d'organisme de bienfaisance d'écoles, d'hôpitaux, d'organismes d'aide aux réfugiés et de nombreux autres organismes jouant un rôle important dans nos collectivités. Les pétitionnaires souhaitent que l'on préserve la neutralité sur le plan politique et idéologique avec laquelle on détermine l'admissibilité au statut d'organisme de bienfaisance.
Ils demandent au gouvernement de ne pas appliquer le critère des valeurs proposé dans sa plateforme et de réaffirmer son engagement à l'égard de la liberté d'expression.
Voir le profil de Garnett Genuis
PCC (AB)
Monsieur le Président, la troisième pétition que je présente concerne la persécution des adeptes du Falun Gong. Les pétitionnaires soulignent la persécution des adeptes du Falun Gong dans cette pétition. Ils sont profondément préoccupés par cette situation. Ils veulent que le gouvernement prenne des mesures à cet égard, notamment en luttant contre le prélèvement forcé et le trafic d'organes et en ayant recours à la loi de Magnitski afin de sanctionner les personnes impliquées dans cette persécution.
J'invite les députés à prendre connaissance de ces pétitions.
Voir le profil de Kevin Lamoureux
Lib. (MB)
Voir le profil de Kevin Lamoureux
2022-09-27 10:06 [p.7765]
Monsieur le Président, je demande que toutes les questions restent au Feuilleton.
Le Président: D'accord?
Des voix: D'accord.
Voir le profil de Anthony Rota
Lib. (ON)
Je suis maintenant prêt à me prononcer sur la question de privilège soulevée le 22 septembre 2022 par le député de Sherwood Park—Fort Saskatchewan concernant des propos émis sur les réseaux sociaux par un membre de la tribune de la presse parlementaire.
Lorsqu’il a soulevé sa question de privilège, le député de Sherwood Park—Fort Saskatchewan a expliqué que, à la suite d’une question qu’il a posée durant les questions orales, un journaliste a publié un gazouillis contenant des propos qu’il juge menaçants à son égard. À son avis, le climat social actuel est tel que ces commentaires pourraient inciter certaines personnes à la violence.
Il allègue également que le statut de membre accrédité de la tribune de la presse donne au journaliste un accès privilégié à l'enceinte parlementaire. L'idée de croiser le chemin d'un individu l'ayant menacé inquiète le député à un point tel qu'il croit que l'exercice de ses fonctions en serait entravé.
Le leader à la Chambre de l'opposition officielle et les députés de Kildonan—St. Paul et de Louis-Saint-Laurent ont appuyé son intervention en soulignant que les députés sont de plus en plus confrontés à des situations semblables et inacceptables.
La présidence prend cette situation très au sérieux. Les élus font régulièrement face à des commentaires sur les réseaux sociaux qui vont au-delà de la critique et du débat politique. Certains commentaires sont parfois excessifs et sont même à l’occasion violents.
Les parlementaires, leur personnel ainsi que ceux et celles qui rapportent les activités parlementaires devraient chercher à élever le débat public et résister à la tentation de banaliser ou de simplifier à l'extrême certains enjeux importants, comme cela peut être le cas sur les réseaux sociaux.
La présidence ne se penchera pas ici sur les enjeux de sécurité et les menaces subies par les élus puisque le rôle de la présidence, dans l’examen d’une question de privilège, se limite à déterminer si, à la lumière des faits présentés à la Chambre, il y a présomption d’atteinte aux privilèges et si cette affaire doit avoir priorité sur tous les autres travaux de la Chambre. Ainsi, dans le cas qui nous occupe, la présidence cherchera plutôt à déterminer si les commentaires du journaliste à l’endroit du député visaient à l’intimider et lui nuire dans son travail parlementaire.
Lorsque des députés font l'objet d'obstruction, d'ingérence et d'intimidation par des moyens non physiques, La procédure et les usages de la Chambre des communes, troisième édition, à la page 111, précise ce qui suit: « Dans ses décisions sur ce type de situation, la présidence examine l'effet de l'incident ou de l'événement sur la capacité des députés de remplir leurs responsabilités parlementaires. »
La présidence a examiné l’intervention du député de Sherwood Park—Fort Saskatchewan en gardant en tête ces principes fondamentaux. Les faits qui ont été présentés à la Chambre ne semblent pas suffisants pour déterminer que le député a été gêné dans l’exercice de ses fonctions parlementaires. Je ne peux donc conclure que la question de privilège est fondée de prime abord.
En ce qui concerne le second point du député, la présidence n’entend pas s’ingérer dans les règles de fonctionnement de la tribune de la presse. Elle est convaincue que les responsables de la tribune continueront de faire appliquer auprès de ses membres les hauts standards de professionnalisme qu’on lui connaît.
J’aimerais enfin rappeler qu’il est de la responsabilité de toute personne ayant une influence dans le débat public d’être conscient de la portée de ses propos et de faire des choix de mots judicieux et respectueux.
Je remercie les députés de leur attention.
Voir le profil de Pierre Poilievre
PCC (ON)
Voir le profil de Pierre Poilievre
2022-09-27 10:12 [p.7766]
propose:
Que, de l’avis de la Chambre, étant donné que les hausses de taxes du gouvernement sur l’essence, le chauffage domestique et, indirectement, l’épicerie, attiseront l’inflation, et que le directeur parlementaire du budget a indiqué que la taxe sur le carbone coûte plus qu’elle ne rapporte pour 60 % des ménages, le gouvernement doit éliminer son projet de tripler la taxe sur le carbone.
— Monsieur le Président, nous débattons aujourd'hui de la décision du gouvernement de briser sa promesse électorale et de tripler la taxe de carbone sur l'essence, le chauffage, l'épicerie et toute autre chose essentielle dont les Canadiens ont besoin pour survivre.
Il faut reconnaître que c'est une augmentation de taxe qui va s'appliquer partout au Canada et qui va faire augmenter les prix dans chaque province, même dans les provinces où il n'y a pas de remboursement de la part du gouvernement fédéral.
C'est une augmentation de taxe qui arrive à un moment où le taux d'inflation est à son niveau le plus haut depuis 40 ans et alors qu'on voit que neuf jeunes sur dix qui n'ont pas déjà leur propre maison croient ne jamais pouvoir en acheter une. Cela arrive à un moment où des étudiants vivent dans des centres d'hébergement parce qu'ils ne peuvent pas payer leur loyer. Cela arrive à un moment où quatre Canadiens sur cinq doivent réduire leur régime alimentaire pour pouvoir payer l'épicerie. Cela arrive à un moment où les Canadiens ne peuvent même pas mettre de l'essence dans leur voiture ou leur camion pour aller au travail. C'est précisément le mauvais moment pour augmenter les taxes et les impôts sur les chèques de paie, sur l'essence et sur d'autres choses.
Commençons par parler des petites tomates vertes. Petits miracles de Manotick, les tomates SunTech proviennent d’une magnifique petite ferme de tomates située à environ 40 minutes au sud d’ici, au cœur de la grande circonscription de Carleton, où quelques agriculteurs entreprenants ont ouvert une serre pour offrir de magnifiques produits locaux aux habitants de la région. Ces tomates sont délicieuses et elles sont légendaires dans toute la région.
Malheureusement, les agriculteurs ont appris que la taxe sur le carbone imposée par le gouvernement s’appliquerait au CO2 libéré dans la serre. Or, bien sûr, l'apport de CO2 est nécessaire puisqu'il accroît la productivité en améliorant la croissance des plants. Ce CO2 n'est même pas rejeté dans l’atmosphère; il nourrit les plants, ce que les libéraux n’ont peut-être pas compris de leurs leçons de sciences de quatrième année. La réalité est que cela rend les tomates plus chères.
Quelle est la conséquence de la taxe sur ces tomates? Eh bien, il est parfois plus coûteux d’acheter une tomate de Manotick à Manotick qu’une tomate mexicaine à Manotick. Pourquoi? Parce que les taxes sont moins élevées au Mexique, même si la pollution y est plus importante. Que fait ce signal de prix? Il incite le client à acheter une tomate venant de l’autre côté de l’Amérique du Nord, qui doit être conditionnée et transportée par camion jusqu’au Canada, en brûlant des combustibles fossiles tout au long du trajet et en augmentant les émissions en cours de route.
Qu’est-il arrivé au principe des 100 milles que les écologistes avaient l’habitude de promouvoir? Eh bien, cette taxe rend ce régime plus difficile et moins abordable, la grande erreur logique de la taxe libérale sur le carbone. Elle fait augmenter le coût de la production nationale et pousse cette production vers des pays étrangers plus polluants, ce qui entraîne des coûts de transport plus élevés et plus d’émissions pour ramener les produits aux consommateurs canadiens, ici au pays.
Notre approche devrait être exactement le contraire. Nous devrions ramener la production chez nous et avoir notre nourriture, notre énergie et nos ressources ici même au Canada.
Examinons les trois faussetés de la taxe libérale sur le carbone.
Les libéraux ont dit qu’elle nous aiderait à atteindre nos objectifs de réduction des émissions. Cela fait maintenant sept ans qu’ils sont au pouvoir et ils n’ont pas atteint un seul objectif de réduction des émissions. En fait, même en 2020, alors que de grandes parties de notre économie et de notre population étaient bloquées et ne pouvaient même pas conduire, ils sont loin d’avoir atteint leurs objectifs. J'aimerais que la Chambre sache à quel point ils les ont ratés. Ils les ont ratés de 57 mégatonnes. C’est l’équivalent de toutes les émissions des quatre provinces de l’Atlantique ou l’équivalent de tout notre secteur de l’électricité.
Autrement dit, si nous avions coupé toute l’électricité au Canada cette année-là, en plus d’avoir été confinés pendant la COVID, nous n’aurions pas atteint les objectifs que les libéraux s’étaient fixés. Autrement dit, la taxe sur le carbone n’a pas atteint ces objectifs. Elle ne s’en est même pas approchée, et, en fait, nous nous attendons à ce que les émissions recommencent à augmenter maintenant que les confinements sont heureusement derrière nous. C’est la première fausseté.
Si les libéraux étaient vraiment sérieux au sujet de la réduction des émissions, ils avaient de nombreuses autres options. Ils auraient pu signaler leur soutien aux petits réacteurs nucléaires modulaires afin que nous puissions utiliser notre prodigieux savoir-faire pour fournir aux Canadiens une énergie nucléaire sans émissions. C’est en Saskatchewan que nous disposons de la plus grande quantité d’uranium comme matière première et c’est ici, en Ontario, que se trouvent les meilleurs ingénieurs nucléaires. Les provinces de tout le pays ont besoin de cette électricité. Nous avons des provinces qui ont signé des protocoles d’entente pour remplacer les sources d’électricité à fortes émissions par de petits réacteurs nucléaires modulaires, mais bien sûr, notre ministre de l’Environnement a déclaré qu’il n’était même pas d’accord avec le nucléaire. Je ne sais pas d’où il espère tirer l’électricité, mais il est certain que personne ne va investir dans la création de ces réacteurs modulaires si le ministre de l’Environnement lui-même s’y oppose.
Les libéraux auraient pu soutenir le captage et le stockage du carbone, un domaine dans lequel l’industrie énergétique canadienne est la première au monde. Il s’agit de l’industrie qui remet le carbone dans le sol d’où il provient, le tronc de carbone, ce qui permet à ce carbone de retourner dans des formations géologiques où il peut être stocké en toute sécurité. Le gouvernement a été lent à soutenir ce projet et son soutien a été insuffisant.
Les libéraux auraient pu inciter l’industrie à réduire davantage ses émissions. Ils auraient également pu utiliser la production d’énergie propre du Canada pour remplacer la production étrangère sale. Nous avons 1 300 billions de pieds cubes de gaz naturel ici même au Canada. Avec l’hydroélectricité du Québec, de Terre‑Neuve et de la Colombie‑Britannique, nous pouvons liquéfier ce gaz naturel sans aucune émission. En fait, nous avons les distances de transport les plus courtes d’Amérique du Nord vers l’Asie et l’Europe, ce qui nous permet de réduire les coûts et les émissions nécessaires pour acheminer cette énergie vers ces marchés. Ce gaz naturel canadien propre pourrait remplacer l’électricité sale produite par le charbon dans le monde entier.
Les libéraux diront peut-être le contraire aujourd'hui; c'est pourtant ce qu'ils affirmaient il n'y a pas si longtemps. Le premier ministre s'est présenté à une séance de photos dans le Nord de la Colombie‑Britannique où il s'est attribué tout le mérite concernant le projet LNG Canada, pourtant approuvé par le gouvernement conservateur précédent. Le premier ministre avait alors affirmé ceci: « Nous savons que le GNL produit [...] la moitié moins d’émissions de carbone que le charbon. » Il avait ensuite ajouté que ce projet permettrait de réduire la quantité d'émissions à l'échelle de la planète grâce au remplacement des sources d'électricité plus polluantes en Asie. La citation exacte est la suivante: « Alors, le fait d’acheminer le GNL canadien vers des marchés qui tirent actuellement leur énergie du charbon aidera ces gouvernements à délaisser cette source d’énergie. »
Selon Rob Seeley, président d'E3Merge Consulting, « chaque unité de GES produite en Colombie‑Britannique pour l'acheminement du GNL vers les marchés produira dix fois moins d'émissions de GES à l'étranger. » Autrement dit, remplacer les centrales au charbon par l'énergie canadienne mène à une réduction des émissions.
L'expert en question ajoutait ceci:
Si on exportait du GNL au maximum de la capacité de Kitimat pour remplacer l'électricité produite dans les centrales au charbon de Chine, on réduirait les émissions de GES de 60 à 90 millions de tonnes par année, l'équivalent de la production de GES de toute la Colombie‑Britannique [...]
Ne serait-ce pas formidable? Ce serait toute une réalisation.
Soit dit en passant, les libéraux avaient promis d’éliminer 60 à 90 millions de tonnes de gaz à effet de serre avec la taxe sur le carbone. Cela ne s’est pas produit, mais un tel projet l’aurait permis. Cependant, les projets de ce genre ne peuvent pas voir le jour parce que le gouvernement leur met des bâtons dans les roues.
Lorsque le premier ministre actuel est entré en fonction, il y avait 15 propositions de gaz naturel liquéfié sur la table. Pas une seule n’a été menée à bien, sept ans plus tard. Imaginons les émissions que nous aurions pu réduire et les chèques de paie que nous aurions pu faire croître si nous nous étions ôtés du chemin et avions permis à ces projets de se réaliser.
Nous pourrions exporter plus de notre uranium à usage civil afin que les administrations étrangères puissent cesser de brûler du charbon sale et le remplacer par une énergie canadienne propre. Nous pourrions soutenir le Québec et le Manitoba dans leurs efforts pour exporter leur hydroélectricité et en tirer plus de recettes. Nous avons d’innombrables moyens à notre disposition pour lutter contre les émissions de notre pays et du monde entier sans taxer et punir nos concitoyens. Si les libéraux l’avaient fait, peut-être n’auraient-ils pas raté tous les objectifs qu’ils se sont fixés.
La deuxième promesse des libéraux est que la taxe sur le carbone améliorerait la situation de tous. Tout le monde paierait cette taxe, mais recevrait un chèque par la poste comme dédommagement. Cela ressemble à l’un de ces courriels frauduleux qui me disent que si je leur donne les coordonnées de ma carte bancaire, ils feront un gros dépôt dans mon compte et je serai riche, et cela vient toujours d’un oncle à l’autre bout du monde. Il s’avère que le chèque était sans provision.
Selon le directeur parlementaire du budget, et je consulte en ce moment même les chiffres qui figurent dans le tableau qu’il a présenté, le coût net de cette taxe sur le carbone pour les Albertains, lorsqu’elle sera pleinement mise en œuvre, sera de 2 282 $ par ménage. En Saskatchewan, il sera de 1 464 $ et au Manitoba, de 1 145 $. En Ontario, elle sera de 1 461 $. Il s’agit de coûts nets, donc après les remises promises par le gouvernement.
En passant, c’est le moindre des problèmes. La situation des six provinces qui n’obtiendront aucun remboursement sera bien pire. Nous devons nous rappeler que la taxe sur le carbone peut être administrée par les provinces en Colombie‑Britannique, au Québec et dans certaines autres régions du pays. Cependant, elle est imposée par le gouvernement fédéral, de sorte que même si les provinces ont leur propre régime, elles devront tripler leur taxe sur le carbone afin de respecter l’obligation que le gouvernement fédéral a décrétée et elles n’obtiendront aucun remboursement. La situation de ces provinces sera bien pire que les cas que je viens de mentionner.
Tout cela à un moment où les Canadiens ne peuvent pas payer leur épicerie ou faire le plein de leur véhicule et redoutent les coûts que l’hiver engendrera dans quelques mois à peine. C’est exactement le moment le plus mal choisi pour augmenter une taxe. Pensons-y: les libéraux proposent d’instaurer une taxe de 40 ¢ le litre sur l’essence. Combien de mères célibataires, de fermiers, de soudeurs ou de serveuses peuvent se permettre de payer 40 ¢ de plus par litre en taxe sur l’essence? Tous les partis représentés à la Chambre, sauf les conservateurs, veulent asséner ces taxes plus élevées aux travailleurs. Nous allons y faire obstacle. Nous allons lutter. Nous défendrons les consommateurs contre cette taxe.
La dernière fausseté est que les libéraux ont dit que cette taxe sur le carbone ne dépasserait jamais 50 $ la tonne, point final. Ils ont dit qu’ils s’arrêteraient à 50 $ la tonne. C’était avant les élections. Après les élections, ils ont dit qu’il faudrait tripler la taxe. Ils ont dit qu’elle était si inefficace qu’il faudra la tripler pour qu’elle fasse le travail, et c’est tout ce que nous savons. S’ils vont tripler la taxe après une seule promesse électorale non tenue, imaginons ce qui arriverait s’ils obtenaient un autre mandat, Dieu nous en garde. Quelle surprise entendrions-nous le lendemain de l’élection? Jusqu’où la taxe devrait-elle aller, un dollar le litre en nouvelle taxe ou trois fois les factures du chauffage résidentiel?
Avec quels autres coûts les libéraux surprendraient-ils les Canadiens s’ils en avaient l’occasion? Ils n’ont pas tenu leur promesse à cet égard. Ils ont rompu leur promesse concernant l’impôt sur le revenu, dont ils avaient dit qu’ils le diminueraient. Ils ont rompu leur promesse sur d’innombrables autres taxes et nous pouvons nous attendre à ce qu’ils ne fassent que rompre d’autres promesses, car ils ont besoin d’augmenter les taxes pour alimenter leur appétit insatiable pour les dépenses.
Les Canadiens ne les laisseront pas faire. Les conservateurs se présenteront aux prochaines élections avec un programme fiscal avantageux et nous gagnerons et mettrons en œuvre ce programme fiscal avantageux.
Nous oublions parfois que ce sont nos petites entreprises qui devront supporter un fardeau disproportionné. Elles n’obtiennent aucune remise. Contrairement aux grandes sociétés industrielles qui sont totalement dispensées de la taxe sur le carbone, les petites entreprises doivent la payer sur le coût du chauffage de leurs restaurants, du fonctionnement de leurs fourneaux pour nourrir leurs clients, du transport de leurs marchandises et du fonctionnement de leurs usines.
Toutes ces entreprises doivent payer ces taxes, car elles ne sont pas assez grandes pour bénéficier de l’exemption dont bénéficient les grandes sociétés industrielles. On peut donc s’attendre à ce qu’un plus grand nombre de petites entreprises doivent combler l’écart en augmentant les prix pour les consommateurs ou en réduisant les salaires de leurs employés, ce qui aggrave la situation des Canadiens à un moment où ils peuvent le moins se le permettre.
Les petites et moyennes entreprises n'ont pas droit à une exemption. Elles doivent payer davantage pour la taxe, laquelle triplera si les libéraux restent au pouvoir grâce à leurs partenaires de coalition, les néo-démocrates. C'est la raison pour laquelle nous allons continuer de défendre nos petites et moyennes entreprises qui créent des emplois et qui offrent des services et des biens aux consommateurs. Les conservateurs vont toujours défendre les petites et moyennes entreprises en annulant cette augmentation de taxe.
Bien entendu, cette taxe s’ajoute à d’autres taxes. Les libéraux proposent d’augmenter les taxes sur les chèques de paye. À compter du 1er janvier, ils augmenteront les impôts sur la masse salariale pour l’assurance-emploi et le Régime de pensions du Canada, même s’ils disposent de suffisamment de fonds aux taux actuels pour financer ces deux programmes, malgré l’augmentation régulière des prestations à laquelle on peut s’attendre. Ils veulent mettre en péril les chèques de paye des Canadiens pour augmenter les impôts et dégager d’importants surplus dans le compte de l’assurance-emploi qu’ils utiliseront ensuite pour financer l’ensemble des dépenses gouvernementales plutôt que pour offrir aux travailleurs une protection contre le chômage. Les conservateurs croient que l’assurance-emploi ne devrait pas être une vache à lait pour le gouvernement. Elle devrait être une protection pour les travailleurs et nous nous opposerons à toute augmentation des impôts sur la masse salariale pour l’assurance-emploi.
Notre théorie, notre principe, c'est qu’il vaut toujours mieux qu’un dollar reste dans les mains de la personne qui l’a gagné plutôt que dans les mains du politicien qui l’a taxé. Nous voulons que travailler dur rapporte de nouveau dans ce pays, que la personne qui fait une heure supplémentaire, qui travaille un quart de plus ou qui gagne une prime supplémentaire puisse garder cet argent pour envoyer ses enfants au camp d’été, pour offrir à sa famille un petit séjour de camping, ou bien pour agrandir sa maison ou passer d’un appartement à sa propre résidence. Ce pays devrait offrir des possibilités, d’immenses possibilités, à quiconque est prêt à y mettre les efforts.
Je trouve déplorable qu’une mère qui élève seule trois enfants et qui gagne 55 000 $ par année perde 80 ¢ en taxes et impôts par dollar supplémentaire qu’elle réussira à gagner. C’est ce qui ressort d’une étude du ministère des Finances même de l’actuel gouvernement. Nous punissons les personnes qui travaillent pour le pays.
Les travailleurs canadiens méritent d’être rémunérés pour leur travail. Les propriétaires de petite entreprise qui prennent des risques et hypothèquent leur maison pour survivre et fournir des services à nos collectivités et des emplois à nos concitoyens méritent de garder les fruits de leur labeur. C’est pourquoi les conservateurs prendront toujours le parti des personnes qui travaillent dur, qui paient leurs impôts et qui respectent les règles. Nous redonnerons aux Canadiens le contrôle de leur argent, de leur vie, ici, au Canada, dans le pays le plus libre du monde.
Voir le profil de Rachel Bendayan
Lib. (QC)
Voir le profil de Rachel Bendayan
2022-09-27 10:30 [p.7769]
Madame la Présidente, j’ai beaucoup aimé le discours du nouveau chef conservateur. Cependant, j’ai remarqué qu’il manquait quelque chose au cœur de sa politique économique, à propos du conseil qu’il a donné aux Canadiens d’investir dans des cryptomonnaies.
Le chef de l’opposition refuse de répondre aux questions sur le conseil qu'il a donné aux Canadiens d’investir dans des cryptomonnaies pour échapper à l’inflation. Maintient-il ce conseil aujourd’hui?
Voir le profil de Pierre Poilievre
PCC (ON)
Voir le profil de Pierre Poilievre
2022-09-27 10:31 [p.7769]
Madame la Présidente, mon plan économique vise à rendre le gouvernement moins coûteux pour que le coût de la vie soit abordable. Le fait est que les dépenses du gouvernement font augmenter le coût de la vie. Les déficits inflationnistes de 500 milliards de dollars font grimper le prix des biens que nous achetons et les intérêts que nous payons. Les taxes inflationnistes font encore plus augmenter ces coûts.
Le dollar canadien est et restera toujours notre seule monnaie nationale. Ce sera la seule monnaie avec laquelle on peut s'acquitter de ses fonctions gouvernementales, payer des impôts ou toucher des prestations de l’État. Le problème, aujourd’hui, c’est que le gouvernement détruit le pouvoir d’achat du dollar canadien en faisant marcher la planche à billets pour résorber des déficits inflationnistes. Cela nous vaut l'inflation la plus élevée en 40 ans, ce que j’avais prédit, et j’avais prévenu le gouvernement que cela arriverait. Je ferai en sorte que cela ne se reproduise pas.
Voir le profil de Mark Gerretsen
Lib. (ON)
Voir le profil de Mark Gerretsen
2022-09-27 10:32 [p.7769]
Madame la Présidente, j'invoque le Règlement. Durant le discours du chef de l’opposition aujourd'hui, nous avons été très silencieux de ce côté‑ci de la Chambre. Nous n'avons pas dit un mot.
Des voix: Oh, oh!
Voir le profil de Alexandra Mendès
Lib. (QC)
Je regrette, mais le député a raison. La Chambre est demeurée silencieuse quand le chef de l’opposition parlait. On devrait faire preuve de la même courtoisie à l'égard des autres intervenants.
Le député de Jonquière a la parole.
Voir le profil de Mario Simard
BQ (QC)
Voir le profil de Mario Simard
2022-09-27 10:32 [p.7769]
Madame la Présidente, je suis quelque peu dubitatif devant ce qui m'apparaît être la plus grande tartufferie de la politique canadienne. Utiliser l'inflation pour faire progresser les intérêts des grandes pétrolières, je n'ai jamais vu cela. Il n'y a que le Parti conservateur qui est capable de faire cela. Rappelons‑nous quand le conflit en Ukraine a commencé, le Parti conservateur nous disait que la solution était plus de gaz et de pétrole. Aujourd'hui, on est face à l'inflation et la solution des conservateurs, c'est plus de gaz, plus de pétrole, cesser de combattre contre la lutte contre les changements climatiques et mettre fin à la taxe sur le carbone. En fait de tartufferie, je n'ai jamais vu mieux.
Si les conservateurs étaient sérieux, ils s'engageraient à mettre fin au financement des énergies fossiles. Il y a 14 milliards de dollars par année d'Exportation et développement Canada qui s'en vont directement dans la poche des grands gloutons du secteur gazier et pétrolier. Ce que nous dit aujourd'hui le Parti conservateur, c'est que ce n'est pas assez pour lui.
Voir le profil de Pierre Poilievre
PCC (ON)
Voir le profil de Pierre Poilievre
2022-09-27 10:33 [p.7769]
Madame la Présidente, je remercie l'honorable député du bloc centralisateur de sa question.
Le Bloc québécois veut que le fédéral impose des taxes plus élevées aux Québécois. Encore une fois, on voit le Bloc québécois qui veut un gouvernement à Ottawa plus fort. C'est vrai. C'est...
Des voix: Oh, oh!
Voir le profil de Alexandra Mendès
Lib. (QC)
À l'ordre.
S'il vous plaît, peut‑on entendre la réponse?
L'honorable chef de l'opposition officielle a la parole.
Résultats : 1 - 15 de 35840 | Page : 1 de 2390

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
>
>|
Exporter en: XML CSV RSS

Pour plus d'options de données, veuillez voir Données ouvertes