Interventions à la Chambre des communes
 
 
 
Fil RSS basé sur les critères de recherche Exporter les résultats de recherche - CSV (texte brut) Exporter les résultats de recherche - XML
Ajouter un critère de recherche
Voir le profil de Scott Brison
Lib. (NS)
Voir le profil de Scott Brison
2017-11-09 10:04 [p.15199]
Monsieur le Président, au nom de 84 ministères et organismes, j'ai l'honneur de déposer dans les deux langues officielles les rapports sur les résultats ministériels pour l'exercice 2016-2017.
8563-421-170 Rapports sur le rendement d ...8563-421-171 Rapports sur le rendement d ...8563-421-172 Rapports sur le rendement d ...8563-421-173 Rapports sur le rendement d ...8563-421-174 Rapports sur le rendement d ...8563-421-175 Rapports sur le rendement d ...8563-421-176 Rapports sur le rendement d ...8563-421-177 Rapports sur le rendement d ...8563-421-178 Rapports sur le rendement d ...8563-421-179 Rapports sur le rendement d ...8563-421-180 Rapports sur le rendement d ...
...Voir tous les sujets
Voir le profil de Kevin Lamoureux
Lib. (MB)
Voir le profil de Kevin Lamoureux
2017-11-09 10:04 [p.15199]
Monsieur le Président, conformément au paragraphe 36(8) du Règlement, j'ai l'honneur de déposer, dans les deux langues officielles, la réponse du gouvernement à quatre pétitions.
Voir le profil de Omar Alghabra
Lib. (ON)
Voir le profil de Omar Alghabra
2017-11-09 10:04 [p.15199]
Monsieur le Président, conformément à l'article 5 de la Loi sur la justice pour les victimes de dirigeants étrangers corrompus, aussi appelée la loi de Sergueï Magnitski, et aux fins du renvoi au Comité permanent des affaires étrangères et du développement international, j'ai l'honneur de déposer, dans les deux langues officielles, des copies du Règlement relatif à la justice pour les victimes de dirigeants étrangers corrompus, qui a été pris le 2 novembre 2017.
Voir le profil de Ralph Goodale
Lib. (SK)
Voir le profil de Ralph Goodale
2017-11-09 10:05 [p.15199]
Monsieur le Président, comme les députés le savent, le ministre des Anciens Combattants est malade depuis quelques jours et il regrette profondément de ne pas pouvoir être à la Chambre aujourd’hui pour participer aux moments solennels de commémoration que le Parlement observe tous les ans à cette période-ci de l'année. Le ministre m’a demandé de transmettre ses salutations chaleureuses à tous les députés aujourd’hui et, plus particulièrement, à tous les anciens combattants que nous avons l’honneur et le devoir de représenter collectivement. Je vais donc dire quelques mots au nom du ministre des Anciens Combattants.
Partout au pays, des millions de Canadiens vont bientôt rendre un vibrant hommage aux anciens combattants, aux membres des Forces armées canadiennes ainsi qu'aux femmes et aux hommes courageux qui ont fait le sacrifice ultime pour défendre le Canada depuis que notre pays existe.
Nous savons que notre liberté, notre prospérité et les chances dont bénéficient nos enfants existent grâce à leur sacrifice et à leur victoire.
L’une des façons dont les Canadiens témoignent de leur reconnaissance consiste à porter le coquelicot rouge en souvenir de ceux et celles qui sont morts au service de leur pays. Ils participant aussi à des activités commémoratives d’un océan à l’autre. Les Canadiens visitent également le site Web « Ne les oubliez pas » et ils sont actifs dans les médias sociaux en utilisant le mot-clic #LeCanadaSeSouvient.
Certains d’entre nous ont vécu l’expérience très émouvante de voir où ont marché ceux qui ont combattu et ceux qui sont morts pour préserver nos droits et nos libertés ainsi que le mode de vie canadien, fondé sur l’ouverture, l’inclusion, la générosité et la démocratie. Les émotions ressenties sont fortes lorsque l’on monte sur la crête de Vimy et que l’on touche ce monument qui s’élance vers le ciel, ou encore quand on se rend à la colline 70 ou dans le village d’Ypres et sous les arches de la porte de Menin, où sont gravés les noms de jeunes Canadiens qui ont emprunté ce chemin en route vers Passchendaele, il y a 100 ans.
Quelques milles plus loin, mais une génération plus tard, il y a 75 ans, en août 1942, il y a eu les pertes amères des Canadiens à Dieppe, puis notre retour en triomphe dans cette même ville deux ans plus tard, sur notre chemin pour libérer la Hollande.
À l'autre bout du monde, quel Canadien ne reste pas profondément ému au sommet de la colline abrupte qui forme le cimetière militaire Sai Wan à Hong Kong, le regard tourné vers la mer de Chine méridionale, en voyant les rangées de pierres tombales blanches ornées de drapeaux canadiens? Les mêmes émotions nous envahissent au Jardin commémoratif canadien de la guerre de Corée situé au pied des collines au nord-est de Kapyong-gun, en Corée. Plus récemment, de valeureux Canadiens ont servi au Kosovo, en Afghanistan et dans plus de 50 autres missions internationales depuis la Corée, jusqu’à aujourd’hui.
Compétence, force, courage, bravoure, désintéressement, amour de la patrie, loyauté envers ses camarades, fidélité, don de soi et sacrifice, telles sont les qualités qu’incarnent les Canadiens et les Canadiennes en uniforme.
En cette année, nous nous souvenons surtout du Corps expéditionnaire canadien, envoyé en Europe en 1917. Il a fait face à des difficultés incroyables et a subi des dizaines de milliers de pertes sur le front occidental, mais il a émergé comme une force d'élite victorieuse là où les autres ont échoué.
Demain, le 10 novembre, nous soulignons le 100e anniversaire de la fin de la bataille de Passchendaele. Dans le cadre de la cérémonie du souvenir qui aura lieu en Belgique, une procession aux flambeaux se rendra du Mémorial canadien jusqu’à l’église de Passchendaele.
Notre collègue la secrétaire parlementaire du ministre des Anciens Combattants y est déjà.
Le ministre de la Défense nationale y sera demain, en compagnie d’un contingent des Forces armées canadiennes formé des mêmes unités qui ont combattu au cours de cette bataille horrible, de représentants régimentaires, de représentants de la GRC, de vétérans, de jeunes, d’Autochtones et de la Musique du Royal 22e Régiment, le célèbre VanDoos. Voilà qui fait la fierté du Canada.
Notre gouvernement est déterminé à rendre hommage à nos hommes et à nos femmes en uniforme de chaque époque et de chaque génération.
C’est pour cela que nous avons parrainé fièrement les Jeux Invictus de 2017, à Toronto, pour les militaires et les vétérans blessés et malades. Le prince Harry y a assisté, ainsi que le premier ministre, les anciens président et vice-président et la première dame actuelle des États-Unis, et des milliers de Canadiens et Canadiennes, tous présents dans les gradins pour acclamer les anciens combattants. Les Jeux ont montré toute la détermination de ces soldats blessés. Oui, l’esprit de compétition et de camaraderie leur a apporté beaucoup, mais eux nous ont apporté tellement plus en nous inspirant par leur persévérance face à des obstacles décourageants. Rendre hommage aux femmes et aux hommes en uniforme est un privilège.
Nous encourageons tous les Canadiens à se souvenir et à exprimer leur reconnaissance et leur appréciation envers les vétérans, ceux qui sont décédés et ceux qui continuent de servir leur pays.
Pensons aux vétérans canadiens et à tous ceux et toutes celles qui ont donné leur vie au service de leur pays. Pensons aux membres des Forces armées canadiennes qui servent actuellement notre pays, ici et ailleurs dans le monde. Pensons aux hommes et aux femmes de toutes les régions du pays, de tous les horizons, de toutes les origines ethniques et culturelles, de toutes les religions, des Premières Nations et des communautés inuites et métisses, aussi bien francophones qu'anglophones. Pensons à tous ceux qui ont fait passer le service avant eux-mêmes et remercions les vétérans et les membres des Forces armées canadiennes lorsque nous les croisons, en leur prêtant une oreille attentive.
De manière plus importante, j'invite tous à se joindre à tout le pays pour deux minutes de silence le 11 novembre, à 11 heures, pour honorer la mémoire de tous ceux qui ont servi leur pays.
Le jour du Souvenir, je serai à l'aréna de Regina avec les membres de la Légion royale canadienne. Les gradins seront remplis. Des soldats, des marins, du personnel de l'aviation, des cadets, des membres de la GRC, d'autres policiers et agents de la paix ainsi que des groupes communautaires marcheront en formation, les corps de musique joueront, des discours seront prononcés, des prières seront récitées, des couronnes seront déposées et des gestes de commémoration seront posés. Puis, vers la fin, les anciens combattants défileront dans l'aréna, certains en fauteuil roulant, d'autres avec une canne; d'autres encore marcheront sans aide.
Toute la foule se lèvera, et les applaudissements retentiront longuement, durant tout le défilé, suivant chaque pas, pour remercier nos véritables héros et ceux qui ne sont jamais rentrés chez eux.
Ils ne vieilliront pas comme nous, qui leur avons survécuIls ne connaîtront jamais l'outrage ni le poids des annéesQuand viendra l'heure du crépuscule et celle de l'auroreNous nous souviendrons d'eux
Le Canada se souvient.
N'oublions jamais.
Voir le profil de Phil McColeman
PCC (ON)
Voir le profil de Phil McColeman
2017-11-09 10:16 [p.15200]
Monsieur le Président, en cette 150e année d'existence du Canada, je prends la parole pour rendre hommage aux militaires canadiens d'hier et d'aujourd'hui qui ont servi notre pays. Pendant la Semaine des anciens combattants et le jour du Souvenir, tous les Canadiens sont appelés à exprimer leur gratitude et leurs remerciements à ceux qui ont répondu à l'appel du devoir pour protéger la liberté, les droits de la personne, la démocratie et la primauté du droit. Leurs sacrifices ont permis de protéger et de préserver notre mode de vie.
Nous nous appuyons sur les hommes et femmes valeureux, loyaux, courageux et héroïques qui ont servi dans les Forces canadiennes, avec altruisme, partout dans le monde, pendant la Première Guerre mondiale et la Deuxième Guerre mondiale, en Afrique du Sud, en Corée, au Rwanda, en Bosnie, dans le golfe Persique, en Afghanistan et dans des missions de maintien de la paix. Ces Canadiens et Canadiennes ont bravement tenu bon, avec un courage inouï.
Il y a 100 ans, les militaires canadiens se sont trouvés sur les champs de bataille de la Grande Guerre, notamment ceux d'Ypres, de la Somme, de Passchendaele, d'Amiens et de Vimy. Nous troupes résolues, inébranlables, déterminées et courageuses ont montré au monde entier de quelle étoffe sont faits les Canadiens.
George Harold — ou Harry — Baker, député de la circonscription de Brome, au Québec, était l'un d'eux. Harry était l'un des 50 députés et sénateurs qui se sont enrôlés pour servir durant la Première Guerre mondiale et il est le seul qui n'en est pas revenu. Il est mort au combat à Ypres, en Flandre-Occidentale, en Belgique, le 2 juin 1916. Aujourd'hui et chaque jour depuis 1920, les parlementaires passent devant la statue de bronze de George Harold Baker dans le foyer, juste à l'extérieur de la Chambre des communes. La statue est dédiée à un seul homme, mais elle personnifie la perte d'un pays et l'esprit de ceux qui ont servi.
Voici ce qu'a déclaré le premier ministre King lors de la cérémonie de dévoilement de la statue de bronze:
[La statue] est d’un caractère personnel, mais aussi [elle] est essentiellement symbolique [...] Ce monument nous rappelle les six cent mille Canadiens environ qui se sont enrôlés durant la Grande Guerre, et surtout les soixante mille qui ont donné leur vie comme sacrifice suprême de cette nation pour la liberté du monde.
Le soldat Peter Alexander Balfour, de ma ville natale, Brantford, est mort à Vimy. À ses funérailles, il a été décrit comme un homme de famille aimant qui ne cherchait jamais la querelle et qui n'aimait pas la guerre. Il a répondu à ce qu'il croyait être l'appel du devoir en s'enrôlant à l'âge de 30 ans. Il a laissé dans le deuil sa femme et deux jeunes enfants.
Le soldat Isaac Clause, âgé de 18 ans et originaire du territoire des Six Nations de la rivière Grand, a été tué lors de la bataille de Passchendaele, le 6 novembre 1917. Sa mère, Mme Aaron Clause, a appris son décès par un télégramme arrivé chez elle à Sixty-Nine Corners, près d'Ohsweken.
Il ne s'agit là que de trois des 1,7 million de Canadiens qui ont servi notre pays au cours du dernier siècle. Pendant la Première et la Seconde Guerre mondiale seulement, 116 000 d'entre eux ont fait le sacrifice ultime: ils ont perdu la vie. Il s'agissait de Canadiens ordinaires, venus de tous les horizons, prêts à affronter les horreurs de la guerre pour servir leur pays, peu importe le moment ou l'endroit où ils étaient envoyés. Nous parlons ici de notre héritage collectif. Sans l'ombre d'un doute et à tous égards, ils ont donné leur sang et sacrifié leur vie sur l'autel de notre liberté.
Dimanche dernier, au cours d'une cérémonie du jour du Souvenir organisée dans la réserve de la nation des Mississaugas de New Credit, on a rendu hommage à des militaires membres de cette bande. Des chants et des prières anishinaabes se sont ainsi élevés devant le monument commémoratif traditionnel conçu comme une sépulture sacrée. Les noms des 97 anciens combattants anishinaabes, dont un grand nombre ont fait le sacrifice ultime au service des Forces armées canadiennes ou américaines, ont été récités.
En conclusion, j'offre un poème composé et récité dimanche dernier par Stacey Laforme, chef de la Première Nation des Mississaugas de New Credit. Le poème est gravé sur un monument érigé devant le tertre funéraire. Il s'intitule Souvenons-nous.
À tous ceux qui ont serviEt combattu l'ennemiQui, par la faucheuse happésOnt rendu leur souffle dernierPères et mères d'enfants sacrifiés à la patrieDouces moitiés des braves qui ont répondu à l'appelOrphelins qui sans guide ni repère bravent la vieAux proches se confiant au nom gravé sur la stèleNulle médaille ni ruban n'apportera réparationParades et effusions jamais ne vous consolerontComment remercier ceux qui nous ont tout donné?Sans leur sacrifice, rien ne nous serait laisséNous vous offrons notre gratitude infinieSachant que rien n'allège la peine ressentieUne promesse solennelle nous formulonsQue toute notre existence nous tiendrons Jamais nous n'oublierons la dette qui vous est dueDe vous, soldat, peuple, que nous n'avons jamais connuNous nous souviendrons
N'oublions jamais.
Voir le profil de Irene Mathyssen
NPD (ON)
Voir le profil de Irene Mathyssen
2017-11-09 10:23 [p.15201]
Monsieur le Président, je suis heureuse de prendre la parole aujourd'hui à la Chambre au nom des néo-démocrates pour rendre hommage à la bravoure et à la loyauté des hommes et des femmes qui sont allés au combat pour défendre les libertés qui sont chères aux Canadiens. Cette semaine, nous commémorons le service et les sacrifices de tous ceux qui ont servi le pays. Nous commémorons ceux qui ont risqué leur vie pour notre pays et qui ne sont pas rentrés chez eux et nous commémorons ceux qui sont rentrés, mais qui ont été transformés à tout jamais.
Cette année est spéciale pour le Canada, étant donné qu'elle marque le 150e anniversaire de la Confédération. Cette année, on souligne aussi l'anniversaire d'événements militaires majeurs de l'histoire du Canada. Il y a cent ans, 100 000 membres du Corps canadien ont pris part à la terrible bataille de Passchendaele. En ces jours sombres et terrifiants de la Première Guerre mondiale, les forces alliées lancèrent une attaque en vue de reprendre le village de Passchendaele, dans la région des Flandres, en Belgique. La bataille fut longue et ardue, et on y a fait d'énormes sacrifices. Quatre mille soldats canadiens y sont morts et près de 12 000 furent blessés. Les soldats canadiens et leurs proches payèrent un très lourd tribut pour une bataille qui allait plus tard être qualifiée de massacre insensé. Les quatre divisions du Corps canadien se relayèrent au cours de l'assaut sur la crête. Le 30 octobre, un des bataillons, soit le Princess Patricia's Canadian Light Infantry, perdit la plupart de ses officiers subalternes au cours de la première heure de l'assaut.
Cette année marque aussi le 100e anniversaire de la bataille de la crête de Vimy, pendant laquelle environ 100 000 soldats canadiens se sont battus vaillamment. La reprise de la crête fut d'ailleurs un point marquant pour les alliés dans la guerre. Le succès de l'entreprise est attribuable à la préparation minutieuse des Canadiens et à l'emploi de ce qu'on appelle le barrage roulant. Les tirs d'obus soigneusement calculés ont ainsi forcé les Allemands à se mettre à couvert, ce qui a permis aux 15 000 soldats canadiens qui suivaient de capturer les positions ennemies avant que les Allemands ne puissent réagir. Le prix à payer fut toutefois élevé, puisque 3 600 Canadiens ont perdu la vie et que 7 000 autres ont été blessés.
En août 1942, c'est-à-dire il y a 75 ans, près de 5 000 soldats canadiens ont pris part, un peu avant l'aube, à l'audacieux débarquement de Dieppe, de Puys et de Pourville. Là aussi, les pertes furent élevées: plus de 900 Canadiens y ont perdu la vie, et près de 2 000 autres furent fait prisonniers. Cet été, un certain nombre de Canadiens ont eu l'honneur de se rendre à Dieppe en compagnie du ministre, des représentants du ministère des Anciens Combattants et de quatre vétérans qui avaient foulé la fameuse plage, il y a 75 ans. Les habitants de Dieppe, de Pourville, de Puys et de toute la France n'ont pas oublié le sacrifice que les Canadiens ont fait pour eux il y a toutes ces années. Les quatre anciens combattants canadiens ont déambulé fièrement le long de la promenade qui longe la ville, sous les applaudissements des gens en larmes qui s'étaient massés là pour leur faire savoir qu'ils leur sont encore reconnaissants, même après tout ce temps. J'ai été particulièrement émue de voir un jeune soldat français — il devait avoir environ 21 ans —, en tenue de combat et arme à la main, pleurer à chaudes larmes quand les quatre hommes sont passés devant lui.
Ces batailles laissent des cicatrices sur les soldats eux-mêmes, mais aussi sur leurs proches et leur entourage. Or, les cicatrices comme celles-là ne guérissent jamais vraiment et elles ne devraient jamais sombrer dans l'oubli.
Nous devons aussi honorer la mémoire des Canadiens qui sont restés au pays, mais qui n'en ont pas moins contribué à l'effort de guerre par le soutien qu'ils ont apporté aux troupes et au personnel militaire. Hélas, ils nous sont trop souvent inconnus. Je pense par exemple aux femmes qui, pendant la Seconde Guerre mondiale, s'affairaient, dans la cour de triage de Stratford, en Ontario, à réparer les locomotives et les wagons qui acheminaient le matériel destiné aux militaires partis au front. Pour la plupart, il ne nous reste d'elles qu'une photo prise pendant qu'elles étaient à l'oeuvre.
Des hommes et des femmes continuent de servir le pays, et il serait négligent de notre part de ne pas reconnaître leurs contributions, leur bravoure et leur courage. Cela inclut ceux qui ont servi à la guerre de Corée, pendant la Guerre froide, dans les missions de maintien de la paix partout dans le monde, à la guerre en Afghanistan ainsi que ceux qui servent ici à domicile.
Nous devons également reconnaître ceux qui servent le pays avec honneur en dépit de difficultés uniques, notamment la communauté LGBT, les Autochtones et les personnes qui subissent un traumatisme sexuel dans le contexte militaire. Nous rendons hommage à leur service et leur dévouement envers le Canada.
Bien entendu, il y a les familles qui accueillent à la maison des militaires en service et des anciens combattants marqués à jamais, les appuient, en défendent les intérêts et en prennent soin.
Le 11 novembre, j'invite tous les députés, ainsi que tous les Canadiens, à rendre hommage au courage, au dévouement et à la loyauté des hommes et des femmes qui ont servi le Canada. Ils méritent notre gratitude et notre soutien continus, et méritent d'être traités avec le plus grand des respects.
Il est essentiel que les réflexions de cette semaine se traduisent en actions concrètes demain. La transition à la vie civile peut être difficile et présenter de nombreuses difficultés de taille. La voie de la guérison n'est pas sans embûches. Ainsi, nous devons écouter les anciens combattants et leur famille pour veiller à ce qu'ils reçoivent le soutien, l'aide et la reconnaissance dont ils ont besoin et qu'ils méritent.
Nous devons honorer notre obligation sacrée envers ces valeureux hommes et femmes. Nous nous souviendrons toujours de leur courage et de leur bravoure. Nous devons nous acquitter sans faute de notre obligation à leur égard.
N'oublions jamais.
Voir le profil de Geoff Regan
Lib. (NS)
Voir le profil de Geoff Regan
2017-11-09 10:30 [p.15202]
Est-ce qu'il y a consentement unanime de la Chambre pour que l'honorable député de Terrebonne puisse ajouter ses sentiments?
Des voix: Oui.
Le Président: L'honorable député de Terrebonne a la parole.
Voir le profil de Michel Boudrias
BQ (QC)
Voir le profil de Michel Boudrias
2017-11-09 10:30 [p.15202]
Monsieur le Président, en fin de semaine nous avons tous le devoir d'honorer ceux et celles qui ont combattu pour leur patrie à l'occasion du jour du Souvenir.
« Devoir » est un mot qui revient souvent lorsqu'on parle des troupes qui sont actuellement déployées. Soldats, officiers et sous-officiers, nous vous saluons et nous vous remercions de tout coeur pour les sacrifices que vous faites au quotidien, ici au pays et à l'étranger. Nous sommes fiers de vous, vos proches sont fiers de vous, le Québec est fier d'être représenté par vous aux quatre coins du globe. Nous vous sommes éternellement redevables et c'est notre devoir de parlementaires de nous en souvenir.
« Devoir » est un mot que ces femmes et ces hommes comprennent mieux que quiconque. Ces gens laissent derrière eux famille et amis pour risquer leur vie dans l'espoir de contribuer à créer un monde meilleur.
« Devoir » est un mot irrémédiablement lourd pour ceux et celles qui ne sont pas revenus les mêmes du front, pour ceux dont les cicatrices servent de rappel constant des épreuves traversées ou ceux qui porteront pour le restant de leurs jours un fardeau qu'autrui ne pourrait jamais imaginer.
« Devoir » est aussi un mot irrémédiablement lourd de sens pour les familles et les descendants de ceux qui sont tombés au champ d'honneur. Ces personnes ont payé le plus lourd des tributs pour que d'autres, ici comme ailleurs, puissent vivre plus doucement, humainement, dignement, mais surtout plus démocratiquement.
N'oublions jamais que la liberté dont nous jouissons n'est pas un cadeau, mais un héritage. C'est l'héritage de gens comme chacun de nous qui, chaque jour et de tout temps, ont accepté la possibilité de perdre leur vie pour que des étrangers puissent vivre la leur.
Je sais qu'à la Chambre de nombreux collègues sont des anciens combattants. Nous, plus que quiconque, avons le devoir de ne jamais oublier l'importance des décisions qui sont prises à la Chambre. Nous avons le devoir de ne jamais oublier que les choix qui sont faits ici influent sur les vies de nos concitoyens et de nos concitoyennes lorsqu'il est question de défense nationale, ou de quelqu'autre enjeu que ce soit. Nous, qui avons vu tomber des frères d'armes et qui savons ce que c'est et qui n'arriverons jamais à l'effacer de nos mémoires avons le devoir d'entretenir le flambeau. Nous avons le devoir d'entretenir leur flambeau et de le rappeler à nos collègues.
Nous avons également le devoir de rappeler nos collègues à l'ordre, par moment, s'il fallait qu'un jour la moindre parcelle de désabusement obscurcisse leur regard et s'il fallait qu'un jour le bien commun ne soit pas le seul et unique moteur de leurs actions.
La démocratie, c'est cher payé.
Je me souviens.
Voir le profil de Geoff Regan
Lib. (NS)
Voir le profil de Geoff Regan
2017-11-09 10:33 [p.15203]
La députée de Saanich—Gulf Islands a-t-elle le consentement unanime de la Chambre pour ajouter ses mots?
Des voix: D'accord.
Voir le profil de Elizabeth May
PV (BC)
Voir le profil de Elizabeth May
2017-11-09 10:33 [p.15203]
Monsieur le Président, je remercie tous mes collègues ce matin de ce moment de souvenir. Le jour du Souvenir, nous serons tous et toutes dans nos circonscriptions pour passer des moments avec nos communautés.
Le ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile nous a éloquemment présenté l'événement auquel il participera dans sa circonscription, et nous nous rassemblerons tous à des endroits familiers, dans des centres communautaires et devant des monuments commémoratifs pour nous recueillir avec nos anciens combattants. Le ministre nous a rappelé qu'il arrive parfois que nous nous rendions compte qu'une personne qui était présente l'an dernier n'est plus parmi nous.
J'ai le privilège de connaître un ancien combattant et un héros de guerre de ma collectivité, Sidney, appelé Charles « Chic » Goodman. Cet homme est l'un des rares Canadiens à avoir reçu la médaille d'honneur du gouvernement français, la médaille de la Légion d'honneur, pour le rôle qu'il a joué lors du jour du débarquement. Sa femme vient tout juste de m'envoyer un courriel disant qu'il se sentait bien, mais que le défilé était une activité trop exigeante pour lui cette année. Elle m'a demandé si je les rencontrerais au Naval Club pour prendre le thé après la marche, ce que je ferai.
J'ai appris à connaître un homme admirable appelé Ken Curry qui a participé aux combats à Dieppe. M. Curry était trop jeune pour s'enrôler dans les forces armées, alors il a menti au sujet de son âge. Lorsque le temps est venu d'envoyer les militaires outre-mer, il lui a fallu une lettre de sa mère. Il est allé à Dieppe, et alors que les tueries se produisaient tout autour de lui, il s'est demandé pourquoi il avait demandé à sa mère d'envoyer cette lettre.
Tant de femmes et d'hommes courageux continuent de servir dans des endroits dangereux pour protéger tant un centre communautaire, qu'un cénotaphe, un village ou un autre endroit familier. De plus en plus, des Canadiens sont appelés à se rendre à des endroits dangereux, que ce soit en Afghanistan ou ailleurs, dont le lien avec notre sécurité au pays est de plus en plus ténu.
Mes pensées vont à Trevor Greene, qui habite maintenant à Nanaimo. C'est l'officier canadien qui, lors d'une rencontre avec des anciens talibans, avait retiré son casque en signe de respect avant d'être frappé par-derrière au moyen d'une hache. Chaque journée dans la vie de Trevor Greene est un combat et il se bat dans l'espoir de pouvoir remarcher. Il est très courageux et affirme sans cesse qu'il aurait voulu pouvoir porter, dès le début de son service, le béret bleu. Il considère que son rôle est de défendre le Canada, et de ramener et maintenir la paix.
C'est dans cet esprit que je voudrais rappeler aux députés que l'édifice dans lequel nous nous trouvons a été construit après l'une des guerres les plus meurtrières qui soient, la Première Guerre mondiale, qui a emporté tant de jeunes gens. Ce devait être la guerre pour en finir avec toutes les guerres. Au moment de l'armistice, comme on reconstruisait le parlement détruit par un incendie, on a d'abord pensé nommer la pièce architecturale centrale la tour de la Guerre. Les députés se sont cependant ravisés et ils ont plutôt choisi la tour de la Paix.
Alors que nous nous rappelons tous ceux qui se sont battus, qui ont servi, qui ont donné leur vie, qui sont revenus brisés, qui ont vécu les horreurs de la guerre, qui sont retournés chez eux, pour ensuite s'enlever la vie, et que nous commémorons leur mémoire, nous prions toujours pour ce que représente la tour centrale du parlement. Nous prions toujours pour la paix.
Voir le profil de Geoff Regan
Lib. (NS)
Voir le profil de Geoff Regan
2017-11-09 10:37 [p.15203]
Je remercie l'honorable ministre de la Sécurité publique, l'honorable député de Brantford—Brant, l'honorable députée de London—Fanshawe, l'honorable député de Terrebonne et l'honorable députée de Saanich—Gulf Islands de leurs commentaires.
Si les députés me le permettent, j'aimerais ajouter un mot, mais il ne sera certainement pas aussi éloquent que ce qui vient d'être dit.
Samedi, j'assisterai à la cérémonie qui aura lieu au Monument commémoratif de guerre du Canada, à Ottawa. Ce sera la première fois, depuis longtemps, que je n'assisterai pas à cette cérémonie devant un cénotaphe de ma circonscription.
Ce matin-là, je penserai à mon grand-oncle, le soldat Walter Greene, de Cape Broyle, à Terre-Neuve, qui a participé à la Première Guerre mondiale. Il a reçu la Médaille de Conduite distinguée après avoir combattu à Gallipoli. Il s'est fait blesser en France, après quoi il a été libéré pendant un an. Il est ensuite revenu et s'est fait tuer pendant la Première Guerre mondiale. Bien entendu, la vie de ma grand-mère n'a plus jamais été la même. Je n'ai donc jamais connu mon grand-oncle.
Je ne dis pas cela pour m'attribuer une part de sa valeur et de son abnégation. Ce serait carrément répréhensible. J'ai tout de même une énorme admiration pour ce qu'il a fait et pour l'abnégation dont beaucoup de Canadiens et lui-même ont fait preuve, et j'admire tous les militaires qui ont servi le Canada pendant toutes ces années.
Voir le profil de Nick Whalen
Lib. (NL)
Voir le profil de Nick Whalen
2017-11-09 10:40 [p.15203]
Monsieur le Président, pour faire suite à la motion M-39, que la députée de Fundy Royal a proposée et qui a été adoptée à la Chambre, j'ai maintenant l'honneur de présenter, dans les deux langues officielle, le 14e rapport du Comité permanent de la citoyenneté et de l'immigration, qui s'intitule « Immigration au Canada atlantique: en avant vers l'avenir ».
Je remercie tous les membres du comité de leur excellent travail. Je remercie aussi tous les députés, surtout ceux de l'Atlantique, qui ont assisté aux séances du comité en tant qu'observateurs et qui ont pris part aux témoignages.
Conformément à l'article 109 du Règlement, le comité demande au gouvernement de déposer une réponse globale au présent rapport.
Voir le profil de Richard Cannings
NPD (BC)
Monsieur le Président, je prends la parole aujourd'hui pour présenter une pétition signée par plus de 100 jeunes Canadiens de ma circonscription, Okanagan-Sud—Kootenay-Ouest, et de la circonscription voisine, Kootenay—Columbia.
Ces jeunes font remarquer que le Canada a signé l'Accord de Paris sur les changements climatiques. Les cibles actuelles de réduction de gaz à effet de serre du Canada ne sont pas conformes à celles de l'Accord de Paris.
Les pétitionnaires demandent au gouvernement de prendre des mesures concrètes afin de favoriser l'avenir des jeunes Canadiens et de respecter les obligations du Canada aux termes de l'Accord de Paris. Ils veulent que le gouvernement adopte un plan de lutte contre les changements climatiques avec des cibles fondées sur des données probantes de réduction des gaz à effet de serre et un plan pour les atteindre. Ce plan doit tenir compte de l'élimination des subventions aux combustibles fossiles, de la mise en place d'un prix national sur le carbone qui augmente de façon constante même après 2022 pour atteindre les 150 $ la tonne en 2030 et de l'augmentation des investissements dans les systèmes d'énergie renouvelable, dans l'efficacité énergétique, dans le transport à faible émissions de carbone et dans la formation professionnelle.
Voir le profil de Len Webber
PCC (AB)
Voir le profil de Len Webber
2017-11-09 10:42 [p.15204]
Monsieur le Président, je suis ravi de présenter aujourd'hui plusieurs pétitions de résidants de Calgary et de ses alentours qui m'ont été remises par les Dr Robert Melof et Michael Mah.
Ils ont des inquiétudes quant aux modifications fiscales qui ont récemment été proposées et aux effets qu'elles auront sur leur capacité à offrir des soins de santé de qualité. De nombreux médecins m'ont fait part de leurs inquiétudes. Bon nombre d'entre eux ont signé les pétitions.
Les pétitionnaires demandent au gouvernement de laisser tomber les modifications fiscales qu'il propose afin que la communauté médicale du Canada puisse continuer à investir dans des soins de santé de qualité.
Voir le profil de Carol Hughes
NPD (ON)
Monsieur le Président, j'ai le plaisir de déposer une pétition pour le ministre des Transports.
Les signataires demeurent préoccupés du fait que le train de voyageurs Algoma Central n'a toujours pas été remis en service. Ils indiquent que l'impact économique dans la région s'aggrave, et qu'il n'y a aucune option de rechange fiable et sécuritaire pour voyager à leur entreprise et à leur propriété. Les signataires demandent au ministre des Transports de s'engager à aider à remettre le train de voyageurs sur les rails.
Les signataires sont de Sault-Sainte-Marie, Desbarats, Aweres, Searchmont, Mindemoya, Goulais River, ainsi que du Michigan.
Résultats : 1 - 15 de 62712 | Page : 1 de 4181

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
>
>|