BRI
Consultez le guide de l'usager
Pour obtenir de l’aide, contactez-nous
Consultez le guide de l'usager
Pour obtenir de l’aide, contactez-nous
Ajouter un critère de recherche
Résultats : 1 - 100 de 1068
Voir le profil de Anthony Rota
Lib. (ON)
Comme tout le monde est là, nous allons pouvoir débuter la réunion. Vous avez l'ordre du jour sous les yeux.
C'est la 16e séance du Bureau de la régie interne. Bienvenue à tous et à toutes.
Nous allons d'abord considérer le procès-verbal de notre réunion précédente. Est-ce que tout est en ordre? Y a-t-il des commentaires?
Si cela vous convient, nous sommes tous d'accord et nous pouvons passer au point 2.
Le point 2 s'intitule « Affaires découlant de la réunion précédente ». Y a-t-il des commentaires ou des changements à faire?
Madame DeBellefeuille, vous avez la parole.
Voir le profil de Claude DeBellefeuille
BQ (QC)
Je veux seulement faire un bref suivi sur le procès-verbal, dont l'annexe porte sur les statistiques visant les essais préalables aux réunions des comités parlementaires et tous les efforts qui sont faits par l'Administration de la Chambre des communes pour rendre nos rencontres plus acceptables quant à l'interprétation dans les deux langues, que ce soit de l'anglais vers le français ou du français vers l'anglais.
D'une part, je voudrais remercier l'Administration de tenir ce tableau de bord, très révélateur pour moi. Je suis vraiment contente de voir que les essais préalables apportent des améliorations. Au fil des mois, grâce au tableau de bord, nous avons pu constater que l'Administration a atteint un degré d'efficacité très intéressant permettant de faciliter l'interprétation ainsi que la participation des témoins, pour que ceux-ci soient entendus dans les deux langues. Je voulais donc profiter de l'occasion pour la remercier de nous communiquer ces données, qui nous permettent de voir les améliorations.
D'autre part, puisque ces améliorations sont si intéressantes, j'aimerais que nous puissions les communiquer au Comité de liaison pour que les présidents soient aussi au courant de tous les efforts qui sont faits, notamment en ce qui a trait aux pourcentages d'incidents ou d'événements qui font en sorte de prolonger les rencontres. Il faut particulièrement sensibiliser l'ensemble des présidents des comités à cette donnée. Si le Bureau de régie interne est d'accord, je proposerais que nous rendions ces documents publics à l'ensemble des présidents de tous les comités parlementaires.
Voir le profil de Anthony Rota
Lib. (ON)
Est-ce que tout le monde est d'accord?
Personne ne me fait signe du contraire.
Monsieur Julian.
Voir le profil de Peter Julian
NPD (BC)
Merci beaucoup, monsieur le président.
Je suis tout à fait d'accord pour partager ces données. Nous avons effectivement mis en place certaines dispositions qui ont beaucoup amélioré la situation. Il y a encore du travail à faire, c'est sûr, mais je trouve important que cette information soit transmise aux présidents des comités et au Comité de liaison. En effet, cette information est importante.
Voir le profil de Anthony Rota
Lib. (ON)
Voir le profil de Blake Richards
PCC (AB)
Merci.
J'ai noté que l'analyse qui a été effectuée mettait l'accent sur les occurrences, si bien que certains des chiffres... J'ai en fait deux questions. J'ai d'abord constaté que la catégorie où l'on trouve le plus grand nombre de situations est celle qui regroupe les autres motifs dont la fréquence peut être qualifiée de négligeable. J'aimerais que l'on puisse me préciser quel genre de situations font partie de cette catégorie.
Deuxièmement, je pense qu'il importe davantage de calculer le temps d'utilisation des ressources, plutôt que le nombre d'occurrences. Dans bien des cas, les délibérations sont prolongées simplement pour permettre de terminer un tour de questions, ce qui n'ajoute que quelques minutes à une séance. Je ne pense pas que ce soit vraiment problématique du point de vue de l'utilisation des ressources. Les choses sont différentes lorsqu'on a recours à des tactiques d'obstruction systématique ou à des mesures dilatoires semblables qui font qu'une séance peut être prolongée pendant des heures.
J'aimerais vraiment voir une ventilation de ces catégories, non pas en fonction du nombre d'occurrences, mais plutôt de la durée supplémentaire des réunions en question. J'estime que nous aurions ainsi une bien meilleure idée de la mesure dans laquelle nos ressources peuvent être drainées en pareil cas.
Est-il envisageable que vous puissiez nous fournir ce genre de détails? Je pense que cela serait nettement plus utile pour le Bureau de régie interne ainsi que pour les présidents des différents comités.
Voir le profil de Anthony Rota
Lib. (ON)
Qui peut répondre à cette question?
Eric Janse
Voir le profil de Eric Janse
Eric Janse
2021-04-22 11:10
Je vais essayer de répondre, monsieur le Président, et M. Aubé pourra ajouter quelque chose s'il le souhaite.
Nous pourrions certes vous fournir ces renseignements. Il nous faudra un peu de temps pour les rassembler, mais nous pourrons assurément vous les soumettre d'ici la prochaine réunion du Bureau de régie interne. Ce ne sont pas des données que le système peut générer directement. Nous devrons le faire manuellement, mais c'est certainement possible.
Pour ce qui est de votre autre question concernant la catégorie regroupant les autres motifs, vous avez tout à fait raison. Même si nous avons proposé à nos greffiers et greffières différentes catégories à cocher pour indiquer la raison pour laquelle un comité a prolongé une séance au-delà des deux heures prévues, ce sont très souvent d'autres motifs qui sont fournis.
Si on fait le total de toutes ces occurrences, on en arrive effectivement à une proportion considérable des cas — 24 %, si je ne m'abuse. Parmi les motifs indiqués, il y a notamment ceux liés à des situations comme le temps requis pour passer d'un groupe de témoins à un autre. Comme chacun de ces motifs comptait pour moins de 1 % des occurrences, nous ne les avons pas présentés individuellement dans le graphique, car celui-ci aurait comporté un trop grand nombre de barres.
Quoi qu'il en soit, nous pouvons assurément vous fournir les statistiques que vous avez demandées quant au temps utilisé.
Voir le profil de Blake Richards
PCC (AB)
Merci. Je vous en serais très reconnaissant.
Voir le profil de Anthony Rota
Lib. (ON)
S'il n'y a pas d'autre commentaire ou question à ce sujet, nous allons passer au point 4.
Il est ici question du remboursement des frais d'hébergement et de repas ainsi que des faux frais relatifs à l'auto-isolement. C'est M. Paquette qui va nous dire de quoi il en retourne exactement.
Voir le profil de Blake Richards
PCC (AB)
J'invoque le Règlement, monsieur le président.
Voir le profil de Anthony Rota
Lib. (ON)
Nous vous écoutons, monsieur Richards, pour ce rappel au Règlement.
Voir le profil de Blake Richards
PCC (AB)
Je sais que le point 3 a été retiré de l'ordre du jour. J'aimerais simplement savoir pour quelle raison. Je crois que c'est l'un des partis qui l'a demandé. Je ne sais pas si quelqu'un pourrait éclairer notre lanterne en nous indiquant qui a demandé que ce point soit retiré et pour quel motif.
Voir le profil de Anthony Rota
Lib. (ON)
Certainement. Je vais céder la parole à M. Patrice qui pourra vous répondre à ce sujet.
Michel Patrice
Voir le profil de Michel Patrice
Michel Patrice
2021-04-22 11:12
Il y a effectivement eu une demande formulée par les membres d'un des partis, le Parti libéral, pour que ce point soit retiré de l'ordre du jour parce qu'on n'était pas prêt à aller de l'avant. Nous en avons discuté avec le président du groupe de travail, M. Stanton, qui a convenu de reporter la question à une prochaine séance.
Voir le profil de Anthony Rota
Lib. (ON)
Y a-t-il d'autres questions concernant le point 3?
Nous revenons donc au point 4.
Monsieur Paquette, madame Laframboise, je vous cède la parole.
Daniel Paquette
Voir le profil de Daniel Paquette
Daniel Paquette
2021-04-22 11:12
Merci, monsieur le président.
Je veux maintenant soumettre à votre considération une demande de dérogation temporaire aux règlements administratifs et aux politiques du Bureau. Un député a demandé à ce que vous permettiez temporairement le remboursement des frais d'hébergement et de repas ainsi que des faux frais relatifs à l'auto-isolement dans le contexte de la pandémie de COVID-19, dans le cas particulier des députés qui se déplacent entre la région de la capitale nationale et leur circonscription.
Les règlements et politiques existants du Bureau ne permettent généralement pas que les députés soient remboursés pour les frais qu'ils ont engagés afin de se placer en quarantaine à proximité de leur résidence. Les lignes directrices émises par les autorités provinciales et territoriales de santé publique indiquent généralement qu'un hébergement différent n'est pas nécessaire. Toutefois, les lignes directrices peuvent varier considérablement d'une province ou d'un territoire à l'autre et ont tendance à évoluer très rapidement. Pour cette raison, nous vous consultons pour déterminer si une exception temporaire serait de mise durant cette période exceptionnelle.
Voici donc ce qui conclut ma présentation. Nous pourrons répondre aux questions des membres.
Voir le profil de Anthony Rota
Lib. (ON)
Y a-t-il des questions ou des commentaires?
Monsieur Rodriguez, vous avez la parole.
Voir le profil de Pablo Rodriguez
Lib. (QC)
Merci, monsieur le Président.
Je n'ai pas analysé la question pendant des heures, même si j'ai discuté avec plusieurs personnes, mais, instinctivement, je m'oppose à cela. Je ne me sens pas à l'aise. Cela revient à dire que quelqu'un peut venir à Ottawa, retourner chez lui, louer une chambre d'hôtel pendant deux semaines, revenir à Ottawa, retourner chez lui et, de nouveau, se faire payer une chambre d'hôtel pendant deux semaines.
On essaie de décourager les voyages, c'est-à-dire qu'on tente de limiter la présence des députés à la Chambre. Je pense que nous donnons nous-mêmes l'exemple en limitant cette présence à ceux qui demeurent dans la région de la capitale nationale ou dans les environs.
Je ne me sens pas du tout à l'aise face à cela.
Voir le profil de Anthony Rota
Lib. (ON)
Y a-t-il d'autres questions ou commentaires?
Madame DeBellefeuille, vous avez la parole.
Voir le profil de Claude DeBellefeuille
BQ (QC)
Monsieur le Président, je partage l'opinion de M. Rodriguez sur cette question. Je suis d'accord sur ses motifs et je vais vous faire part d'une autre raison pour laquelle, de mon côté, je me sens mal à l'aise.
Dans toutes les circonscriptions, des travailleurs essentiels, notamment des infirmières, des infirmiers et des préposés aux bénéficiaires, quittent leur maison, leur mari et leurs enfants pour aller travailler dans un hôpital, un CHSLD ou un CLSC, et rentrent chez eux à la fin de la journée. Ces gens sont à risque puisqu'ils aident des personnes potentiellement malades. Ils peuvent être contaminés.
Je ne suis pas à l'aise à l'idée qu'un député ait le privilège d'épargner sa famille en se plaçant en quarantaine dans une chambre d'hôtel dont le coût est remboursé alors que des milliers de travailleurs essentiels n'ont pas ce privilège. Cela s'ajoute en quelque sorte à mon refus d'appuyer cette demande et aux arguments de M. Rodriguez. À mon avis, la situation est difficile pour tout le monde, aussi bien pour les travailleurs essentiels que pour les députés. Faire notre travail n'est pas facile, présentement. La situation est difficile pour toutes nos familles.
Répondre favorablement à cette demande et me voir accorder un statut particulier me mettrait donc assez mal à l'aise.
Voir le profil de Anthony Rota
Lib. (ON)
Y a-t-il d'autres questions ou commentaires?
D'après ce que j'entends, cette demande ne fait pas l'objet d'un consentement. Nous allons donc la mettre de côté.
Passons maintenant au cinquième point, soit au remboursement des crédits de carbone compensatoires volontaires.
Monsieur Paquette, vous avez la parole.
Daniel Paquette
Voir le profil de Daniel Paquette
Daniel Paquette
2021-04-22 11:16
Merci, monsieur le Président.
Je vous présente ici une soumission en vue d'obtenir des directives du Bureau au sujet d'une demande qui a été soumise par trois députés et qui porte sur le remboursement des crédits de carbone compensatoires volontaires.
Le mois dernier, le Bureau a reçu une lettre précisant que le nouveau règlement de l'Assemblée nationale du Québec autorisait le remboursement des crédits de carbone compensatoires achetés pour les déplacements entre la circonscription et l'Assemblée nationale ainsi que pour la consommation d'énergie de leurs locaux liée aux activités des bureaux de circonscription.
Dans leur lettre, les députés demandent au Bureau de considérer l'adoption de pratiques similaires pour les députés de la Chambre des communes.
En vertu des règlements administratifs et des politiques actuelles du Bureau, les députés et les voyageurs admissibles qui les accompagnent peuvent utiliser uniquement les ressources qui leur sont fournies pour leurs déplacements dans le cadre de leurs fonctions parlementaires. Bien que ces fonctions exigent effectivement des déplacements, l'achat de crédits de carbone compensatoires demeure une mesure volontaire qui n'est imposée par aucune loi ni aucun règlement, et est considérée comme un choix personnel de celui ou celle qui voyage.
De plus, les règlements administratifs et les politiques en vigueur ne permettent pas aux députés d'utiliser les biens et les services fournis par la Chambre pour faire un don à quelque cause que ce soit ou pour servir l'intérêt d'un tiers. En 2015, le Bureau s'est penché sur une requête similaire et a alors déterminé que l'achat de crédits de carbone compensatoires pour les déplacements ne constituait pas une utilisation autorisée des ressources de la Chambre et serait considéré comme un don. L'Administration de la Chambre applique cette décision depuis.
Compte tenu de la nouvelle demande qui vient d'être formulée en ce sens, nous prions le Bureau de nous indiquer ce qu'il convient de faire dans les circonstances. Si le Bureau nous demande d'envisager le remboursement des crédits de carbone compensatoires volontaires achetés par des députés, l'Administration va procéder aux analyses et aux consultations requises avant de soumettre ses recommandations au Bureau quant à la façon de s'y prendre.
Cela conclut ma présentation. Nous sommes prêts à répondre aux questions des membres.
Voir le profil de Anthony Rota
Lib. (ON)
Merci, monsieur Paquette.
Y a-t-il des questions?
Y a-t-il des commentaires?
Nous avons M. Julian puis Mme DeBellefeuille.
Monsieur Julian.
Voir le profil de Peter Julian
NPD (BC)
Merci, monsieur le président.
Il vaut la peine, je crois, que ces questions soient considérées et que des recommandations soient formulées au sein du Bureau de régie interne. La crise climatique affecte tout le monde. Jusqu'à présent, je pense que nous n'avons pas abordé la façon dont les députés voyagent. Ces déplacements vont vraisemblablement recommencer plus tard cette année, une fois que la troisième vague sera passée.
Il s'agirait de déterminer comment nous pouvons améliorer nos politiques sur ces questions. Je pense qu'il serait important de faire cette analyse et d'en discuter au cours des prochaines semaines ou des prochains mois.
Voir le profil de Anthony Rota
Lib. (ON)
Merci.
Maintenant, nous allons passer à Mme DeBellefeuille, qui sera suivie de M. Rodriguez.
Voir le profil de Claude DeBellefeuille
BQ (QC)
J'approuve l'intervention de M. Julian à ce sujet.
Aujourd'hui, nous célébrons le Jour de la Terre. Quelle belle journée pour discuter d'un projet comme celui-là?! Je comprends les arguments et j'ai bien lu la documentation. Je pense que cela en vaut la peine. Entre 2015 et aujourd'hui, la situation des changements climatiques a beaucoup évolué et je pense que l'on devrait se permettre une analyse un peu plus approfondie.
Par exemple, les députés qui ont écrit la lettre mentionnent la décision de l'Assemblée nationale du Québec, qui a certifié, par appel d'offres, deux ou trois organismes crédibles, dans des limites bien encadrées, pour permettre le remboursement des crédits de carbone compensatoires pour l'ensemble des déplacements dans les circonscriptions et sur la Colline parlementaire.
Vous savez que le gouvernement actuel a promis la plantation d'arbres comme moyen pour compenser les émissions de gaz à effet de serre. C'est un moyen parmi tant d'autres. Beaucoup d'organisations peuvent actuellement compenser leurs émissions de gaz à effet de serre par la plantation d'arbres.
Je sais que, pour aujourd'hui, nous n'avions pas d'attentes et je ne pense pas que les députés s'attendaient à ce que nous tranchions le débat, mais plutôt que l'on entame une discussion pour en arriver à une bonne décision au cours des prochaines réunions du Bureau de régie interne, pour voir comment chacun peut faire, en tant que député, pour participer aussi individuellement. L'une des manières est de compenser nos émissions de gaz à effet de serre. L'Assemblée nationale du Québec a pris une décision. Nous pourrions l'étudier attentivement. Il y a aussi peut-être d'autres modèles parmi les membres du Groupe des cinq.
Je suis donc favorable à ce que l'on continue notre réflexion sur cette question.
Merci, monsieur le Président.
Voir le profil de Anthony Rota
Lib. (ON)
Merci.
Monsieur Rodriguez, vous avez la parole.
Voir le profil de Pablo Rodriguez
Lib. (QC)
Merci, monsieur le Président.
Je vais être un peu rabat-joie aujourd'hui, mais d'entrée de jeu, je dois dire que je suis mal à l'aise avec cela. Le geste d'acheter des crédits de carbone volontaires est beau et noble, mais je l'ai toujours vu comme un sacrifice personnel, c'est-à-dire une initiative personnelle.
Moi, je décide que j'achète des crédits de carbone parce que je crois à l'environnement, et je le fais d'ailleurs. Il y a beaucoup de choses que chacun d'entre nous fait. Cela dit, refiler la facture au gouvernement est un peu bizarre. Je décide de poser ce geste, j'en prends tout le crédit, mais c'est le gouvernement qui paie. Comprenez-vous ce que je veux dire?
Je suis certain qu'il y a beaucoup de députés du NPD, du Bloc québécois et du Parti conservateur qui font beaucoup de choses. Je pense que c'est un engagement très personnel. Pour que ce geste ait une valeur et compte vraiment, il faut qu'il veuille dire quelque chose; il faut qu'il y ait des sous qui sortent de notre propre poche.
Actuellement, nous envisageons de brandir le drapeau de la lutte contre les changements climatiques, mais tout en refilant la facture aux Canadiens. C'est ce qui me rend mal à l'aise, monsieur le Président.
Voir le profil de Anthony Rota
Lib. (ON)
Y a-t-il d'autres commentaires?
Alors, comment voulez-vous que nous procédions? Les avis sont partagés. Puisque nous n'avons pas de consensus, est-ce que nous laissons tomber ou est-ce que nous demandons un peu plus d'informations?
Je vois des haussements d'épaules, mais pas plus que cela.
Monsieur Julian, vous avez la parole.
Voir le profil de Peter Julian
NPD (BC)
Monsieur le Président, je crois que de faire une analyse et de recueillir plus d'informations, ce n'est pas prendre une décision. C'est une recherche d'informations. Je trouve cela normal dans ce cas.
Toutes nos décisions sont prises par consensus. Je suis tout à fait d'accord à ce sujet. Le fait de chercher plus d'informations relève de l'Administration. Pour ma part, je souhaite qu'on ait plus d'informations là-dessus.
Voir le profil de Anthony Rota
Lib. (ON)
D'accord.
Merci beaucoup de nous orienter.
Alors, nous allons attendre un peu plus d'informations pour une prochaine fois.
Merci beaucoup, monsieur Julian.
Nous allons maintenant passer à huis clos.
Nous allons faire une pause de cinq minutes avant de reprendre à huis clos à compter de 11 h 30.
[La séance se poursuit à huis clos.]
Voir le profil de Anthony Rota
Lib. (ON)
Nous allons commencer par le premier point à l'ordre du jour, le procès-verbal de la réunion précédente, qui a eu lieu le 25 février 2021.
Juste pour vérifier, vous convient-il?
Je vois des gens hocher la tête en signe d'acquiescement. Nous allons donc poursuivre.
Passons au point 2 de l'ordre du jour, soit les affaires découlant de la réunion précédente. À titre d'information, il s'agit de l'utilisation des ressources pour les événements parlementaires, des casques d'écoute pour le Parlement virtuel et des observations techniques sur les séances hybrides et des données concernant les témoins de comités.
Madame DeBellefeuille, vous avez la parole.
Voir le profil de Claude DeBellefeuille
BQ (QC)
Merci, monsieur le Président.
D'abord, je voudrais remercier les personnes qui ont travaillé sur le tableau de bord qui avait été demandé lors de la dernière rencontre. Je l'ai lu avec attention. Je voudrais remercier l'équipe de M. Janse, qui a probablement travaillé avec l'équipe informatique pour colliger ces données. Le tableau indique que 90 % des témoins participent désormais à des essais techniques, et il ne fait aucun doute que cela a eu une incidence positive sur les travaux des comités. Il y a beaucoup moins de difficultés techniques et de problèmes liés à l'interprétation. C'est donc quand même satisfaisant et rassurant de voir que, lorsqu'on s'efforce de mettre en place une solution, cela porte ses fruits. Je pense donc que c'était une bonne décision de demander qu'il y ait des essais techniques, et on voit que c'est un succès.
J'aimerais poser une petite question, pour mon besoin personnel, concernant les achats de casques d'écoute. Beaucoup de casques ont été achetés au début, et donnés aux députés et au personnel. Cependant, combien y a-t-il eu de témoins, et combien d'entre eux ont reçu un casque?
Dans le tableau de bord, on dit que les casques ne peuvent pas toujours être livrés à temps, parce que les témoins sont souvent convoqués à la dernière minute. Peut-être que cela m'a échappé lorsque j'ai regardé les tableaux, mais je voudrais savoir combien de casques ont été achetés et combien sont parvenus aux témoins à temps.
Est-ce que ce chiffre est disponible?
Voir le profil de Anthony Rota
Lib. (ON)
Nous allons le demander. Je ne sais pas qui a cette information.
Stéphan Aubé
Voir le profil de Stéphan Aubé
Stéphan Aubé
2021-03-25 11:10
Je peux donner la réponse, monsieur le Président.
Nous avons envoyé 834 casques et il y a eu un total de 2 120 témoins.
Voir le profil de Claude DeBellefeuille
BQ (QC)
Pouvez-vous me dire quel pourcentage cela représente?
Stéphan Aubé
Voir le profil de Stéphan Aubé
Stéphan Aubé
2021-03-25 11:10
Je vais faire le calcul rapidement.
Voir le profil de Claude DeBellefeuille
BQ (QC)
Stéphan Aubé
Voir le profil de Stéphan Aubé
Stéphan Aubé
2021-03-25 11:10
C'est 834, ce qui fait tout près de 40 %, madame DeBellefeuille.
Voir le profil de Claude DeBellefeuille
BQ (QC)
Donc, 40 % des témoins ont reçu un casque.
Stéphan Aubé
Voir le profil de Stéphan Aubé
Stéphan Aubé
2021-03-25 11:10
C'est exact, madame DeBellefeuille.
Voir le profil de Claude DeBellefeuille
BQ (QC)
Donc, 40 % des témoins ont reçu leur casque à temps. Par contre, avec les essais techniques, on comprend que la clé, c'est non seulement le casque, mais surtout la qualité du microphone. Cela veut dire qu'il y a des témoins qui, sans recevoir le casque, sont encouragés à utiliser un microphone personnel qui permet un meilleur son pour les interprètes.
Est-ce bien cela?
Stéphan Aubé
Voir le profil de Stéphan Aubé
Stéphan Aubé
2021-03-25 11:11
C'est bien cela, madame DeBellefeuille. Les essais techniques permettent de vérifier que le microphone que le témoin va utiliser est qualité suffisante pour qu'il puisse participer à nos rencontres. C'est ce que les essais techniques nous permettent de faire. Nous pouvons relever cela, et si nous faisons les essais techniques tôt dans la journée, nous pouvons aviser le témoin si son microphone n'est pas conforme à nos normes. Par exemple, s'il utilise des AirPods d'Apple, ce n'est pas convenable. Nous ne disons pas qu'il ne s'agit pas d'un bon microphone, mais la technologie Bluetooth est moins recommandée dans le contexte de nos réunions, car nous voulons protéger nos interprètes.
Voir le profil de Claude DeBellefeuille
BQ (QC)
D'accord.
Je vous remercie infiniment.
Voir le profil de Anthony Rota
Lib. (ON)
Est-ce qu'il y a des commentaires concernant le deuxième élément?
Monsieur Richards, avez-vous quelque chose à dire par rapport au deuxième point?
Voir le profil de Blake Richards
PCC (AB)
J'aimerais aborder deux sujets. D'abord, j'ai une question complémentaire liée aux questions de Mme DeBellefeuille.
En ce qui concerne les incidents causant des blessures aux interprètes, j'ai remarqué que 65 incidents avaient été signalés au cours des six premiers mois et seulement 16 au cours des six derniers mois.
Le nombre d'incidents a-t-il continué de diminuer ou a-t-il atteint un plateau? À quoi la diminution est-elle attribuable? Est-ce simplement à une meilleure utilisation des casques d'écoute?
Voir le profil de Anthony Rota
Lib. (ON)
Je crois que la question s'adresse à M. Aubé.
Stéphan Aubé
Voir le profil de Stéphan Aubé
Stéphan Aubé
2021-03-25 11:12
En gros, monsieur Richards, nous avons pris des mesures durant l'automne, en septembre et en octobre. Nous avons commencé le processus en juillet. Nous avons remplacé certaines consoles dans les cabines d'interprétation afin d'améliorer la protection des interprètes. Les nouvelles consoles sont conformes à des normes supérieures de protection de l'ouïe. C'est la raison principale de la diminution du nombre d'incidents. Je dirais, monsieur, que le nombre d'incidents n'augmente pas; il a beaucoup baissé et il demeure bas.
Nous travaillons aussi sur nombre d'autres solutions. Mme DeBellefeuille en a parlé. Nous nous assurons d'avoir les bons microphones. Nous collaborons avec le Bureau de la traduction pour faire plus d'essais et pour vérifier s'il est nécessaire de resserrer les normes relatives aux microphones.
Nous prenons maintes mesures, monsieur, pour nous assurer que le son est de bonne qualité tout au long de la chaîne, du participant sur Zoom jusqu'à la cabine d'interprétation, et pour protéger la santé et la sécurité des interprètes.
Eric Janse
Voir le profil de Eric Janse
Eric Janse
2021-03-25 11:14
Puis-je ajouter une chose? Excusez-moi, monsieur Richards. J'ai une brève observation.
Je voudrais souligner aussi que le nombre de réunions et d'activités a augmenté au cours des derniers mois. Il ne faut pas oublier que le nombre de blessures a diminué en même temps que le nombre de réunions et d'activités a augmenté. Nous espérons que la diminution se poursuivra.
Voir le profil de Blake Richards
PCC (AB)
En pourcentage, la diminution est encore plus importante. C'est une bonne nouvelle.
L'autre sujet que je voulais aborder, ce sont les ressources nécessaires pour les réunions des comités et d'autres activités. À cet égard, vous avez exprimé des préoccupations quant à la possibilité que nous atteignions un point de rupture, si je puis le dire ainsi, au chapitre de l'utilisation des ressources. Cela m'inquiète sérieusement. J'aimerais approfondir la question.
Depuis le début de la pandémie et probablement encore plus depuis la prorogation, les réunions ont tendance à durer plus longtemps et à se terminer 15 minutes plus tard que prévu ou même plus.
J'aimerais savoir si vous avez effectué des analyses dans le but de déterminer les causes de cette tendance ou de la prolongation des réunions. Les libéraux ont fait beaucoup d'obstruction parlementaire en comité, par exemple. Avez-vous surveillé cette tendance et avez-vous analysé dans quelle mesure la prolongation des réunions est attribuable à l'obstruction parlementaire faite par les libéraux pour tenter de retarder les travaux?
Si l'on mettait un terme à l'obstruction parlementaire, quelle incidence cela aurait-il sur l'allocation et la gestion des ressources?
Voir le profil de Anthony Rota
Lib. (ON)
Nous vous écoutons, monsieur Janse.
Eric Janse
Voir le profil de Eric Janse
Eric Janse
2021-03-25 11:16
Je suis un peu réticent à faire des commentaires sur l'obstruction parlementaire, mais ce que je peux dire, monsieur Richards, c'est qu'avant la mise au point de l'application de vote, les votes à la Chambre prenaient beaucoup de temps et ils retardaient les réunions des comités. Les gens avaient besoin d'un certain temps pour voter, puis pour se joindre aux réunions, ce qui en retardait le début et ensuite la levée. De façon générale, juste le temps qu'il faut pour se joindre à une réunion ralentit le processus, ce qui explique pourquoi de nombreuses réunions finissent plus tard que prévu. Il faut aussi tenir compte du temps nécessaire pour accueillir les témoins.
Voir le profil de Blake Richards
PCC (AB)
Je vous remercie pour votre réponse.
Je comprends qu'on puisse croire que j'aie posé ma question par partisanerie, mais ce n'est pas le cas. Il y a beaucoup d'obstruction parlementaire. Ma préoccupation, c'est que lorsque cela se produit... Vous dites que nous sommes près d'atteindre un point de rupture en ce qui touche les ressources. J'essaie de déterminer dans quelle mesure cette situation est attribuable à l'obstruction parlementaire et dans quelle mesure elle est causée par l'incapacité de suivre le rythme des comités. Le problème n'est pas le même s'il est lié à l'incapacité de suivre le rythme que s'il est causé par l'obstruction parlementaire, qui est évitable.
J'essaie de comprendre ce qu'il en est. Si je comprends bien, vous n'avez pas analysé dans quelle mesure la situation est causée, d'un côté, par l'obstruction parlementaire, et de l'autre côté, par le grand nombre de réunions. Est-ce bien ce que vous dites?
Eric Janse
Voir le profil de Eric Janse
Eric Janse
2021-03-25 11:18
Voir le profil de Blake Richards
PCC (AB)
Est-ce quelque chose que vous pourriez analyser? À mon avis, ce serait une bonne idée de procéder à une telle analyse, car évidemment, c'est différent... Le problème est différent s'il découle de l'incapacité de suivre le rythme des nombreuses réunions — chose que nous devons absolument être en mesure de faire — que s'il est dû à l'obstruction parlementaire. Ce dernier cas échappe davantage à votre contrôle. Voilà pourquoi je fais cette suggestion.
Eric Janse
Voir le profil de Eric Janse
Eric Janse
2021-03-25 11:18
L'argument est valable. Nous pouvons faire une analyse sommaire et vous fournir de l'information à la prochaine réunion du Bureau ou avant.
Voir le profil de Blake Richards
PCC (AB)
Excellent. Je vous en serais reconnaissant. Je vous remercie.
Voir le profil de Anthony Rota
Lib. (ON)
Le prochain intervenant est M. Julian, suivi de M. Holland.
Toutefois, avant que je cède la parole à M. Julian, M. Richards a mentionné que le microphone... la qualité et la santé des interprètes. J'aimerais simplement rappeler à toutes les personnes présentes aujourd'hui que la position idéale pour le micro est environ à mi-chemin entre le nez et la lèvre supérieure. Ainsi, on évite le bruit sec et l'on protège la santé des interprètes, qui nous sont si chers.
La parole est à vous, monsieur Julian.
Voir le profil de Peter Julian
NPD (BC)
Merci beaucoup, monsieur le Président.
Voir le profil de Blake Richards
PCC (AB)
Excusez-moi, monsieur le président, puis-je intervenir avant que nous poursuivions?
À titre de précision, on m'a demandé de le placer plus près de ma bouche.
Voir le profil de Anthony Rota
Lib. (ON)
C'est très bien, monsieur Richards. En fait, je devrais préciser que c'est la norme, mais selon la direction du souffle, on peut aussi le placer plus bas, entre la lèvre inférieure et le menton. Ce sont les choses que j'observe quand j'occupe le fauteuil et que je vous regarde parler. Maintenant, vous savez comment j'emploie mon temps.
Voir le profil de Blake Richards
PCC (AB)
Je comprends.
J'ai reçu un appel. On m'a demandé de le mettre plus près de ma bouche; voilà pourquoi je l'ai déplacé. Je voulais juste m'assurer de ne pas l'avoir mis au mauvais endroit.
Voir le profil de Anthony Rota
Lib. (ON)
Non, le problème survient lorsqu'il est placé directement devant la bouche. Le souffle cause un bruit sec, qui risque de blesser les oreilles des interprètes.
Voir le profil de Blake Richards
PCC (AB)
D'accord, je vais essayer de l'ajuster un peu.
Voir le profil de Anthony Rota
Lib. (ON)
Non, le vôtre était bien placé, ne vous en faites pas. Je l'ai juste remarqué chez d'autres.
Monsieur Julian, vous voulez intervenir.
Voir le profil de Peter Julian
NPD (BC)
Merci beaucoup, monsieur le Président.
Puisque nous voulons discuter de beaucoup de sujets aujourd'hui, je vais commencer immédiatement.
Tout d'abord, je veux mentionner que je suis très satisfait du progrès que nous avons réalisé et, surtout, du fait que nous avons de plus en plus d'équipement qui permet de réduire le taux de blessures des interprètes. Les interprètes font un travail acharné et le fait de réduire le nombre de blessures les aide énormément.
Ensuite, j'aimerais poser une question à M. Aubé. Même si nous sommes satisfaits du progrès, il y a quand même des problèmes qui existent toujours. Que nous faudra-t-il pour réduire à zéro les incidents qui touchent nos interprètes?
Je viens du milieu des usines, où l'on passe des jours, des semaines ou des mois sans aucune blessure. Cela fait partie du programme de santé et sécurité des employés.
Qu'est-ce qu'il nous manque pour réduire à zéro les incidents qui causent des problèmes et des blessures chez nos interprètes, qui font un travail extraordinaire?
Stéphan Aubé
Voir le profil de Stéphan Aubé
Stéphan Aubé
2021-03-25 11:21
Monsieur Julian, je vous remercie de la question.
En premier lieu, nous avons travaillé beaucoup pour nous assurer de régler le problème majeur des chocs acoustiques. Nous l'avons fait en investissant dans les consoles pour les interprètes.
Maintenant, notre travail est de nous assurer que la chaîne est bonne, depuis le participant à la réunion jusqu'à l'interprète. Comme vous l'avez constaté en janvier et en février, la première chose à faire est de procéder aux essais techniques. Avant que les gens participent à la rencontre, nous devons avoir l'occasion de vérifier que le microphone est bien positionné, que l'environnement dans lequel la personne va participer est bon et que sa connectivité est bonne. Ce sont trois grands facteurs qui influencent la qualité du son et qui, conséquemment, pourraient causer des problèmes pour les interprètes. Ce sont les aspects sur lesquels nous travaillons.
Finalement, nous examinons continuellement l'équipement dans les salles de comité, l'équipement de la Chambre des communes. Si nous sommes en mesure d'augmenter la qualité en faisant des modifications ou des changements à la configuration, nous allons le faire.
Par exemple, au cours des trois dernières semaines, nous avons fait des tests avec le Bureau de la traduction, parce que nous observions que, en comité, la qualité du son était un peu moindre qu'à la Chambre. Nous sommes en train de vérifier si c'est le cas en effectuant des tests exhaustifs pour comparer le son en provenance de la personne qui participe sur Zoom jusqu'à la salle de comité et à la cabine d'interprétation. Nous mettons beaucoup d'efforts à cet égard. De plus, plusieurs personnes sont sur place. Comme vous le voyez, il y a beaucoup de gens qui sont présents dans les salles de comité pour s'assurer d'être en mesure de régler les problèmes qui pourraient survenir chez nos interprètes. Ce sont donc les différents éléments que nous examinons en vue d'améliorer la situation.
Pour terminer, je dirai ceci: nous sommes en train de mettre en place un programme d'amélioration continue. Chaque semaine, nous regardons les statistiques et nous évaluons ce qui a entraîné des difficultés. Nous essayons de régler ces problèmes, afin qu'ils ne se reproduisent pas la semaine suivante.
Voir le profil de Anthony Rota
Lib. (ON)
Nous passons maintenant à M. Holland.
Voir le profil de Mark Holland
Lib. (ON)
Merci beaucoup, monsieur le Président.
Je tiens premièrement à vous remercier ainsi que toute l'équipe de vos efforts. Il y a eu une nette amélioration de la qualité de l'interprétation, mais également de la santé de nos interprètes. Je vous remercie beaucoup de vos efforts.
Je n'ai qu'une brève observation. Si nous avons une discussion sur les ressources, je tiens absolument à soulever le point suivant. Bien sûr, l'opposition a le droit de fouiller et de tenter de trouver la moindre chose qui pourrait lui être utile. J'espère que son principal objectif est de trouver de l'information qui serait utile au pays. De son côté, le gouvernement a le droit de désapprouver les dossiers proposés par l'opposition et de déclarer que le pays ne les considère pas comme une priorité en ce moment ou qu'il n'est pas dans l'intérêt du Parlement de les examiner.
Je trouve le moment opportun pour parler du recours au paragraphe 106(4) du Règlement, de la convocation de réunions supplémentaires et de la lourde charge de travail des interprètes, et pour demander: qui est la cause de ce travail? Qui exige toutes ces ressources et heures supplémentaires? Bien sûr, ma question est rhétorique. Jamais je ne la poserais aux représentants de l'Administration de la Chambre, car c'est une question extrêmement partisane, et le Bureau est censé être un milieu neutre.
Je crois qu'il vaut la peine de penser aux personnes qui travaillent avec nous et qui déploient des efforts remarquables pour nous aider à atteindre nos objectifs particuliers et à régler les dossiers qui nous préoccupent. Pensons à tout le travail qu'elles doivent faire et au temps qu'elles doivent y consacrer.
Pendant que les députés de l'opposition convoquent des réunions supplémentaires en vertu du paragraphe 106(4) du Règlement, qu'ils choisissent d'insister sur des dossiers qui ne font pas partie du dialogue national et qu'ils exigent que le Parlement consacre tout son temps et toute son énergie à ces dossiers, peut-être peuvent-ils songer à toutes les personnes qu'ils contrarient en agissant ainsi.
Je vous remercie, monsieur le président.
Voir le profil de Anthony Rota
Lib. (ON)
Merci beaucoup.
La parole est à vous, monsieur Julian.
Voir le profil de Peter Julian
NPD (BC)
Je vous remercie, monsieur le président.
Ce n'est pas la première fois que je le dis durant une de nos réunions, mais je crois fermement que nous devons mettre la partisanerie de côté pendant les réunions du Bureau de régie interne. J'aimerais vraiment mieux ne pas avoir ce genre de débat ici. C'est inapproprié. Le Bureau doit être parfaitement neutre. Nous devons mettre notre parti de côté, que nous représentions le gouvernement ou l'opposition. Le Bureau n'est pas le bon endroit pour ce type de débat; cela ne fait pas partie de son rôle. Certains commentaires qui ont été faits aujourd'hui me mettent mal à l'aise.
Je tenais à le souligner.
Voir le profil de Anthony Rota
Lib. (ON)
D'accord, je propose que nous en restions là.
Tous ceux qui voulaient intervenir l'ont fait.
Avant de passer au point suivant de l'ordre du jour, je propose, avec l'accord des membres, de distribuer les documents d'information en lien avec les délibérations des comités visés au point sur les affaires découlant de la réunion précédente concernant le Comité de liaison.
Est-ce que tout le monde est d'accord? Très bien.
Nous allons poursuivre avec le numéro 3.
Le troisième point à l'ordre du jour est la conférence de 2022 du Conseil canadien des vérificateurs législatifs, le CCVL, et du Conseil canadien des comités des comptes publics, le CCCCP.
L'intervenante est Mme Sgro. Elle est accompagnée de Mme Block.
Voir le profil de Judy A. Sgro
Lib. (ON)
Merci beaucoup.
Je pense que Mme Block allait prendre la parole en premier, mais puisque vous m'avez nommée, je vais passer...
Voir le profil de Anthony Rota
Lib. (ON)
Je ne cherchais pas à inverser l'ordre de vos interventions. Je lis simplement ce que j'ai sous les yeux. J'en ai lu la moitié, en tout cas. Je suis désolé de ne pas avoir lu le reste. Vous pouvez décider entre vous qui prendra la parole en premier.
Voir le profil de Judy A. Sgro
Lib. (ON)
Bonjour, mesdames et messieurs.
Je tiens à remercier Mme Block, qui vous présentera en détail la conférence pour laquelle nous vous demandons votre autorisation aujourd'hui. Le 12 mars, Mme Block a présenté un exposé au sous-comité des budgets de comité, le SBLI, au nom du Comité permanent des comptes publics. Les membres du sous-comité ont approuvé sa demande à l'unanimité. Maintenant, je demande l'approbation du Bureau de régie interne, conformément à la procédure.
Le budget que vous avez reçu est basé sur la participation de 110 délégués et de 25 accompagnateurs. La conférence durera deux jours. Elle commencera le dimanche après-midi et elle se terminera au moment du départ des participants, le mardi après-midi.
Le CCCCP et le CCVL partagent les frais de la conférence dans un rapport d'environ 65-35, selon la participation de chaque groupe. Le CCCCP couvre la plus grande partie parce que ses membres sont plus nombreux à y participer que ceux du CCVL. Les recettes générées par les frais d'inscription sont divisées de la même façon.
Comme vous pouvez le voir dans le document budgétaire, le coût total de la conférence est de 97 785 $. Après le calcul des frais d'inscription, la part du CCCCP revient à 27 000 $.
Le comité demande un financement temporaire maximum de 42 000 $ pour l'organisation de la conférence en 2022. Ce montant tient compte des recettes qu'on prévoit de tirer des frais d'inscription.
Je pense que Mme Block voulait aussi prendre la parole à ce sujet.
Voir le profil de Kelly Block
PCC (SK)
Merci beaucoup, madame Sgro.
Bonjour, mesdames et messieurs. Je suis ravie de me joindre à vous aujourd'hui.
Comme Mme Sgro l'a expliqué, nous sommes ici aujourd'hui pour vous demander l'autorisation d'organiser la conférence de 2022 du Conseil canadien des vérificateurs législatifs et du Conseil canadien des comités des comptes publics, ainsi que pour vous demander d'en approuver le financement. Je sais que vous avez déjà reçu un mémoire détaillé. Je voudrais simplement contextualiser notre demande.
Le Comité permanent des comptes publics, dont je suis la présidente, est membre du Conseil canadien des comités des comptes publics. Chaque année, ce conseil et le Conseil canadien des vérificateurs législatifs organisent conjointement une conférence pour discuter des pratiques exemplaires et pour donner des séances d'information sur des questions liées à l'examen des comptes publics.
Le CCCCP a été fondé en 1978. Depuis 1979, il tient des conférences conjointes presque chaque année. Les différents territoires organisent la conférence à tour de rôle, mais le comité fédéral ne l'a jamais fait.
En 2017, on a commencé à discuter de la possibilité que le comité fédéral accueille la conférence de novembre 2020. Le Comité permanent des comptes publics a adopté une motion en vue d'organiser la conférence de 2022, une fois le budget préparé et adopté, et l'autorisation nécessaire obtenue.
Je vais répéter la première partie de ce que je viens de dire: des discussions sont en cours depuis 2017 sur la possibilité que le gouvernement fédéral accueille la conférence, mais ce n'est qu'en novembre que le Comité permanent des comptes publics a adopté une motion pour organiser la conférence de 2022.
Enfin, j'ajouterais juste qu'à l'époque, de 2017 à 2019, le président du comité était M. Sorenson. Il appuyait fortement la participation du comité fédéral à cette conférence et il voulait vraiment qu'Ottawa l'accueille à son tour.
Voir le profil de Anthony Rota
Lib. (ON)
Y a-t-il des questions? Tout le monde est d'accord?
Des députés: Oui.
L'hon. Anthony Rota: D'accord. Passons au point 4.
Le point 4 à l'ordre du jour concerne le Comité spécial sur la relation économique entre le Canada et les États-Unis.
M. Janse va prendre la parole.
Eric Janse
Voir le profil de Eric Janse
Eric Janse
2021-03-25 11:32
Merci beaucoup, monsieur le Président.
Je serai bref. Chaque fois qu'un comité spécial est créé, les fonds qui lui sont attribués viennent directement du Bureau de régie interne, et non du fonds destiné à tous les comités permanents.
Vous trouverez devant vous une proposition prévoyant un budget de démarrage pour le nouveau Comité spécial sur la relation économique entre le Canada et les États-Unis, qui comporte la recommandation selon laquelle les fonds demandés pour le Comité proviendraient toutefois de l'enveloppe budgétaire globale des comités permanents.
Voir le profil de Anthony Rota
Lib. (ON)
Y a-t-il des questions?
Est-ce que c'est clair? Sommes-nous d'accord avec la recommandation? Tout le monde est d'accord?
Bon.
Nous allons continuer avec le point 5.
C'est le Conseil interparlementaire mixte.
Il s'agit du Parlement francophone des jeunes de l'Assemblée parlementaire de la Francophonie, dont la 47e session annuelle se tiendra à Montréal, au Québec, du 7 au 12 juillet 2022.
Aujourd'hui, notre intervenant est M. Drouin.
Monsieur Drouin, vous avez la parole.
Voir le profil de Francis Drouin
Lib. (ON)
Merci beaucoup, monsieur le Président.
Chers députés, je vous remercie en tant que président de la section canadienne de l'Assemblée parlementaire de la Francophonie, ou APF, de recevoir notre demande concernant l'ajout de la tenue du Parlement francophone des jeunes à celui de la session annuelle de l'APF prévue à Montréal, en juillet 2022.
Les explications motivant la tenue de l'événement et les raisons de cette demande additionnelle sont détaillées dans la note qui accompagnait la lettre qui vous est parvenue le 12 février dernier. Nous souhaitons tous sensibiliser les jeunes à l'action parlementaire, et l'approbation de cette demande irait en ce sens. Finalement, cela sera avec plaisir que nous vous inviterons, le temps venu, à participer à cet événement francophone d'envergure, pour que vous constatiez par vous-mêmes toute la vitalité de la francophonie canadienne.
C'est avec plaisir que je répondrai à vos questions.
Voir le profil de Anthony Rota
Lib. (ON)
Y a-t-il des questions ou des commentaires?
Monsieur Deltell, vous avez la parole.
Voir le profil de Gérard Deltell
PCC (QC)
Merci, monsieur le Président.
Je vous remercie, monsieur le député Drouin. Je suis content de vous parler.
Évidemment, nous sommes d'accord sur cela, mais je voulais savoir si votre plan de match prévoit que l'événement se tiendra en présentiel ou sous une autre forme.
Voir le profil de Francis Drouin
Lib. (ON)
Nous prévoyons en ce moment un événement en présentiel. M. LeBlanc pourra donner plus de détails, mais je sais que les contrats comportent des clauses de force majeure advenant le cas où la rencontre ne pourrait pas se dérouler en présentiel, à Montréal, en 2022.
Jeremy LeBlanc
Voir le profil de Jeremy LeBlanc
Jeremy LeBlanc
2021-03-25 11:35
Effectivement, je vois où vous voulez en venir, M. Deltell, à savoir s'il y a possibilité de tenir la rencontre sous forme hybride ou virtuelle. Ce sera au Comité exécutif international de l'APF de prendre la décision. Cependant, nous sommes prêts et nous avons entamé des négociations sur les moyens de nous adapter advenant que l'événement ait lieu sous forme hybride ou sous forme virtuelle.
Voir le profil de Anthony Rota
Lib. (ON)
D'accord.
Y a-il d'autres questions ou d'autres commentaires?
Sommes-nous d'accord sur la recommandation?
Tout le monde dit oui, c'est parfait. Nous allons continuer avec le numéro 6.
Le point 6 porte sur l'expédition de certains envois postaux aux électeurs qui vivent à l'extérieur du Canada.
Ce sont Mmes Kletke et Allard qui nous en parleront.
Je vous cède la parole.
Rebekah Kletke
Voir le profil de Rebekah Kletke
Rebekah Kletke
2021-03-25 11:36
Merci, monsieur le Président.
C'est avec plaisir que je vous présente une soumission visant à obtenir l'approbation du Bureau de régie interne dans le but de modifier certains règlements et certaines politiques. À la suite d'une demande formulée par un député, l'Administration de la Chambre a examiné les politiques du Bureau concernant la distribution des envois collectifs et du courrier de circonscription aux électeurs résidant à l'étranger. Le Règlement administratif relatif aux députés prévoit actuellement que les envois collectifs et le courrier de circonscription ne peuvent être distribués que dans la circonscription du député.
Le fait de limiter la mise à la poste des envois postaux et du courrier de circonscription aux seules personnes vivant dans la circonscription du député veut dire que les électeurs de la circonscription qui vivent à l'extérieur du Canada ne les reçoivent pas. Le nom des électeurs qui vivent à l'extérieur du Canada et qui se sont inscrits auprès d'Élections Canada paraît sur le registre international des électeurs, lequel est remis une fois par année aux députés par le directeur général des élections. Ainsi, 167 392 électeurs figuraient sur le registre international des électeurs à l'issue des élections générales tenues en octobre 2019.
Reconnaissant le besoin des députés de communiquer avec tous leurs électeurs, y compris les militaires et d'autres Canadiens vivant à l'extérieur du Canada, l'Administration de la Chambre propose des mises à jour aux politiques du Bureau visant les envois postaux et le courrier de circonscription.
Premièrement, l'Administration de la Chambre propose que la politique visant les envois postaux soit modifiée afin de permettre aux députés d'envoyer ces documents à titre de courrier adressé à leurs électeurs vivant à l'extérieur du Canada lorsque ceux-ci paraissent sur le registre international des électeurs fourni par le directeur général des élections. Le coût des exemplaires supplémentaires serait toujours imputé au budget du bureau des députés, tout comme le coût des enveloppes et de l'affranchissement international.
Deuxièmement, l'Administration de la Chambre propose que la politique visant le courrier de circonscription soit modifiée afin de permettre aux députés d'envoyer une partie de leur allocation de circonscription originale à titre de courrier adressé aux électeurs vivant à l'extérieur du Canada dont les noms figurent sur le registre international des électeurs. Le coût des enveloppes et de l'affranchissement international du courrier de circonscription envoyé aux électeurs vivant à l'extérieur du Canada serait imputé au budget de bureau des députés.
Ces recommandations, si elles sont approuvées, permettront aux députés d'utiliser les envois collectifs et le courriel de circonscription pour communiquer avec tous leurs électeurs, y compris ceux qui vivent à l'extérieur du Canada.
Cela conclut ma présentation. Je serai heureuse de répondre à vos questions.
Voir le profil de Anthony Rota
Lib. (ON)
Avez-vous des questions ou des commentaires? Monsieur Richards.
Voir le profil de Blake Richards
PCC (AB)
Je vous remercie de votre exposé, et je suis bien content que l'on en parle. Je crois que c'est une question importante. Je vais poser une question et faire une suggestion.
Je me demande si la proposition fait le tour de la question du personnel militaire et de leurs personnes à charge. Je présume que vous avez compris le personnel militaire en poste à l'extérieur du Canada. Voilà une première question. Qu'en est-il cependant des militaires en poste ici au Canada, mais dans une base qui se trouve à l'extérieur de leur circonscription? Je me demande si la proposition couvre cette éventualité.
Ma suggestion est la suivante. Aux points 1 et 2, vous avez parlé d'ajouter le courrier adressé, les envois postaux et le courrier de circonscription dans le cas des électeurs vivant à l'extérieur du Canada. C'est la façon dont vous l'avez présenté. Pourrions-nous parler des « électeurs vivant à l'extérieur de la circonscription » ou quelque chose de semblable? Sinon, on viserait le personnel militaire et leurs personnes à charge qui sont en poste à l'extérieur du Canada, mais je ne suis pas sûr que ceux qui sont en poste dans une base au Canada située à l'extérieur de la circonscription sont compris. Je veux être sûr que ces gens-là sont visés également. Il est important que tout notre personnel militaire puisse recevoir des envois de leurs députés.
Ma suggestion permet-elle de viser tous ces gens, ou pensez-vous que votre proposition le fait déjà?
Voir le profil de Anthony Rota
Lib. (ON)
M. Patrice répondra à la question.
Michel Patrice
Voir le profil de Michel Patrice
Michel Patrice
2021-03-25 11:41
Merci, monsieur Richards.
Vous avez tout à fait raison. La proposition actuelle porte sur les Canadiens qui vivent à l'étranger, mais pas les électeurs qui vivent à l'extérieur de leur circonscription. Pour couvrir ce type de lecteurs, il faudrait modifier la proposition. Si le Bureau le souhaite, nous pourrions certainement apporter le changement à la proposition afin de couvrir les Canadiens qui vivent à l'extérieur de leur circonscription, que ce soit au pays ou à l'étranger.
Voir le profil de Blake Richards
PCC (AB)
Pensez-vous que ma proposition couvrirait tous ces gens-là, ou avez-vous une autre suggestion?
Michel Patrice
Voir le profil de Michel Patrice
Michel Patrice
2021-03-25 11:42
Il faudrait examiner le libellé afin d'être sûr qu'il traduit bien ce que vous avez proposé, mais il existe d'autres catégories d'électeurs. À titre d'exemple, les étudiants inscrits dans une circonscription, mais qui étudient dans une autre...
Voir le profil de Blake Richards
PCC (AB)
Oui, c'est vrai. J'aimerais bien que ces gens-là soient couverts également. Je propose, si les autres députés sont prêts à considérer la possibilité, d'inclure ces gens également. À mon avis, c'est important.
J'ai une autre question, mais je vais baisser ma main pour l'instant, monsieur le Président, et la lever plus tard pour que nous puissions en discuter. Elle porte sur l'impression et l'expédition, mais je crois qu'il vaut mieux discuter de la question dont nous sommes saisis d'abord. Je lèverai ma main plus tard.
Voir le profil de Anthony Rota
Lib. (ON)
D'accord.
Au tour maintenant de Mme DeBellefeuille.
Voir le profil de Claude DeBellefeuille
BQ (QC)
Merci, monsieur le président.
J'ai bien compris la proposition, mais je ne peux pas donner mon appui en ce moment à mon collègue M. Richards. Il me manque des informations pour avoir une analyse globale. Pour l'instant, je serais en faveur d'adopter la soumission qui est sous nos yeux et de réfléchir à cette proposition à la prochaine réunion.
J'aurais d'autres questions, mais peut-être ne sont-elles pas à propos dans le cadre de la présente réunion. J'aimerais comprendre toutes les incidences de cette proposition avant de l'ajouter. Ce n'est pas que je m'y oppose, mais j'aimerais avoir plus d'analyses et de recommandations de la part de l'Administration de la Chambre avant de trancher sur cette question.
Voir le profil de Anthony Rota
Lib. (ON)
Merci.
Nous continuons maintenant avec Mme Petitpas Taylor. Par la suite, ce sera au tour de M. Richards.
Voir le profil de Ginette Petitpas Taylor
Lib. (NB)
Merci, monsieur le Président.
Tout comme l'intervenant précédent, je n'allais pas en parler, mais justement, je me demande comment nous pourrions viser les étudiants de nos circonscriptions qui vivent ailleurs, ou encore le personnel militaire en poste dans une base située à l'extérieur de la circonscription.
En ce qui concerne la proposition dont nous sommes saisis, il y a un registre en place, le registre international. Comment pourrions-nous couvrir les gens qui vivent à l'extérieur de leur circonscription s'ils ne se sont pas inscrits dans une circonscription donnée? J'aimerais en savoir plus.
Résultats : 1 - 100 de 1068 | Page : 1 de 11

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
>
>|
Exporter en: XML CSV RSS

Pour plus d'options de données, veuillez voir Données ouvertes