Hansard
Consultez le guide de l'usager
Pour obtenir de l’aide, contactez-nous
Consultez le guide de l'usager
Pour obtenir de l’aide, contactez-nous
Ajouter un critère de recherche
Résultats : 1 - 1 de 1
Voir le profil de Justin Trudeau
Lib. (QC)
Monsieur le Président, comme je l'ai dit, il est extrêmement important que, à la Chambre, nous tenions des débats sérieux et approfondis. C'est pourquoi je suis heureux de réagir au discours que le chef de l’opposition a donné en réponse au discours du Trône.
J'ai structuré mon discours pour donner suite aux divers points soulevés par le chef de l’opposition, et, dans la première partie, j'ai souligné quelques oublis de sa part.
Je désire poursuivre en parlant des nombreuses mesures prises par les libéraux en vue d'améliorer l'abordabilité pour les Canadiens et du deuxième point soulevé par le chef de l’opposition, soit l'importance d'assurer la sécurité des Canadiens.
Assurer la sécurité des Canadiens est évidemment l'une des priorités de tout gouvernement. C'est ce que nous faisons depuis quatre ans, et c'est ce que nous continuerons de faire.
Le chef de l’opposition a parlé de la Chine. Nous allons effectivement continuer de nous tenir debout pour protéger les intérêts des Canadiens. Assurer le retour des deux Canadiens détenus en Chine figure évidemment en tête de liste. Nous poursuivons nos efforts, diplomatiques entre autres, pour nous assurer de maintenir la pression afin de ramener ces Canadiens en sécurité.
Tout en étant là pour défendre les droits de la personne et pour exprimer nos préoccupations concernant le peuple ouïgour et les gens de Hong Kong — nous espérons voir une résolution de ces différends et une prolongation de deux systèmes dans ce pays —, nous allons aussi être là pour protéger nos fermiers et nos exportateurs, tout comme nos agriculteurs qui produisent du canola, que le député de Regina—Qu'Appelle n'a pas mentionnés.
Évidemment, nous allons continuer de défendre les intérêts de nos exportateurs, en travaillant pour nous assurer de continuer d'avoir accès au marché chinois.
En ce qui concerne la Russie, également mentionnée par le député, nous allons être là pour continuer de défendre l'Ukraine et d'assurer une protection de leur souveraineté. Nous serons aussi présents en Lettonie, pour protéger le flanc Est de l'OTAN.
Ces dernières années, nous avons augmenté les dépenses de défense. En effet, l'examen de la politique de défense, intitulée « Protection, Sécurité, Engagement », vise à accroître de 70 % les investissements dans les hommes et les femmes des Forces canadiennes, parce que nous savons que le fait d'être fort à l'étranger et de participer à assurer le maintien de la paix et la sécurité dans le monde est une façon d'assurer la sécurité des Canadiens chez eux.
Lorsqu'il est question d'assurer la sécurité des Canadiens dans un monde incertain, il est aussi question de concertation avec notre plus important partenaire commercial, les États-Unis. Il est extrêmement important que nous ayons pu négocier un nouvel ALENA amélioré pour les Canadiens, car cet accord assure aussi leur sécurité.
Lorsque nous parlons d'assurer la sécurité des Canadiens, particulièrement à l'occasion du 30e anniversaire de la tuerie de l'École polytechnique, nous devons aussi parler de ce que nous faisons ici, au pays, pour assurer la sécurité des Canadiens. Cela signifie mettre en œuvre des mesures de lutte contre la violence fondée sur le sexe, y compris des mesures énergiques dans le contexte de l'Enquête publique nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues ou assassinées, et agir dans le dossier du contrôle des armes à feu. Les Canadiens s'attendent à ce que le contrôle des armes à feu soit resserré et ils ont besoin qu'il le soit. Nous allons interdire le genre d'armes d'assaut qui a été utilisé lors de la tuerie de l'École polytechnique il y a 30 ans. Nous continuerons de renforcer les projets de loi visant le contrôle des armes à feu, notamment en donnant aux villes la possibilité de collaborer avec la province pour interdire et limiter encore plus l'utilisation des armes de poing. Nous savons que la sécurité des Canadiens dans leurs collectivités demeure une priorité pour la population. Voilà pourquoi de ce côté-ci de la Chambre, nous sommes résolument déterminés à agir dans ce dossier.
Le troisième point soulevé par le chef de l’opposition concernait les emplois.
Nous reconnaissons à quel point un bon emploi est fondamental sur le plan de la sécurité économique, mais aussi relativement au bien-être des familles et des individus partout au pays. C’est pour cela que nous sommes fiers de dire que les Canadiens ont créé plus de 1 million d’emplois au cours des quatre dernières années. Nous reconnaissons que nous avons encore beaucoup de travail à faire, et nous allons continuer à le faire.
Que ce soit grâce au commerce international ou à nos actions, le Canada est maintenant le seul pays du G7 à avoir un accord de libre-échange avec tous les autres pays du G7. Nous continuons à créer des occasions pour nos exportateurs, pour nos travailleurs et pour nos entrepreneurs de réussir dans ce marché mondial, tout en nous assurant d’avancer en ce qui concerne le commerce intérieur au Canada.
Nous avons pris des mesures concrètes, mais nous allons continuer à travailler avec les provinces et les territoires pour permettre une meilleure harmonisation des règlements et des approches, afin d'assurer une meilleure fluidité des emplois et des biens et services partout au pays. C’est important pour les Canadiens et c’est important pour les travailleurs.
Parlons de la défense des intérêts des travailleurs canadiens. Lorsque les États-Unis ont imposé des droits de douane punitifs et injustes sur l'acier et l'aluminium canadiens au nom de l'article 232, nous avons réagi en prenant des mesures compensatoires qui ont mené à l'élimination complète des droits de douane sur l'acier et l'aluminium. Voilà ce qu'on appelle défendre les intérêts des travailleurs canadiens.
C'est avec joie que je signale au chef de l’opposition que la défense des intérêts des travailleurs passe par le respect des syndicats et du mouvement syndical. Au cours des dernières années, nous avons été un partenaire solide pour les syndicats et nous le demeurerons. Exemple d'actualité, nous avons cru au processus de négociation collective et la grève du CN s'est conclue rapidement sans que nous ayons eu à prendre les mesures suggérées par les députés d'en face, dont l'adoption d'une loi de retour au travail. Nous comprenons que la collaboration avec les syndicats fait partie intégrante de la solution.
Qui plus est, nous reconnaissons que le marché du travail change et qu'il a constamment besoin de nouvelles compétences. C'est ce qui nous a amenés à créer l'Allocation canadienne pour la formation, qui permettra aux gens de suivre des cours pour actualiser leurs compétences. Qu'ils travaillent dans une PME ou une grande entreprise, ils pourront prendre du temps — pendant lequel ils toucheront une allocation dans le cadre de l'assurance-emploi et des subventions directes — pour se perfectionner et rester concurrentiels dans un monde en constante mutation. Le but est de rassurer les gens qui craignent de ne pas pouvoir faire le même travail jusqu'à la retraite. Nous avons entendu que les gens s'inquiètent de ce qui les attend dans un monde en mutation et ce sont là des mesures concrètes pour les aider alors que de nouveaux types d'emplois seront créés et de nouvelles compétences, fonctions et capacités seront requises pour réussir.
Nous devons, par ailleurs, être conscients que les innovations et avancées technologiques dans le domaine de la protection environnementale nécessiteront l'acquisition de nouvelles compétences. Nous allons donc, en collaboration avec les secteurs des ressources énergétiques, veiller à ce que les gens puissent acquérir ces nouvelles compétences.
Nous savons que les gens veulent une économie à faibles émissions de carbone, et nous devons soutenir les travailleurs du secteur de l'énergie pour qu'ils puissent à leur tour appuyer cette transition vers un avenir meilleur. Nous savons que les solutions que les travailleurs de l'Alberta et de la Saskatchewan ont mises en œuvre au fil des ans pour améliorer l'efficacité énergétique et les technologies et pour bâtir l'avenir que nous connaissons aujourd'hui et celui auquel nous devons aspirer joueront un rôle essentiel. C'est avec plaisir que nous collaborerons avec les travailleurs de partout au pays pour bâtir un avenir meilleur, non seulement pour eux et leur famille, mais aussi pour tous les Canadiens et le monde entier.
Lorsque le chef de l’opposition a malencontreusement parlé des militants écologistes et étrangers, nous avons souligné que le Parti conservateur avait choisi d'adopter une approche qui n'avait pas permis d'acheminer les ressources jusqu'à de nouveaux marchés pendant qu'il était au pouvoir. Il est impossible de construire des pipelines sans s'acquitter de certaines responsabilités environnementales, sans reconnaître la nécessité d'établir les partenariats nécessaires avec les peuples autochtones, et sans tenir compte des inquiétudes tout à fait fondées des collectivités un peu partout au pays quant à la façon de procéder. Voilà pourquoi nous avons instauré les mesures qui nous permettront de réaliser l'expansion du pipeline Trans Mountain. Les travaux vont de l'avant en ce moment même et on embauche des milliers de travailleurs afin de mener cette expansion à bien et d'acheminer les ressources jusqu'aux nouveaux marchés.
Blâmer les militants écologistes pour cette incapacité à construire des pipelines ne sert personne. Les conservateurs nuisent aux provinces de l'Ouest en s'entêtant à tenir de tels propos au lieu de collaborer à la réalisation de projets qui nous permettront d'atteindre des marchés autres que les États-Unis. Nous continuerons de travailler de façon responsable afin que les travailleurs canadiens bénéficient de toutes les occasions nécessaires pour réussir.
Cela nous amène au quatrième point soulevé par le chef de l’opposition, soit l'incidence des changements climatiques et la protection de l'environnement. En ce moment, partout au pays, on ressent les effets et les coûts des changements climatiques. Pensons aux feux de forêt, aux inondations, aux variations de température ou aux infestations qui ravagent nos forêts. Nous savons que nous allons être confrontés à davantage de phénomènes météorologiques extrêmes. Nous devons à la fois aider les Canadiens et empêcher que les changements climatiques et les phénomènes météorologiques extrêmes ne s'aggravent, et c'est en ayant un plan responsable de lutte contre les changements climatiques que nous y parviendrons.
Nous avons ce plan.
Il faut être ambitieux dans la lutte contre les changements climatiques, et c'est exactement ce que 60 % des Canadiens nous ont demandé de faire. De plus, 60 % des Canadiens nous ont demandé d'acheminer nos ressources vers de nouveaux marchés de façon responsable. Nous avons été à l'écoute. Il est important que tout le monde à la Chambre écoute les Canadiens et agisse concrètement pour lutter contre les changements climatiques.
Effectivement, nous avons mis un prix sur la pollution partout au pays, et nous nous sommes assurés que les Canadiens de la classe moyenne en tirent profit et en ressortent gagnants sur les plans de l'abordabilité et du coût de la vie. Nous devons aider les familles à faire la transition vers un monde plus propre et plus vert.
Nous reconnaissons aussi que les solutions basées sur la nature sont essentielles à notre approche pour lutter contre les changements climatiques. C'est pourquoi nous nous sommes engagés à planter 2 milliards d'arbres au cours des 10 prochaines années et à protéger 25 % de nos terres et de nos océans d'ici 2025, puisque la nature a aussi un rôle important à jouer dans la lutte contre les changements climatiques.
Par ailleurs, nous savons que les investissements dans le secteur vert, dans les véhicules à zéro émission et dans les nouvelles technologies sont essentiels. C'est pourquoi nous faisons du Canada un centre mondial en matière d'innovation dans les technologies à zéro émission, notamment en proposant des réductions d'impôt pour les entreprises qui innovent dans ce domaine. Nous sommes donc très contents de pouvoir travailler avec les différents partis de la Chambre sur un plan ambitieux qui va à la fois protéger l'environnement et créer de la croissance économique.
Finalement, le chef de l’opposition a parlé de l'importance de l'unité canadienne. Évidemment, je ne pourrais être plus en accord sur cette préoccupation. C'est pourquoi nous travaillons avec les différents premiers ministres, les différents partis et tous les parlementaires à la Chambre pour répondre aux préoccupations concrètes des gens concernant leur avenir, leur situation économique, leurs enfants et leurs petits-enfants et leur communauté.
Il sera très important de réduire un peu l'intensité du débat politique qui entoure ces questions.
Certains Canadiens sont en difficulté. D'autres souffrent. Dans diverses régions du pays, nos concitoyens sont préoccupés par leur avenir et celui de leur famille. Nous devons nous employer à dissiper ces craintes. Nous devons notamment prendre des mesures comme signaler que, à l'heure actuelle, les travaux de l'oléoduc Trans Mountain ont commencé, ce que bon nombre de personnes dans les provinces des Prairies ignorent encore. Nous devons également prendre des mesures concernant l'acheminement des ressources naturelles vers de nouveaux marchés et parler des investissements que nous faisons.
Par ailleurs, nous devons également souligner que la tarification de la pollution fera en sorte que nombre de familles en Alberta, en Saskatchewan et à l'échelle du Canada seront en meilleure posture qu'avant l'instauration de la tarification de la pollution. La famille moyenne en Saskatchewan, en Alberta, au Manitoba et en Ontario disposera de plusieurs centaines de dollars de plus par année.
Nous savons qu'il y a encore beaucoup à faire pour donner suite aux préoccupations des Canadiens et assurer à ces derniers que le Parlement travaille fort pour eux. Si on craint qu'un gouvernement minoritaire ne soit pas en mesure d'obtenir des résultats concrets pour les Canadiens, on peut se rassurer en jetant un coup d'oeil à l'histoire pour constater ce que des gouvernements minoritaires ont accompli pour les Canadiens. Le système de soins de santé universel, le bilinguisme officiel, le Régime de pensions du Canada, la légalisation du mariage entre conjoints de même sexe sont toutes des réalisations de gouvernements minoritaires. Par conséquent, rien ne justifie que le gouvernement ne soit pas extrêmement ambitieux dans son désir de servir les Canadiens.
J'aimerais conclure mon discours là-dessus. Il est important de travailler ensemble et dans le respect. Plusieurs bonnes idées seront proposées par différents partis. Nous pourrons travailler ensemble, comme les Canadiens nous l'ont demandé aux dernières élections, pour bien les servir. C'est exactement ce que nous comptons faire, de ce côté-ci de la Chambre. Je pense que de participer aux débats, d'écouter les discours des députés de l'autre côté et de répondre directement à leurs préoccupations est un pas dans la bonne direction pour faire exactement ce que les Canadiens nous ont demandé.
J'ai bien hâte de travailler avec tous les députés à la Chambre afin d'assurer un meilleur avenir aux Canadiens, qui seront plus prospères, plus en sécurité et, surtout, plus confiants en l'avenir dans ce pays magnifique qu'est le Canada.
Résultat : 1 - 1 de 1

Exporter en: XML CSV RSS

Pour plus d'options de données, veuillez voir Données ouvertes