Hansard
Consultez le guide de l'usager
Pour obtenir de l’aide, contactez-nous
Consultez le guide de l'usager
Pour obtenir de l’aide, contactez-nous
Ajouter un critère de recherche
Résultats : 1 - 1 de 1
Voir le profil de Emmanuella Lambropoulos
Lib. (QC)
Madame la Présidente, c’est un honneur pour moi de me lever à la Chambre aujourd’hui pour parler du discours du Trône. Je vous remercie de m’accorder cette occasion.
Je vais partager mon temps de parole avec la députée de Scarborough-Centre.
J'ai passé les cinq derniers mois dans la belle circonscription de Saint-Laurent, la circonscription que j’ai l’honneur de représenter à la Chambre des communes et que je considère chez-moi depuis ma naissance.
Au cours de ces cinq mois, j’ai eu la chance de parler à mes concitoyens et à mes concitoyennes pour comprendre quels enjeux fédéraux les préoccupaient le plus.
Essentiellement, le message que mes concitoyens m'ont transmis est qu'ils souhaitent nous voir en faire davantage pour notre planète. Ils veulent que nous agissions plus rapidement pour contrer les effets dévastateurs des changements climatiques. C'est l'un des principaux messages que j'ai entendus au moins quelques fois par jour lorsque je faisais du porte-à-porte durant la période électorale. Voilà pourquoi j'ai été ravie que le discours du Trône ait mis l'accent sur la lutte contre les changements climatiques et en ait fait une priorité.
Le gouvernement libéral précédent, dont je suis fière d'avoir été membre, a déployé davantage d'efforts pour l'environnement que tout autre gouvernement. Le gouvernement actuel s'est engagé à faire de la lutte aux changements climatiques une priorité. Nous nous sommes fixé l'objectif d'atteindre la cible de zéro émission nette d'ici 2050, ce qui peut paraître un peu ambitieux, mais il s'agit d'un objectif absolument nécessaire.
C'est absolument nécessaire d'essayer d'atteindre la cible de zéro émission nette d'ici 2050 pour protéger l'environnement afin de donner la chance à nos enfants et à nos petits-enfants de grandir dans un monde où il y a encore de l'air frais et de l'eau potable.
C'est le temps d'écouter les scientifiques qui nous disent qu'on ne peut dépasser la limite de 1,5 degré Celsius, et le Canada doit participer à cet effort. C'est pour cela que notre gouvernement continuera d'assurer la tarification de la pollution partout au pays et collaborera avec ses partenaires provinciaux pour réduire encore plus les émissions.
Nous savons que notre cible est ambitieuse. Il faudra faire la transition vers des sources d'énergie renouvelable non seulement parce que nous n'avons présentement pas la capacité d'utiliser uniquement des sources d'énergie renouvelable, mais aussi parce qu'il faut offrir un soutien aux gens qui travaillent dans le secteur des ressources naturelles du Canada.
Comme l'indique le discours du Trône, le gouvernement s'engage à protéger 25 % des terres et des océans du pays d'ici 2025. Par ailleurs, pendant notre campagne électorale, nous avons annoncé publiquement que nous voulions notamment planter deux milliards d'arbres dans les 10 prochaines années afin de purifier l'air et les eaux du pays, car nous savons que c'est la meilleure façon d'éliminer les émissions de gaz à effet de serre.
Ceux qui me connaissent bien savent pourquoi je suis entrée en politique. Ils savent que j'ai toujours eu très à cœur de rendre le monde plus juste pour tout le monde et que les inégalités qui subsistent dans le monde me font bouillir d'indignation. Ils savent ce que je pense des inégalités basées sur des facteurs socioéconomiques et sur les origines raciales ou ethniques. Dans ma circonscription, l'une de mes plus grandes priorités est de faire de mon mieux pour aider les gens dans le besoin en appuyant les organisations qui soutiennent les plus démunis ou en permettant aux personnes marginalisées d'avoir voix au chapitre afin qu'elles puissent s'exprimer et obtenir des conditions un peu plus justes.
À Saint-Laurent, des organismes communautaires, comme le centre Bon Courage, COCLA, l'Unité, le Centre ABC, CARI, la Maison des familles de Saint-Laurent et le centre de la pédiatrie sociale Au cœur de l'enfance, ainsi que beaucoup d'autres, sont indispensables et font toute la différence pour les familles laurentiennes.
J'entends aussi appuyer le discours du Trône pour la place qu'il accorde au renforcement des assises de la classe moyenne. Le gouvernement s'est donné pour mission de rendre la vie des Canadiens plus abordable. L'exemption personnelle d'impôt passera à 15 000 $ afin que les Canadiens puissent mieux profiter de leur argent, que ce soit en l'épargnant ou en s'en servant pour acheter des aliments de meilleure qualité.
Quand j'étais jeune, mes parents n'avaient pas beaucoup d'argent. Seul mon père travaillait, et ce n'était pas toujours facile, mais ma mère et lui faisaient de leur mieux pour nous offrir un milieu de vie sans pareil et nous inscrire à toutes sortes d'activités parascolaires. Ils tenaient à ce que nous ayons une bonne qualité de vie et ils ont sué sang et eau pour y arriver. J'ai malgré tout commencé à travailler dès l'âge de 15 ans, parce que je ne voulais pas être un fardeau pour mes parents. L'argent que je gagnais servait à payer mes dépenses personnelles. Mes parents ont toujours veillé à ce que nous ayons un endroit où dormir et des aliments sains sur la table, mais je me disais que c'était à moi de gagner de l'argent si je voulais autre chose. Ma mère m'a dit de mettre la moitié de mes paies de côté afin que je puisse un jour aller à l'université. La journée où j'ai voulu un cellulaire, c'est moi qui ai dû payer la facture.
Je vous garantis que les enfants le ressentent lorsque leurs parents traversent des difficultés financières. C'est un poids lourd à porter. Je le sais parce que j'ai enseigné dans les écoles publiques de l'île de Montréal et les enfants dont les familles n'avaient pas la vie facile savaient qu'il ne fallait pas demander à leurs parents des choses qu'ils ne pouvaient pas se permettre.
C'est pour des situations comme celles-là que notre gouvernement fera une réelle différence en réduisant de 25 % les frais de téléphonie cellulaire et de service sans fil, ce qui aidera surtout les familles de la classe moyenne.
De plus, nous comptons aider les étudiants pour que chacun ait la chance de recevoir une éducation postsecondaire de qualité, peu importe le statut socioéconomique de sa famille. Les étudiants n'auront pas à payer leur prêt étudiant jusqu'à ce qu'ils trouvent un emploi à temps plein.
Le gouvernement prendra aussi des mesures pour réduire le nombre de sans-abris en investissant dans le logement abordable. Lors de notre dernier mandat, nous avons réduit la pauvreté en sortant 900 000 Canadiens de la pauvreté grâce à l'Allocation canadienne pour enfants, et nous allons continuer à poursuivre ces investissements cruciaux pour les gens qui en ont le plus besoin.
La semaine dernière, nous avons commémoré les 14 vies qui ont été prises à la Polytechnique de Montréal il y a 30 ans pour la simple raison qu'elles étaient des femmes. Je tiens à souligner que, en tant que féministe, je suis fière du fait que notre gouvernement a pris au sérieux les défis des femmes lors de notre dernier mandat. Je suis également fière que, dans le discours du Trône, on ait fait référence à la stratégie contre la violence fondée sur le sexe. On en fera davantage pour lutter contre la violence faite aux femmes et à la communauté LGBTQ2.
S'agissant de la fusillade à l'École Polytechnique, la violence armée est en hausse au Canada et notre gouvernement a un plan pour s'attaquer au problème. Nous allons interdire les fusils d'assaut de type militaire comme celui qui a été utilisé à l'École Polytechnique et nous allons mettre en place un programme de rachat de ces armes. Bien que nous sachions que ce n'est que le début et qu'il reste encore beaucoup à faire pour éliminer complètement la violence armée, c'est un pas important dans la bonne direction.
Au moment où certaines puissances se replient sur elles-mêmes, prennent du recul sur la scène internationale et abandonnent le leadership qu'elles assumaient pour aider les pays du monde, le Canada va poursuivre ses efforts pour rendre ce monde plus juste, plus sûr et plus durable.
Nous continuerons d'appuyer le développement international et nous investirons pour rendre l'éducation plus accessible dans les pays du tiers monde. Nous continuerons de travailler d'arrache-pied pour rendre le monde plus égalitaire, en favorisant l'autonomie des femmes qui n'ont pas les mêmes libertés qu'au Canada.
Encore une fois, merci de m'avoir donné l'occasion d'exprimer mes pensées en faveur du discours du Trône.
Résultat : 1 - 1 de 1

Exporter en: XML CSV RSS

Pour plus d'options de données, veuillez voir Données ouvertes