Interventions à la Chambre des communes
 
 
 
Fil RSS basé sur les critères de recherche Exporter les résultats de recherche - CSV (texte brut) Exporter les résultats de recherche - XML
Ajouter un critère de recherche
Voir le profil de Alupa Clarke
PCC (QC)
Voir le profil de Alupa Clarke
2017-10-26 12:18 [p.14557]
Monsieur le Président, c’est tout à fait cela, et je vais vous en donner un bon exemple.
Lorsque Winston Churchill était ministre de la Marine royale, en 1918, il se rendit un jour sur un navire. Comme les choses ne fonctionnaient pas bien, il demanda au commandant de convoquer tous les hommes sur le pont parce qu’il voulait leur parler. Le commandant répondit à M. Churchill qu’il ne devait jamais s’adresser directement aux soldats, mais celui-ci insista. Il demanda alors à l’un des marins les moins gradés ce qu’il faudrait faire pour résoudre le problème. Le soldat lui exposa son plan, et Churchill se tourna ensuite vers l’officier le plus haut gradé pour lui dire que c’était exactement ce qu’il allait faire. Depuis lors, les armées occidentales ont adopté cette pratique selon laquelle les commandants restent à l’écoute de leurs troupes. Quand j’étais dans l’armée, je me souviens que les commandants demandaient toujours à leurs soldats ce qu’on pourrait faire. Ensuite, c’est bien sûr au commandant de décider.
Par conséquent, vous avez raison de dire, monsieur, que le gouvernement n’écoute pas ceux qui n’ont pas de titre. Par contre, à l’époque de l’ancien gouvernement conservateur, Harper écoutait tout le monde.
Résultat : 1 - 1 de 1