Interventions en comité
 
 
 
Fil RSS basé sur les critères de recherche Exporter les résultats de recherche - CSV (texte brut) Exporter les résultats de recherche - XML
Ajouter un critère de recherche
André Boucher
Voir le profil de André Boucher
André Boucher
2019-07-15 13:52
Merci, monsieur le président. Comme vous l'avez demandé, ma présentation sera plutôt courte.
Monsieur le président et distingués membres du Comité, je m'appelle André Boucher. Je suis sous-ministre délégué des opérations au Centre canadien pour la cybersécurité.
Tout d'abord, je vous remercie d'avoir accepté de nous recevoir et d'entendre mon témoignage cet après-midi.
En guise de préambule, permettez-moi de vous présenter brièvement l'organisme que je représente.
Le Centre canadien pour la cybersécurité a été institué le 1er octobre 2018 et relève du Centre de la sécurité des télécommunications. À titre d'autorité canadienne en matière de cybersécurité, l'organisme dirige les interventions du gouvernement suivant des événements liés à la cybersécurité.
Notre équipe nationale d'intervention travaille étroitement avec les ministères, les propriétaires et les exploitants d'infrastructures essentielles, les entreprises canadiennes et les partenaires internationaux pour intervenir en cas d'incidents de cybersécurité ou pour atténuer les conséquences qui découlent de ces incidents. Ce faisant, nous offrons des conseils et du soutien d'expert et coordonnons les communications d'information ainsi que les interventions en cas d'incident.
Les partenariats que le Centre canadien pour la cybersécurité établit avec les intervenants de l'industrie représentent un élément clé de notre mission. Nous avons pour objectif de promouvoir l'intégration de la cyberdéfense dans le modèle d'affaires de nos partenaires de l'industrie, ce qui aura pour effet d'accroître le niveau global de résilience du Canada à l'égard des cybermenaces. Or, malgré les efforts que l'industrie et le Centre ont à déployer, force est de constater que des cyberincidents ont tout de même lieu.
Cela m'amène à aborder le sujet dont j'aimerais vous entretenir cet après-midi. Il convient tout d'abord d'indiquer que le Centre canadien pour la cybersécurité n'est en mesure de fournir aucun détail concernant l'incident en question et qu'il n'émettra aucun commentaire quant aux pratiques de cybersécurité d'une entreprise particulière ou d'un individu. Au reste, toute forme d'atteinte à la cybersécurité peut être vue comme une occasion de réévaluer ses propres pratiques et de renforcer les systèmes, les processus ainsi que les mesures de protection.
Dans le cas présent, les articles de médias et les déclarations publiques indiquent qu'une divulgation de renseignements personnels a eu lieu suivant des actes commis par un individu œuvrant pour l'entreprise en cause, ce que l'on appelle communément une menace interne.
Dans sa récente publication intitulée Introduction à l'environnement de cybermenaces, le Centre pour la cybersécurité décrit la menace interne comme étant ces individus qui travaillent dans un organisme, mais que l'on considère comme particulièrement dangereux, puisqu'ils ont accès à des réseaux internes qui sont protégés par des périmètres de sécurité. Pour tout intervenant malintentionné, l'accès est l'élément déterminant. Comme ils jouissent d'un accès privilégié aux données protégées par l'organisme qui les emploie, les auteurs de menace internes ne sont pas contraints de recourir aux méthodes que l'on doit normalement appliquer à distance, ce qui leur permet de collecter assez aisément de précieux renseignements. De fait, cet incident nous rappelle l'importance du facteur humain en matière de cybersécurité. Or, les menaces internes ne sont qu'un exemple de ce type de problème.
Les cybercriminels ont été particulièrement ingénieux lorsqu'il s'est agi d'exploiter le comportement humain à des fins de piratage psychologique et d'inciter les personnes à divulguer, bien qu'à leur insu, des renseignements sensibles. La sécurité de nos systèmes dépend essentiellement de la fiabilité des humains, c'est-à-dire les utilisateurs, les administrateurs et les équipes responsables de la sécurité.
Il convient donc de nous demander ce que nous pouvons faire dans un environnement où les cybermenaces se multiplient. Sur le plan de l'entreprise, il est capital d'adopter une approche globale qui se caractérise d'abord par la promotion d'une culture de sécurité et par la mise en place des politiques, des procédures et des pratiques nécessaires en matière de cybersécurité. Nous disposerons ainsi d'un plan d'intervention en cas de problèmes; et nous savons que des problèmes, il y en aura toujours.
Il faut investir pour que les personnes détiennent les moyens d'agir. La formation et la sensibilisation des personnes et des entreprises s'avèrent essentielles. Ce n'est que par la sensibilisation que nous pourrons continuer de développer et d'inculquer de bonnes pratiques de sécurité, une mesure essentielle pour protéger les systèmes informatiques du Canada.
Il faut également déterminer et protéger les actifs essentiels. Il importe de savoir où se trouvent les données clés. Assurez-vous donc de leur protection et surveillez les mesures de protection prises. Soyez prêts à intervenir.
Au Centre pour la cybersécurité, nous continuerons à travailler avec les intervenants de l'industrie ainsi qu'à fournir des conseils et des avis en matière de cybersécurité par l'intermédiaire de notre site Web. En l'occurrence, nous publions des alertes et des avis lorsque des cybermenaces, des vulnérabilités ou des incidents possibles, imminents ou réels touchent ou pourraient toucher les infrastructures essentielles du Canada.
Quoi qu'il advienne, il conviendra de poursuivre le dialogue que nous tenons présentement, de redoubler de vigilance et de porter une attention particulière aux enjeux de cybersécurité.
En dernière analyse, on constate qu'il n'existe aucun remède miracle lorsqu'il est question de cybersécurité. Il nous est donc interdit de baisser la garde. Les enjeux sont beaucoup trop importants. Certes, les prochaines avancées technologiques pourraient très bien nous faciliter la tâche, mais il n'en demeure pas moins que nous devrons toujours pouvoir compter sur un effectif compétent et fiable.
Je vous remercie, et je suis maintenant disposé à répondre à vos questions.
Résultat : 1 - 1 de 1