Comité
Consultez le guide de l'usager
Pour obtenir de l’aide, contactez-nous
Consultez le guide de l'usager
Pour obtenir de l’aide, contactez-nous
Ajouter un critère de recherche
Résultats : 1 - 1 de 1
Voir le profil de Matthew Dubé
NPD (QC)
Merci, monsieur le président.
Monsieur Boucher, je n'ai pas eu la chance de vous poser des questions tout à l'heure.
Ma première question concerne ce qu'a dit votre collègue M. Scott Jones, qui a comparu devant notre comité dans le cadre de l'étude à laquelle on fait référence régulièrement aujourd'hui. Il a mentionné qu'il était important que les institutions et les entreprises signalent les vols ou les fuites de données qui les touchent.
La recommandation du Comité était plutôt vague. Devrait-on insister sur le fait qu'il faut signaler ce genre de fuites à la police, afin de minimiser les dégâts pour la population et arrêter ceux qui ont commis le crime?
Cela m'amène à deux autres questions, lesquelles s'adressent à vous, monsieur Flynn.
Étant donné que l'information va demeurer sur Internet à perpétuité, la police doit-elle traiter ces menaces de la même façon que les menaces physiques? Si un meurtrier ou quiconque pose une menace physique, j'imagine qu'il y a un certain sentiment d'urgence dans les enquêtes policières. Devrait-on faire la même chose dans le cas des cybermenaces? Desjardins a quand même communiqué avec la SQ au mois de décembre, si je ne m'abuse.
Ma dernière question concerne les vérifications d'antécédents et les vérifications continues de sécurité. Maintenant que des individus possèdent une expertise très élevée en la matière, ces vérifications doivent-elles devenir la norme?
Je vous laisse répondre dans le temps qui reste.
Thank you, Mr. Chair.
Mr. Boucher, I didn't get a chance to ask you questions earlier.
My first question is about something your colleague Scott Jones said when he appeared before the committee as part of the other study we've been referring to a lot today. He said it was important that institutions and businesses report data breaches and thefts that affect them.
In its recommendation, the committee remained rather vague. Should it be mandatory to report such breaches to police in order to minimize the impact on the public and catch those responsible?
That brings me to two other questions. They're for you, Mr. Flynn.
Since the information remains online forever, should police treat these threats in the same way they do physical ones? If a murderer or someone else poses a physical threat, I imagine police investigations are conducted with a certain level of urgency. Should the same apply to cyberthreats? Desjardins contacted Quebec provincial police in December, if I'm not mistaken.
My last question is about background checks and ongoing security checks. Given how savvy individuals are these days, should these checks become the norm?
You can have the rest of my time to answer.
Résultat : 1 - 1 de 1

Exporter en: XML CSV RSS

Pour plus d'options de données, veuillez voir Données ouvertes