Interventions en comité
 
 
 
Fil RSS basé sur les critères de recherche Exporter les résultats de recherche - CSV (texte brut) Exporter les résultats de recherche - XML
Ajouter un critère de recherche
Voir le profil de Alexa McDonough
NPD (NS)
Voir le profil de Alexa McDonough
2007-12-06 14:08
Merci beaucoup.
J'apprécie chacun de vos exposés. Il est difficile de savoir comment m'adresser à chacun de vous, mais je vais essayer de donner un aperçu des exposés que nous avons entendus jusqu'à maintenant.
Dix-neuf des 21 groupes ont fait des exposés très convaincants et très engageants et je pense que dans la plupart des cas, il s'agit de plaidoyers passionnés en faveur d'un réinvestissement des surplus considérables enregistrés année après année, neuf années de suite, dans diverses activités que les gens ont identifiées: santé, éducation, sports de base, culture, initiatives environnementales, et ainsi de suite. Je vous pose la question très directement à vous, Valerie: la chambre de commerce de la ville est très conséquente dans sa position cette année encore une fois, pour une neuvième année d'affilée, et cela, malgré le fait que nous amorçons une neuvième année de surplus. Vous avez toujours milité en faveur d'une réduction plus rapide de la dette et de réduction d'impôts plus prononcées et plus rapides.
Puisque vous avez reconnu vous-même qu'il y avait eu des réductions massives qui ont été très nuisibles pour nous du Canada atlantique entre 1993 et 1997, et qui n'ont jamais été compensées — il n'y a jamais eu de rééquilibre — ce qui signifie que l'écart entre le Canada atlantique et le reste du Canada pour ce qui est de l'infrastructure et de l'investissement fédéral continue de croître, comment pouvez-vous concilier la position que vous défendez et le tollé presque universel de tous les segments de la collectivité dans laquelle vous vivez concernant l'investissement?
Voir le profil de Alexa McDonough
NPD (NS)
Voir le profil de Alexa McDonough
2006-11-07 17:25
Merci, monsieur le président.
Je suis un peu perplexe de voir qu'on souligne à ce point l'importance des services dispensés sur le terrain — notamment par les agents consulaires —, alors que le gouvernement a décidé de ne pas avoir de secrétaire parlementaire chargé des services consulaires.
Deuxièmement, on a décidé de ne pas donner suite à ce qui semblait avoir été appuyé unanimement dans le budget de l'an dernier et proposé par le ministre président, soit d'établir un meilleur équilibre entre le personnel qui travaille à Ottawa et le personnel du service extérieur en poste à l'étranger. Peut-être pourriez-vous en dire un mot.
Troisièmement, je sais qu'il manque de temps pour donner des réponses détaillées, mais je suis heureuse que vous soyez prêts, comme vous l'avez dit, à communiquer les réponses plus tard.
Quatrièmement, nous avons eu aujourd'hui une conférence de presse avec des représentants d'ONG et des anciens du programme Jeunes professionnels à l'international. Nous avons déploré la décision du gouvernement d'éliminer ce programme, l'un des meilleurs, l'un des plus rentables et précieux que nous ayons.
Je reviens à la charge pour que vous élucidiez la question, peut-être par écrit, car, à la période des questions aujourd'hui, on a laissé entendre que le programme avait été éliminé par les libéraux et que vous aviez hérité de cette décision. Je crois comprendre que les libéraux ont amputé le budget du programme de 1,5 ou 1,6 million de dollars et que votre gouvernement a décidé d'éliminer carrément le programme.
Cinquièmement, nous venons de vivre une ou deux journées intéressantes, y compris la première heure de la séance, avec des parlementaires de quelques pays africains. Nous voudrions comprendre quel est au juste le niveau actuel d'engagement et de participation du Canada à l'égard du NEPAD. Nous pourrions peut-être demander qu'un rapport soit remis au comité à ce sujet, puisque nous n'avons pas assez de temps pour étudier ce dossier.
Enfin, les priorités budgétaires et en matière de ressources humaines. La présentation qui nous a été faite et les chiffres qui correspondent suscitent des inquiétudes chez bien des gens. On estimait que nous n'avions rien à envier à qui que ce soit dans le monde pour la confiance et la qualité de notre personnel à l'étranger. Pourtant, le ton de l'exposé d'aujourd'hui et de nombreuses compressions inquiétantes semblent trahir une réorientation radicale vers l'investissement dans le commerce, vers nos propres intérêts commerciaux. On ne parle à peu près pas de mesures à l'appui de la consolidation de la paix, de diplomatie dynamique, de désarmement, de lutte contre la prolifération nucléaire, de réforme de l'ONU ni de développement durable, et le soutien budgétaire pour ces mesures semble s'amenuiser. Les Canadiens et les membres du comité s'inquiètent vivement de la réorientation qui semble se dessiner dans la diplomatie.
Nous savons que le monde a grand besoin des compétences diplomatiques que le Canada possède, mais nous assistons à une érosion constante, après une période où le gouvernement précédent a commencé à nous priver d'une grande partie de nos capacités. Nous sommes dans la huitième année d'excédent budgétaire, et il est très inquiétant de percevoir la réflexion qui se profile derrière une insistance beaucoup plus grande sur nos propres intérêts commerciaux et sur le militarisme, alors que nous consacrons fort peu d'argent au type de diplomatie et de consolidation de la paix dont le monde a si cruellement besoin.
Résultats : 1 - 2 de 2