Comité
Consultez le guide de l'usager
Pour obtenir de l’aide, contactez-nous
Consultez le guide de l'usager
Pour obtenir de l’aide, contactez-nous
Ajouter un critère de recherche
Résultats : 1 - 15 de 1949
Voir le profil de Wayne Easter
Lib. (PE)
Merci, mesdames et messieurs.
Il est agréable d’assister à une séance du Comité des pêches. Je pense qu’on peut dire à juste titre que les mesures de conservation mises en oeuvre il y a de cela jusqu’à 15 ans ont donné de bons résultats dans le cadre de la pêche au homard. Du point de vue des pêcheurs, ces résultats sont presque trop bons, en ce qui a trait à leur incidence sur les prix.
Je suis probablement la seule personne ici présente qui se souvient des dispositifs d’évasion, surnommés les grattoirs à oeufs de Mifflin en raison de l’opposition manifestée à l’égard de l’utilisation de ces dispositifs imposée par M. Mifflin, le ministre des Pêches. À l’époque, les pêcheurs étaient fortement opposés à ce projet mais, maintenant, ils pensent que c’est l’une des meilleures choses à avoir été inventées.
Adam, en ce qui concerne les observations que vous avez formulées relativement à l’existence d’une crise, je dirais qu’il y en a certainement une du point de vue des pêcheurs. J’ai rencontré un pêcheur samedi qui n’a aucune dette liée aux équipements dont son bateau est doté. Il m’a dit qu’il était en mesure d’assumer les coûts liés au carburant et à la main-d’oeuvre, mais qu’il ne prévoyait pas qu’il lui resterait suffisamment d’argent pour payer ses propres heures de travail — il reste encore une semaine de pêche — ou pour rembourser des dettes, s’il en avait.
Un de ses collègues est un jeune homme qui a acheté un bateau de pêche de 340 000 $ l’année dernière. Je peux vous dire que lorsque le directeur de banque demandera à ce jeune pêcheur… une très grande crise sévit en ce moment. Donc, je tiens à indiquer qu’il y a une crise sur l’eau — et qu’elle est très grave.
Le vrai problème n’est-il pas lié cette année à la pêche d’un trop grand nombre de homards, à une capacité de traitement insuffisante et à une absence de marché?
Voir le profil de Wayne Easter
Lib. (PE)
Mais, Nadia, la situation cette année est la suivante. Alors que la crise était évidente depuis le début, nous avons remarqué qu’au lieu de réduire les coûts des pêcheurs, le gouvernement fédéral se déchargeait de certains coûts sur eux — dont les frais liés aux étiquettes d’engins de pêche et le manque d’observateurs. Le ministère des Pêches et des Océans ainsi que le gouvernement fédéral n’en finissent plus de se décharger de leurs coûts en réduisant leurs budgets et en prenant toutes ces autres mesures. Cela occasionne des coûts supplémentaires aux pêcheurs à un moment où ils sont le moins en mesure de les payer.
Vous m’avez entendu parler de cela il y a 15 ans. Pourquoi le gouvernement fédéral ne s’efforce-t-il pas d’établir des filets de sécurité pour les pêcheurs comme il en existe pour les agriculteurs, tels que les programmes Agri-stabilité et Agri-investissement? Pendant les bonnes années, vous mettez de l’argent de côté dans le cadre de certains programmes auxquels le gouvernement contribue également, et ces programmes vous viennent en aide lorsqu’une crise financière sévit.
On sait que, dans le secteur des ressources naturelles, il y aura des hauts et des bas, des fluctuations de l’offre et de la demande. Alors, pourquoi, après toutes ces années, n’y a-t-il pas de programmes de protection du revenu des pêcheurs et de leur famille pour les aider au cours d’une crise comme celle-ci? Maintenant, nous sommes au pied du mur, et il est probable que certaines personnes feront faillite.
Je pense que la responsabilité du gouvernement fédéral ne se limite pas aux homards canadiens; il y a un second secteur dont il est responsable, à savoir la communication avec l’État du Maine. Des discussions avec les Américains ont-elles lieu concernant le problème transfrontalier de savoir comment on pourrait alimenter le marché au lieu de l’inonder?
Est-ce que des mesures sont prises à ces égards?
Voir le profil de Wayne Easter
Lib. (PE)
Je veux revenir à la situation de l'offre excédentaire et à ses répercussions possibles sur le Maine également. Y a-t-il des discussions transfrontalières quant à la gestion de l'offre?
Certains de vos propos m'inquiètent un peu. Ils m'amènent à penser que vous êtes peut-être en faveur d'un système de quotas.
Je crois vous avoir entendu dire vous-même, Kevin, qu'il n'y a pas eu, à votre connaissance, dégringolade des stocks de homard, et que c'est un peu grâce à la gestion en fonction de l'effort de pêche. Je sais que la direction du MPO aurait tendance à vouloir prendre la situation en main à la faveur d'un système de contingents qui lui faciliterait les choses, mais la gestion en fonction de l'effort de pêche a donné de bons résultats pour le homard qui est maintenant l'un des stocks en meilleure posture.
Le problème actuel n'est pas lié à la conservation. C'est un problème d'offre excédentaire. L'adoption d'un régime de quotas ne va pas nécessairement améliorer les choses.
Y a-t-il eu des pourparlers pour régler les questions touchant les pêches dans les deux pays — car le Canada n'y parviendra pas à lui seul, je dois l'admettre — afin de voir comment on peut mieux gérer l'offre pour alimenter le marché?
Voir le profil de Wayne Easter
Lib. (PE)
Voir le profil de Wayne Easter
Lib. (PE)
Je ne crois pas surprendre personne ici, monsieur le président, en vous disant que l'augmentation de la taille minimale de la carapace n'est pas une perspective qui enchante les pêcheurs de la province. Ceux du Nouveau-Brunswick et de la Nouvelle-Écosse sont davantage enclins à pencher pour une telle mesure, mais nous avons chez nous un marché pour la conserverie des homards de plus petite taille.
Du côté du gouvernement fédéral, y a-t-il eu des discussions ou des mesures qui ont été prises afin de renforcer la capacité et d'intensifier la mise en marché dans des endroits comme l'Asie ou le Japon?
Je fais partie du Comité du commerce international et je peux vous dire que nous avons examiné quelques-unes de ces questions. Il y a certes des débouchés en Chine. Des délégations commerciales se sont rendues là-bas pour promouvoir les ventes de fruits de mer, mais le marché ne s'est certes pas développé au point d'absorber tous les excédents.
Où en est rendu le ministère des Pêches et Océans dans ce dossier?
Voir le profil de Wayne Easter
Lib. (PE)
Désolé de vous interrompre, Nadia, mais pourriez-vous leur dire pour nous qu'il serait grand temps qu'ils se grouillent le derrière et en fassent un peu plus pour la mise en marché de nos produits?
Voir le profil de Sean Casey
Lib. (PE)
Voir le profil de Sean Casey
2013-06-13 16:02
Merci, monsieur le président.
Monsieur le ministre, je remplace M. Stéphane Dion. Je vais citer quelques-uns de ses commentaires qui ont paru dans les journaux et je vais vous inviter à y répondre.
Il faut tout d'abord établir un peu le contexte.
La nouvelle Feuille de route indique que votre ministère a l'intention de recentrer ses activités en matière de langues officielles afin de tenir compte de la modernisation du système d'immigration. Voici un commentaire de M. Dion à ce sujet:
Il y a toujours le danger que la Feuille de route soit une vitrine par laquelle le gouvernement conservateur masque ses compressions dans les programmes. On en voit une manifestation avec l’utilisation d’une partie de son plan pour le financement d’un autre objectif gouvernemental, différent de celui de la vitalité de nos communautés de langue officielle en situation minoritaire.
Avez-vous une réponse à formuler à ce sujet?
Voir le profil de Sean Casey
Lib. (PE)
Voir le profil de Sean Casey
2013-06-13 16:03
C'est un grand défi. J'ai commencé à l'apprendre immédiatement après l'élection.
Voir le profil de Sean Casey
Lib. (PE)
Voir le profil de Sean Casey
2013-06-13 16:06
J'aimerais me concentrer sur le fait que l'on s'inquiète que ces 120 millions de dollars et le changement de priorité fassent en sorte qu'on enseignera aux immigrants économiques la langue officielle de la majorité.
Monsieur le ministre, vous savez que c'est un sujet qui a été soulevé au comité par le commissaire aux langues officielles. Il a exprimé ses inquiétudes quant au fait que la feuille de route avait changé de nom: « feuille de route pour la dualité linguistique » a été remplacée par « feuille de route pour les langues officielles ». Il a partagé l'inquiétude de M. Dion qui disait que c'est exactement ce qui allait se produire. Son inquiétude tenait au fait que le financement pour la formation en langues officielles finirait par financer autre chose que la promotion de la dualité linguistique.
Voir le profil de Sean Casey
Lib. (PE)
Voir le profil de Sean Casey
2013-06-13 16:09
Si, comme vous le dites, nous devons être réalistes, et il ne s'agit pas nécessairement de dualité linguistique, est-ce que le financement vise vraiment la formation pour apprendre la langue de la majorité, par opposition à la formation pour apprendre la langue de la minorité?
Voir le profil de Sean Casey
Lib. (PE)
Voir le profil de Sean Casey
2013-06-13 17:08
Merci, monsieur le président.
Après avoir entendu certaines questions de mes collègues du NPD, je suis fort tenté de vous poser une question sur la fermeture du bureau de CIC à Charlottetown et de vous expliquer à quel point cette fermeture a été catastrophique. J'espère qu'un jour, vous pourrez accepter de m'écouter à ce sujet.
Aujourd'hui, toutefois, je me dois de respecter les ordres donnés par M. Dion.
Monsieur le ministre, vous n'êtes pas sans savoir qu'aux termes de la Loi sur les langues officielles et de la Loi sur l'immigration et la protection des réfugiés, votre ministère doit assumer certaines obligations envers les communautés de langue officielle en situation minoritaire.
Nous avons maintenant une feuille de route. Son titre a été modifié et ne met plus l'accent sur la dualité linguistique. Nous savons que l'engagement financier de la nouvelle feuille de route est plus important par rapport à celui de la précédente, mais seulement à cause de cette somme de 120 millions de dollars qui, comme vous l'avez admis aujourd'hui, sera dépensée en fonction de la demande et servira fort probablement à d'autres fins que la promotion de la langue de la minorité.
Ma question est la suivante. Vous rendez-vous compte que non seulement vous ne vous acquitterez pas des fonctions que vous confère la loi, mais qu'en fait, vous allez vous écarter de ces fonctions, compte tenu de la réorientation et du fait que le financement mis en place servira probablement à enseigner aux gens la langue de la majorité, d'après ce que vous nous avez franchement avoué?
Voir le profil de Sean Casey
Lib. (PE)
Voir le profil de Sean Casey
2013-06-13 17:12
Au premier tour de questions, vous avez dit en toute franchise que vous vous attendez à ce que les gens qui vont s'établir à Calgary voudront apprendre l'anglais...
Voir le profil de Lawrence MacAulay
Lib. (PE)
Merci beaucoup, monsieur le président. Je suis content que vous me donniez la parole.
Je souhaite la bienvenue au ministre Ramsay et à son équipe.
Premièrement, je tiens à vous dire que je suis impressionné par le juste prix que vous avez établi pour la fourrure. Je suis content de l'entendre.
C'est un secteur d'activité traditionnel qui me semble se porter assez bien, n'est-ce pas?
Voir le profil de Lawrence MacAulay
Lib. (PE)
C'est fantastique.
Vous avez également mentionné que les poissons reviennent dans la baie de Yellowknife et le Grand lac des Esclaves. Il y a une quarantaine d'années, la pêche était excellente dans ces eaux, mais il y a eu surpêche.
Quelle est la principale raison du déclin des stocks là-bas? Est-il attribuable à la surpêche? À des problèmes environnementaux? Qu'est-ce qui s'est passé? S'explique-il uniquement par la surpêche ou par un problème de gestion?
Résultats : 1 - 15 de 1949 | Page : 1 de 130

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
>
>|
Exporter en: XML CSV RSS

Pour plus d'options de données, veuillez voir Données ouvertes