Hansard
Consultez le guide de l'usager
Pour obtenir de l’aide, contactez-nous
Consultez le guide de l'usager
Pour obtenir de l’aide, contactez-nous
Ajouter un critère de recherche
Résultats : 1 - 1 de 1
Voir le profil de Joël Godin
PCC (QC)
Monsieur le Président, j'aimerais remercier mon collègue du Parti libéral de Mississauga-Centre de son discours et de s'être inspiré de ce que le Parti conservateur a fait à l'époque lorsqu'il a mis la table.
Mon collègue de Skeena—Bulkley Valley vient de demander ce qu'est la différence entre le Parti conservateur et le Parti libéral. Je lui répondrai que le Parti conservateur, c'est le parti de l'économie et le Parti libéral, on ne sait pas ce que c'est, mais il a eu la générosité de s'inspirer de notre idée et de notre initiative pour mettre en place le projet de loi C-79, qui porte sur l'Accord de partenariat transpacifique global et progressiste.
Le PTPGP est un nouvel accord de libre-échange. Il est intéressant sur le plan de l'économie et pour le gouvernement d'ouvrir des marchés pour qu'on puisse prospérer. Prospérer veut dire de permettre à nos entreprises d'être très impliquées à l'échelle internationale pour augmenter les revenus et créer de la richesse. La création de cette richesse permet à ces entreprises et à nos gouvernements de rendre disponible de l'argent pour créer des programmes sociaux et pour aider les gens qui sont plus démunis.
Créons de la richesse et offrons-nous des programmes sociaux. Les libéraux, présentement, travaillent à dépenser beaucoup d'argent, mais ils se servent d'un mécanisme mis en place par le Parti conservateur pour peut-être espérer créer de la richesse.
Ce qui est intéressant, c'est que le PTPGP permet d'ouvrir des marchés avec l'Australie, Brunei, le Canada évidemment, le Chili, le Japon, la Malaisie, le Mexique, la Nouvelle-Zélande, le Pérou, Singapour et le Vietnam.
J'insiste encore sur le fait que cela a été initié par le Parti conservateur. Ils se plaisent beaucoup à utiliser le nom de l'ancien premier ministre que j'estime beaucoup. Il est une des raisons pour lesquelles je suis en politique, aujourd'hui. Stephen Harper, économiste de formation qui ne joue pas au théâtre, a mis en place des moyens pour développer l'économie canadienne, et j'en suis très heureux.
Cela démontre l'improvisation des libéraux. On l'a vu avec l'ALENA qui est maintenant l'AEUMC; le C est pour « Canada ». Le C est la dernière lettre de l'acronyme, parce que nous sommes les derniers dans la trilogie à avoir signé ou avoir conclu une entente. Alors, on voit qu'il y a improvisation de la part des libéraux et c'est insécurisant.
Mon chef, le chef du Parti conservateur, a écrit au premier ministre du Canada cet été pour accélérer le processus, dans un contexte où il y avait des négociations. Cela fait 13 mois que notre gouvernement négocie avec notre voisin du sud, les États-Unis. Je pense que, stratégiquement, c'était intéressant de démontrer que nous n'étions pas vulnérables face aux États-Unis, qu'ils sont un marché très important, mais que nous voulions développer d'autres marchés pour avoir un pouvoir de négociation avec les États-Unis.
Mon chef a communiqué avec le premier ministre du Canada pour accélérer le processus. L'important, dans ce traité, c'est d'être parmi les six premiers signataires pour que l'entente entre en vigueur. Encore une fois, l'improvisation, l'amateurisme et le manque de rigueur du gouvernement libéral font que nous sommes ici, au mois d'octobre, à la veille de l'Action de grâce, pour parler de l'entente du PTPGP. Alors, on perd du temps.
On sait qu'en économie, lorsqu'un joueur n'est pas là et que les commandes arrivent, il faut que le client soit déçu pour que l'entreprise puisse aller chercher ce client-là. C'est comme pour la construction d'un siège social, lorsqu'on a des occasions d'amener des sièges sociaux ici, mais qu'ils vont s'installer ailleurs. On n'en construit pas tous les jours, toutes les semaines ni tous les mois. Ce sont des cycles et des investissements. Lorsqu'une entreprise est installée dans une région ou dans un pays, le fait de transférer le siège social dans un autre pays est complexe. Il faut être sérieux comme gestionnaire.
Voici ce qui est écrit sur le site d'Exportation et développement Canada: « Grâce aux accords de libre-échange comme le PTPGP, vous pouvez attirer plus facilement de nouveaux clients commerciaux; soumissionner pour des contrats gouvernementaux étrangers; réduire ou éliminer la facture de tarifs douaniers sur les biens et services que vous achetez. »
C'est un site du gouvernement fédéral qui fait la promotion des avantages d'un accord de libre-échange. Selon moi, c'est ce qu'un gouvernement doit faire. Le gouvernement actuel a été lent, a improvisé et a manqué de rigueur. Peut-être que le premier ministre avait le goût d'être en vacances cet été. Nous, les conservateurs, étions prêts à faire avancer le dossier pour accélérer le processus. Malheureusement, le premier ministre a répondu à notre chef qu'il ne pouvait pas et que les choses suivraient leur cours. C'est pour cela que nous débattons de ce projet de loi aujourd'hui.
Comme je le mentionnais tout à l'heure, l'entente entrera en vigueur 60 jours après que six pays l'auront signée. Si on retarde cela, si on n'est pas dans les six premiers pays, cela veut dire qu'on ne participe pas à l'accélération de la mise en place de cette entente. Est-ce que le gouvernement libéral veut vraiment ouvrir des marchés? C'est assez particulier. Dimanche soir dernier, à 22 heures, durant le jour du Seigneur, le premier ministre a décidé d'organiser une rencontre ici, avec le Conseil des ministres. Voilà qu'il se réveille. Il y a une urgence et il faut aller vite. L'amateurisme du gouvernement nous démontre qu'il a accéléré les choses de façon irresponsable dans le dossier de l'AEUMC. Le « C » est pour le petit Canada, qui est dans le trio, avec le grand marché que sont les États-Unis.
Il n'y a pas de cohérence dans ce gouvernement, est c'est ce qui est malheureux. Il a accéléré le processus. Je ne sais pas quelle mouche l'a piqué. Pourtant, habituellement, au mois d'octobre, les mouches sont plutôt en hibernation. En tout cas, je ne sais pas quelle mouche a piqué le premier ministre pour qu'il décide d'accélérer le processus et de donner sans recevoir.
Je ne suis pas un expert négociateur. Je n'étais pas assis à la table aux États-Unis pour négocier. Lorsqu'on fait une négociation, habituellement, on donne et on reçoit. Il y a un levier. On accepte de sacrifier « X » à la condition que l'autre partie donne « Y ». C'est un vieux principe et ça ne prend pas la tête à Papineau — j'insiste sur le mot « Papineau » — pour faire en sorte d'avoir un give and take. Je le dis en anglais pour que tout le monde comprenne. C'est cela une négociation.
Regardons ce que le gouvernement libéral a reçu en échange de ses dons. Je suis obligé de dire que je ne vois rien dans mes notes. Il n'y a pas de gains. On donne, on se réjouit, on est contents et on dit « bravo, mission accomplie ». Oui, il est important d'avoir un marché avec les États-Unis, mais il ne faut pas négocier à genoux. Il faut se tenir debout. Il y avait un rapport de force à établir. Le processus était en cours, puis une mouche a piqué quelqu'un autour de la table et on a décidé qu'il fallait aller très vite. C'est assez dramatique.
Dans l’Accord États-Unis—Mexique—Canada, le Canada a fini troisième. Les États-Unis se sont entendus avec le Mexique et on dit au Canada qu'il pouvait embarquer si cela lui tentait, mais que si cela ne lui tentait pas, ils allaient continuer. Quel beau rapport de force. Le gouvernement libéral de notre premier ministre a donné l'accès au marché du lait sans retour, sans accès pour nos agriculteurs et nos producteurs de lait au marché américain. Au moins, dans le PTPGP, il y a un accès au marché.
Le gouvernement a abdiqué devant les États-Unis en laissant la surtaxe sur l'acier, sur l'aluminium et sur le bois d'oeuvre. On donne, on négocie, la partie adverse trouve un moyen de mettre de la pression, mais après être arrivé à une entente, elle ne retire pas les outils qui lui ont servi à faire pression lors de la négociation. C'est assez particulier.
De plus, l'entente prolonge la période de brevet pour les produits pharmaceutiques. Cela veut dire que cela va coûter beaucoup plus cher aux Canadiens pour se soigner. C'est assez impressionnant comme négociation ou comme gain.
Par ailleurs, on va limiter le développement de l'industrie automobile au Canada. Il y a maintenant des quotas, alors qu'il n'y en avait pas. Qu'a-t-on eu en retour?
Il y a encore beaucoup d'autres éléments. Je ne peux pas en faire toute la nomenclature. Cela dit, plus on lit, plus on découvre des choses, et le diable est dans les détails. Ce que je vais dire est particulier: nous allons devoir le demander au président des États-Unis avant de conclure des accords commerciaux avec d'autres pays. J'en tombe en bas de ma chaise — je le dis mais je ne le ferai pas. Je ne comprends pas cela.
Or notre premier ministre se réjouit et est heureux de la négociation. Comme je l'ai déjà dit, c'est important d'avoir une entente de libre-échange avec les États-Unis, dont le marché est très important pour nous. Ce marché représente pratiquement 80 % de nos exportations. En effet, c'est important, mais pas à n'importe quel prix. Le gouvernement a sauvé les meubles, et il s'en réjouit! Pourtant, nous n'avons rien en retour.
On nous dit que la négociation est terminée. Dans ma circonscription, Portneuf—Jacques-Cartier, une entreprise fait des affaires aux États-Unis et au Canada. Malheureusement, son produit fait partie de la liste des produits surtaxés, un outil qui permettait de mettre de la pression afin de négocier la nouvelle entente. Si cette entreprise développe certains produits aux États-Unis pour répondre aux marchés du Canada et des États-Unis et les importe au Canada, elle devra payer une surtaxe.
Biscuits Leclerc Ltée, pour ne pas le nommer, est une entreprise reconnue et présente dans 20 pays. Il s'agit d'une entreprise canadienne dont le siège social est situé au Canada. Heureusement — je m'en réjouis énormément —, il est situé dans ma circonscription, plus précisément dans le parc industriel de Saint-Augustin-de-Desmaures. Qu'a-t-on fait pour démontrer l'importance de cette entreprise? On a nommé ce parc industriel le « Parc industriel François-Leclerc », en reconnaissance du lieu qu'elle a choisi pour installer son siège social. Elle est prospère chez nous et croit en nous; nous croyons aussi en elle.
Je reviens à mon histoire. Cette entreprise produit des biscuits qu'elle envoie au Canada. Elle fabrique ses propres produits, et elle les exporte au Canada. Savez-vous combien représente annuellement la surtaxe? Elle représente 1 million de dollars. Cette surtaxe est encore en vigueur aujourd'hui, malgré que le gouvernement se soit réjoui d'avoir tout soit réglé et d'avoir bien négocié. C'est un exemple assez particulier.
Donald Trump, lors de la conférence qu'il a donnée après la signature, a donné un discours triomphal. Lui, il était heureux. Il avait gagné. Cependant, qu'est-ce que le Canada a gagné? On a sauvé les meubles.
Dans cette entente, qu'on n'a pas fini de négocier, puisqu'il y a encore des surtaxes de part et d'autre de la frontière sur l'acier et sur les biscuits, on a même dit qu'on maintenait la surtaxe sur l'acier et sur l'aluminium au nom de la sécurité nationale. Pourquoi donc ne pas avoir invoqué la sécurité alimentaire lors des négociations pour dire que nous ne céderions pas sur la gestion de l'offre? Au Canada, les normes en matière de sécurité, de contrôle de la production et d'hygiène auxquelles sont soumis les producteurs de lait et de bien d'autres produits sont plus élevées. Santé Canada fait un travail respectable, mais les règles ne sont pas les mêmes aux États-Unis.
Lorsqu'on fait du commerce et que, de l'autre côté de la frontière, dans l'autre pays, les normes sont moins élevées, cela signifie que les coûts de production sont aussi moins élevés. Il s'agit alors d'une concurrence déloyale. Pourquoi les négociateurs du gouvernement libéral n'ont-ils pas plaidé la sécurité alimentaire pour fermer la porte en ce qui concerne la gestion de l'offre? Ce gouvernement avait dit à tous les agriculteurs qu'il allait protéger la gestion de l'offre. Quelle belle protection! Il n'a rien protégé, il a plutôt ouvert une brèche. Dans les autres accords, il y avait des compensations et des accès aux marchés.
Hier, le premier ministre est allé rencontrer des agriculteurs et il leur a dit que la ministre leur accorderait peut-être une compensation totale. Maintenant, ils reculent. Les gens constatent ce que nous constatons depuis trois ans ici, à la Chambre des communes: ce gouvernement ne maîtrise pas la situation. Il fait des consultations et a de belles paroles, mais il n'est pas proactif. À preuve, les libéraux se sont inspirés du travail de notre gouvernement pour faire le PTPGP dont on parle aujourd'hui, et j'en suis très fier. Cela doit signifier que nous avons fait quelque chose de bien dans le passé. L'économie au Canada, c'est le Parti conservateur.
Nous avons fait énormément de bonnes choses. Beaucoup de Canadiens que je rencontre me répètent qu'ils s'ennuient du gouvernement précédent, et c'est de la musique à mes oreilles. Je m'en réjouis. J'aurai d'ailleurs la chance d'en rencontrer d'autres, puisque nous retournons dans nos circonscriptions la semaine prochaine. Cet été, échec après échec, ce gouvernement a permis aux citoyens canadiens de voir sa vraie nature.
J'ai un conseil à donner aux libéraux. Je ne suis pas un expert, mais j'ai des sources. Dans le Business Insider, M. Jeff Haden donnait 12 trucs de négociation. Je les aurais tous commentés, mais puisque je n'en aurai pas le temps, je vais simplement les énumérer: partir le bal; rester calme; savoir ce que l'on veut — il y a des gros points d'interrogation dans mes yeux à ce sujet —; prévoir le meilleur scénario; fuir les échelles; éviter les compromis; se donner une marge de manoeuvre; le temps est un allié; ne pas se laisser impressionner; éviter les culs-de-sac; éviter qu'il y ait un gagnant et un perdant; et créer une relation.
À plusieurs de ces chapitres, les négociateurs du Parti libéral ont totalement échoué. En fait, il n'y a rien à évaluer, ils n'ont pas eu de résultats. J'aurai l'occasion d'en dire davantage à ce sujet.
Comme je le mentionnais dans mon allocution, nous allons appuyer cette entente. L'ouverture des marchés est importante. Il faut d'abord créer de la richesse et par la suite s'offrir des programmes sociaux.
Mr. Speaker, I would like to thank my Liberal colleague from Mississauga-Centre for his speech and for taking inspiration from what the Conservative Party did when it started this process.
My colleague from Skeena—Bulkley Valley just asked what the difference is between the Conservative Party and the Liberal Party. The answer is that the Conservative Party understands the economy, while the Liberal Party does not seem to be known for much of anything—but at least it generously built on our idea and our initiative to introduce Bill C-79, which is about the comprehensive and progressive agreement for trans-Pacific partnership.
The CPTPP is a new free trade agreement. It is good for the economy and for the government to open up new markets allowing us to prosper. By prospering I mean enabling our businesses to be very active internationally to increase revenues and create wealth. As a result, businesses and governments can then make more money available to create social programs and help the less fortunate.
Let us create wealth and provide social programs. At the moment, the Liberals are busy spending a lot of money, but they are using a process that was put in place by the Conservative Party to hopefully create some wealth.
The interesting thing is that the CPTPP opens up markets with Australia, Brunei, Canada, obviously, Chile, Japan, Malaysia, Mexico, New Zealand, Peru, Singapore and Vietnam.
I still maintain that this was put in motion by the Conservative Party. The Liberals love to invoke the name of the former prime minister, a man I admire deeply. He is one of the reasons I am in politics today. Stephen Harper, an economist by trade who is no showman, took steps to grow Canada's economy, and I am glad he did.
This goes to show that the Liberals are just improvising. We saw it with NAFTA, now known as the USMCA. The “C” stands for “Canada”. We get the lowest billing in the abbreviation because we are the last of the three countries to have signed or reached an agreement. This proves that the Liberals are improvising, which I find disquieting.
My leader, the leader of the Conservative Party, wrote to the Prime Minister of Canada this summer to speed up the negotiation process. Our government's negotiations with our neighbour to the south, the United States, have been dragging on for 13 months. I think that, strategically, it would have been a good idea to show the U.S. that we are not vulnerable, that even though they are a significant market, we want to develop other markets in order to have some leverage to negotiate with the U.S.
My leader got in touch with the Prime Minister to speed up the process. What is important for this treaty is to be among the first six signatories for the agreement to enter into force. Again, we are here discussing the CPTPP in October, on the eve of Thanksgiving, because of the Liberal government's improvisation, amateurism and lack of rigour. We are wasting time.
One thing we know in the world of economics is that when a player is missing and orders need to be filled, customers will start looking elsewhere if they are disappointed. It is the same when building a new head office, when there are opportunities to bring head offices here but companies choose to go somewhere else. You do not build a new head office every day, every week or every month. There are cycles and investments. When a company is located in a region or a country, transferring its head office to another country is a complex operation. It is a serious decision for corporate leaders to take.
Here is what we can read in Export Development Canada's website: “Free trade agreements like the CPTPP can: Help you reach new B2B customers; Give your firm a chance to bid on government contracts overseas; Buy goods and services with reduced or no tariffs”.
That is a Government of Canada website promoting the benefits of a free trade agreement. I think that is what a government must do. The current government has been slow. It improvised and was not thorough. Maybe the Prime Minister felt like being on vacation this summer. We, as Conservatives, were ready to move that file forward and expedite the process. Unfortunately, the Prime Minister's answer to our leader was that it was not possible for him to do anything and that things would take their course. That is the reason why we are debating this bill today.
As I mentioned earlier, the agreement will come into effect 60 days after six countries have signed it. If we delay, if we are not one of the first six countries, it means that we are not helping to speed up the implementation of this agreement. Does the Liberal government really want to open markets? That is rather odd. Last Sunday evening, at 10 p.m., on the Lord’s Day, the Prime Minister decided to hold a cabinet meeting here. Now he wakes up. There is an emergency and we need to move quickly. The government’s amateurism shows us that it has irresponsibly sped things up too quickly with the USMCA. The “C” stands for little Canada, which is in the trio along with the large market of the United States.
This government is just not consistent, and that is what is unfortunate. The Liberals have sped up the process. I have no idea what bit them, although in October flies are usually hibernating. In any case, I do not know what bit the Prime Minister to make him decide to speed up the process and give without taking.
I am not an expert negotiator. I was not at the negotiating table with the United States. When one negotiates, there is usually give and take. There is leverage. One agrees to sacrifice “X” as long as the other party gives “Y”. It is an old principle and it does not take a genius to make sure that there is a give and take. I said it in English so that everyone understands. That is what negotiating is all about.
Let us look at what the Liberal government took in exchange for what it gave. I have to say that I do not see anything in my notes. Nothing was gained. We give, we celebrate, we are happy and we say, “well done, mission accomplished”. Yes, it is important to have a market with the United States, but we must not negotiate on bended knee. We have to stand up. A power balance needed to be established. The process was moving along, and then a fly bit someone around the table and it was decided that we had to move very quickly. It is quite dramatic.
Canada came in third in the United States-Mexico-Canada Agreement. The United States and Mexico reached an agreement and told Canada it could join if it wanted to, but that, if it was not interested, they would go ahead as planned. Some position of power. Our Prime Minister’s Liberal government opened up our dairy market for free; the U.S. is still denying our farmers and dairy producers access to its market. At least the CPTPP grants us access to the market.
The government caved in to the United States, allowing it to maintain the surtaxes on steel, aluminum and softwood lumber. We conceded, we negotiated, the other side found ways of exerting pressure, but then, after we came to an agreement, it failed to remove that pressure. That is quite something.
In addition, the agreement extends the data protection period for pharmaceuticals. That means that it will cost Canadians a lot more to stay healthy. That is an impressive bargaining achievement.
Moreover, limits will be placed on the development of the Canadian auto industry. Now there are quotas, where before there were none. What did we get in return?
There is a lot more in the agreement. I cannot address every item. That being said, the more we read, the more we find out, and the devil is in the details. What I am about to say has never been heard before: we will have to ask the President of the United States for permission before we enter into any trade agreements with other countries. I am about to fall off my chair—well, not literally. I do not understand.
Our Prime Minister, however, is happy with the negotiations. As I have said before, it is important to have a free trade agreement with the United States, since the U.S. market is very important for Canadians. It represents practically 80% of our exports. It is important, but not at any cost. The government just managed to survive the negotiations, and it is thrilled. We, however, got nothing in return.
We are told that the negotiations are over. A company in my riding, Portneuf—Jacques-Cartier, does business in the U.S. and Canada. Unfortunately, its product is on the list of products saddled with surtaxes, a tool the U.S. used to exert pressure during the negotiations. If the company develops products in the U.S. to meet U.S. and Canadian needs and then imports them into Canada, it will have to pay a surtax.
Not to mention any names, Biscuits Leclerc is a well-known company with facilities in 20 countries. It is a Canadian company, and its head office is located in Canada. I am extremely pleased to say that it is located in my riding, more particularly in the Saint-Augustin-de-Desmaures industrial park. How important is the company? The industrial park is called the “Parc industriel François-Leclerc” in recognition of the company’s decision to set up its head office there. The company is prosperous and believes in us—and we believe in it.
I will get back to my story. The company produces cookies and ships them to Canada. It produces its own products and exports them to Canada. Do you know what the annual surtax is for the company? One million dollars. The surtax is still in effect, despite the fact that the government is thrilled that everything is settled and proud of what a good job it did in the negotiations. That is quite an example of success.
After signing the agreement, Donald Trump gave a victory speech at a press conference. He was happy. He won, but what did Canada win? It barely survived.
The agreement has been negotiated, but the negotiations are not finished, since there are still surtaxes on both sides of the border, for example on steel and cookies. We were even told that the surtax on steel and aluminum would remain as a matter of national security. Why did we not use food safety during the negotiations to justify holding firm on supply management? Canadian producers’ standards and controls for dairy and other types of production are higher in Canada in terms of safety and hygiene. Health Canada is doing a good job, but the rules are not the same in the U.S.
When we trade with another country or market with lower standards, that means that their production costs are lower. They can produce more at a lower cost. That is unfair competition. Why did the Liberal government negotiators not use food safety as an argument to close the door on supply management? The government told Canadian farmers that it would protect supply management. Great job! It protected nothing, and managed to open a breach. The other agreements included compensation and market access.
Yesterday, the Prime Minister met with farmers. He told them that the minister might give them full compensation. Now the government is backpedalling. People are seeing what we in the House have known for three years. This government is not in control. It consults, it talks the talk, but it is not proactive. Take, for example, the CPTPP, which we are discussing today. It is based on our government's work and I am very proud of that. We must have done something right at some point. Canada's economy is what it is because of the Conservative Party.
We did plenty of things right. Many Canadians I speak to, and I will have the opportunity to meet others because I will be in my riding next week, keep telling me that they miss the previous government, and that is music to my ears. It makes me happy. Canadians are beginning to see this government’s true colours after its constant failures this summer.
I have a piece of advice for the Liberals. I am not an expert, but I have my sources. In Business Insider, Jeff Haden gave 12 negotiating tips. I would have commented on each and every one of them, but since I do not have enough time, I will simply list them: go first; be quiet; know what you want — that one brings up big question marks; assume the best case; avoid setting ranges; only make concessions for a reason; avoid getting cornered; make time your friend; ignore face value; give the other person room; forget about winning and losing; and create a relationship.
The Liberal Party negotiators completely failed in many of these areas. In fact, there is nothing to evaluate, since they did not get any results. I will have the opportunity to talk about this a bit more.
As I mentioned in my speech, we will support the agreement. Opening markets is important. First, we need to create wealth, and then we can establish social programs.
Résultat : 1 - 1 de 1

Exporter en: XML CSV RSS

Pour plus d'options de données, veuillez voir Données ouvertes