BRI
Consultez le guide de l'usager
Pour obtenir de l’aide, contactez-nous
Consultez le guide de l'usager
Pour obtenir de l’aide, contactez-nous
Ajouter un critère de recherche
Résultats : 1 - 15 de 178
Voir le profil de Bruce Stanton
PCC (ON)
Je vous remercie, monsieur le Président.
En tant que président du Groupe de travail sur la vision et le plan à long terme, ou VPLT, et la réhabilitation de l’édifice du Centre, je suis ici aujourd'hui pour informer le Bureau du travail accompli au cours des dernières réunions du Groupe de travail et de nos consultations récentes avec le Sous-comité sur la vision et le plan à long terme du Sénat. Je suis ici aussi pour demander l'approbation de nos recommandations concernant l'approche proposée pour l'installation de bâches sur l'édifice du Centre, l'utilisation de panneaux d'interprétation comme palissades de chantier et la stratégie de consultation publique de Services publics et Approvisionnement Canada, ou SPAC.
Services publics et Approvisionnement Canada a présenté diverses options pour la bâche décorative de l'édifice du Centre. Pendant la rénovation de l'édifice du Centre, les travaux de construction se dérouleront du sous-sol au toit, à l'intérieur comme à l'extérieur, et les ouvriers devront avoir accès à toutes les zones. Des échafaudages tout autour de l'édifice permettront d'assurer un accès général, qui facilitera également la restauration de la maçonnerie sur les façades.
Durant les travaux de maçonnerie, une protection contre les éléments et le froid sera nécessaire. Les bâches sur l'échafaudage rempliront cette fonction de protection en plus d'autres fonctions. Il s'agit d'une pratique courante sur la plupart des chantiers de construction, comme vous l'avez vu récemment pour l'édifice de l'Ouest et actuellement pour l'édifice de l'Est, tous deux entourés de bâches blanches pendant toute la durée des travaux de réhabilitation.
La bâche blanche a tendance à être très visible et peu attrayante dans un endroit aussi emblématique que la Colline du Parlement. Il est devenu très courant dans le monde de se servir de trompe-l'œil, c'est‑à‑dire d'imprimer sur la bâche des images du bâtiment caché afin d'améliorer l'expérience du visiteur et l'apparence générale des édifices emblématiques et patrimoniaux en cours de construction. C'est essentiellement une illusion optique qui assure une continuité visuelle du lieu en répliquant la façade.
Le groupe de travail s'est vu présenter trois solutions pour l'édifice du Centre à cet égard. La première consistait à colorer les bâches des quatre façades pour qu'elles correspondent à la couleur de la pierre existante, une couleur sable, si vous voulez. Vous pouvez la voir dans le coin supérieur droit de la diapositive. Une deuxième option était une façade trompe-l'œil du côté sud donnant sur la rue Wellington et les trois autres murs de couleur sable de pierre. Enfin, une troisième option était un trompe-l'œil sur les quatre façades.
Le groupe de travail a délibéré sur le bien-fondé de toutes les options. Nous avons également reçu des lettres des maires d'Ottawa et de Gatineau et de la Commission de la capitale nationale encourageant fortement le Parlement à appuyer la création de trompe-l'œil sur toutes les façades pour le plaisir visuel des visiteurs.
Nous estimons qu'une approche responsable consiste à recommander que toutes les façades de l'édifice du Centre soient en trompe-l'œil.
Les bâches seront utilisées pendant toute la durée du projet, et le coût estimé par Services publics et Approvisionnement Canada s'élève à 3,8 millions de dollars. Cette option préservera l'image emblématique de l'édifice du Centre aux yeux de tous les visiteurs et rehaussera la qualité de l'expérience des touristes qui visitent le Parlement pendant les travaux de réhabilitation.
En juin 2019, les parlementaires ont approuvé l'approche consistant à utiliser des panneaux d'interprétation comme palissades de chantier pour la rénovation de l'édifice du Parlement. La proposition était d'installer des panneaux avec de grandes photos monochromatiques entrecoupées de panneaux d'interprétation et d'orientation sur la pelouse du Parlement. Une fois le contenu des panneaux d'interprétation prêt, SPAC devait revenir nous voir pour le faire approuver.
Le Groupe de travail a reçu des renseignements détaillés complets sur les panneaux d'interprétation bilingues, ainsi que les images. Les panneaux communiqueront de l'information sur les thèmes suivants: le thème parlementaire, le thème de la réhabilitation de l'édifice du Centre, le thème de la chronologie de la Colline du Parlement et du lieu de rassemblement, le thème autochtone et le thème de l'orientation.
À l'exception des panneaux à thématique autochtone, qui devront faire l'objet d'une consultation plus élargie, le Groupe de travail approuve tous les panneaux, que nous jugeons appropriés et informatifs. Une maquette grandeur nature des panneaux est actuellement sur place pour qu'on puisse les voir. Vous pouvez voir ces panneaux au coin le plus près de l'édifice de l'Ouest. Nous recommandons que le Bureau approuve la proposition d'utiliser des panneaux comme palissades de chantier, afin que SPAC puisse commencer à fabriquer et à installer ces palissades cet été.
SPAC a également présenté son approche pour la consultation publique sur le projet de l'édifice du Centre et la VPLT. Le groupe de travail a examiné les renseignements détaillés fournis et recommande que le Bureau approuve le sondage auprès du public et le plan élaboré par SPAC.
Lors de la réunion du 12 mars, on nous a fourni un compte rendu de la conception de la séquence d'entrée du centre d'accueil du Parlement, et les membres du comité indépendant d'examen de la conception étaient présents afin de donner des conseils et de répondre aux questions. Ils ont pleinement soutenu l'orientation de la conception et pris note des domaines à approfondir. Le groupe de travail est satisfait des progrès et ravi des concepts de design que nous avons vus.
À la suite de la réunion, le groupe de travail avait convenu qu'il conviendrait de consulter le Sénat sur les options d'ouvrages intercalaires proposées pour l'édifice du Centre. Une réunion conjointe du groupe de travail de la Chambre des communes et du Sous-comité sur la Vision et le Plan à long terme du Sénat a eu lieu le 7 avril 2021 au cours de laquelle nous avons eu une discussion approfondie sur les ouvrages intercalaires envisagés au‑dessus du Hall d'honneur. L'enceinte de toit vitrée de la cour intérieure offre la possibilité de créer un nouvel espace au‑dessus du Hall d'honneur sur trois étages. La cour intérieure fermée contribuera également à atteindre les objectifs du projet en matière de durabilité et d'accessibilité. Il y a eu consensus pour que le nouvel espace du sixième étage soit utilisé comme espace parlementaire partagé.
Le 28 mai, nous nous sommes rencontrés une deuxième fois avec le groupe Vision et Plan à long terme du Sénat pour examiner les services de restauration et l'emplacement de la cafétéria, ainsi que la possibilité d'un café pour le public au Centre d'accueil du Parlement. Nous avons également discuté des utilisations possibles du quatrième et du cinquième étages du remblai. Nous avons convenu de poursuivre ces discussions à notre prochaine réunion conjointe, où nous examinerons des schémas plus détaillés pour ces deux étages.
Le groupe de travail a participé activement à un examen détaillé des éléments du projet et de l'approche de conception schématique proposée pour l'édifice du Centre et le nouveau centre d'accueil du Parlement. Comme vous pouvez le voir sur les diapositives, la progression autour de l'excavation se poursuit en profondeur. Nous restons convaincus que les exigences des parlementaires sont prises en compte. On nous tient informés des aspects à considérer et des travaux de construction sur le site, et nous sommes très satisfaits des progrès accomplis et de cette occasion de contribuer au projet. Le groupe de travail prévoit tenir une autre réunion plus tard ce mois‑ci, et je reviendrai présenter un autre compte rendu au besoin.
Un autre point dont je dois vous informer est l'état d'avancement du concours de conception architecturale pour l'îlot 2. L'édifice, vous vous en souviendrez, est situé juste en face de la pelouse principale des Communes, de l'autre côté de Wellington, essentiellement entre Metcalfe à une extrémité et O'Connor à l'autre, et il est bordé par la rue Sparks et Wellington.
Comme vous vous en souvenez peut-être, j'ai été chargé de représenter la Chambre des communes dans le cadre de la partie parlementaire du jury du concours. Je suis accompagné de M. MacKinnon, secrétaire parlementaire de la ministre des Services publics et de l'Approvisionnement, et du sénateur Plett, qui représente le Sénat du Canada. Nous sommes tous des jurés parlementaires. Parmi les activités récentes, mentionnons la clôture de la demande de qualification de Services publics et Approvisionnement Canada pour ce projet le 2 mars 2021, 38 répondants ayant soumis leur candidature pour le concours de l'îlot 2.
Les participants sont des entreprises de conception de calibre mondial: on compte des sociétés canadiennes et des consortiums de partout dans le monde. Sur les 38 propositions, Services publics et Approvisionnement Canada en a sélectionné 12 en se fondant sur les critères du processus. L'annonce des 12 participants retenus se fera sans doute plus tard ce mois‑ci.
La première séance du jury a eu lieu le 16 avril de façon virtuelle, et j'ai eu le plaisir de rencontrer les 26 autres jurés. Je suis impressionné par la diversité et le calibre des jurés, qui forment un groupe de personnes hautement qualifiées dotées de tout un éventail de compétences techniques et en conception. L'objectif de la première séance était de se réunir, de comprendre la procédure, les règles du concours et le rôle du jury, d'élire la personne qui présiderait le jury ainsi que d'examiner et d'avaliser le dossier d'information du concours.
Le président élu, Bruce Haden, est architecte et urbaniste à Vancouver, et il a été proposé par l'Institut royal d'architecture du Canada avec l'appui du jury. La vice-présidente, Anne McIlroy, est architecte et urbaniste à Toronto.
Le dossier du concours est le document qui sera transmis aux 12 entreprises sélectionnées. Il s'agit essentiellement d'une description approfondie du projet et de nos attentes à l'égard de la conception. Il contient la description du site, des contraintes et des possibilités, mais surtout de nos exigences. Le président du jury travaille activement au sein du jury et avec Services publics et Approvisionnement Canada, et ce sera lui qui approuvera les révisions finales apportées au document. Je crois comprendre que cette partie est maintenant terminée. La version finale devrait éventuellement être communiquée aux 12 entreprises retenues.
Pour le jury, la prochaine étape est l'atelier de trois jours, en septembre 2021, dans le cadre duquel nous évaluerons les concepts proposés par les 12 participants. Le jury bénéficiera du soutien d'une équipe d'experts techniques, y compris de l'Administration de la Chambre des communes. Le jury retiendra ensuite six participants qui seront invités à participer à la deuxième étape du concours.
Les propositions finales de l'étape 2 devraient être prêtes d'ici le printemps 2022.
Je vous remercie de votre attention. Je serai heureux de répondre à vos questions ou de vous donner d'autres précisions.
Voir le profil de Peter Julian
NPD (BC)
Je vous remercie beaucoup, monsieur le Président.
C'était vraiment un honneur de participer à la fête surprise de M. Stanton, la semaine dernière, à la Chambre des communes. Tout ce qui a été dit par tout le monde à votre propos, monsieur Stanton, venait du cœur. Je vous remercie de votre service exemplaire, et nous vous sommes également énormément reconnaissants pour les dossiers dont vous vous êtes chargé à l'extérieur de la Chambre, comme celui-là.
Vous avez parlé des bâches pour l'édifice du Centre. Le Groupe de travail a recommandé l'option qui consiste à en installer sur les quatre façades extérieures, ce qui coûtera 3,8 millions de dollars.
J'aimerais connaître le coût des trois autres options, avant d'intervenir de nouveau.
Voir le profil de Bruce Stanton
PCC (ON)
Merci, monsieur Julian. Je vous remercie également de vos mots gentils.
La première option, qui consiste à installer des bâches de couleur neutre ou de couleur sable pour se fondre dans l'environnement, coûterait environ 1,5 million de dollars. La deuxième option, qui consiste à employer un trompe-l’œil pour la façade Sud, qui fait face à la rue Wellington, coûterait environ 2,6 millions de dollars. Quant à la troisième option, vous en connaissez déjà les coûts. Il y avait une différence de 1,2 million de dollars entre les options no 2 et no 3.
Voir le profil de Peter Julian
NPD (BC)
Merci beaucoup.
Oui, il est vrai que cette différence de 2 millions de dollars, qui est passée d'une vision spartiate de 1,2 million de dollars à une approche plus élaborée est plus coûteuse. Je le reconnais volontiers.
Voici ce que je pense. J'ai visité des sites partout dans le monde et j'ai vu comment, en Europe, par exemple, on cache les monuments en rénovation à l'aide de bâches sur lesquelles les monuments sont reproduits pour que les gens puissent prendre des photos, ce que les touristes aiment bien faire... On ne penserait pas qu'une bâche serait une attraction, mais c'est le cas, et nous le savons. C'est pourquoi c'est une pratique de plus en plus répandue partout dans le monde. Les bâches de ce genre donnent aux gens l'impression de voir le bâtiment ou monument pour de vrai, même s'ils sont en pleine rénovation.
Ma circonscription est tellement loin d'Ottawa, que c'est toute une affaire pour mes concitoyens quand ils y vont, c'est le voyage d'une vie. J'ai déjà pris la parole pour veiller à ce que tout soit accessible. Comme vous le savez, monsieur le Président, je suis intervenu pour que la Bibliothèque du Parlement, qui n'est pas en cours de rénovation, demeure ouverte afin que les électeurs qui viennent de la Colombie‑Britannique, de Terre‑Neuve‑et‑Labrador ou du Nunavut puissent la visiter.
Même s'il s'agit d'une somme importante — je n'en doute pas —, il me semble que cette dépense supplémentaire vaut la peine. Les familles passent souvent des années à épargner pour ce voyage tellement spécial qui les mènera à la Colline du Parlement, tout cela pour voir une bâche toute simple qui ne reflète en rien ce qu'elles auraient pu voir à Ottawa lors de ce voyage unique. J'ai tendance à être assez critique quand nous dépensons de manière superflue. Mais en l'occurrence, c'est une dépense que nous devons faire, et je suis résolument en faveur de la recommandation.
Merci.
Voir le profil de Blake Richards
PCC (AB)
Parlons-nous seulement du trompe-l'œil ou de la présentation?
D'accord. Dans ce cas, je dirai tout d'abord que j'apprécie l'option qui nous a été offerte ici. M. Julian a mentionné que, pour bien des gens, venir à Ottawa, est une occasion unique. Je sais que les dix-huit derniers mois ont été particulièrement durs pour l'industrie du tourisme. De toute évidence, il importe de faire tout notre possible pour ne pas réduire davantage les possibilités et les expériences offertes aux visiteurs. D'ailleurs, lorsqu'ils viennent à Ottawa, ils passent souvent par d'autres régions du pays, alors je pense que c'est important, et je comprends cette suggestion.
Quant aux autres points, il y en a eu plusieurs, notamment sur le centre d'accueil et la cour intérieure, où le Sénat semble proposer des dépenses supplémentaires assez importantes pour répondre à ce qu'il dit être ses besoins. Je ne crois pas qu'on s'entende pour dire que ces mesures sont vraiment indispensables. La ministre elle-même a dit qu'elle ne voyait pas tellement la nécessité de certaines suggestions du Sénat.
Je m'interroge à ce sujet. Comment peut‑on résoudre ce problème? Que fait‑on là‑bas? Il paraît que les demandes sont assez importantes. Si beaucoup de gens trouvent qu'elles sont superflues, le bureau peut‑il faire quelque chose pour que l'on prenne les décisions appropriées?
Voir le profil de Bruce Stanton
PCC (ON)
Merci, monsieur Richards.
En réponse à votre premier point concernant les discussions, et pour M. Julian également, vous avez tous deux résumé les aspects dont le groupe de travail a discuté à propos des trompe-l'œil, soit que cette idée a été conçue d'abord et avant tout pour le nombre incroyable de visiteurs qui viennent non seulement à Ottawa, mais aussi à Gatineau. Les maires des deux villes et la Commission de la capitale nationale ont clairement appuyé l'idée. Je pense que c'était un argument convaincant et vous l'avez bien résumé.
Par ailleurs, en ce qui concerne le groupe de travail de la Chambre des communes, nous sommes partenaires. Les deux Chambres partagent la responsabilité de la participation des parlementaires au plan de rénovation. Nous avons eu deux réunions très constructives et excellentes. Dès que nous pourrons l'organiser, nous en aurons une autre pour poursuivre nos discussions sur les points que j'ai mentionnés.
Quant à la décision finale sur les points où il y a divergence d'opinions, nous sommes nous aussi d'avis que la ministre des Services publics et de l'Approvisionnement peut faire part de ses préoccupations à l'égard de certains enjeux, comme vous l'avez d'ailleurs vu faire cette semaine.
Notre groupe de travail ne se penchera pas nécessairement sur cette question, mais je suis certain que ces préoccupations feront l'objet de discussions entre la ministre Anand et nos homologues du Sénat. Nous continuerons de travailler en collaboration et de façon constructive avec eux et de faire connaître notre point de vue en toute franchise, comme nous l'avons fait et comme nous continuerons de le faire. Il appartiendra toutefois à la ministre de tenir compte de ces considérations.
Voir le profil de Anthony Rota
Lib. (ON)
Y a‑t‑il des questions ou des commentaires?
Je suppose que nous sommes tous d'accord avec ces recommandations.
Très bien.
Merci beaucoup, monsieur Stanton, et merci à votre équipe. Je vous remercie également de votre patience.
Nous passons maintenant au numéro 7.
Il s'agit du Comité mixte spécial sur l'aide médicale à mourir.
Nous allons céder la parole à M. Janse.
Je vous en prie, monsieur Janse.
Voir le profil de Bruce Stanton
PCC (ON)
Merci, monsieur le Président.
Bonjour, chers collègues.
Comme vous le savez, je m'adresse à vous aujourd'hui en tant que président du Groupe de travail sur la vision et le plan à long terme. Je suis accompagné de quelques-uns des responsables de ce projet au quotidien. Voici Susan Kulba, qui dirige les Services numériques et biens immobiliers, ainsi que Rob Wright et Jennifer Garrett, qui relèvent de SPAC.
Je suis ici pour vous tenir au courant de nos activités récentes, principalement de deux éléments découlant de notre réunion du 5 février. Je suis là d’une part pour vous présenter les données sur les coûts que nous avons reçues de SPAC, et, d’autre part, pour vous recommander d’approuver l’option proposée pour l’entrée principale du Centre d’accueil des visiteurs du Parlement.
Avant d'entrer dans le vif du sujet, je veux vous montrer quelques photos de l'avancement des travaux de construction. Les travaux sur le site demeurent sur la bonne voie et progressent selon les plans.
Concernant le premier point, les responsables de SPAC nous ont présenté leur approche pour ce qui est d’établir un examen complet des coûts du projet de l’édifice du Centre. Ils nous ont fait part des décisions importantes relatives au projet prises jusqu’à maintenant, et, notamment, de l’approche adoptée pour préserver la taille de la Chambre et du Centre d’accueil des visiteurs et utiliser les puits de lumière existants.
Poursuivant sur leur lancée, ils ont énuméré les autres décisions clés qui permettront d’affiner le coût global du projet.
Pour vous donner une idée de l'état actuel des choses, un budget de 655 millions de dollars a été alloué au départ à l’édifice du Centre pour couvrir les dépenses prévues, réparties sur une période de cinq ans — de 2017-2018 à 2021-2022. À ce jour, on a dépensé 150 millions de dollars pour les premières étapes des activités de conception et de construction, par exemple les travaux de démolition intérieure et l’élimination des matières dangereuses.
De plus, pour la deuxième partie du projet, un budget de 106 millions de dollars a été prévu pour le Centre d’accueil des visiteurs du Parlement pour permettre de payer les dépenses prévues pendant la même période, de 2017-2018 à 2021-2022. Jusqu’à maintenant, on a dépensé 35 millions de dollars pour effectuer la conception schématique du Centre d’accueil des visiteurs du Parlement et commencer les activités d’excavation.
Pour terminer sur cette question, il est utile de mentionner quelques décisions clés qui ont un effet sur le coût global du projet. Par exemple, il a été décidé très tôt de conserver la superficie actuelle de la Chambre des communes, plutôt que de l’agrandir, ce qui nous fait économiser les 100 millions de dollars supplémentaires qu'un agrandissement aurait coûté.
Ensuite, concernant la taille du Centre d’accueil des visiteurs du Parlement, nous avons opté pour une taille moyenne, ce qui représente 120 millions de dollars d’économies par rapport à une conception plus grande.
Les responsables de Services publics et Approvisionnement Canada, ou SPAC, resteront en communication avec leurs partenaires parlementaires pour prendre les autres décisions importantes au printemps. La firme Turner & Townsend achèvera les estimations de coûts de construction et les rapports d'analyse comparative, après quoi nous aurons d'autres renseignements à vous donner.
Nous avons aussi reçu une mise à jour du partenariat Centrus, le bureau d'architectes responsable de l'édifice du Centre, sur son travail depuis l'automne visant à perfectionner la stratégie d'accès du centre d'accueil des visiteurs.
En effet, vous vous souviendrez peut-être que nous avons eu recours à un comité d'examen indépendant des plans qui fournira des conseils au cours de l'élaboration de ce volet important du projet. Ce comité est composé de professionnels réputés dans le milieu du design et qui ont de l'expérience relativement à des questions concernant le projet.
Il a été créé l'automne dernier par SPAC, avec le soutien de l'Institut royal d'architecture du Canada, pour fournir une évaluation indépendante du projet lié à l'entrée principale. Cette entrée et son emplacement sont extrêmement délicats au point de vue du patrimoine et de leur incidence possible sur la pelouse avant du Parlement.
Après avoir tenu compte des préoccupations et des suggestions du comité d'examen, les responsables de Centrus nous ont présenté diverses options envisagées pour l'entrée centrale, puis ils nous ont indiqué celle qu'ils privilégient et qui a reçu le consentement unanime des membres du comité. Ces derniers ont aimé la simplicité et l'élégance de cette option et la façon dont elle atténue l'incidence sur les éléments patrimoniaux qui l'entourent.
L’option privilégiée prévoit une entrée de part et d’autre de l’escalier central (que vous pouvez voir représentée dans le plan figurant à la diapositive 4), avec l’ajout d’une route pavée de chaque côté, partant de l’allée centrale et débouchant directement sur chaque nouvelle entrée.
La géométrie des routes mêmes est tirée de la géométrie préexistante, c'est-à-dire de celle des voies d’accès symétriques présentes de part et d'autre de l'allée centrale, aux deux entrées situées sous la Tour de la Paix, lesquelles ont été conçues par Pearson.
Voici quelques avantages de cette conception. D'abord, ces entrées sont visibles. On peut voir les entrées à partir de l’allée centrale, ce qui crée un parcours intuitif et facile à comprendre par les visiteurs qui ne sont jamais allés sur la Colline. La pente douce des nouvelles rampes contribue à améliorer l’accessibilité des entrées, et il ne sera pas nécessaire d’installer de rampes. Enfin, la conception des entrées est simple, l’intervention à l’égard des matériaux à valeur patrimoniale est minime, et les répercussions sur la pelouse, lorsque celle-ci est utilisée pour des activités pendant toute l'année, sont réduites au minimum.
Notre groupe de travail a eu l’occasion de poser des questions aux membres du Comité d’examen et de discuter avec eux afin de bien examiner et comprendre le concept du design. Nous sommes satisfaits, et nous estimons que l’option proposée permet de répondre à toutes les questions concernant la manière dont l’entrée est susceptible d’empiéter sur la pelouse avant, et de tenir compte des exigences opérationnelles du Centre d’accueil des visiteurs.
Compte tenu du bien-fondé de l’option proposée, nous vous recommandons d’approuver cette conception pour l’entrée centrale du Centre d’accueil.
Vos questions ou vos suggestions sur cette option conceptuelle sont les bienvenues.
Nos prochaines étapes consisteront à examiner les éléments clés des décisions préconisées par SPAC pour en établir le coût de base. Après avoir examiné chacun de ces éléments clés, nous vous présenterons des recommandations et vous demanderons conseil.
Nous rencontrerons également nos collègues du Sénat au cours des prochaines semaines afin de discuter avec eux de la proposition de remplissage des puits de lumière des édifices du Centre et de l'Est, et nous vous informerons des résultats de nos discussions.
Je vous remercie de votre attention. Je serai heureux de répondre à vos questions.
Voir le profil de Bruce Stanton
PCC (ON)
Bonjour.
Je vous remercie, monsieur le président. Je suis très heureux d'être ici aujourd'hui.
Je suis accompagné de Susan Kulba, directrice principale et architecte en chef à l'Administration de la Chambre, ainsi que de Rob Wright, sous-ministre adjoint délégué, Direction générale de la science et de l’infrastructure parlementaire de Services publics et Approvisionnement Canada.
Je suis ici aujourd'hui à titre de président du groupe de travail sur la VPLT pour présenter au Bureau une mise à jour sur le travail que nous avons effectué depuis notre dernière réunion et pour faire approuver notre recommandation concernant le design conceptuel pour quatre éléments: les antichambres, les tribunes, la cour Ouest et le puits de lumière du foyer Ouest, et une augmentation éventuelle de l'espace dans la cour centrale.
Je vous présenterai également une mise à jour sur deux sujets, soit le comité d'examen du design indépendant et la question de la sensibilisation des parlementaires. Je commencerai par aborder brièvement ces deux derniers points.
Le 28 octobre, nous avons discuté d'un plan de concertation avec notre groupe de travail et le Comité d’examen indépendant des plans au sujet du Centre d'accueil du Parlement.
Le Comité d’examen indépendant des plans est un groupe éminent d'architectes canadiens qui ont une vaste expérience des projets de cette nature. Le groupe de travail a eu l'occasion de les rencontrer lors d'une réunion tenue sur Zoom le 6 novembre, et nous avons trouvé leurs conseils d'experts informatifs, utiles et cohérents avec l'avis du groupe de travail sur des questions comme la conception de l'entrée et la préservation de la pelouse avant et du mur de Vaux.
Nous avons souligné l'importance de la Chambre des communes en tant que lieu de travail complexe pour les parlementaires. De plus, ce lieu accueille des centaines de visiteurs et d'invités chaque jour et c'est l'un des édifices patrimoniaux les plus emblématiques du Canada.
Nous pensons que les membres du Comité d'examen ont tiré profit de cette rencontre et que cela contribuera à leurs discussions et aux conseils qu'ils formuleront à SPAC.
Deuxièmement, à notre dernière réunion du 27 novembre, nous avons passé en revue des moyens de faire participer les parlementaires et de les informer davantage quant au rythme des travaux entrepris à l'édifice du Centre. Nous les invitons aussi à y contribuer directement dans certains secteurs, avant la mise au point finale des formats et des designs intérieurs.
Nous pensons que les parlementaires pourraient être informés à l'aide de divers outils de communication: des vidéoconférences, éventuellement des réunions en personne, une présence et des vidéos sur le site Web, ainsi que des bulletins transmis régulièrement par le Président de la Chambre. Nous croyons qu'un projet de cette importance, pas seulement pour la cohorte actuelle de parlementaires, mais aussi pour leurs successeurs, bénéficierait de la participation directe des personnes au centre de ce milieu de travail vaste et complexe, qui est la pièce maîtresse du système gouvernemental du Canada.
Passons maintenant aux quatre recommandations portant sur le design des antichambres, des tribunes et des cours existantes.
Comme vous le savez tous, les antichambres du gouvernement et de l'opposition constituent un espace important pour les parlementaires. C'est là que nous menons nos travaux parlementaires et rencontrons nos collègues. C'est là que les députés passent au moins une journée de séance par semaine, qui peut durer une dizaine d'heures, et, parfois, beaucoup plus. C'est le lieu de rencontre quotidien pour les votes et la période des questions. Nous sommes près de nos équipes, du whip et du leader à la Chambre, et à deux pas de la Chambre si nous devons nous y rendre.
Cet espace est souvent bondé, et c'est sans compter l'augmentation anticipée du nombre de députés au cours des cinq prochaines décennies, qui fera en sorte qu'une pression encore plus grande sera exercée sur cet espace. Pour régler la question de l'espace pour les antichambres, nous avons soumis au groupe de travail un plan, qu'il a accepté, en vue d'installer les antichambres sur deux étages et d'agrandir des parties de la cour adjacente.
Vous voyez sur cette page une proposition de plan pour les deux étages. Le deuxième étage existe maintenant. Plus d'espace serait ajouté au rez-de-chaussée.
Les antichambres demeureront au niveau de la Chambre, mais elles seront agrandies verticalement au rez-de-chaussée par l'ajout d'un espace au moins aussi grand que celui des antichambres actuelles du 2e niveau, avec un escalier indépendant et un accès à l'ascenseur pour le niveau inférieur.
Le plan prévoit également l'agrandissement des toilettes accessibles. Sur cette image, vous voyez, au centre du plan, à la gauche, au niveau du rez-de-chaussée, que les toilettes sont situées entre les deux antichambres et sont à l'usage exclusif des parlementaires et du personnel de l'antichambre au rez-de-chaussée.
En ce qui concerne les antichambres, nous recommandons à l'examen du Bureau un design pour les antichambres du gouvernement et de l'opposition qui comprend un espace de soutien additionnel situé au rez-de-chaussée et dans la cour adjacente, et une circulation verticale pour chacune.
Lors de notre réunion du 28 octobre, la Chambre nous a présenté les plans de conception des tribunes de l'édifice du Centre, afin que nous puissions les examiner et poser des questions. Vous pouvez voir ces plans. À gauche se trouvent les tribunes existantes au troisième étage et à droite se trouve la proposition.
Nous reconnaissons que les tribunes de l'édifice du Centre doivent être modifiées pour devenir plus accessibles. En effet, l'aménagement physique actuel est bien en deçà des normes en matière d'accessibilité du Code national du bâtiment. Enfait, avant la fermeture de l'édifice, l'accessibilité était minimale. Le respect du Code et des normes en matière d'accessibilité entraînera une réduction du nombre de places assises dans les tribunes, qui passera de 553 à 296 sièges.
Le groupe de travail a eu une très bonne discussion sur la fréquentation moyenne des tribunes par le public pendant les périodes où c'était possible, la demande supplémentaire lors des visites scolaires et des allocutions spéciales, et les comparaisons avec des Parlements et des assemblées législatives comparables.
Nous avons demandé à l'Administration d'étudier la possibilité d'utiliser des espaces adaptables dans ces tribunes, afin que l'arrangement des sièges proposé permette d'augmenter, au besoin, le nombre de places en cas de circonstances spéciales, tout en respectant les normes du Code national du bâtiment. En ce qui concerne les tribunes, nous avons convenu de recommander au Bureau de régie interne d'approuver la proposition d'une conception conforme aux exigences en matière d'accessibilité du Code national du bâtiment, tout en reconnaissant que cela réduira sensiblement le nombre de sièges et qu'il faudra donc demander aux architectes d'envisager des solutions pour accueillir un plus grand nombre de visiteurs.
C'est donc le deuxième point. Maintenant, nous abordons la cour intérieure ouest et le puits de lumière ouest du Foyer.
Lors de notre réunion du 27 novembre, nous nous sommes mis d'accord sur une approche et une stratégie conceptuelles pour la cour intérieure ouest. C'est ce que vous voyez devant vous maintenant. Il s'agit d'une image de la cour intérieure ouest en regardant vers le sud. Vous pouvez voir le mur extérieur de la Chambre des communes à votre droite, où se trouvent les vitraux, puis les niveaux inférieurs lorsque cet espace est fermé.
L'objectif principal des cours intérieures est de laisser l'air et la lumière naturelle entrer dans les espaces intérieurs qui n'ont pas de mur extérieur. C'est un élément important du caractère architectural et patrimonial de l'édifice du Centre. On nous a informés que la fermeture des cours intérieures au niveau du toit permettra d'améliorer considérablement le rendement énergétique de l'édifice. Le plan proposé convertirait la plus grande cour intérieure ouest en espace ouvert et lumineux qui permettrait au public d'avoir accès aux tribunes et aux visiteurs de la Chambre de circuler entre le niveau B1 — le niveau principal du Centre d'accueil du Parlement — et les niveaux 2 et 3 de l'édifice du Centre.
Cela améliorerait grandement la circulation du public dans l'édifice du Centre, mais cela permettrait surtout de préserver l'architecture originale de cet édifice. Cela permettrait aussi à la cour intérieure de continuer de laisser entrer la lumière naturelle dans la Chambre et dans d'autres espaces intérieurs.
Il y a une autre cour intérieure dans la partie ouest. On propose de coiffer ce qu'on appelle le puits de lumière ouest d'une nouvelle enceinte de verre. Ce puits se trouve juste au-dessus du Foyer de la Chambre des communes et il permettrait essentiellement de laisser entrer la lumière naturelle dans cet espace qui, dans la structure originale, devait faire partie du style beaux-arts. Vous vous souviendrez que le plafond du Foyer possède une magnifique verrière patrimoniale. À l'heure actuelle, ce puits de lumière est fermé depuis plusieurs décennies à cause de dommages, de fuites, etc. L'idée consiste à le recouvrir d'un revêtement qui permettrait à la lumière naturelle de revenir dans ce puits de lumière.
Par conséquent, le groupe de travail recommande au Bureau de régie interne d'accepter et d'adopter l'approche conceptuelle proposée pour la cour intérieure ouest, c'est-à-dire la plus grande, et le puits de lumière ouest au-dessus du Foyer.
Le quatrième et dernier point concerne la cour intérieure centrale. Il s'agit d'un espace beaucoup plus vaste. Dans la vue en coupe de l'édifice du Centre, j'attire votre attention sur la zone violette au milieu. La cour intérieure centrale occupe un espace beaucoup plus vaste, surtout au-dessus du toit du Hall d'honneur. Si vous marchiez le long de l'un des corridors intérieurs de l'édifice du Centre au quatrième ou au cinquième étage et que vous regardiez vers la cour intérieure centrale, vous verriez le toit du Hall d'honneur au troisième étage. L'idée serait d'ajouter des étages supplémentaires au-dessus de ce toit. Ces étages s'étendraient jusqu'aux quatrième, cinquième et sixième étages et ensuite, bien entendu, ils rejoindraient les corridors nord et sud de l'édifice du Centre à chacun de ces étages.
Nous pensons qu'il s'agit d'une excellente occasion d'aménager l'espace intercalaire de l'édifice du Centre pour ajouter un espace qui sera très utile aux parlementaires. On ajouterait ainsi jusqu'à 600 mètres carrés supplémentaires à l'espace intérieur fonctionnel et on le ferait de manière à ne pas réduire du tout la quantité de lumière naturelle qui entre dans l'édifice. Manifestement, comme nous l'avons déjà mentionné, le fait de recouvrir la cour intérieure tout en laissant entrer la lumière naturelle permettra d'accroître grandement l'efficacité énergétique de l'édifice.
Il convient également de souligner qu'aucun de ces travaux d'aménagement de l'espace intercalaire n'interférerait avec les caractéristiques ou la construction du Hall d'honneur. Tout cela se ferait au-dessus de ce niveau.
Nous recommandons donc au Bureau de régie interne d'approuver l'approche conceptuelle proposée pour aménager l'espace intercalaire de la cour intérieure centrale en présumant que les principes de préservation seront respectés et que, bien entendu, le groupe de travail revienne discuter plus tard de certaines options concernant l'utilisation de cet espace intérieur.
De façon générale, je tiens à féliciter les membres du groupe de travail et de tous les partis pour la manière dont ils ont contribué à ces travaux. Je reconnais qu'il est important pour les députés de prendre part à ce projet.
Pour terminer, j'aimerais souligner que le groupe de travail compte tenir une autre réunion au début de l'année prochaine. Je reviendrai avec plaisir, au cours des mois à venir, pour faire d'autres mises à jour à mesure que notre travail évoluera.
Je vous remercie de votre attention. Je serai heureux de répondre à vos questions et d'apporter des précisions sur l'un ou l'autre des points abordés.
Voir le profil de Peter Julian
NPD (BC)
Je vous remercie beaucoup.
Je vous remercie, monsieur Stanton.
Je sais que cela représente un travail considérable, en plus de toutes vos autres responsabilités, et c'est pourquoi nous vous remercions, vous et l'équipe de députés, du travail que vous faites avec le personnel sur cet enjeu difficile.
J'ai un certain nombre de questions, et je vais toutes les poser l'une après l'autre. Je pense que c'est la façon la plus simple de procéder.
Tout d'abord, en ce qui concerne les travaux d'aménagement de l'espace intercalaire de la cour intérieure centrale, vous n'avez pas mentionné les utilisations possibles de cet espace partagé. Il serait utile d'avoir quelques détails supplémentaires sur cette proposition.
Les propositions d'aménagement de l'espace intercalaire de la cour intérieure ouest et du puits de lumière me semblent aller de soi. Puisque j'ai eu un bureau donnant sur cette cour intérieure ouest à plusieurs reprises, je suis au courant de la quantité d'énergie gaspillée pour chauffer les quatre murs de la cour au lieu de simplement recouvrir cet espace et de l'utiliser de façon beaucoup plus efficace. De plus, je n'ai jamais compris pourquoi le puits de lumière avait été bloqué. Encore une fois, il y a perte d'énergie dans cet espace, et je vous félicite donc de vous pencher sur cette question.
Ce qui m'inquiète au sujet des tribunes, bien honnêtement, c'est que nous réduisons essentiellement de moitié le nombre de personnes qui peuvent venir directement à la Chambre des communes pour voir les parlementaires à l'œuvre. Je viens de l'extrême ouest du Canada — à 5 000 kilomètres de là —, et je sais que lorsque mes électeurs traversent le pays, ils veulent vivre pleinement notre démocratie et, souvent, ils souhaitent pouvoir participer aux travaux de la Chambre des communes. En général, cela n'a jamais posé de problème, mais si nous réduisons le nombre de sièges de moitié, je pense que ce pourrait être le cas. J'aimerais donc soulever quelques préoccupations à cet égard.
Oui, il faut absolument que les personnes à mobilité réduite et les personnes handicapées puissent participer pleinement. Il existe des espaces désignés qui pourraient permettre d'atteindre cet objectif, mais je suis très préoccupé par la réduction du nombre de personnes qui pourront participer activement. Pourriez-vous nous en dire un peu plus à cet égard? Vous avez parlé d'augmenter la capacité d'accueil au besoin. Cela pourrait être nécessaire la plupart du temps. Par exemple, lorsque nous ouvrirons le nouvel édifice, des gens viendront de partout au pays pour le visiter. Nous avons certainement vécu cette situation avec la Bibliothèque du Parlement. Donc, si vous pouviez nous en dire un peu plus à cet égard, je vous en serais reconnaissant.
J'ai cru comprendre que la circulation verticale interne désignée est le langage utilisé à Ottawa pour parler d'un escalier ou d'un ascenseur, et je me demande ce que cela signifie pour l'antichambre. Il me semble qu'étant donné l'étroitesse de l'espace de l'antichambre, nous déplaçons les antichambres un étage plus bas, et il est donc important de savoir comment se feront les déplacements de haut en bas.
Ma dernière question est la plus importante. Quelles sont les différences de coûts liés à ce projet? Je présume que les économies d'énergie réalisées grâce à la cour intérieure ouest et au puits de lumière seront probablement bien supérieures au coût des rénovations. En ce qui concerne certains autres points, il serait utile que nous connaissions au moins l'écart approximatif entre une version réduite et ce qui pourrait être proposé. Puisque nous sommes en pleine pandémie, la plupart des Canadiens veulent s'assurer que chaque dollar est dépensé de manière efficace.
Personne ne veut voir l'édifice du Centre se détériorer. Bien au contraire, les gens veulent qu'il soit rénové, mais ils ne veulent pas voir de fioritures. Nous devons tenir compte de cela pour veiller à ce que chaque dollar soit dépensé efficacement.
Ce sont toutes mes questions. Je vous remercie.
Voir le profil de Bruce Stanton
PCC (ON)
Monsieur Julian, comme d'habitude, vous avez pensé à tous les détails, et je ferai de mon mieux pour les aborder séparément.
Sur l'aménagement supplémentaire, sur trois niveaux, de l'espace intercalaire de la cour intérieure centrale, nous avons bien examiné ce qu'ajouteraient des options très préliminaires. C'est l'une des questions avec lesquelles nous aimerions relancer le Bureau. Relativement aux, disons, consultations avec les parlementaires, on pourrait, je pense pouvoir le dire, en discuter avec eux aussi.
Nous sommes loin d'avoir pris une décision sur ce à quoi l'espace intérieur devrait ressembler, mais, c'est un exemple, on pourrait prévoir, pour chacun des niveaux 4 et 5, disons trois bureaux en enfilade, soit six bureaux en tout. Les membres du Comité devraient savoir que dans l'ensemble de l'édifice du Centre, le nombre de bureaux diminuera pour un certain nombre de raisons. Cette option compense donc une partie de ces pertes.
Le sixième niveau, le dernier de l'édifice, offre la possibilité — encore une fois ce n'est pas définitif — de créer un lieu de rassemblement pour les parlementaires. Les sénateurs et les députés sauront que des occasions s'y prêtent. Nous vous en reparlerons. Encore une fois, des consultations seraient possibles.
Certains membres du groupe de travail, monsieur Julian, partageaient les mêmes inquiétudes réelles que vous concernant la réduction globale du nombre de sièges dans la tribune. Les statistiques de fréquentation à l'extérieur de la période des questions et des événements spéciaux ont confirmé ce que nous, les parlementaires, savions tous, c'est-à-dire que la majorité des 553 sièges excédaient amplement les besoins.
Vous avez raison. En certaines périodes spéciales de l'année et, c'est sûr, pour un discours pendant une séance conjointe de la Chambre et du Sénat, quand il faut remplir la tribune... Voilà pourquoi le groupe de travail a proposé cet exemple. En ce qui concerne les murs intérieurs est et ouest, vous verrez dans les plans des tribunes — antichambres du gouvernement et de l'opposition, tribune du Président de la Chambre des communes — que certains de ces espaces s'avancent vers l'intérieur de la salle. Ce serait l'emplacement des sièges accessibles. Il arrivera, pendant ces discours spéciaux, par exemple, qu'on n'aura pas besoin de tous ces sièges. De même, peut-être dans la tribune nord, l'aménagement des sièges pourrait se faire de manière à pouvoir, comme nous le proposons, être souple ou permettre une augmentation du nombre de sièges pour accueillir plus de visiteurs, tout en continuant de respecter les normes du Code national du bâtiment.
Nous avons demandé à l'administration de la Chambre et à Services publics et Approvisionnement Canada de nous présenter de nouveau, en l'occurrence à la Chambre, des propositions. Je pense que l'équipe de Susan reviendra avec de nouvelles idées. Effectivement, les 296 sièges prévus seront fixes et satisferont tous aux normes du Code, mais peut-être qu'il y a moyen de concevoir des options qui augmenteraient le nombre de places debout pour les visiteurs ou d'accueillir plus de personnes encore dans les occasions spéciales.
Enfin, le taux des 296 sièges rapportés au nombre de députés siégeant à la Chambre ressemble assez à celui qu'on observe dans d'autres chambres et assemblées législatives, que nous avons également étudiées.
En ce qui concerne l'accès aux antichambres et l'idée d'agrandir l'espace des antichambres au niveau inférieur, vous savez tous que, essentiellement, ce qui se trouve au deuxième niveau, maintenant, où les antichambres sont situées, demeurera inchangé, à l'exception de l'espace qui s'avance dans la cour intérieure du côté droit. Un petit gain d'espace permettra un accès par ascenseur, par exemple, et un autre accès par un escalier, du côté de l'antichambre de l'opposition. Au niveau inférieur, l'espace sera égal à celui du deuxième niveau, et chacun de ces côtés, ceux de l'opposition et du gouvernement, posséderont leurs propres escalier et ascenseur indépendants. Les députés présents dans l'antichambre, pendant le jour, pourront monter et descendre librement, ce qui rendra cette antichambre entièrement accessible.
Nous prévoyons d'éventuels problèmes de communication entre les députés et leurs whips et les équipes de direction quand ils seront là. Mais, en prévision du nombre de députés que la Chambre devra accueillir dans les proportions habituelles d'ici 50 ans, si on conserve la même formule, qui fait déjà ressentir un manque de place, la situation ne pourra qu'empirer.
Enfin, sur les différents coûts des idées concernant les cours intérieures, M. Wright vous éclairera.
Rob Wright
Voir le profil de Rob Wright
Rob Wright
2020-12-03 11:14
Avec plaisir! Merci beaucoup de votre question, monsieur le président.
Voyons d'abord les antichambres, pour lesquelles nous avons essentiellement examiné deux options. Les coûts de celle qu'on propose ici — et qui englobent les travaux dans les tribunes de la Chambre et les antichambres — s'élèvent à 75 millions de dollars. Les coûts de l'autre option, également examinée, qui consistait à agrandir la Chambre, dépassaient de peu 300 millions. Voilà les deux options que nous avons comparées. Comme je l'ai dit, la modification proposée des tribunes, de la Chambre et des antichambres coûterait 75 millions.
Sur les coûts des travaux sur le puits de lumière, comme vous le faites à juste titre remarquer, un certain nombre de compromis sont possibles, ce qui complexifie un peu le dossier. Nous pourrions vous communiquer nos comparaisons des coûts, notamment ceux de la consommation d'énergie. Les verrières couvrant les puits de lumière sont essentielles à la stratégie de soutenabilité de l'édifice du Centre, une stratégie carboneutre. Avant sa fermeture, cet édifice avait le pire bilan d'efficacité énergétique, de consommation d'énergie et d'émissions de gaz à effet de serre de tous ceux de notre portefeuille. Les verrières sont désormais essentielles à la stratégie.
Autre point qu'il importe de souligner, particulièrement en ce qui concerne les cours est et ouest, elles offrent aux Canadiens un accès universel aux tribunes. À défaut de nous en servir ainsi, il nous faudrait trouver une autre façon d'y accéder, peut-être plus coûteuse et nuisible aux éléments patrimoniaux de l'édifice du Centre.
Cette solution permet d'éviter un certain nombre de ces problèmes. Elle est essentielle aux stratégies de soutenabilité et d'accès universel et, comme le faisait remarquer le vice-président de la Chambre, en parlant de l'augmentation du nombre de parlementaires, elle offre plus de marge de manoeuvre dans l'immeuble, une marge indispensable. Ça s'inscrit dans la vision originelle de John Pearson, c'est-à-dire symétrie de l'édifice, espace empli de lumière, aires communes dans le Parlement. Ces caractéristiques essentielles ont reculé au fil des ans devant la recherche de la fonctionnalité et le besoin de place, qui ont pris le pas sur les aires communes.
Voir le profil de Blake Richards
PCC (AB)
Je suis le même filon, mais on a déjà répondu à l'une de mes questions. J'en ai deux autres. Voyons la proposition sur la cour intérieure.
Nous avons des propositions pour le foyer ouest et la cour intérieure ouest. Nos amis sénateurs se sont-ils fait offrir une proposition analogue pour le côté est et une cour intérieure de ce côté? Simple curiosité.
Voir le profil de Bruce Stanton
PCC (ON)
Oui. Vous savez peut-être qu'un groupe de travail très semblable au nôtre sera constitué ce mois-ci, pour s'occuper de ce genre de questions. Il existe aussi une cour intérieure du côté est, qui est surtout entourée de bureaux du Sénat, mais il est utile de savoir que des bureaux de la Chambre des communes donnent également sur elle. Ils font actuellement l'objet de discussions. Rien n'a encore été décidé, mais nous discutons avec le groupe de travail du Sénat, en vue de nous rencontrer, espérons-le, dans la nouvelle année.
Voir le profil de Blake Richards
PCC (AB)
D'accord.
Pour faire suite à ce que vous disiez, par exemple, que des bureaux de la Chambre des communes donnent sur cette cour également, comment l'interface entre les deux groupes, en assurant une coordination convenable, préviendra-t-elle l'obtention de résultats très différents, de chaque côté?
Résultats : 1 - 15 de 178 | Page : 1 de 12

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
>
>|
Exporter en: XML CSV RSS

Pour plus d'options de données, veuillez voir Données ouvertes