Hansard
Consultez le guide de l'usager
Pour obtenir de l’aide, contactez-nous
Consultez le guide de l'usager
Pour obtenir de l’aide, contactez-nous
Ajouter un critère de recherche
Résultats : 1 - 9 de 9
Voir le profil de Alain Rayes
PCC (QC)
Voir le profil de Alain Rayes
2020-11-19 14:42 [p.2133]
Monsieur le Président, les propos et l'insensibilité de la députée de Saint-Laurent face au déclin du français au Québec sont choquants.
Pourtant, on n'a pas vu beaucoup de députés libéraux se lever pour dénoncer ses propos, et encore moins les députés du Québec. Leur silence est dérangeant, et cela confirme ce que tout le monde pense de plus en plus: les propos de cette députée représentent les propos de plusieurs membres de ce caucus libéral.
Est-ce que le premier ministre va faire ce qu'il se doit et enlever la députée de Saint-Laurent du Comité permanent des langues officielles immédiatement, oui ou non?
Voir le profil de Alain Rayes
PCC (QC)
Voir le profil de Alain Rayes
2020-11-19 14:42 [p.2133]
Monsieur le Président, la ministre n'est même pas capable de répondre à une question aussi simple, à savoir de retirer la députée de Saint-Laurent, qui ne croit pas qu'il y a un déclin du français. C'est sa pensée et c'est la pensée de la directrice du Parti libéral du Canada, pour le Québec.
Nous n'avons aucune leçon à recevoir de la ministre des deux langues officielles et du premier ministre lorsqu'ils pensent faire la défense des francophones partout au pays, et au Québec aussi.
J'aimerais aussi entendre les autres députés du Québec se lever une fois pour toutes pour défendre les francophones et les Québécois. Je pense aux députés du Québec comme ceux de Louis-Hébert, de Saint-Maurice—Champlain, de Compton—Stanstead, de Sherbrooke, de Brome—Missisquoi et de Gaspésie—Les Îles-de-la-Madeleine.
Qu'ils se lèvent et qu'ils dénoncent les propos...
Voir le profil de Alain Rayes
PCC (QC)
Voir le profil de Alain Rayes
2020-11-18 15:04 [p.2049]
Monsieur le Président, la députée libérale de Saint-Laurent a choqué les francophones en remettant en question le déclin du français au Québec.
En coulisses, on entend même que d'autres libéraux seraient d'avis que le français n'est pas si important que cela. C'est le premier ministre lui-même qui a nommé la députée au Comité permanent des langues officielles, et elle a perdu toute légitimité d'y siéger et d'y demeurer.
Qu'attend-il pour faire ce qu'il se doit et la remplacer immédiatement au Comité permanent des langues officielles?
Voir le profil de Alain Rayes
PCC (QC)
Voir le profil de Alain Rayes
2020-08-12 12:58 [p.2753]
Monsieur le Président, j'ai une question simple. La ministre des Langues officielles était-elle au courant que le mouvement UNIS a donné un contrat à la firme National pour que celle-ci déploie le programme de bourses d'études dans tout le secteur francophone au Québec et partout au pays, oui ou non?
Voir le profil de Alain Rayes
PCC (QC)
Voir le profil de Alain Rayes
2020-08-12 12:59 [p.2753]
Monsieur le Président, dans ce cabinet, il y a 11 ministres québécois, en plus d'autres francophones: la ministre des Langues officielles, le président du Conseil du Trésor, le leader du gouvernement à la Chambre des communes et lieutenant politique pour le Québec, le ministre des Transports, le ministre des Affaires étrangères, le ministre du Patrimoine canadien, le ministre des Services aux Autochtones, le ministre de la Justice, la ministre de l'Agriculture, la ministre du Revenu, sans compter le premier ministre, qui est un Québécois.
Comment se fait-il qu'aucune de ces personnes ne se soit levée pour dire qu'il était inacceptable qu'on donne un contrat sans appel d'offres à une organisation qui ne peut s'exprimer qu'en anglais? C'est inadmissible pour l'ensemble des Québécois et des francophones partout au pays. Est-ce qu'un seul de ces ministres s'est levé pour dire que donner un contrat à des amis du premier ministre n'avait aucun bon sens?
Voir le profil de Alain Rayes
PCC (QC)
Voir le profil de Alain Rayes
2020-08-12 13:01 [p.2754]
Monsieur le Président, on commence à connaître le processus. On donne un contrat à un organisme qui le donne en sous-traitance aux amis du gouvernement. Je pense que tous les liens sont clairs.
Voici une question très simple pour le premier ministre. Est-ce qu'il peut nous dire si le mouvement UNIS a remboursé les 30 millions de dollars? Y a-t-il quelqu'un, dans ce gouvernement, que ce soit le greffier du Conseil du Trésor, un des ministres responsables ou le premier ministre, qui soit capable de nous dire que ces 30 millions de dollars, qui appartiennent à la population canadienne, vont retourner dans les coffres du gouvernement, oui ou non?
Voir le profil de Alain Rayes
PCC (QC)
Voir le profil de Alain Rayes
2020-03-11 14:35 [p.1930]
Monsieur le Président, hier, le premier ministre a éclaté de rire à la suite de ma question simple et sérieuse. La voici:
Qu'est-ce que le premier ministre a offert au chef du Bloc québécois pour acheter son vote afin de s'assurer que le commissaire à l'éthique et aux conflits d'intérêts ne viendra pas témoigner sur le « Rapport Trudeau II », qui démontre clairement l'ingérence du premier ministre dans notre système de justice?
Voici la réponse de son lieutenant, et je cite: si vous voulez savoir, invitez-les à aller prendre une bière.
S'il faut aller prendre une bière pour pouvoir parler avec le gouvernement des enjeux nationaux, c'est tout à fait irresponsable.
Qu'a-t-il offert au chef du Bloc québécois pour avoir son vote?
Voir le profil de Alain Rayes
PCC (QC)
Voir le profil de Alain Rayes
2020-03-11 14:36 [p.1931]
Monsieur le Président, la seule job que le Bloc québécois et le premier ministre essaient de sauver, c'est la job du premier ministre.
Il y a un rapport dévastateur, qui s'appelle le « Rapport Trudeau II ». Le commissaire aux conflits d'intérêts et à l'éthique souhaite venir témoigner. Tout ce que l'on souhaite, c'est l'entendre pour qu'il vienne répondre aux questions sur le rapport qui démontre que ce premier ministre a fait de l'ingérence dans le système de justice. Ce n'est pas la job des travailleurs de SNC-Lavalin dont on parle, c'est de la job du premier ministre.
Qu'a-t-il fait pour acheter le vote du Bloc québécois afin d'éviter que le commissaire vienne témoigner?
Voir le profil de Alain Rayes
PCC (QC)
Voir le profil de Alain Rayes
2020-03-10 14:53 [p.1888]
Monsieur le Président, la semaine dernière, le chef libéral a invité le chef du Bloc québécois à une rencontre privée pour discuter du prochain budget. Imaginons: une rencontre avec un chef qui veut se séparer du Canada et qui a voté contre une motion visant à questionner le commissaire aux conflits d'intérêts et à l'éthique sur son rapport dévastateur sur le premier ministre. Le Bloc a cautionné le fait d'empêcher le commissaire aux conflits d'intérêts et à l'éthique de venir témoigner au sujet du premier ministre.
Qu'est-ce que le premier ministre a offert au chef du Bloc pour acheter encore une fois son vote?
Résultats : 1 - 9 de 9

Exporter en: XML CSV RSS

Pour plus d'options de données, veuillez voir Données ouvertes