Comité
Consultez le guide de l'usager
Pour obtenir de l’aide, contactez-nous
Consultez le guide de l'usager
Pour obtenir de l’aide, contactez-nous
Ajouter un critère de recherche
Résultats : 1 - 30 de 93
Voir le profil de Michael McLeod
Lib. (NT)
Merci, monsieur le président, et merci à tous les témoins. J'ai quelques questions pour le Regroupement de radiodiffuseurs indépendants.
Je représente le Nord. J'ai eu de nombreuses occasions de m'entretenir avec les médias du Nord, plus précisément avec les médias autochtones. Encore aujourd'hui, j'entends régulièrement des langues autochtones quand j'allume la radio dans les Territoires du Nord-Ouest. Nous avons 11 langues officielles, dont 9 langues autochtones. Je peux allumer mon téléviseur et écouter des personnes parler leur langue.
Il est très important d'utiliser les médias pour faire entendre et pour promouvoir les langues autochtones. J'entends aussi des messages envoyés à des personnes parties dans des camps éloignés, sur des territoires de piégeage et à la chasse. Nous utilisons encore cette pratique.
Les stations de radio connaissent beaucoup de difficultés. Certaines petites radios communautaires ont dû fermer. Avant, nous avions 33 radios communautaires; aujourd'hui, la moitié d'entre elles ont dû fermer leurs portes à cause des nouvelles technologies et des coûts exorbitants.
Je crois que votre groupe de radiodiffuseurs comprend des membres autochtones.
Quels défis la pandémie de COVID-19 a-t-elle entraînés? Quelles nouvelles difficultés a-t-elle ajoutées à celles auxquelles les médias autochtones font face depuis quelque temps?
Voir le profil de Michael McLeod
Lib. (NT)
Est-ce que ce serait votre recommandation? Je vous pose la question parce que j'allais justement vous demander quelles mesures les médias autochtones peuvent prendre pour s'attaquer aux difficultés.
Voir le profil de Michael McLeod
Lib. (NT)
Voir le profil de Michael McLeod
Lib. (NT)
Oui, c'est une préoccupation qui revient souvent.
Merci beaucoup.
Voir le profil de Michael McLeod
Lib. (NT)
Merci, monsieur le président.
Je remercie les témoins de participer à notre réunion et de nous avoir donné des informations extrêmement intéressantes. Je les remercie aussi des démarches qu’ils ont faites auprès des gouvernements du Nord canadien. Tout cela est très positif. Les gens sont contents qu’on vienne discuter avec eux.
S’agissant de l’embauche des Autochtones, les chiffres ne sont toujours pas ce qu’ils devraient être, mais je sais que vous y travaillez, que vous avez mis en place de bons programmes, et c’est déjà beaucoup.
Je crois que ce qui nous importe le plus, à tous, c’est de savoir que la Caisse est saine et solide. C’était intéressant de voir comment, après avoir affiché un bilan très positif en décembre et une baisse des placements pendant la pandémie, elle a réussi à rebondir rapidement. Est-ce que la nette augmentation de l’emploi que nous avons observée y a contribué? Est-ce que cela a eu un effet sur les placements — avant et maintenant?
Voir le profil de Michael McLeod
Lib. (NT)
Je voulais savoir si l’augmentation de l’emploi avait été un facteur positif.
Voir le profil de Michael McLeod
Lib. (NT)
Puis-je encore poser une petite question?
Voir le profil de Michael McLeod
Lib. (NT)
Vous avez dit qu’en décembre, le bilan de la Caisse était bon et que c’était même un bilan record, c’est bien cela? Je crois même que c’était le meilleur depuis 20 ans.
Voir le profil de Michael McLeod
Lib. (NT)
Merci, monsieur le président.
Je remercie le ministre de comparaître à nouveau devant notre comité. Je le remercie également, ainsi que ses collègues du Cabinet, d’assurer une excellente communication avec le gouvernement des Territoires du Nord-Ouest et les autres gouvernements du Nord.
Je suis également très heureux d’annoncer que nous n’avons enregistré aucun nouveau cas de COVID-19 depuis plus d’un mois, et que nos territoires commencent prudemment à déconfiner. Pour autant, la conjoncture économique n’est pas très positive. Il y a beaucoup d’incertitude au sujet de l’emploi. À l’instar de mes trois collègues du Nord au Sénat et de nombreux représentants des municipalités, des territoires et du monde des affaires, j’ai insisté pour que l’on assouplisse des programmes comme la subvention salariale afin de mieux répondre aux besoins particuliers de notre région.
Le gouvernement est-il prêt à faire les améliorations nécessaires pour que les entreprises du Nord puissent avoir accès aux programmes d’urgence?
Voir le profil de Michael McLeod
Lib. (NT)
Dans le Nord, je pense que nous avons un certain nombre de difficultés que ne connaît pas le reste du pays. J’espère qu’avec le déploiement des 14 milliards de dollars annoncés la semaine dernière pour stimuler la relance des économies provinciales et territoriales, le gouvernement et vous-même envisagerez de distribuer ces fonds selon une base d’affectation prévoyant un montant de base en plus d’un montant par habitant, ce qui est nettement plus intéressant pour nous. Notre population n’est pas nombreuse, et le coût de la vie et les coûts d’exploitation des entreprises sont nettement plus élevés que dans le reste du Canada. Êtes-vous prêt à l’envisager? Ça s’est déjà fait dans le passé pour d’autres programmes.
Voir le profil de Michael McLeod
Lib. (NT)
Ce qui se passe dans le secteur de la création d'emplois fera partie de nos prochaines annonces. Nous avons fait beaucoup d'annonces dans le nord; mais bon nombre de ces projets ne sont pas encore opérationnels. Nous avons également annoncé des budgets qui ne sont pas encore allés de l'avant, par exemple, les corridors commerciaux nordiques. Les montants ont été publiés pour des projets dans le nord, mais il n'y a pas eu d'appel; nous n'avons pas eu d'appel et aucun projet n'a été déterminé. Compte tenu du caractère saisonnier des travaux de construction et de l'état des routes l'hiver, ainsi que de tous les autres facteurs qui jouent sur notre capacité de mener des projets de construction, il faudrait que les appels sortent rapidement. Il ne se passe toujours rien concernant les corridors commerciaux nordiques. Ce projet pourrait-il aller de l'avant assez rapidement?
Voir le profil de Michael McLeod
Lib. (NT)
Monsieur le président, le Canada vient de recevoir pour la toute première fois le prix Équateur du Programme de développement des Nations unies. Nous tenons à féliciter la Première Nation des Dénés de Lutsël K'é et la nation métisse des Territoire du Nord-Ouest qui, avec le soutien de la Première Nation de Deninu K'ue et de la Première Nation des Dénés Yellowknives, ont créé l'aire protégée territoriale Thaidene Nëné, un parc de 14 000 kilomètres carrés où se trouvent les plus beaux cours d'eau et paysages que l'on puisse trouver sur la planète.
J'aimerais aussi remercier l'ancienne ministre de l'Environnement d'avoir réussi à obtenir un engagement du Canada de 7,9 millions de dollars, et d'avoir organisé une visite l'an dernier pour célébrer la création de ce nouveau parc. Le prix est remis à des groupes qui se sont illustrés par des actions visant à protéger la biodiversité et des écosystèmes très importants pour les générations futures et à démontrer comment les peuples autochtones et les communautés locales ont réussi à surmonter les séquelles de la discrimination et des inégalités pour soutenir leurs communautés et la planète tout entière.
Félicitations aux habitants de Lutsël K'é.
Voir le profil de Michael McLeod
Lib. (NT)
Merci, monsieur le président.
Je veux remercier les témoins de l'information fournie aujourd'hui. Je leur en suis très reconnaissant.
Je représente les Territoires du Nord-Ouest. En ce moment, nous n'avons pas de cas de COVID, et c'est en grande partie grâce au fait que nous avons fermé nos frontières avec le Yukon et l'Alberta. Le confinement a donné de bons résultats, mais notre économie en a souffert.
Le gouvernement a très bien réussi à soutenir les différentes entreprises, grâce au Fonds d'aide pour les entreprises du Nord. C'est une aide qui nous a été très utile pour les entreprises qui étaient passées à travers les mailles du filet, mais nous en avons d'autres qui sont encore très inquiètes. Même si elles ont pu obtenir du financement, des prêts et des contributions, elles craignent encore d'en arracher à long terme, car les entreprises ouvrent ailleurs sur la planète.
Je parle de l'industrie touristique et de l'industrie hôtelière. Diverses destinations en Alaska, en Islande, au Groenland, en Suède et en Norvège sont prêtes à accueillir des touristes. Il en sera de même ici, au Canada, et nous avons besoin d'assouplissements. Le programme du Compte d'urgence pour les entreprises canadiennes a été assoupli, afin de rendre admissibles les propriétaires uniques et les entreprises dont les frais salariaux sont inférieurs à 20 000 $. Je présume qu'il a été très populaire.
A-t-on formulé quelque recommandation, opinion ou idée au sujet de ce dont nous aurons besoin à l'avenir? Certains territoires et certaines provinces ou régions seront fermés pendant plus longtemps que d'autres. Je pense que le Nord sera fermé beaucoup plus longtemps que le Sud du Canada. J'aimerais savoir si vous avez des commentaires ou des idées sur le sujet.
Voir le profil de Michael McLeod
Lib. (NT)
J'ai terminé. Merci.
Voir le profil de Michael McLeod
Lib. (NT)
Merci, monsieur le président.
J'ai quelques brèves questions. J'étais très heureux d'entendre certains des renseignements fournis, surtout à propos du niveau de préoccupation au pays, qui est passé de 83 % en mars à 63 %. Je m'attends à ce que cette information diffère selon la région du pays. J'aimerais savoir quels sont les niveaux de préoccupation dans le Nord selon les enquêtes exhaustives qui ont été menées?
Voir le profil de Michael McLeod
Lib. (NT)
Cela ne peut pas être exhaustif lorsqu'une bonne partie du pays est mise de côté. Je vous serais reconnaissant de me fournir ces renseignements.
Je serais également très curieux de voir s'il y a des demandes et une participation des entreprises autochtones.
Voir le profil de Michael McLeod
Lib. (NT)
C'est une excellente nouvelle.
Je vais poser ma dernière question, si j'ai le temps.
Voir le profil de Michael McLeod
Lib. (NT)
Voyons-nous des demandes provenant du Nord en général et, plus précisément, des Territories du Nord-Ouest?
Voir le profil de Michael McLeod
Lib. (NT)
Merci, monsieur le président.
Merci à tous les témoins d'aujourd'hui. C'est certainement une discussion très intéressante.
Je suis le député pour les Territoires du Nord-Ouest. Je représente une population autochtone importante; plus de la moitié de mes concitoyens sont autochtones. Lorsqu'on a commencé à entendre parler de la pandémie, nous étions très préoccupés. L'historique des épidémies et des pandémies montre que les Autochtones sont toujours les plus touchés. Bien souvent — presque tout le temps —, nous sommes laissés à nous-mêmes, avec très peu de soutien du gouvernement.
Nous sommes très heureux de voir que le gouvernement fait des investissements. Ce sont des investissements très importants. C'est en fait historique. Plus de 500 refuges et centres d'aide aux victimes d'agressions sexuelles ont été financés. L'argent afflue vers le Nord. De nombreuses personnes sont au chômage, et nous avons vu des investissements très importants et nouveaux dans le Nord. Nous avons vu ces investissements dans tout le pays, d'ailleurs.
En ce qui concerne le soutien aux collectivités autochtones, nous avons vu de l'argent pour les programmes des terres, ce qui nous a beaucoup aidés. Nos centres d'amitié ont reçu du soutien. Cette aide nous a vraiment aidés. C'est la première fois que nous voyons ce type de soutien. Cette aide permet de rassembler les collectivités. Par ailleurs, il y a plus de gens que jamais auparavant qui s'aventurent dans la nature sauvage et qui reviennent sur la terre. Cela fait très, très longtemps. Cette aide a permis à nos collectivités de faire des choses différentes. Elle a permis à nos collectivités de restreindre la vente d'alcool. Elle a permis à nos collectivités de renforcer la sécurité sur nos routes. Elle a permis d'arrêter un grand nombre de contrebandiers et de trafiquants de drogue. Bien sûr, nous sommes capables de faire cela parce que nous sommes assez isolés. Nous avons également pu mettre en place des camps de counselling sur les terres, où les personnes traumatisées, celles qui vivent des moments difficiles, peuvent aller parler aux aînés et à certains des gardiens du savoir. Cela fonctionne très bien pour nous.
Je ne pense pas que ce soit la même chose dans le Sud. Les problèmes sont différents, selon qu'il s'agit de personnes vivant dans des centres urbains ou dans des régions rurales. Je sais qu'il y a des différences dans la manière dont les femmes autochtones font face à la pandémie par rapport aux femmes non autochtones.
Selon SheEO, y a-t-il des renseignements qui mettent en évidence que les femmes autochtones et les femmes non autochtones sont touchées différemment par la pandémie?
Voir le profil de Michael McLeod
Lib. (NT)
Je voulais seulement demander...
Voir le profil de Michael McLeod
Lib. (NT)
Oui.
Lorsque j'ai été élu en 2015, j'ai rencontré de nombreuses organisations de femmes, l'Association des femmes autochtones et bien d'autres dans ma circonscription, et il n'y avait pratiquement pas d'argent. Je sais qu'il y a eu de plus en plus d'investissements dans les budgets successifs. En 2019, il y avait un montant de 160 millions de dollars sur cinq ans pour les programmes destinés aux femmes, mais en même temps, avec cette pandémie de COVID-19, ce que j'entends de nos aînés et de certains membres de nos communautés, c'est qu'il semble régner une certaine anxiété. Il semble y avoir un certain stress.
Par exemple, dans ma petite communauté, nous avons eu trois enterrements ces 10 derniers jours — sans rapport avec la COVID —, ce qui est inhabituel pour nous. Il y a quelque chose qui se passe. Je me demande quels facteurs liés à la COVID-19 pourraient contribuer à l'augmentation de certains problèmes sociaux, notamment la violence fondée sur le genre et la violence conjugale.
Voir le profil de Michael McLeod
Lib. (NT)
Monsieur le président, je n'ai pas pu entendre quoi que ce soit pendant environ une minute.
Voir le profil de Michael McLeod
Lib. (NT)
Monsieur le président, il n'y a aucune interprétation.
Voir le profil de Michael McLeod
Lib. (NT)
Merci, monsieur le président.
Merci à tous les témoins.
J'ai une brève question pour M. Marshall de l'Association minière du Canada.
Je me suis réjoui de vous entendre dire que la sécurité des travailleurs et de la collectivité sont des priorités. Dans le Nord, les gens veulent travailler, mais ils s'inquiètent des travailleurs transitoires qui se présentent à des projets et de la propagation du virus. Les opérations minières ont dû s'adapter à des conditions de travail sans précédent et très difficiles.
J'aimerais vous parler un peu de la réponse du secteur et de la manière dont il s'est adapté pour assurer la sécurité de chacun. Agnico Eagle a mis à l'essai un centre de dépistage rapide sur le site de sa mine au Nunavut. La COVID-19 est présente à la mine Gahcho Kué, à la mine de Snap Lake et à la mine Diavik.
Comment les choses se passent-elles? S'agit-il d'une solution qui devrait être envisagée par les camps miniers partout au pays?
Voir le profil de Michael McLeod
Lib. (NT)
Merci, monsieur le président.
Merci, madame la ministre, de vous joindre à nous aujourd'hui. Je tiens également à vous remercier du travail que le Cabinet et vous avez réalisé pour nous aider à traverser la pandémie.
Puisque la pandémie n'a pas le même effet sur toutes les régions du pays, je pense que le plan de reprise économique du gouvernement devrait aussi tenir compte des différentes réalités au Canada. Les gouvernements territoriaux ont beaucoup parlé de certaines lacunes dans nos systèmes de soutien.
Dans le Nord, nous sommes très chanceux. La COVID-19 n'a pas eu beaucoup d'effet sur notre santé. Toutefois, au cours des derniers mois, cette crise a fait grimper le coût déjà élevé de la vie des habitants de ma région et a aggravé nos importantes lacunes en matière de services et d'infrastructure. Je me demande si le gouvernement est prêt à aider les territoires du Canada à relever les défis uniques de reprise économique qu'ils doivent surmonter.
Voir le profil de Michael McLeod
Lib. (NT)
Alors que nous avançons sur la voie de la reprise économique, nous, les habitants du Nord, aurons besoin d'une plus grande souplesse en ce qui concerne les projets à frais partagés. Nous aurons besoin d'affecter des fonds à des programmes de relance économique axés sur un financement de base auquel s'ajoute un supplément selon le nombre d'habitants.
Croyez-vous que ces mesures sont envisageables?
Voir le profil de Michael McLeod
Lib. (NT)
Résultats : 1 - 30 de 93 | Page : 1 de 4

1
2
3
4
>
>|
Exporter en: XML CSV RSS

Pour plus d'options de données, veuillez voir Données ouvertes