Comité
Consultez le guide de l'usager
Pour obtenir de l’aide, contactez-nous
Consultez le guide de l'usager
Pour obtenir de l’aide, contactez-nous
Ajouter un critère de recherche
Résultats : 1 - 15 de 133
Theresa Tam
Voir le profil de Theresa Tam
Theresa Tam
2020-05-22 11:28
La réserve ne visait pas principalement le stockage de l'équipement de protection individuelle. Elle visait certaines contre-mesures uniques, comme les vaccins contre la variole, la fièvre charbonneuse et autres.
Dans le cadre de la préparation en cas de pandémie, les provinces et les territoires ont leurs propres réserves et leur propre équipement de protection individuelle, qu'ils utilisent souvent. Il n'y en avait pas beaucoup, c'est certain. Cela peut aider pour une situation particulière, mais ce n'était pas l'objectif principal de la RNSU. Je suis certaine que nous allons tirer des leçons de la pandémie et que nous déciderons de ce qui devrait constituer la RNSU pour l'avenir.
Theresa Tam
Voir le profil de Theresa Tam
Theresa Tam
2020-05-22 11:49
Je pense que les mesures de santé publique éprouvées restent les mêmes. Dans la mesure du possible, continuez à observer la distanciation sociale, à vous laver les mains, à vous couvrir la bouche quand vous toussez et à rester à la maison si vous êtes malades. C’est très important.
De concert avec l’ensemble des médecins hygiénistes en chef provinciaux et territoriaux, nous avons dégagé un consensus — nous avons formulé une recommandation, en réalité — qu’un masque ou un couvre-visage non médical ajoute une couche de protection qui permet aux gens de se protéger les uns les autres des gouttelettes produites pendant la respiration si vous ne pouvez pas maintenir une distance de deux mètres ou vous n’êtes pas certain de pouvoir le faire. Cette règle s’appliquerait notamment dans les transports en commun ou dans les supermarchés, ou des situations semblables, mais il est clairement question du concept « je te protège et tu me protèges ».
Cela dit, les provinces et les territoires publient chacun leurs propres avis à la population en fonction de la situation sanitaire dans leur région.
Theresa Tam
Voir le profil de Theresa Tam
Theresa Tam
2020-05-22 11:55
Le plan auquel vous faites allusion est le Plan canadien de lutte contre la pandémie d'influenza, qui est un document d'orientation. Il s'agit d'un plan national général. Il conseillait à tous les ordres de gouvernement de planifier pour 16 semaines, car il s'agissait d'une durée appropriée à envisager pour une pandémie qui pourrait aussi y avoir plus d'une vague.
Cette recommandation de point de repère s'applique non seulement au gouvernement fédéral, mais aussi au système de santé en général. Je pense qu'il vise le système de santé dans son ensemble en ce qui concerne l'équipement de protection individuelle et les différents rôles et responsabilités des gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux. C'était la recommandation à l'époque.
Comme je le dis, il s'agit d'une crise mondiale sans précédent, et nous pourrions tous, pas seulement la réserve fédérale, mais les réserves provinciales...
Theresa Tam
Voir le profil de Theresa Tam
Theresa Tam
2020-05-19 17:07
Bonjour.
Je tiens à remercier le président et les membres du Comité de me donner l’occasion de revenir vous parler aujourd’hui.
L’émergence et la propagation rapides du SRAS-CoV-2, le virus qui cause la COVD-19, ont mis au défi les capacités mondiales comme jamais auparavant.
Au Canada, on compte maintenant environ 78 500 cas confirmés de COVID-19, dont 5 857 décès, et environ 50 % des personnes touchées sont rétablies. À ce jour, les laboratoires d’un bout à l’autre du Canada ont testé plus de 1 337 000 personnes pour le nouveau coronavirus, et environ 5 % ont obtenu un résultat positif. Ensemble, les provinces et les territoires testent quotidiennement plus de 27 000 personnes en moyenne. Ces chiffres changent toutefois rapidement, et nous les mettons constamment à jour sur la page Web Canada.ca/coronavirus.
La COVID-19 demeure une grave menace à la santé publique; toutefois, les efforts collectifs que nous avons déployés pour ralentir la propagation de la maladie et contrôler l’épidémie ont aplati la courbe au Canada. Le ralentissement du taux de transmission a donné lieu à des dénombrements quotidiens plus faibles; il demeure toutefois des éclosions localisées et une transmission active dans différentes régions du pays, ce qui signifie que nous devons rester vigilants.
Au moment où nous commençons à contrôler la première vague épidémique au Canada, la détection rapide et la suppression de toute nouvelle hausse du nombre de cas demeurent nos priorités. En termes simples, nous devons maintenir les taux d’infection bas pendant que nous développons de façon accélérée des traitements et un vaccin sûrs et efficaces contre la COVID-19.
Notre voie à suivre est peuplée d’incertitudes; c’est pourquoi nous devrons agir prudemment et apprendre en cours de route. La réponse du Canada a reposé et repose toujours sur la science, sur l’évolution de nos connaissances sur le mode de propagation du virus et sur le déploiement de mesures de santé publique efficaces. En outre, nous nous rajusterons rapidement, au besoin, afin de réduire véritablement la propagation de ce virus au moment de rouvrir la vie économique et sociale du Canada.
Le Canada doit continuer de répondre à la COVID-19 d’une manière collaborative, qui soutient et inclut les particuliers, les collectivités, différents secteurs et les gouvernements.
En fait, le rôle fédéral de la santé publique en est un de leadership, qui repose sur la recherche et la science, la collaboration internationale, les données et la surveillance, et l’évaluation continue des risques. Il s’agit du leadership dont nous faisons preuve pour garder les Canadiens informés de ce que nous savons et ce que nous ignorons et leur expliquer comment nous sommes à trouver des réponses aux questions complexes qu’une nouvelle maladie infectieuse soulève. C’est aussi le leadership dont nous faisons preuve en mobilisant les capacités pour pallier rapidement les lacunes, s’il y a lieu, et pour fournir les ressources qui renforcent la réponse de santé publique, peu importe où elles sont requises.
L’excellente collaboration entre le gouvernement fédéral et les gouvernements provinciaux et territoriaux a été l’une des pierres angulaires de la réponse du Canada jusqu’à présent.
Afin de nous guider vers l’avenir, nous continuerons de travailler étroitement dans le cadre des réunions régulières du Comité consultatif spécial fédéral-provincial-territorial sur la COVID-19, qui comprend les médecins hygiénistes en chef, ainsi que Service correctionnel Canada et Services aux Autochtones Canada. Nous tenons plusieurs réunions par semaine présentement.
Le Groupe de travail sur les communautés éloignées et les Autochtones, qui rend compte au Comité consultatif spécial, a aussi été mis sur pied afin de répondre de façon collaborative aux besoins uniques des communautés éloignées et isolées et à ceux des Premières Nations, des Métis et des Inuits.
J’aimerais maintenant prendre quelques minutes pour présenter une mise à jour sur certains des domaines clés dans lesquels l’Agence de la santé publique du Canada soutient le gouvernement du Canada et ses partenaires provinciaux et territoriaux dans la réponse à la pandémie de COVID-19.
Les tests sont l’un des aspects cruciaux de notre réponse à la pandémie. On continue d’adapter la stratégie ou l’approche du Canada à l’égard des tests au fur et à mesure que la science sur le virus évolue, que d’autres options d’essais deviennent disponibles et que la pandémie progresse. Elle se fonde sur les trois priorités fondamentales de santé publique, soit mener des tests pour tous les cas soupçonnés, rechercher agressivement tous leurs contacts, isoler les personnes infectées et mettre leurs contacts en quarantaine.
Les tests, avec la recherche de contacts, sont cruciaux pour isoler chaque cas et briser la chaîne de transmission. Le Laboratoire national de microbiologie, le LNM, a joué un rôle crucial dans ce domaine.
Cinq jours après que la séquence génétique du nouveau coronavirus soit rendue disponible, des scientifiques du LNM ont conçu un test diagnostique moléculaire, ce qui permet maintenant à plus de 30 laboratoires de partout au Canada de mener des tests de confirmation. En outre, au fur et à mesure que des tests commerciaux sont devenus disponibles, les programmes de validation et d’évaluation de la qualité du LNM ont augmenté leurs activités afin de garantir que ces tests donnaient des résultats exacts.
Le comité consultatif spécial sur la COVID-19 a révisé dernièrement les directives nationales en matière d’essai en laboratoire en mettant l’accent sur l’élargissement des tests auprès de toute personne ayant des symptômes, même bénins. Des réflexions quant aux tests de personnes asymptomatiques furent également proposées.
Le gouvernement du Canada a aussi annoncé récemment la mise sur pied du Groupe de travail sur l’immunité face à la COVID-19 afin de coordonner des études sérologiques ou sur les anticorps en population générale pour déterminer l’étendue de l’infection au Canada. On contribuera ainsi à déterminer la proportion de la population qui a acquis une certaine immunité contre le virus pour orienter des réponses efficaces en matière de santé publique à l’avenir, y compris des programmes de vaccination.
Le fait d’avoir une approche robuste en matière de tests est une composante clé des phases de réouverture, et le Canada cherche à mettre en œuvre une approche à multiples facettes à l’égard des tests, qui comprend une combinaison de tests en laboratoire (tests de réaction en chaîne de la polymérase (RCP)), aux points de service et sérologiques.
Le développement d’un vaccin contre la COVID-19 est une priorité pour tous les pays. Le Laboratoire national de microbiologie est membre d’un réseau national qui utilise le séquençage du génome pour comprendre le fonctionnement du virus, son évolution et la raison pour laquelle la gravité de la maladie est si différente d’une personne à l’autre. Les travaux que mène le LNM sur le développement d’un vaccin s’appuient sur des antécédents qui comprennent le développement réussi d’un vaccin contre le virus Ebola. Nous examinons sept technologies de développement de vaccin et nous collaborons avec l’industrie et le milieu universitaire pour contribuer à la découverte d’un vaccin.
L’un des autres domaines d’intérêt importants pour le gouvernement du Canada a été d’obtenir de l’équipement de protection individuelle (EPI) crucial et des fournitures médicales pour les travailleurs de la santé de première ligne. Nous le faisons par l’intermédiaire d’un approvisionnement en gros collaboratif avec les provinces et les territoires, le renforcement de la capacité de production nationale et la recherche d’éventuelles solutions de rechange et façons de prolonger la durée de vie des produits.
L’Agence de la santé publique du Canada continue aussi de collaborer étroitement avec les provinces et les territoires à la mise à jour des lignes directrices sur la prévention et le contrôle des maladies infectieuses, selon les meilleures données probantes disponibles, pour un éventail de milieux hospitaliers, y compris les établissements de soins de longue durée.
Une autre chose importante est de tenir les Canadiens informés. À ce chapitre, l’Agence de la santé publique du Canada a donné aux Canadiens des renseignements en temps opportun sur la façon de protéger leur santé et nos systèmes de santé élargis. Cela comprend le site Web Canada.ca/coronavirus, une ligne d’information sans frais sur la COVID-19 et l’application de COVID-19 du Canada, laquelle a été téléchargée plus de 540 000 fois à ce jour.
À l’échelle nationale, nous avons vu que la collaboration entre les Canadiens, qui ont collectivement respecté les mesures de santé publique recommandées, y compris la distanciation physique et les mesures d’hygiène, a permis de ralentir la croissance de l’épidémie de COVID-19. À l’avenir, tous les ordres de gouvernement sont résolus à travailler ensemble en vue d’élaborer une approche commune et axée sur des données probantes à l’égard de l’assouplissement prudent des mesures de santé publique, dans le but principal de protéger la santé des Canadiens et en tenant compte des différences régionales.
Il faut établir un équilibre crucial entre les mesures de contrôle en matière de santé publique qui réduisent au minimum les répercussions de la COVID-19 et les conséquences sociales et économiques. Notamment les mesures frontalières prises en vertu de la Loi sur la mise en quarantaine visant à renforcer et restreindre l’entrée au Canada de l’étranger, y compris des États-Unis, demeurent en place. Celles-ci seront réévaluées au fur et à mesure que de nouveaux renseignements deviennent disponibles.
Le Comité consultatif spécial sur la COVID-19 a récemment formulé des recommandations et des lignes directrices nationales en matière de santé publique, lesquelles comprennent des objectifs, des principes, des critères et des indicateurs communs, qui sont les fondements à la levée des restrictions.
Nous devons aussi continuer de renforcer les capacités en matière de santé publique en prévision de vagues futures de COVID-19, ce qui comprend la capacité d’effectuer davantage de tests pour détecter rapidement des cas, enquêter sur les éclosions et trouver et gérer les contacts. Le gouvernement du Canada collabore aussi étroitement avec les provinces et les territoires afin d’accroître la capacité de tests au-delà des laboratoires actuels et de mettre en œuvre des stratégies visant à mobiliser un plus grand nombre d’effectifs à la recherche de contacts.
La COVID-19 a eu des répercussions considérables sur la santé physique et mentale générale des Canadiens. Les répercussions directes sur la santé ont été dévastatrices et les résultats les plus graves ont touché les aînés en établissements de soins de longue durée et en résidences-services. À l’avenir, l’approche que nous adoptons doit garantir que les groupes vulnérables ou qui présentent un risque accru sont mieux protégés. En font partie les personnes vulnérables en raison de leur âge ou de problèmes de santé sous-jacents, vivant en régions éloignées, dans des espaces restreints ou des logements temporaires, ou sans domicile stable ou fixe.
Nous devons aussi songer aux conséquences involontaires des restrictions en place, y compris l’augmentation de la violence familiale et de l’isolement social, le report de rendez-vous médicaux pour soigner des maladies graves et chroniques et la consommation problématique de substances.
Au fur et à mesure que les restrictions de santé publique sont levées, nous voulons être en mesure de répondre rapidement à tout nouveau cas ou groupe de cas pour continuer d’étouffer l’épidémie. Nous devons toutefois nous préparer à un éventuel rétablissement des restrictions en matière de santé publique si le nombre de cas augmente de nouveau.
Nous ignorons comment la COVID-19 évoluera au cours des prochains mois; toutefois, la santé publique doit être prête à l’éventualité d’une autre vague, qui coïnciderait avec la saison annuelle de l’influenza. C’est ce défi et d’autres qui se dressent devant nous pendant cette crise de santé publique sans précédent. Les autorités de santé publique sont informées, mobilisées et entièrement résolues à surmonter courageusement ces défis, pleinement soutenues par l’ingéniosité, la collaboration et l’innovation canadiennes.
Je vous remercie de votre attention.
Je répondrai avec plaisir à toute question que vous pourriez avoir.
Theresa Tam
Voir le profil de Theresa Tam
Theresa Tam
2020-05-19 17:50
Je crois que le Règlement sanitaire international et le cadre dans lequel l'OMS fonctionne — le Secrétariat de l'OMS —, avant que ne se produise cet événement sans précédent dans l'ère moderne, reposent vraiment sur la lutte contre les risques pour la santé publique.
Theresa Tam
Voir le profil de Theresa Tam
Theresa Tam
2020-05-19 17:50
Je pense que l'OMS recommande toujours que les pays qui prennent des mesures supplémentaires comme celle d'imposer des interdictions de voyager s'expliquent, et c'est pourquoi plus de 100 pays ont dû expliquer pourquoi ils ont édicté de telles interdictions en fonction de leurs objectifs.
Theresa Tam
Voir le profil de Theresa Tam
Theresa Tam
2020-05-19 17:51
Je pense que nous croyons avoir pris la décision en fonction du caractère évolutif de l'épidémie et du risque qu'elle pose pour les Canadiens. Nous nous sommes expliqués à l'OMS durant la période prévue par le Règlement sanitaire international, et nous devons continuer à l'évaluer.
Theresa Tam
Voir le profil de Theresa Tam
Theresa Tam
2020-05-19 17:51
Elle était fondée sur un examen des données probantes mené par le Comité consultatif spécial, dont je viens de parler, qui comprend les autres médecins hygiénistes en chef. Elle reposait sur l'évolution des connaissances scientifiques, avec la prise en compte de la transmission asymptomatique et présymptomatique et de l'évolution des recherches qui sont publiées. Avant cela, très peu de recherches avaient été publiées, et nous avons donc continué à mettre à jour nos conseils en fonction des derniers renseignements. Je pense que...
Theresa Tam
Voir le profil de Theresa Tam
Theresa Tam
2020-05-19 17:52
Je pense que nous savons que ce coronavirus se transmet par des gouttelettes respiratoires, et surtout par la toux ou les éternuements, mais également par d'autres voies, principalement par la bouche et le nez. Ce sont les principales voies de transmission. Nous connaissons les mesures éprouvées pour réduire les risques, mais nous avons également recommandé le port de masques non médicaux — nous réservons les masques médicaux aux professionnels de la santé — comme mesure de protection supplémentaire qui vient s'ajouter aux autres mesures de santé publique.
Theresa Tam
Voir le profil de Theresa Tam
Theresa Tam
2020-05-19 17:53
Comme je l'ai dit, nous avons examiné les connaissances scientifiques et les données disponibles, et il y avait très peu de renseignements scientifiques. Il s'agissait en partie d'études sur l'influenza, d'études en laboratoire et d'études de modélisation. Nous avons pris l'ensemble de ces connaissances cette semaine-là. Nous avons pris un certain nombre de publications en considération et, comme je l'ai dit, cela reposait également en grande partie sur les publications sur la transmission asymptomatique et présymptomatique.
Theresa Tam
Voir le profil de Theresa Tam
Theresa Tam
2020-05-19 17:54
Je ne suis pas certaine de savoir exactement quelles interdictions de voyager Taïwan avait édictées à l'époque, mais, bien entendu, les choses évoluaient rapidement et les pays prenaient différentes mesures.
Theresa Tam
Voir le profil de Theresa Tam
Theresa Tam
2020-05-19 17:54
Je crois que nous avons appris beaucoup de choses ces derniers mois. Je crois toujours que, évidemment, le paradigme, auparavant, c'était qu'il nous fallait contenir la propagation du virus à la source et que nous devions être extrêmement...
Theresa Tam
Voir le profil de Theresa Tam
Theresa Tam
2020-05-19 17:55
Je pense que, comme tous les autres pays, nous en avons appris sur les mesures de prévention et de contrôle des infections qui sont essentielles pour la santé publique et qui fonctionnent: rester à la maison si l'on est malade, se laver les mains, se couvrir la bouche quand on tousse, etc.
Je crois que nous en apprenons beaucoup plus sur la façon d'appliquer les mesures à la frontière et les conseils de santé aux voyageurs. Nous continuerons d'examiner ce que d'autres pays font et ce qui se passe, particulièrement durant cette période, au moment où d'autres pays ouvrent leurs économies et procèdent au déconfinement de leurs sociétés. Nous devons examiner ce qui leur arrive et tirer des leçons de leur expérience.
Theresa Tam
Voir le profil de Theresa Tam
Theresa Tam
2020-05-19 17:59
Comme je viens de le dire, le Comité consultatif spécial fédéral-provincial-territorial, qui comprend les médecins hygiénistes en chef, examine les données probantes, dont vous venez de parler en grande partie.
Le comité voulait vraiment assurer une certaine souplesse en fonction de la situation et de l'épidémiologie locales. Dans les provinces et les territoires où il n'y a pas eu de transmission communautaire, la situation est un peu différente par rapport à celle des provinces où il y en a eu.
Alors que nous commençons à assouplir prudemment et lentement certaines des mesures publiques, nous avons mis à jour notre recommandation sur l'utilisation de masques non médicaux. À l'heure actuelle — en fonction des données probantes, mais également de l'épidémiologie canadienne —, si l'épidémiologie locale et la transmission communautaire le justifient, il est recommandé de porter un masque non médical ou un couvre-visage en tissu lorsqu'il n'est pas possible de maintenir une distance physique avec les autres, surtout, comme vous pouvez l'imaginer, dans les transports en commun, les épiceries et les lieux de vente au détail. Il s'agit de protéger les autres, donc « je vous protège et vous me protégez ».
Quant à savoir ce qui se passe exactement dans les différentes municipalités, comme Toronto ou Montréal, elles doivent avoir la marge de manœuvre qu'il faut pour le faire. Comme vous l'avez dit, il s'agit d'une mesure de protection supplémentaire, pourvu que tout le monde se souvienne qu'elle ne vient pas nécessairement éliminer le besoin de respecter les mesures d'éloignement physique et d'hygiène. Il s'agit certainement d'une mesure de protection supplémentaire lorsqu'on ne peut s'assurer de maintenir la distance sanitaire de deux mètres par rapport aux autres.
Theresa Tam
Voir le profil de Theresa Tam
Theresa Tam
2020-05-19 18:01
Encore une fois, c'est une question de marge de manœuvre. Comme vous le verrez, Montréal fait de plus en plus ce type de recommandations. De plus, il faut aider les gens pour qu'ils puissent répondre à ces recommandations, donc s'assurer que ceux, par exemple, qui ne peuvent... Nous devons faire en sorte que ce soit accessible à tous les segments de la société également.
Les Canadiens ont joué un très grand rôle dans le contrôle de l'épidémie, et nous devons les rassembler et les faire participer aux mesures collectives. Le port du masque constitue un changement de comportement social énorme, et je crois qu'il y a maintenant un élan, et donc qu'il est très important de mobiliser les Canadiens et de maintenir leur confiance. Je crois que la décision d'obliger le port du masque ou non dépend de la situation dans une municipalité donnée; il s'agit de savoir s'il est justifié de le faire.
Résultats : 1 - 15 de 133 | Page : 1 de 9

1
2
3
4
5
6
7
8
9
>
>|
Exporter en: XML CSV RSS

Pour plus d'options de données, veuillez voir Données ouvertes