Comité
Consultez le guide de l'usager
Pour obtenir de l’aide, contactez-nous
Consultez le guide de l'usager
Pour obtenir de l’aide, contactez-nous
Ajouter un critère de recherche
Résultats : 1 - 15 de 64
Voir le profil de Gudie Hutchings
Lib. (NL)
Merci, madame la présidente.
Mesdames, je vous remercie toutes les deux d'être là, aujourd'hui, en cette époque extraordinaire. Mais surtout, merci pour le travail que vous faites pour aider les Canadiens, les femmes, les jeunes filles et tout le monde. Vous faites un travail phénoménal.
Madame Walker, je vous lève mon chapeau. C'est aux premiers jours de la pandémie, je crois, que vous vous êtes rendu compte que la ligne d'assistance téléphonique pour la traite des êtres humains avait cessé de fonctionner et que vous avez attiré l'attention du gouvernement là-dessus. Je vous en remercie. Il est intéressant de constater que vous avez demandé de l'aide un jour et que, dès le lendemain, heureusement, grâce au ministre de la Sécurité publique, elle fonctionnait de nouveau. Depuis lors, elle a reçu plus de 340 appels. Je vous en remercie donc. Sans cela, ces dames et leurs amis auraient encore une fois glissé entre les mailles du filet.
Mme Hawranik, j'ai vraiment aimé ce que vous avez dit, que la COVID est comme une lampe-torche. Nous savons tous que beaucoup de ces problèmes existent depuis très longtemps, et la COVID a effectivement contribué à les mettre en lumière. Que faisons-nous et que pouvons-nous faire mieux pour nous assurer que lorsque la deuxième vague arrivera, nous aurons réglé ce problème particulier et, plus important encore, que nous aurons fait des changements fructueux pour ces organisations, ces femmes, ces enfants et ces jeunes garçons à l'avenir?
J'ai juste quelques points à aborder avec vous. Premièrement, on savait que le financement annoncé en 2015 allait expirer en 2020. Nous reconnaissons l'importance du problème qu'est la traite des êtres humains. C'est pourquoi la stratégie de lutte contre la traite des êtres humains sera lancée à la fin de ce mois, je crois. Cela va être fantastique. Nous allons investir 75 millions de dollars, dans tous les ministères et agences du gouvernement. Le ministère des Femmes et de l'Égalité des genres du Canada recevra ainsi 10 millions de dollars, et les demandes de financement dans ce cadre pourront bientôt être faites.
Nous savons qu'il est urgent d'agir. C'est pourquoi nous mettons en place certaines mesures dès maintenant. Nous savons que nous devons nous attaquer à la violence sexiste sous toutes ses formes. C'est pourquoi nous soutenons le plan d'action national et ses plus de 200 millions de dollars d'investissements supplémentaires. Les femmes sont au cœur de notre toute première stratégie nationale en matière de logement. Il s'agit de notre plan décennal de 55 milliards de dollars qui vise à donner à un plus grand nombre de Canadiens un endroit qu'ils puissent appeler leur chez-eux. Et 30 % de ces fonds doivent être consacrés à des projets qui profitent aux femmes et aux filles.
En outre, nous avons promis de créer au moins 7 000 places dans des refuges d'ici 2027. Nous avons atteint cet objectif bien avant le début de la pandémie de COVID-19. Nous avons quand même doublé les fonds alloués aux femmes vulnérables et à leurs familles depuis le début de la pandémie. L'une des premières choses que nous avons annoncées, ce sont des fonds de 50 millions de dollars destinés à ce groupe, dont 30 millions de dollars pour les refuges et les centres d'aide aux victimes d'agressions sexuelles, 10 millions de dollars pour les refuges autochtones par l'intermédiaire de Services aux Autochtones Canada et un fonds d'urgence de 10 millions de dollars pour des organisations comme le London Abused Women's Centre, afin de fournir les services essentiels non liés aux refuges à toutes ces femmes.
Par l'intermédiaire de Women's Shelters Canada, nous avons fourni plus de 20 millions de dollars à plus de 420 refuges pour femmes dans tout le Canada, d'un océan à l'autre. Par l'intermédiaire de la Fondation canadienne des femmes, nous avons fourni plus de 2 millions de dollars à plus de 90 centres d'aide aux victimes d'agressions sexuelles. Nous avons également collaboré avec la province de Québec pour lui fournir une aide financière aussi, de 6,46 millions de dollars. Selon le tout dernier rapport, ces fonds ont été alloués à plus de 120 refuges pour femmes et 50 centres d'aide aux victimes d'agressions sexuelles dans la province de Québec. Au moment où nous nous parlons, la Fondation canadienne des femmes est en train de distribuer l'argent du fonds d'urgence.
Nous ne savons pas exactement combien d'organisations ont reçu de l'argent à ce jour, mais nous savons et pouvons confirmer que l'un des bénéficiaires était votre centre, madame Walker, le London Abused Women's Centre.
J'aimerais aborder la question de la garde d'enfants un bref instant. Je veux juste m'assurer... Encore une fois, d'après toutes les discussions qu'il a pu y avoir, il est ressorti que le volet de la garde d'enfants est très important en ce qui concerne le retour au travail des femmes. Nous sommes fiers d'avoir signé la toute première entente multilatérale avec les provinces et les territoires sur l'apprentissage et la garde des jeunes enfants, car nous savons qu'investir dans nos enfants, c'est investir dans notre avenir. Nous avons prévu 7,5 milliards de dollars, entre 2017 et 2028, pour donner aux enfants le meilleur départ possible dans la vie. Depuis 2017, nous avons créé plus de 40 000 places de garde d'enfants, offrant aux enfants qui en ont le plus besoin des services de garde de qualité, abordables et culturellement adaptés. Nous avons mis beaucoup d'argent dans les poches de neuf familles sur 10 grâce à l'Allocation canadienne pour enfants. Nous sommes actuellement en train de renouveler chacune des ententes bilatérales passées avec les provinces et les territoires. Nous espérons pouvoir annoncer ces ententes prochainement. Nous savons tous que la garde d'enfants relève essentiellement de la responsabilité de la province, comme c'est le cas pour beaucoup de choses, mais parce que nous voulons aider, nous entrons en scène.
Nous savons qu'il reste encore beaucoup à faire. Il est important de reconnaître le chemin parcouru: ainsi, entre 2015 et 2019, le gouvernement a augmenté les fonds destinés aux organisations de femmes et de défense de l'égalité des sexes. Ils sont passés de moins de 20 millions de dollars, pendant la dernière année du gouvernement Harper, en 2014, à plus de 65 millions de dollars par an depuis lors.
Cette année, par l'intermédiaire du ministère des Femmes et de l'Égalité des genres, FEGC, qui n'était auparavant qu'une sous-section d'un autre ministère, le gouvernement a approuvé un financement total de plus de 110 millions de dollars. C'est plus que le financement total combiné des cinq dernières années du gouvernement conservateur. C'est donc merveilleux que ce sujet soit passé sur le devant de la scène. Nos investissements représentent un financement essentiel pour plus de 1 200 organisations.
Madame Hawranik, puisque le sujet de la COVID-19 est sur le tapis, je serais curieuse de vous entendre parler de votre expérience en Alberta lors du ralentissement des industries pétrolière et gazière, ce que ma province connaît en ce moment aussi. Quels sont les programmes que vous avez mis en place et qui vous ont vraiment aidés? Quelles leçons pouvons-nous tirer de ce que vous avez fait en Alberta et de vos tribulations là-bas? Que pouvons-nous en apprendre et mettre à profit dans notre traitement en ce moment de la crise liée à la COVID et ce que nous devrons faire à l'avenir, quand la deuxième vague de COVID surviendra?
Voir le profil de Churence Rogers
Lib. (NL)
Madame la présidente, j'aimerais d'abord préciser que je partage mon temps de parole avec le député de Davenport.
Madame la présidente, dans ma circonscription, Bonavista—Burin—Trinity, de nombreuses personnes et entreprises locales dépendent fortement de l'industrie de la pêche. Nous éprouvons des difficultés depuis le début de la pandémie de COVID-19. Nombreux sont les gens qui ont vu leur revenu et leurs possibilités diminuer en raison de la réduction des saisons de pêche et de l'augmentation des coûts liés à l'achat d'équipement de protection individuelle pour assurer la sécurité des employés à leur retour au travail, entre autres dépenses nouvelles et imprévues.
Madame la présidente, en avril, la ministre des Pêches et des Océans a annoncé la création d'un fonds pour la stabilisation des produits de la mer afin d'aider les transformateurs à accroître leur capacité et à accéder au marché de détail intérieur. Cela comprend un financement pour améliorer et élargir les systèmes de réfrigération et de congélation, pour acheter ou exploiter des technologies de fabrication et des technologies automatisées qui améliorent la qualité et la productivité des produits de la mer et qui aideront les pêcheurs et les transformateurs pour les années à venir.
La ministre peut-elle dire à la Chambre et à l'industrie comment les transformateurs peuvent présenter une demande afin que ce fonds soutienne l'industrie de la pêche et l'économie locale dans ma province, Terre-Neuve-et-Labrador, et dans toutes les collectivités côtières d'un océan à l'autre?
Voir le profil de Ken McDonald
Lib. (NL)
Voir le profil de Ken McDonald
2020-06-17 15:02
Bonjour à tous. Je déclare la séance ouverte.
Je vous souhaite la bienvenue à cette 11e réunion du Comité permanent des pêches et des océans de la Chambre des communes. Conformément à la motion adoptée par la Chambre le 26 mai 2020, à l'article 108(2) du Règlement et à la motion adoptée le 1er juin 2020, le Comité poursuit son étude sur les impacts de la COVID-19 sur les acteurs de l'industrie de la pêche.
La séance d'aujourd'hui se déroule par vidéoconférence. Les délibérations sont publiques et accessibles sur le site Web de la Chambre des communes. À titre informatif, la webémission montrera la personne qui parle et non tous les membres du Comité.
Les membres réguliers du Comité sont maintenant bien au fait des règles à suivre, mais dans l'intérêt des témoins qui participent à la réunion virtuelle d'un comité de la Chambre des communes pour la première fois, je vais vous en rappeler quelques-unes.
L’interprétation dans le cadre de cette vidéoconférence fonctionnera pratiquement de la même manière qu’à une réunion ordinaire du Comité. Au bas de votre écran, vous avez le choix entre le parquet, l’anglais ou le français. Lorsque vous parlez, si vous avez l’intention de passer d’une langue à l’autre, vous devrez chaque fois changer le canal d’interprétation pour choisir celui qui correspond à la langue que vous employez. Tâchez de faire une courte pause au moment de changer de langue.
Avant de parler, veuillez attendre que je vous nomme. Lorsque vous êtes prêt à prendre la parole, vous pouvez cliquer sur l’icône du micro pour l'activer.
Si un député souhaite faire un rappel au Règlement, il devrait activer son micro et annoncer qu'il souhaite faire un rappel au Règlement. Si un député souhaite réagir au rappel au Règlement de l'un de ses collègues, je l'encourage à utiliser la fonction « Lever la main ». Pour ce faire, vous n'avez qu'à cliquer sur l'icône « Participants », au bas de votre écran et lorsque la liste s'affichera, vous verrez que vous pouvez cliquer sur la fonction « Lever la main » à côté de votre nom. Cela indiquera à la présidence que vous souhaitez prendre la parole et cela permettra de conserver l'ordre chronologique des intervenants.
Lorsque vous ne parlez pas, assurez-vous que votre micro est désactivé. Je ne le dirai jamais assez. Sinon, nous obtenons un retour audio, ce qui peut interférer avec l'intervention en cours.
L'utilisation d'un casque d'écoute est vivement recommandée. Lorsque vous parlez, veuillez vous exprimer lentement et clairement.
Si un problème technique survient — avec l'interprétation ou le son, par exemple —, veuillez en aviser immédiatement la présidence et l'équipe technique s'occupera du problème. Veuillez noter que nous devrons peut-être suspendre la séance pendant ce temps, afin de veiller à ce que tous les membres du Comité puissent participer pleinement à la réunion.
Avant de commencer, je demanderais à tout le monde de cliquer sur le coin supérieur droit de leur écran pour activer l'affichage en mode « galerie ». Cela vous permettra de voir tous les participants à la réunion et les participants pourront se voir les uns les autres.
J'aimerais maintenant souhaiter la bienvenue à nos témoins.
Nous recevons aujourd'hui Christina Burridge, qui est directrice exécutive de la BC Seafood Alliance; Martin Mallet, directeur exécutif de l'Union des pêcheurs des Maritimes; et, directement de ma province, Keith Sullivan, président de Fish, Food and Allied Workers.
Madame Burridge, nous commencerons par vous. Vous avez un maximum de six minutes. Allez-y.
Voir le profil de Ken McDonald
Lib. (NL)
Voir le profil de Ken McDonald
2020-06-17 16:52
Oui. Si le Comité consent à nous permettre de dépasser légèrement le temps afin d'examiner les travaux du Comité, je vous autoriserais certainement à effectuer un bref tour de questions au cours duquel chaque parti pourrait poser une question, accordant peut-être une minute pour la question et une minute pour la réponse. Si nous pouvions procéder ainsi, si cela convient à tous et si tout le monde est d'accord... Je vois des gens acquiescer. Comme personne ne semble opposé à l'idée, nous effectuerons des interventions d'une minute.
Le premier sur ma liste — et je ne sais pas si c'est lui qui sera le premier intervenant — est M. Calkins, qui peut poser une question d'une minute et recevoir une réponse d'une minute.
Vous avez la parole.
Voir le profil de Ken McDonald
Lib. (NL)
Voir le profil de Ken McDonald
2020-06-16 14:12
La séance est ouverte.
Je vous souhaite la bienvenue à cette 10e réunion du Comité permanent des pêches et des océans de la Chambre des communes. Conformément à la motion adoptée par la Chambre le 26 mai 2020, à l'article 108(2) du Règlement et à la motion adoptée le 1er juin 2020, le Comité poursuit son étude sur les impacts de la COVID-19 sur les acteurs de l'industrie de la pêche.
La séance d'aujourd'hui se déroule par vidéoconférence. Les délibérations sont publiques et accessibles sur le site Web de la Chambre des communes. À titre informatif, la webémission montrera la personne qui parle et non tous les membres du Comité.
Nous avons dû modifier la liste des témoins à 13 heures parce que certains d'entre eux n'ont pas réussi à se brancher avec nous. Nous les avons avisés qu'ils pouvaient transmettre leur mémoire par écrit. D'autres témoins n'ont pas communiqué avec nous pour faire des tests de connexion et de son, comme nous leur demandons habituellement de faire. Si la connexion s'avère difficile ou impossible avec certains témoins ou si la piètre qualité du son empêche l'interprétation, les témoins devront transmettre leur déclaration préliminaire à la greffière, qui les distribuera à tous les membres du Comité. Les membres du Comité pourront également demander aux témoins de répondre à certaines questions par écrit, s'ils le veulent.
Dans l'intérêt de tous les membres du Comité, mais aussi des témoins qui participent à la réunion virtuelle d'un comité de la Chambre des communes pour la première fois, je vous rappelle quelques règles à suivre.
L'interprétation offerte pendant la vidéoconférence sera essentiellement la même que lors d'une réunion normale. Au bas de l'écran, vous avez le choix du canal anglais, français ou sans interprétation. Si vous avez l'intention de passer d'une langue à l'autre lorsque vous parlez, vous devrez choisir le canal qui correspond à la langue dans laquelle vous vous exprimez. Il serait préférable de prendre une petite pause lorsque vous changez de langue et de canal. Je vous prie d'attendre que je vous appelle avant d'intervenir. Lorsque vous êtes prêts à intervenir, il faut cliquer sur l'icône du microphone afin d'allumer votre micro.
Si un député souhaite faire un rappel au Règlement, il devrait activer son micro et annoncer qu'il souhaite faire un rappel au Règlement. Si un député souhaite réagir au rappel au Règlement de l'un de ses collègues, je l'encourage à utiliser la fonction « Lever la main ». Pour ce faire, vous n'avez qu'à cliquer sur l'icône « Participants », au bas de votre écran et lorsque la liste s'affichera, vous verrez que vous pouvez cliquer sur la fonction « Lever la main » à côté de votre nom. Cela indiquera à la présidence que vous souhaitez prendre la parole et cela permettra de conserver l'ordre chronologique des intervenants.
Lorsque vous n'avez pas la parole, votre microphone devrait être éteint. L'utilisation d'un casque d'écoute est vivement recommandée.
Enfin, lorsque vous parlez, veuillez vous exprimer lentement et clairement. C'est d'autant plus important aujourd'hui, parce que nos témoins n'ont pas nécessairement accès à Internet haute vitesse et à de l'équipement de pointe. Nous ferons de notre mieux, et nous devrons peut-être parler plus lentement qu'à l'habitude.
Si un problème technique survient — avec l'interprétation ou le son, par exemple —, veuillez en aviser immédiatement la présidence et l'équipe technique s'occupera du problème. Veuillez noter que nous devrons peut-être suspendre la séance pendant ce temps, afin de veiller à ce que tous les membres du Comité puissent participer pleinement à la réunion.
Avant de commencer, je demanderais à tout le monde de cliquer sur le coin supérieur droit de leur écran pour activer l'affichage en mode « galerie ». Cela vous permettra de voir tous les participants à la réunion et les participants pourront se voir les uns les autres.
J'aimerais maintenant souhaiter la bienvenue à nos témoins.
Nous recevons aujourd'hui Jean Lanteigne, qui est directeur général de la Fédération régionale acadienne des pêcheurs professionnels; et Paul Lansbergen, président du Conseil canadien des pêches.
Monsieur Lansbergen, je sais que vous avez témoigné devant le Comité à maintes reprises.
Nous allons d'abord entendre M. Lanteigne.
Voir le profil de Yvonne Jones
Lib. (NL)
Voir le profil de Yvonne Jones
2020-06-16 12:20
Monsieur le président, la COVID-19 a dramatiquement changé la vie des étudiants au pays, qui sont passés des cours en personne aux cours virtuels. Les étudiants au niveau postsecondaires sont particulièrement touchés et s’inquiètent de couvrir des coûts comme les droits de scolarité ou le loyer à l’automne.
Notre gouvernement reconnaît que les étudiants ne devraient pas avoir à s’inquiéter ou à mettre leur avenir en veilleuse pendant cette période difficile. Voilà pourquoi, le mois passé, le gouvernement fédéral a instauré la Prestation canadienne d’urgence pour les étudiants.
Si vous êtes un élève du secondaire sur le point d’entreprendre des études postsecondaires, un étudiant de niveau postsecondaire ou un diplômé récent, vous pouvez toucher la Prestation canadienne d’urgence pour les étudiants toutes les quatre semaines et obtenir le soutien financier dont vous avez besoin afin d’épargner pour vos études. Nous avons aussi doublé les bourses et prêts d’études canadiens, rehaussé le programme de prêts aux étudiants, augmenté les mesures de soutien à l’éducation postsecondaire des Autochtones et instauré la Bourse canadienne pour le bénévolat étudiant pour ceux qui souhaitent l’obtenir.
Notre gouvernement est ici pour aider tous les étudiants à obtenir le soutien dont ils ont besoin pour atteindre leurs buts futurs. Je leur souhaite à tous le meilleur des succès, et je vous souhaite à tous, chers collègues et Canadiens de partout au pays, une très bonne Journée nationale des peuples autochtones le 21 juin prochain.
Voir le profil de Seamus O'Regan
Lib. (NL)
Monsieur le président, nous sommes bien sûr toujours déterminés à appuyer l'industrie forestière et à lui permettre de traverser cette pandémie et cette période très incertaine. Le Programme de développement des marchés, par exemple, a aidé le secteur forestier canadien à se diversifier, à créer des emplois et à ouvrir de nouveaux marchés. De nouveaux projets de construction qui sont en cours en ce moment utilisent du bois canadien dans des marchés clés comme la Corée, le Japon, la Chine et les États-Unis.
Demain, la Chambre votera sur les 20,97 millions de dollars que le gouvernement prévoit d'investir dans ce programme. Cela fait partie de l'engagement que nous avons pris dans le cadre du budget de 2019 d'investir 251 millions de dollars dans ce programme sur trois ans, et j'espère que l'opposition nous soutiendra dans cette démarche.
Voir le profil de Jack Harris
NPD (NL)
Monsieur le président, de nombreux habitants de Terre-Neuve-et-Labrador connaissant de graves problèmes financiers. La plupart des personnes handicapées attendent d'être intégrées au programme promis par les libéraux.
Les travailleurs des usines de transformation du poisson auront besoin d'un soutien pour s'éviter une année désastreuse. De nombreuses petites entreprises ne sont pas admissibles aux programmes. Les municipalités ont besoin d'une aide d'urgence pour faire face à la crise.
Les gens s'inquiètent de ce qui se passera dans deux semaines, c'est-à-dire lorsque la PCU cessera de s'appliquer, et la prochaine saison touristique s'annonce des plus désolantes.
La province elle-même est en proie à une grave crise financière en raison de la pandémie et de la baisse des prix du pétrole. Le gouvernement fédéral doit revoir et bonifier le programme de stabilisation fiscale pour aider les habitants de Terre-Neuve-et-Labrador et des autres provinces productrices de pétrole à traverser cette crise.
La province et les acteurs de l'industrie pétrolière et gazière se sont engagés à éliminer les émissions de gaz à effet de serre d'ici 2050. Il s'agit à la fois d'un défi et d'une opportunité de transition vers un avenir énergétique durable, mais cela nécessitera des investissements et un soutien importants de la part du gouvernement pour maintenir la vigueur de l'industrie et faire en sorte que cette transition soit équitable pour les travailleurs.
Beaucoup a été fait. Il reste encore beaucoup à faire.
Voir le profil de Seamus O'Regan
Lib. (NL)
Monsieur le président, le gouvernement a pris immédiatement des mesures pour soutenir notre secteur tout au long de cette période difficile. Nous avons offert le Programme de crédit aux entreprises (PCE), qui est d'une importance capitale pour fournir des liquidités en vue d'appuyer les PME, lesquelles offrent 85 % des emplois de notre secteur.
Ces mesures exigent un énorme travail d'équipe. Les gens travaillent 24 heures par jour pour faire en sorte que l'argent arrive là où il est requis. Nous aidons les vaillants Canadiens, ainsi que les petites et grandes entreprises de l'ensemble du pays, mais plus particulièrement du secteur de l'énergie.
Voir le profil de Seamus O'Regan
Lib. (NL)
Monsieur le président, nous considérons que le captage et le piégeage du carbone font partie intégrante des efforts de réduction des émissions. Ces efforts rendent les émissions et notre industrie pétrolière et gazière plus concurrentielles.
Nous remarquons où les investisseurs investissent leur argent. Ils l'investissent dans les provinces qui se sont engagées à réduire les émissions. Manifestement, le gouvernement s'engage à atteindre la cible de zéro émission nette.
Voir le profil de Seamus O'Regan
Lib. (NL)
Madame la présidente, la protection de la nature constitue un volet important des efforts que nous déploierons pour lutter contre les changements climatiques et les défis bien réels qu'ils posent. Voilà pourquoi le 5 juin, Journée mondiale de l'environnement, notre gouvernement a annoncé que plus 60 projets de préservation étaient en développement au Canada.
Ces projets, financés au titre de l'initiative Défi de l'objectif 1 du Fonds de la nature du Canada, visent à préserver la nature et la biodiversité canadiennes, à protéger les espèces en péril, à renforcer l'intégrité et la connectivité écologiques, et à élargir le vaste réseau d'aires protégées du Canada. Près de la moitié de ces projets sont dirigés par des Autochtones et ont pour objectif de créer des aires protégées par eux.
Madame la présidente, ce sont des projets comme ceux-ci qui nous rapprochent de notre objectif consistant à protéger 25 % de nos terres et de nos océans d'ici 2025. En travaillant en partenariat avec les provinces, les territoires, les municipalités, les peuples autochtones et la population canadienne, nous pouvons protéger ensemble notre environnement naturel pour les générations à venir.
Voir le profil de Jack Harris
NPD (NL)
Je vous remercie, madame la présidente. Je partagerai mon temps avec ma collègue, la députée de London—Fanshawe.
Madame la présidente, compte tenu de tous les reportages et les vidéos parus récemment sur le recours à la force et à la violence dans la police, avec une issue parfois funeste, contre les Autochtones et les Noirs au Canada, j'ai demandé que le comité de la sécurité publique soit rappelé. Si les membres sont d'accord, le ministre comparaîtra-t-il devant ce comité pour fournir des réponses concrètes sur la manière dont le gouvernement entend lutter contre le racisme inhérent à l'exécution de la loi du Canada, particulièrement à la GRC?
Voir le profil de Jack Harris
NPD (NL)
Compte tenu de ce qui est arrivé au chef Adam à Fort McMurray et du fait que la GRC juge que les gestes posés étaient raisonnables, est-ce que le ministre s'engage à réaliser un examen exhaustif du recours à la force à la GRC, en ce qui concerne notamment la philosophie, les tactiques et la formation offerte à ses agents quand vient le temps de traiter avec le public?
Voir le profil de Seamus O'Regan
Lib. (NL)
Merci, madame la présidente.
Nous avons toujours appuyé le secteur forestier et nous allons continuer de le faire, notamment par l'entremise des programmes de développement régional.
Ainsi, en partenariat avec Les Bois Francs DV Inc. au Québec, nous avons élargi l'accès au marché pour nos produits et mis à niveau nos systèmes technologiques. À North Bay, nous travaillons en partenariat avec le Conseil canadien du bois pour faire la promotion du secteur. À Vancouver, nous collaborons avec FPInnovations afin de créer le programme de soutien technique pour les Autochtones dans le secteur forestier.
Dans toutes les régions du pays, nous appuyons ainsi l'industrie forestière en cherchant à répondre à ses différents besoins.
Résultats : 1 - 15 de 64 | Page : 1 de 5

1
2
3
4
5
>
>|
Exporter en: XML CSV RSS

Pour plus d'options de données, veuillez voir Données ouvertes