Hansard
Consultez le guide de l'usager
Pour obtenir de l’aide, contactez-nous
Consultez le guide de l'usager
Pour obtenir de l’aide, contactez-nous
Ajouter un critère de recherche
Résultats : 136 - 150 de 12212
Voir le profil de Rhéal Fortin
BQ (QC)
Voir le profil de Rhéal Fortin
2020-07-22 13:03 [p.2711]
Madame la présidente, c'est n'importe quoi. On nous a dit au début que c'était parce qu'ils n'avaient pas eu le temps. On disait que le processus d'appel d'offres était trop long et que l'organisme UNIS pouvait le faire. Au début avril, on a appris en comité que l'organisme UNIS avait envoyé une proposition non sollicitée pour un programme et c'est resté ainsi.
Le 19 avril, Mme Rachel Wernick a appelé M. Kielburger pour lui demander qu'il transfère sa proposition pour faire une offre dans le programme des bourses étudiantes. Trois jours plus tard, M. Kielburger a envoyé sa proposition à Ottawa.
Pourquoi n'a-t-on pas pris le temps de faire un appel d'offres?
Cela aurait peut-être pris trois semaines, mais cela aurait été fait comme du monde et cela n'aurait pas donné l'impression qu'on envoyait 43 millions de dollars de l'argent des contribuables aux amis de la famille Trudeau.
Voir le profil de Bardish Chagger
Lib. (ON)
Voir le profil de Bardish Chagger
2020-07-22 13:04 [p.2711]
Madame la présidente, le député d'en face mélange les choses et il le fait exprès. Il était là lors du témoignage devant le comité. Je savais que les conservateurs aimaient ce genre de tactiques, mais je vois maintenant que le Bloc québécois s'en sert aussi. Nous sommes ici pour faire un travail.
Comme je le disais hier, la proposition non sollicitée qui a abouti à mon bureau n'avait rien à voir avec la Bourse canadienne pour le bénévolat étudiant. Je répète: la proposition non sollicitée qui a abouti à mon bureau n'avait rien à voir avec la Bourse canadienne pour le bénévolat étudiant. C'est l'organisme responsable qui a rendu cette information publique. Le député n'a qu'à vérifier.
Je l'invite d'ailleurs à concentrer ses efforts sur le bien-être des Canadiens et des Québécois. Leurs besoins sont nombreux. Continuons à penser aux Canadiens.
Voir le profil de Rhéal Fortin
BQ (QC)
Voir le profil de Rhéal Fortin
2020-07-22 13:04 [p.2711]
Madame la présidente, ce que j'ai dit, c'est qu'au début avril, ce n'était pas une proposition pour la gestion de la bourse; j'en conviens. Cependant, le 19 avril, on a appelé M. Kielburger et trois jours plus tard, le 22 avril, il a envoyé sa proposition.
Je le répète: pourquoi ne pas avoir fait un appel d'offres?
Voir le profil de Bardish Chagger
Lib. (ON)
Voir le profil de Bardish Chagger
2020-07-22 13:05 [p.2711]
Madame la présidente, c'est parce que la fonction publique a fait une recommandation. Le député d'en face possède cette information grâce aux témoins qui ont pu témoigner devant le comité. Le Comité permanent des finances m'a demandé de témoigner et j'y suis allée. J'ai donné plusieurs informations.
Voir le profil de Rhéal Fortin
BQ (QC)
Voir le profil de Rhéal Fortin
2020-07-22 13:05 [p.2711]
Madame la présidente, hier, le président du syndicat de la fonction publique m'a dit qu'il n'y avait aucun problème et qu'il aurait pu gérer cela avec la fonction publique et que s'il l'avait fait, au moment où on se parle, l'argent serait dans le champ, sur le terrain et les gens travailleraient.
Pourquoi ne pas avoir procédé par appel d'offres?
Si les libéraux veulent faire affaire avec la fonction publique, qu'ils le fassent. Ils ont envoyé cela aux amis de la famille Trudeau. Qu'on cherche l'explication; il n'y en a pas.
Voir le profil de Bardish Chagger
Lib. (ON)
Voir le profil de Bardish Chagger
2020-07-22 13:05 [p.2711]
Madame la présidente, notre gouvernement va continuer à aider les Canadiens et les Canadiennes durant la pandémie. Nous savons que tout le monde a été touché, y compris les étudiants. Nous allons nous assurer qu'ils ont les programmes nécessaires. Nous serons là pour les Canadiens pendant la pandémie comme nous l'avons toujours été depuis que notre gouvernement a été formé.
Voir le profil de Sean Casey
Lib. (PE)
Voir le profil de Sean Casey
2020-07-22 13:06 [p.2711]
Madame la présidente, je vais partager mon temps de parole avec la députée de Mississauga—Erin Mills.
L'économie de l'Île-du-Prince-Édouard est saisonnière, et ses principaux secteurs d'activité sont l'agriculture, la pêche et le tourisme. Les travailleurs de ces secteurs produisent des aliments et offrent des expériences qui ravissent des millions de personnes chaque année. Ces travailleurs sont fiers de ce qu'ils font, et ils ont toutes les raisons de l'être.
En 2014, le gouvernement Harper a décidé, pour des motifs purement politiques, de diviser l'Île-du-Prince-Édouard en deux zones distinctes aux fins de l'assurance-emploi. Depuis, les travailleurs saisonniers de la zone où se trouve Charlottetown doivent travailler plus longtemps que ceux de l'autre zone et ce, pour recevoir moins de prestations que ces derniers. Cette façon de faire a fait naître des tensions complètement inutiles entre les travailleurs saisonniers des deux zones, en plus de pousser les gens à la malhonnêteté. Même si des changements sont réclamés depuis déjà sept ans, aucun examen de la situation n'a eu lieu, ou quand il y en a eu un, le public n'a pas pu y participer. Aujourd'hui, alors que la planète est secouée par la pandémie que l'on sait, les travailleurs saisonniers de ma province ont tout le mal du monde à accumuler assez d'heures pour avoir droit à des prestations, et si jamais ils en sont incapables, ils devront affronter le long et rude hiver prince-édouardien sans rentrée d'argent.
Le ministre s'engagera-t-il à aider ces travailleurs saisonniers en revenant à l'époque où l'Île-du-Prince-Édouard ne formait qu'une seule et même région économique pour les besoins de l'assurance-emploi et en leur offrant d'autres mécanismes de soutien d'urgence?
Voir le profil de Ahmed Hussen
Lib. (ON)
Voir le profil de Ahmed Hussen
2020-07-22 13:07 [p.2712]
Madame la présidente, les Canadiens veulent que le système d'assurance-emploi soit adapté à leurs besoins, et c'est la moindre des choses. C'est pourquoi le gouvernement a réduit le délai de carence avant le versement des prestations d'assurance-emploi, le faisant passer de deux semaines à une semaine. De plus, il a élargi la portée des règles sur le travail pendant une période de prestations et les a rendues permanentes, et a créé de nouvelles prestations pour les travailleurs des industries saisonnières, par exemple, au moyen d'un projet pilote visant à offrir jusqu'à cinq semaines supplémentaires de prestations d'assurance-emploi aux travailleurs saisonniers admissibles. Nous sommes déterminés à ce que ce projet pilote se transforme en mesure permanente. Nous sommes conscients des répercussions de la COVID-19 pour les travailleurs des industries saisonnières, et c'est pourquoi nous avons amélioré l'accès à la Prestation canadienne d'urgence en élargissant sa portée afin d'inclure les travailleurs saisonniers. Ainsi, un plus grand nombre de Canadiens peuvent recevoir l'aide dont ils ont besoin immédiatement.
Nous sommes aussi conscients des répercussions de la COVID-19 sur un segment de la population qui satisfait aux critères d'admissibilité aux prestations régulières d'assurance-emploi. Nous examinons différentes options afin de garantir que les travailleurs canadiens, y compris ceux des industries saisonnières, continuent de recevoir le soutien dont ils ont besoin. L'assurance-emploi...
Voir le profil de Alexandra Mendès
Lib. (QC)
La députée de Mississauga—Erin Mills a la parole.
Voir le profil de Iqra Khalid
Lib. (ON)
Voir le profil de Iqra Khalid
2020-07-22 13:09 [p.2712]
Madame la présidente, cette pandémie a permis d'élaborer des solutions commerciales et des solutions de justice sociale novatrices et de trouver de nouveaux moyens de communiquer par Internet avec sa famille et ses amis. De nos jours, la majorité des Canadiens utilisent Internet pour leur travail, leurs activités sociales et leurs divertissements. Les Canadiens passent plus de temps que jamais en ligne. Malheureusement, on constate aussi une augmentation des activités criminelles dans le monde virtuel. Les groupes vulnérables sont plus que jamais victimes d'exploitation, qui prend surtout la forme de traite des personnes et d'exploitation des enfants.
Le Centre national contre l'exploitation des enfants de la GRC a observé une hausse des cas d'exploitation sexuelle en ligne. Les auteurs de ces crimes exploitent les enfants qui ne sont peut-être pas suffisamment surveillés. L'exploitation des enfants est à la hausse, et la traite des personnes à des fins d'exploitation sexuelle ou de travail forcé se poursuit durant la pandémie.
Le ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile peut-il informer la Chambre des mesures prises par le gouvernement pour rendre le monde virtuel plus sûr pour les enfants, ainsi que pour combattre l'exploitation et la traite des personnes?
Voir le profil de Bill Blair
Lib. (ON)
Madame la présidente, je tiens à remercier la députée, qui travaille sans relâche pour défendre les personnes les plus vulnérables de la population, y compris, bien sûr, les femmes et les filles.
Le problème qu'elle soulève, c'est-à-dire l'exploitation sexuelle des enfants, constitue le plus odieux des crimes, dont les victimes gardent des séquelles tout au long de leur vie. Nous savons que la pandémie a rendu beaucoup de personnes plus vulnérables et, comme le mentionne la députée, la GRC a observé, tout comme on l'a constaté à l'étranger, une augmentation de l'exploitation en ligne durant la période d'isolement imposée par la COVID-19.
Je veux assurer à la Chambre que nous investissons de manière considérable dans la prévention, en vue de sensibiliser la population à ce problème grave et de réduire les préjugés liés au signalement. Par ailleurs, nous offrons à la police les ressources nécessaires pour améliorer la capacité des unités chargées de la lutte contre l'exploitation des enfants en ligne et renseigner les procureurs chargés d'intenter des poursuites en justice contre les auteurs de ces crimes abjects.
Avec les partenaires du Groupe des cinq, nous avons également adopté des principes volontaires en matière de collaboration internationale pour la lutte contre l'exploitation des enfants. Nous finançons un service national d'assistance contre la traite de personnes, accessible en tout temps par téléphone, message texte ou courriel, qui aiguille les victimes de la traite de personnes vers les services et les programmes dont elles ont besoin.
Certes, il y a encore du pain sur la planche et nous nous pencherons là-dessus au cours des prochaines semaines, en développant une stratégie nationale contre la violence faite aux femmes et aux filles.
Voir le profil de Heather McPherson
NPD (AB)
Voir le profil de Heather McPherson
2020-07-22 13:11 [p.2712]
Madame la présidente, je partagerai mon temps de parole avec le député de Vancouver Kingsway.
Il faut mettre sur pied un programme de garde d'enfants si nous voulons garantir la reprise économique. Les femmes ont été les plus durement touchées par la COVID-19, et elles devront assumer le plus de responsabilités pour prendre soin de leurs enfants et de leur famille. Le plan de relance économique doit comprendre un programme vigoureux de garde d'enfants.
Le gouvernement s'engage-t-il à injecter 2,5 milliards de dollars dans les services de garde d'enfants cette année afin d'aider les femmes à retourner au travail?
Voir le profil de Ahmed Hussen
Lib. (ON)
Voir le profil de Ahmed Hussen
2020-07-22 13:12 [p.2712]
Madame la présidente, je conviens tout à fait avec la députée que nous devons renforcer le secteur de la garde d'enfants afin de permettre aux parents, surtout aux mères, de retourner au travail.
Nous mettons en œuvre les accords bilatéraux sur l'apprentissage et la garde des jeunes enfants en transférant 400 millions de dollars aux provinces et aux territoires. Nous financerons également les provinces et les territoires à hauteur de 625 millions de dollars pour l'apprentissage et la garde de jeunes enfants grâce au Cadre de relance sécuritaire. Cela totalise donc plus de 1 milliard de dollars pour l'apprentissage et la garde de jeunes enfants pour l'exercice en cours.
Voir le profil de Heather McPherson
NPD (AB)
Voir le profil de Heather McPherson
2020-07-22 13:12 [p.2712]
On ne parle donc pas de 2,5 milliards de dollars, madame la présidente.
En Alberta, il était déjà difficile de trouver des services de garde de qualité et abordables avant la pandémie. Le fait de garantir aux familles l'accès à des services de garde sûrs, normalisés et abordables pourrait grandement aider les Albertains.
Le ministre s'engage-t-il à mettre en place un programme permanent de garderies qui, sur le modèle de la Loi canadienne sur la santé, garantirait l'accès à des services de garde de qualité et abordables pour l'ensemble des Canadiens, peu importe où ils vivent?
Résultats : 136 - 150 de 12212 | Page : 10 de 815

|<
<
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
>
>|
Exporter en: XML CSV RSS

Pour plus d'options de données, veuillez voir Données ouvertes