Hansard
Consultez le guide de l'usager
Pour obtenir de l’aide, contactez-nous
Consultez le guide de l'usager
Pour obtenir de l’aide, contactez-nous
Ajouter un critère de recherche
Résultats : 1 - 15 de 715
Voir le profil de Raquel Dancho
PCC (MB)
Voir le profil de Raquel Dancho
2020-01-27 11:05 [p.427]
Monsieur le Président, je suis heureuse de partager mon temps de parole aujourd'hui avec le député de Kenora.
Il y a plus de 150 ans, il aurait été difficile de prédire que la vision commune des pères fondateurs du Canada qui se sont réunis pour créer un dominion d'un océan à l'autre aurait amené une femme de 29 ans à prononcer le premier discours de la nouvelle année et de la nouvelle décennie à la Chambre des communes.
En tant que députée élue pour la première fois, j'ai vécu un moment spécial en écoutant la gouverneure générale du Canada prononcer le discours du Trône. Au cours de cet événement solennel, je n'ai pu m'empêcher de repenser à mes humbles racines et à tout le chemin que j'ai parcouru. Je fais partie de la quatrième génération d'agriculteurs canadiens présents dans une petite localité de l'Est du Manitoba. Les membres de ma famille étaient des pionniers des Prairies, dont la vie reposait sur le sacrifice, la lutte et les principes de responsabilité personnelle et de résilience.
À l'époque, le Canada était un pays jeune, qui ne bénéficiait pas du solide filet social qui le caractérise aujourd'hui. Les gens ne pouvaient alors compter que sur leur foi, leur famille et leur collectivité pour les aider à traverser les périodes éprouvantes marquées par les difficultés financières. Ils n'avaient pas d'autre choix que de persévérer et de faire de leur mieux pour subvenir aux besoins de la génération suivante.
C'est vers l'âge de 9 ans que j'ai commencé à m'intéresser au service public. Lors d'une chaude journée d'été à la ferme de mes grands-parents, les adultes de ma famille, assis à la table de la cuisine, exprimaient avec force leurs points de vue à propos d'une autre politique néfaste que les libéraux d'Ottawa avaient imposée aux agriculteurs. Même à ce jeune âge, je ressentais l'injustice de l'ingérence nuisible du gouvernement dans nos vies. Il existait un fossé entre ma famille d'humbles travailleurs et les décideurs d'Ottawa.
C'est à ce moment-là que j'ai décidé que, à l'âge adulte, j'irais à Ottawa afin de me battre pour ma famille. Le parcours a été long: venant d'une petite ville de campagne, j'ai été la première de ma famille à fréquenter l'université et à monter dans l'arène politique fédérale. En tant que femme dans la vingtaine, je prends la parole aujourd'hui, monsieur le Président, pour représenter un groupe démographique qui l'a rarement été à la Chambre.
J'attribue une bonne partie de mon succès à la détermination dont j'ai hérité de mes ancêtres pionniers, à l'instar de la forte volonté de lutter pour les Canadiens ordinaires contre les programmes du gouvernement, qui ne tiennent presque jamais compte des difficultés que connaissent ces gens. Voilà pourquoi je suis vraiment honorée de représenter les habitants de Kildonan—St. Paul.
Ma circonscription possède un riche patrimoine et occupe une place importante dans notre histoire nationale. Cette histoire est rattachée à la puissante rivière Rouge, qui coule en plein cœur de Kildonan—St. Paul. La rivière est l'élément vital de la collectivité depuis des milliers d'années; elle l'a d'abord été pour les Premières Nations du Traité no 1, puis les Métis de la rivière Rouge et les colons de Lord Selkirk, et plus tard les colons polonais, ukrainiens, allemands et mennonites du début du XXe siècle.
Plus récemment, ma circonscription a accueilli de nombreux nouveaux arrivants de l'Inde et des Philippines. Aujourd'hui, Kildonan—St. Paul est une circonscription diversifiée qui est enrichie de l'apport de jeunes familles, de nouveaux Canadiens, de personnes âgées, de propriétaires de petites entreprises, de gens de métier et de dizaines de groupes culturels et confessionnels.
Cependant, ce qui me dérange, c'est que le discours du Trône et les priorités du gouvernement libéral qui y figurent ne tiennent pas compte des priorités des Winnipegois et des Manitobains que je représente. Pendant une bonne partie des deux dernières années, quand je faisais du porte-à-porte, les gens me parlaient de leur désir d'avoir un représentant qui se battrait pour les vaillants travailleurs canadiens de leur collectivité, un député qui ferait comprendre au gouvernement libéral que les hausses d'impôt, les dettes incommensurables et les déficits perpétuels ne mènent pas à la prospérité économique et que, au contraire, ils mettent en péril les programmes sociaux du Canada et la sécurité financière future des Canadiens.
De plus, les questions environnementales préoccupent les habitants, surtout le centre de dépollution de l'eau du secteur nord de Winnipeg, qui est situé au centre de ma circonscription et qui traite 70 % des eaux usées de la ville. Des travaux de modernisation de plus de 1 milliard de dollars sont nécessaires, car on est incapable de retirer un degré acceptable de phosphore des eaux usées avant de les déverser dans la rivière Rouge, ce qui a des répercussions sur la santé du lac Winnipeg, laquelle, comme les Manitobains le savent, se dégrade en raison de la prolifération d'algues ces dernières années. Le lac Winnipeg, la rivière Rouge et la rivière Assiniboine façonnent l'histoire du Manitoba depuis des milliers d'années, et les trois ordres de gouvernement doivent joindre leurs efforts pour appuyer ce projet essentiel.
Autre priorité: le prolongement de la route Chief Peguis depuis la rue Main jusqu'à la route 90, qui augmenterait considérablement l'habitabilité du secteur nord-ouest de Winnipeg. En effet, il réduirait la circulation dans les rues résidentielles afin de permettre les déplacements à pied, à vélo et en transports en commun. En appuyant l'achèvement du boulevard périphérique interne, on atténuerait la congestion routière à Winnipeg. Malheureusement, le premier ministre et le gouvernement, qui accumulent des déficits de milliards de dollars et qui perçoivent des millions de dollars de plus en recettes fiscales, ont largement négligé les projets d'infrastructures essentielles au Manitoba.
Les gens de Winnipeg s'attendent aussi à ce que le gouvernement fédéral prenne des mesures concrètes pour résoudre la crise de la méthamphétamine, qui sévit à Winnipeg depuis quelques années et qui a contribué à une hausse marquée des crimes violents, dont 44 meurtres en 2019, soit plus du double de l'année précédente.
La pression sur les premiers intervenants et les organismes communautaires de première ligne est énorme, car ce sont eux qui vivent avec les conséquences terribles et traumatisantes de cette crise. J'ai moi-même pu constater à quel point la situation est urgente lorsque j'ai participé à une patrouille de nuit avec le Bear Clan, un groupe communautaire autochtone qui vient en aide aux personnes vulnérables des quartiers centraux de Winnipeg. Ce soir-là, nous avons trouvé un gros sac rempli de seringues enfoui dans un banc de neige. Malgré un froid mordant — il faisait 30 sous zéro —, les bénévoles avec qui j'étais l'ont ramassé et l'ont apporté en lieu sûr. C'est toutefois quand j'ai vu, entre deux objets à ramasser, trois jeunes enfants nous regarder par une fenêtre située au deuxième étage que j'ai eu mon plus grand choc, parce que je me suis tout de suite imaginé à quel point toute cette neige devait sembler invitante pour eux chaque fois qu'ils sortaient pour se rendre à l'école ou pour jouer dehors.
L'année dernière, le Bear Clan a ramassé au-delà de 145 000 seringues usagées seulement dans le quartier North End. À l'époque, le gouvernement libéral s'était engagé à financer les efforts du Bear Clan de manière durable et prévisible, alors j'espère sincèrement que le ministre des Services aux Autochtones fera sienne la promesse de sa prédécesseure.
En plus de représenter les gens qui habitent dans ma circonscription, mon chef m'a aussi confié la responsabilité de servir les Canadiens à titre de ministre du cabinet fantôme pour le nouveau ministère de la Diversité et de l'Inclusion et de la Jeunesse. Ce sera pour moi un honneur, et je m'engage à me servir de la tribune qui m'est ainsi offerte pour favoriser l'inclusion de tous les Canadiens, quelles que soient leurs origines ethniques ou raciales, pour défendre les libertés et le droit à l'égalité des membres de la communauté LGBTQ et pour assurer un avenir libre, prospère et sain aux jeunes du pays.
De nombreux obstacles attendent les jeunes Canadiens. Quand je faisais du porte-à-porte, aucun sujet n'est revenu aussi souvent que le coût de la vie. Or, ce problème a de nombreuses conséquences aussi néfastes les unes que les autres pour les jeunes de ma génération. Nous traînons la plus lourde dette étudiante de l'histoire du Canada. Nous devons attendre la moitié ou la fin de la trentaine pour acheter notre première maison — advenant que nous n'y ayons pas renoncé — et comme nous devons souvent nous contenter de petits boulots, peu d'entre nous peuvent compter sur un régime de retraite digne de ce nom. Nos salaires stagnent pour la plupart, mais le coût de la vie, lui, n'arrête pas d'augmenter. Il n'y a donc rien d'étonnant à ce que nous croulions sous les dettes et que nous ayons de moins en moins d'enfants, quand nous en avons.
Pendant ce temps, les baby-boomers vieillissent et touchent leur pension de retraite et ils commencent à compter beaucoup sur les services de santé et les services sociaux, qui sont déjà surchargés. Cependant, dans le discours du Trône du gouvernement libéral, on ne fait guère mention de ces questions financières cruciales. Les investissements pluriannuels et déficitaires de plusieurs milliards de dollars ne suivent aucun plan stratégique visant à assurer l'avenir financier de ma génération en cas de flambée des taux d'intérêt ou de ralentissement économique. Le gouvernement nous place en mauvaise position pour faire face à un monde incertain et changeant, et si nous ne faisons pas les choses correctement, ma génération en subira les conséquences.
J'assumerai mon rôle de porte-parole en demandant des comptes au gouvernement au nom de ma génération et des jeunes conservateurs de tout le Canada et, tandis que mon parti et le pays se penchent sur les enjeux des années 2020, je me battrai pour les Canadiens ordinaires. Je me battrai pour la liberté, la sûreté, la sécurité, la santé, la paix, la prospérité et un gouvernement qui respecte la riche mosaïque de croyances de notre pays. Je me battrai également pour les priorités des habitants de ma circonscription, Kildonan—St. Paul. Je ferai en sorte que leurs voix et leurs priorités soient entendues haut et fort dans cette enceinte.
En terminant, je tiens à saluer les gens qui ont aidé à me faire élire: mon équipe. Je remercie tous les bénévoles, nouveaux ou de longue date, qui ont consacré des centaines d'heures à la campagne électorale, ainsi que ma famille, mes parents et mes deux sœurs, qui m'appuient dans la poursuite de mes rêves depuis des décennies. De plus, je remercie très sincèrement mon fiancé Scott, qui se trouve dans la tribune aujourd'hui. Il était à mes côtés à l'époque où l'idée d'être députée n'était qu'une chimère.
Rien n'est plus important que la famille, et j'ai été très chanceuse à cet égard. Je travaille sans relâche pour que la mienne soit fière de ce que je compte bien faire à Ottawa, c'est-à-dire me battre pour les Canadiens ordinaires.
Mr. Speaker, I am pleased to split my time with the member for Kenora today.
It would have been difficult to predict, over 150 years ago, that the shared vision of Canada's founding fathers who gathered to create a dominion from sea to sea would have led to a 29-year-old woman delivering the first speech of the new year and the new decade in our House of Commons.
As a first-time elected representative, it was a special moment for me to hear Canada's Governor General deliver the Speech from the Throne. Amid all the pomp and circumstance, I could not help but think back to my humble roots and how far I have come. I was born to four generations of Canadian farmers in a small town in eastern Manitoba. My family were prairie pioneers, and their lives were built on sacrifice, on struggle and on principles of personal responsibility and resilience.
At the time, Canada was a young country without the robust social safety net we see today. Faith, family and community were all they could rely on to get them through the tough times of financial hardship. They had no choice but to persevere and do the best they could to provide for the next generation.
My call to public service came when I was about nine years old. It was a hot summer day at my grandparents' farm. The adults in my family were sitting around the kitchen table passionately expressing their views of yet another damaging policy the Liberals in Ottawa had put on farmers. Even at that young age, I could feel the injustice of the harmful government intrusion in our lives. There was a disconnect between my humble hard-working family and the decision-makers here in Ottawa.
I decided in that moment that when I grew up, I would go to Ottawa to fight for my family. It has been a long journey from small-town country roots to being the first in my family to attend university and the first to enter federal politics. As a woman in her 20s, I stand before you today, Mr. Speaker, as part of a demographic that has rarely been represented in this House.
I attribute much of my success to the resilience I inherited from my pioneer ancestors and that burning motivation to fight for everyday Canadians against government agendas that are so often out of touch with the struggles facing everyday people. That is why I am truly honoured to represent my constituents of Kildonan—St. Paul.
My riding has a rich heritage and holds a place of significance in our national history. That history is tied to the mighty Red River, which cuts straight through the middle of Kildonan—St. Paul. The river has been the lifeblood of the community for thousands of years, beginning with Treaty 1 first nations and later the Red River Métis and the Selkirk Settlers, and later the Polish, Ukrainian, German and Mennonite homesteaders of the early 20th century.
More recently our community has welcomed many newcomers from India and the Philippines. Today Kildonan—St. Paul is a diverse constituency made strong by the contributions of young families, new Canadians, seniors, small business owners, tradesmen and women, and dozens of cultural and faith groups.
However, what troubles me is how the throne speech and the priorities of the Liberal government therein are not reflective of the priorities of the Winnipeggers and the Manitobans I represent. What I heard at the doorstep over the better part of the last two years was a desire for a representative who would fight for everyday hard-working Canadians in my community, an MP who would make clear to the Liberal government that higher taxes, mountains of debt and endless deficits do not create economic prosperity but in fact put our country's social programs and the future financial security of Canadians at risk.
Residents also expressed concerns for their environment, and top of mind is the North End Water Pollution Control Centre, which is at the very centre of my riding and processes 70% of Winnipeg sewage. It needs over $1 billion in infrastructure upgrades and is currently incapable of removing phosphorus to an acceptable degree from the treated sewage before it flows back into the Red River. As a result, there are impacts on the health of Lake Winnipeg, which, as all Manitobans know, has been choked with large algae blooms in the most recent years. Lake Winnipeg, the Red River and the Assiniboine River have shaped the history of Manitoba for thousands of years, and all three levels of government must come together to support this critical project.
Also top of mind was the extension of Chief Peguis Trail from Main Street to Route 90, which would substantially increase the livability of northwest Winnipeg by reducing traffic on residential streets to accommodate walking, cycling and public transit, and increase traffic mobility by supporting the completion of the strategic inner ring road of Winnipeg. Unfortunately, despite running billions in deficits and collecting millions more in additional tax revenue, the Prime Minister and the government have largely ignored critical infrastructure projects in Manitoba.
Winnipeggers are also looking at the federal government to take meaningful action to combat the meth crisis, which has wreaked havoc on Winnipeg in recent years, contributed to the dramatic increase in violent crime and contributed to its 44 murders in 2019, more than doubling from the year prior.
Our first responders and front-line community organizations are under tremendous stress as they deal with the heartbreaking and traumatic consequences of this crisis. I saw the dire need for action in our community first-hand when I went to an evening patrol with the Bear Clan, an indigenous-led grassroots community group that supports vulnerable people across our inner-city neighbourhoods in Winnipeg. That evening, a large bag of needles was found buried in a snowbank. Volunteers carefully collected them for safe disposal in bone-chilling -30°C weather, but the most shocking of all was when I looked up from our collection activities to see three young children peering down from a nearby second-storey window. I could not help but think how inviting this fluffy snowbank may have looked to these children as they walked to school or played outside.
Last year, the Bear Clan picked up more than 145,000 used needles in Winnipeg's North End. The Liberal government committed to long-term, predictable funding to support the Bear Clan's efforts, and I very much hope the Minister of Indigenous Services will deliver on this commitment made by his predecessor.
In addition to serving my constituents, I have also been given by my leader the responsibility of serving Canadians as the shadow minister for the new Department of Diversity and Inclusion and Youth. I am honoured to have earned this opportunity and I am committed to using this platform to advocate the inclusion of ethnically and racially diverse Canadians, freedom and equality of LGBTQ Canadians and a free, prosperous and healthy future for Canada's youth.
The youth in Canada are facing challenges. Affordability was the number one concern I heard on the doorstep, and it is impacting young people in many alarming ways. My generation has the largest student loan debt in the history of Canada. We are well into our thirties when buying our first homes, if we do so at all, and we are working without reliable retirement plans in the gig economy. Our wages are largely frozen while the cost of living has increased dramatically, so it is no surprise that we are drowning in household debt and having fewer children, if any.
Meanwhile, the baby boomers are aging into their retirement pensions and beginning to rely heavily on our health care and social services, which are already under tremendous strain. However, we have heard very little acknowledgement of these critical financial issues in the Liberal government's throne speech. Its multi-year, multi-billion-dollar deficit investments completely lack a strategic plan to secure my generation's financial future in the event of soaring interest rates or an economic downturn. The government is leaving us ill-equipped to deal with an uncertain and changing world, and every person in my generation will live with the consequences if we do not get it right.
I will embrace my critic role by holding the government to account on behalf of my generation and young Conservatives across this country, and as my party and our country navigate the issues of the 2020s, I will fight for everyday Canadians. I will fight for freedom; for safety; for security; for health, peace and prosperity; and for a government that respects the rich fabric of beliefs of our country. I will as well fight for the priorities of my constituents in Kildonan—St. Paul. I will ensure their voices and priorities are heard loud and clear in this chamber.
To conclude, I would like to acknowledge the people who helped get me here: my team. I thank all of the first-time and long-time volunteers who put in hundreds of hours on the campaign trail; my family, my parents and my two sisters, who have supported me in my dreams for decades; and most sincerely, I thank my fiancé Scott, who is in the gallery today. He was by my side back when being a member of Parliament was only a pipe dream.
Family really is the most important thing, and in that regard I have been very blessed. I am working tirelessly to make them proud as I come to Ottawa to do what I came here to do, which is to fight for everyday Canadians.
Voir le profil de Kevin Lamoureux
Lib. (MB)
Voir le profil de Kevin Lamoureux
2020-01-27 11:14 [p.429]
Madame la Présidente, la députée a parlé de se battre pour les Canadiens. Je suis certain qu'elle acceptera de faire cause commune avec moi et le caucus libéral dans nos efforts pour bien servir les Canadiens de toutes les régions du pays.
Par exemple, le présent gouvernement a accordé des allégements fiscaux aux Canadiens de la classe moyenne. Il a sorti littéralement des centaines de milliers de personnes âgées et d'enfants de la pauvreté en bonifiant l'Allocation canadienne pour enfants et en augmentant le Supplément de revenu garanti. Un grand nombre de mesures progressistes ont été prises au cours des dernières années pour aider la classe moyenne de sorte qu'elle se porte maintenant mieux et qu'elle est plus forte. Est-ce le genre de politiques pour lesquelles nous pouvons nous attendre à bénéficier de son appui?
Qui plus est, une motion a été déposée aujourd'hui pour présenter l'accord commercial entre le Canada, le Mexique et les États-Unis. N'est-elle pas d'accord pour dire que c'est une bonne mesure qui mérite notre appui?
Madam Speaker, the member referred to fighting for Canadians. I am sure she would join with me and the Liberal caucus as we continue to deliver for Canadians from every region of this country.
For example, this government has delivered tax breaks to Canada's middle class. This is a government that has lifted literally hundreds of thousands of both seniors and children out of poverty by enhancing the Canada child benefit and increasing the guaranteed income supplement. Many progressive measures have been incorporated in the past few years to advance Canada's middle class, making it healthier and stronger. Are these the types of policies that we can anticipate she will support?
Further to that, today a motion was tabled to introduce the trade agreement for Canada, Mexico and the U.S. Would she not agree that this is a positive step and something we should get behind?
Voir le profil de Raquel Dancho
PCC (MB)
Voir le profil de Raquel Dancho
2020-01-27 11:15 [p.429]
Madame la Présidente, je demande au député de s'arrêter à la situation économique du Canada sous son gouvernement. Environ 71 000 Canadiens ont perdu leur emploi en novembre. Il ne l'aura pas oublié, j'en suis certaine. On a enregistré, en octobre 2019, le plus grand nombre de faillites personnelles en une décennie, soit le plus depuis la crise financière mondiale. Des entreprises, comme Encana, quittent le Canada en raison des hausses d'impôt et des règlements nuisibles du gouvernement. Les investissements des entreprises canadiennes dans les usines et le matériel ont chuté de 20 % au cours des cinq dernières années. C'est le pire résultat à ce chapitre depuis plus de cinquante ans. Les investissements directs étrangers au Canada ont chuté de 56 % depuis l'arrivée au pouvoir du présent gouvernement.
Dans mon allocution, j'ai beaucoup parlé de l'avenir du pays et des enjeux auxquels les jeunes sont confrontés. J'invite le député d'en face à revenir sur ce qu'il a dit et à réfléchir aux conséquences des mesures financières irresponsables de son gouvernement.
Madam Speaker, I ask the member to consider the state of the Canadian economy under his government. About 71,000 Canadians lost their jobs in November, which I am sure he will remember. October 2019 had the highest number of personal bankruptcies in a decade, the most since the global financial crisis. Businesses like Encana are leaving Canada because of the government's tax hikes and harmful regulations. Investment in plants and equipment by Canadian businesses has fallen by 20% over the past five years, the worst performance in more than five decades. Foreign direct investment in Canada has fallen by 56% since this government came to power.
In my speech I spoke a lot about the future of this country and the stakes that young people are facing. I encourage the member opposite to reconsider his remarks and think about the consequences of his government's reckless financial actions.
Voir le profil de Alistair MacGregor
NPD (BC)
Madame la Présidente, je souhaite la bienvenue à la Chambre à la députée de Kildonan—St. Paul. Son premier discours en cette enceinte m'a beaucoup impressionné.
La semaine dernière, le chef du Nouveau Parti démocratique, le député de Burnaby-Sud, a présenté une ébauche de projet de loi visant à établir un régime national d'assurance-médicaments en établissant un cadre qui s'appliquera de façon semblable à la Loi canadienne sur la santé.
Dans toutes les circonscriptions du Canada, beaucoup de gens ont peine à composer avec ce que coûtent les médicaments au quotidien. En fait, beaucoup de familles doivent faire le choix difficile entre payer le loyer et les services publics et payer des médicaments sur ordonnance.
Nous avons fait parvenir une lettre au Parti conservateur pour inviter ses députés à se joindre à nous pour établir ce régime national. J'aimerais savoir ce que pense la députée de cette proposition. J'aimerais aussi connaître l'incidence des coûts des médicaments sur ordonnance sur les résidants de sa circonscription.
Madam Speaker, I welcome the member for Kildonan—St. Paul to the House. I am very impressed with her first speech in this place.
Last week, the NDP leader, the member for Burnaby South, put forward a proposal for a bill that would establish a national pharmacare plan, laying out a framework that operates much in the same way that the Canada Health Act does.
In ridings right across this country, a lot people are struggling with the day-to-day costs of medication, and indeed many families are making the hard choice between paying the rent and utilities and paying for prescriptions.
A letter was sent to the Conservative Party, inviting its members to join with us to establish this national framework. I would like to hear the member's thoughts on that proposal, as well as on how pharmacare costs impact her constituents.
Voir le profil de Raquel Dancho
PCC (MB)
Voir le profil de Raquel Dancho
2020-01-27 11:17 [p.429]
Madame la Présidente, il y a de nombreux aînés dans ma circonscription. J'ai parlé à des milliers d'entre eux au cours des deux dernières années et je puis affirmer que les aînés sont aux prises avec de graves difficultés financières, et la taxe sur le carbone des libéraux qui, comme tout le monde sait, augmente le prix de tout, ne les aide pas. Tout est transporté à Winnipeg dans des camions qui brûlent du carburant, ce qui fait augmenter le coût du panier d'épicerie, de l'essence, du chauffage et du transport pour les aînés, qui ont des revenus extrêmement fixes. Le Régime de pensions du Canada ne suit pas l'inflation et cela a de lourdes conséquences. Le gouvernement libéral n'a rien fait pour les aînés, sinon de leur rendre la vie encore plus chère avec des mesures comme la taxe sur le carbone.
Madam Speaker, there are many seniors in my riding, and I have spoken to thousands of them over the last two years. I can say quite confidently that I agree seniors are facing serious financial consequences right now that are not being helped by the Liberal government's carbon tax, which, as we know, puts an increase on everything. Everything is transported into Winnipeg by fuelled trucks, which means the cost of groceries, gas, heating and any kind of transportation increases for seniors. Seniors are on incredibly fixed incomes. The CPP is not keeping up with inflation, and they are facing serious consequences. The Liberal government has done nothing for seniors but make life more expensive with things like the carbon tax.
Voir le profil de Michel Boudrias
BQ (QC)
Voir le profil de Michel Boudrias
2020-01-27 11:17 [p.429]
Madame la Présidente, je voudrais féliciter ma collègue pour son intervention remplie de bon sens à bien des égards, notamment sur ses préoccupations locales, voire provinciales, en matière d’infrastructure, en matière sociale, en matière de jeunesse. Ce sont des valeurs assez communes et généralement partagées par les députés de cette Chambre. Cependant, pour l’ensemble de ces dossiers qui sont des préoccupations non seulement régionales, mais aussi locales dans à peu près 90 % des cas, il s’agit de pouvoirs provinciaux, notamment en ce qui touche à l'infrastructure et à la santé.
Comme le gouvernement fédéral dépense pratiquement les deux tiers de ses budgets en transferts, est-ce que ma collègue serait d’accord pour qu'il y ait davantage de transferts vers les provinces pour financer ces programmes-là?
Madam Speaker, I would like to congratulate my colleague on her speech. She made a lot of sense about a lot of things, including her local- and provincial-level concerns about infrastructure, social issues and youth. Those values are shared by most Canadians and most of the MPs here. However, most of these issues are not just regional but, about 90% of the time, local, and they fall under provincial jurisdiction, especially when it comes to infrastructure and health.
With the federal government allocating some two-thirds of its budget to transfers, would my colleague agree that more money should be transferred to the provinces to fund those programs?
Voir le profil de Raquel Dancho
PCC (MB)
Voir le profil de Raquel Dancho
2020-01-27 11:18 [p.429]
Madame la Présidente, j'appuierais toute mesure permettant d'améliorer le sort des gens de ma circonscription et de l'ensemble des Manitobains. Comme je l'ai indiqué dans mon discours, ils traversent une période difficile sur le plan économique, en particulier les jeunes. Nous voulons un gouvernement dont les investissements dans l'avenir du Canada ont une incidence raisonnable, et qui réduit les impôts ainsi que la taille de l'État tout en investissant dans les infrastructures essentielles.
Toutes les priorités que j'ai mentionnées visent le financement trilatéral des infrastructures, un financement provenant des trois ordres de gouvernement. Il est important que tous les députés s'entendent avec les deux autres ordres de gouvernement dans le but de financer les infrastructures essentielles destinées à bâtir notre nation pour la prochaine génération.
Madam Speaker, I would support any measure that further supports Manitobans and the citizens in my riding. As I outlined in my speech, they are facing troubling economic times, particularly the youth. We are looking for a government that makes investments in the future of Canada that actually make reasonable impacts, lower taxes and keep the size of government small while we invest in critical infrastructure.
All of the priorities I mentioned are for trilateral infrastructure funding from all three levels of government. It is important that all members in the House come together with the other two levels of government to fund critical infrastructure to build our nation for the next generation.
Voir le profil de Kevin Lamoureux
Lib. (MB)
Voir le profil de Kevin Lamoureux
2020-01-27 11:19 [p.429]
Madame la Présidente, c'est toujours avec plaisir que j'interviens à la Chambre pour parler des divers sujets qui m'interpellent.
Nous sommes à l'aube d'une nouvelle décennie et je suis très optimiste car, ces dernières années, le gouvernement du Canada a eu une attitude très progressiste et a été capable de répondre aux besoins des Canadiens d'un océan à l'autre. Qu'il soit bien clair que les Canadiens de la classe moyenne et ceux qui aspirent à en faire partie sont la priorité du gouvernement. C'est le cas depuis le tout premier jour de son mandat, et même avant.
Je me souviens que, lorsque le premier ministre a été élu chef du Parti libéral, nous formions le troisième parti et nous étions là-bas, tout au fond de la Chambre des communes. Pendant sa campagne à la direction, il avait déclaré haut et fort que sa priorité était le bien-être de la classe moyenne du Canada et de ceux qui aspiraient à en faire partie. Il croyait qu'en renforçant la classe moyenne l'économie ne s'en porterait que mieux. C'est un fait établi.
La députée d'en face a mentionné le fait qu'au mois de novembre, 70 000 personnes se sont retrouvées au chômage, mais n'oublions pas ce que nous avons accompli au cours des quatre dernières années. L'économie canadienne a créé, net, bien plus d'un million de nouveaux emplois. C'est beaucoup plus que ce que Stephen Harper a réalisé pendant les huit ou neuf ans où il était au pouvoir. Nous avons accompli énormément de choses.
Je partagerai mon temps de parole avec le député de Hull—Aylmer.
J'étais très fier d'être assis à côté de la vice-première ministre il y a tout juste 20 minutes, lorsqu'elle a déposé un avis de motion des voies et moyens qui porte sur l'accord commercial entre le Canada, les États-Unis et le Mexique.
Cela dit, le commerce est important pour le Canada. Il s'agit d'un moyen d'ajouter de la valeur à notre économie. Au cours des quatre dernières années, le gouvernement a réussi à signer un grand nombre d'accords commerciaux, soit plus de 25 ou 30 accords avec de nombreux pays. De manière audacieuse et dynamique, nous avons entrepris de signer des contrats commerciaux partout sur la planète, car nous sommes conscients que notre pays est grandement tributaire du commerce mondial. Voilà l'une des façons qui nous permet d'aider la classe moyenne et d'assurer la croissance de l'économie. Nous pouvons le voir de nos yeux.
Je fais souvent allusion à l'industrie du porc du Manitoba et à la façon dont elle continue de croître et de fournir des milliers d'emplois dans la province, que ce soit à Brandon, à Neepawa, dans la ville de Winnipeg ou dans les communautés rurales. Voilà le genre de choses qui ont des retombées concrètes, et on ne parle ici que d'une seule industrie. Ces emplois existent en bonne partie grâce au commerce. Le commerce est d'une importance capitale. C'est pourquoi il était si encourageant de voir le gouvernement y accorder une grande priorité.
Nous nous tournons vers les députés de l'opposition, en particulier vers le Parti conservateur qui a été un ardent défenseur du commerce dans les dernières années. Nous pensons que les conservateurs auront l'occasion de parcourir l'Accord et qu'ils continueront de soutenir le commerce avec les États-Unis. Il en va de même pour le Bloc et les néo-démocrates. Nous savons à quel point cet accord est important pour le Canada.
Nous avons parlé des enjeux soulevés au cours des dernières années et j'ai rappelé un certain nombre d'entre eux dans la question adressée à la députée de Kildonan—St. Paul. Nous les avons réglés grâce à des politiques sociales positives et progressistes et nous avons constaté une continuation.
Je pourrais parler du premier projet de loi que nous avons présenté en 2015, celui qui prévoyait un allégement fiscal pour la classe moyenne du Canada. Durant cette même période, nous avons augmenté les impôts du 1 % le plus riche. Quatre ans plus tard, nous constatons une diminution des impôts de la classe moyenne du Canada et de ceux qui aspirent à en faire partie. Ce sont des centaines de millions de dollars qui vont dans les poches des Canadiens et qui s'ajoutent à leur revenu disponible.
Quant aux prestations que nous avons bonifiées, les membres du caucus libéral vont souvent mentionner l'Allocation canadienne pour enfants. Comme je l'ai déjà dit par le passé, plus de neuf millions de dollars sont versés tous les mois dans Winnipeg-Nord pour aider les enfants.
Nous pourrions parler de la bonification du Supplément de revenu garanti. Nous nous sommes engagés à aider les personnes âgées les plus pauvres, celles qui ont 75 ans et plus et qui vivent une période difficile. Nous souhaitons accroître davantage leurs revenus ouvrant droit à pension. J'ai hâte de voir ce projet se concrétiser. Nous comprenons à quel point il est important d'appuyer les jeunes et les personnes âgées.
Grâce aux investissements de ce genre et aux allégements d'impôt, il y a davantage d'argent disponible dans les collectivités. Résultat: cet argent est dépensé un peu partout au pays, ce qui a pour effet de stimuler l'emploi.
C'est pourquoi je suis d'avis, tout comme mes collègues, j'en suis certain, qu'en veillant à la solidité et au dynamisme de la classe moyenne ainsi qu'en aidant davantage de Canadiens à y accéder, on contribue du même coup à la solidité et au dynamisme de l'économie canadienne.
Du côté des investissements en capitaux, notre engagement soutenu s'est maintenu au fil des ans. Pensons par exemple aux milliards de dollars consacrés à la toute première Stratégie nationale sur le logement, un geste on ne peut plus tangible qui aura des retombées très positives pour des milliers de Canadiens de partout au pays et qui met en lumière l'importance du logement.
Nous pourrions aussi parler d'infrastructures, qu'il s'agisse de routes ou d'autres genres d'installations communautaires publiques. Des centaines de millions, voire des milliards de dollars ont déjà été investis d'un bout à l'autre du pays.
Pour la première fois, nous avons un gouvernement qui est prêt à négocier avec les provinces pour produire des résultats concrets. On a pu le voir dans le dossier du Régime de pensions du Canada. Les travailleurs actuels auront plus d'argent à la retraite grâce à l'initiative que nous avons prise il y a quelques années.
Je pense sincèrement que le gouvernement sait combien il est important d'investir dans les programmes sociaux. À mon avis, si on demandait aux Canadiens de nous parler des avantages de la vie au Canada, ils seraient nombreux, du moins dans Winnipeg-Nord, à mentionner notre système de santé. Les gens tiennent beaucoup à ce système. Ils pensent que c'est un bon système. La Loi canadienne sur la santé établit le genre de cadre que les Canadiens approuvent. Le gouvernement verse des montants records pour les soins de santé dans toute la fédération. Ce n'est pas tout: on envisage aussi à présent de mettre sur pied un régime d'assurance-médicaments.
Voilà 30 ans que je suis parlementaire. Pendant la majeure partie de ce temps, il n'a jamais été question d'un régime national d'assurance-médicaments. Ce n'est que depuis quatre ans qu'on en parle régulièrement, pratiquement chaque semaine. S'il n'en tenait qu'à moi, l'instauration d'un régime national d'assurance-médicaments serait à l'ordre du jour quotidiennement, car je pense vraiment que c'est une bonne idée. Je pense que nous allons continuer de bénéficier du soutien des néo-démocrates dans ce dossier.
Je suis disposé à discuter de ce qui pourrait être fait pour mettre en place un tel système. Il y a quelques années, ma fille — qui est la députée provinciale d'un secteur que je représente dans Winnipeg-Nord — et moi nous sommes engagés à continuer d'essayer de faire avancer ce dossier. Elle a présenté des pétitions à ce sujet à l'Assemblée législative du Manitoba, tout comme je l'ai fait de mon côté à la Chambre des communes à de nombreuses reprises. Je l'ai fait parce que je sais à quel point il est important pour tous les Canadiens de continuer d'essayer de faire avancer ce dossier. Je pense que le caucus ministériel est uni dans sa volonté de voir à la concrétisation d'un régime d'assurance-médicaments.
Je vois que mon temps de parole est écoulé, je vais donc en rester là.
Madam Speaker, it is always a pleasure to rise in the chamber and address a number of concerns that I have.
Here we are at the beginning of a new decade and I am feeling very optimistic, because over the last number of years we have seen a government in Canada that has had a very progressive attitude and has been able to deliver for Canadians in all regions of our country. Let there be no doubt that the priority of this government has been Canada's middle class and those aspiring to be a part of it. That has been the case since day one, and even prior.
I can recall that when the Prime Minister was elected leader of the Liberal Party, when we were the third party in the far corner of the House of Commons, he made it very clear in his leadership bid that his personal priority was the well-being of Canada's middle class and those aspiring to be a part of it, believing that by building Canada's middle class and giving it strength, we would have a healthier economy. We have seen that.
The member opposite made reference to the fact that in the month of November, 70,000 people became unemployed. We need to look at what we have accomplished in the last four years. There are well over one million net new jobs in Canada's economy. That is far more than Stephen Harper ever achieved in his eight or nine years. We have accomplished a great deal.
I will be splitting my time with the member for Hull—Aylmer.
I was very proud to be sitting beside the Deputy Prime Minister just 20 minutes ago when she tabled a ways and means notice of motion dealing with the Canada-U.S.-Mexico trade agreement.
Having said that, trade is important to Canada. This is one thing that adds value to our economy. In the last four years, the government has accomplished the signing of a significant number of trade agreements. We are talking about well over 25 or 30, with numerous countries. We have had a very aggressive and progressive movement toward trade agreements around the world because we know that Canada is very much dependent on world trade. That is one of the ways we can assist our middle class and grow our economy. We have seen that first-hand.
I often make reference to the pork industry in the province of Manitoba and how that industry as a whole continues to grow and provide thousands of jobs there, whether in Brandon, Neepawa, the city of Winnipeg or throughout rural communities. This is the type of thing that has a real impact, and that is just one industry. These jobs, in good part, are there because of trade. Trade is critically important. That is why it was so encouraging to see the government put trade as a high priority.
We look to the opposition members and particularly the Conservative Party, which has been a very strong advocate in past years for trade. We anticipate that the Conservatives will have the opportunity to go through the agreement and will continue to support trade with the United States. It is the same with the Bloc and the New Democrats. We understand and appreciate just how important this agreement is to Canada.
We have talked about the issues brought forward in the last few years, and I made reference to a number of them in the question I put to the member for Kildonan—St. Paul. We dealt with them through positive, progressive social policies, and we have seen a continuation.
I could talk about the first bill that we brought in back in 2015, the tax break for Canada's middle class. At the same time, we increased taxes for Canada's wealthiest 1%. Four years later, we are seeing a decrease in taxes for Canada's middle class and those aspiring to be a part of it. We are talking about hundreds of millions of dollars being put into the pockets of Canadians, adding to the disposable income of people across this country.
In terms of the other benefits we have enhanced, the Canada child benefit is something members of the Liberal caucus will quite often talk about. As I have made reference to in the past, over $9 million a month goes into the riding of Winnipeg North alone to support children.
We can talk about the increases to the guaranteed income supplement. We made a commitment to support some of our poorest seniors, those aged 75 and over, who are having a more difficult time, by looking into how we could further enhance their pensionable incomes. Over the next period of time, I look forward to seeing that realized. We understand how important it is to support young people and seniors in our communities.
These sorts of investments and putting the money back in through tax breaks allow the disposable income in our communities to go up. When we do these things, disposable income is being spent in our communities. That helps to fuel the demand for jobs.
That is why I believe, as I know my colleagues also believe, that having a healthy, strong middle class and building that middle class will add value to our economy and will make it stronger and healthier.
Over the years, we have seen an ongoing commitment to capital investments such as our housing strategy, with billions of dollars being invested in the first-ever national housing strategy, a very tangible action that will have a profoundly positive impact on thousands of Canadians in every region of our country by recognizing the importance of housing.
We can talk about infrastructure, whether it is roads or other types of community public facilities. Hundreds of millions and even billions of dollars have thus far been invested in our communities from coast to coast to coast.
For the first time, we have a government that is prepared to negotiate with the provinces to achieve tangible results. We have seen that in the Canada pension program. Individuals who are working today will have more money when it comes time to retire because of an initiative we took a couple of years back.
As a government, I truly believe we have recognized how important it is to invest in our social programs. If we were to canvass Canadians and ask them what makes them feel good about being a Canadian, more often than not I believe they would say, at least in Winnipeg North, that it is our health care system. People love our health care system. They believe in our health care system. The Canada Health Act provides the type of framework that Canadians are behind. The government is sending record amounts of health care dollars throughout our federation. Not only are we doing that, but we are now talking about how to come up with a pharmacare program.
I have been a parliamentarian for 30 years. For a vast majority of those years, we never heard about a national pharmacare program. It is only in the last four years it has been on the public agenda on virtually a weekly basis. If it were up to me, we would be having debate and discussion on a national pharmacare program every day, because it is something in which I genuinely believe. I suspect we will continue to receive the type of support we have seen from the New Democrats on pharmacare.
Discussing how we might be able to expand it is something I am open to. I remember a few years ago, my daughter, who happens to be the MLA in an area I represent in Winnipeg North, and I made a commitment to continue to push the pharmacare issue. She has tabled petitions in the Manitoba legislature and I have tabled numerous petitions in the House of Commons on this issue. The reason is that I know how important it is for all Canadians that we continue to push this issue forward. I believe we have a united caucus within the government caucus to ensure we see a realization of a pharmacare program.
I see my time has expired, so I will leave it at that.
Voir le profil de Mario Simard
BQ (QC)
Voir le profil de Mario Simard
2020-01-27 11:31 [p.431]
Madame la Présidente, mon collègue a dit que la classe moyenne était une priorité du gouvernement. Chez moi, au Saguenay—Lac-Saint-Jean, la classe moyenne vit de l'industrie de l'aluminium, de la gestion de l'offre et de la forêt. Ces trois secteurs ont été sacrifiés dans toutes les ententes commerciales signées par les précédents gouvernements.
Je voudrais poser une simple question à mon collègue: est-ce qu'il compte soutenir l'initiative de notre parti visant à revoir le statut de l'aluminium dans l'accord entre les États-Unis, le Canada et le Mexique?
Madam Speaker, my colleague said that the middle class was a priority for the government. Back in Saguenay—Lac-Saint-Jean, the middle class depends on the aluminum industry, supply management and forestry, three sectors that have taken a hit in every single trade agreement signed by previous governments.
I have a simple question for my colleague: Will he support our party's initiative to revise the status of aluminum in the agreement between the United States, Canada and Mexico?
Voir le profil de Kevin Lamoureux
Lib. (MB)
Voir le profil de Kevin Lamoureux
2020-01-27 11:31 [p.431]
Madame la Présidente, il y a un aspect de l'accord de libre-échange que je trouve encourageant. Nous aurons beaucoup plus d'information à ce sujet au cours des prochains jours. D'après ce que je crois comprendre, on apportera des améliorations considérables qui ne faisaient pas partie de l'accord précédent. L'un des secteurs qui profiteront le plus de ces changements est l'industrie de l'aluminium dans son ensemble.
Je parle souvent de mes racines québécoises. Le Québec me tient à cœur, tout comme les emplois qui y sont créés, et je veux qu'on les protège. J'espère que mon collègue d'en face participera au débat sur l'accord de libre-échange entre le Canada, le Mexique et les États-Unis. Je crois qu'il constatera que cet accord est vraiment plus avantageux pour l'industrie que le précédent. C'est là-dessus que nous devrions baser notre évaluation, du moins en bonne partie. Les gens que le député représente se porteront mieux grâce à cet accord.
Madam Speaker, what is encouraging to see is that within the free trade agreement, from what I understand and on which we are going to get a lot more information over the next couple of days, there are significant achievements that were not in the previous trade agreement. One of the biggest beneficiaries of those changes will be the aluminum industry as a whole.
I often make reference to my historical roots going back to the province of Quebec. I am passionate about the province of Quebec, the jobs that are there and wanting to be able to protect them. I look forward to my colleague across the way participating and getting engaged in the debate on the free trade agreement between Canada, Mexico and the U.S.A. I suspect he will find this agreement is actually better for the industry than the previous agreement. That is really what we should, at least in good part, be measuring it against. The constituents he represents will be better off as a direct result of this agreement.
Voir le profil de John Brassard
PCC (ON)
Voir le profil de John Brassard
2020-01-27 11:33 [p.431]
Madame la Présidente, j'aimerais que le député me donne plus de détails sur cet accord, car, de ce côté-ci de la Chambre, nous avons de la difficulté à obtenir ces renseignements. Le député serait peut-être en mesure de nous parler des avantages pour les secteurs de l'aluminium, de la foresterie et de l'automobile, ou du moins de nous fournir quelques renseignements à ce sujet.
Madam Speaker, I would like to ask the hon. member for some of the details of that agreement because, on this side of the House, we are struggling to find out what those details are. Maybe he can speak of the benefits to the aluminum, forestry and automotive sectors and at least give us some information on it.
Voir le profil de Kevin Lamoureux
Lib. (MB)
Voir le profil de Kevin Lamoureux
2020-01-27 11:33 [p.431]
Madame la Présidente, je trouve encourageant d'entendre une telle question. Beaucoup d'information sera communiquée dans les prochains jours. Espérons que cela nous éclairera, le député d'en face et moi, car, à l'heure actuelle, je ne connais pas tous les détails.
Ce que je sais, pour l'avoir vérifié, c'est que, pour ce qui est de certaines préoccupations soulevées par l'opposition, l'accord commercial est aujourd'hui plus avantageux que ce que nous avions auparavant. D'ailleurs, nous avons lutté sans relâche pour cela. Nous désirions un accord avantageux pour les Canadiens.
Je suis très optimiste. J'ai bon espoir que, une fois tous les détails communiqués, les conservateurs travailleront diligemment pour bien comprendre l'accord dans son ensemble. À mon avis, si je me fie au passé, ils seront disposés à appuyer l'accord, puisque les libéraux et les conservateurs ont toujours assez bien collaboré lorsqu'il est question d'accords commerciaux.
Madam Speaker, I am encouraged to hear the question. I know in the next couple of days we will see a lot more information coming out. Hopefully, this will provide the type of details that will give the member opposite and me a much better understanding of it. I do not know many of the details at this point in time.
What I do know is that there are certain areas the opposition has raised with respect to the trade agreement. I had the opportunity to look into those areas and I found, from the research I did, that the agreement today is a better deal than what we had previously. That is something we consistently argued for. We wanted to get a good deal for Canadians.
I am very optimistic and hopeful that, once we have all the details on the table, the Conservatives will work diligently to get a good comprehensive understanding of the agreement. I do believe, given their past, they will be inclined to support the agreement, as both the Liberals and Conservatives have worked relatively well together on trade agreements.
Voir le profil de Brian Masse
NPD (ON)
Voir le profil de Brian Masse
2020-01-27 11:35 [p.431]
Madame la Présidente, l'idée d'un régime national d'assurance-médicaments remonte aux débuts de notre régime d'assurance-maladie, dans les années 1960. Le fait que le député laisse entendre qu'il n'y a que quatre ans que la Chambre des communes y travaille en dit long. J'aimerais demander au député si, selon lui, les députés du Parti libéral qui proposent un tel régime depuis 1997 fabulaient et faisaient fausse route. Était-ce uniquement de la fiction? Était-ce un mensonge à l'époque? Les députés n'avaient-ils pas de bonnes intentions? Se sont-ils réveillés tout d'un coup aujourd'hui pour se rendre compte qu'on en parle depuis des décennies au pays?
Madam Speaker, the idea of national pharmacare goes back to the origins of our medicare system in the 1960s. For the member to suggest this has only been four years in the making in the House of Commons also proves a point. I would like to ask the member whether he felt that the members of the Liberal Party who have been proposing this since 1997 were actually making it up and not doing the proper thing in bringing in pharmacare. Were they just making it up? Was it a lie back then? Did the members not have good intentions? Did they finally wake up today and realize that this has been going on in our country for decades?
Voir le profil de Kevin Lamoureux
Lib. (MB)
Voir le profil de Kevin Lamoureux
2020-01-27 11:35 [p.431]
Madame la Présidente, comme je l'ai mentionné, je suis parlementaire depuis 30 ans, si on combine l'expérience que j'ai acquise en politique provinciale et en politique fédérale. Ce n'est qu'au cours des quatre ou cinq dernières années que cette question s'est glissée à l'avant-plan et qu'on en débat en profondeur. J'ai été porte-parole en matière de santé au Manitoba et, à cette époque, la question a rarement été abordée. Ce n'est vraiment qu'au cours des quatre dernières années qu'elle a pris la place qu'elle occupe maintenant, et c'est grâce à tout l'excellent travail accompli par les députés de l'ensemble de partis, pas seulement un parti en particulier. Aucun parti ne peut s'attribuer tout le mérite.
Ce qui importe, c'est de bien servir les Canadiens. Ce qui compte, c'est le Canada et la réponse à un enjeu important pour les Canadiens.
Madam Speaker, as I indicated, I have been a parliamentarian for 30 years combined at the provincial and national levels. It is only in the last four or five years that the issue has come front and centre and has been extensively debated. I used to be the health care critic in the province of Manitoba and rarely during that period of time did it ever come up. Only in the last four years has it come up to the degree which it has and it is because of a lot of fine work by members on all sides of the House, not just one side. One side should not take credit.
This is all about providing a good service to Canadians. It is all about Canada and serving Canadians on an issue that is important to them.
Voir le profil de Greg Fergus
Lib. (QC)
Voir le profil de Greg Fergus
2020-01-27 11:36 [p.432]
Madame la Présidente, tout d'abord, j'aimerais saluer tous mes collègues de la Chambre des communes et leur souhaiter une bonne année.
C'est la première fois que je prononce un discours dans le cadre de cette 43e législature du Canada. C'est avec grand plaisir que j'adresse la parole à tous et à toutes, y compris les Canadiennes et les Canadiens qui nous écoutent aujourd'hui.
Avant de faire mes commentaires sur le discours du Trône, je mentionne que c'est un document que je trouve exceptionnel. Il invite les parlementaires à collaborer, comme les Canadiens l'ont exigé à la dernière élection. Ils souhaitent que nous travaillions ensemble pour le mieux-être des Canadiens.
J'aimerais remercier mes concitoyens de Hull—Aylmer. La circonscription de Hull—Aylmer se trouve de l'autre côté de la rivière et de la Chambre des communes, au Québec, dans l'Outaouais. Elle se trouve au confluent des rivières des Outaouais et de la Gatineau. C'est un endroit exceptionnel. Mes concitoyens sont fiers de leur ville historique. Ils savent très bien que, sans Hull—Aylmer, il n'y aurait pas d'Ottawa.
Au début du XIXe siècle, Philemon Wright est venu des États-Unis pour s'installer dans cette région et pour fonder l'industrie du bois d'œuvre. Grâce à cela, on a créé ce qui est devenu la région de la capitale nationale et le lieu de notre Parlement.
Pourtant, notre région date de bien avant l'arrivée des personnes originaires d'Europe ou d'Afrique; elle est foulée par des peuples autochtones depuis 8 000 ans. Elle est le carrefour où les peuples autochtones sont venus faire du commerce, échanger des histoires et bâtir l'avenir ensemble. C'est la raison pour laquelle je trouve approprié que le Parlement canadien se trouve ici. À notre façon, nous pouvons travailler ensemble pour aider les Canadiens.
Je suis très fier de parler en faveur du discours du Trône. Il soulève de très importantes questions. Il s'agit de dossiers et de points de vue politiques essentiels au bien-être du Canada, maintenant et pour l'avenir. Au premier plan, il y a la lutte contre les changements climatiques. On ne peut pas penser à une situation plus importante. C'est un objectif que nous devons avoir pour nous assurer de léguer un monde meilleur à nos enfants, à nos petits-enfants et aux générations à venir. Je suis très fier de l'engagement que nous avons pris de déclarer le Canada pays carboneutre d'ici 2050. Il est essentiel d'avoir d'importantes initiatives nationales.
Comme député de Hull—Aylmer, je suis en train de mettre sur pied un nouveau forum public, comme les 24 forums publics que j'ai tenus pendant le dernier mandat. Cette fois, un grand thème réunira les forums publics que je vais organiser, soit celui de la lutte contre les changements climatiques.
Nous travaillons avec des représentants de la province et de la municipalité, des intervenants clés comme le Conseil régional sur l'environnement et le développement durable de l'Outaouais et d'autres gens qui s'occupent de ces questions. Comment peut-on mieux coordonner les actions des particuliers, des entreprises, des intervenants clés et de tous les paliers de gouvernements? J'espère que notre région et ma circonscription seront carboneutres bien avant 2050. C'est très important, et je travaillerai en ce sens.
Je sais que notre gouvernement veut travailler avec tous les députés et toutes les formations politiques pour que nous puissions vraiment nous attaquer à cette question. Aucune mesure n’est trop petite et nous avons certainement l’obligation de penser à de grandes mesures pour vraiment nous attaquer à cette question. Nous voulons collaborer avec tous les députés de la Chambre pour atteindre cet objectif.
Le discours du Trône s’occupe non seulement des grandes questions existentielles comme les changements climatiques, mais il revient aussi sur la question du Canada. Comment peut-on renforcer la classe moyenne et aider ceux et celles qui travaillent très fort pour en faire partie? Mon collègue de Winnipeg-Nord a souligné l’importance de l’Allocation canadienne pour enfants. Il a une carrière politique de 30 ans, aux niveaux fédéral et provincial, et je sais qu’il a une très bonne mémoire là-dessus.
En 1988, j’étais page parlementaire. Je me souviens que, peu après mon année comme page parlementaire, le Parlement a pris l’engagement solennel d’éliminer la pauvreté infantile au Canada. C’était en 1990 et on avait promis de le faire en 10 ans, soit d’ici à l’an 2000. C’était une initiative. Cela fait 30 ans. Pendant 25 de ces 30 années, on n’a pas changé le taux de pauvreté au Canada. Or, en 2015, notre gouvernement a pris une initiative pour les Canadiens, soit celle d’instaurer l’Allocation canadienne pour enfants. C’était exceptionnel. En quatre petites années, nous avons réduit la pauvreté infantile au Canada d’un tiers et nous avons réduit le taux de pauvreté générale d’un tiers. Maintenant, plus de 300 000 jeunes Canadiens sont sortis de la pauvreté. Si cela n’est pas un des devoirs les plus importants des députés, je demande ce que c’est. C’est exceptionnel.
J’ai été un peu déçu que des gens s’opposent à cela, mais j’espère que tous les députés de la Chambre vont continuer d'appuyer ce programme. Si nous avons fait cela en quatre ans, j’espère que nous pouvons continuer le travail. C’est l’engagement que nous avons pris.
Il y a une autre chose très importante pour le renforcement de la classe moyenne et de ceux et celles qui travaillent fort pour en faire partie. Il s’agit de nous assurer que nous avons une économie forte et durable. Nous venons d’accomplir cela avec le nouvel ALENA, que nous venons de signer et que la ministre vient tout juste de déposer ce matin. C’est, encore une fois, une chose très importante. Le Canada n’est pas un énorme pays avec une très grande population, mais nous travaillons fort. Nous savons très bien que notre prospérité dépend foncièrement de la création de liens et du commerce international. C’est ce que nous venons de conclure avec le nouvel ALENA, qui va renforcer les emplois de millions de Canadiens.
Nous ne nous sommes pas arrêtés là. Lors de la dernière législature, avec la collaboration de plusieurs députés de la Chambre, nous avons aussi conclu l’accord de libre-échange avec l’Europe, un marché de 500 millions de personnes. Encore une fois, c’est exceptionnel. Je pourrais parler de la réconciliation avec les peuples autochtones, qui est très importante pour ma circonscription. La population de ma circonscription comporte un fort pourcentage de personnes algonquines. Je pourrais aussi parler d’assurer la santé et la sécurité des Canadiens.
Pour conclure, j’aimerais simplement dire à tous mes collègues que je pense que ce document en est un auquel tout le monde peut se rallier. J’espère que je peux compter sur l’appui de tous mes collègues parlementaires pour améliorer le sort des Canadiens.
Madam Speaker, I would like to begin by acknowledging all my colleagues in the House of Commons and wishing them a happy new year.
This is my first chance to speak in this 43rd Parliament of Canada. I am very pleased to rise and speak to everyone, including all Canadians who are watching at home today.
Before I begin my comments on the Speech from the Throne, I want to say that I think it is a remarkable document. It encourages parliamentarians to work together, just as Canadians called for in the last election. They want us to work together for the well-being of all Canadians.
I want to thank my constituents in Hull—Aylmer. The riding of Hull—Aylmer is located just across the river from the House of Commons, in the Outaouais region of Quebec, where the Ottawa and the Gatineau Rivers meet. It is a special place. My constituents are proud of their historic city. They are well aware that, without Hull—Aylmer, there would be no Ottawa.
In the early 19th century, Philemon Wright arrived from the United States and settled in this region to develop the lumber industry. This contributed to the creation of what has become the national capital region and the location of our Parliament.
In fact, our region has been home to indigenous peoples for 8,000 years, well before the arrival of people from Europe or Africa. This is where indigenous peoples came to conduct trade, share stories and build a future together. This is why I think this is the right place for the Canadian Parliament. In our own way, we can work together to help Canadians.
I am very proud to speak in support of the throne speech, which addresses some very important topics and political perspectives vital to Canada's well-being, now and in the future. Front and centre is climate action. There is nothing more important. We must focus on climate action to ensure that we leave our children, grandchildren and future generations a better world. I am very proud that we have committed Canada to net-zero emissions by 2050. Major national initiatives are required.
As member of Parliament for Hull—Aylmer, I will be hosting a new public forum, similar to the 24 I hosted during the previous Parliament. This time around, climate action will be the overarching theme of these public forums.
We are working with provincial and municipal representatives, key stakeholders like the Conseil régional sur l'environnement et le développement durable de l'Outaouais, and other individuals who work in this area. How can we better coordinate the efforts of individuals, businesses, key stakeholders and all levels of government? I hope that our region and my riding will achieve net-zero emissions well before 2050. This is very important and I will act accordingly.
I know that our government wants to work with all members and all parties to seriously tackle this issue. No action is too small, and we clearly have a duty to think of some big actions we can take to deal with this issue effectively. We are willing to collaborate with all members of the House to achieve this goal.
The throne speech covers not only broad existential issues like climate change, but also the issue of Canada itself. How do we strengthen the middle class and help those working so hard to join it? My colleague from Winnipeg North stressed the importance of the Canada child benefit. He has been involved in federal and provincial politics for 30 years, and I know his memory on this is excellent.
Back in 1988, I was a parliamentary page. I remember that, shortly after my year as a page, Parliament made a solemn pledge to end child poverty in Canada. That was in 1990, and the pledge was to do this within 10 years, by the year 2000. That was an initiative. It has been 30 years. For 25 of those 30 years, the poverty rate in Canada did not change. In 2015, however, our government launched an initiative for Canadians, the Canada child benefit. It was extraordinary. In just four short years, we reduced child poverty in Canada by a third and the overall poverty rate by a third as well. Now, over 300,000 young Canadians have been lifted out of poverty. If that is not one of an MP's most fundamental duties, I do not know what is. This is extraordinary.
I was a little disappointed that some people voted against this, but I hope all members of the House will continue to support this program. If we were able to accomplish that much in four years, I hope we will be able to keep up this work. That is the commitment we made.
Ensuring that we have a strong and durable economy is another thing that is very important in strengthening the middle class and those working hard to join it. We did that with the new NAFTA that we just signed and that the minister just tabled this morning. Once again, that is very important. Canada is not a huge country with a huge population, but we work hard. We are well aware that our prosperity depends fundamentally on building ties and international trade. That is what we just did with the new NAFTA, which will strengthen the jobs of millions of Canadians.
We did not stop there. In the last Parliament, with the help of many members of the House, we also signed a free trade agreement with Europe, a market of 500 million people. Once again, that is extraordinary. I could talk about reconciliation with indigenous peoples, which is very important to my riding. A large percentage of people in my riding are members of the Algonquin nation. I could also talk about the health and safety of Canadians.
In closing, I would simply like to tell all my colleagues that I think that this document is something that everyone can get behind. I hope I can count on the support of all my parliamentary colleagues to improve the lives of Canadians.
Résultats : 1 - 15 de 715 | Page : 1 de 48

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
>
>|
Exporter en: XML CSV RSS

Pour plus d'options de données, veuillez voir Données ouvertes