Hansard
Consultez le guide de l'usager
Pour obtenir de l’aide, contactez-nous
Consultez le guide de l'usager
Pour obtenir de l’aide, contactez-nous
Ajouter un critère de recherche
Résultats : 1 - 15 de 300
Voir le profil de James Cumming
PCC (AB)
Voir le profil de James Cumming
2021-06-23 14:15 [p.9047]
Monsieur le Président, je prends la parole au nom de nombreuses entreprises qui traversent une période difficile, particulièrement dans le secteur du tourisme, et qui pâtissent du manque de communication et de l'absence de stratégie pour la réouverture de la frontière.
Ma circonscription compte 133 entreprises qui oeuvrent dans le secteur du tourisme et de l'hospitalité. L'une d'entre elles, Trix Star Productions, dépend largement des revenus du trafic transfrontalier. Pour elle, il n'y aura pas de lumière au bout du tunnel tant que le gouvernement libéral n'aura pas mis en place un plan concret assorti de jalons et d'objectifs mesurables pour la réouverture sûre et efficace de la frontière.
Le gouvernement refuse d'écouter les recommandations de ses propres experts en santé publique, qui ont valoir que le maintien des chaînes d'approvisionnement et des services était l'une des raisons de ne pas fermer rapidement la frontière. L'industrie du tourisme et du voyage représente 43 milliards de dollars de notre PIB, dont 1,9 milliard de dollars au titre du tourisme en provenance des États-Unis. La reprise économique ne pourra être menée à bien sans la mise en oeuvre, de manière sécuritaire et stratégique, d'un plan de réouverture de la frontière.
Il nous faut un plan, et il nous le faut immédiatement, faute de quoi l'économie et la population du Canada continueront de souffrir.
Mr. Speaker, I rise today on behalf of the many struggling businesses, particularly those in the tourism sector, that have been impacted by the lack of communication and non-existent border opening strategy in this country.
Trix Star Productions, one of 133 tourism and hospitality businesses in my riding, is heavily reliant on cross-border revenue to operate and will not see a light at the end of the tunnel until this government implements a concrete plan with benchmarks and measurables to reopen the U.S.-Canadian border safely and effectively.
This government has refused to listen to recommendations of its own public health advisers, who argued that maintenance of supply chains and services was one of the reasons against a rapid border closure. The tourism and travel industry accounts for $43 billion of our GDP. U.S. visitors contribute $1.9 billion. We cannot deploy a full economic recovery until we safely and strategically execute a plan on a border reopening.
We need a plan and we need it now, or our economy and the people of the country will continue to suffer the consequences.
Voir le profil de Andréanne Larouche
BQ (QC)
Voir le profil de Andréanne Larouche
2021-06-22 11:45 [p.8950]
Madame la Présidente, ce n'est pas une mince affaire que de passer après mon estimé collègue, voisin de banquette et député de Berthier—Maskinongé. Étant donné qu'il a été enseignant, il sait que la répétition est la clé du succès, et c'est ce qu'il faut faire. Mon conjoint, qui travaille dans le domaine de la publicité, pourrait dire la même chose. C'est donc ce que je vais faire aujourd'hui.
C'est avec une fébrilité de fin d'année certaine que je parle aujourd'hui du projet de loi C‑30 à l'étape du rapport. Puisque plusieurs de mes collègues et moi l'avons déjà dit, la Chambre sait déjà que le Bloc québécois votera en faveur de ce projet de loi de mise en œuvre de certaines mesures relatives au budget de 2021.
En tant que porte-parole du Bloc québécois pour les aînés, je tiens cependant à rappeler que, si nous avons d'abord voté contre le budget de 2021, c'est parce que le gouvernement fédéral ne répondait pas à nos deux principales demandes, qui demeurent essentielles.
Avant que la Chambre ne s'ajourne pour une durée peut-être indéterminée, je tiens à les redire. Premièrement, le gouvernement du Québec et les provinces canadiennes demandent formellement un financement suffisant et récurrent de la santé. Deuxièmement, les aînés demandent que soit augmentée la pension de la Sécurité de la vieillesse pour les 65 ans et plus, demande portée par le Bloc québécois.
Le gouvernement continue donc de faire fi de la demande du Québec. Je le sais, car j'ai récemment rencontré beaucoup d'élus et d'employés à l'Assemblée nationale du Québec qui m'en parlent régulièrement. C'est une demande unanime des provinces, du Québec, de l'Assemblée nationale, et même de la Chambre des communes, laquelle a adopté en décembre dernier une motion du Bloc québécois demandant au gouvernement d'augmenter de façon significative et durable les transferts canadiens en santé.
En refusant de faire passer de 22 % à 35 % le niveau actuel des transferts en santé, le projet de loi C‑30 n'offre qu'une augmentation ponctuelle des transferts en santé, comme il est prévu depuis mars dernier. J'avais alors fait la démonstration que les sommes prévues étaient nettement insuffisantes.
Dans ce qui sera fort probablement mon dernier discours avant la pause estivale, j'aborderai nos demandes principales pour la santé et pour les aînés, ainsi que nos demandes pour les entreprises et les entrepreneurs, et je compléterai le tout par quelques souhaits pour l'avenir de cette législature.
Le Bloc québécois a fait des choix sensés pour l'intérêt des Québécoises et des Québécois. Le déficit annoncé dans le budget de 2021 est moins élevé que prévu: 354 milliards de dollars plutôt que 382 milliards de dollars. La marge de manœuvre dégagée est de 28 milliards de dollars, soit exactement le montant que le Québec et les provinces réclament. Avec la perspective d'un train de dépenses colossal — et on le voit —, le gouvernement, par son refus, fait un choix politique au détriment de la santé de tous plutôt qu'un choix budgétaire.
Cependant, le plus triste est que le projet de loi C‑30 est purement électoraliste. Il ne fait que reprendre son engagement de la campagne électorale de 2019 pour les aînés, c'est-à-dire augmenter la pension de la Sécurité de la vieillesse à partir de 75 ans seulement, et de seulement 766 $ par année, ou 63,8 $ par mois. Cette augmentation, qui n'arrivera qu'en 2022, est insuffisante pour les aînés et pour le Bloc québécois. Elle laisse surtout tomber les 65 ans à 74 ans pour de bon, soit pratiquement la moitié des prestataires actuels de la Sécurité de la vieillesse. N'oublions pas le paiement unique de 500 $ qui ne sera versé en août 2021 qu'aux personnes âgées de 75 ans et plus.
C'est pourquoi je tiens à marteler notre appui aux aînés. Le Bloc québécois continuera d'exiger une augmentation substantielle, soit de 110 $ de plus par mois, pour tous les aînés de 65 ans et plus. Nous n'acceptons pas l'argument des libéraux voulant que la précarité financière ne débute qu'à partir de 75 ans et que les aînés plus jeunes n'aient qu'à aller travailler.
C'est pourquoi, en ce moment, je « marraine » la pétition e‑3421, mise en ligne par Samuel Lévesque au nom de ses grands-parents. Plusieurs groupes d'aînés nous ont également fait suivre des lettres pour appuyer cette demande de l'ensemble de la Chambre, sauf pour les libéraux, qui continuent d'être isolés.
Ottawa ne répond pas à notre demande et crée deux classes d'aînés. Les groupes d'aînés et les aînés se demandent pourquoi cette augmentation ne vise que les aînés âgés de 75 ans et plus, et pourquoi elle ne commencera qu'en 2022. Le site Web de la FADOQ affiche des témoignages qui démontrent que les aînés de 65 à 74 ans ont un quotidien qui peut parfois être difficile, lui aussi, et qu'ils ont des besoins qui ne peuvent pas attendre l'âge de 75 ans.
Pour les libéraux, les personnes vulnérables de 65 ans et plus ne méritent pas leur attention. Pour les libéraux, il semble que la précarité ne survienne qu'à partir de 75 ans. Bien entendu, nous ne nous opposerons pas à ce qu'une bonne partie des aînés, c'est-à-dire une partie du 50 %, reçoivent l'aide dont ils ont besoin, ce que prévoit le projet de loi C‑30.
Sur un plan plus économique, je ne peux que me réjouir de savoir que le projet de loi C‑30 a finalement rejeté les bases de la création d'un régime canadien de réglementation de valeurs mobilières, auquel le Bloc québécois et le Québec s'opposaient fermement. Je tiens à féliciter mon collègue de Joliette pour ce gain important et son travail acharné dans ce dossier. Il ne fallait certainement pas laisser Ottawa centraliser tout l'encadrement du secteur financier à Toronto. C'est une grande victoire pour le Québec.
À quatre reprises, l'Assemblée nationale du Québec a été unanime pour demander au fédéral d'y renoncer. Rarement a-t-on vu les milieux d'affaires du Québec se mobiliser d'une seule voix pour s'opposer à une initiative gouvernementale. Une place financière forte est indispensable au fonctionnement de nos sièges sociaux et à la préservation de nos entreprises.
Comme on l'a vu avec la pandémie, les chaînes d'approvisionnement mondialisé sont fragiles et nous rendent entièrement dépendants de l'étranger. Nous devons le développer et revenir à un nationalisme économique. Certaines mesures du budget sont bonnes et nous les appuyons, ainsi que leur mise en œuvre. Par exemple, il permettra de prolonger jusqu'au 25 septembre 2021 des programmes d'aide essentiels, quoique imparfaits, comme la subvention salariale et l'aide au loyer. C'est une bonne chose dans la mesure où les entreprises, particulièrement les entreprises de chez nous qui l'ont beaucoup utilisée, ont besoin d'avoir de la prévisibilité quant aux programmes sur lesquels elles pourront compter dans les prochains mois. Il faut noter que cette prolongation s'accompagne évidemment d'une baisse progressive des montants accordés. C'est une inquiétude.
Le Bloc québécois verra à ce que nos entreprises aient accès à ces programmes à la hauteur de leurs besoins tant et aussi longtemps qu'il le faudra, en particulier dans les secteurs qui prendront plus de temps à revenir à la normale, comme le tourisme et les événements de petite et grande envergure en présentiel. Ce sont des secteurs très importants pour Shefford qui peut compter sur Tourisme Montérégie, Tourisme Cantons-de-l'Est et bien entendu sur beaucoup d'événements culturels comme le Festival international de la chanson de Granby. Je pourrais en nommer encore beaucoup.
Le projet de loi introduit aussi des mesures anti-évitement fiscal, mais il ne va pas assez loin. Le gouvernement les présente comme un gros effort de lutte contre l'évitement fiscal des entreprises, mais en réalité ce ne sont que des ajustements très pointus et mineurs en lien avec les litiges qui sont déjà en cours. La lutte contre les paradis fiscaux devra donc attendre. C'est pourtant une importante question d'équité fiscale pour une meilleure justice sociale.
Un autre point à souligner est la création d'un nouveau programme de subvention à l'embauche pour les entreprises en redémarrage. Cela pourrait être intéressant. Le projet de loi C‑30 crée donc ce nouveau programme pour encourager les entreprises à réembaucher leur personnel. On sait que la subvention à l'embauche va entrer en vigueur au courant de novembre 2021. Les entreprises auront donc le choix entre la subvention à l'embauche, la subvention salariale habituelle, selon ce qui est le plus avantageux pour elles. Voilà des mesures qui peuvent être intéressantes.
Comme le temps file, je vais y aller en rafale. J'ai des souhaits. J'aurais aimé voir dans ce budget plus d'investissements pour le logement social et abordable. Ce problème continue de toucher particulièrement ma circonscription, notamment la ville de Granby considérée pourtant comme une terre d'accueil. Les entreprises de ma région qui subissent le problème de la pénurie de main-d'œuvre et qui ont notamment besoin de logement pour essayer d'attirer des familles de travailleurs tentent de les recruter, mais elles ne savent pas où les loger.
Il y a aussi des projets de loi qui ne recevront pas la sanction royale. Cela me rend vraiment triste. J'aurais aimé voir le projet de loi d'Émilie Sansfaçon adopté pour permettre aux gens souffrant de maladie grave d'avoir 50 semaines de congé, et non 15 semaines. C'est une question de guérir dans la dignité.
J'aurais aussi voulu voir le projet de loi C‑253 concernant la protection des caisses de retraite de ma collègue de Manicouagan être adopté et recevoir la sanction royale. Les travailleurs qui ont travaillé dur toute leur vie ont le droit d'en récolter les fruits. C'est pour les aider à vieillir dans la dignité.
J'aurais voulu un budget avec plus de soutien à nos producteurs agricoles. C'est tellement important chez nous. Ma circonscription partie du garde-manger du Québec. J'aurais voulu une meilleure volonté d'aider la relève agricole. Je tiens à préciser qu'en ce moment, les producteurs ont souffert du gel et du manque de précipitation, que ce soit pour de meilleurs programmes de risque ou un meilleur programme de traçabilité mieux adapté. Les effets des changements climatiques se font sentir pour eux aussi.
J'aurais aussi aimé avoir des mesures plus musclées en matière d'environnement pour une relance plus verte, comme mettre autant d'investissements dans la foresterie que dans le secteur pétrolier. Avec mes collègues du Bloc québécois, notre formation politique a établi tout un plan pour miser davantage sur les ressources naturelles renouvelables, pour la sortie de crise et comme moteur économique de nos régions.
En terminant, j'ajouterai une dernière chose. Je vais déborder du discours sur le budget, mais en tant que porte-parole en matière de condition féminine, je ne peux pas prononcer les derniers mots de mon dernier discours avant l'été sans parler des crises qui touchent particulièrement les femmes depuis que je suis arrivée à la Chambre. Il y a eu les commémorations du 30e anniversaire de Polytechnique, mais la question d'un meilleur contrôle des armes à feu n'est toujours pas réglée, car le projet de loi C-22 a fait trop d'insatisfaits. Les féminicides se multiplient. Il y en a eu 13, rien que depuis le début de l'année. Le Québec réclame des transferts sans condition avec moins de délais pour notamment mieux financer les maisons d'hébergement. Québec sait quoi faire. Il y a aussi les cas d'agression dans les Forces armées canadiennes. Que le rapport Deschamps soit mis en application.
Bref, il reste tellement à faire. Tendons-nous la main et travaillons ensemble. Que cessent le paternalisme et l'ingérence du fédéral. Nous nous devons d'agir. Il reste tant à faire.
Madam Speaker, my esteemed colleague and seatmate, the member for Berthier—Maskinongé, is a tough act to follow. Since he was a teacher, he knows that repetition is the key to success, and that is what we need to do. My husband, who works in advertising, would say the same thing, so that is what I am going to do today.
It is with excitement for the end of the year that I rise today to speak to Bill C-30 at report stage. Many of my colleagues and I have said it before, so the House already knows that the Bloc Québécois will vote in favour of this bill to implement certain measures in the 2021 budget.
However, as the Bloc Québécois critic for seniors, I want to remind the House that we first voted against budget 2021 because the federal government was not responding to our two main requests, which remain essential.
Before the House adjourns for what might be an indeterminate period of time, I want to reiterate those requests. First, the Government of Quebec and the Canadian provinces are formally requesting adequate, recurrent health funding. Second, seniors are calling for an increase in old age security for those aged 65 and up, a request brought forward by the Bloc Québécois.
The government continues to ignore Quebec's request. I know because I recently met with many elected members and employees at the National Assembly of Quebec, who speak to me about this regularly. This is a unanimous request from the provinces, Quebec, the National Assembly, and even the House of Commons, which adopted a Bloc Québécois motion last December that called on the government to significantly and sustainably increase Canada health transfers.
The government refuses to increase the current level of health transfers from 22% to 35%. Instead, Bill C‑30 offers only a one-time increase in health transfers, as announced last March. At the time, I showed that the amounts were clearly insufficient.
In this speech, which will quite probably be my last before the summer break, I will address our key requests for health and for seniors, as well as our requests for businesses and business owners. I will finish with a few wishes for the future of this Parliament.
The Bloc Québécois has made sensible choices in the best interest of Quebeckers. The deficit announced in budget 2021 is lower than expected: $354 billion instead of $382 billion. The difference happens to be $28 billion, the exact amount that Quebec and the provinces are asking for. With the government clearly gearing up for a massive spending spree, by refusing to increase transfers, Ottawa is making a political choice, not a budgetary choice, to the detriment of everyone's health.
The saddest part, however, is that Bill C‑30 is strictly an election budget. It merely repeats the Liberals' 2019 campaign promise to seniors to increase old age security, but only for those aged 75 and over and by only $766 per year, or $63.80 per month. This increase, which will not take effect until 2022, is not enough for seniors or for the Bloc Québécois. More importantly, it leaves those aged 65 to 74 out in the cold, which is practically half of the current beneficiaries of old age security. Let us also not forget the one-time $500 payment to made in August 2021, also only to those 75 and older.
That is why I continue to keep talking about our support for seniors. The Bloc Québécois will continue to demand a substantial increase, namely $110 more a month, for all seniors aged 65 and over. We do not accept the Liberals' argument that financial insecurity begins at age 75 and that younger seniors can just go to work.
For that reason, I am currently sponsoring petition e-3421, which was put online by Samuel Lévesque on behalf of his grandparents. Several seniors' groups have also sent letters in support of this request that comes from the entire House, except the Liberals, who continue to be isolated.
Ottawa is not doing as we asked and is creating two classes of seniors. Seniors' groups and seniors want to know why only seniors 75 and older are getting this increase and why it only starts in 2022. There are testimonials posted on FADOQ's web site showing that the lives of seniors 65 to 74 can also be difficult, and that they have needs that cannot wait until they turn 75.
For the Liberals, vulnerable people 65 and over do not deserve their attention. For the Liberals, insecurity only begins at 75. Naturally, we are not against the idea of a good number of seniors, about 50%, receiving the help they need, which is what Bill C‑30 would do.
In terms of the economy, I am elated to know that Bill C‑30 has finally rejected the foundation for creating a pan-Canadian securities regulatory regime, which the Bloc Québécois and Quebeckers strongly opposed. I would like to congratulate my colleague from Joliette for this important win and his hard work on this file. Ottawa could not be allowed to centralize securities regulation in Toronto. This is a big win for Quebec.
The Quebec National Assembly adopted four unanimous motions calling on the federal government to abandon this idea. Seldom had we seen Quebec's business community come together as one to oppose a government initiative. A strong financial hub is vital to the functioning of our head offices and the preservation of our businesses.
As we have seen with the pandemic, globalized supply chains are fragile and make us entirely dependent on other countries. We must develop our own chains and restore economic nationalism. Some measures in the budget are good, and we support them and support implementing them. For example, the budget will extend some essential, albeit imperfect, assistance programs, such as the wage subsidy and rent relief, until September 25, 2021. This is a positive because businesses, especially the ones back home that made good use of these programs, need some predictability in the programs they will have access to in the coming months. I should point out that this extension comes with a gradual decline in the amounts provided, which is a concern.
The Bloc Québécois will ensure that our businesses have access to programs that meet their needs for as long as they need them, particularly in the sectors that will take more time to get back to normal, such as tourism and small- and large-scale live events. These sectors are very important to Shefford, which relies on Tourisme Montérégie and Tourism Eastern Townships, and, of course, on many cultural events, such as the Festival international de la chanson de Granby. I could go on.
The bill also introduces some measures to combat tax evasion, but it does not go far enough. The government is presenting these measures as a massive campaign against corporate tax evasion, but in reality, these are just some highly specific, minor changes connected to ongoing litigation. The fight against tax havens will have to wait, even though it is a very important aspect of building tax fairness to enhance social justice.
Another thing to highlight is the creation of a new hiring subsidy program for businesses that are reopening. It could be useful. Bill C-30 would create this new program to encourage businesses to rehire their staff. We know that the hiring subsidy will come into effect in November 2021. Businesses will then have the choice of applying for either the hiring subsidy or the existing wage subsidy, whichever works out better for them. These are measures that could be very useful.
Since my time is running out, I will try to cover everything quickly. I have a wish list. I would have liked to see more investments in social and affordable housing in this budget. This problem continues to affect my riding in particular, especially the city of Granby, which is otherwise considered a great place to settle down. Businesses in my region are experiencing a labour shortage and need housing to attract workers with families so they can try to recruit them, but they have nowhere to house them.
There are also some bills that will not receive royal assent. That really saddens me. I would have like to see the Émilie Sansfaçon bill passed to allow people who are suffering from a critical illness to have 50 weeks of leave instead of 15 weeks. It is a matter of recovering with dignity.
I would have also liked to see the House pass my colleague from Manicouagan's Bill C-253 regarding pension protection and for it to receive royal assent. People who worked hard their whole lives have the right to enjoy the fruits of their labour. This bill would help them age with dignity.
I would have liked a budget with more support for our farmers. That is so important in my riding, which is part of Quebec's pantry. I would have liked to see a greater willingness to help the next generation of farmers. I want to point out that, right now, farmers are suffering because of frost and a lack of precipitation. They need better risk management programs and more precise traceability programs. Farmers are also feeling the effects of climate change.
I would have also liked to see tougher environmental measures for a greener recovery. For example, the government should invest just as much in forestry as it does in the oil industry. My Bloc Québécois colleagues and our political party established a comprehensive plan to focus more on renewable natural resources to get out of the crisis and to drive our regions' economies.
In closing, I would like to add one last thing. It goes beyond the budget, but as the status of women critic, I cannot give my last speech before the summer break without mentioning the crises that have been affecting women in particular since I arrived in the House. We commemorated the 30th anniversary of the École Polytechnique attack, but the issue of better gun control has still not been resolved because too many people are not satisfied with Bill C‑22. Femicides are on the rise. There have been 13 just since the beginning of the year. Quebec is calling for transfers with no conditions and fewer delays to provide better funding for women's shelters. Quebec knows what to do. There are also the cases of assault in the Canadian Armed Forces. The Deschamps report needs to be implemented.
In short, there is still a lot of work to be done. Let us reach out to one another and work together. The federal government's paternalism and interference needs to stop. We need to take action. There is still so much to be done.
Voir le profil de Larry Bagnell
Lib. (YT)
Voir le profil de Larry Bagnell
2021-06-22 15:50 [p.8987]
Madame la Présidente, c'est avec plaisir que je m'adresse à vous depuis le territoire ancestral de la Première Nation des Kwanlin Dun et du Conseil des Ta'an Kwach'an. Comme la Chambre ajournera pour l'été demain, je tiens à remercier une fois de plus tous les Yukonnais pour l'immense honneur qu'ils m'ont fait en me permettant de les représenter. Comme ma circonscription est plutôt hétéroclite, cet honneur n'en est que plus grand. Outre 14 Premières Nations, on y retrouve en effet des habitants provenant de plus de 50 pays, sans parler des plus grands champs de glace à l'extérieur des calottes polaires, des plus hautes montagnes au Canada, de la plus importante ruée vers l'or, du plus grand poète, Robert Service, et du plus grand peintre, Jim Robb. Plus important encore, ses habitants sont très attentionnés, et c'est pourquoi c'est un si grand honneur de les représenter.
Je ne vais pas utiliser tout le temps dont je dispose. Le budget est vraiment important, et nous devons l'adopter rapidement. Je crois que les députés en conviennent. Je vais en parler brièvement et tenter de limiter mes propos à quelques faits saillants.
Premièrement, il prévoit 3,8 milliards de dollars pour la construction de 35 000 nouveaux logements abordables, ce qui est très important. J'ai fait de nombreuses annonces d'envergure liées au logement, même avant le budget. C'est une mesure très bien accueillie dans ma circonscription.
La somme de 3 milliards de dollars servant à prolonger les prestations de maladie, pour les porter de 15 à 26 semaines, constitue un autre gros investissement. Tout au long de la pandémie, les Canadiens peuvent également profiter de dispositions plus souples de l’assurance-emploi, qui demeureront en vigueur jusqu’à l’automne de 2022.
Le programme de contribution Nutrition Nord Canada est prolongé. Il permet de fournir à un prix raisonnable des aliments nutritifs aux collectivités situées dans l'Arctique et dans les régions éloignées. C’est formidable.
Je pourrais consacrer toute mon allocution aux changements climatiques. Je suis certain que personne ne s’oppose aux 17 milliards de dollars que nous avons fournis et à l’aide que nous apportons au secteur des ressources pour les mines, les forêts, etc. afin de faciliter la transition vers une économie propre. Je suis certain que personne ne s’oppose aux technologies carboneutres comme l’hydrogène, que nous appuyons, et aux énergies renouvelables. Les producteurs de technologies énergétiques propres profitent d’une grosse baisse d’impôt. Nous espérons que les 17 milliards de dollars aideront aussi le secteur minier hors réseau dans les régions très éloignées, comme ma région, à ne plus dépendre du diésel.
Un autre sujet auquel je pourrais consacrer toute mon allocution, ce sont les 18 milliards de dollars consacrés aux peuples autochtones. Les gens se rappelleront de l’Accord de Kelowna et de la somme record de 5 milliards de dollars proposée par Paul Martin, un des meilleurs premiers ministres de notre histoire. Dans ce budget, on parle de 18 milliards de dollars. Je mentionnerai seulement deux postes, mais il y en a de nombreux. L’un est de plus de 4 milliards de dollars pour l’infrastructure autochtone; un autre vise le secteur de la police communautaire et de la sécurité.
Je veux saluer chaleureusement le chef Doris Bill de la Première Nation de Kwanlin Dun ainsi que Gina Nagano et la Première Nation de Selkirk. Ils ont fait montre d’un immense leadership et ont permis la mise en place d’une police communautaire novatrice et très efficace.
Je suis très heureux de la prolongation du Programme d’aide à la recherche industrielle. Il s’agit de l’un des meilleurs programmes au Canada, et le meilleur programme gouvernemental qui ait jamais existé, qui favorise l’excellence dans le domaine de la recherche industrielle. Pour les ONG et les organismes de charité, qui sont rarement inclus dans les budgets, le gouvernement a prévu un financement social de 200 millions de dollars, un Fonds canadien de revitalisation des communautés, une somme de 50 millions de dollars pour la création du fonds de financement social et même l’émission d’une obligation sociale. Outre ces mesures et l’obligation verte qui s’élèvera peut-être à 5 milliards de dollars quand elle sera émise pour la première fois, les ONG et les organismes de charité seront également admissibles au Fonds de financement des petites entreprises.
Je crois que tout le monde en milieu rural au Canada a été très enthousiaste d’apprendre la création du fonds pour le transport rural. Je suis très heureux que la diminution du ratio dette–PIB nous permette d’aider tant de gens et d’entreprises qui ont besoin d’être soutenus.
Je veux maintenant parler du Nord. En plus de tout ce dont j'ai parlé, il y a des mesures qui sont tout particulièrement excitantes pour nous dans le Nord, et l’une d’elles est le fond de revitalisation des communautés pour les rues principales, les marchés fermiers et d’autres espaces de rencontre qui sous-tendent les économies locales. Le budget prévoit 500 millions de dollars pour aider les gens dans ces collectivités rurales. Cet argent s’adresse tout particulièrement aux personnes qui habitent dans un petit village, un hameau ou une petite ville ou encore aux petits ONG. Ces gens devraient commencer à préparer leur demande pour ce nouveau fonds.
Une mesure vraiment stimulante pour la moitié nord du Canada est la très importante déduction pour déplacement dans le Nord. Auparavant, seules les personnes à qui les employeurs accordaient une indemnité de déplacement qu’elles déclaraient sur leur feuillet T4 pouvaient y avoir accès, mais, dorénavant, toutes les personnes résidant dans le Nord pourront s’en prévaloir, ce qui est formidable.
Le plus grand employeur du secteur privé dans ma circonscription, c’est le tourisme. Le milliard de dollars consacré au tourisme — une première historique — est tout à fait vital et enthousiasmant. Il y a 200 millions de dollars pour les petits festivals, les petits événements culturels, les célébrations du patrimoine, les musées locaux et les événements sportifs amateurs, ce qui est parfait pour ma circonscription, parce que nous avons beaucoup de tout cela. Pour les grandes villes, 200 millions de dollars sont aussi prévus pour les mêmes événements. Le fonds d’aide au tourisme de 500 millions de dollars aidera les entreprises du secteur du tourisme à adapter leurs produits et services et à répondre aux exigences en matière de santé publique.
Ensuite, dans ma circonscription en particulier, il y a l’exploitation minière, dont l’activité économique est à un sommet inégalé depuis la ruée vers l’or. La principale demande de ce secteur était de l’aide à l’hydroélectricité. Le ministre des Finances a débloqué 40,4 millions de dollars pour réaliser des études dans ce domaine et pour la préparation dans le Nord. En outre, le gouvernement du Yukon a l’un des plans les plus efficaces en matière de lutte contre les changements climatiques, auquel nous consacrons 25 millions de dollars.
Beaucoup de gens ne savent probablement pas que les cinq espèces de saumon du Pacifique — quinnat, sockeye, coho, kéta et rose — arrivent au Yukon par le réseau hydrographique Alsek-Tatshenshini, ou le fleuve Yukon, la plus longue remontée de saumon au monde, qui s’étend sur 2 000 milles. Par conséquent, le montant historique de 647 millions de dollars pour le saumon est une excellente nouvelle. En fait, une organisation des Premières Nations a communiqué avec moi il y a quelques semaines et m’a fait savoir qu’elle était heureuse que les consultations aient déjà commencé à ce sujet.
Le fonds pour les corridors commerciaux du Nord est essentiel pour l’infrastructure dans le Nord. Le budget prévoit 1,9 milliard de dollars pour ce fonds, le Nord recevant 15 % de ce montant. Si l’on considère que nous représentons moins d’un demi pour cent de la population, c’est une aide énorme pour le Nord, tout comme les fonds du plateau continental polaire à l’appui de la recherche dans l’Arctique.
Nous sommes heureux des efforts déployés pour faire baisser les frais d’interchange des cartes de crédit et faire en sorte que ces frais soient les mêmes pour les petites entreprises que pour les grandes, et nous sommes aussi heureux des 146 millions de dollars destinés aux femmes entrepreneures. Le Yukon compte proportionnellement plus de femmes entrepreneures que toute autre région au pays.
La stratégie de développement de l’industrie minière, dont je n’ai pas le temps maintenant de parler autant que je le voudrais, est fondamentale; encore une fois, il s’agit de l’exploitation minière, un secteur si important pour notre économie nordique. Des mines comme Victoria Gold sont d’un très grand soutien.
Il y a des changements dans le financement des petites entreprises, grâce aux lignes de crédit pour fonds de roulement désormais autorisées, et aux prêts sur la propriété intellectuelle, ce qui serait formidable pour notre grand centre NorthLight Innovation. Le programme d’adoption du numérique nous ferait entrer dans la nouvelle économie, avec de nombreux jeunes travailleurs pour les entreprises, ainsi que d’éventuels prêts sans intérêts et des subventions pour faciliter la transition.
Pour prendre notre place dans la nouvelle économie, nous avons un plan. Je suis heureux de voir que les conservateurs sont prêts à adopter un budget pour faire croître notre prospérité à long terme, car c'est exactement de cela qu’il s'agit. Ce budget prévoit des fonds pour la sécurité alimentaire, les entrepreneurs autochtones et les femmes entrepreneures; une stratégie d'intelligence artificielle; l'Institut canadien de recherches avancées; une stratégie quantique; le Centre canadien de fabrication de dispositifs photoniques; des activités de recherche et développement dirigées par les entreprises pour les collèges; 85 000 affectations à Mitacs; CodeCan; l'accélérateur net zéro; le carrefour de croissance propre; de l'aide pour Mesures Canada; le Fonds stratégique pour l'innovation; le programme stratégique de renforcement de la protection de la propriété intellectuelle; les supergrappes d'innovation; les données dans un monde numérique; les lacunes dans les données de Statistique Canada; ainsi que pour le Conseil canadien des normes.
Je pense que la plupart des parlementaires ici à l'autre endroit savent à quel point il est important d'adopter ce budget car des mesures d'aide importantes viennent à échéance dans huit jours, notamment la subvention salariale et la subvention pour le loyer. Au Canada, 447 000 employeurs bénéficient de la subvention salariale; cinq millions de Canadiens en ont besoin pour nourrir leur famille; et 192 000 organisations ont besoin de la subvention pour le loyer. La Prestation canadienne de relance économique sera prolongée de 12 semaines, et le programme d'embauche pour la relance économique du Canada ne pourra pas aller de l'avant sans l'adoption du budget.
Les gens sont conscients de l'importance d'adopter ce projet de loi. Ces programmes prendront fin dans huit jours s'il n'est pas adopté aujourd'hui ou demain. Le député conservateur de Leeds—Grenville—Thousand Islands et Rideau Lakes a même dit hier que certaines de nos dépenses étaient formidables, notamment celles pour la route de comté 43, les projets récréatifs comme le nouvel aréna à Prescott et le projet St. Vincent de Paul à Brockville visant à fournir des logements abordables pour les aînés. Ils vont demander beaucoup plus de fonds gouvernementaux pour Gananoque, Westport, Rideau Lakes et North Grenville.
Compte tenu de toutes ces raisons et de tous ces investissements importants, j'espère que tous les partis vont appuyer ce projet de loi qui viendra en aide à un grand nombre de travailleurs qui sont encore dans une situation précaire, et à de nombreuses entreprises qui ont besoin d'aide pour passer à travers la dernière partie de la pandémie, et pour faire en sorte que ces programmes n'expirent pas et que toutes les initiatives susceptibles de nous aider à faire le saut dans la nouvelle économique numérique créent encore plus d'emplois. S'il est vrai que 80 % des emplois ont déjà été récupérés, il reste néanmoins encore beaucoup à faire.
Madam Speaker, I am happy to speak from the traditional territory of the Kwanlin Dun First Nation and the Ta'an Kwach'an Council. As tomorrow is the last day that Parliament will sit before the summer, I want to thank all Yukoners, again, for the great honour they have provided me to represent them. It is a very eclectic riding, which makes it an even bigger honour. With 14 unique first nations, we are dealing with over 50 countries in immigration. It has the largest icefields outside the polar caps; the highest mountains in Canada; the world's greatest gold rush; the greatest poet, Robert Service; and the great painter, Jim Robb. Most important, the people are very caring, which is why it is such a great honour to represent them.
I will not use all my time. The budget is so important and we need to get it done quickly, which I think members realize. I will talk quickly and try to limit what I have to say to some highlights.
First, the $3.8 billion toward 35,000 more affordable units is very important. I made a number of big announcements related to housing, even before the budget. It is very exciting for my riding.
Another big investment is the $3 billion to extend sickness benefits from 15 to 26 weeks. There are also flexible EI provisions to help people through the pandemic, which are being extended until the fall of 2022.
The Nutrition north Canada subsidy program is being expanded. It provides nutritious foods to those in the Arctic and remote communities as they cannot get food for a reasonable price. That is very exciting.
I could spend my whole speech just on climate change. I am sure no one objects to the money, $17 billion we have provided and the support to the resource sector for mining, forestry, etc. to transition to a clean economy. I am sure no one objects to the zero-emission technologies like hydrogen that we are supporting and renewable energies. There is a big tax cut to clean energy technology producers. Hopefully with that $17 billion we can also help get mines that are off the grid in the very remote areas like my area off diesel.
Another area I could spend my whole speech on are the $18 billion for indigenous people. People will remember the Kelowna accord and the historic $5 billion proposed by Paul Martin, one of the greatest prime ministers in history. This is $18 billion. I will just mention two items of the many. One is over $4 billion for indigenous infrastructure. Another area is community policing and safety.
I want to give a big-shout out to Chief Doris Bill of the Kwanlin Dun First Nation as well as Gina Nagano and the Selkirk First Nation. They have provided some great leadership, and innovative and very successful community policing.
I am very happy with the IRAP expansion. It is one of the most successful programs in Canada, and more than in any other government's history, and harnesses industrial research excellence. For NGOs and charities, where there are seldom things in budgets, there is a social financing fund of $200 million; a Canada community revitalization fund; $50 million for getting ready for the social financing fund, and even a social bond. Looking at those and the green bond of maybe $5 billion on the first issue, NGOs and charities will also be eligible for the small business financing fund.
I think everyone in rural Canada too is pretty excited about the recent announcement of the rural transportation fund. I am very happy that the declining debt-to-GDP ratio makes it possible for us to help so many people and businesses that are in need.
I want to move on to to the north. On top of everything else, there are things that are particularly exciting for us in the north. One is the new exciting community revitalization fund for main streets, farmers markets and other gathering spaces that underpin local economies. There are $500 million to help people in these rural communities. If someone is in a little village, a hamlet, a town or a small NGO, this is specifically for them. They should start getting those applications ready for this brand new community revitalization fund.
What is really exciting for the northern half of Canada, is the very large northern travel allowance deduction. Before this, only people whose employers gave them a travel allowance and put it on their T4 slip could access it, but now all northerners will be able to access to it, which is very exciting.
The biggest employer in my riding is tourism as a private sector employer. The historic, first-time ever $1 billion dedicated to tourism is very crucial and exciting. There are $200 million for small festivals, small cultural events, heritage celebrations, local museums and amateur sporting events, which is perfect for my riding. We have a lot of those. For the bigger cities, there is also another $200 million for all the same events but in bigger cities. The $500 million tourism relief fund will help tourism businesses adapt their products and service, and meet public health requirements.
Then specifically in my riding is mining, which is the biggest GDP since the gold rush. Its biggest ask was help for hydroelectricity. The finance minister came through with $40.4 million for hydroelectricity studies and for preparation in the north. Also, the Yukon government has one of the most effective climate change plans, and we are giving $25 million to that.
A lot of people probably do not know that all five species of Pacific salmon: chinook, sockeye, coho, chum and pink, come into the Yukon through the Alsek-Tatshenshini drainage, or the Yukon River, the longest salmon run in the world, 2,000 miles. Therefore, historic amount of $647 million for salmon is very exciting. In fact, I had a first nations organization contact me a couple weeks ago, happy that the consultations had already started with it.
The northern trade corridor fund is essential for infrastructure for the north, $1.9 billion in the budget for that of which the north get 15%. Considering we are less than half of 1% of the population, this is tremendous support for the north as are funds for the polar continental shelf for Arctic research.
The work to lower credit card interchange fees and to have those fees the same for small businesses as large businesses is music to our ears as is the $146 million for women entrepreneurs. We have a higher average in Yukon of women entrepreneurs.
The critical mineral strategy, which I do not have time to go into as much as I would like to right now, is very important, again, mining, which is so important to our economy in the north. Mines like Victoria Gold are a very big support.
There are small business financing changes, with working capital lines of credit now being allowed, and lending against intellectual property, which would be great for our large NorthLight Innovation Centre. The digital adoption program would bring us into the new economy, with many young helpers for businesses, potential zero-interest loans and grants to help transition.
To get into the new economy, we have a plan. I am glad the Conservatives are onside for a long-term prosperity growth budget, which is exactly what this is, with money for food security; indigenous and women entrepreneurs; an artificial intelligence strategy; the Canadian Institute for Advanced Research; a quantum strategy; the Photonics Fabrication Centre; business-led R and D through colleges; Mitacs for 85,000 placements; CanCode; the net-zero accelerator; the clean-growth hub; support for Measurement Canada; strategic innovation funds; Elevated IP; the strategic intellectual property program review; innovation superclusters; data in the digital world; Stats Canada data gaps; and support for the Standards Council of Canada.
I think most people in this place and the other place know how important it is to get this budget through, and that a number of major supports are going to expire in eight days, including the wage subsidy and the rent subsidy. There are 447,000 employers that have accessed the wage subsidy; five million people in Canada need it to put food on the table, and 192,000 organizations for rent subsidy. The Canada recovery benefit will be extended for 12 more weeks, and the Canada recovery hiring benefit would not be able to go ahead without it.
People realize the importance of getting this bill through. Those programs will expire in eight days if we do not get this through today or tomorrow. Even the Conservative member for Leeds—Grenville—Thousand Islands and Rideau Lakes said yesterday that a number of our expenditures were great, like the County Road 43, recreation projects like the new arena in Prescott, the Vincent de Paul project in Brockville, with affordable housing for seniors. They will ask for many more government funds for Gananoque, Westport, Rideau Lakes and North Grenville.
For all these reasons and with these important investments, I hope all parties will support this bill that would help so many workers who are still in desperate need and so many businesses that need support to get through the last part of this pandemic, to ensure these programs do not expire and all the initiatives that can get help us into the new, modern digital economy to create even more jobs. Eighty per cent of jobs have already been brought back, but much more needs to be done.
Voir le profil de Lenore Zann
Lib. (NS)
Voir le profil de Lenore Zann
2021-06-22 18:22 [p.9004]
propose que le projet de loi S‑205, Loi modifiant la Loi sur le Parlement du Canada (artiste visuel officiel du Parlement), soit lu pour la deuxième fois et renvoyé à un comité.
— Monsieur le Président, je suis heureuse de prendre la parole aujourd’hui au sujet du projet de loi S‑205, qui vise à créer le poste d’artiste visuel officiel du Parlement. Le titulaire serait membre du personnel de la Bibliothèque du Parlement, au même titre que le poète officiel du Parlement. L’artiste visuel officiel du Parlement aurait pour mandat de promouvoir les arts au Canada par l’intermédiaire du Parlement, notamment en encourageant la population à mieux connaître les arts, à les apprécier et à y être sensible, et en favorisant leur développement. Aux termes de ce projet de loi, « arts » s’entend du dessin, de la peinture, de la sculpture, de la gravure de reproduction, du design, de l’artisanat, de la photographie, de la vidéographie et du cinéma.
J’aimerais remercier la marraine de ce projet de loi au Sénat, la sénatrice Patricia Bovey, du travail accompli pour que ce projet de loi soit présenté à la Chambre. J’aimerais également souligner que l’artiste Peter Gough, de la Nouvelle-Écosse, est à l’origine de cette merveilleuse idée. Malheureusement, Peter est décédé avant de voir son idée se concrétiser. Cependant, il y a de nombreux autres artistes exceptionnels en Nouvelle-Écosse et au Canada qui, j’en suis sûre, seront heureux de voir ce projet de loi aller de l’avant et honorer la mémoire de M. Gough ainsi que le travail de la communauté artistique du Canada.
Comme je l’ai dit, le projet de loi S-205 fait appel au même concept que celui du poète officiel du Parlement. Le commissaire aux langues officielles du Canada, le président du Conseil des arts du Canada et le président de l’Académie royale des arts du Canada ont tous témoigné au sujet de cet important projet de loi, tout comme le directeur du Musée des beaux-arts du Canada.
Le titulaire, nommé pour deux ans, aurait pour mandat de promouvoir les arts au Canada par l’entremise du Parlement, notamment en favorisant la connaissance, la jouissance et le développement des arts. Je ne saurais trop insister sur la contribution des artistes canadiens à notre société, à notre bien-être collectif et à la compréhension que nous avons les uns des autres, qu’il s’agisse de Canadiens de longue date, de néo-Canadiens, d’immigrants, de membres des Premières nations ou de réfugiés. Les arts peuvent abattre les barrières qui se dressent entre nous, ce dont nous avons besoin aujourd’hui plus que jamais. Les artistes du Canada mettent en lumière ce qu’être Canadien veut dire. Par le truchement de médias différents, ils font ressortir nos parcours et nos trajectoires, selon les points de vue de nombreuses cultures et régions différentes. Ils sont parfois critiques, mais ils reflètent ce que nous sommes.
Ces 18 derniers mois, nous avons traversé l’une des périodes les plus difficiles que notre pays ait connues depuis des décennies. La pandémie nous a forcés à nous isoler, ce qui a mené à la solitude et au désespoir de nombreux Canadiens, notamment des jeunes. Je dois dire que nos jeunes attendent avec impatience le jour où ils pourront sortir et profiter de nouveau des arts en personne et, comme ma chère nièce, Maia, me l’a dit peu de temps avant de rendre son dernier souffle cette semaine: « Que serait la vie sans musique? La vie serait tellement déprimante sans la musique. » Je suis tout à fait d’accord avec elle. Tout au long de cette pandémie, les artistes du Canada ont été là pour nous donner un peu de lumière et d’espoir en attendant le moment où amis, familles et collègues pourront nous retrouver ensemble.
Les arts sont aussi des moteurs économiques. Troisième employeur en importance au Canada, le secteur des arts et de la culture emploie quelque 600 000 Canadiens et représente 7,5 % de notre PIB. La recherche a montré que les arts contribuent positivement à notre santé, à notre éducation et à notre environnement, et je pense que nous avons besoin de plus d’arts dans les écoles. Les arts sont de véritables programmes de santé mentale. Demandez à n’importe quel enfant de raconter son histoire, et je suis certain qu’il préférera s’exprimer par le dessin, par l’écriture ou même par le théâtre en se glissant dans un personnage, plutôt que de parler directement de lui-même. C’est parfois beaucoup plus facile à faire.
Où serait l’industrie du tourisme sans les arts et les artistes du Canada? Les arts sont une langue internationale universelle et ils sont le prisme par lequel d’autres pays nous identifient comme Canadiens. En anglais, les arts nous différencient des Américains. Les Américains ont leurs propres arts et leur propre culture, mais nous devons appuyer les nôtres pour que nous ne soyons pas noyés et pour que les gens puissent entendre nos propres histoires et nos propres voix, pas seulement celles des Américains.
La dimension culturelle des événements internationaux existe non seulement pour divertir, mais pour montrer au monde qui nous sommes, et nous le faisons très bien. Le gouvernement du Canada s'est engagé à rétablir le pilier culturel de notre politique étrangère. Nous nous présentons au monde par le biais des arts, qui permettent de mieux comprendre qui nous sommes sur la scène internationale.
Je crois qu'il est temps que le Parlement nomme un artiste visuel officiel dont les œuvres pourraient dépeindre, pour la postérité, les événements qui captent l'attention des parlementaires et le travail qu'ils font pour améliorer la vie des Canadiens. Je demande l'appui des députés pour concrétiser cette initiative. C'est une façon concrète de remercier les artistes de leur contribution à la société canadienne, surtout pendant une période aussi difficile que celle que nous vivons actuellement.
J'aimerais réciter un poème de George Elliott Clark, ancien poète officiel du Parlement, qui s'intitule Sur l'idée de nommer un artiste visuel officiel:
La page blanche, la toile blanche estIndubitablement délicieuseComme le brouillard qui cache puis révèleCe que l'espoir fige bientôtUne architecture fantastiqueL'imagination bien née:Ce que la Vision, œil de soiA rêvé, un Quoi éclairant un Pourquoi...Peintures et encres explosent en arcs-en-cielUn film sculpte la lumière, en un clin d'oeil;Une aiguille, dansante, devient lyrique,Toute forme devient épique.L'art vit dans l'œil de ceux et celles,Dont la vision imagine un artiste officiel.
moved that Bill S-205, An Act to amend the Parliament of Canada Act (Parliamentary Visual Artist Laureate), be read the second time and referred to a committee.
She said: Mr. Speaker, it gives me pleasure to rise today to speak to Bill S-205, which seeks to create the position of Parliamentary Visual Artist Laureate. This would be an officer of the Library of Parliament, similar to the current Parliamentary Poet Laureate's position. The mandate of the Parliamentary Visual Artist Laureate would be to promote the arts in Canada through Parliament, including by fostering knowledge, enjoyment, awareness and development of the arts. In this bill, the arts are defined as drawing, painting, sculpture, print-making, design, crafts, photography, videography and filmmaking.
I would like to thank the sponsor in the Senate of this bill, Senator Patricia Bovey, for her work in moving this legislation to the House. I would also like to acknowledge the artist Peter Gough of Nova Scotia, who was the originator of this wonderful idea. Sadly, Peter passed away before he could see his idea become a reality. However, there are many other incredible artists in Nova Scotia and across Canada who I am sure will be happy to see this bill move forward and honour his memory and the work of Canada's arts community.
Bill S-205 is based on the same concept, as I said, as the Parliamentary Poet Laureate. The Commissioner of Official Languages for Canada, the chairperson of the Canada Council for the Arts, and the president of the Royal Canadian Academy of Arts have all provided their witness testimony about this important bill, as has the director of the National Gallery of Canada.
The position would have a two-year term with a mandate of promoting the arts in Canada through Parliament, including by fostering knowledge, enjoyment and development of the arts. I cannot emphasize enough or too greatly the contribution that Canadian artists make to our society, our collective well-being and our understanding of each other: lifelong Canadians, new Canadians, immigrants, first nations and refugees. The arts can break down barriers that exist between us, which is something we need today more than ever. Canada's artists have been illuminating what it means to be Canadian, where we have been and where we are going through many different media and from the views of many different cultures and regions. These are sometimes critical, but are reflective of who we are.
Over the past year and a half, we have been living through some of the most challenging times faced by our country in decades. The pandemic has forced us into isolation. It has led to loneliness and despair for many Canadians and for our youth, as well. I have to say our youth are looking forward to the day they can get out and enjoy the arts in person again and as my dear, departed niece, Maia, said to me shortly before she passed away this week, “What would life be without music? Life would be so depressing without music.” I have to say that I completely agree with her. Throughout this pandemic, Canada's artists have been there to provide us with a bit of light and hope while we await a time to come when we can be together again as friends, families and colleagues.
The arts are also economic generators. As the third-largest employer in Canada, the arts and culture sector employs some 600,000 Canadians and contributes 7.5% of our GDP. Research has demonstrated that the arts contribute positively to our health, education and the environment, and I suggest we need more arts in schools. The arts are mental health programs. Members can ask any child to tell their story, and I am sure they would rather do it through drawing, through writing or even through drama and putting on a personality, than try to speak as themselves. Sometimes this is much easier for people to do.
Where would the tourism industry be without Canada's arts and artists? The arts are a universal international language and the lens through which other nations recognize us as Canadians. It makes us different from the Americans. The Americans have their own arts and culture, but we need to support ours so we are not drowned out and so people can hear our own stories and our own voices, not just American ones.
The cultural components of international events are there not just to entertain but to show the world who we are, and we are very good at doing this. The Government of Canada has committed to restoring the cultural pillar to our foreign policy. We are depicting ourselves to the world through the arts, which on the international stage creates a greater understanding of who we are.
I believe it is time for our Parliament to have a visual artist laureate, whose works would preserve for posterity the events that grip us as parliamentarians and the work we do to make Canadians' lives better. I ask for members' support in making this initiative a reality. It is a tangible manner of thanking our artists for their contribution to Canadian society, especially during trying times such as these.
I would like to say the words of George Elliott Clark, our former parliamentary poet laureate. The poem is entitled “On the Proposal for a Visual Artist Laureate”:
The blank page—the blank canvas is— Undeniably delicious— Like fog, which obscures, then reveals— What Hope imminently congeals— A fantastic architecture— Imagination born secure: What Vision— the I of the eye— Had dreamt, is What answering Why. . .. Rainbows erupt from paint or ink— And film sculptures light—in a blink; A needle, weaving, is lyric, And whatever is shaped is epic. Art's each I articulate, Whose vision ordains a laureate.
Voir le profil de Pat Kelly
PCC (AB)
Voir le profil de Pat Kelly
2021-06-21 14:58 [p.8853]
Monsieur le Président, maintenant que le Canada commence enfin à rattraper les autres pays développés en ce qui concerne l’immunisation, les provinces, les territoires et les municipalités amorcent la reprise de leurs activités. Cependant, il n’y a toujours pas de plan bien défini pour la réouverture permanente et sécuritaire des frontières du Canada, lesquelles relèvent de la compétence fédérale. Les milliers de petites entreprises qui dépendent du tourisme sont laissées pour compte par le gouvernement fédéral.
Encore une fois, quand le gouvernement déposera-t-il enfin un plan de réouverture complet et détaillé?
Mr. Speaker, now that Canada is finally starting to catch up to the rest of the developed world on immunization, provinces, territories and municipalities are beginning to reopen. However, Canada's borders are under federal jurisdiction and there is still no clear plan for a permanent safe reopening. Thousands of small businesses are dependent on tourism and they are being left behind by the federal government.
Once again, when will the government finally table a comprehensive, detailed reopening plan?
Voir le profil de Patty Hajdu
Lib. (ON)
Monsieur le Président, tout d’abord, plus de 36,3 millions de doses de vaccins ont été expédiées et 32,2 millions de doses ont été administrées. Nous faisons des progrès, sans contredit.
Aujourd’hui, nous avons de bonnes nouvelles pour les voyageurs canadiens et les autres personnes qui ont le droit d’entrer au Canada: s’ils sont entièrement vaccinés, ils seront dispensés de certaines mesures de quarantaine, notamment l’obligation de séjourner à l’hôtel. Nous nous appuierons toujours sur les données scientifiques et probantes pour orienter les prochaines mesures que nous appliquerons à la frontière et nous remercions les Canadiens de s’être fait vacciner en si grand nombre.
Mr. Speaker, first, over 36.3 million doses of vaccines have been shipped and 32.2 million doses administered. We are, indeed, making progress.
Today, there is good news for fully vaccinated Canadian travellers and others with right of entry to Canada: Because of their full vaccination status, they will be able to avoid some measures of quarantine, including the obligation to stay in a hotel. We will always use science and evidence to guide our next steps on the border, and we thank Canadians for stepping up and getting vaccinated in such incredible numbers.
Voir le profil de Gord Johns
NPD (BC)
Voir le profil de Gord Johns
2021-06-18 10:27 [p.8759]
Madame la Présidente, je veux remercier mon collègue d’avoir évoqué l’importance d’accroître les investissements pour les personnes âgées; ce qui est plus que nécessaire.
En tant que porte-parole pour les petites entreprises et le secteur touristique, j’aimerais parler des petites entreprises, qui ont clairement demandé une prolongation de la subvention salariale et de l’aide au loyer jusqu’au printemps prochain, en particulier pour celles qui dépendent du tourisme. De nombreuses petites entreprises répondent aux besoins des touristes internationaux, et nous savons qu’il n’y en aura pas cette année.
Mon collègue convient-il qu’il faudrait prolonger ces programmes pour s’assurer que ces entreprises puissent survivre jusqu’à l’an prochain, étant donné que les frontières ne rouvriront pas de sitôt?
Madam Speaker, I want to thank my colleague for touching on the importance of more investments for seniors, which is absolutely necessary.
As the critic for small business and tourism, I will focus on small businesses because they have been very clear that they want to see an extension of the wage subsidy and rental program into next spring, especially for those in the tourism industry. Many of them cater to international tourists, and we know that they are not going to see international tourists this year.
Does my colleague agree that those programs should be extended to ensure that those businesses survive into next year given the border will not open any time soon?
Voir le profil de Robert Morrissey
Lib. (PE)
Voir le profil de Robert Morrissey
2021-06-18 10:28 [p.8759]
Madame la Présidente, c’est une question pertinente.
Je répondrais simplement à mon collègue en reprenant les paroles du premier ministre, qui a dit très clairement que nous soutiendrons les Canadiens et nos entreprises aussi longtemps qu’il le faudra, jusqu’à ce que nous sortions de cette pandémie.
Madam Speaker, my colleague has a valid question.
I will simply respond by telling the member that the Prime Minister has been very clear that we will have the backs of Canadians and businesses for as long as it takes to get us successfully through the pandemic.
Voir le profil de Gord Johns
NPD (BC)
Voir le profil de Gord Johns
2021-06-18 16:23 [p.8815]
Madame la Présidente, le député a entendu mon collègue de Windsor‑Ouest parler plus tôt d'une proposition concernant la création d'un groupe de travail inclusif sur la sécurité à la frontière pour trouver des solutions et redonner confiance aux intervenants et au public, mais nous avons entendu le gouvernement aujourd'hui prolonger la fermeture jusqu'au 21 juillet.
De nombreuses entreprises qui vivent en partie du tourisme international, notamment des entreprises autochtones du Nord, ont demandé que la subvention salariale et le programme d'aide au loyer soient prolongés jusqu'au printemps prochain. Cependant, nous n'avons pas entendu les conservateurs réclamer ce soutien, qui est essentiel pour le secteur du tourisme et l'industrie hôtelière.
Les conservateurs soutiennent-ils ces petites entreprises, qui auront un autre été sans touristes étrangers et qui finiront par fermer définitivement leurs portes si les mesures de soutien essentielles ne sont pas prolongées? Les conservateurs sont-ils en faveur de la prolongation de ces programmes et du soutien dont les petites entreprises ont besoin pour survivre pendant la prochaine année?
Madam Speaker, the member heard my colleague for Windsor West speak earlier today about a proposal for an inclusive, safe border task force to find solutions and to give stakeholders and the public confidence to open up the border, but we heard the government today extend that closure until July 21.
Now, many businesses that cater to international tourism, especially indigenous businesses in the north, have been asking for the wage subsidy and the rent assistance program to be extended into next spring. However, we have not heard the Conservatives call for this support, which is critical to the tourism sector and the hospitality industry.
Do the Conservatives support those small businesses that are going to have another summer go by when they are not going to have international visitors and will end up closing up their doors permanently if they do not get these critical supports extended? Do the Conservatives support extending those programs and providing them the support they need to get through the next year?
Voir le profil de Pierre Poilievre
PCC (ON)
Voir le profil de Pierre Poilievre
2021-06-18 16:24 [p.8815]
Madame la Présidente, bien sûr que nous appuyons les petites entreprises. Nous défendons les intérêts des petites entreprises depuis le début de la crise actuelle, et nous allons continuer de nous battre pour les petites entreprises. J'aimerais toutefois ajouter que la solution est d'accélérer la relance sécuritaire de notre économie afin que les petites entreprises puissent retrouver leur clientèle. Les petites entreprises veulent générer des ventes auprès de leur clientèle et non pas dépendre du gouvernement indéfiniment. Elles savent que le gouvernement ne paiera pas leurs factures pour toujours. Ce dont elles ont besoin, c'est de rouvrir leurs portes pour retrouver leurs clients. Pour y arriver, nous devons accélérer la relance sécuritaire de notre économie sans tarder.
Madam Speaker, of course we support small business. We have fought for small business from the very beginning of this crisis, and we will continue to fight for small business, but I would add that the solution is to accelerate the safe reopening of our economy so that those businesses can get their customers back. What they want is customer sales, not permanent dependence on government. They know the government cannot pay the bills forever. What they need is their customers back, and for that to happen, we need to safely reopen the economy as quickly as possible.
Voir le profil de René Arseneault
Lib. (NB)
Monsieur le Président, j'ai le goût de dire que nos frontières sont enfin ouvertes et que nous commençons vraiment à voir la lumière au bout du tunnel, après plusieurs mois de discipline, de sacrifices et de patience.
Cet été, c'est l'occasion idéale de venir découvrir les gens de par chez nous. J'invite les gens à venir vibrer au rythme de notre culture autochtone, acadienne, irlandaise et écossaise et de nos festivals, qui parsèmeront ma circonscription au cours de l'été.
Que ce soit en solitaire, en famille ou entre amis, j'invite les gens à venir goûter aux bières de nos microbrasseries, au vent salin de la Baie des Chaleurs et à la quiétude de nos beaux lacs. Je les invite à se laisser bercer en kayak par le courant de nos rivières majestueuses ou à se laisser charmer en vélo de montagne par nos sentiers forestiers au cœur même des Appalaches.
Nous invitons nos chers voisins, nos chers amis et notre chère parenté à venir visiter ou revisiter notre belle circonscription de Madawaska—Restigouche.
Je souhaite à tous et à toutes un bel été. Comme le disait La Sagouine, « v'nez nous ouère ».
Mr. Speaker, I am pleased to say that our borders are finally open, and we are really beginning to see the light at the end of the tunnel, after many months of discipline, sacrifice and patience.
This summer is the perfect time to come and discover the people in my region. I invite everyone to come and experience our indigenous, Acadian, Irish and Scottish cultures, and enjoy the festivals that will be taking place throughout my riding this summer.
Whether travelling solo or with family or friends, everyone is invited to come taste the beers crafted by our microbreweries, feel the salt winds of Chaleur Bay, and bask in the tranquility of our beautiful lakes. Enjoy the lull of the current carrying their kayak down our majestic rivers, or the thrill of a mountain bike ride on one of our woodland trails through the heart of the Appalachians.
We invite our beloved neighbours, friends and relatives to visit, or revisit, our beautiful riding of Madawaska—Restigouche.
I wish everyone a great summer. As La Sagouine would say, “v'nez nous ouère”. For those who do not speak Chiac, that means come and see us.
Voir le profil de James Bezan
PCC (MB)
Monsieur le Président, je veux remercier les propriétaires de petites entreprises de ma circonscription et de partout au pays qui ont trimé dur pour garder leur entreprise à flot pendant la pandémie. Les collectivités canadiennes sont meilleures et plus fortes grâce à leur ténacité et à leur volonté de traverser cette épreuve.
Cela dit, je veux exprimer, au nom des propriétaires d'entreprises du Manitoba, leur déception et leur frustration concernant la façon dont le gouvernement libéral gère la pandémie de COVID‑19. De nombreuses entreprises, en particulier dans les secteurs de la restauration, de l'hébergement, du voyage et du tourisme, sont toujours fermées à cause de la gestion du gouvernement libéral.
Aujourd'hui même, une personne de ma circonscription a dit: « Tout ce que je demande au gouvernement, c'est que nous n'ayons plus à le supplier de nous laisser ouvrir notre entreprise. » Ces gens ont fait des sacrifices et se sont lourdement endettés pour traverser la crise. Cependant, la lenteur de la réponse du gouvernement libéral face à la pandémie, son manque de planification et le déploiement tardif des vaccins et des tests rapides sont la cause directe de la réouverture tardive de l'économie et des difficultés des petites entreprises.
Les Canadiens méritent un gouvernement qui a un plan pour leur avenir. Malheureusement, les ministres libéraux continuent d'ignorer les appels et les courriels qu'ils reçoivent de la population. Les Canadiens méritent mieux.
Mr. Speaker, I want to thank the small business owners in my riding and across the country who have been working so hard to stay afloat throughout the pandemic. Our communities are better and stronger places to live because of their tenacity and commitment to weathering this storm.
That said, on behalf of Manitoba business owners, I want to express their disappointment and frustration over how the Liberal government continues to handle the COVID-19 pandemic. Many businesses, especially in the catering, hospitality, travel and tourism sectors, remain shuttered because of the Liberal government.
Just today, one of my constituents said, “All I ask of the government is to quit making us beg to open.” They made the sacrifices and took on mountains of debt to get through this crisis. However, the Liberal government’s slow reaction to the COVID-19 pandemic, lack of forward planning and late rollout of vaccines and rapid testing are directly responsible for the delayed reopening of our economy and the ongoing suffering of small businesses.
Canadians deserve a government with a plan to secure their futures. Unfortunately, Liberal ministers have repeatedly ignored their phone calls and emails. Canadians deserve better.
Voir le profil de Tony Baldinelli
PCC (ON)
Voir le profil de Tony Baldinelli
2021-06-17 19:17 [p.8712]
Madame la Présidente, je suis heureux de prendre la parole aujourd'hui et de profiter de l'occasion pour faire part à la Chambre de mes réflexions sur le budget des dépenses concernant le transport qui a été déposé récemment. Le budget des dépenses, qui se fonde sur le budget de 2021, ne prévoit ni la feuille de route nécessaire ni le plan de relance économique qui nous permettraient de sortir rapidement de la pandémie. Sans surprise, le budget des dépenses est aussi décevant que le budget lui-même.
Le transport est un élément essentiel de l'industrie du voyage et du tourisme. Sans le rôle important que joue le secteur du transport, les Canadiens et les visiteurs étrangers seraient incapables de profiter des magnifiques panoramas, de la culture, des paysages, des attraits et de l'histoire que le Canada a à offrir. Un grand nombre de provinces et de territoires rouvriront bientôt leur économie dans le cadre de plans précis, mais le manque de préparation du gouvernement fédéral dans son propre champ de compétence constitue un obstacle majeur à l'accélération de la réouverture de l'économie du pays.
Prenons par exemple l'industrie canadienne des croisières. En février dernier, le ministre des Transports a interdit la circulation des bateaux de croisière au Canada pendant une année complète, sans même envisager que la situation sanitaire pourrait s'améliorer plus rapidement et permettre à l'industrie de reprendre ses activités plus tôt et de sauver une partie de sa saison, soit la fin de l'été ou le début de l'automne de cette année. Le ministre a plutôt imposé une interdiction générale pendant une année complète. Entretemps, les Étatsuniens ont adopté une approche bien différente et beaucoup plus optimiste. Ils pourront relancer leur industrie de façon responsable bien avant que l'interdiction imposée par le Canada aux bateaux de croisière prenne fin en février 2022.
Nos voisins du Sud ont donc récemment adopté une mesure législative pour permettre aux bateaux de croisière américains de contourner les ports canadiens sur la côte Ouest au cours des voyages entre Seattle et l'Alaska. Par conséquent, l'industrie des croisières de la côte Ouest du Canada risque de perdre sa place dans ce marché. On craint vraiment que les changements proposés deviennent un jour permanents, ce qui aurait des conséquences dévastatrices sur les économies côtières du Canada. Des milliers d'emplois dans les industries du tourisme et du service maritime dépendent de la circulation sécuritaire des bateaux de croisière entre le Canada et les États‑Unis.
Alors que l'industrie américaine des croisières commence à reprendre ses activités en toute sécurité et, bien que l'industrie canadienne insiste clairement sur le besoin urgent d'un plan pour sauver sa saison 2022, il n'existe toujours pas de stratégie de redémarrage en toute sécurité pour l'industrie des croisières au Canada. Nous pouvons blâmer les libéraux fédéraux, car leur indifférence et leur naïveté sont à l'origine de cette situation chaotique et de ces pertes économiques inutiles.
Un autre exemple du manque de préparation du gouvernement fédéral réside dans la façon dont il a géré le dossier des déplacements aux passages frontaliers terrestres internationaux. Ma circonscription, Niagara Falls, compte à elle seule quatre grands ponts internationaux: le pont Peace à Fort Erie, les ponts Rainbow et Whirlpool à Niagara Falls, et le pont Queenston-Lewiston à Niagara-on-the-Lake. Avant la COVID, ces quatre ponts étaient essentiels pour faciliter la circulation des voyageurs et des marchandises en temps opportun. Toutefois, depuis la COVID, les quatre ponts ont connu de grandes difficultés sans l'aide financière d'urgence du gouvernement fédéral.
Lorsque le gouvernement fédéral américain est intervenu pour soutenir les administrations des ponts de son côté de la rivière Niagara, l'aide financière du gouvernement fédéral canadien n'était nulle part en vue. J'ai écrit au ministre à ce sujet, et aucune mesure n'a encore été prise. On serait en droit de s'attendre à ce que les agents de l'Agence des services frontaliers du Canada, en leur qualité de travailleurs essentiels de première ligne, aient la priorité auprès du gouvernement fédéral, leur employeur, pour se faire vacciner plus tôt. Au lieu de cela, les vaccins destinés aux agents de l'ASFC n'ont commencé à arriver dans la région de Niagara qu'il y a quelques semaines, et ce, après que j'ai interrogé le ministre responsable à ce sujet lors de la période des questions. Les choses ne devraient pas être difficiles à ce point‑là.
Un autre problème se profile rapidement à l'horizon en ce qui concerne les déplacements à la frontière, et nous n'aurons même pas le temps de réagir. D'après mes discussions avec les administrations locales chargées des ponts, on redoute beaucoup l'aspect logistique de la réouverture des ponts, du point de vue de la gestion des frontières, notamment la façon de soumettre les voyageurs à des tests. Ce qu'il faut éviter, selon les administrations, c'est un plan qui entraînerait des retards si longs et si pénibles à la frontière que cela pourrait dissuader les voyageurs américains de venir au Canada. C'est pourquoi nous demandons depuis des mois que le gouvernement présente un plan fédéral pour une réouverture responsable et en toute sécurité. Quand ce plan sera‑t‑il annoncé?
Comme je l'ai dit à maintes reprises à la Chambre, l'industrie du voyage et du tourisme a été frappée en premier et le plus durement par la COVID‑19 et il lui faudra le plus de temps pour s'en remettre. Ces estimations ignorent le fait que nous luttons toujours contre la pandémie près de 15 mois après qu'elle a commencé. En plus de l'absence d'un effort coordonné ou des grandes lignes d'un plan de relance, il n'y a que peu ou pas de mention de mesures de soutien propres au secteur des transports pour les entreprises les plus durement touchées.
Prenons l'exemple des sociétés d'autocars. Cette industrie joue un rôle clé dans le déplacement des Canadiens et des visiteurs entre des régions rurales et éloignées et de grands centres urbains et ailleurs. Cependant, la COVID s'est acharnée contre ce secteur.
Ce n'est pas une coïncidence si, le 13 mai, en plein milieu d'une forte troisième vague de la pandémie, Greyhound Canada a annoncé qu'il supprimait définitivement tous ses circuits d'autobus dans l'ensemble du pays et qu'il mettait fin à ses services d'autobus interurbains après près d'un siècle de service.
Dans un article de BNN Bloomberg, on peut lire que la décision porte un coup dur aux zones rurales et éloignées qui dépendent d'un groupe disparate de compagnies privées d'autobus interurbains aux fins de transport.
Beaucoup de Canadiens, y compris les plus vulnérables, vivent dans des régions rurales ou éloignées qui dépendent fortement de ces services d'autobus pour parcourir les grandes distances qui séparent les petites villes des zones urbaines. Étant donné que Greyhound poursuit ses activités aux États‑Unis, il est difficile de ne pas rejeter carrément la faute sur la situation économique désastreuse que nous vivions au Canada en raison de la troisième vague du premier ministre.
Les exploitants de Double Deck Tours, une entreprise locale dans ma circonscription, m'ont également écrit. Il s'agit de la plus ancienne compagnie d'excursions de Niagara Falls et elle offre des visites entièrement guidées des attractions, des événements et des sites touristiques de Niagara Falls et de Niagara‑on‑the‑Lake. Ils m'ont écrit ceci:
Compte tenu des conséquences de la troisième vague de la COVID‑19 sur l'économie et de l'absence d'un plan coordonné de réouverture des frontières, nous sommes confrontés à la possibilité de devoir compter exclusivement sur des activités commerciales locales limitées et un été avec des restrictions permanentes. Cela ralentira considérablement notre objectif de relance et notre capacité à remplacer les subventions par des revenus. Les possibilités limitées qu'offre un été soumis à des mesures de restrictions ne seront pas suffisantes pour que les entreprises accumulent les liquidités nécessaires pour tenir jusqu'à l'été 2022, la prochaine période de pointe pour les voyages.
La pression monte dans ce dossier. Plus tôt cette semaine, La Presse canadienne a rapporté que les chefs d'entreprise canadiens exigeaient d'Ottawa un plan de réouverture immédiate des frontières et de l'économie. Perrin Beatty, directeur général de la Chambre de commerce du Canada, aurait qualifié le Canada de marginal du fait qu'il ne présente pas de véritable plan de réouverture comprenant des critères relatifs aux taux de vaccination, entre autres.
Qu'attendent les libéraux? Nous avons besoin qu'ils coordonnent les mesures et qu'ils collaborent entre eux avec l'industrie, les chefs d'entreprise et nos partenaires internationaux afin d'élaborer un plan de réouverture sûr et responsable pour que la vie reprenne son cours normal le plus rapidement possible. Les entreprises et les industries canadiennes cherchent ardemment à obtenir des précisions et des garanties de la part du gouvernement fédéral. Au lieu de cela, il devient de plus en plus manifeste que le leadership fédéral, à cet égard, fait cruellement défaut.
Les transports, le voyage et le tourisme comptent parmi les secteurs les plus durement touchés de notre économie. Il leur faudra du temps pour s'en remettre. En fait, de nombreuses entreprises de ces secteurs sont en mode de survie, alors qu'elles regardent d'autres parties de notre économie rouvrir plus rapidement. La réalité est que le voyage et le tourisme ne redémarreront pas du jour au lendemain. Bien que 2019 ait été une année record pour de nombreuses entreprises touristiques canadiennes, l'Association de l'industrie touristique du Canada estime qu'il faudra attendre au moins jusqu'en 2025 avant d'atteindre de nouveau les niveaux de 2019. L'Association touristique autochtone du Canada craint pour sa part que ce secteur perde près de 30 ans de progrès économiques si le gouvernement fédéral ne fournit pas d'aide financière supplémentaire sous peu.
Avant la pandémie, l'industrie canadienne du voyage et du tourisme était le cinquième secteur du pays, représentant 105 milliards de dollars de revenus, ou 2,3 % du PIB. Il employait un Canadien sur 10, ou fournissait 10 % des emplois au Canada, et regroupait 225 000 PME dans l'ensemble du pays. Il est terrible de voir l'ampleur des dommages économiques, des pertes, de la souffrance et du recul causés par cette pandémie qui perdure depuis 15 mois. Il est encore plus terrible de savoir que le gouvernement fédéral, dont la responsabilité première est de protéger les citoyens et l'intérêt du Canada, n'était pas prêt à nous protéger au commencement, et que, 15 longs mois plus tard, il n'est toujours pas prêt à fournir un plan clair pour la réouverture sécuritaire et responsable de notre économie et de nos frontières.
Les Canadiens ne devraient jamais oublier que le gouvernement libéral a prorogé le Parlement l'été dernier, en pleine crise sanitaire nationale liée à une pandémie. Pensons-y un instant. Les Canadiens méritent beaucoup mieux que cela, et les conservateurs du Canada sont prêts à leur offrir la gouvernance et le leadership qu'ils méritent vraiment.
Madam Speaker, it is a pleasure for me to rise today and take this opportunity to share my thoughts on the recently tabled transportation estimates. These estimates, which are based upon budget 2021, have failed to present the needed road map and economic recovery plan that would lead us out of this pandemic in a timely manner. Not surprisingly, these estimates are just as disappointing as the budget itself.
Transportation is a critical component to our travel and tourism industry. Without the important role played by the transportation sector, Canadians and international visitors alike would be unable to experience the amazing sights, culture, landscapes, attractions and history that Canada has to offer. While a great number of provinces and territories are getting closer to a reopening of their economies, with plans in place, the federal government's lack of preparedness in its own jurisdiction poses a major obstacle in accelerating our economic reopening progress as a nation.
Let us take the Canadian cruise ship industry for example. Last February, the Minister of Transport banned cruise ship activity in Canada for a full year, without even considering whether health conditions could improve faster to allow the industry to resume earlier and salvage part of the late summer or early fall season this year. Instead, it was a blanket ban for a full year. Meanwhile, the Americans took this issue with an approach much different and far more optimistic. They could restart their American industry much sooner and responsibly before Canada's cruise ban ends in February 2022.
Consequently, our neighbours to the south have recently introduced legislation to allow American cruise ships to bypass Canadian ports on the west coast during voyages between Seattle and Alaska. As a result, Canada's west coast cruise industry is at risk of losing its spot in this marketplace. There is a real fear that these proposed changes could one day become permanent, which would have a devastating impact on Canadian coastline economies. Thousands of jobs in the tourism and maritime service industry rely on the safe operation of cruise ships between Canada and the United States.
As the American cruise ship industry begins to resume safe operations and with Canadian industry making it clear that a plan is urgently needed to save its 2022 season, there is still no safe restart strategy for cruise ships in Canada. We can blame the federal Liberals and their indifference and naivety for the unnecessary turmoil and economic loss.
Another example of the federal government's lack of preparedness can be found in its transportation consideration at our international land border crossings. There are four major international bridge crossings in my Niagara Falls riding alone. These include the Peace Bridge in Fort Erie, the Rainbow Bridge and Whirlpool Bridge in Niagara Falls, and the Queenston and Lewiston Bridge in Niagara-on-the-Lake. Before COVID, all four bridges were critical in facilitating travellers and trade in a timely manner. However, since COVID, all four bridges have struggled greatly without emergency financial assistance from our federal government.
When the American federal government stepped up to support the bridge authorities on its side of the Niagara River, financial aid from our federal government was nowhere in sight. I have written to the minister about this issue and still no action has been taken. One would imagine that CBSA officers who are front line, outward facing and essential workers would be prioritized by the federal government, their employer, to get vaccinated earlier. Instead, vaccines only began to arrive in Niagara for CBSA officers a few weeks ago, and this only happened after I asked the minister responsible about this in question period. It should not be this hard.
Another border challenge involving transportation is quickly coming and it will be here before we know it. In my discussions with local bridge authorities, there is a major concern about how the logistics of reopening these bridges and testing travellers will work from a border management perspective. What is to be avoided from their perspective is a plan that will result in border delays so long and dreadful that it may deter U.S. travellers from coming into Canada altogether. That is why we have been asking for months now for the government to present a safe and responsible federal reopening plan. When will this be announced?
As I have said many times in the House, COVID-19 hit our travel and tourism industry first, it hit it the hardest and it will take this industry the longest time to recover. These estimates are tone deaf to the fact that we are still fighting this pandemic nearly 15 months after it started. In addition to lacking any coordinated effort of sense of a recovery plan, there is scant to no mention of sector specific support measures for those hardest hit in our transportation sector.
Let us take motor coach buses for example. This industry has been a key component for connecting Canadians and visitors in rural and remote areas to the larger urban centres and beyond. However, COVID has been relentless against this sector.
It is no coincidence that on May 13, in the midst of a severe third wave of this pandemic, Greyhound Canada announced it was permanently cutting all bus routes across the country and shutting down its intercity bus operations after nearly a century of service.
An article in BNN Bloomberg reads, “The decision is a blow to rural and remote areas that rely on a patchwork of private intercity bus companies for transportation.”
Many Canadians, including the most vulnerable, live in rural or remote regions that depend heavily on these bus services to travel large distances between smaller towns and urban areas. As Greyhound continues to operate in the United States, it is difficult not to place the blame squarely on the dire economic situation in Canada that we face because of the Prime Minister's third wave.
The operators of Double Deck Tours, a local business in my riding, have also written to me. It is Niagara Falls' oldest tour company and it provides fully guided tours of the attractions, events and sights of Niagara Falls and Niagara-on-the-Lake. They write:
Given the impacts of COVID’s third wave on our economy and the absence of a coordinated border reopening plan, we are facing the possibility of having to rely exclusively on limited local business and a summer with ongoing restrictions. This will significantly reduce our recovery trajectory and our ability to replace these subsidies with revenues. The limited opportunity presented by a restricted summer will not be sufficient for businesses to accrue the liquidity required to make it to summer 2022, our next peak travel period.
Pressure is mounting on this issue. Earlier this week, the Canadian press reported that Canadian business leaders were demanding a plan from Ottawa to reopen our borders and our economy now. Perrin Beatty, the chief executive officer of the Canadian Chamber of Commerce, is quoted as calling Canada an outlier in failing to provide a fully fledged reopening plan that includes vaccination rates and other criteria.
What are the Liberals waiting for? We need them to coordinate and co-operate among themselves with industry, with business leaders and with our international partners to come up with a safe and responsible reopening plan so we can get life back to normal as quickly as possible. Canadian businesses and industries are eagerly seeking clarity and certainty from their federal government. Instead, it is becoming more clear by the day that the federal leadership, in this regard, is sorely absent.
Transportation, travel and tourism are among some of the hardest-hit sectors of our economy. It is going to take some time for them to recover. In fact, many businesses in these sectors are in survival mode, while they watch other parts of our economy reopen more quickly. The reality is that travel and tourism will not restart overnight. While 2019 was a record year for many Canadian tourism businesses, the Tourism Industry Association of Canada estimates it could take until at least 2025 before 2019 levels are achieved again. The Indigenous Tourism Association of Canada fears it could lose nearly 30 years of economic progress in its sector if more emergency financial support is not provided soon by the federal government.
Before this pandemic, Canada's travel and tourism industry was the country's fifth-largest sector, responsible for $105 billion in revenue, or 2.3% of GDP. It employed one in 10 Canadians, or 10% of Canadian jobs, and had 225,000 small and medium-sized businesses across Canada. It is terrible to see how much economic damage, loss, suffering and setback have been caused by this prolonged 15-month pandemic. It is even more terrible to know that our federal government, whose key responsibility is to protect its citizens and Canadian interests, was not ready to protect us at the start, and 15 long months later, it remains unprepared to provide a clear plan forward on safely and responsibly reopening our economy and our borders.
It should never be lost on any Canadian that the Liberal government prorogued Parliament last summer in the midst of a national pandemic health crisis. Let that resonate for a moment; think about it. Canadians deserve so much better, and Canada's Conservatives are ready and prepared to deliver the the governance and leadership they so badly deserve.
Voir le profil de Larry Bagnell
Lib. (YT)
Voir le profil de Larry Bagnell
2021-06-17 19:27 [p.8713]
Madame la Présidente, j'ai deux questions.
Premièrement, le tourisme est très important pour moi aussi et nous voudrions que la frontière soit rouverte. D'après le député, à quelle date la frontière devrait-elle rouvrir?
Deuxièmement, bon nombre des enjeux dont le député a parlé me tiennent à cœur et j'appuie les solutions proposées par le gouvernement à leur sujet: la nouvelle initiative sur le transport en région rurale concernant les autobus; le programme sans précédent des corridors commerciaux; le milliard de dollars prévu pour le tourisme dans le volet sur le tourisme du Fonds d'aide et de relance régionale; la bonification de Destination Canada pour soutenir le tourisme.
Par contre, le député a soulevé un point important: ces mesures doivent être déployées et cela ne sera possible qu'avec l'adoption du budget. A-t-il incité ses collègues à appuyer l'adoption rapide du budget, puisque ces mesures arrivent à échéance ce mois-ci?
Madam Speaker, I have two questions.
First, tourism is very important to me too, and we would like the border open. What day does the member think the border should be open?
Second, I support a number of the issues the member had, and the answers the government has for them: the new rural transportation initiative related to buses; the record trade corridors program; the billion dollars targeted for tourism, a targeted tourism part of our RRRF; and increases to Destination Canada for tourism.
However, the member made a good point that we need these supports in place and they will not be in place without the budget. Has he encouraged his colleagues to support the budget quickly, because those supports run out this month?
Voir le profil de Tony Baldinelli
PCC (ON)
Voir le profil de Tony Baldinelli
2021-06-17 19:27 [p.8714]
Madame la Présidente, en ce qui concerne le budget, c'est le gouvernement qui est responsable du programme législatif. Il a prorogé le Parlement l'été dernier. Cela a causé six semaines de retard et le budget à l'étude est le premier à être présenté en deux ans. Pensons-y un instant.
Je peux répondre au député que le financement prévu pour le secteur du tourisme m'a déçu. On parle de 1 milliard de dollars pour un secteur de l'économie canadienne qui génère 105 milliards de dollars. Ce sont des miettes qui ne suffiront pas à la relance de ce secteur. Seulement dans ma région, il y a 44 000 travailleurs et 16 000 chambres d'hôtel dans le secteur touristique. Pensons à ceci un instant: la région de Niagara génère à elle seule des recettes touristiques de 2,4 milliards de dollars.
Ce que le gouvernement offre au secteur touristique est insuffisant pour lui venir en aide.
Madam Speaker, in terms of the budget, this government is in control of its own legislative agenda. It prorogued Parliament last summer. That was six weeks of delay right there, and this budget is the first budget that we have seen in two years. Let that resonate for a moment.
I can tell the member that I was disappointed by the funding provided for the tourism sector. It is $1 billion for a sector of our economy that generates $105 billion. It is simply a pittance and it is not what is required for our sector moving forward. In my community alone, there are 44,000 workers and 16,000 hotel rooms that depend on the tourism economy. Let this resonate for a second: We generate in Niagara alone $2.4 billion in tourism receipts.
What this government provided for tourism is not sufficient and will not support the sector.
Résultats : 1 - 15 de 300 | Page : 1 de 20

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
>
>|
Exporter en: XML CSV RSS

Pour plus d'options de données, veuillez voir Données ouvertes