Hansard
Consultez le guide de l'usager
Pour obtenir de l’aide, contactez-nous
Consultez le guide de l'usager
Pour obtenir de l’aide, contactez-nous
Ajouter un critère de recherche
Résultats : 1 - 15 de 15
Voir le profil de Sean Fraser
Lib. (NS)
Voir le profil de Sean Fraser
2021-06-18 0:56 [p.8751]
Madame la Présidente, le 2 juin dernier, la Chambre des communes a adopté un ordre pour la production de documents non caviardés concernant le transfert de virus du Laboratoire national de microbiologie vers l'Institut de virologie de Wuhan en mars 2019 ainsi que le départ de deux scientifiques du Laboratoire national de microbiologie. Comme nous le savons, le gouvernement est responsable de protéger certaines informations sensibles, ce qui peut notamment comprendre la protection de renseignements personnels, de la vie privée ou d'informations qui pourraient concerner la sécurité nationale.
En réalité, le gouvernement a tenté de se conformer à l'intention de l'ordre tout en respectant la loi en vigueur et en protégeant adéquatement les informations liées à la sécurité et à la vie privée. La question a été renvoyée au Comité des parlementaires sur la sécurité nationale et le renseignement le 4 juin dernier, et l'Agence de la santé publique du Canada a fourni à ce dernier les documents non caviardés demandés par le Parlement.
Je vais prendre une minute pour expliquer, au nom du gouvernement, comment ce dernier en est venu à prendre cette décision. Je vais d'abord parler brièvement du Laboratoire national de microbiologie. Ce laboratoire mène des activités scientifiques essentielles qui orientent les mesures prises par le Canada à l'égard de la pandémie de COVID‑19. En ce moment même, ce laboratoire effectue plus de 100 études scientifiques sur la COVID‑19 qui portent notamment sur la conception et la mise à l'essai de vaccins, la recherche de traitements et l'analyse de l'empreinte génétique du virus. La collaboration internationale est un aspect très important du travail de ce laboratoire. Tout au long de la pandémie, le laboratoire a travaillé avec des partenaires nationaux et internationaux pour combattre la maladie.
Comme le gouvernement l'a mentionné à quelques occasions, les deux anciens employés visés par l'ordonnance ne travaillent plus pour l'Agence de la santé publique du Canada. Par ailleurs, comme on l'a indiqué à maintes reprises, il n'y a aucun lien entre le transfert de virus visé par l'ordonnance et le départ subséquent de ces employés. Il n'y a pas non plus de lien avec la COVID‑19. Bien que d'autres passages aient été caviardés pour des raisons de protection de la vie privée et de sécurité, le gouvernement tient à préciser que le Laboratoire national de microbiologie continue de contribuer de façon essentielle à assurer la santé et la sécurité des Canadiens.
Le gouvernement veut faire preuve d'ouverture et de transparence, mais il est important de souligner qu'il faut trouver un équilibre afin que les renseignements vraiment sensibles soient protégés. L'Agence de la santé publique est venue témoigner deux fois devant le Comité des relations sino-canadiennes pour répondre aux questions dans ce dossier. En outre, l'Agence a rapidement répondu à toutes les demandes d'information tout en respectant, je le répète, les obligations légales qui lui ont été imposées par le Parlement. Communiquer les renseignements pertinents est un travail d'équilibriste qui exige de tenir compte de différentes lois, de différentes obligations et de l'intérêt public.
Le gouvernement demeure engagé à répondre du mieux qu'il peut aux demandes des parlementaires et des Canadiens.
Madam Speaker, on June 2, the House of Commons issued an order for unredacted documents that pertain to the transfer of viruses from the National Microbiology Lab to the Wuhan Institute of Virology in March of 2019, and the departure of two National Microbiology Lab scientists. As we know, the government is responsible for protecting certain sensitive information that may include safeguards, for example, around personal information and privacy, or information that could pertain to national security.
The government has actually tried to comply with the intent of the order while, at the same time, respecting the law that is on the books and ensuring that security-related information and privacy are, in fact, properly safeguarded. This matter was referred to the National Security and Intelligence Committee of Parliamentarians for its review on June 4 and the Public Health Agency of Canada has, in fact, provided to that committee the unredacted documents as was requested by Parliament.
I will take a minute to outline, on behalf of the government, how it arrived at this particular decision. I will start with a couple of words about the National Microbiology Lab. This is a lab that provides critical scientific leadership for Canada's response to COVID-19. As we speak, that laboratory is conducting more than 100 research studies on COVID-19 that range from designing and testing vaccines, to investigating treatments, to understanding the genetic fingerprint of the virus. A very important part of that lab's work is international collaboration. Throughout the pandemic, the laboratory has worked with both domestic and international partners to combat the disease.
As the government has outlined on a few occasions, the two former employees named in the order are no longer working for the Public Health Agency of Canada. As well, as was noted on multiple occasions, there is no connection between the transfer of the virus as cited in the order and the subsequent departure of these employees. There is also no link to COVID-19. Though additional information was redacted to protect privacy and for security reasons, the government wants to outline that the National Microbiology Lab continues to play a critical role in protecting the health and safety of Canadians.
The government is seeking to be open and transparent, but it is important to highlight that there is a balance to be struck to ensure that very sensitive information can, in fact, be protected. Twice the Public Health Agency appeared before the Special Committee on Canada-China Relations to respond to the questions on this matter. In addition, the agency has promptly responded to all requests for information, again while respecting its obligations under the laws that were, in fact, passed by Parliament. Sharing the relevant information is, indeed, a balancing act, one that requires us to consider various laws, duties and the public interest.
The government is and will remain committed to being as responsive as possible to parliamentarians and to Canadians.
Voir le profil de Sean Fraser
Lib. (NS)
Voir le profil de Sean Fraser
2021-06-18 1:00 [p.8752]
Madame la Présidente, il ne fait aucun doute que le Parlement doit avoir un droit de regard pour que le gouvernement puisse fonctionner de façon optimale. Le gouvernement respecte le besoin de transparence et comprend l'importance de la reddition de comptes, mais il comprend aussi l'importance de protéger les renseignements de nature délicate. En l'occurrence, la divulgation des documents, sans la mise en place de certaines mesures de protection, risquerait de dévoiler des renseignements de nature très délicate.
Comme je l'ai mentionné, le gouvernement a déjà fourni au Comité des parlementaires sur la sécurité nationale et le renseignement tous les documents non caviardés qui ont été demandés. Le comité dispose des mécanismes législatifs et des protections nécessaires pour examiner en toute sécurité ces renseignements de nature délicate, tout en en préservant la confidentialité, qui est un aspect important.
Madam Speaker, there is no question that Parliament's oversight is required so the government can function at its best. The government respects the need for transparency and understands the importance of accountability, though it also understands the importance of protecting sensitive information. In this case, disclosure of the documents, without certain safeguards in place, would potentially put very sensitive information at risk for public release.
As I mentioned previously, the government has already provided the National Security and Intelligence Committee of Parliamentarians with all of the unredacted documents that have been requested. The committee has the statutory mechanisms and protections needed to safely review this sensitive information while maintaining the important aspect of confidentiality.
Voir le profil de Sean Fraser
Lib. (NS)
Voir le profil de Sean Fraser
2021-06-11 11:29 [p.8275]
Monsieur le Président, nous travaillerons en partenariat avec des gens à l'échelle internationale, mais le député a du culot de laisser entendre qu'il est en quelque sorte d'une moralité supérieure à celle du gouvernement.
En ce qui concerne la relation du Canada avec la Chine, nous nous concentrons sur la libération des deux Michaels, le bien-être de 300 000 Canadiens à Hong Kong et le traitement de la population ouïghoure au Xinjiang.
Nous continuerons de veiller à ce que le Canada joue un rôle de premier plan sur la scène internationale et défende les intérêts des Canadiens à l'étranger à chaque occasion.
Mr. Speaker, we will partner with folks on the international scene, but it is rich for the member to suggest that he is somehow more morally astute than the government.
Our focus, when it comes to the relationship with China, is securing the release of the two Michaels, the well-being of 300,000 Canadians in Hong Kong and the treatment of the Uighur population in Xinjiang.
We will continue to focus on Canada playing a leadership role on the world stage and defending the interests of Canadians abroad at every opportunity.
Voir le profil de Sean Fraser
Lib. (NS)
Voir le profil de Sean Fraser
2021-06-03 14:31 [p.7903]
Monsieur le Président, avec tout le respect que je dois au député, je suis profondément déçu qu'il laisse entendre qu'un député quelconque, peu importe son parti, ferait passer l'apaisement d'une puissance étrangère avant le bien-être de deux Canadiens retenus arbitrairement en captivité depuis si longtemps. La libération des deux Michael demeure notre priorité absolue, et nous nous occupons d'un certain nombre d'autres dossiers non résolus mettant en cause le gouvernement chinois, notamment en ce qui concerne la situation des Ouïghours en Chine ou des 300 000 Canadiens vivant à Hong Kong.
En tout respect, de notre côté de la Chambre — et je m'attends à ce que ce soit le cas pour tous les parlementaires —, le bien-être des Canadiens passe avant tout.
Mr. Speaker, with great respect for the hon. member, it is deeply disappointing for him to suggest that any member of the House, regardless of party, would put the appeasement of a foreign power ahead of the well-being of two Canadians who have been in arbitrary captivity for such a long period of time. It remains our top priority to secure the release of the two Michaels, and we have a number of other outstanding matters with the Chinese government, such as the treatment of Uighurs within its borders or the 300,000 Canadians in Hong Kong.
With respect, on our side of the House, and I expect for all parliamentarians, the well-being of Canadians comes first.
Voir le profil de Sean Fraser
Lib. (NS)
Voir le profil de Sean Fraser
2021-06-03 14:32 [p.7903]
Monsieur le Président, nous continuerons de travailler avec d'autres économies développées sur des questions d'intérêt mondial. Toutefois, avec tout le respect que je dois au député, je tiens à réaffirmer que la priorité absolue en ce qui concerne nos relations avec la Chine est d'obtenir la libération des deux Michael.
Le traitement juste et équitable des Ouïghours et le bien-être des Canadiens à Hong Kong demeurent des priorités. Je rejette l'idée que nous fassions passer l'apaisement d'une puissance étrangère avant le bien-être des Canadiens.
Mr. Speaker, we will continue to engage with other developed economies on matters of global concern. However, with respect, I want to reassert that our top priority when it comes to our relations with China is securing the release of the two Michaels.
We remain focused on ensuring the fair and equitable treatment of the Uighur population and we are focused on the well-being of Canadians in Hong Kong. I do not take kindly to the suggestion that we are putting the appeasement of a foreign power ahead of the well-being of Canadians whatsoever.
Voir le profil de Darrell Samson
Lib. (NS)
Madame la présidente, je suis heureux de participer aux travaux du comité plénier pour parler du travail d'Affaires mondiales Canada.
Mes remarques porteront surtout sur les préoccupations du Canada à l'égard de la diplomatie de plus en plus coercitive de la Chine.
Tout d'abord, je souhaite clairement indiquer que le Canada va toujours protéger et défendre les droits de la personne partout dans le monde. Cela fait partie intégrante de notre politique étrangère. Nous demeurons profondément préoccupés par les graves violations des droits de la personne dans la région du Xinjiang, par la situation préoccupante à Hong Kong, ainsi que par la détention arbitraire de Canadiens.
Comme nous l'avons toujours dit, il est essentiel que le Canada travaille avec ses partenaires pour que la Chine respecte ses obligations internationales en matière de droits de la personne.
Les droits de la personne sont une priorité. Nous assistons à une répression des défenseurs des droits de la personne, des avocats, des journalistes et des minorités ethniques et religieuses en Chine.
Pour l'instant, notre priorité absolue est d'obtenir la libération de Michael Kovrig et Michael Spavor, qui sont détenus de façon arbitraire. Il est inacceptable que des citoyens soient arbitrairement détenus où que ce soit dans le monde. Le gouvernement continuera à travailler sans relâche pour obtenir leur libération immédiate. Les pensées de tous les Canadiens accompagnent Michael Kovrig et Michael Spavor et leurs familles en ces temps difficiles. Le Canada continuera à réclamer leur libération [difficultés techniques] directement auprès des autorités chinoises et en travaillant de concert avec nos partenaires et alliés sur la scène internationale.
[Difficultés techniques] à tous nos partenaires et alliés internationaux qui se sont joints à nous pour exprimer leur inquiétude. Cela comprend 23 partenaires aux vues similaires dont les ambassades ont envoyé des diplomates aux procès de MM. Kovrig et Spavor. Ils l'ont fait par solidarité avec les deux hommes et ils ont fait écho au message du Canada selon lequel ces détentions [difficultés techniques] sont inacceptables. Nous avons dit clairement que le Canada demeure profondément troublé par le manque de transparence de ces procédures. Le Canada est également profondément préoccupé par la condamnation arbitraire de Robert Schellenberg. Nous demandons la clémence pour lui et tous les Canadiens condamnés à la peine de mort.
Le Canada continue de travailler avec ses alliés pour mettre fin à la pratique odieuse qu'est la détention arbitraire et pour faire respecter la primauté du droit et les droits des citoyens partout dans le monde. Cela a été démontré plus tôt cette année lorsque le Canada [difficultés techniques] de mener des efforts collectifs pour dénoncer la détention arbitraire et coercitive dans les relations d'État à État et y mettre fin en présentant la Déclaration contre la détention arbitraire dans les relations d’État à État. Jusqu'à présent, plus de 60 pays ont signé cette déclaration du Canada. Elle rappelle clairement aux pays qui détiennent de manière coercitive des citoyens d'un autre pays à des fins politiques que le monde entier les regarde. La détention arbitraire à des fins diplomatiques est illégale, inacceptable et n'aboutira à rien.
Le Canada demeure également profondément préoccupé par la détérioration rapide des droits et libertés à Hong Kong. Les récentes mesures prises par le gouvernement central de la Chine ont étouffé la participation politique et représentent une nouvelle abrogation de l'engagement de la Chine à préserver le haut niveau d'autonomie de Hong Kong, sa Loi fondamentale et le cadre « un pays, deux systèmes ».
Le Canada appuie fermement le cadre « un pays, deux systèmes » prévu en vertu de la Loi fondamentale de Hong Kong. Nous demandons le respect continu de ce cadre et de la primauté du droit. Les droits et libertés fondamentaux de la population de Hong Kong doivent être garantis. Le Canada collabore avec ses partenaires internationaux pour demander des comptes aux autorités centrales à Hong Kong et ailleurs en Chine qui ont violé les obligations internationales qui les engagent à respecter les droits et libertés fondamentaux des résidants de Hong Kong.
Depuis que cette loi a été promulguée en juillet 2020, le Canada a pris des mesures concrètes. Nous avons suspendu le traité d’extradition entre le Canada et Hong Kong. Nous avons commencé à traiter l’exportation de produits névralgiques vers Hong Kong comme nous traitons l'exportation de produits destinés à la Chine. Le ministre de l’Immigration a annoncé une série de mesures pour répondre à la situation à Hong Kong. Nous continuerons à exhorter les autorités de Pékin et de Hong Kong à respecter leurs obligations internationales en vertu de la Déclaration conjointe sino-britannique.
Comme nous l’avons maintes fois répété, nous demeurons préoccupés par la question des droits de la personne en Chine. Nous sommes profondément troublés par les rapports inquiétants sur les violations de droits de la personne au Xinjiang. Le gouvernement chinois continue de nier toute allégation de violation des droits fondamentaux des Ouïghours. Il rejette toute responsabilité et il cherche activement à discréditer les victimes et les personnes qui osent parler.
Pour ce qui est des violations flagrantes des droits de la personne envers les Ouïghours, le message envoyé à la Chine est très clair: le monde entier a les yeux tournés vers la Chine. Nous ne pouvons pas rester les bras croisés devant la campagne systématique de répression et de traitements déplorables menée par la Chine au Xinjiang. En mars, le Canada s’est associé à des alliés de poids pour intimer la Chine à cesser la répression envers les Ouïghours. Nous voulons demander des comptes aux responsables.
Je tiens à être clair. Nous prenons les allégations de génocide et de crimes contre l'humanité très au sérieux. C'est la raison pour laquelle nous avons maintes fois demandé qu'une enquête internationale soit lancée en réponse aux allégations de génocide. Cette enquête doit être menée par une entité internationale indépendante de manière à ce que des experts impartiaux puissent observer directement la situation et en faire rapport.
Le Canada a pris des mesures concrètes dans ce dossier. Le 12 janvier, nous avons annoncé une approche globale en ce qui a trait à la situation des droits de la personne au Xinjiang, y compris des mesures pour mettre fin au travail forcé. Le 22 mars, en collaboration avec le Royaume-Uni et les États-Unis, et de manière solidaire avec l'Union européenne, le Canada a annoncé de nouvelles sanctions contre quatre dirigeants et une entité pour leur participation aux violations flagrantes et systémiques perpétrées contre des personnes au Xinjiang.
Nous avons également fait part de nos préoccupations à nos partenaires des Nations unies, y compris devant le Conseil des droits de l'homme des Nations unies et de l'Assemblée générale des Nations unies. Le 12 mai, le Canada a coparrainé avec 15 autres pays un événement virtuel au siège des Nations unies à New York pour accroître la sensibilisation à la situation des droits de la personne au Xinjiang. Le message du Canada à la Chine est clair: le monde entier la regarde.
Il faut coopérer avec des pays aux vues similaires pour relever les défis les plus exigeants. Le Canada doit continuer de travailler avec ses alliés et de défendre les intérêts des Canadiens. Pour ce qui est de son approche à l'égard de la Chine, il doit [difficultés techniques] et il le fera. C'est donc dire que nous allons coopérer avec la Chine dans les domaines où c'est possible, comme la lutte contre les changements climatiques, tout en dénonçant ses agissements dans d'autres domaines, comme les droits de la personne. Nous allons aussi concurrencer, voire attaquer de front la Chine pour qu'elle respecte le droit international et pour protéger nos intérêts nationaux.
Nous devons demeurer agiles et nous adapter tandis que nous protégeons les intérêts du Canada, que nous faisons respecter des principes fondamentaux comme les droits de la personne, et que nous défendons l'ordre fondé sur des règles et les institutions multilatérales. Les yeux du monde entier sont tournés vers la Chine. Nous continuerons de réclamer une reddition de comptes et le respect des droits de la personne, conformément à nos valeurs en tant que Canadiens.
Le gouvernement libéral continue de défendre les droits de la personne partout dans le monde; il continue aussi de jouer un rôle clé grâce à ses démarches diplomatiques depuis le début de la pandémie de COVID-19. Tout le monde sait que la Chine de 2021 est différente de celle de 2016. Comme le ministre l'a déjà dit, nos relations bilatérales avec la Chine sont complexes et multidimensionnelles.
Ces relations ont présenté des défis au cours des dernières années et elles sont en évolution. Nous savons que bon nombre de nos partenaires internationaux sont confrontés à des difficultés semblables. Comme on l'a souvent dit, le Canada est d'avis qu'il doit absolument travailler avec ses meilleurs alliés de manière à avoir une approche concertée à l'égard de la Chine.
Le ministre pourrait-il expliquer au comité comment il collabore avec les partenaires qui partagent les vues du Canada dans ce dossier crucial, particulièrement les regroupements multilatéraux comme le G7 et le Groupe des cinq?
Madam Chair, I am pleased to speak in committee of the whole about the work of Global Affairs Canada.
I will focus my remarks on Canada's concerns with respect to the increasingly coercive diplomacy practised by China.
I would like to start off by stating clearly that Canada will always protect and defend human rights around the world. That is an integral part of our foreign policy. We remain deeply concerned about the serious violations of human rights in the Xinjiang region, the troubling situation in Hong Kong, and the arbitrary detention of Canadians.
As we have always said, it is essential that Canada work with its partners to ensure that China respects its international human rights obligations.
Human rights are top of mind. We are seeing a crackdown on human rights defenders, lawyers and journalists in China, as well as on ethnic and religious minorities.
Our top priority for now is securing the release of Michael Kovrig and Michael Spavor, who are being arbitrarily detained. It is unacceptable that any citizen anywhere should be arbitrarily detained. Our government will continue to work tirelessly to secure their immediate release. The thoughts of all Canadians are with Michael Kovrig and Michael Spavor and their families during these difficult times. Canada will continue to advocate for their release [Technical difficulty—Editor] both directly with Chinese authorities and with partners and allies on the world stage.
[Technical difficulty—Editor] to all of our international partners and allies who have joined in expressing concern. This includes 23 like-minded partners whose embassies sent diplomats to the trials of Mr. Kovrig and Mr. Spavor. They did so in solidarity with these two men, and they echoed Canada's message that these detentions [Technical difficulty—Editor] are unacceptable. We said clearly that Canada remains deeply troubled by the lack of transparency surrounding these proceedings. Canada is also deeply concerned by the arbitrary sentencing of Robert Schellenberg. We call for clemency for him and for all Canadians facing the death penalty.
Canada continues to work with our allies to end the abhorrent practice of arbitrary detention and to uphold the rule of law and the rights of citizens around the world. This was demonstrated earlier this year when Canada [Technical difficulty—Editor] to lead collective efforts to denounce and put an end to coercive, arbitrary detention in state-to-state relations by launching the Declaration Against Arbitrary Detention in State-to-State Relations. So far, more than 60 countries have endorsed Canada's declaration. This declaration clearly reminds countries that coercively detain citizens of another country for political gain that the world is watching. Arbitrary detention for diplomatic leverage is unlawful, it is unacceptable and it will not succeed.
Canada also remains deeply concerned over the rapid deterioration of rights and freedoms in Hong Kong. Recent actions of the Chinese central government have stifled political participation and represent a further abrogation of China's commitment to preserve Hong Kong's high degree of autonomy, its Basic Law and the one country, two systems framework.
Canada strongly supports a one country, two systems framework under Hong Kong's Basic Law. We call for the continued adherence to this framework and to the rule of law. The fundamental rights and freedoms of the people of Hong Kong must be guaranteed. Canada is working with its international partners to hold Hong Kong and the Chinese central authorities to account for breaching international obligations that commit them to respect the fundamental rights and freedoms of Hong Kong residents.
Since this law was enacted in July 2020, Canada has taken concrete actions. We suspended the Canada-Hong Kong extradition treaty. We started treating exports of sensitive goods to Hong Kong in the same way as those destined for China. We updated our travel advisory. The Minister of Immigration announced a series of immigration measures to address the situation in Hong Kong. We will continue to urge authorities in Beijing and Hong Kong to uphold their international obligations under the China-Great Britain joint declaration.
As we have repeatedly said, we remain concerned by the human rights situation in China. We also remain deeply disturbed by the troubling reports of human rights violations in Xinjiang. The Chinese government continues to deny any possibility of human rights violations against Uighur people. It rejects any accountability for wrongdoing and actively seeks to discredit victims and those who chose to speak out.
When it comes to egregious human rights violations against the Uighur population, our message to China is clear: The world is watching. We cannot ignore China's mounting systematic campaign of repression and deplorable treatment of Xinjiang. In March, Canada joined key allies to call on China to put an end to its repression of the Uighurs. We want to hold those responsible to account.
Let me be clear. We take allegations of genocide and crimes against humanity very seriously. It is why we have repeatedly called for an international investigation in response to allegations of genocide. This investigation must be conducted by an international and independent body so that impartial experts can observe and report on the situation first-hand.
Canada has taken concrete action on this issue. On January 12, we announced a comprehensive approach to the human rights situation in Xinjiang, including measures to address forced labour. On March 22, in coordination with the U.K. and the U.S., and in solidarity with the EU, Canada announced new sanctions against four officials and one entity for their participation in gross and systematic human rights violations in Xinjiang.
We have also raised our concerns alongside our partners in the UN, including before the UN Human Rights Council and at the UN General Assembly. On May 12, Canada co-sponsored a virtual event at the UN in New York alongside 15 other countries to raise awareness about the human rights situation in Xinjiang. Canada's message to China is clear: The world is watching.
Co-operation between like-minded countries is fundamental in order to face the greatest challenges. Canada must continue to work with its allies and stand up and defend Canadian interests. When it comes to our approach toward China, it must and it will [Technical difficulty—Editor]. That means we will co-operate with China on areas where we can, such as the fight against climate change, and we will challenge it on other areas such as human rights. As well, we will compete with and challenge China to uphold international law and protect our national interests.
We need to stay nimble and adapt while protecting Canada's interests, upholding core principles such as human rights and defending the rules-based order and multilateral institutions. The eyes of the world are on China, and we will continue to press for accountability and respect for human rights consistent with our values as Canadians.
This government continues to stand up for human rights around the world and has continued to play a key role through diplomatic engagement throughout the COVID-19 pandemic. We all know the China of 2021 is no longer the China of 2016. As the minister stated before, our bilateral relationship with China is complex and multi-dimensional.
For the past couple of years, this relationship has presented its challenges and continued to evolve. We also know many of our international partners are facing similar challenges. It has been stated many times that Canada believes it is essential to work with our closest allies to have a united approach when it comes to China.
Could the minister please explain to the committee how he is collaborating with our like-minded partners on this crucial issue, and in particular with multilaterals such as the G7 and the Five Eyes?
Voir le profil de Darrell Samson
Lib. (NS)
Madame la présidente, Michael Kovrig et Michael Spavor sont détenus illégalement en Chine depuis plus de 900 jours. Tous les Canadiens s'inquiètent de leur sort. Le gouvernement du Canada s'efforce sans relâche d'obtenir leur libération, reste en contact avec la famille de M. Kovrig et celle de M. Spavor, et fournit une aide consulaire. Le Canada exerce aussi des pressions diplomatiques sur la Chine, et joint pour ce faire ses forces à celles de ses meilleurs alliés et de partenaires qui partagent ses idéaux.
Le ministre pourrait-il parler à la Chambre des efforts que déploie le gouvernement pour obtenir la libération immédiate de Michael Kovrig et de Michael Spavor?
Madam Chair, Canadians Michael Kovrig and Michael Spavor have been unlawfully detained in China for over 900 days. All Canadians are worried about both of them. Our government has been working tirelessly on their release while staying in touch with the families of Mr. Kovrig and Mr. Spavor and providing consulate assistance. Canada has also been working with its closest allies and like-minded partners to exert diplomatic pressure on China.
Can the minister provide an update on our government's efforts to ensure that Michael Kovrig and Michael Spavor are both imminently released?
Voir le profil de Darrell Samson
Lib. (NS)
Madame la présidente, je remercie le ministre et son ministère des efforts qu'ils déploient continuellement pour soutenir les familles et pour tenter de faire progresser la situation de M. Kovrig et de M. Spavor, un enjeu important.
Madam Chair, I would like to thank the minister and his department for his continued work in supporting the families and trying to move forward on the important cases of Mr. Kovrig and Mr. Spavor.
Voir le profil de Geoff Regan
Lib. (NS)
Voir le profil de Geoff Regan
2021-05-26 16:09 [p.7382]
Madame la Présidente, j'ai l'honneur de présenter, dans les deux langues officielles, le troisième rapport du Comité spécial sur les relations sino-canadiennes conformément à la motion adoptée le lundi 10 mai au sujet d'une recommandation pour la Chambre d'ordonner la production de documents à l'Agence de la santé publique du Canada ou toute organisation subsidiaire en lien avec un transfert de virus et deux anciens employés.
Madam Speaker, I have the honour to present, in both official languages, the third report of the Special Committee on Canada-China Relations, pursuant to the motion adopted on Monday, May 10, regarding a recommendation that the House order the production of documents from the Public Health Agency of Canada and any subsidiary organizations respecting the transfer of viruses and two former employees.
Voir le profil de Geoff Regan
Lib. (NS)
Voir le profil de Geoff Regan
2021-02-25 10:15 [p.4515]
Monsieur le Président, j'ai l'honneur de présenter, dans les deux langues officielles, le deuxième rapport du Comité spécial sur les relations sino-canadiennes intitulé, « La violation du haut degré d'autonomie de Hong Kong: une situation préoccupante sur le plan international ».
Au nom du Comité, j'aimerais remercier la greffière, les analystes, les interprètes, le personnel de soutien technique et toutes les personnes qui appuient les travaux du Comité.
Mr. Speaker, I have the honour to present, in both official languages, the second report of the Special Committee on Canada-China Relations entitled, “The Breach of Hong Kong's High Degree of Autonomy: A Situation of International Concern”.
On behalf of the committee, I would like to thank the clerk, the analysts, the interpreters, the technical staff and all those who support the committee.
Voir le profil de Darren Fisher
Lib. (NS)
Monsieur le Président, les rapports signalant des violations des droits de la personne contre les Ouïghours et diverses autres minorités ethniques en Chine sont extrêmement troublants et inquiètent beaucoup les Canadiens, le gouvernement et la communauté internationale. Les gestes posés par le gouvernement chinois dans la région autonome ouïghoure du Xinjiang, y compris la surveillance répressive, les détentions arbitraires massives et la persécution religieuse, vont à l'encontre des libertés fondamentales garanties par la Constitution même de la Chine, en plus de violer les obligations internationales en matière de droits de la personne de ce pays. Le gouvernement canadien a saisi toutes les occasions de soulever cet enjeu, directement auprès des autorités chinoises, ainsi que par l'entremise d'institutions multilatérales. Nous demandons à la Chine de mettre fin à la répression.
Le Canada n'est pas le seul à faire entendre ses préoccupations. Nous collaborons avec d'autres pays pour exhorter la Chine à se conformer à ses obligations internationales en matière de droits de la personne, et nous continuerons de prendre part à cette démarche concertée de la communauté internationale.
Le gouvernement reconnaît les risques que la situation alarmante des droits de la personne dans la région autonome ouïghoure du Xinjiang pose aux entrepreneurs et aux investisseurs canadiens. C'est l'une des raisons pour lesquelles le Service des délégués commerciaux a récemment mis à jour ses conseils aux entreprises concernant le risque de faire des affaires en Chine, notamment en ce qui concerne les violations des droits de la personne et le travail forcé dans sa chaîne d'approvisionnement. Nous nous attendons à ce que toutes les entreprises canadiennes actives à l'étranger respectent les droits de la personne et se conforment aux normes d'éthique les plus élevées.
Les députés le savent, l'Office d'investissement du Régime de pensions du Canada a été créé par les gouvernements fédéral et provinciaux pour investir prudemment les fonds du régime de pensions du Canada. Il est responsable devant les ministres fédéral et provinciaux des finances, mais fonctionne de manière indépendante des gouvernements canadiens, comme l'a dit le député. Investissements RPC est reconnu à l'échelle internationale pour être un exemple de premier plan de saine gestion des régimes de retraite. Il est doté d'un conseil d'administration indépendant et hautement qualifié et détient un mandat d'investissement commercial.
Les entreprises qui gèrent efficacement les facteurs environnementaux, sociaux et de gouvernance, ou facteurs ESG, sont plus susceptibles de créer une valeur financière à long terme, améliorant ainsi le rendement des investissements. La société Investissements RPC prend en compte les facteurs ESG, dont les droits de la personne, lorsqu'elle évalue les possibilités, prend des décisions d'investissement et s'engage auprès des entreprises afin de chercher à améliorer les pratiques commerciales et la divulgation. Investissements RPC respecte les principes d'investissements responsables, dont il est d'ailleurs l'un des premiers signataires. Ces principes, soutenus par les Nations unies, encadrent l'intégration des facteurs ESG.
Tout comme le Canada continuera à demander des comptes à la Chine en ce qui concerne les violations des droits de la personne, nous continuerons à prendre des mesures pour nous assurer que les chaînes d'approvisionnement canadiennes n'impliquent pas de recours au travail forcé et que les entreprises canadiennes disposent des outils dont elles ont besoin pour atténuer les risques associés à l'exercice d'activités commerciales à l'étranger.
Mr. Speaker, the human rights violations in China affecting Uighurs and other ethnic minorities are deeply disturbing and of grave concern for Canadians, this government and the global community. The actions of the Chinese government in the Xinjiang Uighur Autonomous Region, including repressive surveillance, mass arbitrary detentions and religious persecution, run counter to the basic freedoms enshrined in China's own constitution and violate China's international human rights obligations. This government has taken every opportunity to raise this issue, both directly with Chinese authorities and through multilateral institutions. We call on China to address and end the repression.
Canada is not alone in voicing concerns. We are working in collaboration with other countries to call on China to abide by its obligations under international human rights law, and we will continue to take action as part of a concerted effort by the broader international community.
This government recognizes the risks that the alarming human rights situation in the Xinjiang Uighur Autonomous Region poses for Canadian businesses and investors. This is one reason the trade commissioner service recently updated its guidance for businesses on the risks of doing business in China, including risks related to human rights abuses and forced labour in their supply chain. We expect all Canadian companies active abroad to respect human rights and adhere to the highest ethical standards.
As members know, the Canada Pension Plan Investment Board was set up by the federal and provincial governments to prudently invest Canada pension plan funds. It is accountable to federal and provincial ministers of finance, but operates at arm's length, as the member said, from Canadian governments. CPP Investments is recognized internationally as a leading example of sound pension plan management. It has an independent, highly qualified board of directors and operates with a commercial investment mandate.
Companies that effectively manage environmental, social and governance factors are more likely to create financial value over the long term, improving investment performance. As such, CPP Investments considers ESG factors, including human rights, when evaluating opportunities, making investment decision and engaging with companies to seek improvements in business practices and disclosure. CPP Investments was a founding signatory and abides by the United Nations-supported principles for responsible investment, which provide guidance for incorporating ESG factors.
Just as Canada will continue to hold China to account when it comes to human rights violations, so will we continue to take action to ensure that Canadian supply chains are free of forced labour and that Canadian businesses have the tools they need to mitigate the risks of doing business abroad.
Voir le profil de Darren Fisher
Lib. (NS)
Monsieur le Président, la politique étrangère du Canada reposera toujours sur les valeurs canadiennes, notamment la promotion et la protection des droits de la personne. L'avancement des droits de la personne continuera d'être un principe directeur dans le dialogue que le gouvernement du Canada entretient avec la Chine. Le gouvernement a pris des mesures pour aider les entreprises canadiennes à atténuer les risques de faire des affaires en Chine, et le Canada continuera à défendre les droits de la personne au pays et à l'étranger.
Mr. Speaker, Canada's foreign policy will always be grounded in Canadian values, including the promotion and protection of human rights. Advancing human rights will continue to be a guiding principle in the Government of Canada's engagement with China. The government has taken steps to help Canadian firms mitigate the risks of doing business in China, and Canada will continue to stand up for human rights at home and around the world.
Voir le profil de Geoff Regan
Lib. (NS)
Voir le profil de Geoff Regan
2020-10-19 15:57 [p.871]
Monsieur le Président, j'ai l'honneur de déposer, dans les deux langues officielles, le premier rapport du Comité spécial sur les relations sino-canadiennes.
Mr. Speaker, I have the honour to table, in both official languages, the first report of the Special Committee on Canada-China Relations.
Voir le profil de Darrell Samson
Lib. (NS)
Madame la Présidente, la promotion et la protection des droits de la personne font partie intégrante de la politique étrangère du Canada, et le gouvernement du Canada dialogue avec la Chine.
La violation généralisée, par les autorités chinoises, des droits des Ouïghours de la région autonome ouïghoure du Xinjiang, sous prétexte de lutter contre le terrorisme, est profondément préoccupante.
Le gouvernement est préoccupé par les détentions arbitraires massives, la surveillance répressive généralisée, la torture et les mauvais traitements, les rapports faisant état de travaux forcés et de la stérilisation forcée ainsi que de la séparation arbitraire massive des enfants et de leurs parents.
Ces actions vont à l'encontre de la Constitution de la Chine, elles violent ses propres obligations internationales en matière de droits de la personne et elles contreviennent à la Stratégie antiterroriste mondiale de l’Organisation des Nations unies.
Le Canada a fait part de ses préoccupations à de nombreuses occasions, en public et en privé, sur des tribunes multilatérales et lors de conversations bilatérales avec les autorités chinoises.
Nous avons fait un certain nombre de déclarations aux Nations unies. À titre d’exemple, en juin 2020, le Canada s’est joint à une déclaration dans laquelle plus de 20 pays se disaient préoccupés de la situation des Ouïghours et d’autres minorités du Xinjiang. Nous avons conjointement demandé l’accès sans entrave des observateurs indépendants au Xinjiang, y compris la haut-commissaire des Nations unies aux droits de l’homme. Nous avons lancé un appel similaire dans une déclaration cosignée par plus d’une vingtaine de pays à l’Assemblée générale des Nations unies en octobre 2019. Nous continuons de travailler avec d’autres pays à soulever cette question sur la scène internationale à la moindre occasion.
Le Canada continue d'aborder cette question auprès des autorités chinoises, à tous les niveaux.
Le Canada adapte ses réponses en fonction de chaque situation. Nous privilégions une approche judicieuse pour décider d’imposer des sanctions ou d’opter pour les autres mesures diplomatiques à notre disposition.
Je souhaite assurer à mes collègues que la promotion et la protection des droits de la personne sont des priorités de la politique étrangère du Canada.
Le gouvernement du Canada continuera de faire part de ses préoccupations au sujet des droits de la personne dans la région du Xinjiang et dans toute la Chine. Il continuera d'appeler la Chine à respecter ses obligations internationales.
Madam Speaker, the promotion and protection of human rights is an integral part of Canada's foreign policy and the Government of Canada is engaged with China.
The Chinese authorities' widespread violation of the rights of the Uighurs in the Xinjiang Uighur autonomous region, under the pretext of fighting terrorism, is very worrisome.
The government is concerned about mass arbitrary detentions, generalized repressive surveillance, torture and mistreatment, reports of forced labour and forced sterilization, and the mass arbitrary separation of children from their parents.
These actions are contrary to China's own constitution and are in violation of its own international human rights obligations and are inconsistent with the United Nations global counter-terrorism strategy.
Canada has voiced its concerns on numerous occasions, publicly and privately, in multilateral forums as well as in bilateral dialogues with Chinese authorities.
We have made several statements at the UN. For example, in June 2020, Canada joined a statement with more than 20 countries raising concerns over the situation of Uighurs and other minorities in Xinjiang. We jointly called for unfettered access to Xinjiang for independent observers, including the United Nations High Commissioner for Human Rights. We made a similar call in a statement co-signed by over 20 countries at the UN General Assembly in October 2019. We continue working with other countries to raise this issue internationally at every opportunity.
Canada continues to raise this matter with Chinese authorities at every level.
Canada tailors its responses to the specifics of each unique situation. We are judicious in our approach regarding when we choose to deploy sanctions or draw on other courses of action in our diplomatic tool kit.
I want to assure my colleagues that the promotion and protection of human rights are core priorities of Canada's foreign policy.
The Government of Canada will continue to raise its concerns regarding the human rights situation in Xinjiang and all of China, and will continue to call on China to live up to its international obligations.
Voir le profil de Darrell Samson
Lib. (NS)
Madame la Présidente, les nombreuses violations des droits de la personne commises contre les Ouïghours par les autorités chinoises au Xinjiang continuent d'inquiéter le gouvernement.
Ces actions, contraires à la propre Constitution de la Chine, constituent une violation de ses obligations internationales en matière de droits de la personne et sont incompatibles avec la stratégie antiterroriste mondiale des Nations unies.
Le gouvernement a soulevé ses préoccupations à de multiples reprises, en public et en privé, sur des tribunes multilatérales et lors de rencontres bilatérales.
Soyez assurés que la promotion et la protection des droits de la personne constituent une partie importante de notre engagement avec la Chine. Le Canada continuera d'aborder cette question auprès des autorités chinoises, et ce, à tous les niveaux.
Madam Speaker, the government continues to be alarmed by widespread human rights violations on Uighurs by Chinese authorities in Xinjiang.
The actions by the Chinese government are contrary to its own constitution, in violation of international human rights obligations and inconsistent with the United Nations' Global Counter-Terrorism Strategy.
The government has raised its concerns on numerous occasions publicly and privately in multilateral forums and bilaterally.
Please be assured that the promotion and protection of human rights are an integral part of our engagement with China. Canada will continue to raise this matter with Chinese authorities at every level.
Résultats : 1 - 15 de 15

Exporter en: XML CSV RSS

Pour plus d'options de données, veuillez voir Données ouvertes