Hansard
Consultez le guide de l'usager
Pour obtenir de l’aide, contactez-nous
Consultez le guide de l'usager
Pour obtenir de l’aide, contactez-nous
Ajouter un critère de recherche
Résultats : 1 - 15 de 480
Voir le profil de Garnett Genuis
PCC (AB)
Monsieur le Président, la cinquième et dernière pétition que je dépose aujourd'hui braque les projecteurs sur l'horrible situation à laquelle sont confrontés les Ouïghours et d'autres musulmans d'origine turque en Chine. Dans leur pétition, les pétitionnaires rapportent divers aspects des atrocités commises à l'endroit de ces communautés.
Ils demandent au gouvernement de reconnaître le génocide des Ouïghours. Ils demandent également au gouvernement de recourir à la loi de Magnitski et de reconnaître que toute proposition de coopération avec l'État chinois devra être examinée en tenant compte du fait que le gouvernement chinois et l'armée chinoise sont en ce moment même en train de commettre un génocide.
J'invite les députés à prendre connaissance de ces pétitions.
Mr. Speaker, the fifth and final petition I am tabling today highlights the horrific situation confronting Uighurs and other Turkic Muslims in China. The petitioners note various aspects of these atrocities in the petition.
They call on the government to recognize the Uighur genocide. They also call on the government to use the Magnitsky act and to recognize that any proposed co-operation with the Chinese state should be viewed through the lens of the fact that the Government of China and the Chinese military are in the process of committing a genocide as we speak.
I commend these petitions to the consideration of members.
Voir le profil de Philip Lawrence
PCC (ON)
Mr. Speaker, once again, congratulations and thank you for all your years of service. There has never been a more honourable gentleman or lady in that chair. Thank you very much.
I am wondering this: Could the hon. member comment more on the impact of the Uighur genocide and the human rights violations that are going on there? What actions should be taken to protect vulnerable people in China and elsewhere in the world?
Voir le profil de Tracy Gray
PCC (BC)
Monsieur le Président, avant de poursuivre, je m'en voudrais de ne pas vous féliciter moi aussi de votre départ à la retraite et du bon travail que vous avez accompli ici. Sur une note personnelle, je souligne que vous avez été l'une des premières personnes à venir me voir peu après mon élection et vous m'avez donné d'excellents conseils, que je chérirai toujours. Merci.
Pour répondre à la question du député, absolument, c'est très important. Les Canadiens ont toujours défendu les droits de la personne comme une partie de notre histoire et de notre patrimoine. Il est très important que nous dénoncions les mauvais traitements et, en l'occurrence, les produits qui sont le fruit du travail forcé. Il faut avoir un processus en place pour empêcher l'entrée de ces produits au Canada. Les Canadiens veulent sûrement savoir si certains produits sont issus du travail forcé. C'est là le genre de questions que nous posons et auxquelles nous cherchons des réponses.
Mr. Speaker, before I continue, I would be remiss in not also congratulating you on your retirement and for the good work that you do here. On a personal note, you were one of the first people who came to me when I was newly elected and you gave me some really great advice, so I will always cherish that. Thank you.
To answer my hon. colleague's question, this is absolutely very important. Human rights are something that we, as Canadians, have stood up for as part of our history and part of our heritage. It is very important that we stand against abuses and, in particular in this case, against products that are being produced by forced labour. It is important that we have processes in place to make sure that these products are not coming into Canada. Surely Canadians would want to know if some of these products might be tied to forced labour. These are the types of questions that we are asking and we are looking for answers.
Voir le profil de Garnett Genuis
PCC (AB)
Madame la Présidente, la neuvième pétition porte sur le génocide des Ouïghours et des musulmans d’origine turque en Chine.
Les signataires demandent au gouvernement de reconnaître formellement que les Ouïghours en Chine ont été et sont soumis à un génocide, et d'utiliser la Loi sur la justice pour les victimes de dirigeants étrangers corrompus, ou loi de Sergueï Magnitski, pour sanctionner les responsables des crimes odieux commis contre le peuple ouïgour. Les signataires demandent également au gouvernement de réformer la loi sur les chaînes d’approvisionnement afin que nous n’importions pas de produits issus du travail forcé.
Madam Speaker, the ninth petition highlights the genocide of Uighurs and other Turkic Muslims in China.
The petitioners call on the government to formally recognize that Uighurs in China have been and are being subject to genocide, and to use the Justice for Victims of Corrupt Foreign Officials Act, the Magnitsky act, to sanction those who are responsible for the heinous crimes that are taking place as we speak in the People's Republic of China. The petitioners would also like to see the government reform supply chain legislation so that we are not importing products made from slave labour.
Voir le profil de Pierre Poilievre
PCC (ON)
Voir le profil de Pierre Poilievre
2021-06-11 11:28 [p.8275]
Monsieur le Président, non seulement les entrepreneurs libéraux millionnaires comme Mark Carney refusent de s'approvisionner en matières premières dans la région du Xinjiang, en Chine, qui alimente sa production de matières premières par un travail forcé et des usines alimentées au charbon, mais le gouvernement refuse aussi d'exclure tout partenariat avec des entreprises comme iFlyTek, qui fait de la recherche dans le domaine de l'intelligence artificielle pour aider à identifier la voix des dissidents politiques chinois et perpétrer ce même génocide. Le gouvernement reviendra-t-il sur sa décision et cessera-t-il de s'associer à des entreprises technologiques complices de ce génocide?
Mr. Speaker, not only are millionaire corporate Liberals like Mark Carney refusing to source raw materials from the Xinjiang region of China, which powers its production of those materials with slave labour and coal-fired manufacturing, here the government is refusing to rule out partnering with companies like iFlyTek, which does AI research to help identify the voice of Chinese political dissidents and carry out that very same genocide. Will the government reverse course and stop partnering with technology companies that enable genocide?
Voir le profil de Sean Fraser
Lib. (NS)
Voir le profil de Sean Fraser
2021-06-11 11:29 [p.8275]
Monsieur le Président, nous travaillerons en partenariat avec des gens à l'échelle internationale, mais le député a du culot de laisser entendre qu'il est en quelque sorte d'une moralité supérieure à celle du gouvernement.
En ce qui concerne la relation du Canada avec la Chine, nous nous concentrons sur la libération des deux Michaels, le bien-être de 300 000 Canadiens à Hong Kong et le traitement de la population ouïghoure au Xinjiang.
Nous continuerons de veiller à ce que le Canada joue un rôle de premier plan sur la scène internationale et défende les intérêts des Canadiens à l'étranger à chaque occasion.
Mr. Speaker, we will partner with folks on the international scene, but it is rich for the member to suggest that he is somehow more morally astute than the government.
Our focus, when it comes to the relationship with China, is securing the release of the two Michaels, the well-being of 300,000 Canadians in Hong Kong and the treatment of the Uighur population in Xinjiang.
We will continue to focus on Canada playing a leadership role on the world stage and defending the interests of Canadians abroad at every opportunity.
Voir le profil de Pierre Poilievre
PCC (ON)
Voir le profil de Pierre Poilievre
2021-06-11 11:29 [p.8275]
Monsieur le Président, le député dit s'inquiéter de la minorité musulmane ouïghoure en Chine. Il a refusé de condamner le génocide perpétré contre ce groupe, puis il nous fait des reproches.
Ma question était très précise. Le gouvernement fédéral finance des projets de recherche dans des universités qui collaborent maintenant avec des entreprises comme iFlyTek, qui utilise une technologie de reconnaissance vocale permettant au gouvernement chinois d'intercepter les appels téléphoniques des Ouïghours pour déterminer ce qu'ils disent afin de l'aider à perpétrer le génocide. Si le député a autant de moralité qu'il le prétend, pourquoi n'exclut-il pas ce type de partenariats?
Mr. Speaker, the member said he is concerned about the Uighur Muslim minority in China. He refused to condemn the genocide being committed against that very population and then he wags his fingers at us.
The question was very specific. The federal government is funding research at universities that are now partnering with companies like iFlyTek, which is using voice recognition technology that helps the Chinese government intercept the phone calls of the Uighur population to identify what they are saying and help carry out the genocide. If he is as moral as he claims, why will he not rule out any of those types of partners?
Voir le profil de Marc Garneau
Lib. (QC)
Monsieur le Président, nous avons été très clairs au sujet du traitement des Ouïghours en Chine et nous sommes profondément inquiets des rapports très crédibles à ce sujet en provenance de Chine. C'est pourquoi nous avons demandé une enquête ouverte et impartiale menée sans entrave sur la situation au Xinjiang, et nous continuerons à la réclamer en collaboration avec nos partenaires internationaux.
Mr. Speaker, we have been very clear with respect to the treatment of the Uighurs in China and are gravely preoccupied with all of the very credible reports that have come out of China with respect to their treatment. That is why we have been calling for an open, unfettered, impartial investigation of the situation in Xinjiang and will continue to press for that with our international partners.
Voir le profil de Pierre Poilievre
PCC (ON)
Voir le profil de Pierre Poilievre
2021-06-11 11:30 [p.8275]
Monsieur le Président, en parlant de nos partenaires internationaux, le département d'État américain a mis iFlyTek sur une liste noire en raison de son rôle dans le soutien au génocide dans la région du Xinjiang. Les Australiens ont fait la même chose et, récemment, le gouvernement de l'Alberta a demandé l'adoption d'une politique nationale interdisant la coopération technologique avec des entreprises comme iFlyTek, qui contribuent à un génocide. Le gouvernement va-t-il annoncer aujourd'hui qu'il ne financera plus de partenariats avec des entreprises technologiques qui aident à commettre des génocides?
Mr. Speaker, speaking of our international partners, the U.S. State Department has blacklisted iFlyTek because of its role in supporting the genocide in the Xinjiang region. The Australians have recognized the company likewise, and recently the Alberta government has called for a national policy that bans technological co-operation with companies like this one that aid in the commission of genocide. Will the government announce today that there will be no more funding of partnerships with technology companies that help commit genocide?
Voir le profil de Marc Garneau
Lib. (QC)
Monsieur le Président, nous avons été clairs ces derniers mois que lorsque des partenariats de financement sont proposés dans les universités et d'autres institutions, il est important de tenir compte des risques pour la propriété intellectuelle que la coopération avec d'autres pays, y compris la Chine, peut potentiellement occasionner. C'est une chose dont nous sommes très conscients et dont le ministre de l’Innovation, des Sciences et de l’Industrie a parlé récemment.
Mr. Speaker, we have been clear in recent months that co-operation with other countries, including China, that may involve a risk with respect to intellectual property, are to be taken into consideration when funding partnerships are proposed in our universities and other institutions. That is something that we are very conscience of and the Minister of Innovation, Science and Industry has spoken about recently.
Voir le profil de Arnold Viersen
PCC (AB)
Voir le profil de Arnold Viersen
2021-06-07 15:51 [p.8031]
Monsieur le Président, la pétition suivante que je dois présenter a été signée par des Canadiens de partout au pays qui sont préoccupés par le traitement des Ouïghours en Chine. Le Parti communiste chinois se sert de méthodes comme la stérilisation et l’avortement forcés et la suppression des naissances. Par ailleurs, de plus en plus de preuves font état des mauvais traitements auxquels les Ouïghours sont soumis: endoctrinement antireligieux, détention arbitraire, séparation des enfants de leur famille, surveillance invasive et destruction de sites culturels.
Les pétitionnaires demandent au gouvernement du Canada d'utiliser la loi de Magnitski pour rendre justice aux personnes qui souffrent en Chine et de reconnaître officiellement que le traitement des Ouïghours en Chine constitue un génocide.
Mr. Speaker, the next petition I have to present today is from Canadians from across the country who are concerned about the treatment of the Uighur population in China. The Chinese Communist Party is using methods such as forced sterilization and abortion and birth suppression, and there is a mounting body of evidence that the Uighurs are undergoing anti-religious indoctrination, arbitrary detention, separation of children from families, invasive surveillance and the destruction of cultural sites.
The petitioners are calling on Canada to use the Magnitsky act to bring justice to the individuals suffering in China and for the Government of Canada to formally recognize the treatment of Uighurs in China as a genocide.
Voir le profil de Garnett Genuis
PCC (AB)
Monsieur le Président, la troisième pétition souligne une triste réalité que l'actuel gouvernement ne reconnaît toujours pas: celle des Ouïghours et des musulmans d'origine turque en Chine, qui sont victimes d'un génocide. Les pétitionnaires veulent que ce génocide soit reconnu par la Chambre des communes, ce qui a eu lieu, et par le gouvernement, ce qui n'a pas eu lieu. Ils veulent que l'on impose des sanctions prévues dans la loi de Magnitski dans cette affaire et que l'on réforme la loi sur les chaînes d'approvisionnement afin de prévenir l'importation de produits issus de l'esclavage.
Mr. Speaker, the third petition highlights the sad reality that the current government has not yet recognized that Uighurs and other Turkic Muslims in China are subject to an ongoing genocide. Petitioners want to see that recognition take place from Parliament, which has happened, and from the government, which has not happened. They want to see the use of Magnitsky sanctions in this case, as well as reforms to supply chain legislation to prevent the importation of products made with slave labour.
Voir le profil de Garnett Genuis
PCC (AB)
Madame la Présidente, je propose que le cinquième rapport du Comité permanent des affaires étrangères et du développement international, présenté à la Chambre le lundi 12 avril, soit adopté.
Aujourd'hui, nous demandons à la Chambre des communes d'adopter le rapport suivant du comité des affaires étrangères:
Que le Comité permanent des affaires étrangères et du développement international condamne fermement les sanctions inacceptables imposées par la République populaire de Chine à l'endroit de l'un des vice-présidents du Comité, le député de Wellington—Halton Hills, et du Sous-comité des droits internationaux de la personne de la Chambre des communes et que cela représente un affront à la démocratie et au système parlementaire canadien; en notre qualité de parlementaires, nous continuerons de dénoncer avec vigueur les violations des droits de la personne et du droit international, conformément au respect que nous vouons aux droits de la personne fondamentaux; et que cette motion fasse l’objet d’un rapport à la Chambre.
Cette motion a été appuyée à l'unanimité par le comité, et j'espère que la motion d'adoption recevra l'appui unanime de la Chambre. Je partagerai mon temps de parole avec le député de Wellington—Halton Hills, sur qui porte essentiellement la motion.
Je sais que ce député est un homme humble et préfère parler des grands principes et des questions de fond plutôt que de lui-même. Je pense toutefois que je me dois de commencer ce discours en saluant son leadership fondé sur des principes, qui est la raison même pour laquelle il a été sanctionné par un pays étranger.
Le député de Wellington—Halton Hills siège à la Chambre depuis plus de 15 ans. Toutes ces années, il n’a jamais eu peur de prendre position dans le respect de ses convictions les plus profondes, quelles qu’en soient les conséquences. Il a toujours défendu ses opinions avec dignité et sans malice. Il s’est parfois même montré d’un avis contraire à celui de son propre camp, toujours dans le respect de ses valeurs. À cette époque, je n’étais moi-même qu’un des gamins en culottes courtes qui officiaient au Cabinet du premier ministre Stephen Harper. Je peux affirmer sans me tromper que même si tout le monde n’était pas toujours du même avis, chaque membre de l’équipe avait une profonde admiration pour la ferveur, le discernement et le sérieux de ce député.
L'adoption de la Loi sur la réforme a été un moment particulièrement décisif pour la démocratie parlementaire dans le cadre des efforts visant à endiguer la vague sans cesse croissante de la centralisation des pouvoirs au sein du Cabinet du premier ministre. Même si on a l'impression que ce ne sont pas tous les caucus des partis qui l'appliquent, la Loi sur la réforme a eu une incidence importante: les caucus des partis peuvent maintenant choisir d'élire leur propre chef et leur propre président de caucus et de décider de la composition de leur caucus. Le mérite revient au député de Wellington—Halton Hills.
Le fil conducteur de la carrière menée par le député est sans aucun doute le combat constant et acharné qu'il livre pour les valeurs démocratiques. Quels que soient les défis qu'il a relevés ou les intérêts bien ancrés auxquels il s'est attaqué par le passé, aujourd'hui, il fait preuve d'un leadership incroyable au sein de notre caucus, au sein du Parlement et à l'échelle mondiale dans la lutte contre le Parti communiste chinois, une lutte si importante qu'elle éclipse tous les combats du passé.
Le monde est à un point critique de la bataille entre l'autoritarisme et la démocratie, car il y a des gens qui, d'un côté, considèrent les êtres humains comme de simples extensions de l'ordre politique matérialiste, et d'autres qui croient que la société existe pour servir les êtres humains, qui possèdent une valeur et une dignité inhérentes et immuables.
Dans ce bras de fer, le Parti communiste chinois a fait du député de Wellington—Halton Hills un ennemi mondial de l'autoritarisme de même qu'un défenseur de premier ordre de la démocratie à l'échelle du globe. J'estime qu'il n'y a pas plus grande reconnaissance de l'engagement d'une personne envers les valeurs démocratiques que d'être directement pointé du doigt par le Parti communiste chinois. Félicitations.
Nous remercions le gouvernement d'appuyer cette motion, mais il doit également reconnaître que c'est un député de l'opposition et non un député ou un ministre du gouvernement qui a été reconnu comme leader mondial de la défense des valeurs démocratiques. J'ai hâte au jour où ce type de leadership quittera les bancs de l'opposition pour être exercé au sein du gouvernement, là où le député disposera de tous les outils et possibilités du pouvoir pour poursuivre son travail important. Alors, il sera vraiment possible de dire que le Canada est de retour sur la scène mondiale.
Tout comme les conservateurs de Brian Mulroney, à l'époque où le Canada était actif dans la lutte mondiale contre l'apartheid, les conservateurs d'aujourd'hui sont prêts à être des leaders mondiaux dans la lutte pour la justice, les droits de la personne et les valeurs démocratiques.
L'impact manifeste du travail effectué par le député de Wellington—Halton Hills est la leçon la plus importante que l'on peut tirer des sanctions qui lui sont imposées. Quand il est question de notre travail en matière de droits de la personne dans cette enceinte, il peut y avoir un certain cynisme: « Est-ce vraiment important? Est-ce que quelqu'un remarque vraiment ce que l'on fait ou ce que l'on dit ici? »
Ces sanctions viennent confondre les cyniques. Elles prouvent que c'est important. Elles prouvent que, lorsque l'on prend position, le Parti communiste chinois s'en ressent et juge qu'il doit riposter. La position que nous prenons ici a une incidence sur ce qui se passe en Chine, sur la teneur des discussions à l'échelle internationale.
Ces sanctions découlent d'une motion présentée par le député de Wellington—Halton Hills visant à reconnaître que les Ouïghours et les autres musulmans d'origine turque en Chine sont victimes d'un génocide. Ce sont les conservateurs qui ont présenté cette motion. Tous les députés qui ont voté sur cette motion l'ont appuyée, quoique, le premier ministre, les membres de son cabinet et beaucoup d'autres libéraux se sont malheureusement abstenus. À l'instar du leadership de certains députés et du vote de tous les députés, l'abstention du Cabinet a été remarquée au Canada. On l'a remarquée dans le monde entier. C'est tragique que le gouvernement ait refusé de se joindre à la Chambre des communes pour prendre cette mesure importante.
En ce moment même, le monde assiste à la plus vaste détention massive d'une communauté minoritaire depuis l'Holocauste, soit un génocide qui implique d'envoyer les gens dans des camps de concentration, qui implique la stérilisation forcée, l'avortement forcé, la pose forcée de stérilets, la violence sexuelle systématique et le prélèvement d'organes. Nous ne devions plus jamais voir ces horreurs, mais le monde n'a pas respecté sa promesse, alors que la nation la plus populeuse et seconde économie de la planète se trouve en plein génocide et se sert d'une technologie de pointe pour anéantir tout un groupe de personnes.
Face à cette situation, le Parlement avait l'obligation morale d'agir. Je suis très heureux qu'il l'ait fait. Le Canada a été le premier pays à adopter une résolution parlementaire reconnaissant le génocide des Ouïghours. Les Parlements des Pays-Bas, de la Grande-Bretagne et de la Lituanie ont emboîté le pas. D'autres mesures sont prises, et on s'attend à ce que d'autres États adoptent des résolutions semblables, mais l'initiative du Parlement canadien a déclenché une réaction mondiale, qui continue à prendre de l'ampleur. Deux administrations étatsuniennes ont aussi reconnu ce génocide, et de nombreux autres pays interviennent en adoptant de nouvelles mesures pour contrer ces horribles violations des droits de la personne.
De nouvelles mesures législatives sont adoptées partout dans le monde. De nouvelles politiques sont proposées pour lutter contre ces violations, ce qui change la donne pour défendre les droits fondamentaux de la personne et pour contrer les actions du Parti communiste chinois. De nouveaux projets de loi sont proposés pour empêcher l'importation de produits issus du travail forcé, comme la Uyghur Forced Labor Prevention Act des États-Unis. Il y a de nouvelles sanctions, de nouveaux régimes de sanctions, de nouveaux efforts pour lutter contre le prélèvement forcé et le trafic d'organes, ainsi que de nouveaux mécanismes et accords internationaux visant à dénoncer l'État chinois pour les violations des droits de la personne qu'il commet.
Nous avons encore une fois vu que le monde démocratique peut ressembler à un géant endormi: il est parfois lent à se mobiliser, mais il est féroce une fois éveillé. Il n'est pas exagéré d'affirmer que l'adoption par la Chambre de la motion reconnaissant le génocide a grandement contribué à éveiller la conscience du monde démocratique et à inspirer une réponse mondiale plus forte.
Il ne s'agissait pas d'un seul député. Le Parlement, en tant qu'institution, a fait entendre sa voix avant le gouvernement. C'était une victoire importante pour ceux qui défendent la justice et le respect des droits de la personne, c'est vrai, mais ce l'était aussi pour le Parlement. En ce qui concerne la réponse au Parti communiste chinois, le gouvernement du Canada n'a pas su prendre l'initiative. Pendant ce temps, le Parlement du Canada, lui, est intervenu pour jouer ce rôle, et il a effectivement donné l'exemple à la communauté internationale.
Dans les dernières minutes de mon discours, j'aimerais demander au gouvernement d'en faire plus. Je voudrais bien sûr qu'il vote pour cette motion, reconnaisse la situation et se montre solidaire des personnes qui ont été sanctionnées. Cela dit, et plus important encore, nous devons aussi exprimer notre solidarité envers les victimes, les gens que nous avons cherché à défendre dans le cadre de ces efforts soutenus.
Le gouvernement du Canada doit reconnaître le génocide.
Nous avons besoin de mesures législatives et de politiques plus strictes sur les chaînes d'approvisionnement pour prévenir l'importation de produits issus du travail forcé des Ouïghours et d'autres populations.
Nous devons adopter un projet de loi pour lutter contre le prélèvement forcé et le trafic d'organes.
Nous devons sanctionner ceux qui violent de manière flagrante les droits de la personne au Turkestan oriental ainsi qu'à Hong Kong et dans d'autres régions de la République populaire de Chine.
Le gouvernement a toujours été réticent à appliquer les sanctions prévues par la loi de Magnitski, alors que c'est un outil que le Parlement a donné au gouvernement. C'est au gouvernement, cependant, de décider de les appliquer.
Nous devons soutenir l'immigration des réfugiés ouïghours vulnérables et nous devons faire plus pour combattre l'ingérence soutenue par un État étranger et aider les victimes de cette ingérence.
Pour que les valeurs démocratiques perdurent, il nous faut des dirigeants prêts à faire face aux critiques et à faire ce qui est juste, quoi qu'il en coûte. Le député de Wellington-Halton Hills est l'un de ceux-là. Nous avons besoin de voir enfin les députés ministériels faire preuve de leadership dans cette lutte cruciale pour les valeurs démocratiques.
Les Canadiens ont trouvé leur voix. Le Parlement aussi. Il est temps que le gouvernement trouve la sienne.
Madam Speaker, I move that the fifth report of the Standing Committee on Foreign Affairs and International Development, presented to the House on Monday, April 12, be concurred in.
Today, we are asking the House of Commons to agree to the following report from the foreign affairs committee:
That the Standing Committee on Foreign Affairs and International Development strongly condemn the unacceptable sanctions imposed by the People's Republic of China against one of the Committee's Vice Chairs, the Member of Parliament for Wellington—Halton Hills, and the House of Commons Subcommittee on International Human Rights which represent an affront to Canada's democracy and parliamentary system; as parliamentarians, we will continue to actively denounce human rights violations and breaches of international law in keeping with our respect for basic human rights; and that this motion be reported to the House.
This motion had unanimous support at committee, and I am hopeful that this concurrence motion will have the unanimous support of the House. I will be sharing my time with the hon. member for Wellington—Halton Hills, a member who is, himself, substantively the subject of the motion.
I know that this member is a humble person who is much more interested in talking about principles and substantive issues than in talking about himself. However, I do think it is important to start this speech by acknowledging the principled leadership shown by this member that has led to him being sanctioned by a foreign state.
The member for Wellington—Halton Hills has been a member of this House for over 15 years. In that time, he has been totally fearless in taking positions that reflect deeply held convictions, regardless of the consequences. He has always done so graciously and without malice. From time to time, he took principled positions that were different from those taken by his government. I, myself, around the same time he was undertaking these efforts, was serving as one of those kids in short pants in Stephen Harper's PMO. I think it is fair to say that even when we were on different sides of an issue, all staff always maintained deep admiration for the intensity, thoughtfulness and seriousness of this member.
In particular, the passage of the Reform Act was a watershed moment for our parliamentary democracy in the effort to reverse the tide of ever-increasing centralization of control in the Prime Minister's Office. Although it does not seem to be being followed in the caucuses of all parties, the Reform Act is having a profound impact as party caucuses can now opt to take on the power to elect their own leader, elect their own caucus chair and control their membership. This is a credit to the member for Wellington—Halton Hills.
One common thread in this member's career is clearly a consistent and relentless fight for democratic values. Whatever challenges and entrenched interests this member has taken on in the past, his leadership today within our caucus, within this Parliament and globally in the fight against the Chinese Communist Party is a fight of such defining importance that it outshines all of the battles of the past.
The world is at a critical point in the battle between authoritarianism and democracy, because there are those, on the one hand, who see the individual as a mere extension of the materialistic political order, and those who believe that society exists to serve individuals who have inherent and immutable value and dignity.
In this struggle, the Chinese Communist Party has identified the member for Wellington—Halton Hills as a globally significant enemy of authoritarian values and a globally significant defender of democratic values. I can think of no greater recognition of an individual's commitment to democratic values than having been directly singled out by the Chinese Communist Party. Congratulations.
We appreciate the government support for this motion, but it must also be acknowledged that it was a member of the official opposition, not a member or minister within the government, who was recognized in this way for global leadership in defence of democratic values. I look forward to the day when that kind of leadership being exercised from the opposition benches can be exercised from the government side, when this same member has all of the tools and opportunities of government to continue his important work. Then it will truly be possible to say that Canada is back on the world stage.
Just as Conservatives under Brian Mulroney, like Canada in the global fight against apartheid, Conservatives today are ready to lead the world in the fight for justice, human rights and democratic values.
The most important lesson from the fact that sanctions have been imposed on the member for Wellington—Halton Hills is that the work he is doing is having a profound impact. When it comes to our work on human rights in this place, there can sometimes be a certain cynicism, “Does it really matter? Does anyone really see or notice what we do or say in this place?”
These sanctions prove the cynics wrong. They prove that it does matter. They prove that when we choose to take a stand, the Chinese Communist Party feels the pain and feels the need to retaliate. The stands that we take in this place have an impact on what happens in China, on the global tenor of the discussion.
The immediate trigger of these sanctions was a motion put forward by the member for Wellington—Halton Hills to recognize that Uighurs and other Turkic Muslims in China are subject to an ongoing genocide. Conservatives put forward this motion. All members who voted, voted for it, although the Prime Minister, his cabinet and many other Liberals, sadly, abstained. Just as the leadership of some members, the votes of all members, the abstentions of the cabinet were noticed here in Canada. They were noticed and seen around around the world. It is tragic that the government failed to join the House of Commons in taking this critical step.
The fact is that, as we speak, the world is seeing the largest mass detention of a minority community since the Holocaust; a genocide that involves putting people in concentration camps, that involves forced sterilization, forced abortion, forced insertion of IUDs; systematic sexual violence; and organ harvesting. These are horrors that we were supposed to never see again, and yet the world has failed to deliver on the promise of never again when the world's most populous nation and second-largest economy is seeing a genocide deploying the most sophisticated technology to destroy an entire people group.
In the face of these events, Parliament had a moral obligation to act. I am so glad that Parliament did act. Canada was the first country to have a parliamentary resolution adopted, recognizing the Uighur genocide. The parliaments of the Netherlands, Great Britain and Lithuania have followed. More actions are taken, more resolutions are expected in other states, but the leadership of the Canadian Parliament touched off a global response, which is continuing to gather momentum. Two U.S. administrations have also recognized this genocide and many other countries are stepping up with various new measures to counter and deter these horrific abuses.
New legislation is being passed around the world. New policies are being proposed to confront these abuses, game-changers in terms of standing up for fundamental human rights and countering the actions of the CCP. New bills are being proposed to prevent the importation of products made from slave labour, such as the Uyghur Forced Labor Prevention Act in the United States. There are new sanctions, new sanctions regimes; new efforts to combat forced organ harvesting and trafficking, and new international mechanisms and agreements for calling out the Chinese state for its abuses.
What we have seen again is that the democratic world can be a sleeping giant, sometimes slower to mobilize but fierce when wakened. It is no exaggeration to say that the passing of the genocide recognition motion by this House has played a critical role in awakening the conscience of a democratic world and in inspiring a stronger global response.
It has not been one member alone. Parliament, as an institution, has found its voice speaking over and ahead of the government. This has been a powerful victory for those seeking justice for human rights, yes, but also a victory for Parliament. When it comes to responding to the Chinese Communist Party, while Canada's government has failed to lead, Canada's Parliament has stepped up to lead instead and, indeed, Canada's Parliament has led the world.
In the final moments of my speech, I would like to call on the government to do more. Voting for this motion, recognizing and standing in solidarity with those who have been sanctioned, yes, but more importantly, we must stand in solidarity with the victims, the people who we have sought to represent in this ongoing advocacy.
We need genocide recognition by the Government of Canada.
We need stronger legislation and policy around supply chains to prevent the importation of products made by Uighur slave labour and other slave labour.
We need to pass legislation to combat forced organ harvesting and trafficking.
We need to impose sanctions targeting those involved in gross violations of human rights in East Turkestan, as well as in Hong Kong and other parts of the People's Republic of China.
The government has continually been reluctant to use Magnitsky sanctions and that is a tool that Parliament has given to the government, but the government must choose to use it.
We need to support the immigration of vulnerable Uighur refugees and we need to do more to combat foreign state-backed interference and support victims of foreign state-backed interference.
For democratic values to endure, we need leaders who are willing to stand up to face down the critics and do what is right, no matter what the cost. The member for Wellington—Halton Hills is one such person. We need to see leadership finally from the government benches in this critical fight for democratic values.
Canadians have found their voice. Parliament has found its voice. It is time for the government to find its voice.
Voir le profil de Arnold Viersen
PCC (AB)
Voir le profil de Arnold Viersen
2021-06-02 16:42 [p.7837]
Madame la Présidente, c'est toujours un privilège de prendre la parole à la Chambre des communes et de représenter les braves gens de Peace River-Westlock. C'est le printemps, et les récoltes s'annoncent bonnes. Attirer l'attention du monde sur la situation critique du peuple ouïghour est un aspect important dans tout cela, et je tiens à remercier mon collègue de l'avoir fait.
Quelles mesures le Canada peut-il prendre pour faire bouger peu à peu les choses? Quand on dit « plus jamais », cela veut dire « plus jamais ». Que devons-nous faire maintenant?
Madam Speaker, it is always a privilege to stand in the House of Commons and represent the good people of Peace River—Westlock. It is springtime and the crops are all coming up nicely. Bringing the plight of the Uighur people to the world's attention has been an important aspect of this, and I want to thank my hon. colleague for that.
What are some of the things that Canada can do to increasingly bring more action to this? When we say “never again”, we mean “never again”. What do we need to do now?
Voir le profil de Garnett Genuis
PCC (AB)
Madame la Présidente, comme je sais que le député de Peace River—Westlock est très actif dans la lutte contre la traite des personnes, autant au Canada qu'à l'étranger, j'aimerais axer ma réponse à sa question sur un point en particulier. Il faut convenir du fait que le travail forcé auquel sont soumis les Ouïghours a une incidence sur les chaînes d'approvisionnement canadiennes.
Des produits fabriqués au Turkestan oriental ou dans le Xinjiang sont très certainement importés au Canada. Le gouvernement, qui subit des pressions concernant son inaction, a annoncé certaines mesures l'an dernier, mais elles étaient anémiques. Par exemple, il fallait s'assurer que les entreprises sachent que de telles pratiques existent. Si des entreprises actives dans cette région de la Chine ne sont pas au courant de cette situation, c'est qu'elles ferment volontairement les yeux, car la planète entière en parle. Tout le monde devrait déjà être au courant.
Le gouvernement a instauré des mécanismes qui pourraient, en théorie, mettre fin à l'importation de produits fabriqués par des esclaves, mais il n'existe aucun mécanisme efficace de vérification ou d'application. Autant qu'on sache, aucun envoi de produits n'a été bloqué depuis l'entrée en vigueur de ces nouvelles politiques, ce qui signifie qu'elles sont inefficaces. J'appuierais la mise en œuvre de mesures comme la Uighur Forced Labour Prevention Act, aux États-Unis, une loi bipartisane selon laquelle il faut présumer que le travail forcé fait partie de...
Madam Speaker, since I know the member for Peace River—Westlock has been particularly active on the issue of human trafficking, both domestically and internationally, let me focus my response to his question on one particular point, and that is recognizing the way that slave labour and forced labour, targeting Uighurs, is impacting Canadian supply chains.
There are products that are being produced in East Turkestan or Xinjiang that are very likely being imported to Canada. The government, under pressure to take some action, announced some new policies last year, but they were very weak. They included, for instance, ensuring that businesses are being told about these issues. If businesses are operating in this part of China and they are unaware of these issues, then they are being willfully blind, because this has been all over the news. People should already be aware.
The government put in place mechanisms that theoretically could stop importation of slave-made products, but there are no effective review or enforcement mechanisms. As far as we know, not a single shipment of products has been stopped since these new policies were put in place, so the policies are not working. I would support implementing something like what the United States has done with the bipartisan Uighur Forced Labour Prevention Act, which creates a presumption that slave labour is involved—
Résultats : 1 - 15 de 480 | Page : 1 de 32

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
>
>|
Exporter en: XML CSV RSS

Pour plus d'options de données, veuillez voir Données ouvertes