Comité
Consultez le guide de l'usager
Pour obtenir de l’aide, contactez-nous
Consultez le guide de l'usager
Pour obtenir de l’aide, contactez-nous
Ajouter un critère de recherche
Résultats : 1 - 15 de 7395
Voir le profil de Peter Fonseca
Lib. (ON)
Je déclare la séance ouverte.
Je vous souhaite la bienvenue à cette 11e séance du Comité permanent des finances de la Chambre des communes et à notre première réunion de 2022. Joyeuse année à tous. J'espère que vous vous portez tous bien.
En réponse à une demande présentée par quatre membres du Comité, conformément à l’article 106(4) du Règlement, le Comité se réunit aujourd'hui pour discuter de la crise de l'inflation du logement au Canada. C'est un enjeu important pour nous tous, pour nos partis et, d'abord et avant tout, pour nos concitoyens. J'ai hâte d'en discuter.
La réunion d'aujourd'hui se déroule en format hybride, conformément à l'ordre de la Chambre du 25 novembre 2021. Les membres participent soit en personne dans la salle, soit à distance par Zoom. Les délibérations seront diffusées sur le site Web de la Chambre des communes. Sachez que la diffusion Web montre toujours la personne qui parle et non l'ensemble du Comité.
Nous tenons aussi la séance d'aujourd'hui en webinaire. Les webinaires sont utilisés pour les séances publiques du Comité, et seuls les membres, le personnel et les témoins y ont accès. Les membres sont automatiquement des participants actifs, et l'ensemble des fonctions pour les participants actifs restent les mêmes. Les membres du personnel sont des participants non actifs et ne pourront donc voir la réunion qu'en mode galerie.
J'en profite pour rappeler à tous les participants qu'il est interdit de prendre des captures d'écran ou des photos de votre écran.
Je suis habituellement tous les protocoles sanitaires. Nous sommes en mode entièrement virtuel. Le greffier, le personnel, les interprètes, les techniciens et les analystes sont tous dans la salle, et ils respecteront les protocoles sanitaires quand ils s'y trouvent. Je les en remercie.
Pour assurer le bon déroulement de la réunion, j'aimerais énoncer quelques règles à suivre.
Les membres peuvent s'exprimer dans la langue officielle de leur choix. Des services d'interprétation vous sont offerts pour la séance. Vous avez le choix, au bas de votre écran, entre « Parquet », « Anglais » ou « Français ». S'il y a une coupure dans l'interprétation, dites‑le‑moi immédiatement, et je vais m'assurer que l'interprétation est correctement rétablie avant de reprendre les travaux. Vous pouvez utiliser l'option « Lever la main » au bas de votre écran à n'importe quel moment si vous souhaitez intervenir ou attirer l'attention du président.
Avant de parler, je vous demanderais d'attendre que je vous nomme. Cliquez sur l'icône du microphone pour activer votre micro. Quand vous vous exprimez, veuillez s'il vous plaît parler lentement et clairement. Quand vous n'avez pas la parole, votre microphone doit être en sourdine. Je vous rappelle que les membres et les témoins doivent s'adresser par l'intermédiaire de la présidence.
Pour ce qui est de la liste des intervenants, le greffier du Comité et moi-même ferons de notre mieux pour tenir une liste consolidée des intervenants pour tous les membres. Je crois — et le greffier me dira si j'ai raison — que je suivrai l'ordre dans lequel je vois les mains se lever dans la fenêtre latérale. Je remercie le greffier.
Je vois déjà une main levée: celle de M. Poilievre.
I call this meeting to order.
Welcome to meeting number 11 of the House of Commons Standing Committee on Finance and our first meeting of 2022. Happy new year to everyone. I hope you're all well.
Pursuant to a request by four members of the committee under Standing Order 106(4), the committee is meeting today to discuss Canada's housing inflation crisis. This is important for all of us and for our parties, and foremost for our constituents. I look forward to our discussion on this matter.
Today's meeting is taking place in a hybrid format, pursuant to the House order of November 25, 2021. Members are attending in person in the room and remotely by using the Zoom application. The proceedings will be made available via the House of Commons website, and the webcast will always show the person speaking rather than the entirety of the committee.
Today's meeting is also taking place in a webinar format. Webinars are for public committee meetings and are available only to members, their staff and witnesses. Members enter immediately as active participants. All functionalities for the active participants remain the same. Staff will be non-active participants and can therefore view the meeting only in gallery view.
I would like to take this opportunity to remind all participants in this meeting that screenshots or taking photos of your screen is not permitted.
I usually go through all the health protocols. We're all virtual. The clerk, staff, interpreters, technicians and analysts, etc., are all in the room and will abide by the health protocols within the room. I thank them for that.
To ensure an orderly meeting, I would like to outline a few rules to follow.
Members may speak in the official language of their choice. Interpretation services are available for this meeting. You have the choice at the bottom of your screen of either floor, English or French audio. If interpretation is lost, please inform me immediately; we will ensure that interpretation is properly restored before resuming the proceedings. The “raise hand” feature at the bottom of the screen can be used at any time if you wish to speak or alert the chair.
Before speaking, please wait until I recognize you by name. Please click on the microphone icon to unmute yourself. When speaking, please speak slowly and clearly. When you're not speaking, your mike should be on mute. I remind you that all comments by members and witnesses should be addressed through the chair.
With regard to a speaking list, the committee clerk and I will do our very best to maintain a consolidated order of speaking for all members. I believe—and the clerk can inform me—that I will look for the hands as they go up in the order on the side panel by the “raise hand” feature. Thank you, Clerk.
I see a hand up already. It's Mr. Poilievre's.
Voir le profil de Pierre Poilievre
PCC (ON)
Merci beaucoup, monsieur le président. Bon retour et bonne année.
De concert avec les membres conservateurs du Comité, ainsi qu'avec M. Gabriel Ste‑Marie, j'ai signé une lettre pour demander de recommencer les réunions plus tôt que prévu. Je pense qu'il est temps de retourner au travail.
Il y a une urgence au Canada: le taux d'inflation a gonflé de façon gigantesque, surtout dans le secteur du logement. Selon Bloomberg, le Canada est aux prises avec la deuxième bulle immobilière en importance dans le monde. De plus, d'après Demographia, Toronto et Vancouver sont la cinquième ville et la deuxième ville où le marché du logement est le moins abordable. Elles sont plus inabordables que des villes comme Manhattan, Chicago et Londres. Même Singapour, cette toute petite île du Pacifique, offre des logements plus abordables par rapport aux revenus locaux.
Quand M. Trudeau est arrivé au pouvoir, le prix moyen d'une maison au Canada était de 450 000 $. Je crois que cela fait rire la plupart des gens quand ils y pensent. Ce prix moyen s'élève maintenant à 720 000 $ au Canada et à plus de 1 million de dollars, à Toronto et à Vancouver.
L'inflation dans le secteur du logement a connu sa croissance la plus rapide lors de l'année se terminant en novembre 2021, selon L’Association canadienne de l’immeuble. Sous l'actuel premier ministre, le prix des maisons a augmenté de 58 %, 20 % au cours de la dernière année seulement, alors que les salaires réels sont demeurés stables. Il est vraiment embarrassant que le prix des maisons ait augmenté de plus de 50 % quand les salaires permettant d'acheter ces maisons sont restés complètement inchangés au cours de cette période.
Cela nous amène à nous poser une question métaphysique: d'où vient l'argent? Vous savez, nous pouvons tous débattre de la cause de l'augmentation du prix des maisons. Cependant, nous ne pouvons pas nier que des dollars réels sont utilisés pour acheter ces maisons. Lors de leur achat, l'acheteur et le vendeur concluent véritablement une transaction. L'argent vient donc de quelque part.
À la fin de 2021, on a observé une augmentation annuelle de 80 % du volume d'achat de maisons, ce dernier étant passé de 250 milliards de dollars à 450 milliards de dollars en un an. Nous n'avions jamais vu auparavant d'augmentation de 80 %.
Le Comité doit répondre à la question suivante: d'où vient l'argent? Il ne vient pas d'une économie forte ou d'une hausse des salaires parce que nous n'en avons pas. Cependant, il doit venir de quelque part parce que tout vient de quelque part et que rien ne vient de nulle part. Répondre à cette question et résoudre cette énigme expliqueront pourquoi l'inflation augmente si rapidement et brusquement et nous permettront de mettre fin à cette inflation avant qu'elle ait des conséquences dévastatrices sur les familles et l'ensemble de l'économie canadienne.
C'est pourquoi je propose la motion suivante. Monsieur le président, votre greffier a reçu l'avis de motion dans les deux langues officielles et devrait avoir été en mesure de le distribuer.
En voici le texte: Que, conformément à l’article 108 du Règlement, le Comité entreprenne une étude sur l’inflation dans l’économie canadienne actuelle, y compris l'inflation du logement, l'inflation du prix des aliments, le rapatriement des chaînes d'approvisionnement pour les biens stratégiques et toute autre question que le Comité juge pertinente dans le contexte de l’inflation, et que le Comité fasse rapport à la Chambre au plus tard le 31 mai 2022; que les audiences commencent le lundi 17 janvier et se poursuivent le mercredi 19 janvier, le vendredi 21 janvier, le lundi 24 janvier et le vendredi 28 janvier et que chacune de ces réunions durent trois heures; que l'étude inclue les témoignages suivants: la ministre des Finances par elle‑même pendant trois heures avec une déclaration préliminaire de dix minutes, le gouverneur de la Banque du Canada par lui‑même pendant trois heures avec une déclaration préliminaire de dix minutes, Peter Routledge, le surintendant des institutions financières, et Romy Bowers, présidente et première dirigeante de la Société canadienne d'hypothèques et de logement, pendant trois heures conjointement, la haute direction de Sagen et de Canada Guaranty pendant deux heures, le statisticien en chef de Statistique Canada et tous les fonctionnaires responsables de l'indice des prix à la consommation et de la prise en compte des coûts du logement, de même que tout témoin invité par des membres du Comité; que, durant les audiences, le président applique une règle voulant que la réponse d'un témoin à une question ne soit pas plus longue que la question posée; et que l'étude comprenne 11 réunions.
J'ai depuis reçu des messages textes de la part de certains membres m'indiquant qu'ils préféreraient que l'étude comprenne 10 réunions au lieu de 12. Je n'y vois aucune objection. Je suis disposé à modifier tout aspect logistique de la motion si c'est ce que souhaitent mes collègues.
Thank you very much, Mr. Chair. Welcome back and happy new year.
I, along with the Conservative members of the committee, joined with Monsieur Gabriel Ste-Marie in signing a letter to restart meetings early. I think it's time we got back to work.
We have an emergency in this country, and it is that our economy has become a gigantic, inflated balloon. The asset class in which we see this balloon most inflated is, of course, housing. Bloomberg rates Canada's housing bubble as the second worst on planet earth. Demographia says that Toronto and Vancouver are the fifth- and second-most unaffordable housing markets in the world. They are ahead of such places as Manhattan, Chicago, and London, England. Even tiny little Singapore, that little island out in the Pacific, has more affordable housing relative to local income.
When Mr. Trudeau took office, you could buy the average house in Canada for $450,000. I think most people are chuckling when they think of that. We now have to pay $720,000 for the average house across Canada. In Toronto and Vancouver, it's now over a million.
The year ending November 2021 saw the fastest housing inflation ever, according to the Canadian Real Estate Association. Home prices are up 58% under this Prime Minister, including 20% in the last year alone, all while real wages have been flat. It is a real quandary how house prices have gone up by more than half when the underlying wages that are used to buy housing have stayed completely flat over that time period.
All of this raises the metaphysical question: Where is the money coming from? You know, we can all debate the cause of rising house prices. What we can't debate is that there are real dollars buying these houses. When the housing purchase happens, a real transaction occurs from buyer to seller, so this money is coming from somewhere.
In late 2021, the year over year increase in the volume of housing purchases was 80%, going from $250 billion to $450 billion in one year. An 80% increase is something we've never seen before.
The question the committee must answer is this: Where is the money coming from? It's not coming from a strong economy or growing wages, because we have neither, but it must be coming from somewhere because everything comes from somewhere and nothing comes from nowhere. Answering that question and solving that riddle will explain why this balloon is inflating so fast and abruptly, and it will allow us to halt the inflation before the balloon bursts altogether, with devastating consequences for families and our overall economy.
That is why I propose the following motion, and Mr. Chair, your clerk has had notice of this motion in both official languages. The clerk should have been able to circulate it.
It reads that the committee, pursuant to Standing Order 108, undertake a study of inflation in the current economy, including housing inflation, food inflation, repatriating supply chains for strategic goods, and any other issue that the committee deems pertinent to the question of inflation, and that the committee report back to the House no later than May 31, 2022; that hearings begin on Monday, January 17 and continue on Wednesday, January 19; Friday, January 21; Monday, January 24 and Friday, January 28 and that each of these meetings be three hours in length; that this study include the following witness testimony: the finance minister alone for three hours with a 10-minute opening statement; the Governor of the Bank of Canada alone for three hours with a 10-minute opening statement; Peter Routledge, the superintendent of financial institutions, and Romy Bowers, president and CEO of the Canada Mortgage and Housing Corporation, for three hours together; senior management at Sagen and Canada Guaranty for two hours; the chief statistician of Statistics Canada and any officials responsible for the consumer price index and taking housing costs, and any witnesses invited by committee members; that during hearings, the chair enforce the rule that a witness's response to a question take no longer than the time taken to ask the question; and that the study include 11 meetings.
I've since had some feedback from members via text message that some would prefer to have a 10-meeting study rather than a 12-meeting study. I'm okay with that. I'm open to adjusting any of the logistical aspects of this motion, if doing so would be my colleagues' wish.
Voir le profil de Peter Fonseca
Lib. (ON)
Merci, monsieur Poilievre.
Quelqu'un a‑t‑il des observations à faire à ce sujet? Je vois M. Blaikie. M. Beech prendra la parole après lui.
Allez‑y, monsieur Blaikie.
Thank you, Mr. Poilievre.
Is there any discussion on this? I see Mr. Blaikie. I have Mr. Beech on next.
Go ahead, Mr. Blaikie.
Voir le profil de Daniel Blaikie
NPD (MB)
D'abord, il m'apparaît très important que le Comité cerne les indicateurs de coût au sein du marché immobilier. Nous le savons, cela est fort préoccupant pour les Canadiens et leurs proches qui tentent d'intégrer le marché. Bien avant la pandémie, il était déjà de plus en plus difficile d'y arriver. La tendance à l'origine de cette crise du logement ne date pas d'hier. Donc, il serait productif pour le Comité d'y consacrer du temps.
Je suis également heureux de constater que la motion suggère entre autres que l'on se penche sur d'autres coûts qui pèsent gravement sur les foyers canadiens, y compris l'augmentation très concrète du prix du panier d'épicerie, ainsi que sur les chaînes d'approvisionnement et leur incidence sur le prix des biens au sein de l'économie canadienne.
Le libellé tend quelque peu à imposer une solution, mais j'accepte tout à fait ce qui suit. En fait, plus tôt aujourd'hui, dans le cadre d'une conférence de presse, j'ai discuté avec Don Davies, porte-parole néo-démocrate en matière de santé, du besoin de soutenir une production nationale et fiable d'équipement de protection individuelle de qualité médicale.
Ce n'est là qu'un exemple. L'accès du Canada à d'autres biens essentiels est précarisé par l'instabilité des chaînes d'approvisionnement, qu'elle soit due à une crise sanitaire comme l'actuelle pandémie ou à une catastrophe naturelle, phénomène qui, nous le savons, sera de plus en plus fréquent vu l'amplification des effets des changements climatiques.
Nous devons nous pencher sur l'instabilité des chaînes d'approvisionnement et son incidence sur les prix au sein de l'économie canadienne. Il va sans dire que nous avons des pistes de solution à proposer, mais il est important que le Comité puisse étudier cet aspect de façon très large.
Le prix de l'énergie, évidemment, est un autre enjeu majeur pour l'économie canadienne. Nous perdons essentiellement sur tous les tableaux. Quand le prix est bas, beaucoup de Canadiens qui œuvrent dans ce secteur éprouvent des difficultés, tandis que, lorsque le prix est élevé, c'est le consommateur canadien qui en fait les frais. Et nous en avons vu des exemples.
Voilà entre autres le genre de choses que le Comité pourrait inclure au quatrième point.
Quant au nombre de réunions, je n'ai pas vraiment d'avis. J'aimerais qu'il corresponde à la nature de l'étude. Selon moi, nous pourrions facilement tenir 10 réunions uniquement sur la question du logement. Il y a beaucoup à dire sur le sujet, et vu la généralité de l'étude, nous voudrons peut-être y consacrer plus de 10 ou 12 réunions. Je m'imagine mal traiter des trois questions établies ici de même que des autres qui pourraient surgir, par exemple celle du prix de l'énergie, dans le cadre d'une simple étude en 10 réunions. Néanmoins, cela ne devrait pas être un obstacle aujourd'hui. S'il s'avère évident que plus de réunions sont nécessaires en cours d'étude, le Comité ne devrait pas se sentir contraint de respecter le nombre convenu aujourd'hui. Nous devrions avoir la latitude nécessaire à l'ajout de réunions.
Pour l'instant, je propose d'amender la motion en retirant la date du mercredi 19 janvier. Le NPD tient les réunions de son caucus national au cours de la semaine, y compris ce jour-là, donc je ne pourrai pas être présent. Il serait aussi très difficile de me faire remplacer, puisque nous allons tous assister à la même réunion.
Puisqu'il s'agit d'un aspect légitime de notre travail de parlementaire, je ne voudrais pas que les réunions du Comité chevauchent celles de notre caucus national. Il me semble que d'autres partis tiendront des réunions semblables, comme c'est la coutume en janvier. Je ne sais pas si d'autres dates parmi celles citées ici entrent en conflit avec leurs réunions, mais j'espère sincèrement que nous pourrons nous entendre de sorte à ne pas créer de chevauchement entre les réunions de notre caucus et celles du Comité.
Sur ce, monsieur le président, je propose de retirer les mots « le mercredi 19 janvier » de la motion. Cet amendement repose sur mes remarques.
First of all, I think it is very important that the committee turn its attention to figuring out what the cost drivers are in the housing market. We know it is a real concern for Canadians who are trying to get into the real estate market or who have family trying to get into the real estate market. That is something that, even well before the pandemic, was getting harder and harder to do. The trend line that has been leading to this crisis in housing is a long one, going back quite a ways, so it would be a productive use of the committee's time to turn its attention to that.
I'm also glad to see a suggestion reflected in the motion that we look at some of the other serious cost pressures on Canadian households, including the very real cost increases people are seeing at the grocery store, and some discussion of supply chains and how those are affecting the prices of goods in the Canadian economy.
The language here is a little prescriptive in terms of the solution, but I'm quite on board with the following. In fact, earlier today at a press conference I was just discussing with my colleague and NDP health critic, Don Davies, the need to support a robust domestic manufacturing industry in respect of medical PPE, as just one example.
There are other examples of essential goods where Canadians are currently exposed to disruption in international supply chains, whether that is the result of a public health crisis as has been the case in the pandemic, or the result of natural disasters, which we understand are going to happen more frequently as climate change manifests itself more frequently and more severely.
We want to be able to look at that question of supply chain disruptions and how they are affecting pricing in the Canadian economy. We definitely have some ideas about what some solutions might be, but it is important for the committee to be able to look at that aspect in a very broad way.
Energy prices, of course, are another serious issue in the Canadian economy. We kind of get it both ways. When energy prices are low, that's a problem for many Canadians who depend on that industry for their livelihoods, and when prices are high it can be a real problem for Canadian consumers. We're seeing some of that too.
That would be an example of the kind of item the committee might consider under the fourth point.
In respect to the number of meetings to hold, I'm a bit agnostic. I would like to see the number of meetings driven by the nature of the study. I don't think it would be hard to do 10 meetings on the housing question alone. There is a lot to hear about, and given that it's a broader study we may actually want more meetings than 10 or 12. I find it hard to conceive of our addressing the three issues named here as well as any other issues that may come up, such as energy prices or others, in a simple 10-meeting study, but that is something that shouldn't be a sticking point today. If we get into the study and we need more meetings, that will be apparent and the committee shouldn't feel bound by whatever particular number we happen to land on today. We should feel free to add meetings as required.
For the moment, I am going to move an amendment that we delete the date of Wednesday, January 19. The NDP is having its national caucus meetings in that week, which extend over that day, so it's not a day when I would be able to attend. It would also be very difficult to have a substitute attend, because we're all going to be at the same meeting.
As that is a legitimate part of our parliamentary work, I expect that we wouldn't want our committee meetings to interfere with our national caucus meetings. I understand that other parties are going to be having similar meetings, as they normally do in the month of January. I don't know if any of these other dates would conflict with their meetings, but I would certainly hope that we can find an agreement here that wouldn't create a conflict between our caucus meetings and committee meetings.
With that, Mr. Chair, I move that we delete the words “Wednesday, January 19” from the motion. This amendment is motivated by my previous remarks.
Voir le profil de Pierre Poilievre
PCC (ON)
Puis-je poser une question?
Can I ask a question?
Voir le profil de Peter Fonseca
Lib. (ON)
Oui, monsieur Poilievre.
Yes, Mr. Poilievre.
Voir le profil de Pierre Poilievre
PCC (ON)
M. Blaikie accepterait-il plutôt le jeudi 20 janvier?
Would Mr. Blaikie be open to moving that day to Thursday, January 20?
Voir le profil de Daniel Blaikie
NPD (MB)
Nous nous réunissons les mardi, mercredi et jeudi, donc je ne crois pas que tout autre jour au cours de la semaine soit possible.
We're meeting on the Tuesday, Wednesday and Thursday, so I don't think there's another day that week that would work.
Voir le profil de Pierre Poilievre
PCC (ON)
D'accord. Aucun problème. J'estime que c'est un amendement favorable.
All right. No problem. I consider it a friendly amendment.
Voir le profil de Peter Fonseca
Lib. (ON)
Merci. C'est donc un amendement favorable de M. Blaikie.
Passons maintenant à M. Beech.
Thank you. It's a friendly amendment by Mr. Blaikie.
We'll move now to Mr. Beech.
Voir le profil de Terry Beech
Lib. (BC)
J'allais m'exprimer sur l'amendement, puisque nous avons nos propres difficultés par rapport au 28, mais je devrais peut-être traiter de la motion principale d'abord, puis demander à mon collègue, M. Poilievre, de faire preuve d'autant d'égards pour le 28 janvier. En tenant pour acquis qu'il y aura au moins 10 réunions, nous trouverons bien un moment opportun pour les tenir.
Avant de traiter de la motion dans son ensemble, j'aimerais revenir sur les remarques de M. Blaikie. Voici comment le Comité des pêches et des océans de la dernière législature a abordé une étude très importante sur l'impact de divers enjeux sur le saumon sauvage: il en a fait une étude continue, car le sujet comprenait énormément de facettes et d'aspects. Dans le cas présent, ce pourrait être envisagé.
Je ne crois pas qu'un amendement à cet effet soit nécessaire pour l'instant. La motion est bien telle quelle. Selon le déroulement de la conversation sur le logement et l'alimentation, et bien entendu sur le quatrième volet, soit celui des autres questions d'intérêt pour le Comité en matière d'inflation, nous pourrions, au besoin, publier un rapport provisoire sur le fruit de nos travaux, puis les poursuivre après la date butoir afin d'approfondir ces questions si l'étude demeure alors prioritaire pour le Comité. Laissons-la d'abord prendre forme et voyons ce qu'en pensent les membres.
Je souhaite profiter de l'occasion pour traiter de la motion dans son ensemble et saluer tout le monde. J'espère que vous avez tous passé un bon temps des fêtes.
Je remercie mes collègues, MM. Poilievre et Ste‑Marie, qui ont convoqué cette réunion et déposé cette motion. L'abordabilité du logement, le prix du panier d'épicerie, comme l'a cité M. Blaikie, et les questions relatives aux chaînes d'approvisionnement sont des enjeux soulevés partout au pays. Il va sans dire qu'ils n'affectent pas que le Canada et qu'ils méritent qu'on les étudie sur-le-champ.
Certains des acteurs clés qui sont invités à témoigner me semblent de bonnes sources d'information. Je présume que nous pourrons aussi entendre d'autres spécialistes dans le cadre de l'étude. En fait, je vais probablement proposer un amendement à la fin de mes observations préliminaires pour veiller à ce qu'il y ait une date limite pour soumettre des suggestions de témoins.
Bref, il s'agit de questions importantes. Et, compte tenu de tout ce qui pourrait être soulevé en cours d'étude relativement à l'abordabilité et à l'inflation, il serait probablement utile d'inviter rapidement un spécialiste pour cerner les principales causes de l'inflation. Nous sommes au courant de ce qui se passe dans les secteurs de l'immobilier, de l'alimentation et de l'énergie. Cerner les tout derniers secteurs touchés serait une façon pour nous d'établir l'ordre des priorités dans nos travaux. Nous pourrions aussi accorder la priorité aux secteurs où nous avons déjà les moyens d'intervenir de sorte à aider les Canadiens le plus rapidement possible.
Je remercie tout le monde pour leur présence aujourd'hui ainsi que pour la motion importante qui a été déposée et, sur ce, je propose un amendement.
D'abord, je propose que, pour la même raison que celle invoquée par M. Blaikie, les dates soient modifiées de sorte à en retirer le vendredi 28 janvier compte tenu du calendrier de notre caucus et de la tenue des réunions de nos caucus régionaux, en prévision des réunions de notre caucus national.
Si cet amendement pouvait être vu comme favorable, et je m'adresse ici à M. Poilievre...
I was going to speak to the amendment, because we have our own issues with regard to the 28th, but perhaps I'll speak to the main motion first and then I'll ask my colleague, Mr. Poilievre, for a similar consideration with regard to the date of January 28. Assuming we're sticking to 10 meetings at a minimum, we will find time to get adequate meetings in.
With regard to Mr. Blaikie's comments and prior to addressing the motion as a whole, there was something we did at the fisheries and oceans committee in the previous Parliament, when we had a very significant study on the impact of different issues on wild salmon. We made it into a rolling study, because the issue was so multi-faceted and there were so many aspects that it touched. It's something we could consider.
I don't think we need an amendment to address this issue right now. I think the motion is fine as it is. If necessary, and depending on how far the housing and food conversation goes—and of course the fourth part, the other issues that the committee deems pertinent to the question of inflation—we could have an interim report and continue on past the date if we wanted to continue on these issues and have a study before it, if that is still the top priority of the committee at that time. We'll have to see how the study commences and how people feel it is going.
I want to take an opportunity to speak to the motion as a whole and to welcome everyone back. I hope everyone had a safe New Year's and Christmas.
I'd like to thank my colleagues, Mr. Poilievre and Mr. Ste-Marie, for bringing this meeting together and for moving this motion. Housing affordability, prices at grocery stores, as described by Mr. Blaikie, and issues with supply chains are issues we're all hearing about across the country. Certainly we're seeing them affect countries beyond Canada as well, and it's something that deserves immediate study.
I think some of the key actors who have been solicited for questioning are good sources of information. I expect we will have other experts who can add to this study, and in fact I'll probably move an amendment at the end of my opening remarks here just to make sure we have a deadline for submitting witnesses.
Overall, these are important issues. Something else that might be useful, given the breadth of affordability and inflation issues that could be cited in this study, is that we might look to have an expert come in early to see the major drivers of inflation. We know about housing; we know about food, and we know about energy. One way we could prioritize what we're talking about is by determining which of those have been affected most recently. We could also prioritize according to the areas where we have the methods to bring in measures that could help Canadians most immediately.
Saying that, and saying thanks to everyone for being here today and bringing forward this important motion, I would move an amendment.
I move first that we amend the dates to remove Friday, January 28, for the same reason that Mr. Blaikie had for removing his date. It has to do with our caucus schedule and our regional caucus meetings, which lead into our national caucus meetings.
If that can be considered as a friendly amendment, and I look to Mr. Poilievre for that—
Voir le profil de Pierre Poilievre
PCC (ON)
Voir le profil de Terry Beech
Lib. (BC)
Je l'en remercie.
Je propose donc un amendement officiel devenant le troisième point à partir de la fin. Je propose qu'une liste de témoins par ordre de priorité soit soumise au greffier d'ici le vendredi 14 janvier 2022 en fin de journée.
Je suis ouvert à une autre date si les membres veulent profiter de la fin de semaine ou quelque chose du genre, mais je crois que nous devrions avoir une date limite pour veiller à ce qu'il y ait des témoins de prévus en plus de ceux établis dans la motion.
Merci, monsieur le président.
I thank him for that.
Then I would move a formal amendment as the third-to-last bullet point. I would move that a prioritized list of witnesses be submitted to the clerk by the end of day on Friday, January 14, 2022.
I'm flexible on that date if people want the weekend or something like that, but I think we should have some sort of deadline to make sure we get witnesses into the queue in addition to the ones outlined in the motion.
Thank you, Mr. Chair.
Voir le profil de Peter Fonseca
Lib. (ON)
Merci, monsieur Beech. Nous avons reçu votre amendement.
M. Baker a la parole, suivi de Mme Dzerowicz.
Souhaitez-vous traiter de la motion principale ou de l'amendement?
Thank you, Mr. Beech. We have your amendment.
I have Mr. Baker next, and then Ms. Dzerowicz.
Is it on the main motion or the amendment?
Voir le profil de Yvan Baker
Lib. (ON)
Merci beaucoup. Je peux traiter des deux, monsieur le président.
Je souhaite simplement affirmer que les questions cernées dans le rapport affectent les Canadiens. Elles sont importantes, c'est indéniable.
Les propositions de MM. Blaikie et Beech quant aux dates sont très raisonnables. M. Poilievre a accepté ces amendements favorables. La suggestion de M. Beech d'établir une date limite pour la liste des témoins est un bon ajout procédural qui favorisera leur présence devant nous, en plus d'optimiser nos chances de pouvoir les entendre dans les délais établis.
Comme nous le savons tous, ce comité se voit habituellement confier une quantité écrasante de travaux importants. Si nous pouvions mettre de côté... Selon moi, 10 réunions est un nombre raisonnable. Le Comité peut ajouter des réunions au besoin, selon l'ampleur des témoignages, les témoins reçus, les renseignements obtenus, etc. J'estime qu'il est raisonnable d'opter d'abord pour 10 réunions.
Voilà pour moi, monsieur le président.
Thanks very much. I can speak to both, Chair.
I want to just say that the issues identified in the report are touching Canadians. These are important issues; there's no question about that.
The proposals made by Mr. Blaikie and Mr. Beech on the dates are very reasonable. Mr. Poilievre has accepted those as friendly amendments. The suggestion that Mr. Beech made around a deadline for a list of witnesses is a good procedural addition to help ensure that we get the witnesses in, but in time to maximize the chances that we can hear from them within the schedule.
As we all know, this committee typically has a tremendous amount of important business that is brought to its attention. If we were able to set aside.... To me, 10 meetings is a reasonable number of meetings. The committee has the ability to add meetings if needed, depending on the extent of testimony, from whom we hear, what we hear about, etc. I would propose that a 10-meeting initial plan is reasonable.
Those are my thoughts, Mr. Chair.
Résultats : 1 - 15 de 7395 | Page : 1 de 493

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
>
>|
Exporter en: XML CSV RSS

Pour plus d'options de données, veuillez voir Données ouvertes