Hansard
Consultez le guide de l'usager
Pour obtenir de l’aide, contactez-nous
Consultez le guide de l'usager
Pour obtenir de l’aide, contactez-nous
Ajouter un critère de recherche
Résultats : 1 - 15 de 2891
Voir le profil de Pierre Paul-Hus
PCC (QC)
Madame la présidente, je salue la ministre et je lui souhaite la bienvenue. Allons-y dès maintenant avec la première question.
Le directeur parlementaire du budget a déclaré ceci à la réunion du 4 février du Comité permanent des opérations gouvernementales et des prévisions budgétaires: « Selon la tendance observée, chaque fois qu'on se penche sur des questions d'approvisionnement importantes, par exemple les navires de combat, les navires d'approvisionnement et, maintenant les brise-glace polaires, il y a une constante: les coûts sont toujours plus élevés quand c'est un bureau indépendant qui les estime plutôt que par le gouvernement. »
Pourquoi est-ce ainsi?
Voir le profil de Filomena Tassi
Lib. (ON)
Madame la présidente, nous présentons toujours les prévisions budgétaires et nous faisons de notre mieux pour que l'approvisionnement s'aligne sur les prévisions budgétaires.
Voir le profil de Pierre Paul-Hus
PCC (QC)
Madame la présidente, Andrew Kendrick qui a témoigné le 13 mai dernier au Comité permanent des opérations gouvernementales et des prévisions budgétaires, a mentionné que les grands chantiers navals transféraient toujours le risque sur les plus petits fournisseurs, sur les entrepreneurs, et que les coûts associés aux risques étaient assumés par eux. S'ils avaient à monter le prix, ils n'avaient qu'à augmenter la facture et le gouvernement payait.
Pourquoi les contrats sont-ils faits ainsi? Pourquoi est-ce que ce sont toujours les contribuables qui assument les frais des dépassements de coûts ou des risques, qui sont la plupart du temps transférés aux plus petits?
Voir le profil de Filomena Tassi
Lib. (ON)
Madame la présidente, nous sommes très fiers de notre Stratégie nationale de construction navale. Les investissements dans cette stratégie portent leurs fruits. Les retombées économiques sont rentables, et pas seulement pour les chantiers maritimes importants. Les petites entreprises en profitent aussi.
Voir le profil de Pierre Paul-Hus
PCC (QC)
Madame la présidente, ce qu'on voit actuellement, c'est que les coûts explosent à tout moment. Pour chaque contrat, il n'y a jamais de coûts qui demeurent fixes. Plusieurs témoins ont dit au Comité que plusieurs entreprises, dans plusieurs pays, avaient des coûts fixes. Les témoins nous suggéraient d'avoir des contrats à coûts fixes.
La ministre est-elle en accord avec cela?
Voir le profil de Filomena Tassi
Lib. (ON)
Madame la présidente, je reconnais que la COVID a eu des répercussions dans le monde entier. En ce qui concerne les chantiers maritimes, il est indéniable que la pandémie a eu des répercussions sur le coût du travail et a généré des problèmes sur les chaînes d'approvisionnement.
Nous faisons tout pour que les coûts correspondent aux devis, mais la COVID a posé un certain nombre de défis, pas seulement pour les chantiers maritimes, mais dans le monde entier en matière de main-d'œuvre et de chaînes d'approvisionnement.
Voir le profil de Pierre Paul-Hus
PCC (QC)
Madame la présidente, la COVID‑19 a-t-elle eu lieu seulement au Canada ou dans les autres pays également?
Voir le profil de Pierre Paul-Hus
PCC (QC)
Madame la présidente, un autre point a été soulevé par les fonctionnaires de Services publics et Approvisionnement Canada. Le 7 avril, les bureaucrates ont dit au Comité que d'autres dépassements de coûts et d'autres retards se profilent à l'horizon pour la livraison de nouveaux navires à la marine et à la Garde côtière, alors que des défis importants menacent le programme de construction navale de plusieurs milliards de dollars.
La ministre admet-elle qu'on a déjà prévu des milliards de dollars en dépassements de coûts?
Voir le profil de Filomena Tassi
Lib. (ON)
Madame la présidente, j'ai eu l'occasion de visiter un des chantiers maritimes et je peux affirmer que le travail réalisé est incomparable. Voir le travail accompli en sol canadien pour construire ces navires est absolument fantastique. Cela crée des emplois et de la croissance économique dans notre pays.
Voir le profil de Pierre Paul-Hus
PCC (QC)
Madame la présidente, on ne remet actuellement pas en question le travail effectué par les employés qui travaillent pour les différents chantiers. On remet en question les dépassements de coûts excessifs que les contribuables paient pour des projets qui, de plus, sont souvent retardés.
Donc, il y a du retard. Ma question est la suivante: est-ce que les retards et les dépassements de coûts sont causés par la gestion du gouvernement ou est-ce un problème des chantiers navals?
Voir le profil de Filomena Tassi
Lib. (ON)
Madame la présidente, je tiens à préciser certaines des retombées de la Stratégie nationale de construction navale et de nos investissements dont bénéficieront les Canadiens. Premièrement, plus de 18 000 emplois par année seront créés ou maintenus. Quant aux retombées économiques, elles s’élèvent à 1,54 milliard de dollars par année.
Pour ce qui est des dépassements, j’ai déjà mentionné qu’ils sont attribuables en partie aux répercussions de la COVID.
Voir le profil de Pierre Paul-Hus
PCC (QC)
Madame la présidente, le responsable des achats du ministère de la Défense, Troy Crosby, a déclaré au Comité que les navires ne sont pas construits assez rapidement et qu'ils coûtent plus cher.
Je veux savoir si la ministre a envoyé officiellement aux chantiers navals une lettre, une directive ou un document officiel qui exprime les préoccupations du gouvernement du Canada concernant les retards et les dépassements de coûts. Si oui, quand l'a-t-elle fait? Sinon, pourquoi ne l'a-t-elle pas fait?
Voir le profil de Filomena Tassi
Lib. (ON)
Madame la présidente, nous suivons de près les progrès des chantiers navals. Nous travaillons étroitement avec ces derniers.
Ils travaillent très fort pour respecter le budget et l’échéancier, mais ils ont eu des obstacles à surmonter, comme je l’ai mentionné. Nous suivons la situation de près et nous faisons de notre mieux pour les aider afin que ces navires soient construits aussi rapidement que possible et dans les limites du budget prévu.
Voir le profil de Pierre Paul-Hus
PCC (QC)
Madame la présidente, en ce qui concerne justement le calendrier de construction, le directeur parlementaire du budget estime que la construction des brise-glaces polaires devrait commencer au cours de l'exercice 2023‑2024 pour ce qui est du premier navire, et au cours de l'année suivante pour ce qui est du second. La livraison des navires devrait avoir lieu respectivement en 2029‑2030 et en 2030‑2031.
Comment pouvons-nous prévoir un calendrier alors que la Davie n'est même pas encore acceptée pour faire partie de la Stratégie nationale de construction navale?
Résultats : 1 - 15 de 2891 | Page : 1 de 193

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
>
>|
Exporter en: XML CSV RSS

Pour plus d'options de données, veuillez voir Données ouvertes