Comité
Consultez le guide de l'usager
Pour obtenir de l’aide, contactez-nous
Consultez le guide de l'usager
Pour obtenir de l’aide, contactez-nous
Ajouter un critère de recherche
Résultats : 1 - 15 de 93
Voir le profil de Seamus O'Regan
Lib. (NL)
Tout d'abord, monsieur McLean, je n'ai jamais entendu qui que ce soit prétendre sérieusement que le gouvernement est hostile à l'industrie. Chose certaine, dans bien des milieux, je n'ai jamais été décrit en ces termes.
Je vais me contenter de quelques mots, car la question relève plutôt de mon collègue, M. Wilkinson. Je vais lui laisser le soin de répondre.
Le dernier budget a montré que nous prenons le CUSC très au sérieux, car nous comprenons clairement qu'il est important pour la filière de l'hydrogène et pour la réduction des émissions dans l'industrie pétrolière et gazière.
Je m'en remets à mon successeur à ce ministère, le ministre Wilkinson.
Voir le profil de Seamus O'Regan
Lib. (NL)
Oh, non, nous ne transférons pas les emplois du secteur.
Pour être honnête avec vous, monsieur McLean, notre plus grand souci est que nous n'avons pas assez de travailleurs. C'est certainement ce sur quoi j'ai mis l'accent depuis que j'ai accepté ce nouveau rôle de ministre du Travail et que j'ai codirigé avec le ministre Wilkinson notre stratégie de transition équitable. Au Canada, à peu près tous les secteurs manquent de bras. Plus particulièrement, et de façon poignante, il nous manque des travailleurs dans le secteur de l'énergie et dans l'industrie pétrolière et gazière.
Dans mes fonctions actuelles et au cours de mes consultations... J'ai déjà parlé au Comité de l'anxiété profonde que ressentent les travailleurs du secteur pétrolier et gazier chaque fois qu'ils entendent les mots « juste » et « transition ». M. Wilkinson et moi-même avons une aversion pour cette expression, mais nous nous en servons parce que tout le monde comprend ce qu'elle veut dire. Honnêtement, il faut garder les travailleurs dans l'industrie. C'est notamment pour cela que nous avons travaillé très fort pour mettre en place un programme visant les puits orphelins et inexploités au plus fort de la pandémie et de la guerre des prix du pétrole. Au pire de la crise, en avril 2020, comme vous vous en souviendrez, lorsque le prix du pétrole, à 38 $, est devenu négatif, il fallait garder les travailleurs dans le secteur pendant une période de chaos qui s'annonçait très longue. Heureusement, elle n'a pas duré, mais il fallait garder les travailleurs dans ce secteur d'activité.
Mon plus grand rôle, en ce moment, consiste à calmer les travailleurs et à les inciter à rester...
Voir le profil de Seamus O'Regan
Lib. (NL)
Tout d'abord, si nous voulons dire toute la vérité, il faut remonter avant 2015. Il y avait alors au Canada une foule de projets d'exploitation de ressources naturelles qui faisaient l'objet de poursuites judiciaires parce que nous n'avions tout simplement pas mené les consultations que la Constitution, la Charte ou les lois existantes exigeaient. Nous pensions, ou plutôt le gouvernement alors en place pensait qu'il suffisait de bousculer tout le monde pour arriver à ses fins. Les unes après les autres, les décisions judiciaires ont montré qu'il en allait autrement.
Nous avons donc dû trouver une loi qui permettrait de vraies consultations, une étroite coopération de nation à nation avec les Premières Nations et les collectivités inuites et métisses, de sorte que rien ne puisse se faire sans leur accord. Vous savez quoi? Nous avons réussi depuis à faire pas mal de choses...
Voir le profil de Seamus O'Regan
Lib. (NL)
[Inaudible] Je pense avoir lu la liste au Comité...
Voir le profil de Seamus O'Regan
Lib. (NL)
Il y a bien pire que moi, monsieur McLean. Soyons honnêtes.
Voir le profil de Seamus O'Regan
Lib. (NL)
Il y a un nombre incroyable d'emplois dans l'industrie pétrolière et gazière grâce aux seuls efforts de réduction des émissions. La bonne nouvelle, c'est qu'une grande partie du travail et des compétences dont nous aurons besoin pour faire avancer les choses — surtout en ce qui concerne l'hydrogène, dont le ministre Wilkinson vous dira qu'il a un énorme potentiel de croissance au Canada. Et nous avons une bonne stratégie à cet égard. Nous avons besoin des compétences des travailleurs qui se trouvent actuellement dans cette industrie.
Il n'y a rien de nouveau qui se passe, forcément, mais il y aura des réorientations, il y aura de la formation. Notre plus gros problème à l'heure actuelle, je le répète, c'est la pénurie de main-d'œuvre dans le secteur de l'énergie.
Voir le profil de Seamus O'Regan
Lib. (NL)
Après deux ans, on pourrait penser...
Le gouvernement a toujours eu un plan législatif clair. Il veut présenter un plan d'action complet. Pour le faire, il tient à écouter d'abord le point de vue des travailleurs du secteur de l'énergie. Comme je l'ai déjà dit, ce sont eux qui s'occuperont du CUSC, de la production de carburants à faible teneur en carbone et de la filière de l'hydrogène.
Comme je ne cesse de le répéter, surtout lorsque je discute avec les syndicats à l'occasion de consultations et de rencontres que j'ai avec eux, il n'est pas question qu'ils soient exclus, qu'ils ne soient pas partie prenante. Rien ne se fera sans eux. Rien. Ils mèneront la charge.
Ces dernières années, nous avons fait des investissements stratégiques dans la formation axée sur les compétences, des stratégies régionales et des projets, partout au Canada, qui créent des emplois durables. Le ministre Wilkinson peut parler de certaines annonces importantes qu'il a faites aujourd'hui.
Pour légiférer, il faudra une planification coordonnée si nous voulons nous assurer que les Canadiens ont les emplois durables qui leur ouvriront un nouvel avenir à eux et à notre pays.
Nous sommes en train de définir des principes législatifs conformes aux pratiques exemplaires à l'échelle internationale. Une partie de la démarche consiste à tenir des consultations sérieuses.
Voir le profil de Seamus O'Regan
Lib. (NL)
Oui, je peux vous dire qu'il y a eu beaucoup d'enthousiasme aujourd'hui. Je me trouve à St. John's pour la conférence Energy NL. Pour vous donner une idée de l'évolution des choses, Noia, l'association qui s'intéresse au pétrole classique, était présente. Maintenant, elle adopte les énergies renouvelables et s'intéresse aux interconnexions. Et les travailleurs entrent dans le mouvement. Il y avait un fort contingent syndical à nos réunions d'aujourd'hui.
Les Canadiens veulent entendre parler de solutions réalistes. Si on veut s'attaquer au problème de façon réaliste, il faut tenir compte du fait très réel qu'il s'agit d'un grand pays composé de régions différentes qui ont des forces et des attributs différents. Ce sont des choses qui étaient en tête de liste de mes préoccupations en tant que Terre-Neuvien dans le cadre de mes fonctions antérieures, et qui le sont aussi pour M. Wilkinson, originaire de la Saskatchewan et député de la Colombie-Britannique. Il y a différentes forces et faiblesses dans chacune des régions. Si nous voulons être efficaces dans la poursuite de la carboneutralité et mobiliser toutes nos forces dans les différentes régions, nous devons tenir compte des atouts au niveau local.
Voir le profil de Seamus O'Regan
Lib. (NL)
En mars dernier, j'ai visité la Première Nation de Cowessess. Elle a une installation de stockage d'énergie renouvelable. Le chef Cadmus Delorme voulait que je voie sa nouvelle centrale solaire de 10 mégawatts. Il s'agit du premier système hybride d'énergie renouvelable au Canada, alliant le solaire et l'éolien. L'énergie est stockée dans des piles.
Les communautés autochtones de tout le pays, comme la Première Nation de Cowessess en Saskatchewan, sont déjà au travail. Nous devons les écouter, tirer des enseignements de ce qu'ils font et trouver la meilleure façon de les soutenir. C'est une grande partie de ce que nous faisons maintenant, pendant les consultations. Nous avons également des programmes comme le Programme de solutions pour la main d’œuvre sectorielle et le PFIMS — le Programme pour la formation et l'innovation en milieu syndical —, dont nous pouvons tirer parti pour soutenir ces collectivités, mais il reste encore beaucoup à faire, et nous tenons à nous y prendre correctement.
Un certain nombre de collectivités des Premières Nations sont déjà au diapason. J'ai parlé tout à l'heure de la pénurie de main-d'œuvre. Il y a un certain nombre de personnes... Je pense par exemple à Lyle Daniels, conseiller autochtone auprès de Building Trades of Alberta. Il est conscient du fait qu'un certain nombre de syndicats de l'Ouest déploient de réels efforts. Je songe à Building Trades of Alberta, qui travaille directement avec les Premières Nations dans les réserves pour essayer d'attirer plus de jeunes Autochtones vers les métiers. Bon nombre de collectivités des Premières Nations connaissent une forte croissance démographique. Les gens ont envie de travailler, d'apporter leur contribution, de faire leur chemin, et les métiers pourraient être une solution. Cela pourrait certainement aider notre industrie énergétique.
Voir le profil de Seamus O'Regan
Lib. (NL)
Je dirais, monsieur Simard...
Voir le profil de Seamus O'Regan
Lib. (NL)
Écoutez, chez nous, ce n'est pas l'État qui prend ce genre de décision de but en blanc, n'est‑ce pas? Ce sont les entreprises qui établissent leur niveau de production.
Nous avons pris par ailleurs des mesures très constructives en mettant en place un plan de réduction des émissions qui a du mordant et donne des résultats. Il va certainement encourager la réduction des émissions dans la production de pétrole, qui va certainement se poursuivre. Et le monde sera à la recherche des sources de pétrole les plus sûres, les moins polluantes.
Voir le profil de Seamus O'Regan
Lib. (NL)
Il y a une certaine attente, ce qui n'est pas un ordre. Ne laissons pas entendre...
Voir le profil de Seamus O'Regan
Lib. (NL)
Nos politiques sont claires, maintenant que, depuis le printemps, nous avons un plan de réduction des émissions.
Voir le profil de Seamus O'Regan
Lib. (NL)
Nous avons un plan de réduction des émissions qui établit un plafonnement pour différentes industries.
Voir le profil de Seamus O'Regan
Lib. (NL)
Monsieur Angus, je ne suis pas ici pour tenir un débat puéril. Nous savons tous les deux que c'est beaucoup plus...
Résultats : 1 - 15 de 93 | Page : 1 de 7

1
2
3
4
5
6
7
>
>|
Exporter en: XML CSV RSS

Pour plus d'options de données, veuillez voir Données ouvertes