Hansard
Consultez le guide de l'usager
Pour obtenir de l’aide, contactez-nous
Consultez le guide de l'usager
Pour obtenir de l’aide, contactez-nous
Ajouter un critère de recherche
Résultats : 1 - 15 de 514
Voir le profil de Soraya Martinez Ferrada
Lib. (QC)
Voir le profil de Soraya Martinez Ferrada
2022-06-23 14:18 [p.7236]
Monsieur le Président, nous célébrons cette semaine la fête nationale dans ma circonscription, Hochelaga, comme partout au Québec. Le thème de cette année est « Notre langue aux mille accents ».
Avec sa langue française, le Québec est une nation forte ayant une identité unique, une communauté artistique importante, une culture entrepreneuriale et communautaire résiliente et inspirante. Nous célébrons un Québec ouvert et inclusif. Nous célébrons un Québec où tous sont les bienvenus, quel que soit leur accent en français.
Le nationalisme québécois appartient à tous les Québécois. La fierté d'être Québécois dépasse les frontières des partis politiques. C'est l'affirmation que l'avenir du Québec est intimement lié à sa capacité de prendre sa place au Canada et dans le monde, que le Québec est un exemple de protection de la langue et d'intégration des immigrants.
Des millions de Québécois immigrants qui parlent le français — oui, avec des milliers d'accents —, ce n'est pas un fait marginal ou relatif, pour ne pas dire anecdotique. Soyons-en fiers et concentrons-nous sur nos éléments et nos objectifs communs pour créer un discours rassembleur et respectueux de l'unicité du Québec.
Bonne fête nationale!
Voir le profil de Mario Beaulieu
BQ (QC)
Voir le profil de Mario Beaulieu
2022-06-20 14:56 [p.6971]
Monsieur le Président, vendredi, la direction des FrancoFolies de Montréal a tenté de justifier l'anglicisation de son milieu de travail en disant que cela valoriserait la diversité et l'inclusion. C'est absurde, mais c'est une dérive qu'on voit fréquemment au fédéral. Le commissaire aux langues officielles a qualifié cela de glissement. Il explique qu'au contraire, il y a une complémentarité entre les langues officielles et la diversité comme étant deux façons d'être plus inclusif.
La ministre est-elle d'accord pour dire que c'est un glissement de prétendre qu'on peut tasser le français pour être plus inclusif?
Voir le profil de Ginette Petitpas Taylor
Lib. (NB)
Monsieur le Président, je tiens à remercier mon collègue de sa question.
Encore une fois, soyons très clairs: nos objectifs sont communs, mais nos visions pour les atteindre peuvent différer un peu.
Nous reconnaissons que le français est en déclin en Amérique du Nord, y compris au Canada. C'est pour cette raison que nous mettons en avant un projet de loi ambitieux pour fournir notre part d'effort et nous assurer de protéger notre belle langue française. J'espère que les députés de l'opposition vont travailler avec nous...
Voir le profil de Ginette Petitpas Taylor
Lib. (NB)
Monsieur le Président, je tiens à remercier mon collègue de sa question. Encore une fois, comme je l'ai bien dit à maintes reprises, notre objectif est commun.
Nous voulons tout faire pour protéger et promouvoir notre belle langue française, partout au Canada, y compris ici. Nous reconnaissons que le français est en déclin en Amérique du Nord, y compris au Canada. C'est pour cette raison que nous allons de l'avant avec un projet de loi qui est ambitieux. C'est pour faire notre juste part pour protéger et promouvoir notre belle langue française partout au pays.
J'espère que les députés des partis de l'opposition vont travailler avec nous pour assurer que nous allons adopter le projet de loi C‑13 dans les plus brefs délais.
Voir le profil de Mario Beaulieu
BQ (QC)
Voir le profil de Mario Beaulieu
2022-06-20 14:58 [p.6971]
Monsieur le Président, quand il s'agit de présenter le français comme un obstacle à la diversité, l'exemple vient d'en haut. Le premier ministre lui-même a nommé une gouverneure générale qui ne parle pas français, et c'est son gouvernement qui se démène devant les tribunaux pour essayer d'imposer au Nouveau‑Brunswick une lieutenante-gouverneure qui ne parle pas français non plus. Il est le premier à tasser le français au nom de la diversité, comme si le français ne pouvait pas inclure la diversité.
Est-ce que la ministre appuie cette dérive selon laquelle toutes les formes de diversité sont plus importantes que le français?
Voir le profil de Ginette Petitpas Taylor
Lib. (NB)
Monsieur le Président, soyons très clairs. Nous sommes le premier gouvernement à reconnaître que le français est en déclin au Canada, y compris ici.
J'aimerais encore une fois demander aux députés des partis de l'opposition, spécialement le Bloc québécois, de travailler avec nous, en étroite collaboration, pour que nous puissions adopter ce projet de loi dans les plus brefs délais. Si nous voulons tout faire pour protéger et promouvoir le français, nous devons travailler ensemble pour nous assurer que ce projet de loi ambitieux sera adopté plus tôt que plus tard.
Voir le profil de Christine Normandin
BQ (QC)
Voir le profil de Christine Normandin
2022-06-17 11:28 [p.6903]
Madame la Présidente, le ministre de la Langue française du Québec, Simon Jolin‑Barrette, a été invité par l'Académie française. Il va se rendre à Paris pour expliquer aux immortels qui défendent la langue française depuis 400 ans comment le Québec entend protéger sa langue nationale.
La ministre des Langues officielles a, elle aussi, déposé un projet de loi censé protéger l'avenir du français. A‑t‑elle été invitée, elle, à l'Académie française?
Voir le profil de Ginette Petitpas Taylor
Lib. (NB)
Madame la Présidente, je tiens à remercier ma collègue de sa question.
Nous reconnaissons que le français est en déclin en Amérique du Nord et nous reconnaissons que le français est en déclin au Canada. C'est pour cette raison que nous avons été de l'avant avec un projet de loi avec beaucoup plus de mordant pour nous assurer que nous pouvons régler cette situation.
J'aimerais vraiment encore une fois que les députés de l'opposition, spécialement le Bloc québécois, travaillent avec nous puisque nous avons un objectif en commun. Ce dernier est de nous assurer de tout faire pour protéger notre belle langue.
Voir le profil de Christine Normandin
BQ (QC)
Voir le profil de Christine Normandin
2022-06-17 11:29 [p.6903]
Madame la Présidente, je vais prendre cela pour un non. C'est probablement parce que le projet de loi C‑13 ne protège pas vraiment le français au Québec. Il protège le bilinguisme institutionnel qui conduit à l'anglicisation des milieux de travail et qui réduit la perception de l'importance de la maîtrise du français au Québec. Le projet de loi C‑13 ne reconnait pas que le français est la seule langue officielle devant être protégée devant la prédominance de l'anglais en Amérique du Nord.
Se pourrait‑il que l'Académie française n'ait pas invité la ministre des Langues officielles parce que le projet de loi C‑13 n'a pas l'envergure nécessaire?
Voir le profil de Ginette Petitpas Taylor
Lib. (NB)
Madame la Présidente, très brièvement, il est manifeste que la députée d'en face n'a pas lu le projet de loi C‑13, puisque c'est tout à fait le contraire.
Je pense réellement que le Bloc québécois est en train d'induire les Canadiens en erreur. Nous avons été de l'avant avec un nouveau projet de loi pour nous assurer que toutes les entreprises privées de compétence fédérale sont assujetties à cette nouvelle loi, pour nous assurer que les travailleurs peuvent travailler en français et que les clients peuvent se faire servir en français, et aussi pour qu'ils vivent le français de leur communauté.
Encore une fois, j'aimerais m'assurer que les députés de l'opposition vont travailler avec le gouvernement pour s'assurer d'adopter ce projet de loi dans les plus brefs délais.
Voir le profil de Mario Beaulieu
BQ (QC)
Voir le profil de Mario Beaulieu
2022-06-16 14:54 [p.6819]
Monsieur le Président, l'Institut de recherche en politiques publiques est un organisme indépendant, bilingue et pancanadien que personne ne peut soupçonner de sympathie indépendantiste.
Pourtant, dans une étude récente publiée par cet organisme, on estime que la nouvelle loi sur les langues officielles n'a rien pour freiner le déclin du français. Pour freiner le déclin du français, il faudrait que le projet de loi C‑13 soit compatible avec la Charte de la langue française du Québec.
Est-ce que la ministre comprend que la seule façon de protéger le français au Québec, c'est que seules les lois linguistiques du Québec s'appliquent au Québec?
Voir le profil de Ginette Petitpas Taylor
Lib. (NB)
Monsieur le Président, je tiens à remercier mon collègue de sa question.
Nous reconnaissons que le français est en déclin en Amérique du Nord et, oui, nous reconnaissons que le français est en déclin au Canada. C'est pour cette raison que nous sommes allés de l'avant avec une nouvelle mouture du projet de loi, une nouvelle mouture avec plus de mordant: pour nous assurer que le fédéral fournit sa juste part d'efforts et que nous faisons tout pour répondre à cette situation.
J'espère que mon ami du Bloc québécois va travailler avec nous pour que nous puissions adopter ce projet de loi dans les plus brefs délais.
Voir le profil de Mario Beaulieu
BQ (QC)
Voir le profil de Mario Beaulieu
2022-06-16 14:55 [p.6819]
Monsieur le Président, répéter la cassette, ce n'est pas une réponse.
Je cite l'auteur de l'étude, l'économiste Mario Polèse: l'égalité entre les deux langues ne suffit plus parce que les deux langues ne sont pas égales dans leur force d'attraction et dans leur importance, point à la ligne. Donc, il faut accepter de donner la prédominance au français.
Voilà le problème avec le projet de loi C‑13. Pourquoi la ministre veut-elle continuer à mettre l'anglais et le français sur un pied d'égalité, au Québec, alors que c'est le français qui est menacé?
Mettre les deux langues sur un même pied, c'est mettre les deux pieds sur ma langue.
Voir le profil de Ginette Petitpas Taylor
Lib. (NB)
Monsieur le Président, soit mon honorable collègue tente d'induire les Canadiens en erreur, soit il n'a pas fait la lecture du projet de loi C‑13.
Si on regarde le projet de loi C‑13, la nouvelle mouture, on voit que nous avons une loi spéciale pour les entreprises privées de compétence fédérale pour nous assurer que les employés peuvent travailler en français, se faire servir en français et vivre en français.
J'espère réellement que mes collègues de tous les partis de l'opposition vont travailler avec nous, puisque ce projet de loi est très important. Il est présentement en comité parlementaire, et j'espère que les députés de l'opposition vont cesser leurs jeux politiques.
Voir le profil de Mario Beaulieu
BQ (QC)
Voir le profil de Mario Beaulieu
2022-06-14 14:59 [p.6688]
Monsieur le Président, la ministre des Langues officielles a déclaré dans La Presse que son projet de loi C‑13 est une copie carbone de la loi 96 du Québec au sujet des entreprises de compétence fédérale. Ce serait une grave erreur de la croire.
La loi 96 prévoit l'application de la Charte de la langue française à toutes les entreprises du Québec. Le projet de loi C‑13 donne, entre autres, le droit aux entreprises de s'assujettir volontairement à la Charte de la langue française. Pourtant, la ministre connaît la différence entre être obligé d'utiliser le français et pouvoir choisir l'anglais ou le français au travail.
Pourquoi est-ce qu'elle induit les Québécois en erreur?
Résultats : 1 - 15 de 514 | Page : 1 de 35

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
>
>|
Exporter en: XML CSV RSS

Pour plus d'options de données, veuillez voir Données ouvertes