Comité
Consultez le guide de l'usager
Pour obtenir de l’aide, contactez-nous
Consultez le guide de l'usager
Pour obtenir de l’aide, contactez-nous
Ajouter un critère de recherche
Résultats : 1 - 15 de 26773
Voir le profil de Rahim Jaffer
PCC (AB)
Merci, madame la présidente.
Je tiens à remercier toutes les personnes qui sont venues témoigner cet après-midi. Vous nous avez communiqué de l'information fort utile. Malheureusement, comme je ne dispose que de six minutes, il me sera difficile de tout couvrir et de poser beaucoup de questions. Toutefois, je m'efforcerai de revenir sur certains points qui ont suscité chez moi des questions.
Monsieur Easton, la croissance des frais de scolarité exigés par les universités pour les titres professionnels est très problématique. Nous devons examiner des moyens qui permettraient au gouvernement fédéral de mieux coordonner au moins. Je suis conscient, parce que le défi demeure actuel, qu'il faut mieux coordonner les mesures du gouvernement fédéral et des provinces en matière d'éducation.
Un des points au sujet desquels j'aimerais connaître votre opinion est la façon de contrebalancer la croissance des frais de scolarité. Je me demandais si vous ou votre organisme avez réfléchi au montant qu'il faudrait investir au niveau fédéral pour essayer de contrebalancer ces frais. Je sais qu'il faudrait essayer de coordonner cela, comme vous l'avez laissé entendre, avec les provinces, mais avez-vous une idée de l'investissement, en dollars, qu'il faudrait faire? J'ignore si vous y avez réfléchi, mais j'ai cru bon de tout de même poser la question.
Parallèlement, une des choses que nous pourrions accomplir presque immédiatement, du point de vue fédéral, est de voir ce qui pourrait être fait de plus sur le plan des prêts aux étudiants. Il me semble qu'en essayant de travailler avec les provinces à diriger plus de fonds vers les établissements de niveau postsecondaire, dans ce domaine, si nous avions un régime plus souple de prêts—par exemple, actuellement, nous pourrions peut-être accroître le montant du prêt, puis nous montrer plus souples, ce qui est encore plus important, en ce qui concerne les modalités de remboursement à la fin, peut-être en fonction du revenu, quelque chose de similaire—, au moins nous ne laisserions pas pour compte ceux qui auraient le potentiel de se faire admettre dans ces programmes d'études professionnelles mais qui doivent patienter jusqu'à ce qu'on ait trouvé un moyen plus efficace d'injecter l'argent directement dans les établissements d'enseignement postsecondaire, de manière à ce que les frais de scolarité baissent.
J'aimerais simplement savoir ce que vous en pensez.
Voir le profil de Rahim Jaffer
PCC (AB)
J'en suis conscient.
Monsieur Maggetti, je n'ai pas eu l'occasion de lire attentivement votre mémoire, mais je sais que vous avez particulièrement insisté sur la prestation fiscale canadienne pour enfant. Vous y avez peut-être inclus ce que vous avez, je crois, appelé la prestation fiscale pour enfant arrivée à maturation.
Avez-vous dans votre mémoire précisé ce qu'elle devrait être? Il m'a été impossible de le vérifier par moi-même. Le montant s'y trouve peut-être.
Voir le profil de Rahim Jaffer
PCC (AB)
D'accord. Je vous sais gré de cette précision.
J'ignore de combien de temps je dispose. Je ne crois pas qu'il m'en reste beaucoup, mais, monsieur Bach, si je peux vous interroger sur le même sujet, je sais que des familles avec enfants handicapés font souvent face à des coûts élevés lorsqu'elles élèvent leurs enfants et que ces coûts varient selon la lourdeur du handicap. J'ai appris à connaître un peu mieux certaines de ces questions quand des gens sont venus à mon bureau, stressés par toutes les exigences auxquelles ils devaient satisfaire pour avoir à nouveau droit au crédit fiscal. C'était tout à fait incroyable.
Que pouvons-nous faire, quel conseil pouvez-vous nous donner, pour trouver des moyens d'être plus souple à l'égard de ce crédit fiscal pour enfant handicapé quand vient le temps de tenir compte des coûts réels assumés, parce que de toute évidence c'est très différent...
Voir le profil de Monte Solberg
PCC (AB)
Merci beaucoup, madame la présidente.
Il n'y a pas beaucoup de temps; je vais donc tenter de poser autant de questions que je peux le faire. Je vais vous prier, amicalement, d'aller droit au but, parce que le temps file très rapidement.
Je vais commencer par les représentants de l'Association canadienne des centres de science. Avez-vous des données qui indiqueraient que dans les écoles et les universités situées dans les régions où il existe des centres de science, il y a plus de gens qui veulent entreprendre une carrière en science? De toute évidence, si c'est le cas, vous avez alors un argument de poids en faveur des centres de science. Avez-vous des données à cet effet?
Voir le profil de Monte Solberg
PCC (AB)
Merci.
En ce qui concerne le Conseil canadien du commerce de détail, je suis intéressé par votre idée de séparer le fonds de l'assurance-emploi. Je pense que cela est très sensé et que beaucoup de Canadiens seraient d'accord avec cette idée. Je me demande si vous avez une idée si les travailleurs seraient intéressés à donner suite à cette idée. Elle a beaucoup de mérite, évidemment, et à l'heure actuelle, les travailleurs sont probablement aussi mécontents que les employeurs. Mais je me demande, avez-vous parlé à un syndicat, par exemple?
Voir le profil de Monte Solberg
PCC (AB)
Monsieur Barnett, je parle en mon nom personnel, et non au nom du comité dans son ensemble, lorsque je dis que j'appuie certainement l'approche visant à éliminer ce qui correspond fondamentalement à un impôt sur les dons, comme vous dites. Mais ma question est la suivante : avez-vous une idée—de toute évidence, vous avez parlé à beaucoup de gens—de l'impact que cela aurait? Y a-t-il des gens qui vous disent que si vous vous débarrassez de cet impôt sur les dons, ils vont certainement commencer à vous céder plus de terres? Est-ce que la liste est longue, une centaine de personnes ou cinq?
Voir le profil de Monte Solberg
PCC (AB)
Madame Rothman, nous avons eu droit l'autre jour à un exposé de St. Christopher House au sujet de cette idée qu'ils ont eu de créer un régime enregistré d'épargne pour le développement. Vous connaissez cette idée. Quelles sont vos vues à ce sujet?
Voir le profil de Monte Solberg
PCC (AB)
J'ai une question très rapide pour les gens de l'ACTRA. Je sais que vous avez parlé du Fonds canadien de télévision et que c'est votre intérêt primordial, mais je suis curieux de connaître les répercussions de l'appréciation du dollar sur votre industrie. Est-ce que cela fait fuir les productions dans une grande mesure? Le dollar a augmenté si rapidement. Est-ce que des projets prévus auront toujours lieu?
Voir le profil de Monte Solberg
PCC (AB)
Voir le profil de Rahim Jaffer
PCC (AB)
Merci, madame la présidente.
Merci à tous les témoins d'aujourd'hui dont les mémoires m'ont paru fort intéressants.
Vu le temps dont je dispose, je vais devoir m'en tenir à deux questions seulement, l'une s'adressant précisément à la corporation des retraités.
Dans votre mémoire, lorsque vous parlez de baisses d'impôts, il me semble que vous soyez préoccupés du fait qu'elles risquent de ne pas être positives au plan économique à long terme. Je crois toutefois que l'une des questions sur lesquelles nous pourrions nous attarder—et je sais que vous l'avez proposé dans votre mémoire—porte sur les baisses d'impôts, notamment le relèvement de l'exemption de base, comme vous l'avez dit dans votre mémoire, qui pourrait aider les familles à faible revenu, en particulier.
Je sais que vous avez indiqué, entre autres, qu'il faudrait l'indexer et la relever, mais je demande si vous avez une idée de cette augmentation, puisque diverses propositions ont été faites à cet égard. À plusieurs occasions, on a proposé de l'augmenter jusqu'à concurrence de 10 000 $. Plusieurs ici, dont mon collègue Scott Brison, ont parlé de 15 000 $ , ce qui, en fait, permettrait à 2 millions de Canadiens à faible revenu de ne plus payer d'impôts, ce qui leur faciliterait la vie, j'imagine.
Je me demande donc si vous avez réfléchi au montant de cette exemption de base--que nous pourrions envisager.
Voir le profil de Rahim Jaffer
PCC (AB)
Non, mais cela me donne certainement une indication du niveau de la pauvreté ou du point où il pourrait se situer, ce qui permet peut-être de déterminer ce que devrait être l'exemption de base. Je vous en remercie donc.
Dans les minutes qui me restent, je vais poser une question générale portant sur les cours de langue seconde, ainsi que sur la Maytree Foundation, et peut-être que Mme Hoy aura une observation à faire également. Je veux parler précisément de l'immigration, de la formation et de l'établissement des gens qui viennent dans notre pays et je crois que vous avez tous abordé cette question.
Tout d'abord, j'aimerais vous féliciter pour votre travail. Je suis conscient des efforts que font les gens qui viennent dans notre pays. De toute évidence, ils doivent relever des défis lorsqu'ils recherchent de nouvelles opportunités.
Ma famille a fait partie des réfugiés qui sont venus ici au début des années 70. J'étais trop jeune pour me rendre compte des défis, mais j'en ai entendu parler. J'admire donc ceux qui sont passés par ce processus.
Si l'on veut renforcer certains des services que nous offrons au Canada, comme la formation linguistique et d'autres services visant à aider les immigrants une fois qu'ils sont arrivés, j'aimerais toutefois que vous nous disiez ce qu'il serait possible de faire pour essayer de les préparer avant leur arrivée dans notre pays.
J'ai entendu des critiques à propos de certaines de nos missions à l'étranger qui, même si elles ne font pas du mauvais travail... que pourraient-elles faire pour mieux renseigner les immigrants, dans la mesure où ils peuvent se préparer avant de venir au Canada de manière à savoir exactement à quoi s'attendre une fois arrivés ici. Cela pourrait modifier leur approche pour ce qui est de leur demande d'immigration et de ce qu'ils vont faire avant de venir ici. C'est à ce niveau-là, je pense, que l'on pourrait réexaminer la situation. Je crois que la reconnaissance d'aptitude professionnelle est une composante sur laquelle il va falloir s'attarder davantage.
Que pouvons-nous donc faire dans nos missions, si vous croyez que ce serait utile... quels cours ou quel travail--comme vous l'avez dit--qui existent déjà dans ces pays, seraient reconnus? Comment informer comme il le faut les immigrants au sujet des exigences linguistiques? Il ne semble pas que cela se fasse de manière efficace.
J'aimerais savoir ce que vous en pensez.
Voir le profil de Gerry Ritz
PCC (SK)
Merci, monsieur le président.
Je vous remercie d'être venus.
Évidemment, Bob, vous nous avez surchargés d'information. Vous connaissez trop bien votre domaine.
Le Canada est-il allé trop loin trop vite après le cycle d'Uruguay et est-ce que cela limite nos options aujourd'hui?
Voir le profil de Gerry Ritz
PCC (SK)
Comment leur forcez-vous la main si vous n'avez plus aucune carte dans votre jeu?
Voir le profil de Gerry Ritz
PCC (SK)
Y a-t-il des points forts issus du cycle de Cancun, quelque chose sur quoi on puisse miser? Certains secteurs disent que la gestion de l'offre l'a échappé belle parce que ça a tourné court. D'autres secteurs disent qu'on aurait pu aller un peu plus loin. Y a-t-il un secteur où on a fait des progrès?
Voir le profil de Gerry Ritz
PCC (SK)
Les pays qui se sont regroupés sous la bannière des pays en développement semblent cacher une force hors du commun. Faut-il travailler à la définition de pays en développement?
Résultats : 1 - 15 de 26773 | Page : 1 de 1785

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
>
>|
Exporter en: XML CSV RSS

Pour plus d'options de données, veuillez voir Données ouvertes