Hansard
Consultez le guide de l'usager
Pour obtenir de l’aide, contactez-nous
Consultez le guide de l'usager
Pour obtenir de l’aide, contactez-nous
Ajouter un critère de recherche
Résultats : 1 - 60 de 36078
Voir le profil de Anthony Rota
Lib. (ON)
Puisque nous sommes mercredi, nous allons maintenant chanter l'hymne national, qui sera entonné par le député d'Okanagan-Sud—Kootenay-Ouest.
[Les députés chantent l'hymne national.]
Voir le profil de Elizabeth May
PV (BC)
Voir le profil de Elizabeth May
2022-09-28 14:04 [p.7847]
Monsieur le Président, comme nous le savons, nos amis, nos collègues et, dans mon cas, étant du Cap-Breton, nos familles se remettent de l'ouragan Fiona.
Nous savons qu'une seule tempête a frappé cinq provinces canadiennes. C'est un record. Nous savons également que lorsque nous manifestons, évoquons et, dans le cadre d'un débat d'urgence, déclarons notre solidarité avec les habitants de l'Île‑du‑Prince‑Édouard, de la Nouvelle‑Écosse, du Nouveau‑Brunswick, de Terre‑Neuve‑et‑Labrador et du Québec, nous le faisons en nous engageant à ne pas seulement traiter la situation comme la nouvelle du jour. Comme on l'a fait dans le cas de mes collègues et amis de l'intérieur de la Colombie‑Britannique, de Lytton à Spences Bridge, en passant par Vancouver et Abbotsford, il ne faut pas tourner la page dès que l'événement ne fait plus les manchettes. Nous devons rester avec eux jusqu'à ce que leur vie soit rétablie.
J'espère que l'ouragan Fiona confirmera notre engagement à favoriser la résilience des collectivités et à lutter contre la crise climatique.
Voir le profil de Yvan Baker
Lib. (ON)
Voir le profil de Yvan Baker
2022-09-28 14:05 [p.7847]
Monsieur le Président, je prends la parole aujourd'hui pour souligner la cinquième Journée des petits immigrés anglais au Canada.
Entre 1869 et 1948, plus de 100 000 enfants britanniques ont été envoyés au Canada depuis la Grande-Bretagne. Certains de ces enfants étaient orphelins, mais la plupart étaient issus de familles démunies ou qui connaissaient des moments très difficiles en raison de la maladie ou de la mort. Certains de ces enfants ont même été envoyés au Canada sans le consentement de leurs parents.
Les enfants ainsi envoyés au Canada se retrouvaient souvent forcés à accepter des contrats de servitude dans des exploitations agricoles ou à travailler comme domestiques. Beaucoup de ces enfants ont été victimes de négligence et même de traitements cruels. De nombreux petits immigrés ont par la suite apporté une contribution importante au Canada, notamment en servant dans nos forces armées et en luttant pour la liberté dans le monde entier.
Aujourd'hui, on pense que plus de 10 % de la population canadienne pourrait descendre des petits immigrés anglais. Autrement dit, environ 4 millions de Canadiens sont aujourd'hui des descendants des petits immigrés anglais. Aujourd'hui, j'espère que nous réfléchirons aux petits immigrés anglais en nous rappelant ce qu'ils ont vécu et enduré, ainsi que les contributions qu'eux et leurs descendants ont apportées au Canada.
Voir le profil de Michelle Rempel Garner
PCC (AB)
Monsieur le Président, cela fait 30 ans cette année que la Constitution de la République slovaque a été adoptée.
En l'espace de trois décennies seulement, la Slovaquie est sortie de l'emprise du communisme pour devenir une démocratie dynamique et florissante, avec une économie forte et un brillant avenir. La Slovaquie avoisine également l'Ukraine. Ainsi, elle a fourni récemment un formidable soutien aux réfugiés et a pris fermement position contre la tyrannie et l'oppression.
Pour ces raisons, et compte tenu de la dynamique diaspora slovaque qui se trouve au Canada, il est essentiel que le Canada maintienne des liens étroits avec la Slovaquie. Je reconnais et j'appuie la récente annonce du gouvernement concernant l'établissement d'une ambassade à part entière en Slovaquie.
À titre de Canadienne d'ascendance slovaque et de présidente du Groupe d'amitié Canada-Slovaquie, je tiens à féliciter chaleureusement la Slovaquie à l'occasion de ce remarquable 30e anniversaire de la Journée de la Constitution et à célébrer les liens plus forts qui unissent nos pays.
Na zdravie.
Voir le profil de Robert Morrissey
Lib. (PE)
Voir le profil de Robert Morrissey
2022-09-28 14:07 [p.7848]
Monsieur le Président, la plupart des Canadiens observent les répercussions des changements climatiques destructeurs, mais beaucoup de Canadiens de l'Atlantique en sont incapables parce qu'ils n'ont pas accès aux infrastructures de base.
L'Île‑du‑Prince‑Édouard a été frappée par l'ouragan le plus destructeur que j'aie jamais vu. Dans ma circonscription, Egmont, l'ouragan a eu des conséquences désastreuses, notamment sur l'École Évangéline, les bâtiments agricoles, les cultures, les ports pour petits bateaux, les engins de pêche, et j'en passe. De nombreux habitants de la province en arrachent en ce moment, et c'est notre travail d'alléger leur fardeau le plus rapidement possible.
La population fait preuve de résilience face à cette tragédie, et je suis fier de dire que les gens unissent leurs efforts pour relever ces défis ensemble. Je tiens à souligner les efforts des municipalités et des organismes sans but lucratif, qui travaillent sans relâche pour répondre aux besoins fondamentaux de leurs voisins, ainsi que le travail inlassable des premiers intervenants, des travailleurs des services publics et des équipes des sociétés hydroélectriques de partout au Canada.
Ensemble, nous sommes plus forts et nous traverserons cette crise.
Voir le profil de Alexis Brunelle-Duceppe
BQ (QC)
Monsieur le Président, le 28 septembre marque le British Home Child Day. Cette journée est consacrée à la reconnaissance de plus de 100 000 enfants britanniques amenés au Canada comme travailleurs sous contrat entre 1869 et 1932. Les petits immigrés anglais, comme l'histoire les surnommera, étaient âgés de 17 ans ou moins. La plupart avaient entre 7 et 14 ans, mais d'autres n'étaient que des bambins.
C'était de jeunes enfants envoyés au Canada pour la plupart sans le consentement de leurs parents. Dès leur arrivée en sol canadien, les petits immigrés anglais étaient dirigés dans des maisons d'accueil. On sait malheureusement que certains de ces enfants ont subi des sévices et de la maltraitance. Plusieurs histoires déchirantes nous sont parvenues à ce sujet.
La plupart des enfants ont été envoyés en Ontario, mais les autres ont rejoint le Manitoba, les Maritimes, la Colombie‑Britannique et le Québec. Il y aurait plus de 4 millions de descendantes et de descendants de ces enfants vivant au Canada aujourd'hui. Mon arrière-grand-père John James Rowley était l'un d'eux.
En ce 28 septembre, honorons leur mémoire.
Voir le profil de Francis Scarpaleggia
Lib. (QC)
Voir le profil de Francis Scarpaleggia
2022-09-28 14:10 [p.7848]
Monsieur le Président, la Résidence de soins palliatifs Teresa‑Dellar, nommée en l'honneur de sa fondatrice, est un chef de file dans la prestation de soins de fin de vie de qualité supérieure.
La résidence, financée à même la générosité de ses donateurs et soutenue par des bénévoles dévoués, occupe une place singulière dans l'Ouest de l'île de Montréal.
Teresa nous a laissé un legs inestimable et inspirant. Elle nous a quittés beaucoup trop tôt, mais sa mémoire et son esprit nous animent et nous motivent sans cesse à poursuivre sa vision d'une société plus humanitaire où l'on veille à la dignité des gens dans leurs derniers jours.
Samedi dernier, sous un ciel bleu magnifique, a eu lieu la Course pour la compassion. Cette activité de financement annuelle a battu tous les records précédents en recueillant 195 000 $.
Je tiens à féliciter tous les participants et plus de 100 bénévoles qui ont donné de leur temps, ainsi que Deb Elvidge, elle-même à l'origine de cette activité lancée il y a six ans en mémoire de son père.
Voir le profil de Alex Ruff
PCC (ON)
Voir le profil de Alex Ruff
2022-09-28 14:11 [p.7848]
Monsieur le Président, en avril 2021, j'ai demandé au gouvernement libéral quelles procédures étaient en place pour que tous les Canadiens, y compris ceux n'ayant pas accès à Internet ou à un téléphone, disposent des renseignements nécessaires pour traverser la frontière canado‑américaine et demander une dispense de quarantaine pour des raisons d'ordre humanitaire, entre autres.
J'ai posé cette question au nom des amish et des mennonites de ma circonscription, qui possèdent la double citoyenneté et peuvent entrer dans les deux pays en vertu de la Constitution. Je rappelle au gouvernement que les amish n'ont pas de voiture, de téléphone ni d'ordinateur, qu'ils n'utilisent pas Internet et qu'ils n'ont pas non plus recours au système universel de soins de santé et au système d'éducation du Canada. Toutefois, ils paient des impôts fonciers, des taxes scolaires et des impôts sur le revenu. Ils ne votent pas aux élections publiques.
En février, j'ai demandé au gouvernement comment il informait les Canadiens des restrictions ou des exigences relatives aux voyages, qui changent constamment et sont souvent déroutantes. La réponse écrite qui m'a été fournie explique comment ces changements ont été communiqués sur Internet, mais pas comment ils ont été communiqués aux Canadiens n'ayant pas d'Internet ni de télévision. Les membres de la communauté amish de ma circonscription font maintenant face à des amendes de plus de 250 000 $ parce qu'ils ne se sont pas conformés à ces exigences du gouvernement libéral.
Les députés ministériels croient‑ils que c'est juste? Dans la négative, que feront‑ils pour corriger la situation?
Voir le profil de Andy Fillmore
Lib. (NS)
Voir le profil de Andy Fillmore
2022-09-28 14:12 [p.7848]
Monsieur le Président, je prends la parole aujourd'hui pour rendre hommage à la vie et au legs de John A. Young, un avocat haligonien légendaire, un bâtisseur communautaire et un colonel honoraire de longue date de l'unité Halifax Rifles.
Le legs de service de M. Young à notre région se perpétue tout autour de nous, de même que le souvenir de son intelligence prodigieuse et de son esprit vif. M. Young a été l'un des premiers associés et associés directeurs de BoyneClarke LLP, où il a contribué à faire de ce petit cabinet d'avocats le quatrième en importance au Canada atlantique.
Il était également un acteur politique avisé dont la passion pour la politique l'a amené sur la Colline du Parlement en tant que chef de cabinet du vice-premier ministre, le Néo-écossais Allan J. MacEachen. Plus tard, il est devenu le président du Parti libéral de la Nouvelle‑Écosse.
Au cours de sa vie, M. Young a servi son pays et sa collectivité sans relâche en siégeant à d'innombrables conseils et commissions, mais le camp pour enfants Brigadoon Village a toujours occupé une place spéciale dans son cœur et dans celui de son épouse Carol.
Il a été l'une des premières personnes à m'appuyer sur la scène politique, et j'ai souvent fait appel à ses sages conseils. Il était un géant parmi nous, et il va nous manquer énormément. J'offre mes plus sincères condoléances à Carol et à tous les gens qui l'aimaient.
Voir le profil de Robert Oliphant
Lib. (ON)
Monsieur le Président, les Timbres de Pâques célèbrent cette année leur centenaire, ce qui représente 100 ans de défense des droits, de soutien et de services pour des centaines de milliers de Canadiens vivant avec un handicap.
Ayant son siège social à Don Valley-Ouest, l'organisme Timbres de Pâques est le plus grand fournisseur local de programmes et de services à la communauté des personnes handicapées au Canada. Les Timbres de Pâques offrent des camps d'été, des bourses d'études, des programmes d'emploi, des services d'accessibilité et bien plus encore à plus de 46 000 Canadiens chaque année.
Des célébrations ont eu lieu partout au pays pour marquer cette occasion mémorable. Cette année, la direction, certains des remarquables jeunes ambassadeurs et le conseil d'administration des Timbres de Pâques sont à Ottawa dans le cadre d'une célébration nationale de leur 100e anniversaire.
Je tiens à remercier le conseil d'administration, les ambassadeurs, le personnel et les bénévoles de l'ensemble de notre grand pays pour leurs efforts de sensibilisation et leur travail. Je les félicite pour cette étape importante. Nous entrevoyons les 100 prochaines années avec beaucoup d'enthousiasme.
Voir le profil de Lianne Rood
PCC (ON)
Monsieur le Président, je suis fière de représenter les habitants de Lambton—Kent—Middlesex, une collectivité rurale et agricole. Tout comme les membres de ma famille, de nombreux habitants, des amis et des voisins dans ma circonscription sont des agriculteurs qui travaillent fort tous les jours pour nourrir les Canadiens et le monde entier. Ils doivent souvent respecter des échéanciers serrés, défiant parfois Dame Nature, pour obtenir des récoltes.
Alors que l’Action de grâces arrive à grands pas, j’aimerais rappeler aux gens que la nourriture qui se retrouvera sur nos tables lors des festivités est produite par les efforts acharnés de nos familles agricoles, et non pas par les supermarchés. Si nous voulons nous assurer d’avoir accès à des aliments produits à l’échelle locale et bons pour la santé, nous devons appuyer les agriculteurs, les cultivateurs et les producteurs du Canada. Après tout, pas de fermes, pas d’aliments.
C’est pourquoi aujourd’hui, et tous les jours de l’année, nous devrions être reconnaissants envers les familles agricoles canadiennes et leur donner le soutien dont elles ont besoin. En cette période des festivités entourant l’Action de grâces, j’invite les députés à prendre le temps de remercier un agriculteur et à lui demander comment nous pouvons contribuer à la souveraineté alimentaire dans notre pays.
Je souhaite une heureuse Action de grâces à tous mes concitoyens de Lambton—Kent—Middlesex et à toute la population en général. Je remercie les agriculteurs pour tout ce qu’ils font pour que nous puissions nous nourrir.
Voir le profil de Hedy Fry
Lib. (BC)
Voir le profil de Hedy Fry
2022-09-28 14:15 [p.7849]
Monsieur le Président, je m'adresse à la Chambre au nom de l'Association canadienne des parlementaires pour la population et le développement.
Aujourd'hui, en cette Journée internationale de l'avortement sécurisé, je tiens à souligner les efforts inlassables des fournisseurs de soins de santé et des groupes communautaires partout au Canada et dans le monde qui travaillent à promouvoir toutes les questions de santé sexuelle et génésique et des droits de la personne.
À l'échelle mondiale, 45 % des avortements sont non sécuritaires. L'avortement non sécuritaire est la principale cause de mortalité maternelle et entraîne l'hospitalisation de millions de personnes chaque année. Par conséquent, nous nous réjouissons de la publication, en 2022, des Lignes directrices sur l'avortement par l'Organisation mondiale de la santé, qui recommande de décriminaliser complètement l'avortement et d'y accorder, ainsi qu'à des choix d'autogestion de la contraception, un accès universel.
Le Canada doit continuer le travail vital qui consiste à améliorer l'accès aux soins liés à l'avortement à l'échelle nationale et à défendre cette cause à l'étranger. Engageons-nous tous à mettre fin, partout dans le monde, aux décès évitables et aux maladies résultant d'avortements pratiqués dans de mauvaises conditions.
Voir le profil de Eric Melillo
PCC (ON)
Voir le profil de Eric Melillo
2022-09-28 14:16 [p.7849]
Monsieur le Président, le nouveau chef conservateur accordera la priorité aux gens, à leur chèque de paie, à leurs économies, à leur maison et à leur pays.
Les gens ont l'impression de perdre le contrôle de leur portefeuille et de leur vie alors que le gouvernement double la dette nationale et qu'il fait augmenter tous les coûts. Avec l'explosion des prix de l'essence, de l'épicerie et d'autres produits essentiels, beaucoup de gens peinent à joindre les deux bouts. En fait, des familles appauvrissent leur alimentation, des aînés voient toutes leurs économies s'envoler à cause de l'inflation et beaucoup de trentenaires sont coincés dans le sous-sol de leurs parents à cause du coût du logement.
Il s'agit de concitoyens canadiens, de gens qui nous ont élus pour les représenter, et ils méritent beaucoup mieux. Il est temps que le gouvernement contrôle ses dépenses inflationnistes, s'engage à n'imposer aucune nouvelle taxe et redonne aux Canadiens en difficulté l'espoir dont ils ont tant besoin.
Voir le profil de Mark Strahl
PCC (BC)
Voir le profil de Mark Strahl
2022-09-28 14:17 [p.7850]
Monsieur le Président, dans le cadre du programme des petits immigrés anglais, qui a eu cours de 1896 à 1948, plus de 100 000 garçons et filles du Royaume-Uni ont été envoyés au Canada principalement pour devenir la main-d'œuvre bon marché des familles dans lesquelles ils étaient placés. Bien que certains de ces enfants aient été bien traités, beaucoup d'autres étaient vus comme des serviteurs à contrat et étaient terriblement maltraités par les gens censés prendre soin d'eux.
Malgré cela, une fois adultes, beaucoup de ces petits immigrés anglais ont servi le Canada avec distinction au sein des Forces canadiennes au cours du XXe siècle. On estime que quatre millions de Canadiens ont pour ancêtres des petits immigrés anglais. C'est mon cas: mon arrière-grand-père, Sheriff Atcheson Thompson, est venu au Canada en tant que petit immigré anglais en 1915, à l'âge de 12 ans.
Je remercie les gens qui, comme ma grand-mère, Carol Bateman, continuent de faire connaître l'histoire des petits immigrés anglais et de demander au gouvernement de présenter des excuses pour le programme qui a été source de souffrance pour ces enfants. En cette Journée des petits immigrés anglais, prenons un instant pour honorer leur mémoire et l'héritage qu'ils ont laissé au Canada.
Voir le profil de Darren Fisher
Lib. (NS)
Monsieur le Président, alors que je prends la parole, la Nouvelle‑Écosse commémore et honore une personne merveilleuse: John Young, de Dartmouth.
Dès son jeune âge, John comprenait l'importance de s'impliquer en politique. Il savait qu'on doit exercer le pouvoir pour faire le bien et prendre soin des autres. Après avoir terminé ses études en droit, il a travaillé pendant quatre ans aux côtés du ministre libéral Allan MacEachen, expérience qu'il a par la suite qualifiée de formation passionnante. C'est ici, à Ottawa, que John a rencontré l'amour de sa vie, Carol. Ensemble, ce dynamique tandem a contribué à façonner la scène politique en Nouvelle‑Écosse pendant des dizaines d'années.
Rares sont les politiciens libéraux de la Nouvelle‑Écosse, anciens ou actuels, qui n'ont pas bénéficié des conseils brillants et bienveillants des Young. John a connu une incroyable carrière d'avocat. Il a aidé un modeste cabinet du nom de Boyneclarke, qui est établi sur la rue Queen, à Dartmouth, à devenir l'une des plus grandes sociétés d'avocats des provinces de l'Atlantique.
John a toujours fait preuve d'une grande générosité, et je peux dire aux députés que son absence se fait déjà cruellement sentir dans notre communauté, surtout parmi les libéraux de la Nouvelle‑Écosse. Je demande à tous les députés de se joindre à moi pour honorer John Young.
Voir le profil de Bonita Zarrillo
NPD (BC)
Monsieur le Président, l'inégalité des sexes coûte des vies.
Demain, des survivantes du cancer et des chercheurs de Cancer de l'ovaire Canada viendront sur la Colline du Parlement dans le cadre du Mois de sensibilisation au cancer de l'ovaire. Je les félicite de leur travail. Le cancer de l'ovaire a historiquement été moins étudié en raison des attitudes sexistes, mais grâce aux vaillants efforts de sensibilisation, il est aujourd'hui mieux connu. De nouveaux travaux de recherche permettent de mieux comprendre cette maladie très souvent mortelle.
Le Canada a beaucoup de travail à faire s'il veut augmenter le taux de survie; le pays traîne la patte derrière d'autres pays dans ce domaine. Malheureusement, seules 44 % des femmes ayant reçu un diagnostic de cancer de l'ovaire vivent au-delà de cinq ans. La bataille contre le cancer de l'ovaire est difficile, et les effets secondaires des traitements réduisent considérablement la qualité de vie des patientes.
Je veux que toutes celles qui vivent avec le cancer de l'ovaire ou qui luttent contre cette maladie sachent qu'elles sont dans mes pensées et que je vois la force dont elles font preuve.
Voir le profil de Gabriel Ste-Marie
BQ (QC)
Voir le profil de Gabriel Ste-Marie
2022-09-28 14:21 [p.7850]
Monsieur le Président, cela fait deux ans aujourd'hui.
Cela fait deux ans depuis la mort bouleversante de Joyce Echaquan; deux ans depuis son décès aussi choquant qu'évitable; deux ans depuis qu'elle a filmé et diffusé le racisme dans la plus tragique de ses manifestations.
Au nom du Bloc québécois, je tiens à exprimer à son mari, Carol Dubé, à ses sept enfants et aux proches de Joyce Echaquan notre solidarité alors qu'ils se réunissent pour honorer sa mémoire à Manawan.
Je veux dire à tous les membres de la communauté atikamekw qu'on est avec eux, qu'on se souvient d'elle, qu'on est avec eux dans la lutte contre le racisme; contre le racisme sous toutes ses formes, y compris quand il s'exprime à l'intérieur de nos institutions, comme en font foi tellement de témoignages de personnes des Premières Nations.
Justice pour Joyce, mais aussi justice pour tous les Autochtones du Québec.
Continuons de travailler ensemble pour le respect, la dignité, la sécurité et l'empathie pour chaque personne, qu'elle soit québécoise ou atikamekw, en société comme dans sa relation avec l'État.
Voir le profil de Karen Vecchio
PCC (ON)
Monsieur le Président, le nouveau chef du Parti conservateur accordera la priorité aux gens: leur chèque de paie, leurs économies, leur foyer et leur pays.
Trevor Neiman, directeur de l’économie numérique et conseiller juridique au Conseil canadien des affaires a déclaré: « Les immigrants ont souvent la formation, l’expérience et les qualifications nécessaires pour travailler dans des industries en plein essor où le Canada a vraiment besoin d’aide, mais les nouveaux arrivants se voient refuser la chance d'apporter leur contribution à la société canadienne en raison des règles d’admission restrictives à ces professions ». Ce sont des médecins, des infirmières et des ingénieurs qui se trouvent parmi nous.
Un ensemble de facteurs, comme le coût de la vie et la difficulté d'obtenir la reconnaissance des titres de compétence et de l'expérience acquis à l'étranger, incite les nouveaux immigrants arrivés depuis seulement deux ans à quitter le Canada. Sous la direction de notre nouveau chef, nous collaborerons avec les provinces pour veiller à ce que les immigrants qui postulent un emploi dans leur profession obtiennent une réponse favorable ou défavorable dans les 60 jours, après une évaluation de leurs aptitudes, et non de leur origine.
Dans l'intérêt de tous les Canadiens, travaillons à l'élimination de ces obstacles.
Voir le profil de Lena Metlege Diab
Lib. (NS)
Voir le profil de Lena Metlege Diab
2022-09-28 14:23 [p.7851]
Monsieur le Président, j’aimerais sensibiliser les gens à une maladie dévastatrice.
Le cancer de l’ovaire est un monstre difficile à combattre. Pourtant, j’ai rencontré un grand nombre de combattantes inspirantes, des « Sœurs turquoise », qui l’ont vaincu. C’est le cancer le plus mortel parmi les femmes au Canada. Il est difficile à détecter et il est très actif, affichant des variations, des mutations et des migrations uniques qui compliquent le traitement. Même si le cancer de l’ovaire affecte 3 100 Canadiennes de plus chaque année, les pronostics pour les patientes ne s’améliorent pas depuis des décennies. C’est pourquoi il est très important de favoriser la recherche et le financement pour lutter contre cette maladie.
En 2020, le gouvernement de ma province a consacré 1 million de dollars à la recherche sur le cancer de l’ovaire, et cette somme s’est ajoutée à la toute première contribution financière du gouvernement fédéral, soit 10 millions de dollars en 2019. Ce mois-ci, j’ai personnellement constaté que ce financement améliore la recherche innovatrice à l’Université Dalhousie.
J’encourage tous mes collègues à s’inscrire au Symposium d’automne de l’organisme Cancer de l’ovaire Canada, qui aura lieu en novembre, et à s’informer sur cette maladie jusqu’à ce qu’un remède soit trouvé.
Voir le profil de Pierre Poilievre
PCC (ON)
Voir le profil de Pierre Poilievre
2022-09-28 14:25 [p.7851]
Monsieur le Président, le coût du gouvernement augmente le coût de la vie. Les 500 milliards de dollars de déficit inflationniste ont doublé la dette nationale. Selon ce que le directeur parlementaire du budget a dit hier, l'intérêt que les Canadiens devront payer sur notre dette nationale va doubler. Ce montant atteindra 46 milliards de dollars, ce qui est plus élevé que nos dépenses pour les militaires.
La solution libérale, c'est d'augmenter les taxes et les impôts que paient les aînés et les travailleurs. Le gouvernement va-t-il limiter les dépenses pour pouvoir annuler les déficits et les taxes inflationnistes que paient les Canadiens?
Voir le profil de Chrystia Freeland
Lib. (ON)
Monsieur le Président, comme d'habitude, les conservateurs ne semblent pas vouloir s'embêter avec les faits. La réalité est que, jusqu'à présent, le gouvernement fédéral enregistre un excédent de 6,3 milliards de dollars. Le FMI prévoit que le Canada aura le plus faible déficit du G7.
Nous avons le plus faible ratio dette‑PIB du G7, et notre cote de crédit AAA a été réaffirmée cette année.
Voir le profil de Pierre Poilievre
PCC (ON)
Voir le profil de Pierre Poilievre
2022-09-28 14:26 [p.7851]
Monsieur le Président, le premier ministre a plus alourdi la dette nationale que tous les autres premiers ministres canadiens réunis; en fait, il l'a doublée. Les déficits inflationnistes font grimper le prix des biens que nous achetons et les intérêts que nous payons. Maintenant, selon le directeur parlementaire du budget, nous devrons payer deux fois plus d'intérêts sur la dette nationale — qui se chiffre à 46 milliards de dollars —, ce qui dépasse les dépenses du secteur militaire canadien tout entier. Quelle est la solution des libéraux? C'est d'augmenter les taxes sur les chèques de paie, l'essence, l'épicerie et d'autres dépenses.
Pourquoi le gouvernement ne plafonne-t-il pas les dépenses et ne réduit-il pas le gaspillage afin de mettre un terme aux déficits inflationnistes et aux ponctions fiscales?
Voir le profil de Chrystia Freeland
Lib. (ON)
Monsieur le Président, comme d'habitude, les conservateurs ne prennent même pas la peine de se mettre au courant des faits. S'ils avaient pris connaissance du dernier numéro de La revue financière, ils sauraient que, jusqu'ici au cours du présent exercice, le gouvernement fédéral affiche un excédent de 6,3 milliards de dollars. De plus, le FMI prévoit que, cette année, le Canada enregistrera le plus faible déficit des pays du G7. Qui plus est, nous avons cette année le ratio dette-PIB le plus bas du G7, et notre cote de crédit AAA a été confirmée plus tôt cette année.
Nous croyons à la responsabilité financière, et c'est pourquoi nous procédons de cette façon.
Voir le profil de Pierre Poilievre
PCC (ON)
Voir le profil de Pierre Poilievre
2022-09-28 14:28 [p.7851]
Monsieur le Président, ils doublent le montant que les Canadiens doivent consacrer aux intérêts sur la dette nationale et ils triplent la taxe sur le carbone, ils triplent cette taxe sur l'essence, le chauffage, l'épicerie et essentiellement toute marchandise qui doit être transportée d'un endroit à un autre. Maintenant, alors que l'inflation n'a jamais été aussi élevée depuis 40 ans, les libéraux veulent augmenter encore plus ces taxes. Les jeunes qui vont à l'école vivent dans des refuges pour sans-abri parce que le coût de la vie est trop élevé pour eux.
Le gouvernement annulera-t-il cette cruelle hausse de taxe?
Voir le profil de Chrystia Freeland
Lib. (ON)
Monsieur le Président, en fait, nous avons réduit les impôts et amélioré la situation des Canadiens de la classe moyenne. Aujourd'hui, en Ontario, une mère célibataire ayant deux enfants de moins de 6 ans et gagnant 60 000 $ par année paie près de 5 600 $ de moins en impôts que sous les conservateurs. Elle recevra près de 8 900 $ de plus grâce à la réduction des frais de garde d'enfants et à la prestation dentaire. Sa situation financière sera améliorée de plus de 14 400 $ par rapport à ce qu'elle était sous les conservateurs.
Voir le profil de Pierre Poilievre
PCC (ON)
Voir le profil de Pierre Poilievre
2022-09-28 14:29 [p.7852]
Monsieur le Président, les libéraux disent aux Canadiens que leur vie n'a jamais été aussi belle, qu'ils nagent dans le bonheur. Le gouvernement est déconnecté de la réalité, et les Canadiens n'ont plus d'argent. Voici quelques faits: « Selon la banque alimentaire Daily Bread, le recours aux banques alimentaires a triplé et atteint un nouveau record presque chaque mois »; « Les banques alimentaires du Grand Toronto plus sollicitées que jamais »; et « L'inflation pousse plus que jamais les gens à se tourner vers les banques alimentaires d'Ottawa et la tendance ne semble pas devoir fléchir ». Par ailleurs, des étudiants vivent littéralement dans des refuges pour sans-abri pendant qu'ils fréquentent l'école.
Les libéraux pensent que le moment est bien choisi pour augmenter les coûts de l'énergie en triplant la taxe sur le carbone. Vont-ils annuler dès maintenant cette cruelle hausse de taxe?
Voir le profil de Chrystia Freeland
Lib. (ON)
Monsieur le Président, mes collègues savent-ils qui est déconnecté? Un chef conservateur qui pense que le moment est bien choisi pour réduire l'épargne-retraite. Le projet irresponsable des conservateurs coûterait 3,8 milliards de dollars par année, ce qui signifie que les conservateurs prévoient soit augmenter notre déficit de 3,8 milliards de dollars, soit réduire le revenu de retraite de nos aînés.
Ils doivent jouer franc-jeu. Prévoient-ils réduire les pensions et augmenter le déficit, ou n'ont-ils tout simplement pas pris le temps de songer aux conséquences?
Voir le profil de Pierre Poilievre
PCC (ON)
Voir le profil de Pierre Poilievre
2022-09-28 14:30 [p.7852]
Monsieur le Président, la réponse est ni l'un ni l'autre, tout comme lorsque nous étions au pouvoir. Nous avons gelé les cotisations au Régime de pensions du Canada et nous avons protégé ce régime, en plus d'augmenter les prestations versées aux aînés chaque année où nous étions au pouvoir.
Maintenant, le gouvernement veut imposer une augmentation de taxe à ces mêmes aînés. Selon le directeur parlementaire du budget, dans chaque province où la taxe sur le carbone s'applique, les Canadiens paient plus de frais que ce qu'ils obtiennent sous forme de remise, et la situation est particulièrement grave dans les provinces comme le Québec, où il n'y a aucune remise et où les gens devront payer les coûts accrus que le gouvernement impose.
Le gouvernement annulera-t-il dès aujourd'hui cette hausse de taxe impitoyable?
Voir le profil de Chrystia Freeland
Lib. (ON)
Monsieur le Président, parlons d'une pièce maîtresse du programme économique des conservateurs. Récemment, le député de Kingston et les Îles a demandé directement au chef conservateur s'il était enfin prêt à faire volte-face à propos des cryptomonnaies et du bitcoin. En réponse, le chef conservateur n'a même pas pu se résoudre à prononcer les mots « cryptomonnaies » ou « bitcoin ». C'est peut-être parce que depuis qu'il a donné ses conseils imprudents, la valeur du bitcoin a chuté de 56 %.
Il est temps pour le chef conservateur de présenter ses excuses aux Canadiens qui ont fait l'erreur de l'écouter.
Voir le profil de Yves-François Blanchet
BQ (QC)
Monsieur le Président, j'ai été emprunter des citrons à la gouverneure générale. J'ai pour 150 $ de citrons dans mon verre.
Plus sérieusement, qu'est-ce qui est le plus humanitaire: accueillir des dizaines de milliers de demandeurs d'asile en détresse, sachant qu'une majorité risque d'être retournée alors qu'ils auront eu le temps de faire leur vie au Québec, ou investir la somme pharaonique d'un demi-milliard de dollars du gouvernement en personnel compétent au ministère de l'Immigration en envoyant les demandeurs à un passage régulier et réduire les délais?
Voir le profil de Chrystia Freeland
Lib. (ON)
Monsieur le Président, nous croyons en la force de notre système d'asile et de notre système d'immigration. Nous travaillons en étroite collaboration avec tous les intervenants concernés sur la situation à notre frontière. Nous travaillerons toujours en étroite collaboration avec nos partenaires pour respecter nos obligations nationales et internationales à l'égard des demandeurs d'asile.
Voir le profil de Yves-François Blanchet
BQ (QC)
Monsieur le Président, dans l'espoir d'avoir une réponse avec de la substance, je vais interpeler plus directement la ministre.
Qu'est-ce qui est le plus économique: utiliser des équipements existants et suffisants pour accueillir les demandeurs d'asile ou dépenser entre 500 millions et 1 milliard de dollars en cachant combien de cet argent va à des donateurs du Parti libéral? Chassez le libéral, il revient au galop.
Voir le profil de Chrystia Freeland
Lib. (ON)
Monsieur le Président, ce dont l'économie canadienne et l'économie québécoise ont besoin c'est de main-d'œuvre.
Aujourd'hui, surtout au Québec, il y a une pénurie de main-d'œuvre. Alors la chose que nous devons faire ensemble pour notre économie, c'est accueillir les immigrants; c'est être une société qui accueille les immigrants. C'est ce que notre gouvernement va faire, et j'espère que nous pourrons travailler en étroite collaboration avec tous les députés de la Chambre et tous les députés du Québec.
Voir le profil de Jagmeet Singh
NPD (BC)
Voir le profil de Jagmeet Singh
2022-09-28 14:34 [p.7852]
Monsieur le Président, nous sommes aux prises avec la plus forte augmentation du coût des aliments en 41 ans. Cela signifie que les familles ont beaucoup de mal à payer l'épicerie et à mettre du pain sur la table. Les députés savent‑ils quoi d'autre a augmenté? Ce sont les primes versées aux PDG. Ni les libéraux ni les conservateurs ne sont prêts à dénoncer la « cupidiflation », mais nous, nous le sommes.
Le gouvernement appuiera-t‑il notre demande d'enquêter sur le prix des aliments?
Voir le profil de Chrystia Freeland
Lib. (ON)
Monsieur le Président, les Canadiens savent que le gouvernement libéral tient absolument à ce que tout le monde dans notre merveilleux pays paie sa juste part. C'est pourquoi nous augmentons de façon permanente l'impôt sur le revenu des sociétés de 1,5 % pour les banques et les compagnies d'assurance les plus grandes et les plus rentables, et que nous avons mis en place un dividende de relance de 15 % sur les bénéfices excédentaires que ces institutions ont réalisés pendant la pandémie. De plus, nous avons instauré une taxe de luxe de 10 % sur les voitures de luxe, les avions et les yachts.
Voir le profil de Jagmeet Singh
NPD (BC)
Voir le profil de Jagmeet Singh
2022-09-28 14:35 [p.7853]
Monsieur le Président, le coût des pâtes a augmenté de plus de 32 %. Cela veut dire qu'il est de plus en plus difficile pour les familles d'acheter des produits d'épicerie.
Or, ce n'est pas plus difficile pour les PDG des grandes chaînes d'épiceries. Ils ont gagné des profits record et des gros bonis. Il est clair que la cupidité des PDG contribue à l'inflation.
Est-ce que le gouvernement va appuyer notre demande d'enquêter sur les prix à l'épicerie?
Voir le profil de Chrystia Freeland
Lib. (ON)
Monsieur le Président, nous avons été et restons déterminés à faire en sorte que chacun paie sa juste part d'impôts. C'est pourquoi nous augmentons de façon permanente l'impôt sur les sociétés de 1,5 % pour les banques et les compagnies d'assurance les plus grandes et les plus rentables. Nous avons aussi introduit un dividende de relance de 15 % sur les bénéfices excédentaires de ces institutions pendant la pandémie.
Voir le profil de Melissa Lantsman
PCC (ON)
Voir le profil de Melissa Lantsman
2022-09-28 14:36 [p.7853]
La « Justinflation » a atteint son plus haut niveau en 40 ans, monsieur le Président. Les impôts sur le salaire sont passés de 3 400 $ à 4 100 $ sous ce gouvernement, soit une augmentation de 700 $, et la hausse prévue des cotisations à l'assurance-emploi constitue une nouvelle hausse des impôts sur les chèques de paie. Alors que les Canadiens ont de la difficulté à payer leurs factures, le prochain geste du gouvernement, le 1er janvier, sera d'augmenter les cotisations à l'assurance-emploi sur leurs chèques de paie.
Quand vont-ils enfin donner un répit aux Canadiens et annuler l'augmentation prévue des cotisations à l'assurance-emploi?
Voir le profil de Anthony Rota
Lib. (ON)
Avant de passer la parole à la ministre, je tiens à rappeler aux députés qu'ils ne peuvent pas faire indirectement ce qu'il leur est interdit de faire directement. S'ils disent quelque chose, ils devraient peut-être marquer une pause au bon endroit pour éviter de tourner notre système en dérision.
Je passe la parole à la ministre.
Voir le profil de Carla Qualtrough
Lib. (BC)
Voir le profil de Carla Qualtrough
2022-09-28 14:37 [p.7853]
Monsieur le Président, les chiffres sont très clairs. Les cotisations à l'assurance-emploi sont moins élevées aujourd'hui que lorsque le chef de l’opposition était à la tête du ministère chargé de les contrôler. En fait, les cotisations à l'assurance-emploi n'ont jamais été aussi basses depuis des décennies. En janvier prochain, même si les cotisations seront augmentées, elles resteront inférieures de 25 ¢ à ce qu'elles étaient en 2015, sous la gouverne du chef de l'opposition. Les prestations d'assurance-emploi sont également beaucoup plus généreuses qu'elles ne l'étaient sous les conservateurs, il y a 10 ans.
Voir le profil de Melissa Lantsman
PCC (ON)
Voir le profil de Melissa Lantsman
2022-09-28 14:38 [p.7853]
Monsieur le Président, la ministre sait qu'elle recueille plus d'argent en cotisations d'assurance-emploi que ce qu'elle versera aux travailleurs, et la ministre des Finances devrait savoir que l'excédent de la caisse d'assurance-emploi finit dans les coffres de l'État, où il alimente leurs dépenses inflationnistes effrénées. Le gouvernement ne peut pas en même temps dire qu'il comprend la douleur des Canadiens et alourdir leur fardeau fiscal.
Je vais reposer la question. Le gouvernement annulera-t-il les hausses de taxes prévues le 1er janvier?
Voir le profil de Carla Qualtrough
Lib. (BC)
Voir le profil de Carla Qualtrough
2022-09-28 14:38 [p.7853]
Monsieur le Président, je le répète, les cotisations d'assurance-emploi sont à leur plus bas depuis des décennies, et c'est le résultat direct des investissements du gouvernement dans des programmes pour les travailleurs. Les prestations spéciales sont plus généreuses. Le plafond des gains assurables est plus généreux. Les travailleurs obtiennent maintenant plus tout en payant moins.
Voir le profil de Luc Berthold
PCC (QC)
Voir le profil de Luc Berthold
2022-09-28 14:39 [p.7853]
Monsieur le Président, l'augmentation de la taxe sur l'assurance-emploi va aller chercher 2,5 milliards de dollars de plus dans les poches des Canadiens sur leur chèque de paie. Ce n'est pas pour aider les chômeurs, mais pour gonfler les coffres de ce gouvernement.
Cet argent devrait rester dans les poches des Canadiens pour les aider à payer l'essence, l'épicerie, l'huile à chauffage, bref tout ce qui coûte plus cher en raison des politiques injustes et inflationnistes de ce gouvernement. On ne peut plus se permettre cette injuste inflation.
Les Canadiens ont fourni leur part d'efforts depuis 2015. Est-ce que ce gouvernement va annuler maintenant son plan pour augmenter les taxes?
Voir le profil de Chrystia Freeland
Lib. (ON)
Monsieur le Président, les Canadiens comprennent très bien que les cotisations au Régime de pensions du Canada et à l'assurance-emploi nous permettent de payer notre retraite et de créer un filet de sécurité pour chaque Canadien.
En cette période d'incertitude économique mondiale, c'est complètement irresponsable de la part des conservateurs de suggérer que notre pays cesse de mettre de l'argent de côté pour les retraités et pour les mauvais jours.
Voir le profil de Luc Berthold
PCC (QC)
Voir le profil de Luc Berthold
2022-09-28 14:40 [p.7854]
Monsieur le Président, c'est ce que dit la ministre des Finances, qui a accumulé le plus important déficit budgétaire de l'histoire du Canada, soit plus que tous les anciens premiers ministres réunis avant elle. C'est cela, la leçon qu'elle essaie de nous donner. Elle n’a aucune crédibilité pour les Canadiens.
Le coût de l'épicerie est à son plus haut niveau depuis 40 ans. C'est plus de 10 %. Les libéraux vont faire encore pire: ils vont couper les chèques de paie le 1er janvier prochain.
Au lieu de nuire à tout le monde, vont-ils mettre fin à la « justinflation », oui ou non?
Voir le profil de Chrystia Freeland
Lib. (ON)
Monsieur le Président, si les conservateurs s'étaient donné la peine de lire la dernière revue financière, ils sauraient que, jusqu'à présent, pour l'exercice en cours, le gouvernement fédéral enregistre un excédent de 6,3 milliards de dollars. Nous avons le déficit le plus faible du G7. Nous avons une cote de crédit AAA.
La chose dont les Canadiens doivent avoir peur, c'est que les conservateurs veulent couper les pensions pour les retraités.
Voir le profil de Kerry-Lynne Findlay
PCC (BC)
Monsieur le Président, à Surrey, le prix de l'essence est de 2,29 $. Les familles et les travailleurs de la Colombie‑Britannique peinent à joindre les deux bouts à cause de la crise du coût de la vie, qui est « juste de l'inflation », mais le premier ministre et le NPD disent qu'ils ne paient pas encore assez. Ils obligent les gens de ma province à payer une taxe sur le carbone qui triplera et à payer le litre d'essence près de 3 $.
Le premier ministre permettra-t-il aux Britanno‑Colombiens de faire le plein et de se nourrir en annulant l'augmentation inabordable de la taxe sur le carbone?
Voir le profil de Jonathan Wilkinson
Lib. (BC)
Monsieur le Président, le gouvernement prend certainement des mesures dans le dossier de l'abordabilité, notamment en doublant le crédit d'impôt pour la TPS.
En ce qui concerne la tarification de la pollution, la députée sait où le système fédéral s'applique, et je lui dirais qu'il ne s'applique pas en Colombie‑Britannique. De plus, des remboursements trimestriels sont envoyés, et la plupart des familles canadiennes reçoivent un remboursement direct qui est supérieur à ce qu'elles ont payé et elles continueront à le recevoir.
Soyons bien clairs. Pour garantir l'abordabilité de façon continue dans le contexte des changements climatiques, nous devons avoir un solide plan pour le climat qui tient compte des coûts pour l'avenir. C'est un sujet dont le chef de l’opposition refuse de parler depuis plus de six mois. Qu'en est-il de son plan de lutte contre les changements climatiques?
Voir le profil de Kerry-Lynne Findlay
PCC (BC)
Monsieur le Président, il ne s'agit pas d'aujourd'hui. Il s'agit plutôt du 1er avril, date à laquelle la taxe sur le carbone va tripler pour les Britanno-Colombiens.
Étant donné que les libéraux croient que les solutions conçues en Colombie-Britannique ne fonctionnent pas, ils obligent les familles, les travailleurs et les entreprises à payer trois fois plus en taxes sur le carbone. Les conservateurs rendront aux Britanno-Colombiens le contrôle de leur chèque de paie, de leurs économies et de leur vie.
Demain, le prix du litre d'essence atteindra 2,50 $ à Vancouver. Bien que ce prix pulvérise tous les records en Amérique du Nord, cela ne suffit pas au premier ministre et au NPD. Annulons la taxe.
Voir le profil de Jonathan Wilkinson
Lib. (BC)
Monsieur le Président, pour la petite histoire, la Colombie-Britannique est fière d'avoir instauré la première mesure de tarification du carbone au Canada. Cette mesure a été prise par un premier ministre conservateur de la Colombie-Britannique. La Colombie-Britannique continue de suivre sa propre démarche en matière de tarification du carbone parce qu'elle sait que c'est la façon la plus efficace de le faire.
Je dois dire que je suis un peu perplexe, puisque tous les députés de l'opposition...
Des voix: Oh, oh!
Voir le profil de Anthony Rota
Lib. (ON)
À l'ordre. Je demanderai au ministre de recommencer pour que la députée de Surrey‑Sud—White Rock puisse entendre la réponse à sa question.
Le ministre a la parole.
Voir le profil de Jonathan Wilkinson
Lib. (BC)
Monsieur le Président, je dois dire que cela me laisse un peu perplexe, puisque tous les députés de l'opposition à la Chambre ont fait campagne dans le cadre des dernières élections, il y a moins d'un an, en présentant une plateforme qui proposait la tarification de la pollution. Disaient-ils la vérité aux Canadiens à ce moment-là ou disent-ils la vérité maintenant?
Voir le profil de Alexis Brunelle-Duceppe
BQ (QC)
Monsieur le Président, hier, on a vu que le ministre de la Sécurité publique ne fait pas la différence entre un demandeur d'asile et un passeur. On va donc le lui expliquer.
Les demandeurs d'asile, ce sont des familles qui migrent au Canada pour demander le statut de réfugié. Les passeurs, ce sont les exploiteurs qui soutirent à ces familles toutes leurs économies en échange de les faire traverser au chemin Roxham. Les passeurs, ce sont des criminels. Rendre le chemin Roxham permanent, c'est rendre leur crime payant.
Maintenant que le ministre a compris qui est qui dans l'histoire, quand est-ce qu'il va se mettre à défendre les demandeurs d'asile au lieu des passeurs criminels?
Voir le profil de Marco Mendicino
Lib. (ON)
Monsieur le Président, je suis très fier du travail du gouvernement pour ce qui est de protéger les droits des réfugiés qui contribuent beaucoup, de façon très positive, à nos économies au Québec et même partout au Canada. C'est la raison pour laquelle nous devons continuer de faire des investissements à la frontière et d'ajouter des ressources pour l'Agence des services frontaliers du Canada. C'est la raison pour laquelle nous allons continuer de travailler en étroite collaboration avec le gouvernement du Québec pour protéger les droits des réfugiés et l'intégrité de notre système.
Voir le profil de Alexis Brunelle-Duceppe
BQ (QC)
Monsieur le Président, on ne comprend pas. On ne comprend pas que le ministre trouve que la situation au chemin Roxham, c'est normal. Son gouvernement laisse des familles démunies se faire soutirer par les criminels chaque dollar qu'elles réussissent à sortir de leur pays. Son gouvernement fait en sorte que la principale manière de faire une demande de statut de réfugié au Canada en 2022 passe par la traite de personnes. Les réfugiés se font amener au Canada par des bandits. Ils se font accueillir au Canada par la police.
Qu'est-ce qui est normal là-dedans?
Voir le profil de Marco Mendicino
Lib. (ON)
Monsieur le Président, nous reconnaissons que la situation au chemin Roxham pose des défis. C'est la raison pour laquelle nous investissons plus de 40 millions de dollars dans une stratégie visant à s'attaquer aux problèmes de la traite de personnes. C'est la raison pour laquelle nous continuons d'ajouter des ressources à nos frontières pour protéger les droits des réfugiés et pour amener devant la justice les responsables qui abusent du système. Nous allons continuer en ce sens.
Voir le profil de Clifford Small
PCC (NL)
Monsieur le Président, les organismes de bienfaisance jouent un rôle déterminant pour apporter de l'aide aux sinistrés de l'ouragan Fiona. Le premier ministre s'est engagé à ce que le gouvernement égale, dollar pour dollar, tous les dons faits à la Croix-Rouge dans le cadre des opérations de secours dans l'Ouest de Terre‑Neuve et dans les Maritimes. L'Armée du Salut joue un rôle tout aussi important dans l'aide déployée.
Le premier ministre s'engagera-t-il également à ce qu'il y ait jumelage de tous les dons en argent faits à l'Armée du Salut afin de mettre fin à cette disparité?
Voir le profil de Yasir Naqvi
Lib. (ON)
Voir le profil de Yasir Naqvi
2022-09-28 14:47 [p.7855]
Monsieur le Président, je veux offrir mon soutien au député et aux gens de sa circonscription face à la situation actuelle à Terre‑Neuve‑et‑Labrador.
Tout le monde joue un rôle très important dans les soins et les services offerts aux membres des collectivités touchées par la tempête. Nous avons une relation de longue date avec la Croix-Rouge. La capacité de l'organisme à offrir des services à grande échelle et à venir en aide aussi rapidement que possible à la population a été démontrée, comme nous le constatons présentement. Nous allons continuer de travailler avec les organismes locaux afin que ces services essentiels continuent d'être offerts.
Voir le profil de Clifford Small
PCC (NL)
Monsieur le Président, nous sommes bien au fait de l'entente que le gouvernement a conclue avec la Croix-Rouge, qui est une excellente chose, mais certaines sources confirment qu'à cause de la violence de la tempête Fiona, les pêcheurs de le côte Sud‑Ouest de Terre‑Neuve ont perdu plus de 2,5 millions de dollars en équipement de pêche et en propriétés. Leurs polices d'assurance ne comprennent pas de clause de protection contre les tempêtes. Or, la prochaine saison de pêche n'est pas loin à l'horizon.
La ministre des Pêches, des Océans et de la Garde côtière canadienne montrera-t-elle qu'elle se préoccupe autant des pêcheurs que des homards morts en leur accordant une indemnisation dans les meilleurs délais pour qu'ils puissent se préparer à la prochaine saison de pêche?
Voir le profil de Joyce Murray
Lib. (BC)
Monsieur le Président, je tiens également à exprimer mes préoccupations à l'égard de la situation de la collectivité du député et des pêcheurs. J'ai eu l'occasion de discuter de la situation avec les premiers ministres provinciaux, les pêcheurs et leurs représentants, ainsi que des députés fédéraux et d'entendre leur son de cloche. La situation est alarmante. Nous allons travailler en partenariat avec tous ces intervenants et faire tout ce qui est en notre pouvoir pour soutenir les pêcheurs à partir de maintenant.
Résultats : 1 - 60 de 36078 | Page : 1 de 602

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
>
>|
Exporter en: XML CSV RSS

Pour plus d'options de données, veuillez voir Données ouvertes