Comité
Consultez le guide de l'usager
Pour obtenir de l’aide, contactez-nous
Consultez le guide de l'usager
Pour obtenir de l’aide, contactez-nous
Ajouter un critère de recherche
Résultats : 1 - 5 de 5
Christina Dendys
Voir le profil de Christina Dendys
Christina Dendys
2011-12-06 9:07
Je vous remercie. Je suis, moi aussi, un peu nerveuse.
Monsieur le président et membres du comité, je vous remercie de m'avoir donné l'occasion de vous présenter quelques réflexions sur cette étude au nom de l'Initiative pour les micronutriments. Avant d'aborder le fond du sujet, je voudrais vous dire quelques mots de l'IM.
Comme mère, je sais que je veille à ce que mon fils ait assez à manger, mais je surveille aussi ce qu'il mange. Les micronutriments tels que la vitamine A, le zinc, l'iode et le fer sont des éléments essentiels d'une bonne nutrition, des éléments essentiels à la santé humaine. Pourtant, à l'échelle de la planète, des milliards de personnes — j'ai bien dit des milliards — n'absorbent pas suffisamment des vitamines et des minéraux dont elles ont besoin pour survivre et s'épanouir.
Les déficiences en vitamines et en minéraux affectent tout un tiers de la population mondiale, nuisant à la santé des gens et en empêchant beaucoup de réaliser leur plein potentiel. Par conséquent, depuis près de 20 ans, l'Initiative pour les micronutriments, qui a son siège au Canada, s'est efforcée de trouver et de mettre en oeuvre des solutions peu coûteuses mais hautement efficaces pour combattre les déficiences en vitamines et en minéraux dans les populations les plus pauvres de la planète. En fait, nous sommes devenus des chefs de file mondiaux dans ce domaine. La portée et l'impact de nos efforts sont vraiment impressionnants. Au cours de la seule année dernière, nos programmes ont touché près de 500 millions de personnes.
Cela est attribuable au leadership que nous avons manifesté ainsi qu'au généreux appui du gouvernement du Canada, par l'entremise de l'Agence canadienne de développement international, et de partenaires exceptionnels comme Teck, dont je vous parlerai un peu plus tard. Avant d'aborder le partenariat d'IM avec Teck, j'ai pensé qu'il serait bon, parce que votre étude est surtout centrée sur l'aide et le secteur privé, de passer en revue certains aspects de notre travail dans lesquels le secteur privé a joué et peut jouer un rôle dans le succès et la durabilité de nos programmes.
L'iodation du sel a été une grande victoire non seulement pour l'IM, mais pour le monde entier. La déficience en iode est la principale cause évitable de lésions cérébrales. Elle peut baisser considérablement le quotient intellectuel de populations entières. Les effets les plus graves des déficiences en iode se produisent au stade du développement foetal et dans les premières semaines de la vie. Il est donc critique de toucher les femmes en âge de procréer et les jeunes enfants.
Comme le sel est un produit de consommation courante, même dans les régions très pauvres du monde, c'est un véhicule idéal pour administrer des suppléments d'iode. En fait, la stratégie mondiale préférée de prévention des troubles dus au manque d'iode est l'iodation universelle du sel. Nous tenons pour acquis, lorsque nous allons à l'épicerie, que tout le sel offert dans le commerce est iodé, mais cela n'est pas vrai dans de nombreux endroits des régions pauvres du monde.
L'iodation du sel constitue l'une des interventions mondiales les plus grandes et les plus efficaces en santé, intervention qui n'aurait pas été possible en l'absence du rôle central joué par le secteur privé. Au milieu des années 1990, 20 p. 100 seulement du sel consommé dans le monde était iodé. Aujourd'hui, ce pourcentage a grimpé à environ 75 p. 100.
L'IM travaille avec de petits et moyens producteurs de sel, leur offrant de l'assistance technique, des connaissances spécialisées et parfois même des applications technologiques, pour faire en sorte d'ioder les 25 p. 100 restants de sel non iodé dans le monde. Je dois ajouter que cette intervention, qui ne coûte littéralement que quelques sous par personne, a un énorme impact.
Le mois dernier, j'étais à Bima, coin très isolé de l'Indonésie. En compagnie d'un certain nombre de nos employés, je me promenais dans les marais salants pour m'entretenir avec les ramasseurs de sel. Ceux-ci remplissaient des bassins peu profonds d'eau tirée de l'océan à l'aide de pompes actionnées par le vent ou par des pédales. L'eau s'évapore sous l'action du soleil, et la solution de plus en plus concentrée est pompée dans différents bassins jusqu'à ce que le sel puisse littéralement être ramassé par les femmes à l'aide d'un râteau pour être séché et apprêté en vue du traitement.
À Bima, nous travaillons avec ces petits producteurs de sel pour améliorer leurs entreprises. Nous appuyons les efforts qu'ils déploient pour établir une coopérative de sel qui leur permettra d'augmenter leurs bénéfices, nous leur accordons une certaine aide technique pour les aider à satisfaire aux normes du gouvernement et à améliorer leur méthode de traitement et nous leur fournissons du matériel mobile d'iodation qui pulvérise de l'iode sur le sel pendant qu'il est moulu afin de produire le sel iodé qui améliorera la vie de la population et favorisera le développement de cerveaux sains. En iodant le sel, on peut relever le quotient intellectuel moyen d'une population de 13 points. Voilà un exemple de situation où l'intervention du secteur privé sert l'intérêt public.
Voici un autre exemple. J'ai apporté avec moi quelques accessoires. Vous me pardonnerez, je suis incorrigible. Nous appelons ceci des chispitas. Ce sont de petits sachets contenant de multiples micronutriments en poudre: fer, vitamines A et C, zinc. Ils permettent d'augmenter la valeur nutritive des aliments donnés aux petits enfants. Imaginez un petit village dans une région rurale — ce mélange vient de Bolivie — où ce qui cuit dans la marmite familiale est servi à tous les membres de la famille, même aux tout petits d'un an ou de moins de deux ans. Il peut s'agir par exemple d'une bouillie d'avoine. Si vous ajoutez le contenu de ce petit sachet — qui ne coûte vraiment que quelques sous — à la portion des enfants, vous leur donnerez un repas d'une excellente valeur nutritive.
En Bolivie, l'IM travaille avec le ministère de la Santé sur une soumission visant à produire des micronutriments en poudre et à offrir de l'assistance technique aux producteurs du secteur privé. Les producteurs étaient motivés parce qu'ils ont un acheteur garanti du secteur public. En fin de compte, les chispitas ont été vendus avec succès aux utilisateurs ultimes dans le cadre d'un programme de ventes subventionnées organisé par le secteur privé. Encore une fois, c'est un exemple d'intervention du secteur privé qui sert l'intérêt public.
Je vais vous donner un dernier exemple avant de parler de notre partenariat avec Teck. Il s'agit de vitamine A.
Cette petite capsule rouge a un petit bouton à l'une de ses extrémités. On arrache le bouton et on pince la capsule pour en vider le contenu de vitamine A dans la bouche d'un enfant. Elle a l'air très simple, mais c'est une petite merveille de technologie et de santé. Elle coûte deux cents, et il suffit d'en donner deux par an pour prévenir la cécité, renforcer le système immunitaire et sauver des vies. Je répète: deux cents par capsule et deux capsules par an pour sauver une vie.
Avec l'aide de l'ACDI, l'IM a distribué 7 milliards de ces capsules à des enfants partout dans le monde. Pour arriver à le faire, nous collaborons avec des fabricants du secteur privé afin de nous assurer de la production de la quantité voulue de vitamine A de grande qualité pour répondre à la demande mondiale. La production du secteur privé doit satisfaire aux normes les plus élevées. Imaginez, en effet, la technologie qu'il faut pour s'assurer que cette petite capsule gardera son précieux contenu en bon état dans une chaleur torride et survivra au transport à destination des endroits les plus éloignés du monde. J'ai vu des flacons de ce produit dans des cliniques du Kenya et dans des postes sanitaires isolés de l'Éthiopie.
L'administration de suppléments de vitamine A a contribué à une véritable révolution dans le domaine de la survie des enfants. Encore un autre exemple où le secteur privé sert l'intérêt public.
Enfin, mon dernier exemple — qui est aussi l'un des plus intéressants — concerne la collaboration de l'IM avec le gouvernement du Canada et la société Teck Resources pour former un partenariat privé-public-société civile appelé l'Alliance du zinc pour la santé de l'enfant.
Il y a une maladie persistante qui tue plus de 4 000 enfants par jour ou 1,5 million par an: c'est la diarrhée. Malheureusement, personne n'en parle. On entend parler de pneumonie et de paludisme, mais pas assez de diarrhée. Il est vraiment temps de commencer à en parler.
La réhydratation orale combinée à 10 doses de zinc constitue le nouveau traitement extrêmement puissant pour combattre les maladies diarrhéiques. De nombreux pays essaient d'ajouter du zinc à leurs programmes de santé pour enfants et demandent à cette fin l'aide d'organismes tels que l'Initiative pour les micronutriments. C'est là qu'intervient la société Teck. Dans le cadre de son engagement en matière de responsabilité sociale des entreprises, Teck a offert à l'IM un financement de 5 millions de dollars pour renforcer ses programmes de traitement de la diarrhée par réhydratation orale et administration de zinc. À cette généreuse contribution s'ajoute un financement à trois pour un offert par l'ACDI, qui est une autre partenaire de l'alliance.
Le premier projet de l'alliance sera réalisé au Sénégal avec l'aide et le leadership du gouvernement sénégalais. Nous envisageons d'étendre ce projet à quatre autres pays où nous pensons obtenir des résultats. Nous pensons que l'alliance peut sauver et améliorer la vie d'enfants partout dans le monde. Elle permettra donc au Canada non seulement d'atteindre ses objectifs de Muskoka, mais aussi de montrer la voie de la prochaine révolution en matière de survie des enfants. Voici encore un autre exemple du secteur privé au service de l'intérêt public. L'IM est honorée d'être partenaire de cette entreprise.
Je voudrais dire, pour terminer, que l'IM apprécie beaucoup ses relations avec des partenaires privés tels que la société Teck et considère que ce partenariat fait partie intégrante des moyens mis en oeuvre pour s'acquitter de sa mission. Par conséquent, nous nous félicitons de la décision du comité d'entreprendre cette étude.
Je vous remercie.
Doug Horswill
Voir le profil de Doug Horswill
Doug Horswill
2011-12-06 9:15
Je vous remercie.
Merci, Chris.
Teck et son prédécesseur, Cominco, ont extrait, traité, raffiné et vendu du zinc depuis une centaine d'années. C'est seulement au cours de la dernière décennie que nous avons compris que notre produit ne sert pas seulement à produire de l'acier galvanisé et à empêcher nos poubelles de rouiller. Le zinc est un merveilleux oligo-élément qui joue un rôle vital dans la santé humaine. Les enfants déficients en zinc ne se développent pas normalement. Ils ne sont pas atteints d'incapacité physique, mais leurs facultés mentales s'en ressentent. De même, les récoltes qui ne peuvent pas tirer assez de zinc du sol sont déficientes en qualité et en quantité.
Le zinc sert de quatre façons différentes pour combattre ces déficiences. Premièrement, il permet de traiter les déficiences aiguës. Il peut prévenir la mort des suites de la diarrhée ou des complications qui y sont associées. Deuxièmement, il sert à traiter les déficiences chroniques qui entravent la croissance et provoquent l'arriération mentale. Troisièmement, il est ajouté aux aliments, ce qui profite non seulement aux enfants, mais à l'ensemble de la population. Quatrièmement, il devrait également servir à l'amélioration des engrais, ce qui devrait — du moins en théorie — améliorer la qualité des céréales et du riz cultivés sur des sols assez riches en zinc. Nous pourrions peut-être éradiquer un problème qui, d'après l'UNICEF et l'OMS, contribue aujourd'hui à quelque 450 000 décès par an parmi les enfants de moins de 5 ans.
Nous sommes très heureux d'avoir formé un partenariat avec l'Initiative pour les micronutriments et le gouvernement du Canada au sein de l'Alliance du zinc pour la santé de l'enfant. Nous tenons à remercier le comité de nous avoir invités à lui parler de cette initiative.
Teck est une entreprise d'exploitation de ressources, une société minière et métallurgique qui a son siège à Vancouver. Elle a des activités dans l'hémisphère occidental qui vont de 1 000 kilomètres au nord d'Anchorage, en Alaska, jusqu'au sud du Chili. Comme je l'ai dit, nous produisons du zinc, du charbon métallurgique ou sidérurgique et du cuivre. Nous vendons nos produits dans le monde entier. Nous sommes l'un des plus importants producteurs de zinc de la planète.
De concert avec l'UNICEF, nous avons appuyé les initiatives de santé axées sur le zinc directement avec l'IM et par l'intermédiaire de l'Association internationale du zinc.
Le défi mondial est dû non à un manque de zinc, mais à la pénurie de moyens pour le distribuer, pour le faire parvenir aux mères qui soignent leurs enfants et pour leur faire comprendre l'importance qu'il joue dans le régime alimentaire. Le défi est fonction de l'éducation, de la distribution et du travail à faire dans la chaîne d'approvisionnement. Toutefois, la chaîne elle-même ne constitue pas vraiment un problème.
Nous travaillons avec l'IM depuis un certain nombre d'années pour mettre au point le partenariat que nous avons maintenant formé, et qui réalisera un programme d'abord au Sénégal, puis dans d'autres pays peut-être, comme Chris l'a mentionné. Nous avons lancé le programme en juin dernier. Nous sommes extrêmement heureux d'être en mesure de le poursuivre. Grâce à nos ressources, aux connaissances et aux capacités sur le terrain de l'IM et à l'appui de l'ACDI, d'autres partenaires que nous espérons attirer à l'avenir — nous souhaitons persuader d'autres entreprises et d'autres organisations comme Aide à l'enfance de se joindre à nous — et de l'UNICEF, nous pouvons renforcer les programmes de santé partout dans le monde.
C'est vraiment fascinant. Comme Chris l'a dit, nous pouvons sauver des vies. La vitamine A coûte 2 ou 4 ¢ le comprimé. Le traitement au zinc combiné à la réhydratation orale élimine presque complètement les conséquences de la diarrhée. Le zinc renforce le système immunitaire. Les sels de réhydratation orale rétablissent l'eau perdue par l'organisme. À 25 ¢ le traitement, on peut sauver la vie d'un enfant de moins de 5 ans. Par conséquent, plus il y aura de collaboration et de partenariats, plus nous disposerons de ressources et de capacités.
On nous demande toujours pourquoi nous nous occupons d'un tel projet. C'est principalement pour sauver la vie à des enfants, pour restituer et pour faire quelque chose qui fasse reconnaître notre société. Nos employés sont extrêmement enthousiasmés par cette initiative. Il est extraordinaire de les voir et de ressentir leur enthousiasme pendant qu'ils font des collectes dans leurs propres rangs ou qu'ils achètent des articles que nous offrons sur notre site Web et qui portent le logo du zinc et de la santé. Ils sont vraiment très engagés.
Il n'est certainement pas question de vendre davantage de zinc. La quantité de cet élément qui est nécessaire pour satisfaire tous les besoins humains s'élève peut-être à 2 p. 100 de notre production annuelle, c'est-à-dire 1 p. 100 de la production annuelle de l'ensemble de notre industrie. C'est une quantité insignifiante d'un point de vue transactionnel. Il s'agit plutôt de réputation, de citoyenneté du monde et de faire le bien. Avoir la possibilité d'utiliser notre propre production pour contribuer autant est vraiment passionnant pour nous.
En parlant de déficience en zinc, il faut noter qu'environ un tiers de la population mondiale en souffre. La déficience en zinc contribue au décès de près de 1,5 million d'enfants chaque année, dont 500 000 pourraient être sauvés grâce au traitement que j'ai mentionné, d'après les études de l'OMS et de l'UNICEF et d'autres preuves scientifiques. Ayant pris conscience de cette occasion de contribuer au règlement d'un problème mondial, nous avons décidé d'agir et avons pris les mesures qu'il nous était possible de prendre.
Si vous le permettez, je voudrais mentionner qu'en 2008, une organisation appelée le Copenhagen Consensus Center — certains d'entre vous en ont probablement entendu parler — a demandé à huit scientifiques, dont cinq prix Nobel, de déterminer ce qu'ils feraient pour améliorer la situation sur terre s'ils disposaient de 50 milliards de dollars. Le premier article de la liste de 10 projets qu'ils ont élaborée était le traitement des déficiences en vitamine A et en zinc, notamment parce que le zinc sauve la vie des gens atteints de diarrhée, mais aussi à cause de la possibilité de relever le quotient intellectuel des populations en Afrique subsaharienne, en Asie et dans certaines régions de l'Amérique du Sud touchées par la déficience en zinc. La hausse du quotient intellectuel augmenterait la croissance économique. Si vous pouviez voir les résultats de la recherche et les preuves accumulées, vous penseriez vous aussi qu'il n'y a rien de meilleur qu'on puisse faire.
Teck Resources Limited fait partie du Pacte mondial des Nations Unies. À ce titre, nous devons consacrer des ressources et des efforts à la réalisation des objectifs du millénaire pour le développement. Dans notre cas, nous avons choisi l'objectif n° 4 qui prévoit de réduire des deux tiers le taux de mortalité des enfants de moins de 5 ans entre 1990 et 2015.
Les activités de l'Initiative pour les micronutriments correspondaient parfaitement à nos engagements concernant le zinc dans le cadre du Pacte mondial et nous ont donné l'occasion d'agir. Nous espérons que nous pourrons, de concert avec l'IM et l'ACDI, amener l'Alliance du zinc pour la santé de l'enfant bien au-delà de sa portée et de son étendue actuelles. Le premier programme, celui que nous lançons maintenant, est canadien. Nous croyons qu'il peut être reproduit dans des pays tels que l'Australie qui ont des producteurs de zinc, des agences d'aide gouvernementales et d'autres. Il pourrait y avoir une Alliance du zinc pour la santé de l'enfant en Australie, aux États-Unis ou au Royaume-Uni. Nous pouvons nous adjoindre d'autres partenaires recrutés dans la communauté des ONG. Aide à l'enfance pourrait en être. Nous pouvons aller encore plus loin en formant d'autres partenariats, comme l'initiative Le zinc sauve les enfants de l'Association internationale du zinc.
Un peu partout dans le monde, des organisations comme la Fondation Bill et Melinda Gates et la Global Alliance for Improved Nutrition ou GAIN ont reconnu l'importance du zinc et agi en conséquence. D'une certaine façon, nous montrons la voie aux autres. Nous croyons que, grâce à notre travail, nous quittons les sentiers battus au chapitre des partenariats publics-privés.
Je vous remercie.
Voir le profil de Bob Dechert
PCC (ON)
Merci, monsieur le président.
Je voudrais poser une question à M. Horswill, de la société Teck.
Nous avons parlé du zinc, de la vitamine A et des projets intéressants liés à ces deux éléments que Teck finance. Je crois également savoir que Teck a un programme de cuivre au Pérou. Pouvez-vous nous décrire ce programme et nous dire de quelle façon il contribue à la croissance économique de ce pays?
Doug Horswill
Voir le profil de Doug Horswill
Doug Horswill
2011-12-06 10:23
Oui. Nous avons des intérêts dans une mine appelée Antamina, à 400 kilomètres au nord de Lima. Nos autres partenaires dans cette entreprise comprennent BHP, Xstrata et une entreprise de distribution japonaise.
Dans le programme Antamina, vous vous intéressez peut-être aux aspects liés au développement communautaire.
Doug Horswill
Voir le profil de Doug Horswill
Doug Horswill
2011-12-06 10:24
Il y a une série d'initiatives financées en partie par une taxe péruvienne appelée canon, à laquelle s'ajoute une contribution distincte d'Antamina à une fondation gérée par des administrations locales, des maires et des politiciens. Il est ainsi possible de financer des infrastructures, des projets agricoles, etc. dans la région d'Ancash. Le financement s'élève à près de 60 millions de dollars par an, qui sont placés dans une fiducie. Je ne suis pas sûr de connaître les projets qui ont reçu des fonds. J'espère qu'ils servent à créer des capacités afin de maintenir des emplois productifs lorsque la mine fermera ses portes.
Résultats : 1 - 5 de 5

Exporter en: XML CSV RSS

Pour plus d'options de données, veuillez voir Données ouvertes