Comité
Consultez le guide de l'usager
Pour obtenir de l’aide, contactez-nous
Consultez le guide de l'usager
Pour obtenir de l’aide, contactez-nous
Ajouter un critère de recherche
Résultats : 1 - 100 de 270
Voir le profil de Jati Sidhu
Lib. (BC)
Merci, monsieur le président.
Madame la ministre, merci d’être ici ce matin.
Vous avez mentionné à quelques reprises que le monde a besoin de plus de pays comme le Canada. Vous avez parlé des droits fondamentaux des femmes et des filles, de la création de 70 nouvelles installations où elles peuvent obtenir de l’aide, mais il y a ensuite la question des enfants. Peu importe où ils naissent, ils méritent d’avoir le même droit à l’éducation.
Je me demandais si vous pouviez faire le point sur ce que nous avons fait dans le monde pour que les enfants puissent avoir des chances égales en matière d’éducation.
Voir le profil de Jati Sidhu
Lib. (BC)
C’est bon à savoir. Merci.
Ensuite, vous avez parlé de durabilité et de stabilité partout dans le monde. Je me demande ce que nous faisons en tant que pays pour promouvoir nos intérêts et nos valeurs afin de nous assurer que nos enfants et leurs enfants aient un endroit sûr et équitable où vivre dans le monde.
Pourriez-vous aborder cette question?
Voir le profil de Jati Sidhu
Lib. (BC)
Voir le profil de Jati Sidhu
Lib. (BC)
Merci monsieur le président. Je vais partager mon temps s'il me reste quelques minutes.
J'ai une question générale sur le budget — les dépenses de fonctionnement. Le budget est d'environ six chiffres et les dépenses sont d’environ 2 milliards de dollars. Comment arrivez-vous à cela? Est-ce basé sur les dépenses de l'année précédente?
Je pose la question parce que Vision mondiale et la Croix-Rouge consacrent environ 80 % de leur budget aux frais de gestion, et c'est ce qui inquiète les gens. Je m'inquiète des 2 milliards de dollars. Je ne le conteste pas, mais j'ai besoin de connaître la façon de procéder.
Voir le profil de Jati Sidhu
Lib. (BC)
Merci, monsieur le président.
Merci, madame la ministre, d'être venue témoigner devant le Comité ce matin.
Je suis presque certain que la plupart des Canadiens d'un bout à l'autre du pays vous sont très reconnaissants pour votre travail acharné concernant les tarifs de l'acier et de l'aluminium. Votre persévérance, vos efforts et les négociations que vous avez menées avec les États-Unis ont permis aux Canadiens d'obtenir la suppression complète des tarifs imposés par les Américains en vertu de l'article 232, et ce, sans contingents. Les tarifs n'ont été levés qu'au Mexique et au Canada. Ce n'est pas énorme, mais c'est une réalisation qu'il convient de souligner.
Maintenant que tout cela est derrière nous, pouvez-vous nous faire part de certaines des stratégies qui ont été utilisées lors des négociations avec les États-Unis?
Voir le profil de Jati Sidhu
Lib. (BC)
Madame la ministre, très rapidement, concernant les négociations avec les États-Unis sur le Traité du fleuve Columbia, j'aimerais vraiment savoir, en 10 secondes, ce que vous pouvez faire pour contribuer à les faire avancer.
Merci, monsieur le président.
Voir le profil de Jati Sidhu
Lib. (BC)
Monsieur le président, j'appuie les réflexions de M. Wrzesnewskyj. Je pense que si l'organisme international surveille la situation, le fait que le Comité intervienne pourrait être perçu comme une ingérence dans son travail. Laissons l'organisme international surveiller la situation. Le Comité ne devrait assumer aucune responsabilité dans l'étude de cette question.
Voir le profil de Jati Sidhu
Lib. (BC)
Merci, monsieur le président.
Merci à vous deux d'être ici ce matin.
J'ai une question pour Mme Applebaum.
Vous avez récemment écrit un article d'opinion sur l'influence de la Russie sur l'extrême droite allemande. Vous semblez penser que l'influence de la Russie sur des puissances mondiales comme l'Allemagne et les États-Unis fait partie de l'effort de démantèlement de l'OTAN. Si c'est le cas, devons-nous, comme vous l'avez suggéré, moderniser l'OTAN si nous voulons qu'elle survive?
Voir le profil de Jati Sidhu
Lib. (BC)
Je vais partager mon temps avec M. Wrzesnewskyj
Voir le profil de Jati Sidhu
Lib. (BC)
Merci, monsieur le président. Je partagerai mon temps avec mon collègue Wrzesnewskyj.
Heureux de vous revoir. Ça fait longtemps qu'on s'est vu. Soyez le bienvenu.
Voir le profil de Jati Sidhu
Lib. (BC)
L'expression « démocratie libérale » risque d'entraîner la confusion. On vous attribue la maxime qu'il ne saurait y avoir d'autre démocratie que libérale. Pourriez-vous, s'il vous plaît, examiner un peu plus les détails techniques du libéralisme et dire quels en sont les éléments qui font la démocratie?
Voir le profil de Jati Sidhu
Lib. (BC)
Je cède la parole à mon collègue.
Voir le profil de Jati Sidhu
Lib. (BC)
Merci, monsieur le président.
Je vous remercie tous les deux de nous avoir fait part ce matin de vos observations judicieuses. Ma question s'adresse à M. Mounk.
L'an dernier, vous avez publié un article intitulé « How Liberals Can Reclaim Nationalism », où vous écriviez que la scène nationaliste est à peu près la même au Canada, aux États-Unis et dans les pays d'Europe. Je me demande donc si vous croyez qu'il existe une montée du nationalisme au Canada.
Comment s'attaque-t-on au problème dans un pays démocratique tel que le Canada?
Voir le profil de Jati Sidhu
Lib. (BC)
Si je puis me permettre, monsieur Mounk, pensez-vous que le Canada est un bon exemple de démocratie libérale?
Voir le profil de Jati Sidhu
Lib. (BC)
Ma prochaine question, monsieur Mounk, porte sur le déclin de la démocratie. Quelle en est selon vous la cause? Est-ce l'ignorance pure et simple ou plutôt le fait que des gens ont l'intelligence de parler plutôt de populisme pour bien cacher leur jeu? Pour moi, selon ce que je comprends, le populisme se situe entre la démocratie et le nationalisme. Croyez-vous que, selon la tendance actuelle, des gens intelligents se cachent derrière ce mot pour apparaître intelligents et respectueux de la loi afin, au bout du compte, de continuer quand même à tout contrôler? Qu'en pensez-vous?
Voir le profil de Jati Sidhu
Lib. (BC)
Merci, monsieur le président.
Je vous remercie du témoignage que vous avez apporté ce matin.
J'ai posé la question suivante au dernier témoin, mais nous discutons maintenant du même enjeu.
Dernièrement, une femme a été élue présidente de la Slovaquie. Elle se soucie de l'environnement et lutte contre la corruption. L'élection de cette femme donnera-t-elle le ton en Europe de l'Est? Qu'en pensez-vous? Quel sera le résultat?
Voir le profil de Jati Sidhu
Lib. (BC)
Merci, monsieur le président.
Je vais partager mon temps de parole avec Borys.
Voir le profil de Jati Sidhu
Lib. (BC)
Merci, monsieur Simpson, d'être venu témoigner aujourd'hui.
La ministre Freeland a annoncé un financement de l'Initiative Elsie pour la participation des femmes aux opérations de paix. Pourriez-vous nous en parler et nous dire quelles répercussions cette initiative aura dans le monde grâce aux petits financements qui lui sont accordés?
Voir le profil de Jati Sidhu
Lib. (BC)
Oui, plus ou moins.
Vous avez prononcé le mot « jeunes » une vingtaine de fois pendant votre allocution. Les femmes sont-elles plus efficaces pour maintenir la paix dans le monde que les hommes ou que les jeunes garçons?
Voir le profil de Jati Sidhu
Lib. (BC)
Parlons maintenant de la participation des jeunes partout au monde. Vous avez dit qu'elle était aussi importante à l'étranger que chez nous. Le Canada est-il en retard sur les autres pays dans ce domaine?
Voir le profil de Jati Sidhu
Lib. (BC)
Que pensez-vous de l'idée d'ouvrir un bureau de l'ONU à Toronto et non à New York?
Voir le profil de Jati Sidhu
Lib. (BC)
Je vous remercie tous les trois de nous faire profiter de vos connaissances et de votre expérience.
Ma première question s'adresse à M. LaRose-Edwards.
Vous avez comparu devant notre comité il y a 13 ans. Qu'est-ce qui a changé au cours de ces 13 années? Les changements sont-ils positifs ou, compte tenu de l'évolution de la technologie dans le monde, pensez-vous qu'ils sont positifs? Comment expliquez-vous les changements, si vous en voyez?
Voir le profil de Jati Sidhu
Lib. (BC)
Pouvez-vous nommer deux ou trois aspects pour lesquels nous pouvons aider votre organisme à faire mieux?
Voir le profil de Jati Sidhu
Lib. (BC)
Il y a une deuxième chose que j'aimerais mieux comprendre.
Votre organisme collabore avec les Nations unies et l'Union européenne à des projets liés à la réforme du secteur de la sécurité. Quels sont les liens entre le développement démocratique et la réforme de la sécurité?
Voir le profil de Jati Sidhu
Lib. (BC)
Eh bien, si je vous comprends bien...
Voir le profil de Jati Sidhu
Lib. (BC)
Puisque vous avez la parole, Jean-Paul, dans votre déclaration préliminaire, vous avez mentionné que les États-Unis sont plutôt absents maintenant sur la scène internationale au chapitre du leadership. L'autre chose que vous avez dite, c'est que vous avez besoin d'argent.
Ma petite expérience de la vie m'a appris que l'argent ne peut pas tout acheter. Je veux savoir où se situe le Canada dans tout cela. Parle-t-on d'un rôle de premier plan? Parle-t-on d'un engagement pour les 50 prochaines années, comme l'a dit M. LaRose-Edwards?
Quel rôle devrait jouer le Canada, à votre avis?
Voir le profil de Jati Sidhu
Lib. (BC)
Merci, monsieur le président. Je vous remercie tous les deux de votre témoignage de ce matin.
Monsieur le président, j'ai un petit correctif à apporter sur la question des nouvelles amitiés partout dans le monde. Je pense que le gouvernement actuel s'est fait plus d'amis en signant le PTPGP, qui représente 500 millions de personnes dans 11 pays, et en signant le nouvel ALENA — l'AEUMC —, qui représente 500 millions de personnes de plus. Je pense que le gouvernement actuel fait un excellent travail pour créer de nouvelles amitiés partout dans le monde.
Pour revenir au véritable problème, le témoin précédent a indiqué que moins de 20 % de la population mondiale exerce un droit démocratique. Monsieur Deveaux, vous avez dit que le Canada n'est pas un acteur sérieux, même si le gouvernement actuel fait la promotion de l'égalité des sexes et de l'autonomisation des femmes partout dans le monde. Nous avons Élections Canada, un organisme qui assure l'intégrité des élections. Par rapport à ces 20 %... où se situe le Canada? Quelle est notre place dans l'équation? Sommes-nous perçus comme un chef de file du monde démocratique, ou non?
Je partagerai ensuite mon temps avec M. Sikand.
Voir le profil de Jati Sidhu
Lib. (BC)
Je cède la parole à M. Sikand.
Voir le profil de Jati Sidhu
Lib. (BC)
Merci, monsieur le président.
Je vous remercie tous deux d'être devant le Comité ce matin.
Vous avez mentionné l'étude très approfondie réalisée en 2007, dont le rapport compte environ 224 pages et contient 28 recommandations. L'un des thèmes centraux du Comité était que le Canada devienne un grand acteur du développement démocratique. Vous avez souligné que dernièrement, il accorde une importance particulière à l'égalité des sexes et à la réalité des personnes LGBTQ.
Voici ma question: cette étude-ci nous permettra-t-elle vraiment de faire d'autres propositions au gouvernement, est-il encore opportun de vouloir lui indiquer l'orientation à prendre? Vous avez mentionné que nous avons mis assez d'argent de côté. Quel est le but de cette étude? Nous tiendrons quatre réunions avec des gens comme vous, qui viendront nous parler. Quelle sera la nouvelle recommandation qui s'ajoutera à celles de l'étude approfondie de 2007? Le Comité s'est déjà rendu dans divers pays du monde, aussi, donc cela a été fait. Que pouvons-nous ajouter? Nous reste-t-il de la place pour dire au gouvernement quoi faire?
Voir le profil de Jati Sidhu
Lib. (BC)
Le monde change, et comme vous l'avez dit, même en 2007, le Comité estimait qu'il serait très difficile d'évaluer l'efficacité du développement. Pouvez-vous décrire des projets où le gouvernement canadien s'en est particulièrement bien tiré à cet égard?
Voir le profil de Jati Sidhu
Lib. (BC)
Merci, monsieur le président.
Voir le profil de Jati Sidhu
Lib. (BC)
Merci, monsieur le président.
Merci, monsieur Barber de votre témoignage aujourd'hui.
Comme je peux voir, vous avez fait beaucoup de recherches sur la climatologie arctique et les systèmes marins. Pouvez-vous nous parler de la menace que font peser les changements climatiques sur la culture autochtone dans l'Arctique?
Voir le profil de Jati Sidhu
Lib. (BC)
Monsieur Barber, le gouvernement du Canada a récemment publié un plan de cogestion avec la Nation Haïda et ma province d'origine, la Colombie-Britannique. Seriez-vous en faveur d'un plan similaire avec les Inuits pour protéger et gérer les eaux arctiques du Canada à l'avenir?
Voir le profil de Jati Sidhu
Lib. (BC)
Vous avez parlé des brise-glaces, monsieur Barber.
J'aimerais en savoir un peu plus à ce sujet. À ma connaissance, nous n'avons pas encore ce qu'on appelle des brise-glaces. Nous en avons deux ou trois en construction, et l'un d'eux sera prêt, on l'espère, en 2019. Ce sera probablement davantage un navire de surveillance.
Les brise-glaces ne seront pas en mer avant 2021 ou 2022 à ma connaissance. Quel genre de brise-glaces a-t-on actuellement dans ces eaux?
Voir le profil de Jati Sidhu
Lib. (BC)
Merci, monsieur le président.
Merci à vous deux pour votre travail acharné.
Monsieur Queyranne, vous avez mentionné que, sur le terrain, les travailleurs humanitaires n'ont pas la tâche facile. Ce n'est pas sécuritaire. Vous avez aussi dit à M. O'Toole, de l'autre côté, que vous communiquiez très bien entre vous. Ensuite, vous avez des experts pour un secteur et l'autre sur qui vous pouvez compter. Troisièmement, vous demandez que 25 % du financement soit versé à ces travailleurs humanitaires, si nous voulons les appeler ainsi.
Avez-vous un plan sur la façon d'utiliser ce financement entre vous? Quel est l'endroit le plus vulnérable auquel vous voulez consacrer cet argent?
Voir le profil de Jati Sidhu
Lib. (BC)
Si vous demandez que 25 % du financement soit versé aux travailleurs humanitaires, que comptent-ils en faire? Je pensais que vous disiez que vous aviez un assez bon système entre vous. Vous communiquez et tout fonctionne bien, mais le principal problème est la sécurité. Je peux comprendre.
Qu'allez-vous faire de tout cet argent?
Voir le profil de Jati Sidhu
Lib. (BC)
Je me demande si ces trois pays ont des priorités différentes en ce qui a trait au développement ou si les trois pays ont la même priorité comme les routes, les ponts et les hôpitaux, par exemple. Comment comparez-vous les trois pays?
Voir le profil de Jati Sidhu
Lib. (BC)
Pour ma dernière question, monsieur le président, j'aimerais m'adresser à Mme Juac.
Quel est l'état des soins de santé pour les enfants et les femmes dans la région? Sont-ils facilement accessibles? Est-ce davantage dominé par la population masculine dans la région? Comment cela fonctionne-t-il?
Voir le profil de Jati Sidhu
Lib. (BC)
Merci monsieur le président.
Je remercie les témoins pour leur témoignages.
Ma question s'adresse à Mme Madenga. Vous avez utilisé le terme « ordinaire » à quelques reprises durant votre exposé liminaire. Qu'est-ce que les gens ordinaires sur le terrain au Soudan du Sud pensent du Canada?
Avez-vous compris la question?
Voir le profil de Jati Sidhu
Lib. (BC)
Vous avez employé le mot « ordinaire » à quelques reprises. Je me demande comment ils voient le Canada dans leur vie ordinaire au Soudan ou, pour poser une question à deux volets, de quelle manière le gouvernement soudanais pense-t-il travailler avec le gouvernement canadien pour faire face aux troubles, ou à la guerre civile, dans le Soudan du Sud?
Voir le profil de Jati Sidhu
Lib. (BC)
Ces demandes sont-elles acheminées par des organismes qui travaillent sur le terrain directement avec les gens ou proviennent-elles du gouvernement du Soudan?
Voir le profil de Jati Sidhu
Lib. (BC)
Au début de l'année, l'ONU a indiqué qu'il y aurait 1,2 million de Soudanais du Sud qui risquaient de mourir de faim à cause du conflit qui perdure. Quelles sont vos recommandations pour le Canada? D'après vous, que pourrait faire le gouvernement canadien pour lutter contre la famine sur le terrain?
Voir le profil de Jati Sidhu
Lib. (BC)
Je sais que c'est un pays très jeune. Voyez-vous une lumière au bout du tunnel? Croyez-vous que le pays pourra devenir autosuffisant en matière de besoins alimentaires, même avec l'aide internationale?
Voir le profil de Jati Sidhu
Lib. (BC)
Merci, monsieur le président, merci à vous deux de vos témoignages ce matin.
Madame Shadian, vous avez parlé de l'Office d'investissement du Régime de pensions du Canada qui pourrait investir dans l'Arctique, pas en Chine. Au contraire, au sein du Comité, nous avons étudié la façon dont l'Institution de financement du développement devrait investir à l'étranger. Pouvez-vous nous fournir des idées ou nous présenter un genre de mécanisme de façon à ce que nous puissions suggérer à l'Office d'investissement d'investir dans l'Arctique?
Voir le profil de Jati Sidhu
Lib. (BC)
C'est ce que nous étudions au sein du Comité, en fait. Il faut investir dans l'Arctique, je comprends bien, mais il y a seulement 100 000 habitants dans les trois territoires, alors où croyez-vous qu'il faut investir l'argent? Des routes, des ponts...?
Voir le profil de Jati Sidhu
Lib. (BC)
J'ai une question pour M. Lackenbauer. Vous dites qu'il n'y a pas de menace à la souveraineté canadienne, les gens qui viennent et se déplacent...
Je suis préoccupé par les changements climatiques. Les gens seront-ils respectueux de nos eaux? Pollueront-ils nos eaux? Nous n'avons rien pour assurer un contrôle de tout ça. Le premier navire qu'on essaie de mettre à l'eau sera prêt l'an prochain, s'il est construit à Vancouver. Il faudra attendre le deuxième jusqu'en 2021.
De quelle façon pouvons-nous gérer tout ça?
Voir le profil de Jati Sidhu
Lib. (BC)
Merci.
Monsieur Byers, je veux vous souhaiter la bienvenue. Je suis le seul député de Colombie-Britannique qui siège au Comité.
Vous avez eu des bons mots pour la Norvège et sur le fait qu'elle veut éviter les conflits et tout le reste. La Russie possède la plus longue côte au monde. La Chine veut utiliser le passage. Je ne sais pas ce qu'elle compte y transporter, étant donné qu'il n'y a que 100 000 personnes qui vivent sur ces 40 % du territoire canadien. Il n'y a pas suffisamment de personnes là-bas pour acheter ses marchandises, d'où ma question. Les investissements que la Chine fait... Peut-être qu'elle a un autre objectif. Elle a voulu bâtir un aéroport au Groenland, mais les États-Unis se sont interposés et ont dit: « Non, nous allons nous en charger. » La Chine veut avoir une présence. J'aimerais comprendre ses motifs, à dire vrai.
Commençons par cela.
Voir le profil de Jati Sidhu
Lib. (BC)
J'ai l'impression que la plupart des grands pays du monde préfèrent utiliser des ressources provenant de l'extérieur de leur territoire. Par exemple, les États-Unis n'exploitent pas leurs propres ressources pétrolières ou forestières, même s'ils en ont énormément. Essentiellement, ils importent tout de l'étranger.
Cela m'amène à m'interroger sur la Russie. Même si ce pays possède la plus longue côte au monde, à ma connaissance, ses ressources côtières sont pratiquement épuisées. Corrigez-moi si je me trompe, mais je crois que les Russes aimeraient explorer les ressources de notre territoire en Arctique. Qu'en pensez-vous?
Voir le profil de Jati Sidhu
Lib. (BC)
Vous avez dit que nous devrions travailler avec la Chine, et ce serait une bonne chose. Je suis tout à fait d'accord avec vous. Mais qu'en est-il des normes environnementales chinoises? De notre point de vue, elles ne sont pas vraiment à la hauteur. Est-ce que les questions environnementales pourraient nuire à notre collaboration dans l'Arctique?
Voir le profil de Jati Sidhu
Lib. (BC)
Merci, monsieur le président.
Merci de votre témoignage aujourd'hui, madame Dickson. Il est très important, parce que nous allons dans la région la semaine prochaine.
Vous avez mentionné un grand nombre d'enjeux importants concernant les changements avec la Russie et la Chine. Je suis sûr que vous connaissez les changements à venir dans la région. Quelle est l'importance du savoir traditionnel des peuples autochtones dans le contexte de l'application de la politique? Comment allez-vous participer au dialogue quand nous tenterons de façonner la politique pour le développement dans cette région?
Voir le profil de Jati Sidhu
Lib. (BC)
Merci beaucoup.
Vous avez mentionné deux pays, la Russie et la Chine. Ai-je raison de dire que la Chine serait le premier pays à explorer cette région? Voyez-vous d'un bon oeil leur arrivée dans la région pour l'exploiter? D'un autre côté, la Chine a investi considérablement dans la région, et elle nourrit certainement certains espoirs. À mon avis, il y a lieu de faire très attention, parce que la Chine n'a pas de très bonnes pratiques environnementales dans ses méthodes d'exploration. Comment voyez-vous le rôle de ces deux pays dans l'Arctique?
Voir le profil de Jati Sidhu
Lib. (BC)
Voir le profil de Jati Sidhu
Lib. (BC)
Merci, monsieur le président.
Je vous remercie tous de participer à cette étude très importante pour l'avenir.
Ce qui m'inquiète, c'est l'annonce d'une récente politique sans précédent adoptée par la Chine. Dans cette politique, la Chine se qualifie d'« État quasi arctique ». Pouvez-vous parler des priorités du ministère de la Défense en ce qui a trait à la défense de l'Arctique, mis à part les enjeux concernant la Chine et la Russie? Que pensez-vous de la déclaration faite par la Chine selon laquelle elle serait un « État quasi arctique »?
Voir le profil de Jati Sidhu
Lib. (BC)
Quelles autres menaces entrevoyez-vous pour la souveraineté du Canada? Votre ministère considère-t-il cela comme un danger imminent? Il pourrait s'agir des États-Unis ou de la Russie. Avez-vous fait des études à ce sujet?
Voir le profil de Jati Sidhu
Lib. (BC)
Quelle sorte d'infrastructure aimeriez-vous voir dans cette région, sachant que la Chine investit beaucoup d'argent pour l'exploration des ressources naturelles? Croyez-vous que le gouvernement canadien devrait dépenser de l'argent dans les infrastructures pour défendre l'Arctique canadien? Doit-on bâtir plus de ponts, de routes et de voies ferrées à l'avenir? Cela ne se fera pas du jour au lendemain, mais envisagez-vous la possibilité de dépenser de l'argent pour les infrastructures dans cette région?
Voir le profil de Jati Sidhu
Lib. (BC)
Plus ou moins...
Quelqu'un d'autre souhaite-t-il intervenir à ce sujet?
Voir le profil de Jati Sidhu
Lib. (BC)
Merci beaucoup pour votre présentation aujourd'hui.
Mes collègues ont assez bien couvert la question des délais d'intervention. On a dit que l'intervention se faisait en deux minutes, mais ce n'est pas l'image que j'en ai. Dans les Caraïbes, on n'a pas pris contact avec les étudiants à l'étranger avant au moins 24 ou 48 heures. La question de l'évacuation a été très préoccupante.
Recommandez-vous que nos missions canadiennes à l'étranger élaborent un plan? Selon les étudiants, les Étatsuniens venaient secourir les gens à droite et à gauche avec des hélicoptères et d'autres ressources, tandis que les Canadiens ne sont arrivés qu'après que tout eut été rentré dans l'ordre. On n'a suivi aucun échéancier.
J'ai reçu des appels au milieu de la nuit, des gens qui me demandaient ce que je faisais pour les aider. Des gens se sont présentés à ma porte le lendemain. J'ai demandé à un homme ce qui n'allait pas, et il m'a répondu que sa fille était en train de mourir pendant que moi je dormais. Je lui ai demandé ce qu'il voulait que je fasse.
Avec les changements climatiques, nous pouvons nous attendre à une hausse des catastrophes. Avons-nous un plan d'urgence pour permettre à nos missions à l'étranger d'y faire face?
Voir le profil de Jati Sidhu
Lib. (BC)
Bien sûr.
Encourageriez-vous l'inscription obligatoire par l'intermédiaire d'agents de voyage, de réservations en ligne, pour que nous sachions où se trouvent les Canadiens? Envisagez-vous cette solution à l'avenir?
Voir le profil de Jati Sidhu
Lib. (BC)
Certaines personnes planifient leurs voyages à la dernière minute et oublient de le faire. Devrions-nous faire en sorte que ce soit obligatoire avant de prendre un avion pour que les missions canadiennes à l'étranger sachent que vous vous trouvez dans le pays? Cela simplifierait les choses.
Les gens ne peuvent pas s'inscrire à la dernière minute; une fois qu'ils se retrouvent coincés dans une situation, c'est fini. Ensuite, ils se plaignent que la mission ne les rejoint pas. Ils ne sont pas inscrits, cependant. Comment faire pour gérer cette situation?
Voir le profil de Jati Sidhu
Lib. (BC)
Je vous remercie, monsieur le président.
Merci à vous trois de vous être présentés aujourd’hui devant notre comité.
Permettez-moi de m’attarder davantage sur la présence de la Russie et de la Chine dans l’Arctique.
Notre implantation dans l’Arctique a manifestement pris du retard. J’ai eu l’occasion de visiter le chantier Irving d’Halifax l’an dernier. J’y ai vu ce grand navire en cours de construction. Il est destiné à devenir un brise-glace, équipé de tous les gadgets et de toute l’électronique nécessaires pour faire de la surveillance. Ce navire sera-t-il le premier à se rendre dans l’Arctique? Il ne s’agit pas de faire étalage de notre force mais d’exercer le contrôle de notre territoire. Va-t-il bientôt être mis à l’eau ou s’agit-il seulement d’un conte d’Irving? Il doit être terminé d’ici la fin de cette année. Savez-vous quelque chose sur la destination de ce navire?
Voir le profil de Jati Sidhu
Lib. (BC)
Très bien.
Essayons donc maintenant de passer à des questions sur la croissance durable dans la région.
Quelles mesures faudrait-il prendre, à l’avenir, pour permettre l’exploration de l’Arctique tout en favorisant la croissance durable? Ayant été, dans une vie antérieure, un constructeur et un promoteur immobilier, je sais que la structure du sol glacé n’y est pas particulièrement stable. Savons-nous comment nous allons procéder quand il s’agira de mettre en place les structures des ports, des ponts et des routes? Notre pays s’est-il doté de plans en la matière où allons-nous dépendre de la Russie et de la Chine?
Voir le profil de Jati Sidhu
Lib. (BC)
Merci, monsieur le président.
Madame la ministre, je vous remercie d'avoir pris le temps de nous rencontrer malgré votre horaire chargé. Si je me souviens bien, vous avez comparu devant le Comité en septembre dernier pour parler de l'institution de financement du développement, ou IFD. Ce que j'ai compris à l'époque, c'est que les principaux objectifs de l'IFD étaient le développement économique par la création d'emplois, l'autonomisation économique des femmes et l'atténuation des changements climatiques.
Nous savons que le Canada et sa politique d'aide internationale féministe ont été très bien accueillis sur le plan du développement progressif. Pouvez-vous nous parler de la progression de l'IFD, de l'évolution positive de la croissance économique et de la lutte contre la pauvreté?
Voir le profil de Jati Sidhu
Lib. (BC)
Merci, monsieur le président.
Merci, madame la ministre, d’avoir pris le temps de venir nous rencontrer malgré votre horaire chargé.
Je vais dire un mot sur la Russie. Nous avons plusieurs exemples concrets de la façon dont la Russie continue de bafouer les normes internationales, notamment sa participation à la récente attaque à l'aide d’agents neurotoxiques au Royaume-Uni et son soutien aux meurtriers du le régime Assad en Syrie.
Ardent défenseur de l’ordre international fondé sur des règles, le Canada avait décidé de faire de la Russie l’élément clé de la présidence du G7. Je me demandais ce que le Canada a fait jusqu’à maintenant pour dissuader la Russie. Qu’est-ce que vos alliés du G7 vont faire ou comptent faire pour prendre des mesures contre la Russie?
Voir le profil de Jati Sidhu
Lib. (BC)
Merci, monsieur le président.
Merci à vous trois de comparaître aujourd'hui devant le Comité.
Monsieur Fredette, pour revenir à la Somalie, vous avez mentionné que 50 % de la population continue de lutter contre la famine, et que nous injectons suffisamment d'argent dans cette aide, soit 31 millions de dollars en 2016, et puis récemment, un autre montant de 18 millions de dollars.
Est-ce que nous ne nous contentons pas de leur donner un poisson? N'y aurait-il pas moyen, dans un secteur ou l'autre, de leur apprendre à pêcher afin qu'ils deviennent autonomes un jour? Qu'en pensez-vous?
Voir le profil de Jati Sidhu
Lib. (BC)
Vous avez effleuré la question du système démocratique, en lien avec l'élection possible en 2018, l'élection présidentielle. Est-ce que les Canadiens sont en mesure de s'harmoniser avec le gouvernement afin que nous exercions une meilleure influence au cours de l'élection prochaine, ainsi qu'avec qui que ce soit susceptible de remporter la prochaine élection, afin que nous puissions collaborer avec eux?
Voir le profil de Jati Sidhu
Lib. (BC)
Merci, monsieur le président.
Merci aux trois témoins de leur témoignage d'aujourd'hui.
Il est bien dommage que M. Chen ne soit plus là, j'avais une question à propos de Taïwan.
J'ai eu l'occasion de me rendre à Taïwan avec d'autres parlementaires. Notre comité n'aura malheureusement pas l'occasion d'aller à Taïwan, mais nous envisageons de conclure un accord commercial avec la Chine. En même temps, l'économie de Taïwan croît rapidement. Elle arrive au 25e rang, après les pays du G20. Si l'organisation passait de 20 à 25 pays, elle en ferait partie.
En même temps, la Chine affirme que ces deux États forment un seul pays. M. Tsering, vous avez peut-être quelque chose à dire sur la façon de faire affaire avec Taïwan sans que la Chine ne s'en mêle.
Voir le profil de Jati Sidhu
Lib. (BC)
Comment pouvons-nous faire des affaires avec Taïwan? L'État affirme qu'il est un pays indépendant, une économie en forte croissante et le 25e État dans le monde. En même temps, la Chine affirme qu'il n'y a qu'une seule Chine. Nous serait-il possible un jour de faire des affaires avec Taïwan? Nous sommes à l'affût des occasions qui s'offrent en Asie.
Voilà ma question.
Voir le profil de Jati Sidhu
Lib. (BC)
Merci, monsieur le président, et merci à vous trois de vos témoignages d'aujourd'hui.
Monsieur Paltiel, si j'ai bien compris, vous avez dit que nous ne travaillons pas assez fort pour favoriser le commerce avec l'Inde. Compte tenu du voyage récent du premier ministre en Inde, qui est allé serrer des mains pour renforcer nos liens avec ce pays, signer un accord d'un milliard de dollars et assurer 5 800 emplois au Canada, croyez-vous que nous n’en faisons pas assez?
Voir le profil de Jati Sidhu
Lib. (BC)
Nous multiplions les efforts depuis longtemps pour favoriser le commerce avec l'Inde. Il y a six ou sept ans, je m’y suis rendu avec des représentants du gouvernement de la Colombie-Britannique afin de remettre un chèque de 12 millions de dollars aux TOIFA, l'équivalent des prix Grammy à Los Angeles. Ils avaient prévu venir à Toronto, et nous souhaitions qu'ils viennent jusqu'en Colombie-Britannique. Nous avions fait une étude de cas avant de leur offrir ce chèque; le public n'en était pas trop content, mais cette visite nous a rapporté 100 millions de dollars: ils sont venus, et leur visite a été très fructueuse.
Ce n'est pas que nous n'essayons pas, mais de temps en temps, j'entends des représentants indiens affirmer que le Canada a besoin de l'Inde plus que l'Inde a besoin du Canada. Comment peut-on faire des affaires dans ce contexte? Je suis moi-même un homme d'affaires, et je crois que quand on s'assoit à une table de négociation, il faut s'y asseoir d'égal à égal, de bonne foi. Vous avez dit que nous ne devions pas signer n'importe quel accord, que de bons accords, donc je trouve contradictoire que vous affirmiez ensuite que nous n’en faisons pas assez, mais que l’autre partie ne veut pas négocier avec nous.
Voir le profil de Jati Sidhu
Lib. (BC)
Je comprends totalement. La situation au sud de la frontière nous offre l'occasion d'explorer d'autres parties du monde. Nous exportons depuis longtemps des légumineuses, des lentilles et de la potasse en Inde, mais l'an dernier, l’Inde a décidé d’imposer un tarif douanier de 50 % sur les lentilles et les légumineuses. Éclairez ma lanterne. Nous adorons faire des affaires avec d'autres pays du monde, mais nous ne sommes que 36 millions de personnes, comparativement aux 1,2 milliard de personnes qui vivent là-bas. Il y a tout un marché en Inde.
En même temps, j'aimerais savoir ce que vous pensez de l'idée d'envoyer du pétrole brut en Chine. Notre gouvernement a approuvé le projet d'oléoduc Kinder Morgan. Nous comprenons bien que nous devons acheminer nos ressources jusqu'à nos ports, mais le pétrole brut peut-il suffire pour combler notre déficit avec la Chine?
Voir le profil de Jati Sidhu
Lib. (BC)
Merci, monsieur le président.
Je vous remercie tous les trois de venir témoigner devant le Comité aujourd'hui.
On a beaucoup parlé de la Chine et encore de la Chine. Je comprends que sur le plan économique, le Canada s'est centré sur les Amériques, l'Europe, le Moyen-Orient et l'Afrique au cours du dernier siècle. Dans l'intervalle, l'Australie a accru sa présence dans la région asiatique.
Y a-t-il quelque chose que nous pourrions faire en collaboration avec l'Australie pour accroître notre présence en Asie ou est-ce que nous avons déjà raté toutes nos chances à cet égard?
Je commencerais par Sarah. J'espère que cela ne vous dérange pas que je vous appelle par votre prénom.
Voir le profil de Jati Sidhu
Lib. (BC)
Croyez-vous que le PTP pourrait exercer une pression sur la Chine, puisqu'elle n'y prend pas part et qu'elle doit conclure un accord de libre-échange avec le Canada?
Monsieur de Kerckhove, voulez-vous répondre?
Voir le profil de Jati Sidhu
Lib. (BC)
Puisque vous venez de parler d'éducation, je crois que le tiers des 450 000 étudiants de notre pays sont Chinois. Croyez-vous que les étudiants canadiens auront l'occasion d'aller en Chine, afin que nous soyons sur un pied d'égalité avec elle?
J'entends les étudiants locaux se plaindre qu'ils ont de la difficulté à être acceptés dans nos propres universités. Ils se plaignent des étudiants étrangers qui viennent au pays. Quel est votre avis à ce sujet?
Voir le profil de Jati Sidhu
Lib. (BC)
D'accord. Je vous laisse choisir.
Voir le profil de Jati Sidhu
Lib. (BC)
Merci, monsieur le président.
Je vous remercie tous de votre témoignage.
Madame Jeffrey, vous avez fait un commentaire pour ce qui est de sensibiliser les Canadiens sur l'importance d'utiliser le service d'inscription et de souscrire une assurance avant de partir à l'étranger. Je me demandais quel type de plan vous avez en tête. Est-ce que ce sera obligatoire...? Allez-vous communiquer avec les Canadiens par l'intermédiaire des compagnies aériennes pour que celles-ci prennent leur information avant qu'ils quittent le pays? Pourriez-vous en dire davantage à ce sujet?
Voir le profil de Jati Sidhu
Lib. (BC)
J'étais à la recherche de ce mot: « obligatoire ». Devrions-nous rendre cela obligatoire, selon vous? Est-ce que ce serait utile pour les services consulaires si nous le faisons d'ici 5 ou 10 ans?
Voir le profil de Jati Sidhu
Lib. (BC)
D'accord.
Je suis assez convaincu que ma prochaine question doit s'adresser à vous. Elle porte sur les plans d'urgence des missions canadiennes à l'étranger pour les services d'urgence. Il peut y avoir un conflit armé, des catastrophes naturelles, des épidémies, une déstabilisation politique. Quels types de plans ont les services consulaires?
Voir le profil de Jati Sidhu
Lib. (BC)
Merci à vous trois pour vos témoignages d'aujourd'hui. C'est toujours un plaisir de vous recevoir.
Vous avez dit que 95 % de votre financement venait des gouvernements donateurs. Vous avez parlé brièvement de financement privé, et plus particulièrement de quelques milliards de dollars qui avaient été amassés dernièrement. Quel est votre plan de match? Encouragez-vous des partenaires privés à investir davantage à l'avenir ou est-ce qu'ils investissent par eux-mêmes dans cette cause?
Voir le profil de Jati Sidhu
Lib. (BC)
Voilà une bonne nouvelle.
Ma deuxième question concerne l'échéance de 2030 fixée dans le cadre des objectifs de développement durable des Nations unies pour l'éradication de ces trois épidémies — le sida, la tuberculose et le paludisme. Je me demande si c'est vraiment réaliste.
Vous parlez de 11 millions de personnes atteintes sur la planète. Si l'on parvient à se débarrasser de ces trois maladies d'ici 2030, quel est le plan pour la suite des choses? Avez-vous d'autres objectifs?
On pourrait dire que le cancer est maintenant l'ennemi à abattre. Allez-vous vous attaquer à d'autres maladies après 2030?
C'est donc une question en deux volets. Je veux savoir dans un premier temps si vous croyez qu'il sera possible d'éradiquer ces trois maladies d'ici 2030?
Voir le profil de Jati Sidhu
Lib. (BC)
Voir le profil de Jati Sidhu
Lib. (BC)
Monsieur le président, j'aimerais que nous l'examinions.
Pouvez-vous le présenter?
Voir le profil de Jati Sidhu
Lib. (BC)
Merci, monsieur le président.
Je pense qu'en modifiant cet article, cela devrait faciliter la tâche de mon collègue d'en face dans ce qu'il cherchait à accomplir un peu plus tôt au paragraphe 5.
Ma modification de l'article 11 consiste à ajouter ce qui suit après la ligne 6, à la page 6:
Il est entendu que le présent article s'applique à une arme à feu seulement si, d'une part, elle figure sur la liste des marchandises d'exportation contrôlée, la liste des marchandises de courtage contrôlé ou la liste des marchandises d'importation contrôlée et, d'autre part, elle fait l'objet d'une demande de licence, de certificat ou de toute autre autorisation en vertu de la présente loi.
Pour clarifier un peu cette modification, la clause « il est entendu que » aborde la préoccupation soulevée par la Canadian Shooting Sports Association et la Ontario Federation of Anglers and Hunters. Elle veille à ce que la liste des marchandises de courtage contrôlé ne comporte pas la tenue de dossiers sur les armes à feu qui ne font pas l'objet d'un courtage et qui passent d'un pays tiers à un autre pays tiers. Comme l'a confirmé le témoignage de fonctionnaires devant ce comité à propos du projet de loi C-47, cela n'affecte en rien l'usage national des armes à feu. La tenue de registres, prescrite pour l'importation et l'exportation d'armes à feu, n'est pas introduite dans le projet de loi C-47. Elle existe depuis 1947, même sous l'administration du Parti conservateur.
Je pense que cet article pourrait offrir plus de certitude sur ces éléments.
Voir le profil de Jati Sidhu
Lib. (BC)
Je tiens à remercier ma collègue d'avoir nommé les États-Unis. Mais mon amendement correspond strictement aux préoccupations des témoins et des parties intéressées. Nous voulons y répondre. Je tiens à rappeler que le projet de loi C-47 n'affectera en rien l'emploi des armes à feu sur le territoire national. La phrase en question ne prévoit aucunement la tenue de registres. Cette disposition, en place depuis 1947, forme l'essentiel de l'amendement que je propose.
Mme Laverdière s'est engagée dans une autre voie, et nous allons donc passer au vote.
Voir le profil de Jati Sidhu
Lib. (BC)
Merci, monsieur le président.
Madame la ministre, je vous remercie d'avoir pris le temps de venir comparaître devant le Comité. Ma question portera sur le projet de loi C-47.
Durant l'étude de ce projet de loi par le Comité, nous avons entendu l'Association canadienne des sports de tir et la Fédération des pêcheurs et chasseurs de l'Ontario soulever des préoccupations.
Comme je viens d'une circonscription rurale de la Colombie-Britannique, j'ai l'occasion d'entendre ces préoccupations en même temps. Ce projet de loi aurait-il une incidence sur les armes à feu au pays? Il s'agit d'une question en deux volets. Le prochain est le suivant: le projet de loi impose-t-il des exigences relatives à la tenue de documents, lesquelles n'existent pas déjà?
Voir le profil de Jati Sidhu
Lib. (BC)
Voir le profil de Jati Sidhu
Lib. (BC)
J'ai une deuxièmement question. Vous avez été l'hôtesse d'une très importante rencontre tenue à Vancouver avec le secrétaire d'État américain et d'autres ministres des Affaires étrangères au sujet du comportement de plus en plus instable de la Corée du Nord.
Au moment où le Canada envisage de s'engager envers la région de l'Asie-Pacifique, auriez-vous l'obligeance d'aborder l'importance des activités diplomatiques du Canada en Corée du Nord et leur rôle dans la création d'une péninsule coréenne paisible et sécuritaire?
Voir le profil de Jati Sidhu
Lib. (BC)
Merci, monsieur le président.
Merci, monsieur Pardy, des services que vous rendez à notre pays.
Les Services consulaires font du bon travail. J'aimerais tirer profit de votre expertise et savoir comment cela pourrait devenir de l'excellent travail ou comment on pourrait simplifier l'accès aux services qu'ils offrent aux Canadiens en cas de catastrophe, comme nous l'avons vu l'année dernière. Avec le changement climatique, les choses sont de plus en plus difficiles.
En fait, permettez-moi de vous parler d'un cas personnel. Une mère m'a téléphoné au milieu de la nuit. Sa fille fréquentait l'école de médecine. Elle n'aurait pas accepté non comme réponse. Elle a dit « Je n'arrive pas à communiquer avec les Services consulaires. Des Américains embarquent des gens à gauche et à droite ». Chose certaine, elle était dans un tel état de panique qu'elle s'est présentée à ma porte. Il était deux heures du matin.
Il y a beaucoup d'écoles dans les Caraïbes. Pouvons-nous rendre l'inscription obligatoire? Les compagnies aériennes peuvent-elles demander aux gens de remplir un formulaire avant de partir, d'indiquer combien de temps ils seront partis? Quelle est votre suggestion à cet égard?
Voir le profil de Jati Sidhu
Lib. (BC)
Merci, madame la présidente. Merci de vous être manifestés et d'avoir discuté d'un sujet aussi important pour l'avenir.
J'ai entendu parler des économies d'énergie prévues et des nouveaux édifices. Est-ce que quelqu'un a effectué des comparaisons qui tiennent compte des déchets qui seront générés par la destruction d'édifices? Ce sera le chaos dans les sites d'enfouissement et qui sait pendant combien d'années. Oui, nous allons économiser de l'énergie au cours des 25 prochaines années, mais comment comparer? Je ne parle pas de valeur, je parle du chaos environnemental que cela engendrera.
Oui, nous allons garder les édifices patrimoniaux en tête. Nous ne les détruirons pas. Je parle de 90 à 95 % des édifices, à savoir si vous laissez entendre qu'ils devraient être détruits.
Que faisons-nous d'eux?
Résultats : 1 - 100 de 270 | Page : 1 de 3

1
2
3
>
>|
Exporter en: XML CSV RSS

Pour plus d'options de données, veuillez voir Données ouvertes