Hansard
Consultez le guide de l'usager
Pour obtenir de l’aide, contactez-nous
Consultez le guide de l'usager
Pour obtenir de l’aide, contactez-nous
Ajouter un critère de recherche
Résultats : 1 - 60 de 184
Voir le profil de Hunter Tootoo
Ind. (NU)
Voir le profil de Hunter Tootoo
2019-06-17 15:08 [p.29188]
Monsieur le Président, ma question s'adresse au premier ministre. Je n'ai jamais été aussi fier que le jour où j'ai été élu à la première Assemblée législative du Nunavut. Il y avait tant d'espoir, et les promesses fleurissaient.
Seulement voilà: 20 ans plus tard, la vie ne s'est pas améliorée pour les Nunavummiuts. Pour bon nombre d'entre eux, elle a empiré. Le Nunavut ne peut exister que si nous pouvons développer une économie durable, et nous ne pouvons y parvenir qu'avec l'aide que le gouvernement fédéral nous avait promise. Il faudra investir massivement dans les infrastructures, le logement, les routes, les ports et l'accès à Internet.
Le premier ministre va-t-il enfin travailler avec le gouvernement du Nunavut et respecter l'engagement pris par le Canada il y a 20 ans, ou devrons-nous attendre encore 20 ans ?
Voir le profil de Hunter Tootoo
Ind. (NU)
Voir le profil de Hunter Tootoo
2019-06-12 14:05 [p.28983]
Monsieur le Président, hier, la ministre a rejeté du revers de la main ma proposition de tenir une enquête sur le programme Nutrition Nord. Elle ne semble pas comprendre les graves conséquences qu'a l'échec de ce programme sur les collectivités du Nord. Au Nunavut, plus de 50 % des ménages sont touchés par l'insécurité alimentaire. Au cas où la ministre ne comprendrait pas cette statistique, cela veut dire que ces ménages ne bénéficient pas d'un accès fiable à des aliments nutritifs à un prix abordable.
Au cours des huit années qui ont suivi la mise en place de Nutrition Nord, les gouvernements qui se sont succédé ont dépensé plus d'un demi-milliard de dollars dans ce programme. Résultat: le nombre de ménages aux prises avec l'insécurité alimentaire a augmenté de 20 % au Nunavut. Hier, je ne blaguais pas quand j'ai dit qu'on devrait parler du programme alimentaire « Phénix ».
Le gouvernement ne peut plus continuer de faire l'autruche. Les Nunavummiuts ont besoin d'aide et exigent des réponses. Pourquoi ce programme est-il un échec aussi monumental? Une enquête répondrait à cette question et nous aiderait à trouver de nouvelles façons d'assurer la sécurité alimentaire dans les collectivités du Nord. Je demande donc au gouvernement du Canada de lancer immédiatement une enquête sur le programme Nutrition Nord.
Voir le profil de Hunter Tootoo
Ind. (NU)
Voir le profil de Hunter Tootoo
2019-06-11 15:12 [p.28925]
Monsieur le Président, ma question s'adresse à la ministre des Relations Couronne-Autochtones et des Affaires du Nord.
Depuis le lancement du programme Nutrition Nord, en 2011, les gouvernements qui se sont succédé y ont consacré plus d'un demi-milliard de dollars. Au cours de cette période, le nombre de ménages du Nunavut qui sont aux prises avec l'insécurité alimentaire est passé de 33 % à plus de 50 %. Avec des résultats aussi terribles, on devrait parler du programme alimentaire Phénix.
Les Nunavummiuts veulent des réponses. Allez-vous lancer une enquête sur le programme Nutrition Nord pour qu'on puisse comprendre pourquoi c'est un échec aussi monumental et trouver un moyen d'assurer notre sécurité alimentaire, à nous Canadiens du Nord?
Voir le profil de Hunter Tootoo
Ind. (NU)
Voir le profil de Hunter Tootoo
2019-05-31 12:08 [p.28355]
Monsieur le Président, ma question s'adresse au ministre des Services aux Autochtones. Je suis fier d'avoir contribué aux efforts pour l'obtention du financement annoncé l'automne dernier pour un centre de traumatologie et de désintoxication pour le Nunavut. Toutefois, il n'y a pas d'établissement réservé aux jeunes au Nunavut. Nos jeunes doivent attendre longtemps et, souvent, doivent aller à l'extérieur du territoire pour recevoir des traitements en santé mentale et encore, s'ils ont la chance de pouvoir le faire.
Selon un rapport intitulé « Our Minds Matter », produit par le représentant de l'enfance et de la jeunesse, les jeunes estiment, à juste titre, que le système actuel est inadéquat et ne répond pas à leurs besoins.
Le ministre écoutera-t-il nos jeunes et leur permettra-t-il d'obtenir les services et l'aide en santé mentale dont ils ont besoin et auxquels ils ont droit sur leur propre territoire?
Voir le profil de Hunter Tootoo
Ind. (NU)
Voir le profil de Hunter Tootoo
2019-05-16 15:10 [p.27955]
Monsieur le Président, ma question s'adresse au ministre de l'Infrastructure et des Collectivités.
Hier, à la Chambre, le ministre a dit qu'il travaillerait avec le Québec et les provinces pour s'assurer que les projets seraient approuvés à temps pour le début de la saison de construction qui s'en vient. Le Nunavut connaît une crise du logement qui contribue aux taux élevés de pauvreté, de suicide et de tuberculose. Le territoire n'a pas d'accès fiable à Internet. Nous avons besoin d'être connectés à Internet pour éduquer nos enfants et faire progresser notre économie.
Le ministre fera-t-il preuve de la même courtoisie envers le gouvernement du Nunavut et approuvera-t-il les projets liés au logement et à Internet à temps pour la saison estivale de construction?
Voir le profil de Hunter Tootoo
Ind. (NU)
Voir le profil de Hunter Tootoo
2019-05-10 12:06 [p.27637]
Madame la Présidente, ma question s'adresse au ministre des Services aux Autochtones.
En matière de soins de santé, les Nunavummiuts ne bénéficient pas du même niveau de soutien de la part du gouvernement fédéral que les autres Canadiens. La moyenne nationale de soutien fédéral est de 20 %. Au Nunavut, la moyenne est de moins de 10 %. Résultat: le gouvernement du Nunavut est forcé d'assumer le coût de programmes qui relèvent du gouvernement fédéral. Le gouvernement du Nunavut dépense chaque année au-delà de 50 millions de dollars de plus que le financement qu'il reçoit du fédéral pour administrer le Programme des services de santé non assurés.
Le ministre des Services aux Autochtones estime-t-il que c'est juste? Collaborera-t-il avec le gouvernement du Nunavut afin de financer entièrement l'administration de ce programme?
Voir le profil de Hunter Tootoo
Ind. (NU)
Voir le profil de Hunter Tootoo
2019-05-09 11:08 [p.27557]
Monsieur le Président, je tiens à remercier le gouvernement et la leader du gouvernement à la Chambre de m’accorder un certain temps pour parler de ce projet de loi, même s’ils savent que ce n'est pas pour l'appuyer. Je leur suis reconnaissant de cette possibilité.
J’estime qu’il est important que ma voix soit entendue. Je suis le seul Inuk à la Chambre qui peut parler librement et voter selon sa conscience. Je ne peux pas, en toute conscience, appuyer cette loi parce qu’elle exclut la langue inuite.
Quand j’ai voté contre le projet de loi C-91 à l'étape de la deuxième lecture, j’ai dit que je proposerais un amendement et je l’ai fait. Le ministre a dit à la Chambre qu’il était ouvert aux amendements, et j’espérais en trouver un qui conviendrait. Je lui ai parlé personnellement de l’intention qui sous-tendait mon amendement, et il semblait être bien disposé à son égard.
C’était un amendement plutôt anodin. L’Inuit Tapiriit Kanatami, qui s’est prononcé fortement contre cette mesure législative, n’aurait pas appuyé mon amendement. Ses membres estimaient que le projet de loi n’allait pas assez loin, qu'il n’était pas assez ferme. Ce groupe a collaboré avec mes collègues du NPD pour présenter d’autres propositions d'amendement au comité.
Lorsque j’en ai discuté avec le ministre, celui-ci m’a dit que le problème était que les amendements, d’une part, et les recommandations de l'Inuit Tapiriit Kanatami, d’autre part, débordaient du cadre du projet de loi. J’ai pourtant fait très attention de rédiger mon amendement de façon à ce qu’il ne déborde pas du cadre du projet de loi.
Ayant déjà fait partie d’un gouvernement, je sais que nous sommes limités par notre mandat et que nous ne pouvons pas faire tout ce que nous voulons. J’en étais très conscient lorsque j’ai rédigé mon amendement, qui laisse simplement la porte ouverte au ministre pour qu’il puisse négocier avec les Inuits l’inclusion de notre langue.
Le premier ministre et les ministres n’hésitent pas à dire dans cette enceinte qu’au sein des comités, les députés sont indépendants. Qu’on ne leur dit pas comment ils doivent voter en comité. Je sais maintenant que ce n’est pas le cas. Dans notre comité, c'est du pareil au même. Tous les députés libéraux ont rejeté mon amendement, comme on leur avait dit de le faire, et ils ont rejeté la totalité des amendements de l’opposition.
Je suis peut-être naïf, mais je suis de ceux qui pensent que les comités de la Chambre des communes sont le lieu où tous les députés, quelle que soit leur allégeance politique, peuvent travailler ensemble pour améliorer un projet de loi. Et croyez-moi, ce projet de loi a besoin d’être amélioré.
Rejeter des amendements sans même les avoir examinés, simplement parce qu’ils ne sont pas libéraux, c’est faire de la politique primaire. Ce n’est pas de la démocratie.
Au Nunavut, nous gouvernons par consensus. Nous n’avons pas de divisions politiques. Tous nos députés travaillent ensemble pour le bien du peuple. On pourrait s’en inspirer ici. Le projet de loi C-91 ne s’en porterait que mieux.
La semaine dernière, j’ai demandé au premier ministre pourquoi, dans le budget, il finançait directement l'Inuit Tapiriit Kanatami, court-circuitant ainsi le gouvernement du Nunavut, pour remédier à la crise du logement et aux problèmes du système de santé que nous avons chez nous. Pourtant, c’est le gouvernement du Nunavut qui est responsable de ces deux dossiers. Le premier ministre s’est énervé en disant qu’il ne présenterait pas d’excuses « pour l’approche [qu'il a] adoptée en matière de réconciliation ».
C’est exactement l’approche que l’ITK pensait qu’il utilisait pour l’élaboration de ce projet de loi. Mais il est maintenant évident que le gouvernement n’a jamais eu l’intention de l’utiliser, et c’est ce que l’ITK reproche notamment au projet de loi.
En disant cela, le premier ministre a laissé entendre que, pour le budget, il a utilisé l’approche de nation à nation avec les Inuits. Or, il ne peut pas jouer sur les deux tableaux, traiter de nation à nation avec les Inuits dans un projet de loi et les écarter dans un autre.
C’est un projet de loi qui est très important et qu’on attend depuis longtemps. La préservation des langues est importante pour toutes les cultures. Aujourd’hui, pour la première fois, nous reconnaissons le statut des langues autochtones et prenons des mesures pour empêcher leur extinction, mais malheureusement, ce n’est pas le cas de toutes les langues.
Pour cette raison précise que les langues inuites ne sont pas incluses dans le projet de loi, je ne peux pas l'appuyer. Je suis prêt à répondre à toute observation ou question des députés.
Voir le profil de Hunter Tootoo
Ind. (NU)
Voir le profil de Hunter Tootoo
2019-05-09 11:15 [p.27558]
Monsieur le Président, je ne peux pas parler au nom du gouvernement pour ce qui est de la date à laquelle le projet de loi été déposé, mais j’ai entendu dire qu’il essayait de présenter d’autres projets de loi qui avaient déraillé. Les libéraux estimaient qu'il leur fallait présenter quelque chose, alors ils ont présenté ce projet de loi. De l’avis de l’Inuit Tapiriit Kanatami et de la Nunavut Tunngavik Inc., le gouvernement a précipité les choses alors qu’il aurait dû prendre le temps de bien les faire.
Voir le profil de Hunter Tootoo
Ind. (NU)
Voir le profil de Hunter Tootoo
2019-05-09 11:17 [p.27558]
Monsieur le Président, comme je l’ai déjà dit, j'approuve le principe qui sous-tend ce projet de loi. La députée dit que nous avons besoin de travailler ensemble pour continuer d’améliorer les choses. J’ai offert aux libéraux la possibilité de le faire, mais ils ont choisi de rejeter mon amendement.
J’ai parlé au ministre. J’ai pris soin de rédiger un amendement qui ne déborde pas du cadre du projet de loi et du mandat que nous avions. Mon amendement lui aurait donné la possibilité de travailler avec les Inuits. Les libéraux ont choisi de rejeter mon amendement.
C’était une occasion manquée. J’espérais que les libéraux la saisiraient au vol. Le projet de loi C-91 ne s’en porterait que mieux.
Voir le profil de Hunter Tootoo
Ind. (NU)
Voir le profil de Hunter Tootoo
2019-05-09 11:20 [p.27558]
Monsieur le Président, à mon souvenir, c’est le cas. Cependant, comme la leader du gouvernement à la Chambre l’a souligné, certains amendements ont été acceptés. Il faudrait que je vérifie. Quand j’étais présent, tous ceux qui ont été proposés par l’opposition au comité ont été rejetés. Cependant, je ne suis pas tout à fait certain que ce soit le cas de toute la liste.
Voir le profil de Hunter Tootoo
Ind. (NU)
Voir le profil de Hunter Tootoo
2019-05-09 11:22 [p.27559]
Monsieur le Président, comme je l’ai fait remarquer, tous les amendements proposés quand j’étais présent au comité ont été rejetés. Cependant, je crois le ministre sur parole quand il dit rechercher une solution pour formuler un amendement qui satisfasse tout le monde. Ce serait un compromis. Ce ne semblait pas être le cas de mon amendement.
Le député dit que nous étudions un projet de loi modifié, mais aucun des amendements ne concerne les questions soulevées par l’Inuit Tapiriit Kanatami ou la Nunavut Tunngavik Inc., qui ont déclaré publiquement que le projet de loi n’a en rien été préparé conjointement avec les Inuits. En tant que député de Nunavut représentant la plus grande population d’Inuits au Canada, je ne peux pas appuyer le projet de loi à cause des préoccupations soulevées, que le gouvernement a apparemment ignorées.
Voir le profil de Hunter Tootoo
Ind. (NU)
Voir le profil de Hunter Tootoo
2019-05-09 11:24 [p.27559]
Monsieur le Président, comme je l’ai souligné, le président de l’Inuit Tapiriit Kanatami et la présidente de la Nunavut Tunngavik Inc. se sont prononcés publiquement contre le projet de loi à cause de cette exclusion. Comme je l’ai mentionné, au début de l’élaboration du projet de loi C-91, on leur a fait croire que le projet de loi serait préparé en suivant une approche fondée sur les distinctions. Maintenant que nous voyons le résultat, il semble que ce n’ait pas été le cas.
Une des choses que j’ai essayé de proposer avec mon amendement, qui n’avait rien de radical et qui aurait été un amendement très amical et facile à accepter, aurait permis au ministre de garder la porte ouverte pour travailler avec les Inuits, s’il le souhaitait. Il n’y avait rien d’impératif; c’était une possibilité.
Je ne comprends pas que cet amendement ait été rejeté. Il n’engageait en rien un gouvernement, que ce soit le gouvernement actuel ou tout gouvernement futur, à suivre une direction ou à prendre un engagement particulier, ce qui ne peut se faire. J’ai bien pris soin de présenter cet amendement d’une manière qui permettrait au gouvernement d’avancer et d’avoir la possibilité de tenir compte des souhaits des Inuits dans le projet de loi.
Voir le profil de Hunter Tootoo
Ind. (NU)
Voir le profil de Hunter Tootoo
2019-05-09 16:39 [p.27604]
Monsieur le Président, au moment de mettre aux voix ce projet de loi, la députée se joindra-t-elle à moi, ainsi qu'à trois autres députés, peut-être, afin d'imposer la tenue d'un vote par appel nominal?
Voir le profil de Hunter Tootoo
Ind. (NU)
Voir le profil de Hunter Tootoo
2019-05-09 16:43 [p.27605]
Monsieur le Président, je tiens à remercier la députée de Saanich—Gulf Islands de s'être engagée à m'appuyer.
Le gouvernement a indiqué à quel point cette mesure législative est importante, et les députés de l'opposition disent la même chose. Si le projet de loi est si important, les Canadiens méritent de voir comment leurs représentants votent au cours d'un vote par appel nominal au lieu de se contenter d'un projet de loi adopté avec dissidence.
Voir le profil de Hunter Tootoo
Ind. (NU)
Voir le profil de Hunter Tootoo
2019-05-01 14:05 [p.27225]
Monsieur le Président, lorsque le Nunavut a été créé, les Inuits ont opté pour un gouvernement public, espérant obtenir l'appui du gouvernement fédéral afin de construire un endroit où vivre et prospérer.
Vingt ans plus tard, le gouvernement du Nunavut, toujours aux prises avec un sous-financement chronique, manque des ressources nécessaires pour faire face aux problèmes et construire une économie viable.
À bien des égards, la vie des Inuits a empiré. En effet, le surpeuplement sévère des logements a entraîné une hausse alarmante des cas de tuberculose, le taux de suicide chez les jeunes est le plus élevé au Canada et les Inuits vivent dans des conditions de vie comparables à celles du tiers monde.
Le Canada contourne le gouvernement du Nunavut pour conclure des accords parallèles avec l'Inuit Tapiriit Kanatami, ou ITK, et finance celui-ci afin qu'il propose des solutions à ces crises. Or, l'ITK est un tiers. Ce n'est pas à lui, mais au gouvernement du Nunavut qu'il revient d'offrir des programmes et des services aux Inuits du Nunavut.
Bref, les Inuits vivent dans des conditions comparables à celles du tiers monde, le Canada finance une tierce partie pour régler la situation tandis que, de son côté, le gouvernement du Nunavut, qui peine à offrir des programmes et des services, est tenu à l'écart.
Qu'est-ce qui cloche?
Voir le profil de Hunter Tootoo
Ind. (NU)
Voir le profil de Hunter Tootoo
2019-05-01 15:14 [p.27238]
Monsieur le Président, ma question s'adresse au premier ministre.
L'organisation ITK a bénéficié, récemment, d'un financement généreux du gouvernement afin de s'attaquer aux problèmes cruciaux auxquels sont confrontés les Inuits au Canada, comme le logement et les soins de santé. Le problème, c'est que la majorité des Inuits du Canada vivent au Nunavut. Le gouvernement du Nunavut a été exclu de la planification stratégique et du financement. C'est le gouvernement du Nunavut qui est responsable de la prestation des programmes et des services, et non l'ITK. Cela n'a donc vraiment aucun sens.
Pourquoi le premier ministre ne s'est-il pas adressé directement au gouvernement du Nunavut afin qu'il ait les ressources pour régler ces problèmes?
Voir le profil de Hunter Tootoo
Ind. (NU)
Voir le profil de Hunter Tootoo
2019-03-19 15:12 [p.26152]
Monsieur le Président, ma question s'adresse au premier ministre.
Ses excuses pour la maltraitance subie il y a 70 ans par les patients inuits tuberculeux ont été bien reçues.
Aujourd'hui, la prévalence de la tuberculose chez les Inuits est 290 fois plus élevée que chez les Canadiens non autochtones et nous savons pourquoi. La grave pénurie de logements qui sévit crée une surpopulation, une des principales causes de la présence de la tuberculose au Nunavut.
Le financement annoncé précédemment, même s'il paraît bien, ne permet même pas de construire deux habitations par communauté par année. Le premier ministre peut-il s'engager dès aujourd'hui à agir et à prévoir un financement adéquat pour répondre à cette grave crise du logement et changer les choses?
Voir le profil de Hunter Tootoo
Ind. (NU)
Voir le profil de Hunter Tootoo
2019-02-28 14:00 [p.25917]
Monsieur le Président, cette semaine, le gouvernement du Canada a annoncé un financement de 1,6 million de dollars pour appuyer le projet de ligne d'électricité et de liaison par fibre optique de Kivalliq. Ce projet réduira considérablement la dépendance du Nunavut aux carburants fossiles et permettra d'offrir, pour la première fois, une connectivité Internet fiable aux communautés de la région de Kivalliq. Il s'agit d'un énorme pas en avant pour l'instauration d'une économie durable au Nunavut, et je suis fier d'y participer.
Toutefois, une économie durable nécessite également la prestation de services sociaux que la plupart des Canadiens tiennent pour acquis. Or, au Nunavut, il n'y a aucun centre de santé mentale ou de traitement des dépendances, en dépit du fait que le territoire affiche le plus haut taux de suicide au Canada.
Les dépendances causent des dommages incalculables aux familles et aux communautés et détruisent littéralement le tissu social. Il a fallu au Canada des décennies pour s'engager dans le projet de ligne d'électricité et de liaison par fibre optique. J'ose espérer que le gouvernement fédéral reconnaîtra l'urgence de la situation et collaborera avec le gouvernement du Nunavut pour créer un centre de santé mentale et de traitement des dépendances.
Voir le profil de Hunter Tootoo
Ind. (NU)
Voir le profil de Hunter Tootoo
2019-02-28 15:08 [p.25931]
[Le député s'exprime en inuktitut et fournit le text suivant:]
[Le député fournit la traduction suivante:]
Monsieur le Président,
[Traduction]
je signale au ministre des Services aux Autochtones que la circonscription de Nunavut ne compte aucun établissement offrant des soins de santé mentale ou de lutte contre la toxicomanie. Les besoins, qui sont pourtant criants, ont été bien documentés. Il suffit d'ailleurs pour s'en convaincre de se rappeler que c'est là que les taux de suicide et de dépendance à l'alcool et à la drogue sont les plus élevés du pays. Le gouvernement du Nunavut estime lui aussi qu'un tel établissement est nécessaire et il en a fait une priorité.
La prédécesseure du ministre a déjà dit qu'elle avait entendu l'appel des Nunavutois et qu'elle entendait y donner suite sans tarder. Le ministre s'engagera-t-il lui aussi à financer ce centre tant attendu?
Voir le profil de Hunter Tootoo
Ind. (NU)
Voir le profil de Hunter Tootoo
2019-02-20 17:57 [p.25577]
Madame la Présidente, je remercie tous les députés qui se sont exprimés sur cette question. Je tiens à dire très clairement que j'appuie le concept et l'idée qui sous-tendent le projet de loi. Cependant, je ne pense pas pouvoir l'appuyer dans sa forme actuelle. Je sais que le président de l'Inuit Tapiriit Kanatami, Natan Obed, a déclaré que le Bureau du commissaire aux langues autochtones décrit dans le projet de loi n'est rien de plus que le nouveau titre d'un programme existant concernant les langues autochtones, une initiative fédérale qui, jusqu'ici, a très peu fait pour stopper le déclin des langues autochtones, même si sa mission consiste à améliorer la situation.
M. Obed a déclaré que, contrairement aux commissaires provinciaux et territoriaux aux langues autochtones, le Bureau national du commissaire aux langues autochtones représenterait essentiellement un groupe de revendication dénué de pouvoir et contrôlé par le gouvernement fédéral. Aux termes du projet de loi, rien n'obligerait le gouvernement fédéral à financer les langues autochtones. Il a aussi dit que le projet de loi n'avait pas du tout été élaboré en collaboration avec les Inuits.
Je suis un Inuk et j'ai perdu ma langue maternelle. Toutefois, je suis très fier de voir ce qui se passe en ce moment au Nunavut. Les gens souhaitent apprendre et se réapproprier leur langue. En fait, en 2008, le Nunavut a adopté sa propre loi visant à protéger les langues autochtones et des éléments de la loi sur l'éducation qui obligeront le gouvernement à offrir une éducation dans deux langues, dont l'inuktitut. Hélas...
Voir le profil de Hunter Tootoo
Ind. (NU)
Voir le profil de Hunter Tootoo
2019-02-20 18:00 [p.25578]
Madame la Présidente, je remercie mon collègue. Je reprends où j'en étais. Malheureusement, l'Assemblée législative du Nunavut, dans le cadre de la session actuelle, envisage d'abroger des dispositions de cette loi parce qu'elle ne dispose pas des ressources nécessaires pour offrir une éducation bilingue.
Les mesures de ce type devraient prévoir la possibilité de fournir au gouvernement territorial, qui est responsable de l'éducation, les ressources et le financement nécessaires pour mettre en place et offrir un enseignement bilingue. Cette question pourrait être réglée dans le projet de loi dont nous sommes saisis.
Comme je l'ai dit, c'est avec beaucoup de fierté que j'ai appuyé ces mesures législatives en 2008. J'ai entendu à plusieurs reprises — y compris de la part du ministre plus tôt aujourd'hui — que le gouvernement est disposé à examiner des amendements. Je me réjouis à la perspective de travailler avec lui et l'organisme ITK pour présenter des amendements. J'espère que, après l'étude du comité, je pourrai appuyer la version proposée à l'étape de la troisième lecture.
Voir le profil de Hunter Tootoo
Ind. (NU)
Voir le profil de Hunter Tootoo
2019-02-19 15:01 [p.25518]
Monsieur le Président, ma question s'adresse au ministre des Affaires intergouvernementales et du Nord et du Commerce intérieur.
On a annoncé récemment que le cadre stratégique tant attendu pour l'Arctique et le Nord pourrait enfin être publié en juin. Les mesures prises par le gouvernement pour les peuples autochtones, comme la Loi sur les langues autochtones et le projet de loi sur le bien-être des enfants autochtones, ont été plus tape-à-l'oeil que consistantes. Il s'agit de slogans vides sans effet concret.
Le ministre peut-il assurer à la Chambre que le cadre stratégique aura le mordant nécessaire pour véritablement changer les choses?
Voir le profil de Hunter Tootoo
Ind. (NU)
Voir le profil de Hunter Tootoo
2019-02-05 15:07 [p.25286]
Monsieur le Président, le ministre des Affaires intergouvernementales et du Nord et du Commerce intérieur sait que la Kivalliq Inuit Association travaille très fort afin de proposer des solutions énergétiques propres pour créer des possibilités de développement économique dans la région. Le gouvernement du Nunavut appuie pleinement leurs efforts.
Les investissements dans les projets comme celui de la ligne d'électricité et de liaison par fibre optique de Kivalliq sont nécessaires pour créer une économie durable au Nunavut. Le ministre peut-il confirmer que le financement de grands projets comme celui-ci, qui servent à améliorer et à moderniser des infrastructures dont les collectivités du Nunavut ont grandement besoin, sera une priorité dans le prochain budget?
Voir le profil de Hunter Tootoo
Ind. (NU)
Voir le profil de Hunter Tootoo
2019-02-01 12:08 [p.25159]
Monsieur le Président, ma question s'adresse au ministre des Services aux Autochtones.
Il manque 700 millions de dollars. C'est ce qu'a révélé une analyse menée par les médias au sujet des dépenses liées au programme d'infrastructures du gouvernement actuel. Cet écart dans les dépenses rapportées a été attribué à l'incapacité de votre ministère et du ministère des Relations Couronne-Autochtones et des Affaires du Nord de faire rapport de la ventilation de leurs dépenses.
Le Nunavut connaît de graves lacunes d'infrastructure, particulièrement en ce qui concerne les infrastructures sociales. Alors où sont les 700 millions de dollars manquants et pourquoi n'ont-ils pas été investis dans les projets dont nous avons urgemment besoin?
Voir le profil de Hunter Tootoo
Ind. (NU)
Voir le profil de Hunter Tootoo
2018-12-11 15:12 [p.24730]
[Le député s'exprime en inuktitut et fournit le text suivant:]
[Le député fournit la traduction suivante:]
Monsieur le Président,
[Traduction]
ma question s'adresse au ministre des Affaires intergouvernementales et du Nord et du Commerce intérieur.
Hier, le Canada a enfin annoncé des changements au programme Nutrition Nord. Le financement additionnel et d'autres changements sont les bienvenus. Toutefois, le gouvernement ne règle pas le principal problème entourant le programme: la transparence et la reddition de comptes. Par exemple, le ministère admet que la subvention touchée par certains détaillants par l'entremise du programme est plus élevée que le tarif-marchandises qu'ils paient, ce pourquoi les Nunavummiuts estiment que certains détaillants profitent injustement de la subvention.
Le ministre s'engagera-t-il à enfin régler ce problème avant le budget du printemps?
Voir le profil de Hunter Tootoo
Ind. (NU)
Voir le profil de Hunter Tootoo
2018-12-06 15:10 [p.24519]
Monsieur le Président, hier, dans ma déclaration, j'ai souligné que l'explication que le premier ministre avait donnée la semaine dernière pour se justifier d'avoir interdit au gouvernement du Nunavut d'être partie aux traités avec les Dénés n'était pas valable. Chaque accord sur des revendications territoriales conclu à l'ère moderne relativement aux territoires du Nord a nécessité la participation de trois parties: le groupe autochtone, le Canada et le gouvernement du territoire concerné par l'accord. Pour de nombreuses raisons juridiques et constitutionnelles, ces traités ne peuvent pas être mis en oeuvre sans le consentement du gouvernement du Nunavut. Quand le Canada cessera-t-il de jouer le rôle de maître colonialiste pour enfin faire ce qui s'impose en invitant le gouvernement du Nunavut à la table des négociations en tant que partie prenante et signataire de ces traités?
Voir le profil de Hunter Tootoo
Ind. (NU)
Voir le profil de Hunter Tootoo
2018-12-05 14:04 [p.24439]
[Le député s’exprime en inuktitut ainsi qu’il suit:]
[Le député fournit la traduction suivante:]
Monsieur le Président,
[Traduction]
la semaine dernière, en réponse à ma question, le premier ministre a affirmé que toutes les parties censées être à la table des négociations pour les deux traités avec les Dénés étaient bel et bien présentes. Il avait tort.
Depuis 1975, tous les accords modernes sur des revendications territoriales ont nécessité la participation de la province ou du territoire sur lequel se situent les terres en question. De plus, chaque accord moderne sur des revendications territoriales conclu dans les territoires du Nord canadien a nécessité la participation de trois parties: le groupe autochtone, le Canada et le gouvernement du territoire concerné par l’accord.
Les deux traités avec les Dénés sont liés aux champs de compétence et vont donner lieu à des obligations financières envers le gouvernement du Nunavut, en plus d’exiger la modification de l’Accord sur les revendications territoriales du Nunavut. Leur entrée en vigueur nécessite donc l’autorisation du gouvernement du Nunavut.
Compte tenu des précédents juridiques et de la jurisprudence, je demande au gouvernement du Canada de faire ce qui s’impose et d’inviter le gouvernement du Nunavut à la table des négociations en tant que signataire et membre à part entière. C’est la place qui lui revient et cela ne peut que renforcer les traités.
Voir le profil de Hunter Tootoo
Ind. (NU)
Voir le profil de Hunter Tootoo
2018-11-28 15:08 [p.24097]
Monsieur le Président,
[Le député s'exprime en inuktitut.]
[Traduction]
Ma question s'adresse au premier ministre.
Le gouvernement qu'il dirige a refusé d'autoriser le gouvernement du Nunavut à devenir signataire de deux traités avec les Dénés. Ces traités empiéteront sur le pouvoir législatif du gouvernement territorial et le limiteront. Un statut d'observateur ne suffit pas. Le gouvernement du Nunavut doit être un participant à part entière de ces traités. Comme le premier ministre du territoire l'a dit, le gouvernement du Canada ne peut tout simplement pas imposer ces traités aux Nunavummiuts. C'est du jamais vu.
Le premier ministre expliquera-t-il à la Chambre pourquoi le gouvernement libéral a empêché le gouvernement du Nunavut d'être signataire de ces traités cruciaux?
Voir le profil de Hunter Tootoo
Ind. (NU)
Voir le profil de Hunter Tootoo
Ind. (NU)
Voir le profil de Hunter Tootoo
2018-11-23 12:05 [p.23785]
Monsieur le Président, ma question s'adresse au ministre de la Famille, des Enfants et du Développement social.
Le rapport 2018 de Campagne 2000, rendu public cette semaine, indique que le taux de pauvreté chez les enfants du Nunavut demeure le plus élevé au Canada; 34,8 % des enfants âgés de moins de 18 ans vivent dans la pauvreté, alors que c'est le cas chez 42,5 % — c'est renversant — des enfants de moins de 6 ans. Le rapport montre que le sous-financement chronique des programmes et des services offerts aux enfants autochtones est entre autres à l'origine de cette pauvreté extrême.
Le ministre a-t-il l'intention de collaborer avec le gouvernement du Nunavut et de fournir des fonds en fonction des besoins réels, comme il l'a déjà fait à l'égard des enfants des Premières Nations?
Voir le profil de Hunter Tootoo
Ind. (NU)
Voir le profil de Hunter Tootoo
2018-11-07 14:04 [p.23377]
Monsieur le Président,
[Le député s'exprime en inuktitut.]
[Traduction]
Je tiens à rendre hommage à un grand Canadien. Par souci de transparence, je dois dire que c'est mon cousin.
Jordin Tootoo a appris les rudiments du hockey à Rankin Inlet, qui est aussi ma localité d'origine. Il a joué pendant quatre saisons avec les Wheat Kings de Brandon avant de se joindre aux Predators de Nashville en 2003, devenant ainsi le premier Inuk à jouer dans la LNH. Après 13 saisons, Jordin a annoncé sa retraite du monde du hockey professionnel.
Jordin a connu des difficultés au cours de sa vie. Son frère aîné s'est suicidé. Jordin a réussi à surmonter sa dépendance à l'alcool, qui a failli mettre un terme à sa carrière de hockeyeur. Il s'est inspiré de son expérience personnelle pour promouvoir la santé mentale et la prévention du suicide. Il a toujours redonné aux communautés inuites et autochtones et il pourra maintenant consacrer plus de temps à son travail auprès des jeunes Autochtones.
Jordin est une source d'inspiration pour tous les Autochtones et tous les Canadiens. Il a prouvé qu'il est possible de connaître du succès dans la vie malgré les difficultés et il nous a montré comment on peut aider les autres à trouver leur voie.
Le nom inuit de Jordin, Kudluk, signifie « tonnerre » en inuktitut. Je souhaite qu'il gronde encore longtemps.
Voir le profil de Hunter Tootoo
Ind. (NU)
Voir le profil de Hunter Tootoo
2018-11-05 15:04 [p.23263]
Monsieur le Président,
[Le député s'exprime en inuktitut.]
Ma question s'adresse au ministre de la Famille, des Enfants et du Développement social. Elle se rapporte à une question que j'ai posée la semaine dernière. Je ne crois pas que le ministre ait saisi la gravité de la pénurie de logements au Nunavut.
Oui, 240 millions de dollars ont été octroyés. Cela peut sembler beaucoup, mais il s'agit d'une allocation sur 10 ans. Cette somme représente la construction de 48 maisons par année pour l'ensemble du territoire, soit moins de 2 maisons par communauté. La situation est critique. Les logements surpeuplés contribuent au taux de suicide élevé chez les jeunes et à la prévalence de la tuberculose. Aucun Canadien ne devrait vivre dans de telles conditions.
Je vais le demander de nouveau: le ministre peut-il agir immédiatement afin de collaborer avec le gouvernement du Nunavut pour régler cette crise?
Voir le profil de Hunter Tootoo
Ind. (NU)
Voir le profil de Hunter Tootoo
2018-11-01 15:07 [p.23153]
Monsieur le Président, ma question s'adresse au ministre de la Famille, des Enfants et du Développement social.
Si les Canadiens voyaient dans quelles conditions vivent plusieurs résidants du Nunavut, ils en seraient horrifiés et embarrassés. La pénurie de logements a atteint les proportions d'une véritable crise. Les logements surpeuplés sont l'une des causes des taux élevés de suicides et de tuberculose. La somme prévue pour le logement dans le dernier budget est loin d'être suffisante pour calmer la crise ou même pour suivre la croissance annuelle de la main-d'oeuvre.
Le ministre augmentera-t-il immédiatement le financement afin de remédier à cette crise, et collaborera-t-il avec le gouvernement du Nunavut afin d'inclure une allocation appropriée dans le budget de 2019?
Voir le profil de Hunter Tootoo
Ind. (NU)
Voir le profil de Hunter Tootoo
Ind. (NU)
Voir le profil de Hunter Tootoo
Ind. (NU)
Voir le profil de Hunter Tootoo
2018-10-16 15:05 [p.22458]
Monsieur le Président, ma question s'adresse au président du Conseil du Trésor.
En 1993, le Canada a signé l'Accord sur les revendications territoriales du Nunavut. Selon l'article 24.3.1, le gouvernement du Canada doit élaborer et mettre en oeuvre des politiques visant la passation des marchés nécessaires au soutien des entreprises inuites. En n'appuyant pas ces entreprises, on s'oppose au développement d'une économie durable au Nunavut.
Par suite d'une décision du tribunal en mai 2015, le Canada devait mettre ces politiques en place avant le 31 juillet 2016, mais cela n'a pas été fait. Pourquoi le gouvernement n'a-t-il pas honoré son obligation légale, et quand le fera-t-il?
Voir le profil de Hunter Tootoo
Ind. (NU)
Voir le profil de Hunter Tootoo
2018-10-03 14:04 [p.22143]
Monsieur le Président, les Nunavutois partagent la même vision et sont convaincus qu'il leur est possible de se doter d'une économie durable qui saura répondre aux besoins de la population, créer des emplois, réduire leur dépendance envers Ottawa et leur permettre de jouir du même niveau de vie que les Canadiens du Sud. Pour ce faire, le gouvernement fédéral doit investir des sommes substantielles afin de répondre aux besoins les plus criants dans quatre domaines essentiels, à savoir la sécurité alimentaire, les infrastructures communautaires, le logement ainsi que les compétences et la formation professionnelle. Ce n'est que lorsque ces besoins seront comblés que nous pourrons véritablement aspirer à une économie durable.
Le gouvernement est déjà dans la bonne voie. Depuis que j'ai été élu, il a en effet annoncé des investissements de plus de 1,25 milliard de dollars, et disons qu'il est bon de voir qu'on se soucie à nouveau de notre qualité de vie. Cela dit, l'argent annoncé prend du temps à se rendre jusqu'à ses destinataires, sans compter qu'il est souvent réparti sur plusieurs années, ce qui en réduit l'impact.
C'est là-dessus que je concentrerai mes efforts pour le reste de la session parlementaire. Je suis impatient d'entendre ce que mes collègues auront à dire et je sais que je pourrai compter sur eux pour trouver des solutions d'avenir prometteuses pour le Nunavut.
Voir le profil de Hunter Tootoo
Ind. (NU)
Voir le profil de Hunter Tootoo
2018-10-02 15:03 [p.22118]
Monsieur le Président,
[Le député s'exprime en inuktitut.]
[Traduction]
Ma question s'adresse au ministre des Affaires intergouvernementales et du Nord. Le ministre sait qu'un financement a été demandé pour réaliser une étude de faisabilité pour le projet visant à établir une route qui permettra d’acheminer l’électricité et la fibre optique du Manitoba à la région de Kivalliq. Si je comprends bien, une partie de ce financement a déjà été approuvée, ou le sera sous peu.
Ce projet, qui s'inscrit dans le cadre de l'approche du gouvernement à l'égard de la relation entre la Couronne et les Inuits, est essentiel et a reçu l'appui de tous les maires de la région de Kivalliq. Il dotera la région d'une source d'énergie verte et appuiera les Nunavummiuts dans leurs efforts pour bâtir une économie durable.
Le ministre s'engagera-t-il à trouver le reste des fonds nécessaires à la réalisation de cette importante étude, qui entraînerait des changements fondamentaux pour le Nunavut, comme il l'a promis aux intervenants?
Voir le profil de Hunter Tootoo
Ind. (NU)
Voir le profil de Hunter Tootoo
2018-09-24 15:08 [p.21718]
Monsieur le Président, ma question s'adresse à la ministre de l'Environnement et du Changement climatique.
Le gouvernement du Nunavut a demandé des exemptions à la taxe sur la carbone dans les trois secteurs suivants: carburant pour le transport, combustible pour le chauffage des maisons et combustible pour la production d'énergie. Au printemps dernier, la ministre a reconnu les circonstances uniques liées à la vie au Nunavut et elle a accordé une exemption sur le carburant d'aviation; je l'en remercie. Cependant, les gens de ma circonscription paient deux fois la taxe dans les autres secteurs — une première fois à la source et ensuite au point de vente.
La ministre fera-t-elle ce qui s'impose dès maintenant et accordera-t-elle des exemptions sur le combustible pour le chauffage des maisons et sur le combustible pour la production d'énergie au Nunavut?
Voir le profil de Hunter Tootoo
Ind. (NU)
Voir le profil de Hunter Tootoo
2018-09-17 15:10 [p.21399]
Monsieur le Président,
[Le député s'exprime en inuktitut.]
[Traduction]
Monsieur le Président, ma question s’adresse au ministre des Affaires intergouvernementales et du Nord et du Commerce intérieur.
Voilà plus d’un an que le rapport Nutrition Nord a été publié et nous attendons toujours des mesures de suivi. Lors de sa dernière visite à Iqaluit, le nouveau ministre s’est rendu compte de l’urgence de la question. J’en ai parlé cinq fois à la Chambre et la réponse est toujours la même: « Nous prenons le temps de bien faire les choses ». Combien faut-il de temps au gouvernement pour bien faire les choses?
Le premier ministre a confié au ministre un mandat bien précis pour régler le problème et élargir le programme. Va-t-il nous faire part du calendrier qu’il a prévu à cette fin?
Voir le profil de Hunter Tootoo
Ind. (NU)
Voir le profil de Hunter Tootoo
2018-06-20 15:34 [p.21344]
Monsieur le Président, je suis d'accord pour que le résultat du vote précédent s'applique et je voterai pour.
Voir le profil de Hunter Tootoo
Ind. (NU)
Voir le profil de Hunter Tootoo
2018-06-20 15:46 [p.21347]
Monsieur le Président, je suis d'accord pour que le résultat du vote précédent s'applique et je voterai pour. Je suis impatient de retrouver des températures un peu plus fraîches.
Voir le profil de Hunter Tootoo
Ind. (NU)
Voir le profil de Hunter Tootoo
2018-06-18 15:05 [p.21150]
Monsieur le Président, ma question s'adresse à la ministre de l'Environnement et du Changement climatique.
Le ministre de l'Agriculture a indiqué dernièrement que l'essence et le diésel à usage agricole seront exemptés de la tarification du carbone, sans doute parce que le gouvernement reconnaît que cette tarification poserait un préjudice indu aux agriculteurs.
La ministre sait que l'empreinte carbone du Nunavut est minime et elle est aussi consciente des difficultés auxquelles sont confrontés les Nunavummiuts. Le gouvernement du Nunavut a demandé des exemptions relatives à la tarification du carbone pour le transport, la production d'électricité et le combustible de chauffage. La ministre accordera-t-elle ces exemptions?
Voir le profil de Hunter Tootoo
Ind. (NU)
Voir le profil de Hunter Tootoo
2018-06-12 13:58 [p.20726]
Madame la Présidente, qujannamiik uqaqti.
L’éducation et les soins de santé sont deux grandes priorités dans ma circonscription, Nunavut. Pour ce qui est de la première, le Nunavut a le taux de diplomation le plus bas du pays, fâcheuse réalité causée par bien des facteurs dont une profonde méfiance du système que nous ont laissé les pensionnats. Pour ce qui est de la seconde, les Nunavummiuts ont besoin d’avoir accès à des soins de santé de qualité. Ils veulent être soignés au Nunavut par des gens sensibles à leur culture.
Je suis heureux de dire que les jeunes du Nunavut font leur part pour s’occuper de ces priorités. Demain, je me rendrai dans ma circonscription pour féliciter les derniers diplômés des programmes d'enseignement et de soins infirmiers au Nunavut Arctic College. Ces programmes fournissent aux étudiants une éducation culturellement pertinente qui leur permettra de façonner les politiques d’enseignement et de soins de santé pendant des générations. Ce sera pour moi un grand honneur que de prendre la parole à la cérémonie et je suis très fier de ces diplômés et de leurs réalisations.
Voir le profil de Hunter Tootoo
Ind. (NU)
Voir le profil de Hunter Tootoo
2018-06-11 15:08 [p.20607]
Monsieur le Président, qujannamiik uqaqti. Ma question s'adresse à la ministre des Services aux Autochtones.
La semaine dernière, j'ai posé une question au premier ministre au sujet de la situation de crise que deux communautés de ma circonscription ont récemment déclarée, à cause du manque de services en santé mentale et de l'augmentation des tentatives de suicide.
Je remercie le premier ministre de sa réponse, mais le financement dont il a fait état ne servira pas uniquement à soutenir les services en santé mentale. À l'instar d'autres subventions déjà consenties, ce financement ne suffira pas à répondre aux besoins, comme le démontrent clairement les crises auxquelles nous sommes confrontés.
La ministre s'engagera-t-elle à financer les services en santé mentale et à fournir aux Nunavummiuts le soutien dont ils ont besoin?
Voir le profil de Hunter Tootoo
Ind. (NU)
Voir le profil de Hunter Tootoo
2018-06-11 15:23 [p.20610]
Monsieur le Président, je suis d'accord pour que le résultat du vote précédent s'applique et je voterai non.
Voir le profil de Hunter Tootoo
Ind. (NU)
Voir le profil de Hunter Tootoo
2018-06-11 15:35 [p.20612]
Monsieur le Président, je suis d'accord pour que le résultat du vote précédent s'applique, et je voterai non.
Voir le profil de Hunter Tootoo
Ind. (NU)
Voir le profil de Hunter Tootoo
2018-06-11 15:37 [p.20613]
Monsieur le Président, je suis d'accord pour appliquer le résultat du vote précédent et je voterai non.
Voir le profil de Hunter Tootoo
Ind. (NU)
Voir le profil de Hunter Tootoo
2018-06-11 15:39 [p.20615]
Monsieur le Président, je suis d'accord pour que le résultat du vote précédent s'applique et je voterai contre la motion.
Résultats : 1 - 60 de 184 | Page : 1 de 4

1
2
3
4
>
>|
Exporter en: XML CSV RSS

Pour plus d'options de données, veuillez voir Données ouvertes