Hansard
Consultez le guide de l'usager
Pour obtenir de l’aide, contactez-nous
Consultez le guide de l'usager
Pour obtenir de l’aide, contactez-nous
Ajouter un critère de recherche
Résultats : 1 - 15 de 310
Voir le profil de Andrew Scheer
PCC (SK)
Monsieur le Président, je tiens à remercier mes collègues de l'opposition officielle d'avoir travaillé si fort pendant toute la journée. Je tiens également à remercier les députés des autres partis qui ont collaboré avec nous pour trouver une solution à un problème que le gouvernement a créé lorsqu'il a décidé d'ajouter certaines mesures supplémentaires à son programme d'aide financière.
Nous reconnaissons le fait que beaucoup de Canadiens et de Canadiennes seront confrontés à beaucoup de difficultés au cours des prochains jours et des prochaines semaines. Nous sommes prêts à apporter notre contribution pour trouver des solutions.
Nous sommes conscients que les Canadiens seront confrontés à bien des difficultés au cours des prochains jours et des prochaines semaines, et nous sommes là pour aider à trouver des solutions. Voilà ce que l'on souhaite faire. Comme les libéraux ont accepté de reconnaître nos profondes préoccupations relativement aux énormes pouvoirs qu'ils tentaient de s'accorder, nous pouvons maintenant soutenir la mise en œuvre de cette mesure.
Cela dit, j'ai plusieurs questions à poser aux députés d'en face. Comme ils le savent très bien, de nombreuses entreprises se trouvent au bord de la faillite. Elles se voient contraintes de cesser leurs activités. Il s'agit d'une situation très difficile pour les restaurants et les autres entreprises du secteur des services. La proposition initiale du gouvernement était d'offrir une subvention salariale de 10 %. Je crois que les ministres conviendront que la situation a changé depuis les premiers jours de la pandémie et que, dans de nombreux cas, cela ne suffira pas à aider les personnes à garder leur emploi.
Le gouvernement envisagera-t-il d'adopter d'autres mesures pour aider les petites entreprises à rester en affaires pendant cette période difficile? Nous avons demandé au gouvernement non seulement d'augmenter la subvention salariale, mais aussi de rembourser la TPS aux petites entreprises qui l'ont perçue au cours des derniers mois. Cela leur permettrait d'accroître leurs liquidités, ce qui leur serait d'une grande aide.
Le gouvernement sera-t-il disposé à envisager une mesure de ce type?
Voir le profil de Andrew Scheer
PCC (SK)
Madame la présidente, je dois dire que nous sommes d'accord avec le ministre des Finances sur la majorité des points qu'il a soulevés. Je suis d'avis que nous allons entrer en terrain inconnu. Un grand nombre de Canadiens qui n'ont encore jamais demandé d'aide au gouvernement n'auront pas d'autre choix. Nous nous devons de trouver une façon de leur fournir ce soutien et d'aider les gens à payer leur loyer ou leur hypothèque, sans oublier leur épicerie.
Il faut éviter de faire perdurer encore plus longtemps les effets de ce ralentissement. Ce serait le cas si le gouvernement ou la banque centrale envisageait de recourir à des mesures d'assouplissement quantitatif. Une telle approche entraînerait sans aucun doute des effets à long terme qui s'étireraient sur des années et des années, au-delà de ce qui est inévitable.
Le ministre des Finances s'engage-t-il à assurer à la Chambre que des mesures d'assouplissement quantitatif, comme l'impression de billets, ne sont pas une approche que le gouvernement pourrait appuyer ni recommander d'aucune façon à la Banque du Canada?
Voir le profil de Andrew Scheer
PCC (SK)
Monsieur le Président, je sais que tous les parlementaires sont d'accord avec moi pour dire que les Canadiens touchés par la COVID-19 sont dans nos pensées et nos prières actuellement. Députés ministériels et députés de l'opposition, nous devons tous continuer d'être guidés par notre désir commun de protéger la santé et la sécurité de tous les Canadiens et d'aider ces derniers à faire face à la pandémie mondiale.
Nous traversons une période sans précédent, qui exige une intervention sans précédent, tant de la part des gouvernements que des Canadiens.
Nous savons que cette crise touche la vie des Canadiennes et des Canadiens partout au pays.
Près d'un million de travailleurs ont déjà été mis à pied, on a dit aux magasins et aux restaurants de fermer leurs portes et on a demandé aux Canadiens de rester à la maison.
Nous savons aussi que cette crise frappe notre économie et que les mois à venir seront très difficiles.
Nous savons tous qu'il faut en faire davantage et nous avons tous entendu parler de cas isolés où des gens n'ont pas respecté les conseils de santé publique, mais la très grande majorité des Canadiens se sont montrés à la hauteur et ont su faire preuve de compassion, une qualité pour laquelle le Canada est bien connu.
En cette période difficile, nous constatons plus que jamais la force de nos collectivités et nous reconnaissons les vrais héros canadiens: les camionneurs, les agriculteurs et les travailleurs d'usine, qui s'assurent que les chaînes d'approvisionnement soient maintenues en tout temps; les entreprises, qui prennent des mesures pour faire en sorte que les travailleurs continuent d'être payés même si elles ont fermé leurs portes; les épiceries, les pharmacies et le personnel de nettoyage, qui s'efforcent de garder les étagères remplies et les portes ouvertes; les restaurants, qui offrent des plats à emporter et la livraison à domicile à ceux qui ont besoin d'un repas chaud.
Dans le contexte de la crise sanitaire, je tiens surtout à remercier chaleureusement les médecins, les infirmières, les infirmiers, le personnel hospitalier, les responsables de la santé publique et les premiers intervenants, qui travaillent jour et nuit pour nous maintenir en santé et en sécurité.
La semaine dernière, j'ai eu l'occasion de discuter avec le président de l'Association des médecins de l'Ontario au sujet de ce dont les médecins ont besoin de toute urgence de la part du gouvernement pour lutter contre la pandémie. Il faut répondre à ces besoins.
Le président a indiqué qu'il fallait de meilleurs outils d'échange d'information sur les cas de contamination pour permettre aux organismes médicaux et sanitaires de retracer plus rapidement ceux qui ont été en contact avec des personnes ayant reçu un résultat positif au test de dépistage. Le mécanisme d'intervention doit être beaucoup plus rapide. Il a aussi indiqué qu'il fallait de l'équipement et que les achats devaient être faits dès maintenant, avant que le nombre de cas monte en flèche. J'espère que le gouvernement prend ces préoccupations très au sérieux.
Les chercheurs scientifiques joueront également un rôle essentiel dans la lutte contre la pandémie et, ultimement, dans le développement d'un vaccin.
Je tiens également à souligner le leadership démontré par les élus provinciaux et municipaux du pays. Alors que le gouvernement fédéral a mis du temps à agir, les provinces ont agi rapidement, profitant des pouvoirs conférés par la Constitution en matière de santé et d'éducation, notamment par l'entremise de la police et des services locaux. Cela a permis à chaque province de relever ses propres défis et de proposer des approches nouvelles et innovantes.
Les Canadiens sont inquiets. Ils s'inquiètent de leur santé, de la santé de leurs proches, de leur emploi et de leur avenir, et ils s'attendent à ce que nous agissions.
Les conservateurs ont fait preuve de souplesse tout en continuant à surveiller le gouvernement. Lorsque les conservateurs ont accepté l'interruption extraordinaire des travaux du Parlement, ils ont insisté pour que le gouvernement se soumette à des mesures importantes de reddition de comptes. Ils ont accepté l'interruption à condition que le vérificateur général vérifie toute nouvelle dépense et que les comités parlementaires soient capables d'examiner toutes ces dépenses à la reprise des travaux.
Nous avions aussi convenu de rappeler la Chambre des communes cette semaine avec un nombre restreint de députés. Nous étions prêts à adopter rapidement les mesures annoncées par le premier ministre jusqu'ici.
Cependant, nous n'étions pas prêts à laisser le gouvernement tenter un coup de force antidémocratique. Les libéraux ont essayé honteusement de se servir d'une crise de santé publique pour se donner le pouvoir d'augmenter les impôts, la dette et les dépenses sans surveillance parlementaire. Toutefois, après des heures de négociation, le gouvernement a fait marche arrière, et les conservateurs ont obtenu les concessions suivantes.
Nous avons exigé que le gouvernement retire l'article du projet de loi qui lui aurait permis d'augmenter les impôts sans l'approbation du Parlement, et les libéraux ont accepté.
Nous avons exigé que le gouvernement fasse marche arrière sur son pouvoir illimité de dépenser et que les mandats spéciaux expirent le 23 juin 2020 au lieu du 30 septembre 2020. Les libéraux ont accepté.
Nous avons exigé que le gouvernement fasse passer en premier, et de manière explicite, les droits des contribuables, et les libéraux ont accepté.
Nous avons exigé que le gouvernement inclue des dispositions de caducité dans son projet de loi. Le Parti conservateur est le seul à avoir soulevé cette question.
Nous avons demandé une clause d'extinction afin de nous assurer que les nouveaux pouvoirs ne demeureront pas pendant encore plusieurs années.
Nous avons exigé que le gouvernement rende des comptes au Parlement en présentant régulièrement des rapports aux comités de la santé et des finances de la Chambre des communes et que le comité des finances ait le droit de rappeler le Parlement en cas d'abus, et les libéraux ont accepté.
Notre opposition efficace a aussi obligé le gouvernement à faire marche arrière concernant d'autres politiques.
Rappelons qu'il y a peu de temps, les conservateurs ont réclamé devant la Chambre des mesures plus vigoureuses pour protéger les frontières. C'est nous qui avons demandé pourquoi le Canada acceptait toujours l'arrivée de vols en provenance de points chauds un peu partout dans le monde. Nous prônons depuis beaucoup plus longtemps l'idée de restreindre les voyages. Initialement, le gouvernement a soutenu que la fermeture des frontières et la restriction des voyages n'étaient pas un moyen efficace de lutter contre le virus. Or, peu après ces déclarations, il se trouve que les libéraux ont été forcés de recourir à ces solutions.
Nous avons demandé quelle incidence la fermeture de la frontière aurait sur les programmes des travailleurs étrangers temporaires et des travailleurs agricoles saisonniers, et le gouvernement a prévu des exemptions.
Nous avons exigé que le gouvernement mette un terme aux passages illégaux à la frontière, particulièrement au chemin Roxham, et c'est seulement grâce à nous si le gouvernement a écouté.
Nous avons aussi réclamé que le gouvernement fédéral augmente l'aide aux petites entreprises et aux travailleurs, et je continue d'espérer que le gouvernement mettra en oeuvre nos suggestions.
Les conservateurs s'emploient à proposer des solutions utiles pour que personne ne soit laissé pour compte. Nous continuerons à poser des questions au nom des Canadiens et à faire en sorte que le gouvernement réponde en fournissant des échéanciers clairs, pour que les Canadiens sachent quand ils peuvent s'attendre à recevoir du soutien.
Nous sommes nombreux à nous tourner vers le reste du monde à la recherche de modèles. Nous espérons que le gouvernement suivra l'exemple de pays qui ont mis en place des mesures efficaces dès le début et qui, par la suite, ont pu assouplir beaucoup plus rapidement certaines restrictions au plan économique. Un des députés a cité en exemple Singapour, la Corée du Sud et Taïwan, où il y a eu de vastes campagnes de dépistage, combinées à une communication rapide des informations et à de promptes mesures pour retrouver les personnes dont les résultats étaient positifs et établir la liste des individus exposés dans la collectivité. Voilà le genre d'interventions qu'il aurait fallu effectuer beaucoup plus rapidement pour que l'économie reprenne sans tarder.
Tandis que le gouvernement explore les moyens d'arriver précisément à cette fin, je le presse encore une fois de faire tout ce qui est en son pouvoir en ce sens.
Je sais que le ministre des Finances a dit plus tôt que la Banque du Canada est indépendante du gouvernement. Bien que ce soit vrai à bien des égards, il existe des façons pour le gouvernement de prendre des mesures pour s'assurer de ne pas envisager la possibilité d'un relâchement quantitatif. Chaque fois qu'un gouvernement a essayé d'aller en ce sens par le passé, cela a entraîné de nombreuses conséquences négatives qui ont persisté des années après la fin de la crise économique qui a justifié la prise de ces mesures. Nous savons que les marchés du crédit éprouvent actuellement d'énormes difficultés et nous savons que le gouvernement cherchera des moyens de régler le problème, mais il ne suffit pas d'imprimer plus d'argent. J'espère que les libéraux en tiendront compte.
Nous sommes ici pour coopérer avec eux alors qu'ils cherchent à apporter du soutien aux Canadiens et à aider les gens à payer leur hypothèque, leur loyer et les services publics, et à se nourrir.
Nous serons là pour aider les gens et proposer des solutions afin de nous assurer que les Canadiens et les Canadiennes peuvent garder leur maison. Nous allons coopérer avec les mesures apportant de l'aide directe entre les mains des Canadiens affectés par cette crise.
Je remercie tous mes collègues d'avoir été ici toute la journée.
Je rappelle de nouveau au gouvernement que la partie du projet de loi qui porte sur l'aide aurait pu être adoptée il y a 12 heures. Nous reconnaissons toutefois que des progrès ont été réalisés et que le leader du gouvernement à la Chambre fait preuve d'un esprit de coopération. Je le remercie de tous les efforts qu'il a faits au cours de la journée. Il a travaillé très fort et il y avait beaucoup d'éléments variables à bien des égards. Ceux d'entre nous qui sont ici depuis le début de la journée sont reconnaissants que les Canadiens puissent obtenir cette aide.
Voir le profil de Andrew Scheer
PCC (SK)
Monsieur le Président, je tiens juste à apporter une précision. Le problème n'était pas que les conservateurs avaient des réserves quant à la proposition du gouvernement, qui visait à s'attribuer des pouvoirs sans précédent; le problème était que les Canadiens avaient d'énormes réserves quant à la proposition du gouvernement.
Bien que nous soyons heureux d'être arrivés à un compromis qui permet l'adoption du projet de loi, je suggère au député de faire tout en son pouvoir pour souligner auprès de ses collègues qu'il y a eu énormément de bonne volonté au cours des dernières semaines. Si le gouvernement a des propositions ou des idées sur la façon dont il aimerait disposer d'une plus grande marge de manoeuvre pour répondre à cette crise au fur et à mesure qu'elle évolue, il serait nettement préférable d'en informer l'opposition par les voies de communication normales déjà établies plutôt que de la prendre par surprise peu de temps avant la reprise des travaux de la Chambre.
Je laisse le message au député et j'espère qu'il le transmettra au reste des membres de son parti.
Voir le profil de Andrew Scheer
PCC (SK)
Monsieur le Président, le député n'a aucunement raison.
Son chef a quitté les négociations. Il a donné la permission au gouvernement de faire n'importe quoi. Il a peut-être décidé d'aller souper au lieu de représenter son caucus et les intérêts de ses concitoyens.
Or nous avons fait un autre choix. Nous avons décidé de rester ici pour nous assurer que nous avons un meilleur projet de loi pour les Canadiens.
Il y a beaucoup de différences entre...
Voir le profil de Andrew Scheer
PCC (SK)
Monsieur le Président, nous souscrivons certainement à l'objectif soulevé par le député. Selon moi, la meilleure chose que le gouvernement puisse maintenant faire est d'intervenir comme jamais auparavant dans de nombreux aspects de l'économie. Même les gouvernements libéraux précédents les plus ambitieux, qui auraient adoré exercer un plus grand contrôle sur l'économie, n'ont pas tenté une telle chose.
Dans la situation actuelle, il se peut fort bien que nous devions trouver des solutions à court terme pour permettre aux gens de demeurer à la maison. Nous souscrivons à l'objectif, et je crois qu'il est temps de demander à nos collègues du comité des finances d'examiner les moyens de fournir une prestation à court terme afin que le gouvernement puisse intervenir pour aider les gens à traverser la crise, puis se retirer pour permettre à l'économie de repartir normalement.
Voir le profil de Rosemarie Falk
PCC (SK)
Monsieur le Président, c'est avec beaucoup de plaisir que j'attire l'attention de la Chambre sur l'initiative « La gentillesse gagne » qui se déroule dans ma collectivité, Lloydminster. Le programme « Cercle du changement » de l'organisme Beyond Borders remet des subventions aux écoles qui choisissent un projet visant à concrétiser le message « La gentillesse gagne ».
La semaine dernière, j'ai eu la chance d'aller à l'école Saint-Thomas et d'y rencontrer la classe de 2e année de Mme Michaud, qui a cherché des façons de répandre la gentillesse au-delà de notre région. Remplis de créativité et d'attention, les élèves ont fabriqué des cartes et des messages de gratitude à l'intention des militaires canadiens. Ils avaient déjà envoyé des cartes de Noël aux membres actifs des Forces armées canadiennes, et ils souhaitaient maintenant leur montrer qu'ils apprécient toujours leur travail.
Les membres des Forces armées canadiennes se dévouent pour protéger les valeurs et les libertés dont nous profitons chaque jour au Canada. Je trouve très encourageant de savoir que ces jeunes comprennent les sacrifices des militaires et leur en sont reconnaissants. Je tiens à féliciter les élèves de l'école Saint-Thomas pour leur excellent travail. J'invite aussi tous les députés à transmettre ce message: la gentillesse gagne.
Voir le profil de Kevin Waugh
PCC (SK)
Voir le profil de Kevin Waugh
2020-03-12 14:12 [p.2013]
Monsieur le Président, le week-end dernier, l'équipe féminine de basketball de l'Université de la Saskatchewan a battu l'équipe de l'Université Brock par la marque de 82 à 64, remportant ainsi le championnat U Sports de basketball féminin. C'est la deuxième fois en cinq ans que les Huskies remportent le trophée Bronze Baby.
Il y a 17 ans, j'ai assisté à la conférence de presse lorsque l'équipe a décidé d'embaucher l'entraîneuse en chef Lisa Thomaidis. L'équipe était alors au dernier rang du classement. Grâce à l'entraîneuse Thomaidis, c'est maintenant la meilleure équipe du pays. Je tiens à ajouter que Lisa sera l'entraîneuse en chef de l'équipe nationale lors des Jeux olympiques de 2020, à Tokyo.
Le match de dimanche était un excellent exemple de travail d'équipe. La meilleure joueuse du match, Summer Masikewich, a marqué 20 points et capté neuf rebonds. La joueuse par excellence du championnat, Sabine Dukate, a réussi huit tirs de trois points et marqué 24 points en tout. Katriana Philipenko a ajouté 11 points au total, tandis que Libby Epoch et Carly Ahlstrom ont toutes deux marqué neuf points.
Je félicite l'équipe des Huskies, qui nous a fait honneur.
Voir le profil de Andrew Scheer
PCC (SK)
Monsieur le Président, je suis persuadé de parler au nom de tous les députés lorsque je transmets mes meilleurs vœux de prompt rétablissement au premier ministre et à son épouse, ainsi qu'à tous les parlementaires qui pourraient ressentir des symptômes inquiétants.
L'Organisation mondiale de la santé a déclaré que le coronavirus avait atteint les proportions d'une pandémie. Le gouvernement affirme que le risque pour les Canadiens est faible, mais de nombreux pays prennent des mesures décisives. L'Italie, qui est l'un des pays les plus durement touchés, a mis en place de nombreuses mesures pour isoler certaines parties de son territoire. Or, lorsque le dernier vol en provenance d'Italie a atterri au Canada, les passagers n'ont fait l'objet d'aucun contrôle: leur température n'a pas été vérifiée et personne n'a été mis en quarantaine. On s'est contenté de remettre un feuillet d'information aux voyageurs, qui ont continué leur route.
Le gouvernement est-il convaincu qu'un feuillet d'information du ministère est suffisant pour réduire la propagation de la maladie?
Voir le profil de Andrew Scheer
PCC (SK)
Monsieur le Président, des collectivités de partout au pays craignent déjà de manquer d'appareils médicaux essentiels comme des ventilateurs, qui servent à gérer les symptômes de la maladie. Dans des pays comme l'Italie, où les cas ont grimpé en flèche, les ressources locales ont été débordées et les médecins ont été forcés de prendre des décisions déchirantes. Si ce qui s'est produit en Italie se produisait ici, les résultats pourraient être catastrophiques.
Le gouvernement a-t-il pris des arrangements avec un fournisseur pour assurer la livraison de ventilateurs supplémentaires?
Voir le profil de Andrew Scheer
PCC (SK)
Monsieur le Président, d'autres pays sont parvenus à réduire la propagation du coronavirus en prenant des mesures tangibles pour en stopper la transmission. Les libéraux ont décidé de ne pas imposer de contrôles obligatoires dans les aéroports. Ils ont décidé de ne pas imposer de quarantaines obligatoires. Ils ont décidé de ne pas imposer de restrictions aux voyageurs qui arrivent au Canada.
La vice-première ministre peut-elle expliquer à la Chambre sur quels faits se fondent ces décisions du gouvernement?
Voir le profil de Rosemarie Falk
PCC (SK)
Monsieur le Président, l'annulation du projet Frontier par la société Teck Resources a porté un autre coup terrible aux Canadiens de l'Ouest. Cette décision résulte directement des tactiques dilatoires anti-énergie du premier ministre.
Les Canadiens savent que les libéraux ont torpillé le projet de la société Teck. De récentes révélations selon lesquelles des ministres de premier plan ont fait activement campagne pour le rejet du projet le prouvent. La ministre de l'Agriculture était l'une des plus actives parmi eux.
Comment la ministre de l'Agriculture espère-t-elle avoir une quelconque crédibilité auprès des agriculteurs de l'Ouest canadien alors qu'elle s'en prend à la région?
Voir le profil de Randy Hoback
PCC (SK)
Voir le profil de Randy Hoback
2020-03-12 14:52 [p.2020]
Monsieur le Président, le 11 septembre 2018, un porte-parole du ministre des Finances s'est prononcé sur les mesures de rétorsion adoptées par le gouvernement à la suite de l'imposition de droits de douane sur l'acier et l'aluminium. Il a déclaré que le gouvernement était déterminé à ce que chaque dollar recueilli à l'aide des droits de douane serve à soutenir les secteurs touchés. Or, selon les estimations du directeur parlementaire du budget, les dépenses du gouvernement à cet effet seront de 105 millions de dollars inférieures aux sommes recueillies.
Le ministre des Finances pourrait-il répondre à la question suivante: où est passé l'argent?
Voir le profil de Warren Steinley
PCC (SK)
Voir le profil de Warren Steinley
2020-03-12 14:57 [p.2021]
Monsieur le Président, hier, nous avons tous vu un exemple de la logique libérale. Le premier ministre a déclaré avec fierté que le Canada attire de nouveaux investissements.
J'invite les députés à me suivre, s'ils le peuvent. Warren Buffett a investi 200 millions de dollars dans un parc éolien. En soi, cet investissement est positif. Cependant, quelques jours auparavant, M. Buffett a renoncé à investir 4 milliards de dollars dans un projet de gaz naturel liquéfié au Québec. Je ne suis qu'un petit gars de la campagne saskatchewanaise, mais j'ai un petit rappel pour le premier ministre: 200 est généralement plus grand que quatre, mais il faut toujours tenir compte des zéros dans un chiffre.
Est-ce la même logique libérale qui permet d'affirmer que le budget s'équilibre de lui-même?
Voir le profil de Kevin Waugh
PCC (SK)
Voir le profil de Kevin Waugh
2020-03-12 16:02 [p.2032]
Monsieur le Président, il est intéressant que nous ayons aujourd'hui un débat sur un enjeu de compétence provinciale. Il y a des provinces et des territoires qui n'appuient pas l'objet de cette motion. La liste de médicaments que la Saskatchewan juge prioritaires n'est pas pareille à celle de la Nouvelle-Écosse, du Nouveau-Brunswick ou de la Colombie-Britannique. Or, la Chambre des communes n'a même pas eu la courtoisie d'inviter les ministres de la Santé de chaque province pour discuter de cet enjeu.
Il y a des provinces canadiennes qui ne souhaitent pas voir cette motion adoptée. Je me demande si la députée manitobaine voudrait se prononcer sur ce sujet. Nous ne savons même pas avec certitude si sa province est en faveur de ce que propose la motion.
Résultats : 1 - 15 de 310 | Page : 1 de 21

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
>
>|
Exporter en: XML CSV RSS

Pour plus d'options de données, veuillez voir Données ouvertes