Hansard
Consultez le guide de l'usager
Pour obtenir de l’aide, contactez-nous
Consultez le guide de l'usager
Pour obtenir de l’aide, contactez-nous
Ajouter un critère de recherche
Résultats : 1 - 15 de 999
Voir le profil de Ziad Aboultaif
PCC (AB)
Voir le profil de Ziad Aboultaif
2020-08-12 12:16 [p.2746]
Monsieur le Président, la semaine dernière, le monde a été secoué par la terrible nouvelle d'une puissante explosion dans le port de Beyrouth, au Liban.
Le matin du 4 août, les Beyrouthins vaquaient à leurs occupations habituelles sans avoir la moindre idée de ce qui allait se produire, lorsqu'ont retenti brutalement les effroyables explosions qui ont dévasté la ville, faisant au moins 171 morts et plus de 6 000 blessés. Des gens ont perdu leurs foyers, leurs entreprises et leurs moyens de subsistance. Des quartiers entiers ont été réduits en poussière. Les autorités libanaises poursuivent leur enquête sur l'origine des explosions, et nous attendons avec impatience leurs conclusions.
Bien sûr, de nombreux Canadiens d'origine libanaise ont de la famille, des amis et des proches à Beyrouth et dans tout le Liban. Le Canada est fier de se tenir aux côtés de la communauté libanaise en cette période difficile, alors qu'elle fait face à la tragédie et rend hommage aux victimes. Nous avons entendu des histoires réconfortantes de Canadiens d'origine libanaise unissant leurs forces pour organiser des envois d'aide et offrir tout le soutien possible. Cela en dit beaucoup sur l'esprit qui anime la communauté.
Nous présentons nos condoléances à la famille et aux collègues de Nazar Najarian, un homme d'affaires de Montréal qui a été tragiquement tué. Nous sommes de tout coeur avec les blessés, parmi lesquels se trouve notamment un membre des Forces armées canadiennes. Nous prions pour leur prompt rétablissement.
Comme nous le savons, une grande partie de la ville est dévastée et a grand besoin d'aide. Je suis persuadé que les Canadiens répondront à l'appel. Nous soutiendrons le peuple libanais dans ses efforts pour dégager les débris et trouver les personnes touchées par cette tragédie. Tout au long de son histoire, le peuple libanais a subi de grandes épreuves mais, grâce à sa force et à sa résilience incroyables, il les a toujours surmontées. Je sais qu'il en sera de même cette fois-ci. Dans les jours, les semaines et les mois à venir, la force des Libanais les aidera à surmonter cette nouvelle épreuve.
Au nom de ma famille et de l'ensemble du caucus conservateur, je présente mes plus sincères condoléances à toutes les personnes touchées par la tragédie survenue au Liban. Nous continuerons à suivre de près la situation et nous sommes disposés à apporter toute l'aide possible à ceux qui tentent de se remettre de cette tragédie.
Voir le profil de Heather McPherson
NPD (AB)
Voir le profil de Heather McPherson
2020-08-12 12:27 [p.2748]
Monsieur le Président, il y a eu des discussions entre les partis, et je pense que vous constaterez qu'il y a consentement unanime à l'égard de la motion suivante.
Je propose:
Que la Chambre reconnaisse que la réouverture des entreprises et de l'économie implique de prendre beaucoup plus de mesures pour soutenir les parents, particulièrement les femmes, qui craignent de retourner au travail sans avoir l'assurance que leurs enfants seront en sécurité à la garderie et à l’école, et demande donc au gouvernement: a) d'augmenter les transferts aux provinces et territoires de 2 milliards pour les services de garde abordables; b) de transférer des fonds aux provinces et territoires afin d'appuyer un retour en classe sécuritaire; c) de collaborer avec les provinces et territoires afin de s'assurer que les fonds fédéraux sont consacrés à la santé et la sécurité des enfants à travers le pays, tout en veillant à ce que les transferts vers le Québec soient inconditionnels.
Voir le profil de Heather McPherson
NPD (AB)
Voir le profil de Heather McPherson
2020-08-12 12:30 [p.2748]
Monsieur le Président, j'aimerais revenir sur le rappel au Règlement effectué le 21 juillet par le député de Barrie—Innisfil au sujet des cinquième et septième rapports du Comité permanent de la procédure et des affaires de la Chambre. Le député a cité l'extrait suivant du rapport complémentaire du NPD, qui se trouve à la page 103 de la version française:
[...] le NPD considère que la portée de ce rapport n'a pas été respectée. Le comité avait été chargé de trouver des solutions pour la participation à distance des députés dans le contexte de la pandémie de COVID-19. Certaines recommandations dépassent la portée de ce mandat. Bien que le NPD [ne soit] pas en désaccord avec l'idée d'examiner d'autres options et d'être orienté vers l'avenir, il ne croit pas que ces éléments faisaient partie du mandat confié par la Chambre des communes.
Nous aimerions préciser la pensée du NPD. La Chambre des communes a demandé au Comité permanent de la procédure et des affaires de la Chambre de trouver des solutions pour que les députés puissent participer à distance à ses travaux. Or, le septième rapport du Comité recommandait aussi des moyens de voter en personne, et même si personne au Comité ne s'est opposé, cette réflexion ne faisait pas partie du mandat du Comité. C'est de cela que nous voulions parler quand nous disions, dans le rapport complémentaire, que certaines choses dépassaient la portée du mandat confié au Comité par la Chambre des communes.
Nous sommes d'avis que tous les députés doivent participer aux travaux de la Chambre, y compris les députés immunodéprimés et ceux dont un proche risque d'être atteint de la COVID-19. En ce qui concerne la participation en personne, on ne tient pas compte des risques associés à la COVID-19 que représentent les déplacements que doivent faire les députés de l'extérieur d'Ottawa. Tous les députés, peu importe où ils vivent, ont le droit de faire entendre leur voix au Parlement et de faire entendre celles des gens qu'ils représentent. C'est pourquoi le NPD appuie l'élaboration d'outils virtuels qui nous permettront de poursuivre notre important travail, c'est-à-dire offrir aux Canadiens l'aide dont ils ont besoin.
Voir le profil de Michelle Rempel Garner
PCC (AB)
Monsieur le Président, je partagerai mon temps de parole avec le député de Barrie—Innisfil.
Lorsqu'on a voulu équiper les ambassades canadiennes de scanneurs de sécurité, KPrime Technologies a levé la main. Or, plutôt que de travailler avec cette entreprise de Calgary pour obtenir ce matériel de sécurité sensible, les libéraux ont opté pour une entreprise embourbée dans un grave scandale international de pots-de-vin à Taïwan qui entretient des liens avec le gouvernement chinois. Mais il y a pire: cette entreprise a exigé un montant plus élevé que ce qu'aurait facturé l'entreprise qui se trouve dans ma circonscription. Pourquoi?
Voir le profil de Michelle Rempel Garner
PCC (AB)
Monsieur le Président, le ministre nous demande d'avoir foi en son parti, un parti qui n'a pas hésité à remuer ciel et terre pour SNC-Lavalin, une entreprise qui a soudoyé le fils de Mouammar Kadhafi en mettant des prostituées à sa disposition. Il nous demande de croire qu'ils ne savaient rien de la soumission légitime qu'a présentée une entreprise de Calgary pour fournir de l'équipement de sécurité névralgique aux ambassades, et qu'ils ont plutôt choisi une entreprise qui, en fin de compte, fait fi des règles liées aux scandales de corruption internationaux.
Il ne s'agit pas d'un simple oubli. C'est ridicule. Quand cet examen sera-t-il fait? Il aurait dû être fait à l'avance. Je tiens à le voir dès maintenant. Sera-t-il rendu public?
Voir le profil de Shannon Stubbs
PCC (AB)
Voir le profil de Shannon Stubbs
2020-08-12 13:15 [p.2756]
Monsieur le Président, c'est assez incroyable d'entendre la députée parler de parité hommes-femmes alors que, de ce côté-là de la Chambre, les femmes les plus compétentes semblent toutes être rétrogradées, être expulsées ou faire le sale travail du roi. Je n'en sais rien, mais je suppose que ce sont simplement des paroles creuses.
Je vais partager mon temps de parole avec le député de Foothills aujourd'hui.
Cela ne fait aucun doute, les libéraux ont un effet dévastateur sur les familles de Lakeland. Dans ma circonscription, il n'y a aucune aide fédérale pour la situation d'urgence que vit le secteur agricole cette année. Pour une troisième année consécutive, les familles sont aux prises avec des récoltes endommagées. Pendant ce temps, la ministre augmente leurs coûts et balaie leurs préoccupations en leur reprochant de prendre les choses trop à cœur. Cela fait 140 jours que le ministre des Finances a promis au secteur pétrolier et gazier qu'une aide arriverait dans quelques heures. Pas une seule demande de Crédit d'urgence pour les grands employeurs n'a été déposée ou approuvée, et pas un seul prêt pour entreprise de taille moyenne n'a été accordé par la Banque de développement du Canada, car les conditions sont prohibitives. Quant au Fonds de réduction des émissions de méthane, il n'a toujours pas été lancé.
Les entreprises de forage et les services pétroliers sont laissés pour compte. Les prêts à taux fixe ne permettront pas de boucler le budget cette année, et des dizaines de milliers d'Albertains sont en train de tout perdre. Pendant ce temps, les libéraux sont parvenus à approuver près de 1 milliard de dollars en l'espace de deux semaines pour les amis du premier ministre au sein de l'organisme UNIS, qui ont payé des membres de la famille du premier ministre et qui ont fait campagne pour les libéraux. De plus, un ancien député libéral a récemment décroché un contrat lucratif pour des respirateurs avant même que ceux-ci soient approuvés par Santé Canada.
Tout cela est très mauvais, mais ce qui est encore pire, c'est que les faux pas et la corruption des libéraux menacent l'unité canadienne. Un stratège de Pierre Trudeau a déjà dit: « Au diable l'Ouest, nous prendrons le reste. » Il est évident que la seconde vague risque d'être pire.
Pourquoi les libéraux sont-ils résolus à nuire à l'Alberta?
Voir le profil de John Barlow
PCC (AB)
Voir le profil de John Barlow
2020-08-12 13:18 [p.2757]
Monsieur le Président, selon les statistiques produites par le ministère de la ministre de l'Agriculture, 10 000 comptes Agri-investissement ont un solde nul, tandis que 73 000 de ces comptes ont un solde inférieur à 10 000 $. Pourtant, en pleine pandémie, la ministre dit aux agriculteurs canadiens qu'elle ne fera strictement rien pour les aider tant qu'ils n'auront pas retiré de ces comptes de l'argent qu'ils ne possèdent pas.
Quand la ministre de l'Agriculture s'attellera-t-elle à la tâche en élaborant un programme visant expressément à aider les familles agricoles canadiennes à composer avec la pandémie et à protéger un pilier indispensable de notre chaîne d'approvisionnement alimentaire?
Voir le profil de John Barlow
PCC (AB)
Voir le profil de John Barlow
2020-08-12 13:19 [p.2757]
Monsieur le Président, je me réjouis que la ministre ait parlé du Compte d'urgence pour les entreprises canadiennes. En fait, en deux semaines, les libéraux ont réussi à donner plus d'argent à leurs amis de l'organisme UNIS qu'ils n'en ont donné à l'ensemble de l'industrie agricole.
La ministre ne cesse de répéter aux agriculteurs d'utiliser le Compte d'urgence pour les entreprises canadiennes et que c'est tout ce dont ils auront besoin. Pourtant, elle sait que la plupart des agriculteurs ne sont pas admissibles à ce programme parce qu'ils utilisent des comptes d'affaires personnels et que la plupart de leurs dépenses ne sont pas admissibles dans le cadre de ce compte d'urgence.
Quand la ministre cessera-t-elle de trouver des excuses et d'essayer par tous les moyens possibles de ne pas soutenir les agriculteurs canadiens et quand élargira-t-elle les critères d'admissibilité au Compte d'urgence pour les entreprises canadiennes pour que davantage d'agriculteurs puissent s'en prévaloir?
Voir le profil de Matt Jeneroux
PCC (AB)
Voir le profil de Matt Jeneroux
2020-08-12 13:52 [p.2762]
Monsieur le président, je partagerai mon temps de parole avec le député de Souris—Moose Mountain.
En janvier, nous avons commencé à poser des questions au sujet de la façon dont le gouvernement a géré la Réserve nationale stratégique d'urgence. Comme nous le savons tous à la Chambre, le gouvernement a mis du temps à réagir. Il lui a fallu du temps pour élaborer des plans, notamment un plan pour que l'ensemble des Canadiens aient immédiatement accès aux traitements et à un vaccin dès leur arrivée sur le marché. En fait, Santé Canada éprouve actuellement de la difficulté à s'assurer d'un approvisionnement du seul traitement approuvé par le ministère.
Qu'est-ce qui explique cette situation? C'est que les libéraux n'avaient tout simplement pas de plan, comme pour ce qui est des frontières, de l'équipement de protection individuelle et de l'accessibilité aux mesures de soutien pour les Canadiens.
Voici donc la question que je pose aujourd'hui à la ministre. Quel est le plan du gouvernement pour que les Canadiens puissent obtenir le premier traitement ou vaccin dont l'efficacité aura été prouvée scientifiquement?
Voir le profil de Matt Jeneroux
PCC (AB)
Voir le profil de Matt Jeneroux
2020-08-12 13:54 [p.2763]
Monsieur le président, les conservateurs ont demandé au gouvernement de fermer les frontières aux voyageurs dès janvier. Quand le gouvernement a fini par écouter et donner la priorité à la santé et à la sécurité des Canadiens, le mois de mars était déjà avancé. Même si nous pensons toujours que les frontières doivent rester fermées aux voyageurs, il y a des Canadiens qui sont séparés de certains membres de leur famille depuis des mois sans savoir quand ils pourront les retrouver.
Le gouvernement prévoit-il élargir la définition actuelle de la famille pour agir de façon humaine, tout en continuant de mettre la priorité sur la santé et la sécurité des Canadiens et en laissant les frontières fermées aux voyageurs?
Voir le profil de Shannon Stubbs
PCC (AB)
Voir le profil de Shannon Stubbs
2020-08-12 16:14 [p.2785]
Monsieur le Président, il est de plus en plus évident que les libéraux utilisent la pandémie pour mettre la reddition de comptes et la transparence de côté, peut-être en vue d'instaurer une profonde dépendance à l'égard du gouvernement, alors qu'en réalité, l'aide ciblée ne se rend pas aux Canadiens qui en ont désespérément besoin.
Au cours d’une période de plus de cinq ans, l’Alberta a été la province qui a le plus souffert des politiques de discorde, hostiles aux affaires, à l’énergie et aux ressources des libéraux. Les libéraux ont fait ouvertement campagne contre les Albertains et contre l’industrie du pétrole et du gaz en 2019. Le gouvernement se sert maintenant de la COVID–19 pour terminer ce qu’il a commencé: la destruction de l’industrie pétrolière et gazière du Canada. Ce qui est fou, c'est d’entendre le ministre des Finances et celui des Ressources naturelles reconnaître constamment que la situation est bien mauvaise pour l’industrie pétrolière et gazière canadienne depuis que le cartel de l’OPEC a fait chuter les prix, faisant un tort énorme au secteur énergétique canadien. Comme la demande est en baisse à cause de la pandémie, sans aucun plan pour aider l’industrie énergétique canadienne, et que les programmes d’aide promis sont des échecs complets, on pardonnera aux Albertains de conclure que ce manque de soutien est voulu ou intentionnel.
Quatre-vingt-cinq jours après la promesse faite par le ministre des Finances d’apporter de l'aide dans les « heures ou jours à venir », l’aide particulière destinée aux PME pétrolières et gazières n’a pas été fournie. Elle a été simplement amalgamée à un programme général de prêts pour les entreprises de taille moyenne. Toutefois, pour être admissible au programme, une entreprise de taille moyenne doit avoir des revenus annuels de 100 millions de dollars. Les libéraux semblent avoir une définition de ce qu’est une entreprise de taille moyenne bien différente de la nôtre, ou ils sont totalement inconscients des torts faits au secteur jusqu’à maintenant. Même si une entreprise se qualifie, le taux d’intérêt est supérieur à celui des banques.
Les taux d’intérêt du programme pour les grands employeurs s’élèvent à 15 % la cinquième année, ce qui correspond aux taux des prêts sur salaire, et non à une aide d’urgence. De plus, les montants des prêts destinés aux petites entreprises sont trop faibles pour les fournisseurs de pétrole et de gaz, et lorsque des foreurs ne touchent aucun revenu pendant un an ou deux, les prêts à court terme et les prêts fixes ne sont réellement d’aucune utilité.
Les 1,7 milliard de dollars accordés pour les puits orphelins sont une goutte dans l’océan destinée à créer 5000 emplois dans un secteur qui en a perdu plus de 200 000 depuis 2015 et 20 000 depuis le début de la pandémie, sans aucune embellie à l’horizon. Les puits orphelins ont augmenté de 300 % depuis 2015, à cause précisément des politiques des libéraux qui ont causé la faillite des exploitants.
Les libéraux ont confié aux grandes banques la responsabilité des demandes dans le cadre de la plupart des programmes de la BDC et d'EDC, mais les banques refusent d’intervenir à cause des dispositions relatives au partage des risques ou pour éviter de faire du travail pour un programme dont elles ne tireront pas un profit.
La réalité est que les ministres libéraux ont été informés de tout cela de vive voix directement, à plusieurs reprises, en privé et publiquement. C'est pourquoi leur inaction semble intentionnelle et malicieuse. Soit ces libéraux sont inconscients des dommages qu'ils infligent au tissu social de notre pays, soit ils s'en moquent, préférant donner des milliards de dollars de l'argent des contribuables à leurs acolytes de l'élite et à leurs amis du parti ou encore en faire profiter les amis et les familles des libéraux tandis que les Canadiens ordinaires en arrachent.
Sur une note plus personnelle, je dois dire que cela m'attriste énormément de voir que, bien souvent, la première chose que les habitants de ma circonscription disent à leur députée fédérale ces jours-ci est que le moment est venu pour l'Alberta de quitter le Canada. Il ne s'agit pas seulement d'une minorité qui parle fort, mais bien d'une opinion qui fait de plus en plus son chemin dans Lakeland. Je pense qu'il est de mon devoir d'exprimer l'ampleur de la frustration et de la colère de ces personnes. Les gens ne parlent pas seulement de l'idée; ils parlent aussi des moyens de la concrétiser, ce qu'on devrait trouver particulièrement inquiétant compte tenu de la crise sans précédent qui secoue l'Alberta dans les domaines de la santé, des finances et de l'économie. J'imagine que les médias n'en parlent pas beaucoup parce que nous habitons une région rurale ou les Prairies, qu'on oublie facilement à Ottawa, mais il reste que les libéraux au pouvoir ont amené de nombreux Albertains à perdre toute confiance envers le gouvernement fédéral au point où ils ne tiennent plus à faire partie du Canada. Tous ceux qui sont ici et tous ceux qui nous écoutent devraient s'en inquiéter. Cela ne s'est pas fait du jour au lendemain, mais bien graduellement au fil de cinq années d'attaques ciblées envers Lakeland et l'Alberta, les emplois fédéraux dans ma circonscription, le secteur pétrolier et gazier, les collectivités rurales, les agriculteurs et les familles d'agriculteurs. Le fait qu'un grand nombre d'Albertains n'aient pu bénéficier de mesures de soutien en réponse à la COVID-19 n'est que le dernier exemple.
Dès leur arrivée au gouvernement, les libéraux ont fait tout en leur pouvoir pour s'attaquer aux moyens de subsistance des gens de Lakeland et de l'Alberta en général. Ils ont ignoré les centaines de milliers de pertes d'emplois, les hausses subites de faillites, les suicides et l'éclatement des familles. Ils sacrifient les familles et l'avenir des enfants à des fins idéologiques et partisanes.
Lakeland est confrontée à une grave urgence agricole parce que la neige précoce a empêché la récolte l'automne dernier. Cette année, la récolte printanière a été suivie par des pluies torrentielles qui ont inondé les champs, empêché les semailles et noyé les cultures, anéantissant les revenus agricoles pour une troisième année consécutive. Par surcroît, l'incertitude causée par les libéraux sur les marchés d'exportation, ainsi que la pandémie, ont compliqué davantage la situation pour l'ensemble des producteurs. Pis encore, le 1er avril, en pleine pandémie, les libéraux ont haussé la taxe sur le carbone de 50 % augmentant ainsi les coûts pour les agriculteurs qui avaient réussi à sortir leurs cultures des champs, et rendant littéralement tout plus cher dans l'ensemble des secteurs agricoles.
Bien sûr, aucune industrie n'a subi autant de sabotage et de calomnies tenaces de la part du gouvernement libéral que l'industrie pétrolière et gazière. Le premier ministre dit au monde entier qu'il veut éliminer progressivement le produit d'exportation le plus important du Canada et le plus grand investisseur du secteur privé dans l'économie. Les libéraux ont bloqué, retardé et annulé des projets d'infrastructures pour le transport du pétrole et du gaz canadiens, non pour le bien de la planète — le pétrole et le gaz canadiens étant les plus responsables au monde sur le plan social et environnemental —, mais pour accroître la célébrité du premier ministre au sein du jet-set international qui fréquente les Nations unies. Cela n'a aucun sens.
L'exploitation de l'ensemble des ressources du Canada et l'exportation du gaz naturel canadien aideront beaucoup plus à relever les défis environnementaux mondiaux que toute mesure imposée par les libéraux au Canada, particulièrement dans les Prairies.
Après les élections de 2019, les militants libéraux ont admis avoir vilipendé le secteur pétrolier et gazier. Ils ont fait passer leurs gains électoraux avant l'intérêt du pays. De toute évidence, le premier ministre a tiré des leçons des tactiques de campagne de son père. Comme l'a dit le stratège de Pierre Trudeau lorsqu'il a justifié la ponction sur les gains de l'Alberta: « Au diable l'Ouest, nous prendrons le reste! »
Les ministres et les députés libéraux font activement campagne contre des occasions d'affaires pour les Albertains qui profiteraient à l'ensemble du Canada, comme le projet Frontier de la société Teck. Ils ont appuyé le financement de manifestants anti-pipeline et ont lancé une pétition contre des projets pétroliers et gaziers avantageux pour l'Alberta et l'ensemble du pays. Cela a suscité une animosité permanente qui ne se limite pas au remplacement du premier ministre et du gouvernement.
L'ambivalence des libéraux et de l'establishment envers les milliers d'entreprises familiales de fourniture de pétrole et de gaz qui ferment en temps réel dans l'Ouest canadien, le manque de mesures d'aide à long terme et l'effet domino sur l'appui financier qui permettrait aux producteurs de reprendre leurs activités de forage se sont clairement fait sentir à Lakeland, qu'on ne s'y trompe pas.
Pour la première fois depuis 1965, l'Alberta recevra en 2020 plus d'argent du gouvernement fédéral qu'elle ne lui en donnera. Pendant 55 années consécutives, la richesse produite par l'Alberta a renforcé le reste du Canada. Dans les années 1980, le programme énergétique national de Pierre Trudeau venait chercher le plus d'argent, soit plus 30 milliards de dollars par année, mais le montant a diminué depuis. Depuis 2005, l'Alberta versait 20 milliards de dollars par année de plus qu'elle n'en recevait, cette contribution est la plus élevée de toutes les provinces. Des changements structurels s'imposent pour que le Canada tienne compte des besoins de l'Alberta et pour que les règles du jeu soient équitables. Il serait dans l'intérêt de l'ensemble du Canada que l'on valorise toutes les régions du pays.
Les libéraux profitent de la pandémie de COVID-19 pour restructurer l'économie du Canada par des moyens qui isoleront et appauvriront l'Ouest encore davantage, et ils sont appuyés par leurs alliés de la gauche.
L'Alberta se démarque au Canada. Ce n'est pas un hasard lié à la géographie, aux ressources naturelles ni à la situation démographique. Ce n'est pas une coïncidence. C'est parce que des générations d'Albertains, de souche ou d'adoption, ont su dégager un avantage en s'appuyant sur le travail assidu, l'innovation, la responsabilité personnelle et les principes et les politiques du libre marché. Ils ont ainsi multiplié les débouchés du secteur privé et créé une économie vigoureuse qui a attiré les jeunes les plus brillants et les plus talentueux des quatre coins du Canada et du monde pour y travailler et élever leur famille. C'est grâce aux politiques de la libre entreprise et du libre marché que l'économie albertaine créait 9 emplois à temps plein sur 10 au pays pas plus tard qu'en 2014 et qu'elle a été un cotisant net au Canada sans interruption pendant plus de 50 ans.
Ce sont toujours les intrusions fédérales dans la politique sur les ressources naturelles de l'Alberta qui causent les dommages les plus importants. Je pense au Programme énergétique national et au démantèlement en cours du secteur pétrolier et gazier au moyen de mesures législatives comme les projets de loi C-69 et C-48, au blocage des projets de pipeline, à d'autres règlements et embûches, aux obstacles à l'exploration et au forage, à la taxe sur le carbone et à l'échec des programmes de soutien relatifs à la COVID-19. D'autres provinces et régions ont des ressources naturelles et des possibilités semblables, mais elles n'ont pas adopté la même approche. Ce sont le secteur privé et l'innovation entrepreneuriale audacieuse de l'Alberta, en plus des politiques fiscales favorables à l'échelle provinciale et fédérale, qui ont ouvert des débouchés remarquables en Alberta pour tout le Canada.
À ma première intervention à la Chambre des communes à la suite des élections de 2015, j'ai dit: « [...] une Alberta forte et un Canada fort vont de pair. » C'est vraiment une tragédie pour ma circonscription et pour le pays que les libéraux fassent tout en leur pouvoir pour miner cette réalité. Le soir des élections, le premier ministre a dit qu'il avait entendu l'Alberta et qu'il ferait mieux. Il ne l'a pas fait. Les citoyens de ma circonscription voient tout ce qu'ils ont bâti pendant des générations s'effondrer sous leurs yeux, et le gouvernement fédéral continue de faire davantage de sacrifices en acceptant une autre étude, un autre règlement et une autre taxe. Cela étouffe Lakeland, et, vu la contribution de l'Alberta au Canada, cela va étouffer le redressement économique du Canada.
L'idée que le Canada ne fonctionne pas pour l'Alberta est malheureusement très répandue à Lakeland. En tant que représentants élus, nous avons le devoir d'offrir plus que des platitudes à l'égard de nos opinions sur les industries, les lois et les impôts, d'offrir plus que de la petite politique pour des gains personnels et partisans. Pour les Albertains épris de liberté et les Albertains par choix, c'est évident. Pour Lakeland, le statu quo n'est ni acceptable ni viable; c'est l'évidence même.
Si mes propos d'aujourd'hui mettent mes collègues en colère ou mal à l'aise, j'espère que cela les tourmentera. J'espère que cela les gardera éveillés la nuit, comme c'est mon cas. J'espère qu'ils cesseront d'aider le premier ministre le plus corrompu, le plus condescendant et le plus déconnecté de la réalité que le Canada ait connu, car c'est lui qui fait tout ce dommage à notre pays.
Voir le profil de Shannon Stubbs
PCC (AB)
Voir le profil de Shannon Stubbs
2020-08-12 16:27 [p.2787]
Monsieur le Président, je suppose que ces observations reflètent les opinions irréconciliables que nous avons. J'invite le député à venir dans Lakeland et à raconter ces balivernes à n'importe lequel de mes concitoyens. Ce que j'essaie de dire, c'est que le point que j'ai soulevé dans mon intervention transcende les groupes démographiques, les groupes d'âge et les considérations partisanes.
Dans ma circonscription, Lakeland, qui est très rurale et très conservatrice, des gens qui ont voté pour le NPD lors des deux dernières élections provinciales et des gens qui ont voté libéral lors des élections de 2015 évoquent l'idée que le pays ne fonctionne pas et qu'il faut soit obtenir une meilleure entente pour l'Alberta, soit explorer d'autres avenues. Ils m'ont approchée pour me le dire. Selon moi, le fait que ce député chevronné, qui est ici depuis longtemps, prenne la parole pour crier après moi, m'invectiver et laisser entendre que ce que j'ai dit est infondé et faux est exactement le problème.
En fait, je suis une Albertaine de première génération. Ma mère était originaire de Terre-Neuve et mon père de la Nouvelle-Écosse. Le commentaire du député, selon lequel le gouvernement a donné plus d'argent aux Albertains que les gouvernements précédents, ou peu importe — ce qui est exactement comme lorsque les libéraux ont promis d'être le gouvernement le plus transparent et le plus responsable de l'histoire de l'univers —, ne pourrait pas être plus loin de ce que les gens de ma circonscription attendent du pays. Le gouvernement ne comprend pas du tout les attentes que les gens de ma circonscription ont à son égard.
Je parle seulement au nom des gens de la circonscription de Lakeland, en Alberta, mais j'ai l'impression que certains de mes collègues albertains diraient la même chose que moi. Les gens de Lakeland veulent simplement pouvoir travailler, vivre leur vie et contribuer à la société canadienne. Or, le gouvernement a bloqué l'exploitation pétrolière et gazière en Alberta avec une suite de politiques, de lois et de hausses d'impôts accompagnées d'un certain discours qu'il a distillé au pays et à l'étranger, ce qui a suscité un sentiment d'aliénation et de frustration parmi les Albertains. Aucune fanfaronnade, aucun chahut, aucun vacarme, aucune tentative de me faire taire ou de m'invectiver n'y changera quoi que ce soit. Il vaudrait mieux que les gens le comprennent vite: ce sont les libéraux et leurs alliées anti-énergie, anti-Alberta et anti-Ouest de gauche qui mettent le Canada à risque et qui devraient se regarder dans le miroir pour voir d'où vient le sentiment dont je parle parce que ce sont les gens qui m'ont élue députée qui l'éprouvent.
Voir le profil de Shannon Stubbs
PCC (AB)
Voir le profil de Shannon Stubbs
2020-08-12 16:31 [p.2788]
Monsieur le Président, je suis tout à fait d'accord. Le premier ministre, le Cabinet et tous les députés libéraux qui entérinent les méprises, scandale après scandale, une enquête sur l'éthique après l'autre — du jamais vu dans l'histoire de notre pays —, et qui les couvrent, lisent leurs notes et font le sale travail pour les rois prouvent encore une fois, comme le député n'a cessé de le dire, qu'il y a une règle pour les libéraux — et certains bénéfices pour eux seulement, même s'il n'y a que certaines choses dont les libéraux peuvent profiter — et puis, il y a une règle pour les autres.
Je tiens aussi à remercier le député d'avoir soulevé la question des entreprises autochtones. À Lakeland, certaines des entreprises et des collectivités les plus touchées par les politiques et les programmes anti-énergie nuisibles des cinq dernières années et par l'échec des programmes actuels de lutte contre la COVID-19 sont des entreprises et des collectivités de Premières Nations et de Métis. Parmi les très nombreuses entreprises qui ont fermé leurs portes à un rythme effréné au cours des derniers mois, il y en a une, dans ma circonscription, Lakeland, appartenant à une Première Nation et située dans une collectivité des Premières Nations, qui a cessé pour la première fois de son histoire de produire de l'énergie.
En effet, en plus de leur incapacité à soutenir les entreprises du secteur gazier et pétrolier, les programmes de lutte contre la COVID-19 ne sont pas en mesure d'aider les entreprises et les travailleurs autochtones. Pour la première fois de son histoire, la collectivité que j'ai mentionnée doit trouver un moyen de payer ses dépenses quand, auparavant, elle se servait des revenus de sa société d'énergie pour financer tous ses programmes et services communautaires. Elle nage maintenant dans l'incertitude et traverse une grave crise financière.
Voir le profil de Ziad Aboultaif
PCC (AB)
Voir le profil de Ziad Aboultaif
2020-08-12 16:34 [p.2788]
Monsieur le Président, je ne pense pas que le débat sur le fédéralisme et le nationalisme est clos. Comme tous les députés de l'Alberta le savent, on observe, dans cette province, une ferme opposition au gouvernement fédéral. Les scandales qui l'éclaboussent ne font que jeter de l'huile sur le feu.
La députée de Lakeland peut-elle nous dire dans quelle mesure cela contribue à façonner l'opinion que les Albertains ont du gouvernement?
Voir le profil de Shannon Stubbs
PCC (AB)
Voir le profil de Shannon Stubbs
2020-08-12 16:34 [p.2788]
Monsieur le Président, c'est énorme. C'est exactement là où réside une partie du problème. Les Albertains ne comprennent pas pourquoi le gouvernement leur met des bâtons dans les roues ou leur nuit, alors qu'il utilise les milliards de dollars générés par leurs impôts pour les distribuer aux amis des libéraux ou encore à leurs proches collaborateurs, à leur épouse, aux membres de leur famille, à leur mari ou à leur chien, et quoi encore.
L'une des choses les plus tristes, pour en revenir à ce que mon collègue libéral me disait précédemment, c'est que le gouvernement libéral est directement responsable de la chute de la confiance des Albertains dans les structures de notre pays. Quand je suis dans les provinces de l'Atlantique, je constate que les gens sont profondément inquiets de ce qui se passe en Alberta, parce qu'ils en subissent les conséquences.
Je me rappelle que quand le convoi de United We Roll est arrivé à Ottawa, les libéraux laissaient entendre que les participants étaient des racistes et des fanatiques. En réalité, les habitants des petites villes de l'Ontario sortaient leur offrir des tartes et des produits Tim Hortons et brandissaient des drapeaux. Il y avait des gens de partout au pays.
Les habitants de la Colombie-Britannique veulent l'oléoduc, même si leurs gouvernements prétendent que...
Résultats : 1 - 15 de 999 | Page : 1 de 67

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
>
>|
Exporter en: XML CSV RSS

Pour plus d'options de données, veuillez voir Données ouvertes