Hansard
Consultez le guide de l'usager
Pour obtenir de l’aide, contactez-nous
Consultez le guide de l'usager
Pour obtenir de l’aide, contactez-nous
Ajouter un critère de recherche
Résultats : 1 - 39 de 39
Voir le profil de Lawrence MacAulay
Lib. (PE)
Voir le profil de Lawrence MacAulay
2020-03-12 15:09 [p.2024]
Monsieur le Président, je suis tout à fait d'accord avec la députée: cet arriéré et inacceptable. Il faut toutefois savoir que le nombre de premières demandes a augmenté de 90 %, et que le nombre total de demandes a doublé depuis 2015. Nous continuons d'améliorer le système, notamment en numérisant les dossiers et en réduisant les formalités administratives. Et nous disons « oui » continuellement.
Nous avons investi 10 milliards de dollars dans les Anciens Combattants. Nous ferons le nécessaire pour que les vétérans obtiennent les services qu'ils méritent vraiment.
Voir le profil de Wayne Easter
Lib. (PE)
Voir le profil de Wayne Easter
2020-03-11 18:18 [p.1967]
Madame la Présidente, j'ai écouté les attaques contre les autres industries du pays. Ces attaques sont inacceptables. J'ai entendu ce genre de propos à maintes reprises de la part du Bloc québécois. J'en ai assez entendu. Il est totalement répréhensible de s'en prendre à l'industrie du pétrole. J'espère que le député est conscient que, grâce à la péréquation, la province de Québec a reçu 52 milliards de dollars au cours des cinq dernières années. À quoi doit-on cet argent? On le doit aux salaires plus élevés de l'Alberta, au pétrole de Terre-Neuve-et-Labrador et aux combustibles fossiles de la Colombie-Britannique. Si ces industries se portent bien, nous nous portons tous bien.
Je conviens qu'il faut en faire davantage pour le secteur forestier. Nous l'avons beaucoup aidé au cours des dernières années. Il y a la tordeuse des bourgeons de l'épinette, le dendroctone du pin et d'autres problèmes à régler. Nous devons nous en occuper, mais, pour l'amour du ciel, ne tentons pas de réaliser des gains pour une industrie en attaquant une autre industrie à la Chambre. Nous sommes tous Canadiens. Tous les secteurs de l'économie doivent prospérer. Nous devons tout mettre en œuvre pour aider toutes les industries du pays afin d'assurer la croissance économique.
Voir le profil de Lawrence MacAulay
Lib. (PE)
Voir le profil de Lawrence MacAulay
2020-03-10 14:58 [p.1889]
Monsieur le Président, je tiens à assurer au député que nous ne ménageons aucun effort pour rattraper cet arriéré, et que nous avons investi tout près de 700 millions de dollars dans le budget de fonctionnement l'année dernière. Nous procédons à la numérisation des dossiers. Nous nous assurons que tous les anciens combattants qui sont admissibles à recevoir des prestations les reçoivent bel et bien.
En toute honnêteté, il y a eu une augmentation de 60 % dans le nombre total de demandes, le nombre de demandes initiales ayant augmenté de 90 %, et ce, parce que le gouvernement est plus généreux envers les anciens combattants. Nous avons démontré que nous sommes là pour les anciens combattants et nous continuerons de les soutenir.
Voir le profil de Lawrence MacAulay
Lib. (PE)
Voir le profil de Lawrence MacAulay
2020-03-10 14:59 [p.1889]
Monsieur le Président, comme je l'ai mentionné au comité aujourd'hui, les fonds consacrés aux mesures axées sur la santé mentale n'ont pas été distribués adéquatement. J'ai donné la directive au ministère de s'assurer d'utiliser les fonds équitablement, de s'assurer de procéder à un examen, et de s'assurer que les fonds sont utilisés comme ils l'ont été au cours des dernières années.
Au sujet de l'arriéré, quand le parti de mon collègue d'en face était au pouvoir, 1 000 employés ont été congédiés et le budget a été réduit. C'est en partie la raison pour laquelle nous nous retrouvons dans une situation difficile.
Voir le profil de Robert Morrissey
Lib. (PE)
Voir le profil de Robert Morrissey
2020-03-10 18:08 [p.1916]
Monsieur le Président, je partagerai mon temps de parole avec le député de Yukon.
Je suis ravi de prendre la parole cet après-midi pour appuyer le projet de loi C-4. Il est important de réaffirmer que le Canada n’a pas choisi de renégocier l’ALENA. Lorsqu’il a constaté que son principal partenaire commercial était résolu à remplacer cet accord, le gouvernement a formé une équipe de négociateurs qui a avantageusement positionné le Canada pour entamer le processus de modernisation d’un accord de libre-échange qui, comme nombre de mes collègues l’ont mentionné ici à l’occasion, bénéficie d’un appui massif à la Chambre des communes.
J’ai écouté bien des discussions à la Chambre et entendu diverses critiques concernant certaines parties de l’accord renouvelé, mais les députés n’ont pas proposé d'autres façons de faire dans ces secteurs. Bien qu’il soit facile de disséquer certains points et d’affirmer qu’on ferait mieux, le Canada est un pays de quelque 38 millions d’habitants, alors que son principal partenaire commercial a une population qui dépasse largement les 300 millions d’habitants. L’opposition officielle veut faire croire aux Canadiens que nous aurions pu simplement aller à Washington pour dicter aux États-Unis toutes les conditions que nous voulions que l’accord contienne.
M. Kevin Lamoureux: C’est ridicule.
M. Robert Morrissey: C'est ridicule. Les accords commerciaux sont négociés entre plusieurs partenaires et pays. Celui-ci a été conclu entre trois pays, évidemment: le Mexique, le Canada et les États-Unis.
Le Canada dépend du commerce plus que la plupart des pays. En tant que pays de 38 millions d'habitants, riche en ressources naturelles, en produits agricoles et en fruits de mer, nous dépendons de la vente de produits sur un marché mondial concurrentiel pour que l'économie canadienne puisse croître et prospérer et pour que nous puissions financer les nombreux programmes que nous — les Canadiens — tenons pour acquis.
Je dois féliciter l'équipe que le gouvernement a formée pour participer, à un moment critique, aux négociations d'un nouvel accord historique qui mettra en place un cadre solide pour les entreprises, les agriculteurs, les pêcheurs et les travailleurs canadiens alors que se poursuivent la croissance et l'essor de l'économie.
Imaginons-nous un instant qu'un tel accord n'existe pas. Qu'adviendrait-il des industries canadiennes? Dans tout accord commercial, il est important de se demander quel partenaire a le plus à perdre et lequel a le plus à gagner. Pour le Canada, un très petit pays par rapport aux États-Unis compte tenu de sa population et de la taille de son marché, il était extrêmement important que l'équipe de négociation comprenne que nous devions avoir un accord qui sert bien les Canadiens et l'économie du Canada.
Je n'ai aucune objection à affirmer officiellement que l'accord constitue une victoire pour les Canadiens, une victoire remportée par une équipe de négociation solide et au fait de la dynamique et des fondements de l'économie canadienne, qui s'est assuré de protéger les composantes qu'elle devait protéger.
Je ne vais pas m'attarder sur les répercussions économiques de l'accord, car elles ont été largement débattues par d'autres intervenants à la Chambre. Cependant, il ne fait aucun doute qu'une fois l'accord ratifié, le Canada sera mieux placé pour aller de l'avant que s'il n'y avait pas eu d'accord.
Il est important de revenir sur la manière dont nous nous sommes rendus jusqu'ici. Nous avions affaire à un président résolu à se retirer d'un accord commercial qui fonctionnait depuis des années et qui a profité aux deux pays. Cela a été établi par des intervenants des deux côtés de la Chambre. L'accord a bien servi les intérêts du Canada et des États-Unis au fil des ans.
Il était très important que le gouvernement, qui représentait le plus petit pays en termes de population, conclue un accord profitable à tous les secteurs.
Parmi les derniers intervenants, certains ont pratiquement laissé entendre que les États-Unis avaient gagné sur tous les plans et que le Canada s'était retrouvé les mains vides. Selon moi, la plupart des analystes de bonne foi considéreraient que le Canada l'a emporté à plusieurs égards et que l'équipe canadienne a su réaliser des gains considérables dans des conditions difficiles.
L'une des victoires qui ont été mentionnées à maintes reprises concerne le fait que, dès le départ, le gouvernement était fermement résolu à conserver la gestion de l'offre. Ce fut l'une des victoires majeures de ces négociations commerciales, car, d'emblée, l'administration américaine était déterminée à voir le système canadien de la gestion de l'offre démantelé. Il y avait de la place pour la négociation et, au bout du compte, le secteur jouit toujours des avantages du système de marché fondé sur l'offre.
Egmont, la circonscription que je représente, est située à l'Île-du-Prince-Édouard. L'Île-du-Prince-Édouard est au Canada ce que le Canada est aux États-Unis. C'est une province peu peuplée qui dépend du commerce de ses produits agricoles et de la mer. L'Île-du-Prince-Édouard dépend beaucoup de la capacité du gouvernement national à conclure des accords commerciaux concurrentiels grâce auxquels la marchandise insulaire accède aux marchés de façon rentable, mais aussi à maintenir la protection des industries insulaires qui en ont besoin. Les industries qui fonctionnent dans un système de libre marché sont favorisées par cet accord, comme on l'a souligné dans d'autres accords signés avec l'Europe et actuellement négociés avec les pays de la côte du Pacifique.
Il est facile pour les membres de l'opposition d'affirmer que nous aurions dû mieux faire dans certains volets, que nous aurions pu mieux faire dans certains secteurs, sans préciser ce qu'ils auraient offert pour obtenir ce qu'ils privilégient. Pourtant, c'est le rôle de l'opposition. Les membres de l'opposition peuvent s'en prendre au gouvernement sans dire ce qu'ils feraient à sa place. Le gouvernement a toutefois la responsabilité de veiller à ce que les entrepreneurs, les agriculteurs et les pêcheurs canadiens puissent, en fin de compte, miser sur un environnement commercial stable qui offre des protections garanties. Certains des volets clés qui ont été protégés sont entre autres les mécanismes de règlement des différends et de règlement des différends entre investisseurs et États, et la gestion de l'offre.
Comme je l'ai dit, l'Île-du-Prince-Édouard est très petite, et notre industrie laitière est très concurrentielle. Au cours de ce processus, j'ai tenu énormément de rencontres avec les producteurs laitiers de ma circonscription. Je me permets de lire un fait à des fins officielles. L'Île-du-Prince-Édouard détient 1,7 % du contingent laitier du Canada, une part qui augmente annuellement de 3,5 % comparativement à 2 % ailleurs au pays, car la demande pour un approvisionnement national est en hausse. Depuis six ans, cela s'est traduit par une hausse de 21 % de la demande pour le lait de la province dans le système de la gestion de l'offre.
L'industrie est en pleine croissance. J'ai récemment eu le privilège de rencontrer certains producteurs laitiers, des représentants des plus grandes entreprises de transformation de ma circonscription ainsi que la ministre de l'Agriculture pour discuter des améliorations à apporter dans les divers secteurs pour que l'industrie demeure concurrentielle, et faire en sorte que les entreprises de transformation, peu importe leur taille, soutiennent la concurrence sur les marchés internationaux.
Cet accord me satisfait. Je vais certainement l'appuyer. J'ai très hâte que cette entente primordiale, qui met en valeur les réalisations de notre pays, soit ratifiée à la Chambre.
Voir le profil de Robert Morrissey
Lib. (PE)
Voir le profil de Robert Morrissey
2020-03-10 18:19 [p.1918]
Monsieur le Président, c'est très simple, qui a reçu des félicitations lors de l'accord final? C'est notre négociatrice en chef, qui était à l'époque ministre des Affaires étrangères. Elle a reçu des félicitations de son homologue aux États-Unis et du président des États-Unis. Cela répond à la question sur le traitement qui a été réservé à nos négociateurs aux États-Unis. La conclusion d'un accord fructueux parle aussi de lui-même.
Voir le profil de Robert Morrissey
Lib. (PE)
Voir le profil de Robert Morrissey
2020-03-10 18:21 [p.1918]
Monsieur le Président, je suis convaincu que si nous consultions les comptes rendus des débats sur le sujet à l'assemblée législative mexicaine et au Congrès américain, nous constaterions que des politiciens opposés à l'accord ont critiqué leur gouvernement pour ne pas en avoir fait assez. Nous avons eu dans les trois pays les mêmes commentaires voulant que nous aurions pu faire mieux dans un domaine ou un autre. Le fait est, toutefois, que cet accord protégeait la gestion de l'offre et qu'il protégeait les producteurs qui y participent.
Voir le profil de Robert Morrissey
Lib. (PE)
Voir le profil de Robert Morrissey
2020-03-10 18:23 [p.1918]
Monsieur le Président, passons directement à la fin de la discussion. La preuve se trouve dans le document final. La solide unanimité dont bénéficie cet accord à la Chambre témoigne du processus ouvert et transparent que nous avons suivi pour en arriver là.
Voir le profil de Wayne Easter
Lib. (PE)
Voir le profil de Wayne Easter
2020-03-09 12:45 [p.1783]
Madame la Présidente, le député s'est prononcé à maintes reprises contre l'oléoduc Trans Mountain et l'investissement de 7,8 milliards de dollars du gouvernement dans ce dernier. Le gouvernement investit dans cet oléoduc pour de nombreuses raisons. C'est notamment pour les emplois, mais c'est surtout pour créer un autre marché d'exportation pour les ressources naturelles du Canada.
Je tiens à expliquer au député les facteurs économiques derrière cette dépense. Il existe un concept que l'on appelle le rabais de l'Alberta. Le pétrole canadien se vend à rabais sur le marché parce que nous n'avons d'autre choix que de le vendre aux États-Unis. Ce rabais représente de 15 à 28 % du prix du baril de pétrole.
L'oléoduc serait plus sûr et plus écologique, mais, si nous pouvions nous débarrasser du rabais de l'Alberta, les Canadiens pourraient obtenir 587 milliards de dollars de plus par année. Le Canada perd 1,8 milliard de dollars par jour à cause du rabais de l'Alberta, et pourtant, le député s'oppose constamment à un oléoduc qui nous permettrait de vendre notre pétrole au cours du marché. Franchement.
Voir le profil de Wayne Easter
Lib. (PE)
Voir le profil de Wayne Easter
2020-02-28 12:12 [p.1750]
Madame la Présidente, j'ai l'honneur de présenter, dans les deux langues officielles, le premier rapport du Comité permanent des finances, qui s'intitule « Idées canadiennes: Tirer parti de nos forces » et qui porte sur les consultations prébudgétaires du Budget de 2020, comme l'a ordonné la Chambre.
Je tiens d'abord à remercier les députés de tous les partis qui ont présenté des témoins et qui n'ont pas ménagé les efforts pour préparer à temps ce rapport. Celui-ci contient quelque 92 recommandations, et il montre qu'un gouvernement minoritaire peut fonctionner quand tous les partis travaillent de concert.
Je tiens aussi à remercier tous ceux qui ont soumis des mémoires avant l'échéance du mois d'août 2019 et tous ceux qui ont comparu en février pour nous présenter leurs idées.
Je remercie également le greffier, David Gagnon, et les analystes de la Bibliothèque du Parlement, Andrew Barton, Brett Capwell, Michaël Lambert-Racine et Sylvain fleuri, qui ont travaillé de longues heures, y compris des heures supplémentaires.
Enfin, je soulève un point qui va au-delà des recommandations en tant que telles. J'invite les Canadiens à lire l'Annexe A, qui présente les nombreuses propositions des organismes et des personnes de partout au Canada qui ont comparu devant le comité. Ces propositions sont matière à réflexion pour des discussions futures.
Voir le profil de Sean Casey
Lib. (PE)
Voir le profil de Sean Casey
2020-02-27 14:06 [p.1682]
Monsieur le Président, le Fonds des collectivités innovatrices met l’accent sur les investissements qui mènent à la création d’emplois et au développement des capacités à long terme dans les localités du Canada atlantique.
Nous en avons un excellent exemple actuellement dans la magnifique circonscription de Charlottetown. Depuis 1981, le précieux marché fermier de Charlottetown est la destination incontournable des habitants de la ville le samedi matin.
Dans la vie publique, c'est important d'être parmi nos concitoyens, et, le samedi matin, il y en a beaucoup au marché. Pendant toute l'année, plus de 65 vendeurs offrent les meilleurs produits locaux, l'hospitalité, la cuisine ainsi que les arts et métiers que l'Île-du-Prince-Édouard a à offrir. À mon avis, cela en dit beaucoup.
Ce marché est un moteur essentiel de notre économie, surtout pour les petites entreprises et les entrepreneurs du secteur agroalimentaire. Grâce à ce nouvel investissement, le marché pourra prospérer plutôt que de simplement survivre. Il demeurera l'endroit où les gens pourront se procurer des produits locaux et rencontrer leurs voisins.
Voir le profil de Wayne Easter
Lib. (PE)
Voir le profil de Wayne Easter
2020-02-26 15:21 [p.1613]
Monsieur le Président, j'invoque aussi le Règlement. J'aimerais vous rappeler qu'en 2013, le gouvernement Harper a complétement sabré dans les programmes de protection du revenu agricole et, pour des conservateurs...
Voir le profil de Wayne Easter
Lib. (PE)
Voir le profil de Wayne Easter
2020-02-25 18:27 [p.1548]
Madame la Présidente, je remercie la députée de ses observations, mais je crains que ce débat attise les flammes de la rhétorique des deux côtés de la Chambre.
En tant que député, j'étais favorable au projet Frontier de la société Teck. Je suis aussi conscient que 20 projets d'exploitation des sables bitumineux ont déjà été approuvés. Le projet dont il est question ce soir ne sera probablement jamais réalisé à moins que la situation change véritablement au cours des 10 prochaines années. Le problème, selon nous, c'est la façon dont cet enjeu est perçu en Alberta.
J'ai beaucoup d'amis en Alberta. Je passe beaucoup de temps là-bas. De nombreux habitants des Maritimes ont travaillé dans l'industrie pétrolière ou y travaillent encore. À une certaine époque, il y avait 25 vols par semaine qui assuraient la liaison entre Moncton et l'Alberta.
La réponse ne consiste pas à rejeter toute la faute sur le premier ministre. La députée pense-t-elle vraiment que le prix du pétrole sur le marché n'a eu aucune influence sur cette décision? Pour qu'un projet soit viable, il faut que le prix du baril de pétrole s'élève à 92 $. À l'heure actuelle, c'est loin d'être le cas, et il semble bien que ce ne sera pas le cas prochainement.
Examinons les faits réels. La société Teck a pris sa propre décision, et le prix du pétrole est...
Voir le profil de Wayne Easter
Lib. (PE)
Voir le profil de Wayne Easter
2020-02-25 18:30 [p.1549]
Non. Laissez-lui plus de temps.
Voir le profil de Wayne Easter
Lib. (PE)
Voir le profil de Wayne Easter
2020-02-25 20:42 [p.1569]
Madame la présidente, le député de Carleton soulève certains points avec lesquels je suis d'accord. Il nous arrive de nous entendre au sein du comité des Finances. Toutefois, je rejette son affirmation selon laquelle les manifestants de même que le gouvernement et son chef, c'est-à-dire le premier ministre, ont mis fin au projet minier de Teck. C'est absolument faux.
Le député de Carleton n'a-t-il pas lu la lettre de Teck Resources, où l'on blâme le marché? Le député parle de libre entreprise. C'est cela, la libre entreprise. S'il n'y a pas de marché, le plan d'entreprise ne se concrétise pas. C'est aussi simple que cela. Ne nous livrons pas à de la politicaillerie, car il s'agit d'une question qui dépasse la politique.
Je félicite les dirigeants de Teck Resources, qui ont présenté les faits et ont dit ceci aux politiciens de la Chambre: pour assurer la prospérité du pays, trouvez une façon de collaborer et faites en sorte que l'environnement et l'économie aillent de pair. Cessons nos petits jeux politiques dans ce dossier qui divise les Canadiens.
Voir le profil de Wayne Easter
Lib. (PE)
Voir le profil de Wayne Easter
2020-02-25 22:57 [p.1588]
Monsieur le Président, j'ai bien écouté le député de St. Albert—Edmonton. Il est absolument ridicule de faire porter toute la responsabilité au premier ministre. Le PDG de Tech Frontier a dit clairement que le retrait était motivé en grande partie par la situation sur le marché. Je vais lire un passage de la lettre du PDG de Teck Frontier, qui dit:
Cependant, Frontier a fait émerger un débat plus large à propos des changements climatiques et du rôle du Canada face à eux. Nous espérons que nous retirer du processus permettra aux Canadiens d'entreprendre une discussion plus large et plus positive sur la voie à suivre à l'avenir.
Ce soir, nous n'avons pas du tout vu l'opposition entreprendre ici cette discussion plus positive.
Il y a de réels problèmes, et le député blâme le premier ministre. Je vais dire une chose à la Chambre: le premier ministre a commencé à agir bien avant que Teck Frontier tienne ces propos. Il a agi au moyen des budgets précédents que nous avons préparés et fait adopter par la Chambre et où nous avons essayé de conjuguer environnement et économie. Il a agi malgré les nombreuses critiques en procédant à l'acquisition du pipeline Trans Mountain pour que la production canadienne puisse être vendue ailleurs qu'aux États-Unis d'Amérique, de manière à ce qu'on cesse peut-être de vendre au rabais le pétrole albertain et de faire perdre au pays 587 milliards de dollars par année.
Le premier ministre a réagi. Il essaie d'aller de l'avant...
Voir le profil de Wayne Easter
Lib. (PE)
Voir le profil de Wayne Easter
2020-02-20 10:04 [p.1287]
Monsieur le Président, c'est la troisième journée que je présente des rapports. Le Groupe interparlementaire Canada—États-Unis a beaucoup de pain sur la planche.
Conformément à l'article 34(1) du Règlement, j'ai l'honneur de présenter à la Chambre, dans les deux langues officielles, trois rapports du Groupe interparlementaire Canada—États-Unis.
Le premier porte sur le 29e sommet annuel de la région économique du Nord-Ouest du Pacifique, qui s'est tenu à Saskatoon, en Saskatchewan, du 21 au 25 juillet 2019.
Le deuxième porte sur la réunion estivale annuelle de la National Governors Association, qui s'est tenue à Salt Lake City, en Utah, du 24 au 26 juillet 2019.
Le troisième porte sur la conférence de l'Alliance commerciale de la frontière canado-américaine, qui a eu lieu à Washington, D.C., du 6 au 8 octobre 2019.
Voir le profil de Sean Casey
Lib. (PE)
Voir le profil de Sean Casey
2020-02-19 14:51 [p.1251]
Monsieur le Président, le Fonds pour le bien-être des vétérans et de leur famille est un programme essentiel, mis sur pied par le gouvernement, pour aider les vétérans, leur famille et les organisations d'anciens combattants partout au pays. Il propose des subventions et des contributions à des organisations pour mener et mettre en oeuvre des projets de recherche qui favorisent le bien-être des vétérans et de leur famille. C'est un programme qui aura un effet durable sur la communauté des anciens combattants.
Le premier ministre peut-il nous parler de projets récents que le gouvernement a financés par l'intermédiaire de cet important programme?
Voir le profil de Wayne Easter
Lib. (PE)
Voir le profil de Wayne Easter
2020-02-19 15:24 [p.1256]
Monsieur le Président, conformément à l'article 34(1) du Règlement, j'ai l'honneur de présenter à la Chambre, dans les deux langues officielles, trois rapports du Groupe interparlementaire Canada-États-Unis.
Le premier rapport porte sur la 72e réunion annuelle du Conseil des gouvernements des États, qui s'est tenue à Big Sky, au Montana, aux États-Unis, du 16 au 20 juillet 2019.
Le deuxième rapport porte sur la 74e réunion annuelle de la Conférence législative du Midwest du Conseil des gouvernements des États, qui s'est tenue à Chicago, dans l'Illinois, du 21 au 24 juillet 2019.
Le troisième rapport porte sur la 59e réunion annuelle et le forum sur les politiques régionales de la Conférence régionale de l’Est du Conseil des gouvernements des États, qui ont eu lieu à Pittsburgh, en Pennsylvanie, aux États-Unis, du 28 au 31 juillet 2019.
Voir le profil de Wayne Easter
Lib. (PE)
Voir le profil de Wayne Easter
2020-02-18 10:08 [p.1118]
Monsieur le Président, conformément à l'article 34(1) du Règlement, j'ai l'honneur de présenter à la Chambre, dans les deux langues officielles, deux rapports du Groupe interparlementaire Canada-États‑Unis.
Le premier porte sur la conférence de l’Alliance canado-américaine sur le trafic frontalier, qui s'est tenue les 6 et 7 mai 2019, à Ottawa, en Ontario. Le deuxième traite de la réunion annuelle de la Western Governors Association, qui a eu lieu à Vail, au Colorado, aux États‑Unis, du 10 au 12 juin 2019.
Voir le profil de Wayne Easter
Lib. (PE)
Voir le profil de Wayne Easter
2020-02-03 14:00 [p.819]
Madame la Présidente, j'aimerais aujourd'hui saluer la mémoire de Ruth Brewer, originaire de Cavendish, qui s'est éteinte paisiblement en décembre à l'âge de 96 ans.
L'amour et le dévouement de Ruth pour sa communauté ont été une source d'inspiration pour tous ceux qui l'ont connue. Pendant de nombreuses années, Ruth a été conseillère à la municipalité de villégiature de Cavendish, et elle a grandement contribué à l'essor de l'une des destinations les plus célèbres de l'Île-du-Prince-Édouard.
Bien connue pour son travail auprès des enfants, Ruth s'était spécialisée dans l'éducation préscolaire, en particulier avec les enfants d'âge préscolaire et les enfants ayant des besoins spéciaux.
Ruth a été une pionnière et une championne pour les infirmières praticiennes et les cliniques de santé dans les régions rurales de l'Île-du-Prince-Édouard. On lui doit la clinique de North Rustico. Ruth a vécu dans le phare de North Rustico dans les années 1960 et 1970, où elle a mené des recherches et écrit un livre sur l'histoire du port.
Nous rendons hommage à Ruth. Sa communauté et l'ensemble du Canada se portent mieux grâce à tout ce qu'elle a accompli au cours de sa vie. Puisse-elle reposer en paix.
Voir le profil de Lawrence MacAulay
Lib. (PE)
Voir le profil de Lawrence MacAulay
2020-02-03 14:44 [p.827]
Monsieur le Président, je sais que la députée se soucie du bien-être des vétérans.
Il faut savoir que les prestations que nous offrons sont fondées sur la demande. C'est donc dire que les fonds nécessaires sont toujours disponibles. Il n'y a pas de fonds non dépensés. Nous voyons à ce que l'argent soit toujours disponible.
Le ministère des Anciens Combattants a pour tâche d'améliorer les avantages et le soutien offerts aux vétérans. Je peux garantir à la députée que c'est ce que nous faisons, et que nous continuerons de le faire.
Voir le profil de Lawrence MacAulay
Lib. (PE)
Voir le profil de Lawrence MacAulay
2020-02-03 14:45 [p.827]
Monsieur le Président, encore une fois, je vois que ma collègue attache beaucoup d'importance à cette question, mais en fait, nous avons embauché un bon nombre d'agents de traitement. Le gouvernement précédent avait congédié la plupart d'entre eux. Nous en avons maintenant plus de 500.
Comme je l'ai dit, nos programmes sont fondés sur la demande...
Des voix: Oh, oh!
Voir le profil de Lawrence MacAulay
Lib. (PE)
Voir le profil de Lawrence MacAulay
2020-02-03 14:46 [p.827]
Monsieur le Président, comme je l'ai rappelé, nous avions beaucoup de travail à faire au moment de former le gouvernement. De plus, nous avons investi 10 milliards de dollars en prestations pour les vétérans.
Comme je l'ai déjà dit, nous avons veillé à ce que nos vétérans soient traités convenablement, et nous continuerons de le faire.
Voir le profil de Lawrence MacAulay
Lib. (PE)
Voir le profil de Lawrence MacAulay
2020-02-03 14:54 [p.829]
Monsieur le Président, je remercie mon collègue de sa question, mais j'aurais aimé que le député de Brantford—Brant se soucie autant de ce dossier lorsque les conservateurs étaient au pouvoir. D'ailleurs, le gouvernement conservateur a mis 1 000 employés à la porte, ce qui a gravement nui au ministère des Anciens Combattants.
Le gouvernement actuel a investi 10 milliards de dollars dans le ministère des Anciens Combattants et il a bonifié les programmes d'aide axés sur la demande. Nous veillons toujours à ce que des fonds soient disponibles pour tous les anciens combattants qui ont droit à une aide.
Voir le profil de Lawrence MacAulay
Lib. (PE)
Voir le profil de Lawrence MacAulay
2020-01-28 15:00 [p.587]
Monsieur le Président, comme je l'ai dit hier, j'aurais voulu, lorsque le parti de mon collègue et lui étaient au pouvoir, qu'on ne mette pas à la porte un millier de travailleurs dont on avait désespérément besoin au ministère des Anciens Combattants. Cependant, nous nous sommes attelés à remédier à ce problème et nous allons le résoudre...
Des voix: Oh, oh!
Voir le profil de Lawrence MacAulay
Lib. (PE)
Voir le profil de Lawrence MacAulay
2020-01-28 15:00 [p.587]
Merci beaucoup, monsieur le Président. Encore une fois, je vais dire à mon collègue que nous avons effectivement compris le problème. C'est pourquoi nous avons investi 10 milliards de dollars sur six ans au ministère des Anciens Combattants. C'est pourquoi nous réorganisons le système de manière à ce que nous puissions éliminer l'arriéré inacceptable au ministère des Anciens Combattants.
Il est aussi important de souligner que le nombre de demandes à traiter a presque doublé et que nous avons embauché 700 personnes. Nous allons résoudre le problème.
Voir le profil de Wayne Easter
Lib. (PE)
Voir le profil de Wayne Easter
2020-01-27 13:01 [p.443]
Madame la Présidente, le député a indiqué que le secteur énergétique est devenu une pomme de discorde. J'ai écouté attentivement son intervention. J'ai beaucoup d'amis en Alberta, car j'y ai travaillé pendant de nombreuses années. Je suis encore en contact avec eux. Leur version des faits diffère de celle de l'opposition conservatrice. Ce qui les inquiète, ce sont les immeubles de bureaux vacants à Calgary. Il est vrai qu'une très vive inquiétude règne en Alberta, et c'est elle qui, à mon avis, crée des dissensions et sème la division au sein du pays. J'en suis consterné parce que, comme je l'ai dit, j'ai beaucoup d'amis en Alberta.
Les campagnes de désinformation du Parti conservateur sont l'une des raisons de cette discorde. Le député qui vient de prendre la parole relaie cette propagande en affirmant que les libéraux s'opposent aux pipelines. Pourquoi le député ne fait-il pas preuve d'honnêteté envers les autres députés et les Canadiens? Le gouvernement libéral a acheté un pipeline pour acheminer le pétrole vers les marchés, et il verra à ce que ce projet se concrétise. Que mes collègues là-bas fassent preuve d'honnêteté.
Voir le profil de Lawrence MacAulay
Lib. (PE)
Voir le profil de Lawrence MacAulay
2020-01-27 14:52 [p.462]
Monsieur le Président, je sais gré à mon collègue de se soucier de cette situation, mais j'aurais voulu qu'il s'en soucie lorsque son parti et lui étaient au pouvoir et qu'ils ont mis à la porte un millier de travailleurs affectés aux services aux anciens combattants. C'est ce qui s'est passé.
Concrètement, le temps de traitement des demandes a presque doublé. Presque deux fois plus de gens ont fait des demandes de prestations d'ancien combattant. Nous avons embauché 700 personnes. Je peux assurer au député que la solution passe par l'embauche de travailleurs et par les services aux anciens combattants.
Voir le profil de Lawrence MacAulay
Lib. (PE)
Voir le profil de Lawrence MacAulay
2019-12-13 11:44 [p.400]
Monsieur le Président, je peux confirmer à mon collègue que la politique du ministère relative aux services en santé mentale offerts aux membres de la famille n'a pas changé. Si des membres de la famille d'un ancien combattant ont besoin d'aide dans le cadre du traitement de ce militaire, ils l'auront. Toutefois, si un membre de la famille est incarcéré, il ne recevra que les services offerts par le Service correctionnel du Canada.
Voir le profil de Lawrence MacAulay
Lib. (PE)
Voir le profil de Lawrence MacAulay
2019-12-13 11:47 [p.401]
Monsieur le Président, je sais que c'est un dossier que ma collègue a à cœur et il en va de même pour le gouvernement. Même un seul ancien combattant sans abri, c'est déjà trop. L'une des choses que me demande le premier ministre dans ma lettre de mandat est de voir à ce que tous les anciens combattants aient un toit. Nous allons nous employer à concrétiser cet objectif.
Voir le profil de Sean Casey
Lib. (PE)
Voir le profil de Sean Casey
2019-12-12 10:09 [p.308]
Monsieur le Président, c'est la première fois depuis le début de la législature que je prends la parole. J'aimerais remercier les gens de Charlottetown de m'avoir réélu pour un troisième mandat. Je suis à la fois honoré et reconnaissant de pouvoir de nouveau les représenter dans cette enceinte.
Aujourd'hui, je présente une pétition qui a été signée par pas moins de 1 500 habitants de l'Île-du-Prince-Édouard. Je suis fort impressionné qu'une pétition ait pu obtenir autant de signatures dans une aussi petite région.
Les essais de produits cosmétiques sur les animaux inquiètent les pétitionnaires, d'autant plus que le Canada accuse un retard par rapport à d'autres pays qui, eux, ont déjà interdit cette pratique. Ils demandent donc au Parlement d'appuyer le projet de loi S-214, qui est malheureusement mort au Feuilleton lors de la dernière législature. Cependant, nous souhaitons le ramener et nous pressons la Chambre de l'appuyer et d'interdire au Canada la vente et la fabrication de produits et d'ingrédients cosmétiques testés sur les animaux.
Voir le profil de Lawrence MacAulay
Lib. (PE)
Voir le profil de Lawrence MacAulay
2019-12-10 15:00 [p.219]
Monsieur le Président, cette année marque le 75e anniversaire de la campagne d'Italie. J'ai eu le grand honneur de diriger la délégation canadienne en Italie, qui était composée de 15 incroyables anciens combattants et de députés de tous les partis à la Chambre.
Les Canadiens peuvent être extrêmement fiers de la reconnaissance exprimée par les Italiens aux délégués et aux anciens combattants canadiens. Ils n'oublieront jamais la bravoure des Canadiens, et nous ne les oublierons jamais non plus.
Voir le profil de Lawrence MacAulay
Lib. (PE)
Voir le profil de Lawrence MacAulay
2019-12-09 15:08 [p.106]
Monsieur le Président, j'aimerais d'abord remercier les gens de la circonscription de Cardigan de m'avoir confié un dixième mandat consécutif. C'est un grand honneur en effet de servir les gens de Cardigan. Je tiens aussi à féliciter ma collègue qui a été élue dans Orléans.
Je peux lui confirmer que tous les membres des Forces canadiennes qui ont été libérés honorablement et tous ceux qui ont terminé leur formation de base peuvent maintenant obtenir leur carte d'ancien combattant.
J'encourage tous les anciens combattants à demander la leur dès aujourd'hui afin de demeurer en contact avec les communautés d'anciens combattants et qu'on reconnaisse le service inestimable qu'ils ont rendu.
Voir le profil de Wayne Easter
Lib. (PE)
Voir le profil de Wayne Easter
2019-12-06 11:10 [p.38]
Monsieur le Président, j'aimerais aujourd'hui saluer la mémoire de Jean Leahy et célébrer sa vie, qui a pris fin en août dernier. Jean, qui habitait à Fort St. John, était une ardente défenseure des femmes, des agriculteurs, des aînés et de l'environnement.
Dans le domaine agricole, Jean a été présidente des femmes de la National Farmers Union, où elle a directement contribué à rendre les règles de propriété agricole plus équitables pour les femmes mariées. On lui doit aussi en bonne partie la mesure législative grâce à laquelle les agricultrices peuvent désormais cotiser au Régime de pensions du Canada.
Jean était une membre convaincue de l'association environnementale de la vallée de la rivière de la Paix, qui a pour mission de protéger les terres agricoles de la vallée. Nommée citoyenne de l'année de Fort St. John, Jean était un véritable pilier de sa collectivité. Elle a aussi été présidente du comité pour le logement abordable de l'organisme Save Our Northern Seniors, et j'en passe.
Si elle était là, Jean dirait qu'elle voulait simplement que ses petits-enfants grandissent dans un monde meilleur. Chose certaine, le monde se porte mieux grâce à elle. Salut Jean.
Voir le profil de Wayne Easter
Lib. (PE)
Voir le profil de Wayne Easter
2019-12-06 13:47 [p.62]
Monsieur le Président, je suis très heureux de pouvoir dire quelques mots sur le discours du Trône. Cependant, je veux d'abord parler de votre élection comme notre nouveau Président. Je vous félicite, et je vous souhaite bonne chance lors de cette législature qui, à mon avis, nous offre une véritable occasion d'accomplir de grandes choses pour les Canadiens. Nous avons une belle occasion de travailler ensemble comme députés.
Je crois fermement que tous les partis ont proposé de bonnes idées dans leur plateforme. Nous devons faire ressortir ces idées et travailler ensemble parce que les Canadiens nous ont fait comprendre qu'ils souhaitent que le Parlement fonctionne. Ils ne veulent plus voir les divisions que nous avons observées lors de la campagne électorale, ni les attaques personnelles ou les campagnes de désinformation inconcevables qui ont été lancées au cours de cette période. Ils désirent que nous collaborions dans l'intérêt de tous les Canadiens. C'est ce que doivent aspirer à faire les chefs de chaque parti et l'ensemble des parlementaires durant la 43e législature. J'espère, monsieur le Président, que vous réussirez à nous garder dans la bonne voie.
Je tiens également à remercier les habitants de ma circonscription, Malpeque, à l'Île-du-Prince-Édouard, de leur appui. J'ai la chance d'entreprendre mon neuvième mandat à titre de député, et c'est toujours un honneur. Peu importe le nombre de fois où un député est appelé à prendre la parole, cette enceinte demeure quelque peu intimidante. Bien peu de citoyens obtiennent le droit de se retrouver ici pour faire une déclaration, inviter ses pairs à débattre, ou être tenu de répondre aux questions d'autrui. La démocratie doit reposer sur ce genre d'échanges. Au sein de ce Parlement, nous sommes confrontés aux points de vue les plus divergents, mais nous sommes capables d'unir nos efforts afin de formuler de meilleures politiques.
À mon avis, les débats à la Chambre étaient plus ouverts il y a de nombreuses années. Les débats étaient plus énergiques, et les discours n'émanaient pas toujours de rédacteurs ou d'autres spécialistes. C'est en plein le genre d'endroit que, selon moi, la Chambre devrait être. Dans cette enceinte, nous devrions prendre la parole et présenter nos idées, quitte à devoir parfois en laisser tomber certaines. Lorsque j'ai commencé à siéger ici pour la première fois il y a 26 ans, je pensais que j'avais toutes les idées et toutes les réponses. Je sais aujourd'hui que ce n'était pas le cas. En fait, j'ai moins de réponses aujourd'hui que je pensais en avoir à l'époque. Cependant, nous devons avoir des discussions et des débats de cette nature, parce que chacun d'entre nous a de bonnes idées et que les critiques constructives ont leur place tant à la Chambre qu'au sein des comités.
Je tiens à dire aux nouveaux députés que c'est véritablement dans les comités que l'on effectue le travail. Les membres des comités voyagent ensemble et apprennent à se connaître sur le plan personnel. C'est en mettant de côté la partisanerie et les lignes de parti que l'on fait vraiment avancer les choses et que l'on trouve de bonnes idées. Les députés se font des amis des deux côtés de la Chambre, qui sont séparés par deux longueurs d'épée. Nous tissons des liens d'amitié et progressons ensemble. C'est ainsi que les choses devraient se passer dans cette enceinte. J'espère que c'est ce que nous pourrons faire à la Chambre et au sein des comités durant la 43e législature.
J'aimerais maintenant parler du discours du Trône et lire quelques phrases qui figurent sous la rubrique Allocution d'ouverture:
Cet automne, les Canadiens ont été appelés aux urnes. Et ils ont élu un gouvernement minoritaire à Ottawa. Cela reflète la volonté du peuple, et vous avez été choisis pour y donner suite.
Nous ouvrons donc cette 43e législature en lançant un appel à l’unité dans la poursuite d’aspirations et d’objectifs communs.
Comme je l'ai dit il y a un instant, je sais que cela va représenter un défi. J'ai participé à neuf élections, mais c'est cette dernière élection générale qui a le plus semé la discorde sur le terrain dans la circonscription que je représente, comme dans bien d'autres d'ailleurs, à ce qu'on m'a dit. Les fausses informations ont fusé de partout. Lorsqu'on répète une fausse information assez souvent et qu'elle n'est jamais contestée, elle devient la vérité dans l'esprit de certaines personnes. Ce fut souvent le cas pendant la dernière campagne électorale, ce qui a créé beaucoup d'amertume.
Le pays est ressorti divisé par ce que je considère être de fausses informations. Prenons le projet de loi C-69, qu'on a qualifié de « projet de loi anti-pipelines ». Il n'est rien de tel. On peut avoir des réserves à son sujet, mais du point de vue du gouvernement, c'était un moyen de régler des enjeux environnementaux. Il nous a aussi permis d'instaurer certaines mesures en matière de pipelines et de ressources naturelles sans la constante possibilité de se retrouver éventuellement devant les tribunaux. Telle était l'intention, mais ce surnom dont on a affublé le projet de loi a rendu bien des gens méfiants et a suscité la division. Pendant cette législature, nous devons tenter d'éviter ce genre d'expressions, de nous en tenir aux faits et de rendre la Chambre plus efficace.
Regardons la première partie du discours du Trône, où il est question de lutte contre les changements climatiques:
Les enfants et les petits-enfants du Canada jugeront cette génération selon ses actions, ou son inaction, à l'égard du plus grand défi de notre époque: les changements climatiques.
Des feux de forêt aux inondations, de la pollution des océans à l'érosion côtière, les Canadiens vivent les effets des changements climatiques tous les jours. Les données scientifiques sont claires; elles le sont depuis des décennies.
Je sais bien que le sujet est loin de faire l'unanimité, mais nous avons l'avis de la communauté scientifique et des soi-disant experts. Avec les experts, il faut faire attention, car leur expertise est parfois en deçà de celle qu'ils s'attribuent, mais les données scientifiques, elles, disent que, de façon générale, une taxe sur le carbone est une bonne mesure. Le premier ministre en a déjà parlé à fond aujourd'hui. Une fois en place, la taxe sur le carbone, qui est considérée comme un des meilleurs moyens de lutter contre les changements climatiques, permettra aux gens d'améliorer leur sort et nous aidera à protéger l'environnement pour les générations à venir. Cette mesure est nécessaire. Le projet de loi sur la taxe sur le carbone a déjà été débattu et l'objectif du chef de l’opposition ne devrait pas être de dire qu'il veut faire tomber le gouvernement.
Nous avons été élus à la Chambre pour remplir des fonctions et travailler en collaboration. Faisons-le. Penchons-nous sur la question de l'environnement et tirons parti des ressources naturelles de diverses façons.
Notre plateforme renferme un certain nombre de mesures visant à protéger l'environnement et le climat à stimuler l'économie. Je veux les énumérer afin que les députés de l'opposition sachent ce que nous avons dit. J'imagine qu'ils ont tous lu notre plateforme de toute façon, mais ils doivent demander des comptes au gouvernement et faire en sorte que nous nous penchions sur les questions que nous avons promis d'aborder à titre de gouvernement. Je m'attends à cela de mon propre parti.
Nous voulons faire du Canada un pays carboneutre d'ici 2050, réduire de moitié les impôts des entreprises qui produisent des technologies propres à émission zéro, offrir aux propriétaires et aux locateurs qui veulent rendre leurs propriétés plus éconergétiques des prêts sans intérêt pouvant atteindre 40 000 $, augmenter le pourcentage de terres et d'océans protégés à 25 % et planter deux milliards d'arbres, ce qui entraînera la création de 3 500 emplois par an. Ce sont là quelques-unes des mesures que nous avons proposées.
Lors de la campagne électorale, j'ai visité quelqu'un de ma circonscription qui venait de construire ce qu'on appelle une maison passive. C'est l'une des mesures que nous pourrions prendre. Cette maison a des murs de 18 pouces d'épaisseur, je crois, voire un peu plus, une grande quantité d'isolants ainsi qu'un mur intérieur et un mur extérieur. À l'Île-du-Prince-Édouard, où les hivers ne sont pas vraiment aussi cléments qu'à Vancouver et à Victoria, la personne en question et sa femme pourront chauffer cette maison pour 300 $ par an en raison de la façon dont elle est construite. Voilà un exemple de ce qu'on peut faire quand on prend les bonnes mesures.
J'ai visité une autre maison passive construite il y a environ six ans, et il en coûte 340 $ par an aux propriétaires pour chauffer cette maison de 2 000 pieds carrés. Le reste de la population qui a une maison de la même taille paie probablement 6 000 $ par an pour chauffer au mazout et produit beaucoup plus de gaz à effet de serre. Voilà qui montre ce qu'on peut faire quand le gouvernement est prêt à apporter son aide en matière d'infrastructures et de logement, ce que les libéraux ont proposé de faire dans leur plateforme.
Le discours du Trône indique également que le gouvernement contribuera à rendre les habitations écoénergétiques plus abordables, instaurera des mesures afin de bâtir des collectivités propres, efficaces et abordables et de faciliter l'accès aux véhicules zéro émission. Voilà comment on s'y prend pour faire des progrès en matière de lutte contre les changements climatiques.
Passons à un autre passage du discours du Trône. Je cite le discours du Trône parce que, souvent, nous omettons de revenir à ces documents après leur lecture et de nous attarder à leur contenu. Nous avons nos propres programmes à défendre et nos propres déclarations à faire à la caméra, dans l'espoir que les habitants de notre circonscription les entendent. Penchons-nous sur ce que le gouvernement propose au juste. En ce qui concerne le renforcement de la classe moyenne, le discours du Trône indique: « La première mesure que le gouvernement prendra consistera à réduire les impôts de tous les Canadiens, à l’exception des plus riches, pour remettre plus d’argent aux familles de la classe moyenne et aux personnes qui en ont le plus besoin. »
Dans leur plateforme, les libéraux ont proposé d'augmenter à 15 000 $ le montant de l'exemption personnelle de base, ce qui permet à tous de garder plus d'argent dans leurs poches. Une telle mesure vient en aide à une très grande partie de la population. Je crois que le montant était 12 200 $ et il passera à 15 000 $. L'impôt ne sera donc pas perçu sur 2 800 $ de plus, ce qui profite à tous les Canadiens.
Les libéraux proposent de réduire les frais de téléphonie cellulaire de 25 %, comme il est indiqué dans le discours du Trône. Nous viserons à permettre aux petites entreprises d'économiser jusqu'à 7 500 $ en faisant passer leur taux d'imposition de 11 à 9 %, ce que nous avons commencé à faire à la dernière législature. Nous ferons en sorte qu'il soit plus facile pour les Canadiens d'acheter leur première maison en lançant l'Incitatif à l'achat d'une première propriété, qui offre jusqu'à 10 % de remise sur le prix d'achat. Ce sont là quelques-unes des mesures que nous proposons afin de renforcer la classe moyenne.
Je pourrais aussi parler des accords commerciaux que nous avons conclus, de ce qui a été accompli. Pendant la campagne électorale, j'ai découvert avec surprise que beaucoup de gens n'avaient aucune idée de ce qu'était l'Allocation canadienne pour enfants, même s'ils recevaient les prestations. Dans ma circonscription seulement, cette mesure représente plus de 2 millions de dollars libres d'impôt qui sont versés directement aux familles tous les mois. Voilà le genre d'initiatives que le gouvernement a pu mettre en place à la dernière législature. Nous devons maintenir le cap pendant la 43e législature.
Je n'en discuterai pas en détail, mais le discours du Trône parle longuement du chemin de la réconciliation. Le dossier de la réconciliation avec les communautés autochtones suscite toujours la controverse. Cependant, comme l'a mentionné le premier ministre, nous avons fait des progrès à cet égard. Les Autochtones représentent le segment de la population qui croît le plus rapidement. Sur le plan des ressources humaines, ils sont le plus grand atout du pays. Ils peuvent assurer leur propre prospérité et celle des autres Canadiens, faire fructifier l'économie et créer des communautés et des foyers sûrs. Par le passé, il y a eu de sérieux problèmes causés par des gouvernements et d'autres intervenants. Nous devons collaborer avec les communautés touchées pour en faire des collectivités sûres et prospères où la culture autochtone sera protégée, de façon à ce que les Autochtones puissent être fiers de leur histoire et de leur pays, et de façon à les encourager à collaborer à l'essor du Canada, pour le bien des Canadiens et des gens du monde entier.
L'autre aspect dont traite le discours du Trône concerne l'assurance-médicaments et certaines questions liées aux soins de santé. J'aimerais le citer, car je pense qu'il illustre bien ce point. Voici ce qu'il en dit:
Il arrive trop souvent que les Canadiens qui tombent malades soient lésés deux fois, tout d'abord lorsqu'ils tombent malades, puis lorsqu'ils ont des difficultés financières en raison du coût des médicaments.
Le chef du Nouveau Parti démocratique en a parlé plus tôt aujourd'hui.
Le discours du Trône poursuit ainsi:
Compte tenu de cette réalité, l'assurance-médicaments est l'élément crucial qui manque dans le modèle de soins de santé universels au Canada. Le gouvernement prendra des mesures pour créer et mettre en œuvre un régime d'assurance-médicaments afin que les Canadiens puissent avoir accès aux médicaments dont ils ont besoin.
Nous devons absolument prendre cette mesure. Je suis certain que tous ceux d'entre nous qui ont fait du porte-à-porte pendant la campagne électorale ont rencontré des gens qui n'ont pas les moyens d'acheter les médicaments dont ils ont besoin pour guérir ou qui leur ont parlé des membres de la famille qui souffrent parce qu'ils ne peuvent pas bénéficier des médicaments, des soins dentaires ou des autres choses dont ils auraient besoin pour vivre le reste de leur vie en santé. C'est pour cela que nous devons prendre cette mesure. Je sais que cela va entraîner des discussions difficiles parce que le gouvernement doit évaluer le coût d'un tel régime. Le gouvernement doit aussi examiner le partage des responsabilités fédérales et provinciales. Il lui faut déterminer l'ampleur du régime d'assurance-médicaments. Servira-t-il uniquement à combler les lacunes ou s'agira-t-il d'un régime universel? Ce sera là un débat crucial.
Je pense qu'il ne me reste plus beaucoup de temps. Je vais donc conclure en ces termes: dans une vie antérieure, j'étais président du Syndicat national des cultivateurs. J'ai eu l'occasion, à ce titre, de me rendre dans toutes les régions du pays et de vivre dans des fermes pendant un bon nombre d'années, que ce soit à Peace River, en Colombie-Britannique, ou en Ontario. J'ai passé beaucoup de temps en Saskatchewan et en Alberta, un peu de temps au Québec et beaucoup de temps dans les Maritimes. Au syndicat, nous ne cessions de répéter que, vu les ressources et les caractéristiques différentes de chaque région, il fallait faire attention de ne pas laisser les intérêts régionaux nous diviser. Le pays peut être plus fort que la somme de ses parties, et nous devons nous y employer.
Compte tenu de la composition du présent Parlement, où personne n'a la majorité, si nous travaillons tous ensemble, le pays sera plus fort que la somme de ses parties. Nous en profiterons tous et surtout, l'ensemble des Canadiens en profitera.
Voir le profil de Wayne Easter
Lib. (PE)
Voir le profil de Wayne Easter
2019-12-06 14:09 [p.65]
Monsieur le Président, ce fut pour moi aussi un véritable plaisir de travailler avec le député au comité des finances. Nous avons fait de l'excellent travail en ce qui concerne le rapport sur le blanchiment d'argent. Je crois que la personne dont il vient de parler, soit le procureur général de la Colombie-Britannique, M. Eby, a comparu devant le comité.
En réponse à la question du député, tout ce que je peux dire aux personnes concernées au sein du conseil exécutif ou du Cabinet, c'est que nous devrions mener les négociations nécessaires et fournir les ressources financières en conséquence.
Nombre des membres du Cabinet avec qui j'ai parlé ont dit que le rapport sur le blanchiment d'argent était un bon rapport. Ils étaient heureux de voir que le rapport avait reçu l'appui de tous les partis au comité et ils voulaient qu'on y donne suite. On m'a dit qu'on procéderait par étapes. Je dirais donc à mon entourage, si je peux m'exprimer ainsi, que nous devrions faire le travail nécessaire et nous attaquer de front au problème du blanchiment d'argent.
Voir le profil de Wayne Easter
Lib. (PE)
Voir le profil de Wayne Easter
2019-12-06 14:12 [p.65]
Monsieur le Président, je félicite le député d'en face pour sa victoire électorale. Je sais qu'il vient du Québec et que de nombreux députés d'en face représentent des régions où l'agriculture occupe une place importante.
La grève du CN nous aura au moins fait prendre conscience d'une chose, et c'est l'importance des ressources naturelles. Nous ne pouvons pas en cesser l'exploitation du jour au lendemain, parce que c'est l'économie au grand complet qui serait paralysée. Nous devons trouver des moyens de concilier environnement et économie. Pour cela, nous devons continuer à collaborer avec les entreprises qui exploitent le pétrole et les ressources naturelles du pays et miser sur la recherche-développement pour faire baisser la quantité de gaz à effet de serre produits par ces entreprises, idéalement au moyen de nouvelles technologies. Je rappelle d'ailleurs que les émissions de gaz à effet de serre ont déjà beaucoup diminué.
Qu'on le veuille ou non, les ressources naturelles constituent le principal moteur économique du pays, et nous en aurons besoin pour encore au moins 30 ans. Ce secteur permet au Canada de créer énormément d'emplois, et nous jouissons tous de ses retombées.
Le gouvernement entend notamment tirer parti des recettes générées par ce secteur pour créer et financer des moyens de bien protéger l'environnement et de réduire les émissions de gaz à effet de serre. Nous devons éviter les extrêmes et trouver le juste équilibre. C'est la réalité du monde dans lequel nous vivons.
L'opposition peut rêver d'autre chose, mais ce ne sera toujours qu'un rêve. Or, c'est bien beau, les rêves, mais ce ne sont pas eux qui doivent régir notre vie. Il faut concilier économie et environnement, et c'est ce que le gouvernement entend faire grâce à son plan d'action sur les changements climatiques et aux efforts qu'il fait pour stimuler l'économie.
Voir le profil de Wayne Easter
Lib. (PE)
Voir le profil de Wayne Easter
2019-12-06 14:16 [p.66]
Monsieur le Président, je félicite la députée de son élection et de son arrivée ici. Comme elle vient de l'évoquer, il est grandement nécessaire que sa voix se fasse entendre à la Chambre des communes et partout au pays.
La députée a parlé des avis d'ébullition d'eau. Le gouvernement a fait des progrès considérables à cet égard, mais il reste encore beaucoup à faire. Le premier ministre semble lui-même avoir clairement indiqué, tant par les mesures prises au cours de la dernière législature que dans le programme libéral et le discours du Trône, qu'il en a fait sa grande priorité.
Dans ce dossier, il veut régler les problèmes et faire en sorte que les peuples autochtones d'un océan à l'autre trouvent la place qui leur revient au pays, qu'ils jouissent d'une économie en santé et du rayonnement de leur culture, et qu'ils soient en mesure de prospérer et de partager leurs connaissances et leurs compétences avec les autres Canadiens.
Résultats : 1 - 39 de 39

Exporter en: XML CSV RSS

Pour plus d'options de données, veuillez voir Données ouvertes