Comité
Consultez le guide de l'usager
Pour obtenir de l’aide, contactez-nous
Consultez le guide de l'usager
Pour obtenir de l’aide, contactez-nous
Ajouter un critère de recherche
Résultats : 1 - 15 de 12438
Voir le profil de Bob Zimmer
PCC (BC)
Merci, monsieur le président. Je suis heureux d'être de retour au Comité.
J'aimerais souhaiter une bonne et heureuse Journée nationale des peuples autochtones à tous. J'irai droit au but.
Je me retrouve complètement dans ce que vous avez dit sur l'Arctique, monsieur Coates, ainsi que dans les commentaires d'autres experts, à savoir M. Huebert et M. Wallace. Je vous suis très reconnaissant d'avoir exploré ce sujet.
Je suis allé à Inuvik la semaine dernière, là où le niveau d'activité de NORAD est le plus élevé dans l'Arctique, et j'ai été alarmé par ce que j'ai vu. Nos premiers ministres territoriaux et provinciaux ont exprimé de nombreuses préoccupations quant à la souveraineté du Canada et à la sécurité, et j'ai entendu la même chose de la bouche de nombreux résidents autochtones du Nord.
En avril, on lisait ce qui suit dans le SaskToday:
[Le premier ministre] Silver, à titre de président des premiers ministres du Nord, a convoqué une réunion impromptue de ces ... leaders. Par la suite, le premier ministre Silver, la première ministre des Territoires du Nord-Ouest, Caroline Cochrane, et le premier ministre du Nunavut, P.J. Akeeagok, ont écrit une lettre conjointe au premier ministre de la Colombie-Britannique, John Horgan, ainsi qu'aux autres premiers ministres, pour leur demander d'inscrire cet enjeu à l'ordre du jour de la réunion estivale du Conseil de la fédération.
Tout cela pour traiter de la souveraineté et de la sécurité de l'Arctique.
Le premier ministre Silver a dit:
Il est temps que le Canada fasse de même. Les actions de la Russie menacent la sécurité mondiale et l'ordre international fondé sur des règles.
Au lieu de renforcer la souveraineté et la sécurité dans notre Arctique, j'ai vu le gouvernement mettre un panneau « à vendre » sur une installation cruciale de NORAD connue sous le nom de « hangar vert » à Inuvik et se débarrasser d'autres équipements essentiels. Pendant des décennies, le hangar de soutien logistique international a été la seule installation située au‑dessus du cercle polaire capable d'accueillir les avions-citernes utilisés pour ravitailler les CF‑18 du Canada. En 2021, le gouvernement a décidé que cette installation essentielle de NORAD n'était plus nécessaire. Le hangar a été mis en vente, et d'autres pays ont montré de l'intérêt pour celui‑ci, dont la Chine.
Sans ce hangar, les avions de ravitaillement sont installés à l'extérieur, ce qui rajoute un minimum de trois heures de préparation dans des conditions hivernales. Il est maintenant essentiellement impossible d'agir rapidement dans l'Arctique.
Étiez-vous au fait de cette vulnérabilité, monsieur Coates? Que devrait‑on faire à cet égard?
Voir le profil de Bob Zimmer
PCC (BC)
J'ai constaté la même chose, monsieur Coates. Certaines de mes publications sur les médias sociaux génèrent beaucoup d'attention, mais, pour être franc, ce n'est pas le cas avec mes publications sur la souveraineté et la sécurité de l'Arctique. Je suis d'accord avec vous: nous devons soulever cet enjeu davantage.
Pour revenir à cette annonce grandiose de près de 5 milliards de dollars pour NORAD et une partie de la souveraineté et de la sécurité de notre Arctique, j'aimerais parler d'un projet à Nanisivik qui ne s'est jamais concrétisé, malgré les promesses faites. Le gouvernement est en poste depuis six ans, mais il n'a pas encore réalisé ce projet.
J'ai vu passer un article de CTV intitulé « Military hopeful new Arctic port will open in 2022, but 'significant' uncertainty remains ». On y lit que « [l'armée] canadienne affirme qu'il n'y a aucune garantie que sa station navale arctique, retardée depuis longtemps, ouvrira finalement ses portes l'an prochain, ce qui a incité les porte-parole en matière de défense à qualifier les retards de construction actuels de déconcertants et de dangereux. »
J'aimerais vous poser une autre question, monsieur Coates. On peut faire bien des promesses. Le gouvernement actuel en a fait par le passé — un autre 4 ou 5 milliards pour 20 ans de plus —, mais est‑ce que ces promesses vont se concrétiser?
Pourriez-vous nous donner vos commentaires là‑dessus? Que devrait‑on faire pour veiller à ce que ces promesses mènent à des mesures concrètes?
Voir le profil de Gord Johns
NPD (BC)
J'aime qu'on nous relise la motion, si c'est possible.
Voir le profil de Gord Johns
NPD (BC)
C'est pour moi un honneur de me joindre à vous aujourd'hui depuis les terres ancestrales de la nation Nuu-chah-nulth, sur les terres non cédées des Hupacasath et des Tseshaht, en cette Journée nationale des peuples autochtones. J'aimerais également saluer toutes les Premières Nations, les Inuits et les Métis en cette journée importante.
Monsieur Giroux, combien le Canada devrait‑il dépenser par habitant en 2022‑2023 pour atteindre l'objectif de 2 % de l'OTAN?
Voir le profil de Gord Johns
NPD (BC)
Si le Canada engageait ces 18,2 milliards de dollars manquants, qui seraient nécessaires pour atteindre l'objectif de l'OTAN de 2022‑2023, est‑ce que les dépenses pour la défense dépasseraient alors les dépenses pour la santé?
Voir le profil de Gord Johns
NPD (BC)
Je crois savoir que ce chiffre serait supérieur au Transfert canadien en matière de santé.
Nous savons que notre système de santé traverse une crise profonde. Beaucoup trop de Canadiens sont sans médecin de famille, souffrent en raison des retards dans les interventions chirurgicales et subissent une médecine de couloir dans des hôpitaux surchargés. En attendant, les travailleurs de la santé s'épuisent et certains quittent carrément le secteur de la santé.
Cette année, les provinces ont demandé une augmentation immédiate à hauteur de 28 milliards de dollars du Transfert canadien en matière de santé, ou le TCS. Malheureusement, le budget de cet exercice a laissé passer l'occasion d'offrir une planche de salut à notre système de santé.
Quel est le pourcentage du PIB du Canada, pour la période de 2022‑2023, dépensé par le gouvernement fédéral en soins de santé? Est‑il au moins de 2 %?
Voir le profil de Gord Johns
NPD (BC)
En avez-vous une idée, un montant approximatif?
Voir le profil de Gord Johns
NPD (BC)
Merci.
La cible de 2 % de l'OTAN est destinée à démontrer l'état de préparation militaire et la volonté politique. Si le gouvernement engageait d'importantes nouvelles dépenses dans la défense, possiblement aux dépens d'autres priorités comme la santé, quels indicateurs permettraient de surveiller si le Canada atteint cet objectif d'état de préparation militaire?
Voir le profil de Gord Johns
NPD (BC)
Je dois dire que prendre soin de nos anciens combattants mènerait à une meilleure préparation, étant donné la pénurie actuelle de main-d'œuvre, en attirant des personnes dans les forces armées. Je vous suis reconnaissant de vos observations.
Avez-vous effectué une analyse des avantages pour la collectivité, comme la création d'emplois, auxquels on pourrait s'attendre au Canada si le gouvernement augmentait de façon importante les dépenses en défense à court et moyen termes pour atteindre la cible des 2 % de l'OTAN? Est‑il possible que beaucoup des avantages de ces dépenses se fassent sentir au‑delà de nos frontières?
Voir le profil de Gord Johns
NPD (BC)
On prévoit que la crise climatique sera de plus en plus une source de conflits géopolitiques. Quel pourcentage du PIB du Canada le gouvernement fédéral consacre‑t‑il aux efforts d'atténuation et d'adaptation, tant au pays qu'à l'étranger?
Voir le profil de Gord Johns
NPD (BC)
Merci beaucoup.
Monsieur le président, combien de temps me reste‑t‑il?
Voir le profil de Gord Johns
NPD (BC)
Merci, monsieur Giroux.
Voir le profil de Parm Bains
Lib. (BC)
Merci, monsieur le président.
Je remercie nos témoins de leur présence.
Je tiens également à remercier mon collègue de la reconnaissance des terres autochtones, ce qui est très important. Je voudrais, à mon tour, souligner que je poserai mes questions depuis les territoires traditionnels des Musqueam et des Salish du littoral.
Le ministère de la Défense nationale déclare avoir instauré, en 2017, un nouveau modèle de financement, soit le Fonds d'investissement en immobilisations, qui permet une certaine souplesse pour adapter les niveaux annuels de financement des immobilisations afin qu'ils correspondent aux besoins réels de financement des projets. Pouvez-vous expliquer comment fonctionne ce nouveau modèle?
Voir le profil de Parm Bains
Lib. (BC)
La question suivante devrait-elle également être adressée au ministère? Comment cette approche aide‑t‑elle le gouvernement à payer des projets pluriannuels complexes?
Voir le profil de Parm Bains
Lib. (BC)
L'un d'entre vous pourrait‑il expliquer comment des fonds peuvent devenir périmés, par opposition à des fonds reportés aux exercices suivants?
Résultats : 1 - 15 de 12438 | Page : 1 de 830

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
>
>|
Exporter en: XML CSV RSS

Pour plus d'options de données, veuillez voir Données ouvertes