Hansard
Consultez le guide de l'usager
Pour obtenir de l’aide, contactez-nous
Consultez le guide de l'usager
Pour obtenir de l’aide, contactez-nous
Ajouter un critère de recherche
Résultats : 1 - 15 de 4250
Voir le profil de Gary Anandasangaree
Lib. (ON)
Monsieur le Président, je prends la parole aujourd’hui pour rendre hommage à l’agent Vijayalayan Mathiyalaghan, un Canadien d’origine tamoule qui a consacré sa vie à servir de façon exemplaire son pays d’adoption, le Canada.
Vijay s’est enrôlé dans les Forces armées canadiennes en 2011 et a servi dans le 2e Régiment du génie de combat. Il a notamment servi en Ukraine en 2018 dans le cadre de l’opération Unifier, où il a mis à profit son expertise en neutralisation des explosifs et munitions pour former les forces locales au déminage. Ses compétences ont sans aucun doute sauvé la vie de nombreux soldats et civils ukrainiens pendant la terrible guerre qui a suivi.
En 2020, Vijay s’est joint au Service de police d’Ottawa et a été affecté aux opérations de première ligne du peloton central A. Vijay était très respecté par ses collègues d’Ottawa, et bon nombre d’entre eux n’oublieront jamais sa gentillesse et son altruisme.
Il manquera beaucoup aux militaires canadiens, au Service de police d’Ottawa, à sa communauté tamoule très unie d’Ottawa et au réseau croissant de professionnels tamouls en application de la loi partout au Canada. Il laisse derrière lui sa famille, sa communauté et son pays, qui sont très fiers de lui.
Voir le profil de Kerry-Lynne Findlay
PCC (BC)
Madame la Présidente, le 3 juin, les conservateurs ont perdu un extraordinaire militant de longue date, Ed Odishaw, décédé à l'âge de 86 ans.
Edward Alvin Odishaw est né et a grandi à North Battleford. Il a obtenu un diplôme en droit de l'Université de la Saskatchewan. En 1973, il a déménagé à Vancouver, où il a pratiqué le droit des sociétés à Swinton & Company, puis à Boughton Law.
J'ai fait la connaissance d'Ed, qui était un ami de mon frère aîné, Greg Findlay, alors que j'étais adolescente.
Dès l'âge de 26 ans, Ed a été chef de cabinet du premier ministre provincial Ross Thatcher pendant cinq ans. Plus tard, son amour de la politique s'est épanoui au sein du Parti conservateur. Il a d'abord servi le chef de l'opposition officielle, John Reynolds, puis il a fièrement travaillé avec le premier ministre Harper. Il a été un mentor pour moi et tant d'autres.
Ed était éloquent, authentique et fidèle à sa parole. Il aimait le Canada et a vécu sa vie avec intégrité et dignité. Il laisse derrière lui un grand nombre d'amis et sa tendre épouse depuis 40 ans. J'offre mes condoléances à Theresa et à la famille élargie. Mari dévoué, sage collègue, ami de confiance et véritable patriote: Ed faisait partie des bons gars.
Voir le profil de Judy A. Sgro
Lib. (ON)
Madame la Présidente, j'aimerais aujourd'hui honorer la mémoire d'une enseignante passionnée, d'une bénévole dévouée et d'une femme qui a laissé sa marque dans la société, Mme Sothymalar Paramsothy. Mme Paramsothy est venue au Canada avec ses deux fils en tant que réfugiée.
Comme la plupart des Tamouls, elle a dû occuper plusieurs emplois pour joindre les deux bouts à son arrivée dans sa terre d'accueil. Enseignante de profession, elle travaillait à temps partiel dans les écoles du conseil scolaire du district catholique de Dufferin-Peel en plus d'enseigner la langue tamoule dans différents autres conseils scolaires offrant des programmes de langues étrangères. En plus de son travail, elle participait activement à la collecte de fonds pour venir en aide aux habitants du Nord et de l'Est du Sri Lanka déplacés à l'intérieur de leur pays. Après avoir pris sa retraite, au début des années 2000, elle est retournée au Sri Lanka afin de poursuivre son travail humanitaire sur place.
Je me souviens encore du jour où j'ai remis à Mme Paramsothy la Médaille du jubilé d'or de la reine pour services rendus à la collectivité. Je me souviendrai toujours de sa vivacité d'esprit, de son grand cœur et de la faculté qu'elle avait de se projeter dans l'avenir. Jusqu'à son dernier souffle, elle a encouragé les œuvres visant à améliorer les conditions sociales et économiques des Srilankais. Son départ est une grande perte pour les Canadiens et pour le Canada. Nous lui serons toujours reconnaissants de la marque qu'elle aura laissée dans nos vies.
Voir le profil de Rachel Blaney
NPD (BC)
Monsieur le Président, Alberta Billy était une leader influente et une aînée de la tribu des Laich-kwil-tach.
Son décès m'attriste profondément. Il aura une incidence profonde sur notre circonscription. Sa nature douce incitait tous les gens autour d'elle à donner le meilleur d'eux-mêmes. Elle était une leader importante qui a sensibilisé les Canadiens aux répercussions douloureuses et profondes des pensionnats autochtones. Dans les années 1980, avec ses amis Thelma Davis et Stan McKay, elle a travaillé pendant des années pour amener l'Église Unie du Canada à reconnaître sa responsabilité pour les torts causés aux Autochtones, ce qu'elle a fait, devenant ainsi la première institution religieuse à présenter des excuses aux peuples autochtones.
Elle ne s'est pas arrêtée là. Elle a travaillé avec Kathi et Meredith pour sensibiliser les gens aux conséquences des pensionnats autochtones à l'aide d'une formation par l'expérience dans le cadre de la série d'ateliers The Village. Elle me disait: « Nous le faisons parce que nous devons le faire ». Ses paroles m'ont donné de la force dans des moments difficiles. Le monde est beaucoup plus triste sans Alberta. Ce fut un énorme honneur pour moi de la connaître et de l'aimer. Je souhaite beaucoup d'amour à son mari, Daniel, et à sa famille en cette période de douleur profonde.
Voir le profil de Tony Van Bynen
Lib. (ON)
Voir le profil de Tony Van Bynen
2022-06-17 11:00 [p.6898]
Madame la Présidente, dans la dernière année, ma circonscription, Newmarket—Aurora, a perdu deux hommes qui ont apporté une contribution incommensurable dans le domaine de la santé.
Art Craig, décédé le 17 octobre 2021, et Al Roeder, décédé le 29 mai 2022, ont tous deux servi leur collectivité à des postes de direction en tant que présidents de l'établissement qui s'appelle aujourd'hui le Southlake Regional Health Centre.
Al était un professionnel accompli, un leader du secteur de la santé et, à bien des égards, un pionnier dans ce domaine. C'était avant tout un homme bon qui était aimé et respecté par sa famille, son entourage et ses anciens collègues.
Art était un grand promoteur des arts et de la culture qui avait à cœur de servir la collectivité. On se souviendra de lui comme d'une âme charitable qui aimait ses proches et ses amis. Le respect qu'il avait pour ceux qui ont bénéficié de son soutien se reflète dans l'engagement dont il a fait preuve tout au long de sa vie au sein de diverses organisations.
Notre collectivité, en particulier notre centre de soins hospitaliers et de santé, a énormément profité du leadership et de la vision de ces deux messieurs.
Voir le profil de Shafqat Ali
Lib. (ON)
Voir le profil de Shafqat Ali
2022-06-17 11:08 [p.6899]
Madame la Présidente, au nom des habitants de Brampton‑Centre, je prends la parole aujourd'hui pour rendre hommage à Tahir Khan, Shafiq Ahmad, Aqeel Akram, Raja Ashfaq, Farooq Ahmad et Zia Inam pour leur altruisme envers la communauté en tant que membres fondateurs de la société d'aide aux funérailles de Peel, un organisme sans but lucratif dont les plus de 1 100 membres assurent leurs propres frais de funérailles et d'enterrement.
Lorsqu'un être cher décède, les frais de funérailles et d'enterrement peuvent accroître le stress du deuil. Lorsqu'un de ses membres meurt, l'organisme prend en charge tous les frais de funérailles et d'enterrement. Il répartit ensuite ces frais au prorata entre ses membres.
J'ai beaucoup d'estime pour la société d'aide aux funérailles de Peel, ainsi que ses fondateurs, ses bénévoles et ses membres, qui aident les membres de la communauté pendant l'un des moments les plus difficiles de leur vie.
Voir le profil de Todd Doherty
PCC (BC)
Voir le profil de Todd Doherty
2022-06-16 17:43 [p.6843]
Madame la Présidente, c'est un réel honneur de participer au débat sur le projet de loi C‑224. Je remercie la députée de Longueuil—Charles-LeMoyne d'avoir présenté cet important projet de loi à la Chambre. Nous sommes peut-être en désaccord sur de nombreuses questions, mais je sais qu'elle est aussi enthousiaste que moi lorsqu'il s'agit de servir les courageux hommes et femmes qui protègent les collectivités et le pays et de prendre leur défense.
Si les députés me le permettent, je voudrais rendre hommage à un ami et un leader de ma ville, Williams Lake, qui nous a quittés beaucoup trop tôt la semaine dernière. Des Webster a travaillé au service des incendies de Williams Lake pendant plus de 24 ans. Il a pris sa retraite alors qu'il était chef des pompiers, en 2018, après avoir soutenu notre région pendant la pire saison des incendies de forêt et la plus importante évacuation de masse de l'histoire de la province, en 2017. Des venait littéralement de devenir grand-père. J'offre mes condoléances à sa famille et à ses amis de la caserne de Williams Lake. Des nous manquera.
Nous perdons beaucoup trop de ces hommes et de ces femmes, soit en raison des traumatismes moraux et mentaux qu’ils subissent en servant nos collectivités, soit à cause de leur exposition à des substances mortelles et des cancers qui en découlent. Je tiens à remercier les plus de 26 000 Canadiens et Canadiennes de l’Association internationale des pompiers pour le service qu’ils rendent à leur collectivité et à notre pays. J’aimerais également remercier la section 1372 de l’Association, à Prince George, dans ma circonscription.
Tous les pompiers et toutes les pompières sont de véritables héros. Ils enfilent leur uniforme chaque jour, en sachant très bien qu’ils seront confrontés à des tragédies humaines et qu’ils devront peut-être consentir le sacrifice ultime. Ces femmes et hommes courageux se ruent dans des bâtiments en feu. Imaginons cela un instant: ils se précipitent dans des bâtiments en flammes. Alors que toutes les fibres de leur être leur crient de se mettre à l’abri, ils courent vers le danger. Lorsque des gens tentent de se sortir des décombres inextricables d’un accident de voiture, ils y plongent sans hésiter pour sauver des vies. Ils nous tiennent la main au moment où nous rendons notre dernier souffle.
Je crois que nous devons nous battre pour ceux qui se battent pour nous. J'ai consacré les sept dernières années de mes mandats d'élu à veiller à ce que nous nous battions pour les sentinelles silencieuses qui se battent pour nous et qui nous défendent. Chaque jour, ils quittent leurs familles sans savoir s'ils reviendront. Malheureusement, leurs familles sont bien trop souvent oubliées et laissées seules pour ramasser les pots cassés.
Quand je vois un projet de loi comme celui-ci, je suis fier de savoir que nous pouvons améliorer concrètement la vie de quelqu'un. En termes simples, le projet de loi C‑224 sauvera des vies. Plus de 85 % de tous les décès de pompiers en service au Canada sont dus à des cancers professionnels. Les députés peuvent-ils imaginer se lever tous les jours et se rendre au travail en sachant qu'il y a 85 % des chances de mourir d'un cancer? Combien de députés voudraient aller travailler si on leur disait qu'ils ont 85 % des chances de contracter un cancer à cause de leur travail à la Chambre? La sensibilisation est essentielle pour aider les pompiers à détecter les premiers signes afin qu'ils puissent subir un test de dépistage précoce et se faire traiter le plus tôt possible.
La présence accrue de plastiques et de résines dans les matériaux de construction modernes signifie que l'environnement de travail des pompiers devient plus toxique d'une année à l'autre. Alors que le Canadien moyen a une chance sur trois de recevoir un diagnostic de cancer, les pompiers risquent d'être atteints de plusieurs types de cancer à des taux qui sont statistiquement plus élevés que dans d'autres professions. Les pompiers sont exposés à des substances cancérigènes connues ou présumées dans l'exercice de leurs fonctions. Bien que l'exposition soit souvent de courte durée, les niveaux d'exposition peuvent être élevés. Des études sur la chimie du feu révèlent des niveaux toxiques de substances dangereuses comme le formaldéhyde, le dioxyde de soufre, le benzène, le toluène et l'éthylbenzène, entre autres, dans la fumée durant les opérations d'extinction et de déblai pendant la lutte contre les incendies, qu'il s'agisse d'incendies de structures ou de véhicules. Durant l'exposition, ces produits chimiques dangereux recouvrent également leur équipement de protection. Ils s'infiltrent dans chaque fibre. Aussi incroyable que cela puisse paraître, l'équipement conçu pour sauver la vie des pompiers peut également contribuer à l'exposition à ces substances cancérigènes.
Les décès liés au cancer sont une source d'inquiétude grandissante pour les membres de ce secteur, et tout ce que nous pouvons faire en tant que parlementaires pour atténuer ce risque constitue un premier pas important. Le projet de loi C‑224 propose des normes nationales sur les cancers liés à la lutte contre les incendies, notamment des mesures visant à expliquer le lien entre la maladie et la profession. Le projet de loi demande au gouvernement de cibler les besoins en matière d'éducation des professionnels de la santé et d'autres professionnels et de promouvoir la recherche et l'échange de renseignements.
Il y a tellement de choses que nous tenons pour acquises au quotidien, des moments qui nous échappent et qui passent inaperçus, des personnes, des lieux, des choses qui ont une incidence sur nous sans même que nous nous en rendions compte. Lorsque nous nous habillons, que nous prenons notre déjeuner et que nous partons au travail, il ne nous vient jamais à l'esprit que ce puisse être le dernier jour que nous voyons nos proches, la dernière fois que nous serrons notre femme ou nos enfants dans nos bras, la dernière fois que nous disons à un ami ou à un membre de notre famille que nous l'aimons.
Les pompiers doivent faire cette prise de conscience chaque fois qu'ils revêtent leur uniforme. Ils se rendent au travail en sachant que cela pourrait être la dernière fois qu'ils voient leur famille. Ils se rendent au travail chaque jour pour nous protéger. Ils se rendent au travail pour littéralement sauver nos vies et respecter leur serment de servir les collectivités, de protéger les autres familles et la mienne, quel que soit le risque pour leur propre sécurité.
J'ai assisté aux funérailles d'un pompier décédé l'année dernière et on m'a remis la prière du pompier. Avec la permission de la Chambre, je vais vous la lire:
Seigneur, quand le devoir m'appelle, quand l'incendie fait rage, Accorde-moi de sauver des vies, peu importe leur âge. Aide-moi à prendre un petit enfant que menace la mort, À sauver une personne âgée d'un horrible sort. Fais que je sois attentif au moindre petit cri, Que je sois compétent et prompt à éteindre l'incendie.Je veux faire mon devoir et donner le meilleur de moi-même Pour protéger tous mes frères et leurs biens mêmes. Et s'il m'arrivait par ta volonté de devoir alors donner ma vie, Je t'en prie, veille tendrement sur ma famille chérie.
L'adoption du projet de loi C‑224 et la création d'un cadre national qui sensibilisera la population aux cancers liés à la lutte contre les incendies, c'est un prix minime à payer, mais un prix minime qui aura un effet considérable sur cette profession essentielle et qui sauvera des vies. Je crois qu'il nous incombe à nous tous, à titre de leaders de notre pays, de tout mettre en œuvre pour nous battre pour ceux qui se battent pour nous, qu'il s'agisse de mettre en place, dans le domaine de la santé mentale, les mesures de soutien dont les gens ont désespérément besoin pour être bien et être en santé, ou de se battre pour une mesure comme le projet de loi C‑224, qui changerait des vies et aiderait les personnes qui en ont besoin même après leur carrière.
Personne ne connaît l’avenir. Toutefois, nous pouvons au moins mettre en place les mécanismes qui serviront à sensibiliser les professionnels de la santé et à offrir des ressources aux familles et aux pompiers qui risquent leur vie chaque jour. J’espère que les députés de tous les partis se joindront à moi pour appuyer cette mesure législative essentielle.
Encore une fois, je remercie la députée de Longueuil—Charles-LeMoyne d’avoir proposé ce projet de loi. Elle m’a rappelé aujourd’hui qu’il y a cinq ans, elle prenait la parole dans cette enceinte pour appuyer mon projet de loi, le projet de loi C‑211, grâce auquel le Canada est devenu le premier pays au monde à élaborer des dispositions législatives pour combattre le trouble de stress post-traumatique chez les personnes qui se battent pour nous: nos héros de première ligne.
Je remercie tous les députés qui ont pris part au débat d’aujourd’hui et tous ceux qui nous ont précédés dans cette enceinte. Je remercie mon bon ami de Barrie—Innisfil, qui est lui-même un pompier à la retraite, tout comme le député d’Essex, pour leurs valeureux services. Je remercie les visiteurs à la tribune aujourd’hui.
Que Dieu les bénisse.
Voir le profil de Sherry Romanado
Lib. (QC)
Madame la Présidente, je ne m'attendais pas à ces discours ce soir. Je tiens à remercier mon époux Chris et mon père Dave, qui sont pompiers, mon ami Chris Ross, ainsi que les pompiers de Montréal et de Longueuil d'avoir porté cette cause à notre attention. Maintenant, 338 députés savent que le travail de pompier cause le cancer. Je suis convaincue que chacun d'entre nous a appris quelque chose au cours de ce débat, et j'en suis extrêmement reconnaissante, car c'est la raison d'être de ce projet de loi. Il vise à sensibiliser non seulement les pompiers, mais aussi leur famille et les médecins qui les traitent, de sorte qu'ils sachent l'importance de leur poser ces questions.
Le député de Barrie—Innisfil a dit juste. Il sait qu'il faut demander au pompier du Canada rural s'il est au courant qu'il ne doit pas mettre sa tenue d'intervention à l'arrière de son véhicule parce qu'elle est contaminée. Voilà le but du projet de loi. Il consiste à mobiliser les provinces, les territoires, les collectivités autochtones et les membres des Forces armées canadiennes qui ont déjà été pompiers afin de communiquer cette information.
Il faut partager toutes les informations dont disposent les provinces et les territoires, par exemple le fait qu'une province sait qu'elle compte 19 cas de cancer, tandis qu'une autre province n'est au courant que de 9 cas. Quelles informations peuvent-elles partager avec nous?
En fin de compte, la décision finale revient aux provinces et aux territoires. Je tiens à l'expliquer très clairement à mes amis du Bloc: le but de ce projet de loi est de sauver des vies, point final.
Je ne m'excuserai pas de vouloir sauver des vies.
Beaucoup de mes collègues ici qui ont eu l'occasion de travailler avec moi savent que je suis plutôt du type pratico-pratique. J'aime que les choses avancent au « PC », ou disons avec le plus de célérité possible, pour ne pas employer de langage non parlementaire. On nous a envoyés ici pour accomplir des choses, et c'est quelque chose que nous devons faire. Il faut nous réunir avec nos homologues de tous les ordres de gouvernement pour trouver une façon de régler ce problème. Que pouvons-nous faire pour prévenir le cancer chez les pompiers?
Présentement, lorsque par malheur un pompier perd la vie, des prestations du Programme de subvention commémoratif pourraient être versées, mais pas pour un autre pompier ayant été emporté par le même cancer lié à son emploi, en raison de l'endroit où il vivait, ce qui est injuste.
Je remercie les pompiers qui nous regardent, dont certains sont à Ottawa présentement. Je remercie les pompiers qui nous regardent à la maison. Je remercie leur famille qui, chaque fois que l'alarme retentit, s'inquiète de les perdre ou, pire encore, s'inquiète de la possibilité que ce soit cette année qu'arrivera le terrible diagnostic de cancer, le véritable meurtrier.
Le gouvernement libéral a mis en place diverses initiatives; il a notamment modifié les codes nationaux du bâtiment et examiné les produits chimiques toxiques utilisés comme ignifugeants dans les sofas, mais il reste beaucoup à faire. Il faut communiquer cette information. Je suis certaine qu'avant que nous discutions du projet de loi, beaucoup d'entre nous n'étaient pas au courant de ces enjeux. Les jeunes qui veulent devenir pompiers doivent être informés de ces risques; ils pourront ainsi prendre les précautions nécessaires, voir à utiliser des mesures de décontamination après un incendie, s'assurer de dire à leur médecin qu'ils travaillent comme pompiers et demander des tests de dépistage.
Quels sont les tests qu'utilisent les provinces? C'est de cela que je parle dans le projet de loi. Il vise à encourager le partage d'information au sujet des tests et de tout le reste. Comment pouvons-nous prévenir ces problèmes de santé? Comment pouvons-nous soutenir les gens qui risquent leur vie chaque fois que l'alarme retentit?
Voir le profil de Elizabeth May
PV (BC)
Voir le profil de Elizabeth May
2022-06-14 14:00 [p.6677]
Madame la Présidente, je demande aux députés de bien retenir ces noms: Shireen Abu Aqla et Ghufran Warasneh. Ces deux journalistes palestiniennes ont été tuées dans le cadre de leur travail, pendant qu'elles décrivaient ce qui se passait sous leurs yeux.
Elles ont été tuées par les forces militaires israéliennes, qui — ce qui est encore plus choquant — ont même mené une attaque lors de leurs funérailles, et on a empêché les porteurs de les amener à leur lieu de repos éternel. Le représentant du Vatican à Jérusalem a dénoncé ce geste en indiquant qu'il violait de façon flagrante des accords qui datent de plusieurs décennies pour préserver le caractère sacré de Jérusalem pour les trois principales religions théistes, qui voient une signification spirituelle à cette ville.
Le Canada ne peut rester muet et immobile. Nous demandons la tenue d'une enquête indépendante sur le meurtre de ces deux courageuses journalistes palestiniennes. Le Canada doit intervenir.
Voir le profil de James Bezan
PCC (MB)
Monsieur le Président, c'est avec tristesse que j'annonce que M. Markus Hess est décédé le 2 juin. Markus était le fondateur du jour du Ruban noir, un mouvement mondial de protestation contre les violations des droits de la personne commises par l'ancienne Union soviétique. Fils d'immigrants de l'Estonie qui, dans les années 1980, avait été furieux face à l'occupation soviétique de la patrie de ses parents, Markus a passé une bonne partie de sa vie à défendre les droits et les libertés de particuliers ayant beaucoup souffert aux mains de dictateurs communistes et de meurtriers sanguinaires.
Il a servi les membres de sa communauté dans les pays baltes et les pays de l'Europe centrale en tant que président de nombreuses organisations. En tant que membre du conseil d'administration de l'organisme Tribute to Liberty, il a joué un rôle déterminant dans la construction et l'érection du Monument national aux victimes du communisme ici même, à Ottawa.
Markus a reçu de nombreuses récompenses pour ses contributions, y compris la Croix d'or de la République de Pologne et l'Ordre de l’Étoile blanche de la République d'Estonie. En raison de sa défense des droits de la personne, Markus a été interdit de séjour en Russie plus tôt cette année. J'espère qu'il considérerait cela comme un insigne d'honneur pour le combat qu'il a mené durant toute sa vie.
J'offre mes sincères condoléances à son épouse Eha, à leurs enfants et aux membres de sa famille. Le travail de Markus nous inspire tous. Nous poursuivrons son œuvre parce que, ensemble, nos forces démocratiques pour la liberté peuvent vaincre le totalitarisme une fois pour toutes.
Voir le profil de Ryan Williams
PCC (ON)
Voir le profil de Ryan Williams
2022-06-09 14:09 [p.6427]
Monsieur le Président, c'est avec une grande tristesse que j'interviens aujourd'hui pour souligner le décès, la semaine dernière, de John Smylie, de Quinte West, colonel honoraire de la base des Forces canadiennes de Trenton. John était un leader au sein de la collectivité, un mari aimant, un père incroyable et un grand-père encore plus incroyable.
John et Angela Smylie ont exploité des épiceries à Simcoe, à Guelph et à Brockville, et ont fini par devenir les exploitants de Smylie's Independent à Trenton, en Ontario. John a fait preuve d'un véritable amour et d'une grande philanthropie envers sa ville et sa région. Lors de la panne d'électricité générale de 2003, alors que les autres épiciers augmentaient le prix des piles, John l'a diminué. Lorsque les gens avaient besoin de paniers pour l'Armée du Salut, il était le premier à s'impliquer.
Il s'est fait le champion de l'Hôpital Trenton Memorial et a contribué à assurer son avenir. Il a été colonel honoraire du 436e escadron à Quinte West et, à son décès, il était le colonel honoraire de la base de Trenton. Il a adoré chaque moment passé là-bas. Il portait son uniforme avec fierté.
Baie de Quinte pleure la perte d'une personne qui a servi sa collectivité de manière extraordinaire. Il était un véritable ami et il se dévouait à sa famille. Je remercie John des services qu'il a rendus à notre région et à notre pays.
Qu'il repose en paix.
Voir le profil de Clifford Small
PCC (NL)
Monsieur le Président, la mise en berne du drapeau provincial le 5 juin à Terre‑Neuve‑et‑Labrador avait une signification toute particulière, puisque c'était le jour du décès de son créateur, M. Christopher Pratt.
M. Pratt était un fier Terre‑Neuvien, un artiste et l'un des grands peintres et graveurs du pays, ainsi que le concepteur du drapeau de Terre‑Neuve‑et‑Labrador. Il nous manquera énormément. Né à St. John's en 1935, M. Pratt a réalisé ses premières œuvres, des aquarelles, en 1952. Il a été membre de nombreux comités, dont le Comité consultatif sur les timbres-poste du gouvernement canadien, de même que le conseil d'administration du Conseil des Arts du Canada. En 1973, il est fait officier de l’Ordre du Canada et, en 1983, il devient compagnon de l’Ordre du Canada. Il a en outre reçu l'Ordre de Terre‑Neuve‑et‑Labrador en 2018.
Il était reconnu pour ses œuvres de génie, mais aussi pour son grand sens de l'humour. Au nom de la Chambre des communes du Canada, j'offre mes plus sincères condoléances à la famille Pratt, alors que nous disons au revoir à ce Canadien d'exception qui a laissé sa marque dans notre superbe province.
Voir le profil de Anthony Rota
Lib. (ON)
À la suite de discussions entre les représentants de tous les partis à la Chambre, je crois comprendre qu'il y a consentement pour observer un moment de silence en mémoire des victimes de l'attentat de London, en Ontario, survenu il y a un an.
J'invite maintenant les députés à se lever.
[La Chambre observe un moment de silence.]
Voir le profil de Gord Johns
NPD (BC)
Voir le profil de Gord Johns
2022-06-03 11:03 [p.6084]
Madame la Présidente, cela fait maintenant près de deux ans qu'une extraordinaire jeune femme de la Première Nation des Tla-o-qui-aht a été abattue par un policier à Edmundston, au Nouveau‑Brunswick, lors d'une vérification de son état de santé.
Des proches, des amis et des membres de la communauté de la victime, ainsi que des Canadiens qui réclament justice pour Chantel Moore marchent actuellement en direction de Victoria, où ils arriveront demain. Bien que je ne puisse être avec eux, je prends la parole aujourd'hui pour rappeler à la Chambre que le Canada a encore désespérément besoin d'une réforme approfondie de ses services de police.
Le gouvernement doit agir pour contrer la violence policière qui touche les Autochtones de façon démesurée, et une représentation autochtone doit être assurée dans toutes les enquêtes sur la violence policière. Il est urgent d'apporter des réformes aux méthodes de recrutement et de formation des policiers à tous les échelons. Tarder à agir ne fait qu'accroître les risques que d'autres Autochtones connaissent le même sort que Chantel.
Aujourd'hui, je souhaite bon courage aux proches, aux amis et à la communauté de Chantel qui doivent surmonter cette épreuve difficile.
Voir le profil de Iqra Khalid
Lib. (ON)
Voir le profil de Iqra Khalid
2022-06-02 14:08 [p.6025]
Monsieur le Président, c’est le cœur lourd que je prends la parole aujourd’hui pour rendre hommage à une personne remarquable de la collectivité d’Erin Mills qui est décédée le 30 mai. Shirley Haslam était une électrice, une membre importante du Mississauga Erin Mills Women’s Council et une amie très chère.
Shirley a été enseignante pendant 32 ans et elle a fait du bénévolat auprès de la Société de l’arthrite et de la Société de sclérodermie pendant de nombreuses années. Elle laisse derrière elle un très grand nombre de personnes dont elle a amélioré la vie, y compris la mienne.
Shirley avait le don de glisser des notes dans les sacs à main et d’écrire des cartes à ses amis pour exprimer ses pensées. Ces notes étaient pleines d’amour et d’affirmations. J’en ai une dans mon portefeuille et je sais qu’elle y restera toujours. Sa compassion, son amour de la vie, sa capacité à se démener et son courage qui la poussait toujours à défendre ce qui est juste ont défini sa vie et les souvenirs qu’elle nous laisse.
Je présente mes condoléances à sa famille, à ses amis et à toutes les personnes qui la considéraient comme une héroïne. Qu’elle repose en paix!
Résultats : 1 - 15 de 4250 | Page : 1 de 284

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
>
>|
Afficher les deux langues
Préciser votre recherche
Exporter en: XML CSV RSS

Pour plus d'options de données, veuillez voir Données ouvertes